Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 14:24

Le Salon Beige, 13 mars 2007

Dans Présent, Rémi Fontaine explicite en 7 points le terme incriminé (ici et ici). Extraits :

"Si, avec le Petit Robert, nous définissons le communautarisme comme le système qui développe la formation de communautés, l’homme étant un animal social, on n’échappe pas au communautarisme, pas même le laïcisme avec les communautés qu’il recrée artificiellement (départements, partis, lobbies de toutes sortes...). […] Avec la doctrine sociale de l’Eglise, nous défendons le modèle organique (subsidiarité) contre le modèle mécaniste (étatisme).

Le communautarisme catholique bien défini (concept analogique par essence comme l’ordre social chrétien) ne peut bien sûr qu’être sain et légitime, non pas fermé mais ouvert sur l’universel. Par sa réunion (distincte) du naturel et du surnaturel, du temporel et du spirituel, il est à la fois une communion de personnes et de communautés. […]

Dans la société laïciste (issue de l’esprit révolutionnaire des Lumières) où nous vivons, il ressort de cette analyse que le risque de dilution des communautés naturelles et surnaturelles est beaucoup plus fort que celui de « ghettoïsation » des catholiques. Sans nier ce dernier risque, c’est ce que nous avons voulu exprimer à l’encontre des revues Permanences et La Nef [...]. Focaliser de manière disproportionnée là-dessus face à la réalité beaucoup plus mortelle de l’autre menace, n’est-ce pas déplacer incongrument le vrai problème, semi-victime d’une dialectique éculée qui vise habituellement les extrémismes... ?

La Nef pourtant – comme L’Homme nouveau, comme Radio Notre-Dame, KTO, etc. – constitue un communautarisme médiatique et confessionnel à sa manière. […] Nous disons, nous, que nous serons d’autant plus missionnaires que nous aurons, tous azimuts, ce genre de communautarismes temporels spécifiquement chrétiens pour servir la Bonne nouvelle".

Partager cet article
Repost0

commentaires