Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2006 5 29 /12 /décembre /2006 17:23

Nous plaçons ici l'introduction (3ème partie) du livre d'Hervé Ryssen, les Espérances planétatiennes. Ce livre est véritablement une oeuvre de salut public. Il démontre les origines religieuses qui sont à l'oeuvre dans le monde derrière le phénomène de la planétarisation ou "mondialisation".

 

 

L’intellectuel Michel Winock avait bien été obligé lui aussi de faire le même constat, mais toujours obsédé par un problème qui semble tenailler nombre d’intellectuels : "Le socialisme réel, dit-il, tel qu’il s’est édifié à l’Est de notre continent, s’est révélé une autre société close, où les Juifs, aussi bien que d’autres minorités cherchent encore leur place. Seule la "société ouverte" peut offrir les chances d’une véritable démocratie pluraliste, à même d’intégrer les Juifs sans les contraindre à aliéner leur être propre, leur mémoire collective, leur double solidarité (française et juive)."
Pour ces intellectuels, dont les pères idéologiques avaient enfanté pareille monstruosité, la disparition du très encombrant régime soviétique a été un soulagement sans fin. Mais au lieu de reconnaître leurs erreurs et de faire leur mea culpa, les intellectuels occidentaux des années 1990 ont profité de ces bouleversements pour se jeter sans tarder dans l’autre projet cosmopolite porté par la société démocratique. Le travail à l’intérieur de la démocratie s’avérait beaucoup plus efficace. On a alors assisté, dans la littérature, la presse et le cinéma à une accélération débridée de la pensée planétarienne, comme s’il fallait oublier au plus vite les erreurs tragiques de l’époque précédente et exorciser les crimes du communisme. Il n’y eut aucune repentance, aucune excuse pour les millions de morts du goulag, les déportations et les assassinats perpétrés au nom de l’idéal communiste et de la grande fraternité entre les peuples, de la part de ceux qui, précédemment, s’en étaient fait les plus ardents propagandistes.
En Occident, l’événement n’a eu finalement qu’une très faible incidence. La société a continué à évoluer comme auparavant, sans bouleversement d’importance, si ce n’est l’agitation accrue des intellectuels planétariens qui ont alors redoublé d’ardeur dans la promotion de leur idéal. Il s’agissait d’oublier au plus vite son erreur, de repenser la société égalitaire, d’ "inventer", comme ils le disent, de nouvelles utopies. Les idéologues étaient portés par un enthousiasme millénariste, comme si le messie avait été retrouvé dans les décombres du mur de Berlin, et que le monde fraternel – cette fois-ci, c’est la bonne – allait enfin advenir.
Cette nouvelle philosophie, qui chante l’unité du genre humain et la démocratie plurielle en lieu et place du communisme, a véritablement pris son envol dans les années 1990. La floraison de la production intellectuelle planétarienne, qui s’impose réellement à travers le marxisme dans ses versions culturelles de mai 1968, est alors poursuivie aujourd’hui de manière peut-être encore plus extatique avec les intellectuels démocrates, plus ou moins mâtinés de marxisme culturel, mais affranchis de toutes les pesantes considérations économiques qui alourdissaient considérablement les ouvrages marxistes-léninistes. Leur mépris pour la vieille culture européenne et l’ancienne civilisation reste en tout cas inchangé. C’est parce que les intellectuels des années 1990 sont les mêmes que ceux qui ont fomenté l’esprit de mai 1968, ou se situent dans cette filiation, et qu’ils entendent poursuivre autrement la réalisation des espérances planétariennes.
Les concepts en prêt-à-penser tels que "la Terre appartient à tout le monde" sont donc toujours très largement en vogue, et pas seulement dans les cours des collèges et des lycées. On aime à se déclarer "citoyens du monde" : c’est toujours moins ringard que d’être vulgairement breton ou berrichon, et ce type de propos vous permet de ne pas prêter le flanc à de terribles accusations. Conformément aux canons édictés par l’UNESCO, une belle église picarde du XIIe siècle sera déclarée "patrimoine mondial de l’humanité". C’est bien ce que nous dit le philosophe Pierre Lévy quand il déclare : "Lorsque nous écoutons des Japonais jouer du Beethoven ou des Chinois chanter du Verdi, nous ne devons pas nous imaginer qu’ils ont été séduits par la musique "occidentale". Cette musique n’est pas "occidentale", elle est universelle. "Nous sommes alors très loin de l’idée d’une mondialisation qui ne serait que le constat de l’évolution économique. La vérité est que ces réflexes ont bien évidemment été créés par une inlassable et permanente campagne de sensibilisation qui a envahi depuis longtemps nos écrans de télévision.
Le système soviétique était une anomalie, puisqu’il ne correspondait pas du tout aux idées généreuses qui avaient enthousiasmé des millions d’hommes et qui étaient supposées être à la base de l’édification du régime. Avec la fin de ce système, on peut dire que l’on revient à la normale, en quelque sorte. Enfin dégagée de l’encombrant fardeau sibérien, l’idée communiste peut à nouveau jouer correctement son rôle, en toute conformité avec ses principes, qui est celui d’être l’aiguillon de la démocratie, à l’intérieur même de la démocratie libérale, finalement seule capable de nous frayer la voie vers la société plurielle universelle. C’est dans l’opposition active que le communisme est véritablement efficace. C’est dans l’opposition qu’il peut rendre les meilleurs services, puisqu’il permet de maintenir les opposants au système libéral dans les perspectives planétariennes. Il est en quelque sorte la soupape de sécurité d’un système libéral désespérant, qui, du fait de son absence de transcendance et de ses aspirations purement matérialistes, engendre fatalement des oppositions radicales. Celles-ci sont alors récupérées par l’idéal communiste et conservées dans le bouillon du mondialisme. Sans lui, les opposants à la démocratie bourgeoise et à la société de consommation se porteraient inévitablement vers les mouvements de réactions identitaires et ethniques, ce que le système cosmopolite ne souhaite à aucun prix. Le scénario qui se déroule sous nos yeux est donc celui que George Orwell avait imaginé dans son fameux roman-fiction intitulé 1984, dans lequel le chef de l’opposition clandestine, le fameux et insaisissable Goldstein, n’était finalement rien d’autre qu’un agent du système ayant pour mission de canaliser les oppositions. Le communisme a donc réintégré le rôle qu’il n’aurait jamais dû cesser d’avoir, qui est celui d’être une utopie mobilisatrice, nichée à l’intérieur de la démocratie. Le soviétisme est mort ; peut-être même qu’il a été assassiné. Mais l’idéal communiste paraît être soigneusement entretenu, réchauffé au sein de la démocratie libérale, lové dans ses institutions. C’est ainsi que fonctionne la spirale planétarienne : avec un système, d’un côté, et une opposition factice à ce système, de l’autre. Les deux forces sont absolument complémentaires et indispensables l’une à l’autre.
La conjonction des idéaux planétariens des marxistes et des démocrates occidentaux n’étant plus entravée aujourd’hui par le conflit géostratégique entre Moscou et Washington, l’Occident peut enfin laisser libre cours à son instinct de domination planétaire, représenté victorieusement par le modèle démocratique, que l’on tente d’imposer à tous les peuples du globe. Comme à la glorieuse époque de la révolution française, la " guerre aux tyrans " est donc déclarée. Mais cette fois-ci, la lutte est transposée à l’échelle planétaire, et ce sont les Etats-Unis qui se sont mis immédiatement à la tête des armées libératrices dès que l’URSS, démantibulée, ne fut plus en mesure de s’opposer à ces desseins grandioses. La première guerre du Golfe contre l’Irak, en 1991, a donc été suivie par le bombardement de la Serbie en 1999, puis, après les attentats du 11 septembre 2001, par l’invasion de l’Afghanistan, et par une deuxième guerre du Golfe qui déboucha sur l’occupation de l’Irak.
On a beaucoup parlé de ces "néoconservateurs" qui entourent le président américain George W. Bush et qui ont déterminé sa politique belliciste. Ces anciens trotskistes, qui s’étaient tout naturellement mués en fervents démocrates dans les années 1980, au cours de l’ère reaganienne, se montraient dorénavant prêts à toutes les guerres pour imposer l’idéal démocratique dans le monde entier. Mais il faut dire, sous peine de ne rien comprendre à l’évolution du monde, que l’intérêt de l’Etat d’Israël était en jeu dans la guerre du Golfe, et que la plupart des néo-conservateurs de l’administration américaine étaient eux-mêmes très influencés par le sionisme, et entendaient réduire à néant une puissance irakienne qui aurait pu un jour menacer l’Etat hébreu.
De fait, les guerres américaines en Irak bénéficiaient incontestablement du soutien de la plus grande partie de la communauté juive internationale.

Ici, comme durant la guerre contre la Serbie et contre l’Afghanistan, les intellectuels cosmopolites faisaient partie des plus ardents groupes de pression bellicistes, pour la simple et bonne raison que ces guerres correspondaient aux objectifs globalistes : les bombardements américains contre la Serbie ont eu pour résultat de favoriser la progression de l’islam dans les Balkans, répondant en cela à l’objectif mondialiste de favoriser l’émergence de la société multiethnique qui doit accompagner l’établissement de la démocratie. Comme l’avait dit le général Wesley Clark, commandant en chef de l’OTAN en Europe à ce moment-là : "Il ne doit plus y avoir de place en Europe pour les sociétés ethniquement homogènes."
L’invasion de l’Afghanistan par les troupes américaines, quant à elle, répondait aux attentats du 11 septembre et à la nécessité de combattre dans le monde l’antisémitisme véhiculé par l’islam.

On constate donc que le système démocratique encourage l’islam à l’intérieur des Etats occidentaux dans le but d’instaurer une société plurielle, mais le combat sur la scène internationale, où il s’oppose aux intérêts d’Israël et des Etats occidentaux.
Ces guerres répondent donc parfaitement au projet d’édification de l’Empire global, qui ne pourra s’imposer que sur les décombres des sociétés traditionnelles et des libertés tribales. Dans cette perspective, le système médiatique représente évidemment la pierre angulaire des espérances planétariennes, puisque c’est par le biais de permanentes campagnes de " sensibilisation " que l’idée parvient à s’imposer progressivement dans les esprits occidentaux. Il semblerait cependant que nos concitoyens éprouvent aujourd’hui un sentiment plus ou moins diffus de défiance envers un discours politique lénifiant, ressassé à outrance, et qui fait de l’abolition des frontières le sésame du paradis terrestre.
A cet égard, le rejet de la constitution européenne par le corps électoral, lors du référendum de mai 2005 a peut-être été un signe annonciateur d’une prise de conscience d’un danger imminent, qui semblait couver sous les idées les plus nobles et les plus généreuses.
Car dans l’esprit de ses partisans les mieux renseignés, la constitution européenne et la formation d’un gouvernement européen, nous le verrons, préfiguraient assurément des projets beaucoup plus vastes.
L’idée d’une paix universelle, que nous aurait assurée une Europe sans frontières, est d’habitude un argument propre à séduire les Occidentaux, mais il faut croire que cette fois-ci, nos compatriotes ont préféré leur liberté tribale à tous les mirages du mondialisme. Aux promesses de " Paix " et de " Prospérité ", ils ont finalement préféré refuser poliment, comme devant un camelot ambulant un peu fourbe qui aurait trop insisté pour nous vendre son élixir miraculeux. Nous allons donc apprendre que, dans la bouche de certains experts, les mots "tolérance" et "droits de l’homme" peuvent aussi être utilisés comme de puissants anesthésiants, et que derrière un langage mielleux, des manières douces et de belles promesses, peuvent se cacher des intentions inavouables.

 

 

Hervé RYSSEN

Partager cet article
Repost0

commentaires