Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 19:59
Hervé Ryssen

Bernard Werber
est un génie de la littérature. Il est probablement l’un des plus grands écrivains français actuels, avec Marc Lévy, Christine Angot et Yasmina Reza. Tous ces écrivains juifs nous dépassent de plusieurs têtes, il faut bien l’avouer. La promotion dont ils bénéficient dans tous les médiats est sans doute légitime, et les affiches "quatre par trois" vantant leurs œuvres dans les stations de métro nous prouvent très clairement qu’à côté d’eux, nous ne sommes guère que des moucherons intellectuels. Bernard Werber est peut-être le plus grand d’entre eux, au moins à en juger par la dorure et le gaufrage des couvertures de ses livres.
C’est un auteur à succès. Ses ouvrages, comme Les Fourmis, se sont vendus dans le monde entier à des millions d’exemplaires. Dans un petit livre de science-fiction intitulé Nos Amis les humains (Albin Michel, 2003), joué actuellement au théâtre, Werber fait une démonstration de son puissant génie imaginatif.

C’est l’histoire d’un homme et d’une femme, qui se retrouvent prisonniers dans une cage de verre, perdus quelque part dans le cosmos. Sur un écran géant, au fond de la pièce, sont projetées des images de la planète Terre, où nos deux humains vont pouvoir apprendre, comme s’ils étaient devant le journal télévisé de 20 heures, qu’en leur absence, un dictateur pakistanais musulman a révélé posséder une bombe terrifiante. Celui-ci menace de faire sauter toute la planète "si l’Inde ne se soumet pas à ses exigences sur le Cachemire". L’ultimatum du dictateur pakistanais prend effet dans dix minutes, et nous nous approchons d’un anéantissement planétaire total. Samantha et Raoul, nos deux humains dans l’espace, restent pétrifiés : la Terre finalement explose au ralenti sur leur écran. Ils sont maintenant les derniers représentants de l’espèce humaine, les nouveaux Adam et Ève, qui vont débattre de la recréation d’une humanité. Mais l’humanité mérite-t-elle une seconde chance ? C’est "génial" comme scénario, non ?

Werber nous place ici un petit refrain bien connu visant à culpabiliser les Européens et à exalter le génie des Sémites :
"L’histoire de l’humanité est ponctuée d’invasions violentes, dit Raoul. Les Indos-Européens, par exemple, parce qu’ils connaissaient la technique du fer, l’organisation en castes et l’usage des chevaux, ont pendant cinq mille ans soumis tous les peuples voisins, jusqu’à imposer leurs valeurs guerrières et leur culte des héros combattants.
– Objection ! interrompt Samantha. Pendant ce temps, certains peuples ont défendu d’autres valeurs.
– C’est vrai, répond Raoul. A la même époque, les Phéniciens, les Hébreux, les Carthaginois ont développé, créé le commerce, ouvert les comptoirs, la route de la soie, du thé et des épices. Ils ne disposaient pas d’armées puissantes, mais proposaient une alternative à l’invasion guerrière : l’alliance et le commerce entre les peuples. Pour mieux naviguer, ils inventèrent la boussole, les cartes, la voile. Résultat : les Carthaginois ont été détruits par les Romains, les Phéniciens ont été massacrés et les Hébreux ont toujours été persécutés."

Il est assez clair que les Européens devraient avoir honte de ce qu’ils ont fait. Toute leur histoire, en vérité, est une succession d’ignominies. Le mieux qu’ils puissent faire, aujourd’hui, est de se mettre à genoux, de demander pardon, et d’accepter la domination du peuple d’Israël, qui est le peuple élu de Dieu, ne l'oublions jamais.
Partager cet article
Repost0

commentaires