Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 10:09

http://www.herodote.net/Images/todd.jpg

Il arrive un moment où ce qui était civique jusqu'à aujourd'hui (le fait de voter pour participer à la vie politique) se retourne totalement pour devenir un signe anticivique lorsque le fait de voter devient une "caution" dont se sert l'oligarchie contre les peuples.
Dans un entretien pour Herodote.net le 12 mai 2014, l'historien Emmanuel Todd, dit son intention de ne pas aller voter le 25 mai aux élections européennes, pour la première fois de sa vie. Un choix raisonné et, de son point de vue, civique.


Todd explique pourquoi "ce parlement (européen) ne sert à rien". "C’est la Commission européenne qui détient le droit d’initiative alors que, dans toute véritable démocratie, il revient au Parlement."

Bien que partisan de l'Union européenne, Todd a voté non à Maastricht qui lançait la monnaie unique. Dans son livre L'invention de l'Europe, en 1990, il explique qu'il avait "pris conscience de l'extrême diversité anthropologique de notre continent" et qu'il y a "vu l'illusion de réduire l'Europe à une construction étatique. Gardons-nous de sacrifier notre diversité car elle est la clé de notre dynamisme." Et dans une réédition de ce livre, il dit s'être hasardé à écrire dans la préface : "Soit la monnaie unique ne se fait pas, et L'Invention de l'Europe apparaîtra comme une contribution à la compréhension de certaines impossibilités historiques. Soit la monnaie unique est réalisée, et ce livre permettra de comprendre dans vingt ans pourquoi une unification étatique imposée en l'absence de conscience collective a produit une jungle plutôt qu'une société."

 

Il explique néanmoins avoir voté oui au référendum sur le Traité constitutionnel en 2005 parce qu'il avait "voulu faire preuve d'optimisme". Mais maintenant que "la réalité nous a rattrapés", il dit avoir été "scandalisé par le viol du suffrage universel qu’a représenté le passage en force du traité constitutionnel sous le nom de Traité de Lisbonne... L’oligarchie s’assoit sur le suffrage universel…"


Todd condamne donc "une institution non démocratique et proprement illégitime" à laquelle il ne veut justement pas apporter sa "caution". Aujourd'hui, "participer aux élections européennes n’a pas plus de sens pour moi que de voter aux États-Unis"...

 

Pierre-Manent--Cours-famililer-de-philosophie-politique.jpgLa réalité est que le mythe lui-même de la "conquête de haute lutte du droit de vote en 1789" dont on nous rabat les oreilles est une imposture. Ce vote existait sous multiples formes au Moyen Âge... et l'Ancien Régime en 1789 a vu les députés être dotés de mandats directs en pleine monarchie absolue...

De sorte qu'aujourd'hui, « dès que nous étudions de plus près le mécanisme de la représentation, dès que par exemple nous considérons le système électoral - loi électorale, organisation et financement des partis - et plus généralement le système politique électif (issu de 1789 Ndlr) - pouvoirs financiers, médias, pouvoirs "idéologiques"-, nous avons des doutes sur la réalité de la démocratie. Et ces doutes sont confirmés par des experts en sociologie politique qui expliquent que sous l'apparence de la démocratie, prospère en réalité une oligarchie : la minorité des détenteurs du capital matériel et culturel, disent-ils, manipule les institutions politiques à son profit. » (Pierre Manent, Cours familier de philosophie politique, Tel Gallimard, Mesnil-surl-l'Estrée 2009, p. 24.).

 

Si Todd poussait plus avant son raisonnement, il pourrait bientôt boycotter ici-même en France les élections pour ne plus être selon ses termes "la caution à une institution non démocratique et proprement illégitime"...

 

Quoiqu'il en soit des affinités d'Emmanuel Todd avec la gauche et donc avec le système oligarchique mis en place en 1789, poursuivi par la "révolution" de 1830, la "2e république" de 1848, la "3e république" de 1870, la "4e république" de 1946 et la "5e république" du nom de 1958..., voici un extrait de l'entretien qu'il a donné à Herodote.net :

 

Herodote.net : Nous y voilà ! Vous avez donc aussi voté Non au référendum sur le Traité constitutionnel en 2005 ?

 

Emmanuel Todd : Eh bien, pas du tout ! Quand la monnaie unique est arrivée, j’ai voulu faire preuve d’optimisme en bon citoyen européen et j’ai voté Oui au référendum. Mais la réalité nous a tous rattrapés…

 

Cela dit, j’ai été scandalisé par le viol du suffrage universel qu’a représenté le passage en force du traité constitutionnel sous le nom de Traité de Lisbonne. J’y vois un tournant historique avec le basculement dans une forme de post-démocratie. L’oligarchie s’assoit sur le suffrage universel… comme en Afghanistan où l’on affecte de prendre au sérieux des scrutins dont on sait pertinemment qu’ils sont massivement truqués. Nos parlementaires sont certes mieux élus mais ils n’ont pas plus de respect pour leurs électeurs et n’ont rien à faire de leur avis. Quand la révolte des Bonnets rouges a éclaté en Bretagne, les élus locaux n’ont rien vu venir et ils ont choisi de détourner les yeux ou de condamner les manifestants. Les discours sur la « fracture sociale » ou le « monde de la finance » ne servent que le temps d’une campagne. Rien à voir par exemple avec les débuts de la IIIe République en France.

 

Ce fossé entre les élus et les électeurs est bien plus grand encore au Parlement européen en raison du scrutin de liste à la proportionnelle, qui fait qu’on ne choisit pas une personne mais une étiquette, et plus encore parce que ce Parlement ne sert à rien !

 

Herodote.net : Le Parlement européen ne sert à rien ? Vous exagérez ?

 

Emmanuel Todd : Pas du tout. Voyez donc. Qu’il s’agisse de la crise financière ou des enjeux géopolitiques en Ukraine ou en Afrique, c’est au Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement, à la Banque Centrale Européenne et à la Commission européenne que se prennent toutes les décisions. Et c’est la Commission européenne qui détient le droit d’initiative alors que, dans toute véritable démocratie, il revient au Parlement.

 

Nous avons affaire à un « Parlement Potemkine », un vernis démocratique pour un système qui ne l’est pas. En toute confidence, les députés eux-mêmes ne se font pas beaucoup d’illusions. En réunion autour d’un verre avec d’anciens députés, ceux-ci ne m’ont parlé que de la maison qu’ils avaient pu acheter grâce à leurs indemnités !

 

Je constate que la Nation demeure le seul lieu au sein duquel nous pouvons faire valoir nos opinions par le vote. Et c’est le seul lieu où nos votes peuvent encore peser sur les choix de société.

 

Participer aux élections européennes n’a pas plus de sens pour moi que de voter aux États-Unis… quoique, si l’on me permettait d’échanger mon droit de vote au Parlement de Strasbourg contre un droit de vote aux présidentielles américaines, je choisirai ce dernier car, par son pouvoir de décision, le président américain a plus d’influence sur ma vie que les députés européens !

 

En conséquence, j’ai choisi de ne pas aller voter le dimanche 25 mai. Je ne veux pas apporter ma caution à une institution non démocratique et proprement illégitime.

 

Herodote.net : Comment ? Mais s’abstenir, ce n’est pas un comportement civique ! Et ce n’est pas comme ça que vous ferez bouger les choses ! Au moins, vous pourriez choisir de voter avec un bulletin blanc.

 

Emmanuel Todd : Voter blanc, c’est signifier que l’on croit en ce système et qu’il suffirait de changer le personnel pour l’améliorer et le démocratiser. Mais c’est une illusion. Même Le Monde, porte-parole des européistes, l’admet : tout ce qu’on peut attendre des élections, c’est de passer d’une orientation de centre droit à une orientation de centre gauche ! Que l’on vote ou non, cela ne changera rien au fonctionnement des institutions européennes, de la BCE comme de la Commission. Celles-ci continueront de tourner au-dessus nos têtes en ignorant le Parlement, ses députés et ses électeurs, de quelque parti qu’ils soient.

 

... S’abstenir, c’est signifier que l’on n’est pas dupe de la mascarade. C’est dénoncer l’européisme béat des partis classiques. C’est aussi dénoncer le Front National en mettant en évidence son appartenance au système. L’abstention massive aux élections européennes, si elle se vérifie, aura une conséquence pour le moins positive : elle témoignera de ce que la nation demeure le seul échelon démocratique au sein duquel peuvent s’affirmer les solidarités.

 


Source: http://www.herodote.net/Todd_Non_je_n_irai_pas_voter_-article-1466.php

 

* Emmanuel Todd a prédit la faillite du système soviétique du fait de la hausse du taux de mortalité infantile en URSS depuis le début des années 1960 (il y vit le signe indubitable d'une faillite majeure du régime et de son prochain effondrement : on peut pardonner beaucoup de choses à un régime mais pas de laisser mourir les enfants, de plus en plus nombreux d'une année sur l'autre !...) L'analogie frappante avec l'oligarchie qui en France assassine les enfants dans le ventre de leur mère... cette "culture de mort" devrait s'effondrer aussi rapidement que l'Urss.

 

 

. Pourquoi il est inutile d'aller voter aux élections européennes du 25 mai

Partager cet article
Repost0

commentaires

oceane 22/05/2014 22:11


il y aura encore des millions d'imbeciles pour aller voter.... vautres dans leur ignorance