Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 12:52

Durée : 19:52
Sur les liens unissant le Cfr, l'Onu, la Cia et l'Urss.
Un débat diffusé en mai 1983 dans lequel le congressman démocrate Larry McDonald répond à Pat Buchanan et Tom Braden. Larry McDonald vient juste d'être nommé président de la très loyale et conservatrice John Birch Society.
3 mois après avoir étayé dans ce programme les forts liens unissant la Cfr, l'Onu, la Cia, aussi bien qu'avec la Russie soviétique, le congressman McDonald fut tué dans l'attaque russe abattant le vol 007 de la Korean Airlines au-dessus des eaux internationales (nuit du 31 août au 1er septembre 1983).


En 1983 les gens et les Américains eux-mêmes ne savaient pas qu'il existait dans l'ombre des sociétés secrètes travaillant à l'établissement d'un Gouvernement mondial.
Tom Braden cite "une de ces définitions stupide et sinueuses qui font rire les gens" sur le communisme par Newsweek : "un bras d'une conspiration maîtresse dans laquelle les initiés américains socialistes planifient d'établir un gouvernement mondial", puis une phrase de John McManis, directeur des relations publiques de la John Birch Society dont McDonald : "le secrétaire d'Etat Alexander Hague ainsi que le directeur de la Cia William Casez sont deux de ces conspirateurs qui complotent pour établir un gouvernement mondial".
À la réponse de Larry McDonal qui le prend à l'ironie en lui demandant si en tant que membre permanent et ancien des appareils Rockefeller, ainsi que membre de longue date de la Cfr, il n'avait pas pleinement conscience qu'il existe un corps d'élite dans ce pays qui a vu sa valeur prouvée par le subventionnement du communisme et la protection du communisme.
Braden fait mine de ne pas être une de ces élites... et de ne rien savoir de ce projet au sein de la Cfr ni de ne rien connaître de la conspiration... tout en reconnaissant être membre du Cfr...
McDonal précise que ces élites (Commission Trilatérale, Cfr) qui dirigent le département d'Etat depuis quarante ans (on est en 1983) travaillent à "amener une transition graduelle dans notre société vers une dissolution de la souveraineté et un ferme déplacement vers la gauche sur le plan politique. ... Le Fmi fut fondé pour faciliter ce transfert de souveraineté"
A la malhonnêteté évidente du Cfr Braden, McDonal lui demande s'il n'est pas familier du professeur Caroll Quigley qui faisait partie de son club, qui admit tout ceci et qui dans son livre "Tragedy and Hope" écrivait : "La seule chose que je réprouve est que nous travaillions pour maintenir ceci secret. ... Et vous pouvez voir Arthur Schlesinger Jr déjà écrire loin en arrière en 1947, affirmant que oui, ceci représente la politique cachée de l'Amérique. Mais le public américain ne saurait en être averti car il est bien trop peu sophistiqué pour en juger la valeur... Il expliquait que c'est à travers un résultat stable de l'érosion des nouvelles grandes affaires (libérales) que la société américaine sera fermement amenée à gauche par un concept de retenue bénigne où nous finirons par merger à l'intérieur même du centre essentiel du socialisme".
On apprend donc ici grâce à Larry McDonald qu'en 1983 les mondialistes du Cfr n'étaient pas tous d'accord sur le point du maintien ou non du secret sur le projet du Gouvernement mondial ou la transparence et l'exposition du projet. A ce moment Braden était manifestement un tenant du secret.
McDonal suggère au cfr Braden de regarder du côté de son fondateur Edward Mandel House qui écrivit le livre "Philip Drew: Administrator" et le colonel dit qu'un gouvernement mondial est prévu pour le monde, suivant les lignes socialistes comme envisionnées par Karl Marx. ... Woodrow Wilson était son disciple..."
Partager cet article
Repost0

commentaires