Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 16:55

Quand le comte de Paris, via un courrier au magazine Point de Vue, s'en prend à S.A.R. le prince Louis Alphonse de Bourbon (vous noterez au passage une belle erreur dans le titre de Monseigneur). Il faut le voir (lire) pour le croire :



Petit rappel du site Démocratie Royale quant au service militaire du duc d'Anjou :

 

Citation:
"Bien que souhaitant effectuer son service militaire en France, et face au refus des autorités, Louis XX, comme avant lui son Père, Alphonse II, intègre l’Armée de l’Air le 14 décembre 1998, sur la base d’hélicoptères d’Armilla, près de Grenade, où il suit une formation militaire, qu’il a toujours souhaité compléter, en intégrant la Marine française."

Et :

 

Citation:
"Monseigneur le prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou est l’aîné des Capétiens et le successeur légitime des rois de France. Chef de la Maison de Bourbon, il descend en ligne directe d’Henri IV premier roi de la branche des Bourbon. Dix générations le relient également directement à Louis XIV. De nationalité française, il possède également la nationalité espagnole."

 

Source: http://royaume-de-france.clicforum.com/t1018-Le-comte-de-Paris-s-en-prend-a-Monseigneur.htm

---------------------------------------

Note de Christ-Roi. Rappelons qu'en France, de temps immémoriaux, on n'hérite pas de la personne qu'on assassine.

Partager cet article
Repost0

commentaires

K

Wikipèdia





Ainsi, devant Dieu, et pour la France aucun prince Espagnol descendant de Philippe V ne montera sur le trône de France. 
Répondre
I


Deux raisons montrent que cette renonciation n'est pas valide et une troisième indique que des dispositions royales ont été annulées car illégales : 1) elle est le résultat d'une violence. 2) Les
lois fondamentales du royaume et le principe d'indisponibilité de la couronne rendent le traité d'Utrecht caduc. 3) D'autres dispositions de Louis XIV enfreignant les lois fondamentales ont été
annulées par le Parlement de Paris à la mort de Louis XIV.