Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 21:59

PARIS, 20 mars 2008 (AFP) - Euthanasie : plusieurs évêques rappellent les "éléments de discernement"

 

Plusieurs évêques ont commenté la demande d'euthanasie de Chantal Sébire, non pour être des "donneurs de leçon" mais pour fournir des "éléments de discernement", assurant qu'il "faut s'attaquer à la souffrance, pas à la vie", indique la Conférence des évêques de France (CEF) qui a mis leurs interventions sur son site (www.cef.fr).

Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon, souligne que "le drame de la souffrance interroge notre liberté. Réclamer d'un tiers le geste qui vous prive de la vie est un cri de désespoir. Mais aussi un appel à l'aide (...) Supprimer la souffrance est une chose, supprimer la vie en est une autre".

"Devant une maladie incurable, indique Mgr Minnerath, on doit rappeler les éléments de discernement qui peuvent conduire à soulager la douleur par les soins palliatifs, même si les analgésiques peuvent amoindrir la conscience de soi et abréger la vie, interrompre un traitement curatif sans espoir de guérison, éviter tout acharnement thérapeutique".

"Dans ces critères apparaît le souci de soulager, d'accompagner la personne, d'éviter la douleur" (...) "Parler d'une +exception d'euthanasie+, c'est ouvrir une brèche non seulement dans la déontologie médicale universelle, mais dans la notion même de l'indisponibilité de la vie humaine. Il faut s'attaquer à la douleur, pas à la vie".

Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, estime qu'il "faut se garder d'instrumentaliser la tragédie particulière d'une personne qui lutte avec la mort". "La législation actuelle est claire. Elle n'autorise pas l'euthanasie qui serait la complicité par l'Etat et le corps médical de la destruction d'une personne", ajoute-t-il.

Quant au cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, il rappelle que "personne n'a le droit de donner la mort". La loi Leonetti, qui permet d'accompagner "les malades jusqu'au terme de leur parcours, en luttant avec eux contre la souffrance", a "ouvert une +voie française+ qui inspire plusieurs de nos voisins", souligne-t-il.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires