Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 10:30
Que signifie "renoncer à tout" (Luc 14,25-33) ?

"De grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit :

 

26 « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple.

 

27 Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher à ma suite ne peut pas être mon disciple.

 

28 Quel est celui d’entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne commence par s’asseoir pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ?

 

29 Car, si jamais il pose les fondations et n’est pas capable d’achever, tous ceux qui le verront vont se moquer de lui :

 

30 “Voilà un homme qui a commencé à bâtir et n’a pas été capable d’achever !”

 

31 Et quel est le roi qui, partant en guerre contre un autre roi, ne commence par s’asseoir pour voir s’il peut, avec dix mille hommes, affronter l’autre qui marche contre lui avec vingt mille ?

 

32 S’il ne le peut pas, il envoie, pendant que l’autre est encore loin, une délégation pour demander les conditions de paix.

 

33 Ainsi donc, celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple." (Lc 14,25-33)

S'asseoir pour évaluer si nous sommes capables de répondre aux exigences de Jésus, pourrait conduire au découragement si, dans le même temps, nous ne mesurons pas aussi sa grâce.

 

 

À l'école des Pères de l'Église

 

« Il y a une différence entre renoncer à tout, et abandonner tout ce qu'on possède. C'est le partage d'un petit nombre de quitter tout absolument, c'est-à-dire de sacrifier entièrement toutes les sollicitudes de ce monde ; mais c'est une obligation pour tous les fidèles de renoncer à tout, c'est-à-dire d'user des choses du monde, sans en devenir jamais l'esclave dans le monde. » (Bède le Vénérable.)

 

Source: Missel du Dimanche 2019, Nouvelle traduction liturgique, Année C, Artège Bayard, Lonrai 2018, p. 599-601.

Partager cet article
Repost0

commentaires