Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 12:10
Le pape Benoît XVI a souligné la mission des prêtres à une époque marquée par le relativisme lors de l’audience générale du 5 août dernier, à Castel Gandolfo.
Le pape a consacré sa catéchèse à la biographie du saint curé d’Ars et à ses « méthodes pastorales », en en soulignant sa force « prophétique » pour notre temps.
Le pape indique le remède en ces termes : « C’est seulement s’il est amoureux du Christ que le prêtre pourra enseigner à tous cette union, cette amitié intime avec le divin Maître, qu’il pourra toucher les coeurs des personnes et les ouvrir à l’amour miséricordieux du Seigneur ».
(...)
Le pape a rappelé le contexte historique en disant : « Dans la France post-révolutionnaire qui faisait l’expérience d’une sorte de "dictature du rationalisme" visant à effacer la présence même des prêtres et de l’Eglise dans la société, il vécut, d’abord - pendant sa jeunesse - une clandestinité héroïque en parcourant des kilomètres dans la nuit pour participer à la Messe. Puis - comme prêtre - il se distingua par une créativité pastorale singulière et féconde, en mesure de montrer que le rationalisme, qui régnait alors sans partage, était en réalité loin de satisfaire les authentiques besoins de l’homme et qui, en définitive, n’était pas vivable ».
« Les défis de la société d’aujourd’hui ne sont pas moins difficiles, ils sont même devenus peut-être plus complexes », a fait observer le pape.
Il soulignait en ces termes les caractéristiques de la modernité : « Si à l’époque régnait la "dictature du rationalisme", à l’époque actuelle, on note dans de nombreux milieux, une sorte de "dictature du relativisme". Elles apparaissent toutes deux comme des réponses inadaptées au juste besoin de l’homme d’utiliser pleinement sa propre raison comme élément distinctif et constitutif de son identité ».
Le pape a renvoyé les deux erreurs dos à dos en en expliquant les limites : « Le rationalisme fut inadapté parce qu’il ne tint pas compte des limites humaines et prétendit élever la seule raison comme mesure de toute chose, en la transformant en déesse ; le relativisme contemporain mortifie la raison, parce que, de fait, il en vient à affirmer que l’être humain ne peut rien connaître avec certitude au-delà du domaine scientifique positif.

-
La double critique du rationalisme et du relativisme, "dictatures" attaquant la raison humaine (Benoît XVI) 
Partager cet article
Repost0

commentaires