Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 20:53

Vox Galliae

Dans le courte séquence ci dessus, Bernard Antony, président de Chrétienté-Solidarité et de l'AGRIF, réplique aux propos insultants dont il a été l'objet de la part d'Alain Soral sur le Forum catholique. Il revient également sur la récente rediffusion des images de l'altercation qui l'avait opposé à Christophe Forcari, journaliste du quotidien Libération, et sur la version fallacieuse de l'affaire livrée par ce dernier sur le plateau de l'emission "Arrêts sur images".

"Karl Marx serait un lepéniste aujourd'hui. Ca rendait K. Marx sympathique somme toute, parce que la connotation lepéniste est positive. Or Marx est un affreux bonhomme, un bourgeois, oui monsieur Soral, un bourgeois. Comme Karl Marx qui engrosse sa servante et qui impose à Engels de l'épouser, pour la bonne réputation. Karl Marx le raciste qui parlait de son gendre, "sale nègre". Les propos antisémites de Karl Marx dépassent l'entendement. Donc une interprétation de l'histoire, fausse. Et donc je m'en prends à Karl Marx, il est vrai que je suis un anti-marxiste et un anti-communiste de longue date. Monsieur Soral me répond, à la manière bolchévique, 'Je suis un petit bourgeois'... Alors je me suis renseigné sur les origines de monsieur Soral, lui il est né fils de grands bourgeois, moi je suis né fils d'ouvrier dans un deux pièces. C'est une petite différence... Le fait de traiter quelqu'un de 'petit bourgeois', c'est le vocabulaire bolchévique, avec ça on a envoyé des dizaines de millions de personnes à la mort. Et la technique communiste consiste à ne pas réfuter un argument, mais à dire "un tel dit cela parce qu'il est petit bourgeois ou parce qu'il est koulak", et c'est comme cela que avec Lénine on ne tuait pas les gens pour ce qu'ils avaient fait, mais pour ce qu'ils étaient. Alors c'est dire que monsieur Soral a encore beaucoup de chemins à faire pour se décommuniser. Mais que quand il vient chez nous, il devrait avoir du respect pour ceux qui ont vu la perniciosité du communisme avant lui. ...  Et le fait d'avoir été communiste exigerait pour le moins de la repentance, de même que d'avoir été nazi. Voilà ce que j'avais à répondre à monsieur Soral. Et là il n'y a là aucune injure et je fais cela sans haine parce que la vivacité du propos n'implique pas la haine. On peut même avoir de la colère ou se battre sans haine. Et je trouve très grave parce que, finalement, dans son propos, il y a de la haine et moi je hais la haine et c'est ce qui avait de propre au communisme. Alors je souhaite à monsieur Soral, qui est venu dans notre camp, de savoir que quand même on n'est pas le camp de la haine. On est le camp du combat, mais on est le camp de l'amour."

Partager cet article
Repost0

commentaires