Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 10:41
Il est curieux de constater une certaine proximité entre la situation de l'Europe du XXIe siècle où grondent les différentes revendications d'indépendance (Kosovo, Pays Basque, Corse, Ecosse, etc., voir l'article du Salon Beige) et celle du haut Moyen-Âge qui vit une période de troubles et de décomposition totale

Or, "la seule source d'unité, la seule force demeurée vive, a été précisément le noyau familial, à partir duquel s'est peu à peu constitué l'unité française. La famille, et sa base domaniale, ont été ainsi, en raison des circonstances, le point de départ de notre nation." (Régine Pernoud, Lumière du Moyen Âge, Grasset, Paris 1981, p. 13). 

Le parallèle entre ces deux situations peut être pour nous comme un élément d'espoir, une nouvelle perspective pour entrevoir la renaissance de la vraie France autour de ses éléments identitaires traditionnels, paralysée et empêchée par l'appareil maçonnique libéral républicain euromondialiste. 

Puisque aujourd'hui, les Etats sont tous au service de la mondialisation libérale, il faut se méfier de l'opinion suivant laquelle la poussée régionaliste à laquelle nous assistons serait "liée selon Jean-Yves Camus aux "modalités de la construction européenne et de la mondialisation libérale" (cité in
Le Salon Beige). 

M'est avis que les revendications nationales-régionalistes seraient plutôt un vrai danger pour les mondialistes. Des entitées nationales autonomes, qu'est-ce?  C'est la multiplication d'entités locales autonomes, indépendantes, un "retour au Moyen Âge" (!), phrase que l'on a entendu combien de fois? Une "nouvelle féodalité"? (!), en tous les cas, autant de freins au processus du N.O.M. ... C'est aussi la reconnaissance réelle du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes au service des peuples (!) et non plus au service de la Secte comme en 1918 où il s'agissait de démanteler les derniers empires chrétiens. Dans tout ce qu'on lit ou entend, il faut donc se méfier, être très méfiant et prendre ses distances. Parfois opérer l'exact contraire pour se rapprocher de la vérité qu'on veut nous cacher. 

Je prends l'exemple de la Belgique. Vouloir à toute force son unité, pensez-y, c'est aussi vouloir la continuité d'un Etat lié de toutes ses fibres à la construction de la démocrature européenne et à la mondialisation libérale. En 1830, la catholique et libérale Belgique acclama un roi protestant et franc-maçon.

Régine Pernoud rappelle qu'au Moyen Âge, la société ne reposait plus comme dans l'antiquité romaine sur la conception étatiste mais sur "ce fait d'ordre biologique et moral à la fois, que tous les indivus qui composent une même famille sont unis par la chair et par le sang, que leurs intérêts sont solidaires, et que rien n'est plus respectable que l'affection qui naturellement les anime les uns envers les autres. 

Dès le Xe siècle, la société...  présente pour trait essentiel la notion de solidarité familiale, issue des coutumes barbares, germaniques ou nordiques. ... L'histoire de la féodalité n'est autre que celles des principales lignées. Et qu'est-ce, somme toute, que l'histoire du pouvoir royal du Xe au XIVe siècle? Celle d'un lignage, qui s'établit grâce à sa renommée de courage, à la valeur dont ses ancêtres avaient fait la preuve: beaucoup plus qu'un homme, c'est une famille que les barons placèrent à leur tête... en la personne d'Huges Capet. ..." (ibid., p. 11-14). 

La constructions de super-Etats tous inféodés au N.O.M. n'est pas pour moi un avenir. Je préfère mille fois l'éclatement des vieux Etats-nations, tous issus de la "
Renaissance", de la Réforme et de la Révolution... que la préservation à toute force de leurs chimérique unité dans un intérêt qui n'est pas le mien. Finalement, le processus mondialiste peut être une chance pour nous, mais pas dans le sens où l'entendent nos ennemis.
Partager cet article
Repost0

commentaires