Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2006 4 28 /12 /décembre /2006 19:02
L'absence d'émeutes en 2006 n'a pas fait baisser le nombre de voitures brûlées
 
 
 

[...] les statistiques sur les onze premiers mois de l'année ne montrent pas de véritable décrue - tout juste un léger recul - par rapport à 2005, preuve de l'enracinement et du caractère multiforme de ce phénomène.

 

 

Au cours de cette période, 40 270 véhicules ont été incendiés, contre 42 000 en 2005. En zone police, les chiffres de la direction centrale de la sécurité publique (DCSP) montrent même une constante quasi parfaite (32 695 en 2006, contre 32 669 en 2005). 

 

Il est à signaler que des villes moyennes autrefois paisibles, comme Angers ou Colmar, sont à leur tour touchées par le phénomène. Les incendies représentent 40 % de l'ensemble des violences urbaines recensées selon neuf indicateurs depuis deux ans par le ministère de l'intérieur. 

 

[...] les actes de violences collectives contre des représentants des services de sécurité, de secours et de santé sont en hausse de 10 %, s'établissant à 5 320, selon le baromètre. Et l'année n'est pas finie : la Saint-Sylvestre, toujours redoutée, devrait entraîner une forte mobilisation policière.

 

 

Sur les 23 300 mises à feu de voitures constatées par la DCSP sur onze mois, le quart a eu lieu par propagation, ce qui signifie que le véhicule n'était pas visé au départ. Dans 11 % des cas, les voitures sont brûlées afin de détruire des preuves. Une étude de cas, conduite récemment à Toulouse (Haute-Garonne), a même montré de fortes différences selon les quartiers. Le pourcentage d'actes volontaires en vue d'effacer des traces monte parfois jusqu'à 30 %.

 

 

Piotr Smolar

 

Article paru dans l'édition du 27.12.06.

Partager cet article
Repost0

commentaires