Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 11:01
Quand j’entends ce matin Alexandre Alder fustiger la “complaisance” ou la “complicité” de l’Eglise à l’égard du régime franquiste, j’ai l’impression de voir une poule incapable de lever son bec du sol. Car il est trop facile de présenter les choses en les privant de leur histoire: c’est un procédé totalitaire que George Orwell avait bien compris dans son roman 1984, où l’on voit le pouvoir gommer la mémoire collective à mesure que le temps passe, pour mieux se rendre maître des esprits.
Lorsqu’une partie de l’armée espagnole se soulève en 1936, cela fait des mois que l’extrême-gauche, que la récente République ne parvient pas à canaliser, a déjà assassiné des centaines de prêtres dont 18 évêques, incendié des milliers d’églises, dévasté les couvents, violé des centaines de religieuses, déterré des cadavres de saints pour les exhiber aux quolibets de la populace. Dans cette affaire, la question ne s’est pas posée de savoir si l’Eglise devait être complaisante ou pas: le soulèvement a mis fin à ces atrocités. Quant à la guerre civile qui a suivi, elle fut épouvantable, c’est vrai, mais jamais il n’est jamais venu à l’idée de quiconque de prétendre qu’un camp y fut plus compatisssant que l’autre: ce fut un déchaînement de haine dont chaque camp prit sa part.
Cela dit, connaissant le fanatisme non pas occasionnel mais consubstantiel au communisme, je doute fort que, si les Rouges avaient gagné, ils auraient eu l’élégance de construire le mémorial de Los Caïdos en hommage aux victimes des deux camps, comme a fait Franco. (
Adeline2007.fr)
Partager cet article
Repost0

commentaires