Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 12:34

Quand les théoriciens de la Contre-Révolution nous affirmaient que cette république aboutirait au contraire de ce qu'elle prétendait.

Le Salon Beige
rapporte une décision du tribunal correctionnel de Paris déboutant l'Agrif.

"Le tribunal correctionnel de Paris
a débouté l’AGRIF et l'a condamnée à verser 2.500 euros de dommages et intérêts pour avoir assigné le directeur général de L’Oréal, Jean-Paul Agon, pour discrimination raciale. Ce dernier assume le concept de discrimination positive, et précisait que dans son groupe,

"un candidat qui a un prénom d’origine étrangère a plus de chance d’être recruté que celui qui porte un prénom français de souche".

Les magistrats ont jugé que Jean-Paul Agon montrait

"plutôt une volonté de rétablir un équilibre qui se trouve compromis, en favorisant ceux qui sont ordinairement victimes de discriminations prohibées".

La discrimination positive ouvertement ethnique, c’est-à-dire raciste, est donc légale.

... Ou la consécration du principe d'une inégalité des 'citoyens' devant l'employeur, principe fondé sur la "volonté de rétablir un équilibre"... Il y a désormais, pour 'la justice' de ce pays, les 'citoyens' d'élite (qui sont les étrangers), et les 'sous-citoyens' (les Français de souche)... Cette décision ignominieuse signale l'angoissante dérive de la Républik dite 'française' (les guillemets sont plus que jamais de vigueur!...) vers une forme affichée et décomplexée de 'justice' qu'on peut à présent qualifier de nazisme ouvertement anti-français.

Partager cet article
Repost0

commentaires