Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 09:20

Le Figaro Afp, 22/12/2088

Le pape pape Benoît XVI a plaidé le 22 décembre pour "une écologie de l'Homme" fondée sur le respect de la distinction entre hommes et femmes, prenant avec vigueur le contre-pied de la théorie du "genre" [Ndlr. "Gender" en anglais] qui risque selon lui de conduire le genre humain à "l'autodestruction".

La théorie du genre, qui a pris naissance aux Etats-Unis avant de gagner les sciences sociales en Europe, établit une distinction entre l'appartenance sexuelle et le rôle assigné par la société aux individus selon leur sexe, ainsi qu'entre l'identité biologique et la façon dont elle est vécue par chacun [Ndlr. On ne serait pas biologiquement déterminé... Ce qui laisse à chacun la possibilité de choisir. Caroline Fourest est une représentante des "gender studies" "pro choix"]
Les mouvements homosexuels et transsexuels ont été des vecteurs de la diffusion de cette théorie vivement combattue par l'Eglise catholique.

Le pape a dénoncé "ce que l'on désigne communément par le terme +gender+ qui se traduit en définitive par l'émancipation de l'homme de la création et de son créateur".
Il a souligné que lorsque l'Eglise catholique prend la défense de la Création, oeuvre de Dieu, "elle ne doit pas seulement défendre la terre, l'eau et l'air (...) mais aussi protéger l'homme contre sa propre destruction".

Benoît XVI a consacré à ce thème un large passage de son traditionnel discours de fin d'année devant la Curie, le gouvernement de l'Eglise catholique rassemblée dans la somptueuse salle Clémentine du palais apostolique au Vatican pour entendre le bilan qu'il a tiré de l'année 2008.

Alors que la préoccupation écologique se généralise à travers le monde, le pape a souligné que "si les forêts tropicales méritent notre protection, l'homme (...) ne la mérite pas moins".

"Une écologie de l'homme, justement comprise, est nécessaire", a-t-il estimé, ajoutant que "parler de la nature de l'être humain comme homme et femme et demander que cet ordre de la création soit respecté ne relève pas d'une métaphysique dépassée".

"L'homme veut se faire seul et disposer seul de ce qui le concerne, mais en agissant ainsi il vit contre la vérité, il vit contre son créateur", a-t-il déclaré.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
ARISTOTE ET ST THOMAS AVAIENT DÉJÀ EXPLIQUÉ CA. Si on évitait de redire autrement ce qui a déjà été dit de façon parfaite? On regagnerait peut-être le temps perdu à s'en écarter...
Répondre