Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 09:01

"Menace. Cette crise rouvre les fractures apparues au printemps, lors du sommet de l’Otan, sur les candidatures de la Géorgie et l’Ukraine, voulues par Washington avec le soutien de nombre des ex-démocraties populaires. La France et l’Allemagne s’y opposaient, craignant de compliquer les relations avec Moscou, ouvertement hostile à l’adhésion des deux anciennes républiques soviétiques. L’Otan céda à la menace russe. «Paris et Berlin croyaient qu’en étant plus accommodants, ils amèneraient Moscou à des concessions, mais le régime de Poutine, comme auparavant celui de Milosevic à Belgrade, y voit des signes de faiblesse et en profite pour taper plus fort», souligne l’intellectuel André Glucksman, estimant qu’il aurait fallu au contraire «accélérer» cette intégration, qui aurait eu un effet de dissuasion. Désormais, les jeux sont faits et nul n’imagine plus que Tbilissi ou Kiev puisse rejoindre l’Alliance." Libération, Les tardives réactions de l'Occident, 11 août 2008


Libération, journal "de gôche" qui avoue ainsi simplement son alignement complet avec la politique de l'empire US et déplore l'impossibilité d'intégrer de nouveaux satellites, voilà qui ne manque pas de sel. "L'intellectuel" Glucksmann, un de ces sionistes de gauche qui a rejoint la droite dure libérale néo-conservatrice en raison de son origine juive, nous prouve désormais par A+B qu'il n'y a plus "de droite" ou "de gauche", mais les anti système et les collaborateurs. Suite, Boris Le Lay, LibéraSion-Rothschild: quand la gauche sioniste avoue
Partager cet article
Repost0

commentaires