Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 18:39

Trouvé sur le site "lerougeetlenoir.org", ce texte qui nous fait entrevoir dès aujourd'hui que, devant le dialogue de sourds et la fin de non-recevoir du gouvernement totalitaire socialiste, une nouvelle forme de mobilisation se dessine : la grêve de l'impôt.

 

 

 


Les raisons de la révolte

 

Nul ne saura jamais combien nous fûmes, mais les images parlent d’elles-mêmes : Nous étions des centaines de milliers, affluant de toute la France, pour défendre l’institution première de l’humanité, qui préexiste aux États, aux idéologies et aux lois. Cette famille, fondée sur l’altérité, sur la complémentarité de l’homme et de la femme, en vue de l’avenir de la société, était représentée hier par tous ces gens soucieux d’affirmer leur attachement au droit naturel. Il ne s’agissait de rien d’autre.

De l’autre côté, nous avons entendu les déclarations de membres du gouvernement, parlant avec leur condescendance habituelle d’un échec, pour reprendre Marisol Touraine. Nous avons également appris que l’Élysée allait même jusqu’à refuser de recevoir les représentants du collectif, qui, avec le million de manifestants d’hier, dépassaient de loin les 800.000 électeurs des écologistes en mai dernier, qui pourtant sont représentés au gouvernement. Comment expliquer le refus de recevoir les représentants d’un million de Français lorsque l’on reçoit avec courtoisie ceux des associations LGBT, revendiquant quelques centaines d’adhérents ?

Que dire par ailleurs des déclarations du ministre de la justice, Madame Christiane Taubira, qui, d’une morgue devenue proverbiale, a affirmé que « les propos … entendus montrent que nous avons des explications à fournir encore ». En somme, les opposants sont des gens qui ne comprennent rien. Ce sont des imbéciles qu’il faut rééduquer, en utilisant l’école, arme de manipulation massive. Et que dire de cette déclaration de M. Harlem Désir : « cette manifestation soit l’occasion pour la droite et l’extrême droite de réaliser une alliance de fait en se retrouvant sous un même mot d’ordre d’intolérance », qui, sans nul doute, faisait référence au 6 février 1934 ? Chaque jour, la société française se défait davantage, accablée par un gouvernement qui lui impose une politique dont elle ne veut pas, et dont elle n’a jamais voulu. Affirmer que l’élection de mai dernier était la preuve que le mariage homosexuel était approuvé par les Français, n’est-ce pas oublier que dans une démocratie, le débat doit exister sans caricatures des médias, sans dédain du pouvoir, et dans un esprit d’écoute ? Face à cette surdité du pouvoir, il convient de rappeler de ce qu’affirmait François Hollande en 2006, face au gouvernement de Monsieur de Villepin, que « quand il y a des milliers et des milliers de citoyens, jeunes ou moins jeunes, quand toutes les organisations syndicales, représentées sans exception, quand de nombreuses associations d’étudiants et de parents d’élèves, sont aussi mobilisés, à quoi sert d’attendre la prochaine manifestation [1] ? ». Avec un million de manifestants, à quoi bon attendre la prochaine manifestation ? En quoi un mouvement populaire serait-il plus fondé qu’un autre à s’exprimer sur un sujet de société ?

Ce dialogue de sourds révèle une crise sans précédent dans la démocratie française. Il ne s’agit pas là uniquement de parler des dérives partisanes des médias, laquais du pouvoir, qui eux aussi ont leur part dans la désinformation massive qui fait peser sur les esprits la chape de plomb de l’indifférence. Il s’agit de condamner avec la plus ferme détermination la faille qui s’est creusée en France, entraînant la séparation des Français en deux sociétés distinctes et qui ne peuvent se comprendre.

Cette France qui a défilé hier, forte de l’appui de tous ceux qui, ne pouvant se déplacer, ont apporté leur soutien moral, financier, religieux, à ceux étant partis, très tôt pour la plupart, en direction de la capitale. Cette France était celle des familles nombreuses, des classes moyennes de Paris et de province, des vieux, des jeunes, des pauvres, des riches. C’est la France qui refuse de voir le corps de la femme comme une usine. C’est la France qui travaille, qui paie des impôts et qui fait des enfants. Ces enfants sont ceux qui paieront les retraites, ceux qui perpétueront l’Histoire de notre grand pays.

C’est cette France-là qui marchait hier, et elle était accompagnée en pensée par des millions d’autres personnes qui n’acceptent pas le Diktat des groupes de pression. Cette France, insultée par les médias, par les politiques, par les lobbys, est celle qui assure l’avenir de la France. Elle en est l’énergie. C’est la France que l’on n’entend jamais : elle descend peu dans la rue et ne brûle pas de voitures, mais elle se bat lorsque la France est en danger. C’est elle qui s’était rendue en masse à Paris en 1984 pour défendre la liberté de l’enseignement. C’est elle encore qui a donné de la voix hier, afin de défendre non pas des intérêts de classe ou des revendications identitaires. Elle est descendue pour défendre l’intérêt général qui prend racine dans la première des cellules de la société qu’est la famille. Elle ne représente aucun intérêt, aucun lobby. Elle transcende les appareils politiques et les confessions religieuses.

Cette France se bat pour la dignité de l’Homme. Elle ne réduit pas les personnes à leur attirance sexuelle. Elle est la France de la véritable Liberté, celle qui ne consiste pas à faire ce que l’on veut, mais celle qui consiste à faire passer la justice devant ses aspirations propres. Elle est la France du dépassement de soi, qui cultive la grandeur intérieure de l’Homme et qui refuse d’en faire un objet. C’est la France qui résiste à la décomposition de notre modèle social, qui refuse le communautarisme. C’est la France qui considère l’enfant comme une chance, pas comme un droit, qui place le droit de l’enfant devant les revendications identitaires.

Plus que n’importe qui, cette France est fondée à donner son avis sur ce changement de civilisation que des mouvements violents et insignifiants entendent nous imposer. C’est cette France-là, qui chaque jour se voit de plus en plus brocardée et stigmatisée, qui hier a défilé en masse à Paris. Elle était venue affirmer, comme l’écrivait Mgr. Centène dans le Figaro en décembre dernier : « Si la loi n’est plus un socle commun pour la nation, qui pourra garantir la stabilité du pacte social ? À quelle résurgence du communautarisme faut-il s’attendre ? ».

Cette haine de nos détracteurs montre bien qu’il existe deux France. Le gouvernement a choisi la sienne, refusant même d’écouter la France des familles. Le mensonge du ministère de l’intérieur au sujet des chiffres de la manifestation est emblématique de cette fracture. Comment peut-on ainsi rayer de l’ardoise un million de Français ? Quelle démocratie refuserait d’entendre un cri si puissant, venant de l’ensemble des régions, de l’ensemble des villages. Quel gouvernement repousserait la clameur de 6 000 élus ?

Face à ce mépris et à ce déni de démocratie, il faut que les Français prennent leurs responsabilités. Il faut secouer le joug de ce gouvernement tyrannique qui veut voter un texte aussi radical pour l’avenir du pays. Il faut résister à l’oppression, comme nous le permet la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen. Ce changement de civilisation, qui entraînera son avalanche de "progrès" autoproclamés relevant du darwinisme social, ne peut pas être voté de la même manière que l’on vote pour modifier le taux de la TVA, comme le rappelait hier Henri Guaino. La prochaine étape sera la Gestation pour Autrui, et un jour également, l’euthanasie, car ces gens-là estiment que les vieux coûtent trop cher...

Aussi vrai que l’on ne peut pas vivre continuellement en exil dans son propre pays, pour l’intérêt général de la nation, il faut envisager de nouvelles formes de mobilisations. Le gouvernement refuse un référendum qui a déjà eu lieu hier. De fait, il existe encore d’autres moyens pour s’opposer au parti socialiste tout-puissant.

 

Faut-il aller jusqu’à la grève de l’impôt ?

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/5a/Yorktown80.JPG/300px-Yorktown80.JPGComment peut-on continuer à financer une société qui nous méprise ? La situation actuelle est la suivante : L’État nous demande de payer, et accepte notre argent, mais il refuse d’écouter l’expression de notre mécontentement. Les insurgés américains en 1776 refusaient de payer sans représentation, et ils ont gagné. Aujourd’hui aussi, il importe de s’interroger sur l’opportunité de s’insurger contre un État qui, non content de nous imposer avec des taux abusifs, refuse de nous entendre et nous refuse le débat.

Refusons de financer une société qui refuse l’expression de plus de la moitié de ses citoyens [2]. Refusons de financer un audiovisuel qui organise des débats caricaturaux et déséquilibrés. Refusons de financer des programmes scolaires idéologiques destinés à « rééduquer » la société. Refusons de financer la PMA pour les couples homosexuels. Refusons de financer la suppression des enfants dans le sein de leur mère. Refusons de financer les expérimentations sur les embryons humains. Stéphane Hessel nous invitait à nous indigner. Indignons-nous, effectivement. Il faut dès à présent que la France qui a défilé dimanche prenne le chemin d’une insurrection civique, jusqu’à ce que le gouvernement nous écoute. Envisageons la création d’un collectif afin de recenser toutes les personnes prêtes à refuser de payer l’impôt à l’État socialiste, et à le transmettre à Bercy. Ce chiffre-là, ils ne seront pas en mesure ni de le contester, ni de le minimiser. Il sera un appel au respect de cette France qui ne veut plus vivre en exil chez elle. Il sera un appel citoyen pour que l’école soit un lieu d’enseignement et pas de rééducation. Il sera un cri de ceux qui, au nom de l’intérêt général, refusent le communautarisme violent pour défendre la famille.

 

Notes

[1] "Quand il y a des milliers et des milliers de citoyens, jeunes ou moins jeunes, quand toutes les organisations syndicales, représentées sans exception, quand de nombreuses associations d’étudiants et de parents d’élèves, sont aussi mobilisés, à quoi sert d’attendre la prochaine manifestation ?.

Il suffirait d’un mot, un seul, que le pouvoir hésite à prononcer : l’abrogation. C’est un gros mot pour la droite. Mais quand on a fait une erreur, il faut savoir l’effacer". « Il ne s’agit plus de confusion, mais de ridicule, une vraie palinodie sémantique. Assez d’orgueil, d’amour-propre et d’honneur mal placé ! ».

François Hollande, 2006.

[2] Contrairement à ce que peuvent dire les médias, les Français sont bien contre le « mariage » gay : http://www.lerougeetlenoir.org/les-...

 

 

Source

: http://www.lerougeetlenoir.org/les-controverses/je-vis-une-foule-immense-que-nul-ne-peut-denombrer-ap-7-9

-------------------------------

. Contre le Nouvel Ordre mondial : en finir avec la "révolution" (Ière partie)

. Il faut se méfier de la France bien élevée...

. La destruction méticuleuse et déterminée de la famille par la république depuis le XIXe siècle

. Le "mariage" homosexuel : une horrible régression visant à la mise au pas des plus faibles, des enfants et des pauvres

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 18:31

 

Tout le monde s’accorde à le dire, et même, du bout des lèvres, certains membres du gouvernement : la manif de ce 13 janvier est un immense, un inespéré succès.

 

Un succès d’autant plus grand qu’elle a fait descendre dans la rue la France des taiseux, la France qui ne fait pas de bruit, la France bien élevée qui ne veut pas déranger, celle qui bosse et paie sans moufeter ses impôts, celle qui n’a jamais commis plus gros délit que de dépasser le temps imparti par un horodateur, celle qui cède sa place dans les transports en commun et aide les vieilles dames à monter leurs bagages dans le train.

 

La France dont on ne parle pas au 20 heures, parce que ses enfants ne dealent pas, ne squattent pas, ne brûlent pas les voitures et ne cassent pas la gueule aux profs, la France qu’aucun gouvernement ne cherche à ménager tant on la sait docile, respectueuse des lois et de l’ordre établi. La gentille France familiale, catholique ou pas, qu’on prend quelquefois, il faut bien le dire, pour toutes ces raisons-là, au choix, pour une bonne poire ou pour une vache à lait.

 

Et c’est cette France-là qui est venue manifester en masse, avec ses poussettes surchargées, ses innombrables jeunes perchés sur les chars, ses enfants ravis pour une fois d’échapper aux devoirs du dimanche, cette France-là qui est venue protester, crier, tempêter : « François, ta loi on n’en veut pas ! », « Taubira, t’es foutue, les familles sont dans la rue !»

 

Fallait-il, pour que ces gens-là sortent de leurs gonds, que la cause les ait scandalisés, touchés, indignés.

 

Parmi eux, pas de professionnels de la manif, de vieux routards syndicalistes que l’on voit fondre sur Paris comme les oiseaux migrateurs dès que la saison des conflits sociaux arrive et qui, entre grèves et cortèges, vous bloquent et vous prennent en otage un pays. Si innocents, ces manifestants du dimanche, qu’il a fallu leur expliquer quelques vieilles ficelles : que, pour le comptage de la police, par exemple, il fallait se déployer sur tout le boulevard, et ne pas rester scotchés les uns aux autres, ou que malgré le nombre, il ne fallait pas céder à la tentation d’envahir le trottoir qui, lui, ne serait pas considéré comme « manifestant ».

 

Les CRS eux-mêmes, d’ailleurs, n’avaient pas leur tête tendue habituelle, conscients sans doute que gaz lacrymogènes et vitrines brisées étaient hautement improbables avec ces manifestants placides dont les longues heures d’attente à faire le pied de grue, non plus les affiches provocatrices sur les balcons ici et là n’arrivaient à entamer la bonne humeur. On vit même l’un d’eux sourire lorsqu’un appel au micro signala à quelques minutes d’intervalle la perte d’un iPhone, puis sa restitution. Dans une foule si compacte, un objet si prisé sagement rapporté aux objets trouvés, cela ne s’était jamais vu.

 

Pour être honnêtes, ces manifestants-là ne sont cependant pas complètement abrutis. Et quand ils entendent parler du chiffre officiel de 340 000 manifestants quand certains d’entre eux, pour avoir organisé les JMJ par exemple, savent pertinemment que le Champ de Mars, très vite saturé ce dimanche et dans lequel nombre de manifestants n’ont pu entrer, peut contenir plus de 800 000 personnes, ils sentent bien « comme une embrouille ».

 

Il faut se méfier de la France bien élevée et de son côté « diesel » : un peu longue à chauffer, mais lorsqu’elle est lancée, son moteur est increvable.

 

Et là, c’est le gouvernement qui risque bien d’en baver un peu.

Gabrielle Cluzel, le 13 janvier 2013

 

 

Source : http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/manif-il-faut-se-mefier-de-la-france-bien-elevee,8597

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 23:56

 

http://liesidotorg.files.wordpress.com/2013/01/fraterniteweb.jpg?w=645&h=438Comment le président d’une nation ayant prétendument le souci de l’école et des citoyens a-t-il pu s’enticher d’un ministre de ‘l’Education’ qui n’a pas le moindre amour de la nation, de l’individu et de la famille ? Nous vivons assurément dans un drôle de monde. Voilà que le ministre V. Peillon évoque sa crainte d’un « rejet homophobe » dans les écoles qui ne seraient pas celles de la ripoublique, que les politiciens actuels incarnent superbement. Au lieu de s’occuper de mettre les homosexuels sur un piédestal et de flagorner des mœurs contre-nature, de bouleverser l’ordre naturel de la famille, ces gens-là n’ont-ils pas d’autres chats à fouetter ?

L’art de se moquer de la misère des gens

 

La crise sociale, la misère ne sont-ils pas plus importants que de s’adonner à promouvoir, à institutionnaliser ce vice immonde que nous évoquons ? Ce ministre et ses amis des loges montrent ainsi le dédain qu’ils ont de la misère, de la pauvreté. Ils sont l’expression du misérabilisme de ces prétendues élites qui ne savent plus rien faire d’autre que nous attirer les foudres du Créateur.

 

Le ministre de ‘l’Education’ donne des ukases aux recteurs d’académie comme si ces derniers n’ont pas autre chose à faire avec des cerveaux lobotomisés chaque année pour réagir comme des sujets pavloviens aux flux médiatiques des mass-médias, contrôlés par ces familles qui financent les projets à l’origine des mesures que nous évoquons.

 

Que V. Peillon, son petit chef et ses amis mal dans leur peau s’amusent entre eux, cela est indifférent. Cela regarde leur salut éternel. Mais quand il s’agit de l’éducation que les parents devraient donner à leurs enfants, ces parents n’ont aucune leçon à recevoir d’individus aussi corrompus par le vice. Que dire de cette lettre de Vincent Peillon aux recteurs : « Le gouvernement s’est engagé à s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités. »

 

De tels propos sont une déclaration de guerre à toutes les familles.

 

Sont-ils stupides au point de croire que les Français accepteront les camps, le goulag, sans se révolter au motif que notre jeunesse doit servir à ces personnages d’un triste monde afin de créer la société qu’ils souhaitent ?

 

Que ces individus prennent le temps de se regarder dans une glace quelques instants.

 

Ils partiraient en courant, surpris de voir ce qu’ils sont devenus dans le monde réel. S’en prendre à l’enfance et à l’innocence, légitimer l’impureté contre l’ordre de la nature, n’est-ce pas l’un des péchés qui crie vengeance devant la face de Dieu ?

Petit rappel de ce qu’on appelait autrefois « le catéchisme »

 

Quels sont les péchés dont on dit qu’ils crient vengeance devant la face de Dieu ?

Il y a quatre péchés dont on dit qu’ils crient vengeance devant la face de Dieu :

1. l’homicide volontaire ;

2. le péché impur contre l’ordre de la nature ;

3. l’oppression des pauvres ;

4. le refus du salaire aux ouvriers.

 

Pourquoi dit-on que ces péchés crient vengeance devant la face de Dieu ?

On dit que ces péchés crient vengeance devant la face de Dieu, parce que l’Esprit Saint le dit, et parce que leur iniquité est si grave et si manifeste qu’elle provoque Dieu à les punir des plus sévères châtiments.

Que font-ils alors que la France est sur un volcan ?

 

Nos grands penseurs socialistes n’ont-ils pas dans leur livre des droits de l’homme, une règle qui affirme qu’en période de crise économique (comme celle que nous traversons) il faut penser à aider les pauvres et assurer un juste salaire aux ouvriers ?

 

Pourquoi consentent-ils à soutenir une BCE qui distribue des milliards à des organismes qui vont spéculer sur des produits céréaliers, par exemple, voire des devises, rendant plus cher le pain quotidien de celui qui a du mal à s’en sortir et des bouches à nourrir ?

 

La logique ? Il y en a une : les socialo-communistes sont les meilleurs amis des capitalistes.

 

 

Source : http://liesidotorg.wordpress.com/2013/01/10/les-nouveaux-maoistes-sont-arrives/

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 19:55

http://www.ndf.fr/files/2013/01/Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2013-01-05-%C3%A0-19.16.16.pngLa manifestation du 13 janvier 2013 contre le « mariage » gay peut être un grand succès. À une condition toutefois : que les organisateurs et les participants osent affirmer leurs convictions sans crainte du qu’en dira-t-on politiquement correct. La tyrannie médiatique, voilà l’ennemi ! Le point avec la Fondation Polémia :

1 – Le mariage homosexuel est la revendication de la minorité d’une minorité : quelques pour cent d’activistes au sein d’une minorité sexuelle représentant elle-même quelques pour cent de la population. Réussir à mettre au centre du débat politique la question du « mariage gay » est donc aussi étrange qu’artificiel.

2 – Cela n’est possible que parce que les médias ont fait du mariage homosexuel un sujet d’actualité majeur  grâce à une technique simple : mettre en avant les sujets portant sur l’homosexualité et les « angler » dans un sens toujours favorable aux revendications homosexualistes. Ainsi, le jour de la présentation en conseil des ministres de la loi sur le « mariage pour tous », le quotidien Le Parisien titrait : « Raphaëlle, heureuse avec deux mamans ». Davantage de la communication que de l’information. Et comme par hasard, du Figaro à France Télévisions, le bébé choisi comme « premier bébé de l’année » fut présenté comme l’enfant de deux lesbiennes. Le non-sens biologique rejoint ici l’arnaque chronologique. De même que parler de « mariage pour tous » relève de la novlangue puisque cela revient à changer le sens du mot mariage (l’union d’un homme et d’une femme selon le Code civil) et qu’au demeurant, le projet de loi ne prévoit pas de revenir sur l’interdiction de l’inceste. Si la loi est votée, il y aura donc dénaturation du mariage mais non mariage pour tous. Quant au terme « homophobie », il est utilisé de manière terroriste pour tétaniser les adversaires du mariage gay. On ne débat pas sereinement sous la menace du Code pénal et du bannissement social.

3 – L’inscription dans le débat du mariage homosexuel relève à la fois du leurre et de la démarche idéologique : du leurre, puisque cela n’est pas la préoccupation de l’immense majorité des Français que l’on « distrait » ainsi d’autres sujets politiques ou tenant à leurs difficultés quotidiennes ; de la démarche idéologique aussi, puisqu’il s’agit d’une étape de plus dans la déconstruction des repères et des identités. On est ici au cœur de l’idéologie médiatique dominante fondée sur l’alliance du capital (attaché au mondialisme et à la suppression des frontières) et de la caste journalistique (attachée à la destruction des traditions). Après s’être attaqué à la nation (du latin « natio »), il est logique de s’attaquer à la naissance, au risque d’effacer les repères de la généalogie. Et porter un coup supplémentaire à la famille et au mariage, c’est choisir des cibles de choix pour qui veut établir une société indifférenciée. A contrario, cela ne peut pas être accepté sans combat pour quiconque est attaché, par conviction religieuse ou philosophique, à l’ordre naturel dont la filiation est la clé de voute. D’où l’importance des manifestations hostiles.

4 – Manifestations de protestation contre le mariage homosexuel que les médias dénigrent. C’est ainsi que les chiffres de la grande manifestation du 17 novembre 2012 ont été fortement minorés : habituellement friands de chiffres donnés par les manifestants, l’AFP et les médias de l’oligarchie ont cette fois choisi les chiffres de la préfecture de police de Paris préalablement sous-évalués. Même opération le 18 novembre pour la manifestation de Civitas, association de chrétiens de tradition qui fut accusée de violences pour s’être défendue de l’agression dont elle a été l’objet de la part des mercenaires féministes des Femen.

5 – En revanche, la manifestation pro-mariage gay du 16 décembre a, elle, fait l’objet d’une survalorisation : pour Le Monde du 18 décembre, les partisans de la loi ont quasiment fait jeu égal avec ses adversaires. Il est vrai que, cette fois, l’AFP et les principaux médias ont choisi de retenir les chiffres donnés par les manifestants, pourtant sans aucun rapport avec les observations faites au point de départ (une Place de la Bastille vide) ni au point d’arrivée (la petite Place du Luxembourg remplaçant au dernier moment la Place de l’Opéra nécessitant 15 000 à 20 000 personnes pour être remplie). C’est ainsi qu’un rapport de 1 à 10 dans la réalité donne un rapport… de 1 à 1 dans les médias. Chapeau les désinformateurs !


Source et suite : http://www.ndf.fr/identite/05-01-2013/la-manif-pour-tous-doit-resister-a-lintoxication-et-lintimidation-mediatiques#.UOnGbKyeP7g

---------------------------------

- Le "mariage" homosexuel : une horrible régression visant à la mise au pas des plus faibles, des enfants et des pauvres

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 10:03

Bus pour le 13 janvier à Paris - Classement par région

Seules les personnes enregistrées et ayant acquittées leur réservation seront autorisées à voyager.

En cas de désistement, 10€ seront prélevés. Les villes en rouge acceptent les paiements en ligne via Paypal

 

ALSACE : Prix : 40€

Renseignements et inscriptions: 0951848670 – 0786579260

STRASBOURG (67) :  05h00 - Palais des Congrès Wacken

 

AQUITAINE : Prix : 35€  

Renseignements et inscriptions :  05.59.62.67.29 – 06.33.48.68.54 dommen64@gmail.com

 ou secretariat@civitas-institut.com et Paypal www.francejeunessecivitas.com

DOMEZAIN (64) : 23h30 – Place du Fronton

LOURDES (65) : 21h30 - Rue Alexandre Marqui

ORTHEZ (64) :  22h40 – Péage Biron

PAU (64) : 22h15 – Péage

SAINT LON les MINES (40) : Départ : 00h30 – Station service Rond Point D33/D6

 

Renseignements et inscriptions: 06.50.68.90.38 – secretariat@civitas-institut.com – Paiement Paypal

BERGERAC (24) :  vers 04h00 - Place du Foirail

PERIGUEUX (24) : vers 05h00 – Eglise de la Cité

 

AUVERGNE : Prix : 35€

Renseignements et inscriptions : 0660860845 - stany45@gmail.com

LE PUY (43) : départ  à  préciser

Saint ETIENNE (42)

 

Renseignements et inscriptions : secretariat@civitas-institut.com

MONTLUCON (03) : 06h30 – Parking maison de retraite 33 Rue Grand Pré – Prix : 30€

           

BRETAGNE : Prix : 30 € étudiant - 35€ adulte

Renseignements et inscriptions : secretariat@civitas-institut.com –Paypal

BREST (29) : 04h00 – Gare SNCF

GUIMGAMP (22) : 5h40 - sortie de la 4 voies « La Chesnay », à côté de l’entreprise ‘HELARY’

MORLAIX (29) : 5h00 - en bordure de la 4 voies – parking ‘GEANT’, près du garage Citroën 

SAINT BRIEUC (22) : 6h30 - zone commerciale de Langueux, au niveau du ‘QUICK’

 

Renseignements et inscriptions : 02.96.85.04.28 ou 07.80.03.46.63

LANVALLAY (22) : 06h00 - Prieuré Ste Anne (Allée de Beauvais)

RENNES (35) :  8h20/8h30

 

CENTRE :  

Renseignements et inscriptions: secretariat@civitas-institut.com – Paiement Paypal

CHATEAUROUX (36) : vers 09h00 - Prix : 30€

LA  CHAPELLE d’ANGILLON (18) : 09h30

LIMOGES (87) : vers 07h00, 7 rue Guillamain

TOURS (37) : Prix 20€ Renseignements : 06.19.57.03.84 – Paiement Paypal


CHAMPAGNE ARDENNES : Prix: 10€ (étudiant) - 20€ (adulte).

Renseignements et inscriptions: JC Philipot  06 34 98 49 28 - am.christianisme.et.societe@gmail.com ouA Thienpont 03.26.82.11.79

REIMS (51) :  11h du parking Carrefour Tinqueux (intersection A4// route de Soissons).

 

Inscriptions et Renseignements : 06.04.13.75.92 -  carnancy54@gmail.com

VITRY le FRANCOIS (51) :  Arrêt Sommesous RN4 - Prix : 25€ (étudiant) – 35€ (adulte)

 

LORRAINE : Prix : 20€ (étudiant) – 30€ (adulte)

Renseignements et inscriptions : 06.04.13.75.92 -  carnancy54@gmail.com

NANCY (54) :  07h30 – 65 rue du Mal Oudinot

 

MIDI PYRENEES :

Renseignements et inscriptions : 05.61.83.07.10 (répondeur) - f.pache@orange.fr

CAUSSADE (82) :  22h – Le Treilhou

TOULOUSE (31) : 20h15 – Gare routière Matabiau

GRAG NAGUE (31) :  21h : Gragnague

 

PAYS de LOIRE : Prix : 35€

Renseignements et inscriptions : 06.12.57.11.81 (morillehl@laposte.net) ou Paypal

ANGERS (49) : 09h - Aire des Portes d’Angers

THOUARCE/FAYE d’ANJOU (49) :  08h - Gastines

 

Renseignements et inscriptions: tbmenager@orange.fr -  06 31 08 94 44 ou Paypal

LA ROCHE SUR YON (85) :  vers 7h45 - Zone commerciale « Les Flâneries »

 

Renseignements et Inscriptions: secretariat@civitas-institut.com - Paypal

NANTES (44) :  09h00 -  Parc des Expositions de la Beaujoire

 

PICARDIE : Participation libre

Inscriptions et renseignements : 0682927503 (après 18h30) ou catherine.anglaret@wanadoo.fr

AMIENS (80) : 10h30 -  Place Longueville (cirque Jules Verne) –

 

POITOU-CHARENTES :

Inscriptions et renseignements : 05.49.64.80.20 (départ POITIERS)

 

RHONE ALPES: Prix: 35€ (paiement par chq à ordre Civitas remis à Mme Patout accepté)

Renseignements : 04.72.60.93.17 – patout.jean-francois@wanadoo.fr

 

LYON (69) : 07h45 – 56 rue d’Inkermann, 6ème

 

Source: http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2013/01/04/cars-direction-paris-pour-la-grande-manifestation-contre-la.html

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 13:19

 

 

Tous les catholiques sont invités à manifester leur refus du projet de loi sur le "mariage" homosexuel en participant au défilé qui partira de la Place Pinel ( station de métro Nationale), le 13 janvier 2013 à 13 heures. Rejoignez "Catholiques pour la Famille" pour prier Notre Seigneur et Sa Sainte Mère de nous éviter cette catastrophe.

 

Communiqué d'Alain Escada, Président de Civitas :

 

 

Lorsque les organisateurs de la « Manif pour tous » affirment que le 13 janvier, ceux qui marcheront avec eux devront aussi le faire « contre l’homophobie », reprenant à leur compte un concept inventé par le lobby homosexuel, ils commettent une faute grave dont il est important de mesurer les conséquences pour l’avenir.

 

En effet, il est bon de rappeler que François Hollande et son gouvernement ont dans leurs tiroirs une série d’autres projets législatifs qui devraient venir compléter celui sur l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe et la possibilité pour eux d’adopter des enfants.

 

François Hollande a ainsi prévu de rétablir un dispositif public spécifique de lutte contre les « discriminations » « doté des moyens adaptés » sur le modèle de la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) de sinistre mémoire. C’est cette Halde (créée en 2005 et dissoute en 2011) qui fut à l’origine d’un méchant procès fait au député Christian Vanneste. M. Hollande a précisé que les associations LGBT seront représentées au sein de cet outil répressif. En outre, M. Hollande a prévu que soient ajoutés aux motifs de « discriminations » condamnables « l’identité du genre », au même titre que « l’orientation sexuelle », imposant de la sorte un affermissement du terrorisme intellectuel.

 

Dans le même ordre d’idées, François Hollande réclame :

 

- un renforcement de « la lutte contre les discriminations dans le monde professionnel (y compris dans le secteur public) » qui augure d’une nouvelle vague de « discrimination positive » à l’embauche ;

 

- de « faciliter l’accès au statut de demandeur d’asile » aux personnes qui se prétendraient persécutées « en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre » ;

 

- de permettre aux porteurs du virus VIH étrangers « y compris en situation irrégulière » de bénéficier de soins « et d’un titre de séjour » ;

 

- de soutenir « au niveau international toutes les initiatives visant à combattre les LGBT-phobies »

 

Imposer aux manifestants du 13 janvier opposés à la dénaturation du mariage et de la parenté de marcher également contre l’homophobie, c’est légitimer la police de la pensée qui sera demain en charge de réprimer la libre parole de tous ceux qui s’opposent aux revendications du lobby homosexuel, y compris la théorie du gender. C’est légitimer un processus liberticide qui, demain, forcera les esprits rebelles, d’Ivan Rioufol à Eric Zemmour, de Robert Ménard à Alain Soral, de Serge Dassault à Jacques Bompard, à se taire ou à subir les nouvelles foudres d’une justice inique. C’est, à terme, préparer la voie de la censure aux organisations LGBT qui estiment que la Bible contient des passages « homophobes ».

 

Source et suite : http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2013/01/02/13-janvier-communique-de-civitas.html

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 21:57

La nouvelle bannière du groupe Facebook France-Jeunesse-CIVITAS vient de voir le jour: ICI

fjcfacebook.jpg

Le 13 novembre, pour défendre la Famille, le mariage, la parenté, retrouvons-nous tous place Pinel (métro Nationale) à partir de 13h !

 

Source: http://www.civitas-institut.com/

--------------------------------

- Jeanne Smits ouvre le débat : « Manif pour tous » ? Là, ça va trop loin !

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 08:52

Jeanne Smiths ouvre le débat ! Sur son blog, elle s'interroge quant aux objectifs de certains organisateurs de la "manif pour tous" du 13 janvier. En effet, les objectifs de la marche sont radicalement inversés. Il semble que nous nous retrouvions face au procédé maçonnique décrit par Philippe Ploncard d'Assac : infiltration, noyautage, déviation... 


« Manif pour tous » ? Là, ça va trop loin !

 

http://3.bp.blogspot.com/-PJKqxKSV6sY/UMuvxVCm7uI/AAAAAAAACmw/yPQr5Kh3F0o/s1600/photo.jpegPourra-t-on défiler contre le « mariage » des homosexuels le dimanche 13 janvier sans marcher en même temps « contre l'homophobie » ? Frigide Barjot, grande coordinatrice de la marche qui annule et remplace la marche pour la vie (les enfants à naître aux oubliettes…) a clairement fait savoir que non. « Comment vous prémunir contre les homophobes ? », lui demandait-on sur RMC jeudi. En faisant applaudir les rainbow flags… Et les gens de Civitas ? « Civitas, c'est clair et net, ils viendront, et ils seront obligés de défiler contre l'homophobie, et d'enlever leurs bannières. » ("Et si ils arrivent avec leur chapelet, ça sera gentiment dehors!", ajoute-elle, Ndlr.)

 

— Ça va être compliqué pour eux, quand même…

 

— Voilà ! (sur un ton triomphant. L'air de dire : tant mieux, ils seront bien obligés de s'en aller…)

 

Contre l'homophobie ? Contre un concept inventé par les plus durs des lobbies gays pour empêcher tout jugement de valeur non sur les personnes qui se trouvent avoir des attirances homosexuelles, mais sur le comportement homosexuel ? Contre un instrument juridique qui, dans de nombreux pays du monde déjà, permet l'inculpation de personnes qui se réclament de la Bible pour porter ce jugement moral ? Contre un sentiment subjectif de répugnance, aussi, qui est désormais interdit, alors qu'on imagine les homosexuels répugnés par l'idée de relations charnelles avec les personnes du sexe opposé et que tout le monde doit apparemment trouver que dans ce sens-là, il n'y a pas de problème ?

 

Oui, là, cela va trop loin. Cela va trop loin d'avoir prévu, au cœur de la « manif pour tous » (c'est toujours dans l'interview précitée) un « char des homos » : « J'appellerai tout le monde à venir danser sur le char gay ! »

 

Mais c'est quoi, ce détournement ? 99 % des personnes qui viendront défiler à Paris le 19 janvier ne demandent pas cela, ils demandent le retrait du projet. Rien de moins. Et surtout, rien de plus. Pas sa suspension en attendant la tenue d'« états généraux de la famille ». Pas une discussion sur « la place de l'homosexualité dans notre pays ».

 

Et encore moins une revendication qui est très exactement à l'opposé de ce que demandent les honnêtes gens. Pourtant elle y est, régulièrement mise en avant par Frigide Barjot : l'amélioration du contrat d'union civile ouverte aux couples homosexuels. Elle l'a dit lors de sa conférence de presse mercredi, et j'en atteste puisque j'y étais : « Nous travaillons à un projet alternatif qui assure les droits sociaux, civils, patrimoniaux des familles homoparentales, sans bouleverser les principes du droit civil. »

 

Et voilà que l'absurdité de la « famille homoparentale » devrait être entérinée par les centaines de milliers de personnes qui manifesteront contre le « mariage » des homosexuels ? C'est ainsi qu'on se fera entendre des médias, qu'on explosera les idées préconçues, nous dit-on. Mais oui : en brouillant le message jusqu'à le rendre incompréhensible. Car s'il est bon d'aménager des droits parentaux pour les partenaires de même sexe, s'il faut réfléchir à l'« homo-éducation » comme le propose Frigide Barjot, si les enfants peuvent « absolument » très bien grandir dans un foyer homosexuel, on se demande pourquoi on se donnerait la peine de se déranger le 13 janvier.

 

C'est la même raison pour laquelle il n'est pas question de parler des « souffrances » des homosexuels, et tant pis pour ceux qui vivent douloureusement leur condition. « L'homosexualité n'est pas une maladie », comme l'a martelé Frigide Barjot.

 

Car dire cela, c'est déjà être « homophobe », n'est-ce pas ? Puisque l'homophobe est celui qui « discrimine » à l'égard des homosexuels en émettant des critiques, fussent-elles vraies, sur leur mode de vie ou leur capacité à tout faire comme les « hétéros », voire mieux… Tout cela est d'une logique totale : on cherche à plaire aux médias, on adopte le langage et les concepts de l'adversaire, on s'y soumet, et on fuit comme la peste ceux qui ne sont pas disposés à s'incliner devant le politiquement correct. Tout comme nombre d'évêques de France ont longtemps mis sous le boisseau l'enseignement de l'Eglise sur l'avortement, de peur de se voir assimilés à l'« extrême droite » qui seule portait le respect de la vie sur la place publique.

 

Non, là je cale vraiment. Pour le bien de la cause, il me semblait jusqu'ici qu'on pouvait faire avec les consignes souvent décalées, sans portée réelle, ou du moins je l'imaginais, données par Frigide Barjot (applaudir les « kiss-in », se dénuder pour se retrouver à égalité avec les Femen…). J'étais irritée par le « dress code » imposant aux gens de venir autrement qu'ils ne sont (et habillés de rose... Ndlr.), par le refus des slogans et affiches non lus et approuvés par les organisateurs (mais qui représentent-ils ?). Mais ce n'étaient pas des raisons suffisantes pour prendre l'affaire bille en tête.

 

Avoir radicalement inversé les objectifs de la marche, c'est autrement plus grave.

 

Question : les nombreux évêques qui, courageusement, ont appelé les Français et les catholiques à manifester leur opposition à la légalisation du « mariage » des homosexuels, partagent-ils l'idée selon laquelle il faut marcher « contre l'homophobie » et pour un super-pacs, danser sur un char façon Gay Pride et réclamer une nouvelle forme d'« autorité parentale » pour les « homo-éducateurs » ? Un catholique peut-il participer à cela sans rien dire ?

 

Désolée, mais il va falloir qu'ils s'expriment. Ils sont au pied du mur.

 

Jeanne Smits

 

Source via http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=654073

 

Merci à jeanne Smits pour ces discernements et cette ouverture du "débat" !... Débat qui nous a été confisqué jusqu'à présent au motif du devoir de rester unis.

 

Oui, il va falloir que les catholiques s'expriment ! Le débat est ouvert !

---------------------------------

- Le 13 janvier n’appartient à personne (communiqué de Civitas)

- Les contradictions juridiques du "mariage pour tous" (Aude Mirkovic)

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 19:28

 

Le 13 janvier n’appartient à personne

La rue appartient à tout le monde

A l’évidence, l’ampleur de la mobilisation contre le projet de loi dénaturant le mariage et la parenté grandit chaque jour et s’étend à toutes les strates de la société française. Il ne fait plus aucun doute qu’une véritable marée humaine se répandra dans les rues de Paris le 13 janvier prochain pour exiger une seule chose : le retrait immédiat de ce projet de loi. Cette mobilisation populaire, il faut le répéter, n’appartient à personne et ne doit en aucune façon être transformée en troupeau anonyme, encore moins être détournée de ses objectifs.

C’est avec inquiétude que nous avons vu un comité s’autoproclamer organisateur de cette contestation populaire pour immédiatement chercher à la brider, à la formater, à l’uniformiser, à l’aseptiser. Trois personnes prétendent ainsi s’accaparer la direction de cette foule qui gronde : Xavier Bongibault, président de Plus Gay sans Mariage, Laurence Tcheng, présentée comme de gauche, et « Frigide Barjot » qui se revendique « déjantée ». Ce triumvirat peut bien être de bonne volonté mais quelle est donc sa légitimité pour vouloir diriger la manœuvre le 13 janvier prochain ? Si on n’est ni gay, ni de gauche, ni déjanté, comment peut-on se reconnaître en ces trois meneurs de revue ? Ce comité cherche manifestement à confisquer la mobilisation populaire à laquelle nous assistons au profit d'un discours ambigu (normalisation de l'homosexualité, obsession de demander aux catholiques de se "camoufler" en citoyens lambdas de la République, consignes vulgaires,...).

 

Une imposture

L’émotion est grande chez beaucoup de participants aux manifestations du 17 novembre ou du 8 décembre, qu’ils soient catholiques ou non, qui se sentent trompés après avoir observé des situations surprenantes. Que Mme Barjot et ses acolytes demandent d’applaudir des duos homosexuels s’embrassant, cela laisse pantois. Que Xavier Bongibault et ses comparses fassent une fixation sur la lutte contre l’homophobie, concept inventé par le lobby homosexuel pour intimider et disqualifier les opposants à ses revendications, c’est pour le moins troublant. Que Mme Barjot se flatte devant tous les micros d’avoir participé à toutes les « gay pride » et que, lors des conférences de presse qu’elle organise, elle pousse le souci du détail jusqu’à régulièrement porter une veste marquée du logo du « Banana Café », bar gay de Paris, cela souligne des connivences étranges.

La liste devient trop longue des errements que ce trio veut imposer à tous. Petit florilège des propos tenus ces jours-ci par Mme Barjot :

- ceux qui viennent manifester le 13 janvier « seront obligés de défiler contre l’homophobie » ;

- ceux qui arrivent avec leur chapelet, « ce sera gentiment : dehors ! »

- si des militantes de FEMEN se déshabillent, que les mères de famille en fassent autant « pour être en situation d’entamer un dialogue équitable »

- « La Manif pour Tous (…) rappelle qu’elle comprend les revendications d’homo-éducation (…) » (communiqué de F. Barjot du 13 décembre)

- « Le 13 janvier, il y aura un char des homos… et j’appellerai tout le monde à venir danser sur le char gay »

J’en arrête là tant c’est insupportable. Non, les Français qui viendront manifester le 13 janvier ne veulent pas d’une «homo-éducation » dans les écoles de leurs enfants ! Non, ils ne veulent pas d’un « PACS+ » ! Non, ils ne viennent pas pour danser sur un char gay !

Laisser passer ces erreurs graves, sous prétexte d’éviter les controverses, c’est permettre qu’elles se transforment en une gangrène qui corrompra tous les combats futurs.

Savez-vous ce qu’est le scandale ? C’est d’induire le prochain en erreur par des paroles ambiguës, équivoques. Que personne ne vienne tenter de relativiser ces paroles de Mme Barjot au nom de la « com » qui permettrait toutes les inepties. Vous pensez que les mots n’ont pas d’importance ? Ils en ont bien plus que vous ne vous l’imaginez. Les mots sont la physionomie extérieure des idées.

 

Le nombre n’est pas tout

Bien sûr, nous souhaitons tous que nos manifestations rassemblent de nombreux participants. Mais méfions-nous de faire du nombre un objectif essentiel et un critère prépondérant au prix de tous les sacrifices. C'est la vérité du message porté par les manifestants qui est essentielle.

Si un défenseur de la Famille et du mariage, sous prétexte d'être efficace et de faire nombre, commence par mutiler la vérité ou l'atténuer à sa fantaisie, il ne défend plus la vérité. Il peut bien être de bonne foi mais à force d'accommoder le message à ses vues étroites et à son faible courage pour le rendre, imagine-t-il, plus acceptable à l'adversaire, il ne défend plus la vérité mais une illusion.

 

Personne ne demande que le 13 janvier soit exclusivement réservé aux catholiques

Que nul ne se méprenne sur les raisons de ce communiqué

Je l’ai déjà dit et écrit souvent : il n’est pas besoin d’être catholique, chrétien, croyant, pour comprendre la nocivité de ce projet de loi. Et il faut se réjouir que des Français de tous milieux viennent jusque dans la rue crier leur indignation devant un projet gouvernemental qui souhaite défigurer l’institution du mariage et ouvrir la voie à la marchandisation de l’enfant.

Mais si personne n’imagine demander que cette manifestation soit réservée aux seuls catholiques, il serait plus absurde encore de tomber dans l’excès inverse et d’exiger d’eux de manifester dans un anonymat honteux. Ce serait absurde parce qu’aucun journaliste, malgré tous les efforts « déjantés » de Mme Barjot, n’est dupe : tous constatent bien que les catholiques constituent le gros des bataillons des manifestants contre ce projet de loi. Ce serait aussi absurde parce que, de la même façon que personne n’imaginerait arracher ni la kippa que porterait un manifestant juif sur la tête ni le voile que porterait une manifestante musulmane, il est impensable, inacceptable, inadmissible que le trio qui prétend cornaquer cette manifestation se permette de déclarer que la personne qui aurait son chapelet à la main, « ce sera gentiment : dehors ! ».

 

Les catholiques ne sont pas des citoyens de seconde zone

Par ailleurs, je dois dire mon exaspération d’entendre des catholiques déboussolés succomber aux recommandations tactiques douteuses de ceux qui sont avant tout très gênés à l’idée d’un réveil catholique. Comme si le message serait affaibli parce que porté en grande partie par un sursaut des catholiques. Qu’est-ce donc que ce raisonnement qui fait fi de toute espérance chrétienne alors qu’il est dit : « Par ce signe, tu vaincras ».

Quoi, les parlementaires et les maires nous écouteraient moins parce que la foule serait identifiée comme catholique pour une très large proportion ? Mensonge entretenu par ceux qui ne veulent surtout pas d’un réveil catholique. Qu’au contraire les catholiques s’affichent avec détermination, qu’il apparaisse un réveil catholique particulièrement perceptible chez la jeunesse, et le monde politique toujours volatile ne manquera pas d’estimer qu’il faut tenir compte de cet électorat redevenu militant.

Recommander aux catholiques de faire profil bas et de participer à la manifestation du 13 janvier comme s’il s’agissait d’un bal masqué, c’est se rendre complice des intégristes de la laïcité qui sont par ailleurs les rédacteurs du texte de loi que l’on prétend combattre. Réclamer la non-intervention de la religion dans le débat politique, c’est contribuer au développement d’un véritable athéisme social. Celui qui nie l’autorité de Dieu sur la société et sur les individus ne peut se prétendre catholique. On ne peut se dire catholique lorsqu’on pénètre dans une église et être simple citoyen républicain et a-confessionnel le reste du temps. On ne peut reconnaître au pied du tabernacle l’obligation de se soumettre à la volonté de Dieu, et s’y soustraire lorsqu’on est dans la vie publique. On ne peut être catholique durant la messe du dimanche matin et cacher sa foi durant la manifestation d’un dimanche après-midi !

 

Oui, nous manifesterons ce 13 janvier

A tous les catholiques, mais aussi à tous les Français de bon sens épris d’un discours porteur de vérité et sans concession pour le mensonge, je fixe solennellement rendez-vous le dimanche 13 janvier à partir de 13h place Pinel (métro Nationale) dans le XIIIème arrondissement.

La rue appartient à tout le monde et nous n’avons pas besoin de l’assentiment d’un comité « gay friendly » pour manifester ! Dès à présent, préparons les transports groupés pour faciliter la participation du plus grand nombre.

Comme le 18 novembre dernier, CIVITAS organisera l’encadrement logistique de ce rassemblement et y accueillera sans aucun esprit de chapelle tous ceux qui veulent le retrait de ce projet de loi. Banderoles, bannières, drapeaux et pancartes y seront les bienvenus (pour autant que les textes se rapportent directement à l’objet de la manifestation et respectent la législation française). Chacun y viendra coiffé et habillé comme il le veut. Les catholiques n’y auront pas honte de leur foi, sans que cela soit signe d’exclusion pour les autres.

 

Alain Escada,

Président de CIVITAS

 

Source : http://www.civitas-institut.com/content/view/852/1/

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 14:35

Alain Escada, président de Civitas appelle à l'unité pour la manifestation du 13 janvier.

 

 

http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/media/00/01/1471743592.jpgManifestons pour la Famille : Le 13 janvier, tous à Paris !

 

Le gouvernement actuel de Jean-Marc Ayrault veut actuellement faire accéder les couples homosexuels au mariage civil et à l'adoption, laissant la porte ouverte aux pires manipulations embryonnaires. Une telle loi mettrait en péril l'équilibre des Français de demain. Jamais, dans toute l'histoire de l'humanité, on ne s'était aventuré vers des utopies aussi délirantes. Purs objets de convoitise égoïste, les enfants deviendraient alors les malheureuses victimes des caprices humains. Mais la nature ne pourra que rappeler le fruit du plan divin : qu'on le veuille ou non, pour que naisse un enfant, il faut un homme et une femme. Jamais aucune loi ne changera cette irrémédiable réalité.

 

Devant la tragédie qui se trame, nous devons employer tous les moyens pour interrompre un projet dont les auteurs paraissent aussi cyniques qu'inconscients. Dès l'été, nous avions invité les Français à défiler nombreux autour de nous dans les rues de Paris le 18 novembre. Ce premier rendez-vous fut un succès auquel les opposants n'ont cru pouvoir répondre que par une mascarade médiatique de quelques activistes provocatrices, dénudées et rémunérées.

 

A la suite de notre appel estival, l'émotion des Français a suscité d'autres initiatives les 17 novembre et 8 décembre. L'unité nécessaire pour fédérer le plus grand nombre n'a pas été trouvée à ces dates. Aussi, ne désirant pas devenir devant l'histoire les auteurs de divisions stériles qui serviraient la triste cause d'une poignée d'homosexualistes et considérant la gravité des faits devant lesquels nous sommes confrontés, nous prenons l'initiative d'appeler à une large mobilisation en demandant aux Français de rejoindre les rangs de l'Institut Civitas dans les rues de Paris le 13 janvier, à l'occasion de la grande marche organisée contre ce projet de l'équipe Ayrault. Nous défilerons sans masquer notre identité ni honte pour notre foi chrétienne, forts de nos convictions, récusant tout esprit de haine pour notre prochain, mais réprouvant fermement les divagations d'un microcosme parisien. Pour notre part, nous ne quémandons aucune amélioration du PaCS. Nous ne perdrons pas non plus notre temps en tactique dilatoire qui consisterait à réclamer des états généraux ou un référendum. Nous irons droit au but en demandant au président de la République de retrouver le bon sens et de retirer le texte gouvernemental auquel lui-même ne semble pas croire.

 

Ne nous méprenons pas. Le 13 janvier prochain, les journalistes acquis à la cause du projet de loi tenteront de faire diversion par quelque épiphénomène médiatique dont ils ont le secret, dans l'unique but de victimiser les promoteurs du mariage homosexuel. Nous leur répondrons par une mobilisation de masse qui fera inévitablement reculer le gouvernement.

 

Alain Escada,

président de Civitas

 

Source: http://www.civitas-institut.com/content/view/849/1/

------------------------------------

- Parité partout, sauf dans le couple parental

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 07:57
  jean-de-viguerie.jpgAu Président de Civitas

Cher Monsieur,

Vous voulez bien me demander un encouragement personnel pour votre action contre le faux mariage homo. Je vous le donne de tout cœur, ayant toujours admiré le courage et l'esprit chevaleresque dont vous faites preuve.

Avec mon respectueux souvenir.

Jean de Viguerie


Les cars se font de plus en plus nombreux pour rejoindre Paris le 18 novembre. A ce jour, il en partira des villes suivantes... En Alsace : Strasbourg. En Aquitaine : Lourdes – Pau –Domezain – Bordeaux – Bergerac – Périgueux. En Auvergne : Le Puy en Velay – Monestrol EnBretagne : Brest – Morlaix - Saint Brieuc – St Malo – Lanvallay - Guingamp – Rennes. En Bourgogne : Dijon – Mâcon. DuCentre : Tours - En Champagne : Reims - Vitry le François. En Languedoc Roussillon : Montpellier. En Limousin : Brive. En Lorraine : Nancy. En Midi Pyrénées : Montréal de l’Aude – Toulouse – Caussade. Dans le Nord : Lille. En Normandie : Caen – Rouen. En PACA : Saint Raphaël –En Pays de Loire : Angers - La Roche sur Yon – Nantes –Thouarcé. En Poitou-Charente : Poitiers – Chatellerault – En Picardie : Amiens. En Rhône Alpes : Lyon Saint Etienne. En Belgique : Bruxelles. Réservez au plus vite en lignehttp://www.civitas-institut.com/content/view/807/1/ - votre place dans l'un de ces cars.

 

Source: http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2012/11/10/jean-de-viguerie-soutient-l-action-de-civitas-et-l.html


http://www.christ-roi.net/images/1/1b/Libert%C3%A9_Egalit%C3%A9_%26_Fraternit%C3%A9_ou_la_mort.JPGJean de Viguerie est l'auteur du livre Les Deux Patries, dont voici un extrait au sujet de la Ière Guerre mondiale :

 

"La trouvaille de génie a été 'L'union sacrée'. ... Au nom de l'Union sacrée, il fut ordonné de consentir. Sous peine d'être un 'mauvais Français'. Ce fut une trouvaille ingénieuse et bien plus efficace que la 'Patrie en danger'. Ainsi le patriotisme révolutionnaire triomphait. ... Les orphelins de guerre - on les compte par millions - protestent dans leurs coeurs: 'C'est cela votre France, disent-ils, cette idole inhumaine, avide du sang de nos pères, et pouvons-nous l'aimer?' Ils se trompent: la déesse cruelle qu'ils accusent est la patrie révolutionnaire, non la France. Mais comment le sauraient-ils? Nul ne pourrait leur expliquer? La manipulation est parfaite."

 

(Jean de Viguerie, Les Deux Patries, Essai historique sur l'idée de patrie, Dominique Martin, Mayenne 2004, p. 185-212).

 

Sur le thème révolutionnaire de la "Liberté ou la mort" et de la tolérance philosophique, Jean de Viguerie précise : "Certains révolutionnaires en 1789 ont même dit : 'La liberté ET la mort'...". La mort à tous les points de vue, physique, spirituel, moral.

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 14:09

 

http://feeds.lefigaro.fr/c/32266/f/438190/e/1/s/252fbd16/l/0L0Slefigaro0Bfr0Cmedias0C20A120C110C0A30C7351d2c60E25a20E11e20E81c50E49469729e2680E493x1780Bjpg/7351d2c6-25a2-11e2-81c5-49469729e268-493x178.jpg

Lors du discours d'ouverture de l'assemblée des évêques réunie à Lourdes ce matin, le président des évêques français, le cardinal André Vingt-Trois a sonné la fin de la récréation pour les catholiques face au projet du gouvernement de légaliser le "mariage" homosexuel "pour tous", qu'il a requalifié de « mariage de quelques-uns imposé à tous » et de « supercherie », et a lancé un appel implicite à manifester.

 

 

 

 

Le cardinal André Vingt-Trois n'a pas mâché ses mots, samedi matin, en ouvrant l'assemblée des évêques de France qu'il préside à Lourdes. Il a requalifié le projet de "mariage pour tous" légalisant le "mariage" homosexuel en « mariage de quelques-uns imposé à tous », une « supercherie » (celle de ne pas «reconnaître la différence sexuelle»), et une «discrimination entre les enfants».

 

Sur le plan politique, il a récusé la légitimité de «l'élection présidentielle» et celle des «législatives» qui ne sont pas «un blanc seing automatique» quand il s'agit de réformes qui «touchent très profondément les équilibres de notre société». La démocratie comme souveraineté du peuple atteint ici ses limites: celles de la loi naturelle. Le projet de "mariage" homosexuel et d'adoption par des couples" homsexuels est un exemple type de conflit entre "volonté générale" ("souveraineté du peuple") et les droits de l'homme (droit de l'enfant d'avoir un père et une mère). Le prélat a ainsi insisté sur le droit des enfants «à être élevé» par «ceux qui l'ont engendré. Il a cité à cet égard l'article 7 de la Convention internationale relative aux droits de l'enfant.

 

Mgr Vingt-Trois a ajouté: «Dans certaines situations exceptionnelles, des personnes peuvent, pour le bien de l'enfant, assumer généreusement la responsabilité parentale. Elles ne peuvent jamais se substituer totalement à l'homme et à la femme qui ont engendré l'enfant»

 

Il a donc appelé à nouveau les chrétiens «à saisir leurs élus en leur écrivant des lettres personnelles». Et, pour la première fois, montant d'un cran, il a poussé à manifester contre ce projet de loi même s'il n'a pas prononcé ce mot. Mais il a clairement affirmé que les chrétiens «doivent» utiliser «les moyens d'expression» d'une «société participative» pour faire «entendre» leur point de vue.

 

Enfin, compte tenu de la «gravité de l'enjeu», l'archevêque de Paris a réclamé au gouvernement un «large débat national» de façon à échapper «à la pression ostentatoire de quelques lobbies». Précisant que l'Église catholique ne défend pas ici des «privilèges confessionnels» mais «la fonction sociale du mariage qui ne dépend d'aucune religion». Une fonction «d'alerte» des consciences revendiquée par l'Eglise.

 

-------------------------------------------

- "Il n'est pas sain de mettre aux voix de savoir ce qui est bien et ce qui est mal. Je ne crois pas que la source de la morale soit la majorité" (Monseigneur André Vingt-Trois, archevêque de Paris)

- "Mariage" homosexuel: un exemple de conflit entre Volonté générale et droits de l'homme

- "Mariage" homosexuel : Mgr Vingt-Trois appelle les parlementaires à résister et à s’affranchir de la discipline des partis

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 15:42

http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/media/01/01/2132675025.4.jpgExtrait du Figaro :

L'Institut Civitas (…) a lancé aujourd'hui une campagne contre le mariage et l'adoption homosexuels, afin d'influencer les parlementaires, amenés dans les prochains mois à débattre et voter une loi en ce sens.

 « Nous avons six mois pour 'réinformer' l'opinion publique, mobiliser les Français jusque dans la rue, influencer un grand nombre de députés et sénateurs, jusqu'à faire échec au projet de loi », a indiqué lors d'une conférence de presse Alain Escada, président de Civitas. (…)
 
L'Institut, qui souhaite un « vrai débat sur le sujet », compte sur l'appui « des maires des petites communes rurales, non étiquetés ». « Ce qui légitime notre action, c'est qu'il existe un lobby homosexuel qui a ses entrées dans les médias, dans les partis politiques, et qui veut imposer son modèle », a dénoncé Alain Escada. Estimant qu'il « existe une proportion importante de l'opinion publique qui s'oppose à ce projet de loi », il a fait état de la « privation du droit des Français à s'exprimer sur le sujet » et mis en avant l'  « intérêt supérieur de l'enfant, que nous considérons menacé par un tel projet ».

Le budget de cette campagne est de 100.000 euros. Un million de tracts montrant la photo de deux manifestants défilant les fesses nues, lors d'une gay pride, et barrée d'une question: « Confieriez-vous des enfants à ces gens-là ? », seront distribués au grand public (gares, marchés...). Un second tract sera distribué à la sortie des églises, et des réunions publiques seront organisées dans plusieurs villes de France, appuyées par des « experts », de l'enfance notamment. Une pétition sera également remise aux parlementaires.

(…) une manifestation nationale, « rendez-vous de tous les Français opposés à un tel projet de loi », sera organisée à Paris le 18 novembre. L'Institut Civitas revendique 1.200 adhérents et un réseau de sympathisants d'environ 100.000 personnes


Source: http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2012/09/10/le-18-novembre-manifestation-nationale-pour-defendre-le-mari.html

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 11:03

Les poursuites sionistes n'ont abouti à rien, les Intransigeants sont de retour le 11 septembre 2012. Christ-Roi leur souhaite force, courage et discernement, dans l'analyse des évènements, les pièges et les difficultés qui ne manqueront pas de se présenter d'ici la fin de l'année 2012.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 22:56

bannierenonaumariagehomo2.png

François HOLLANDE promet le mariage aux personnes de même sexe "au plus tard au printemps 2013". Signez la pétition suivante pour dire Non au "mariage" homosexuel, non à l'adoption d'enfants par des duos homos. Osons le dire: "La famille, c'est sacré!": www.nonaumariagehomosexuel.com

 

 

NON au"mariage" homosexuel
 
François Hollande et son gouvernement ont l'intention d'exaucer les attentes les plus folles du lobby homosexuel. Ces exigences du lobby homosexuel nient la réalité anthropologique. Elles contreviennent à la fois aux lois de Dieu, aux lois naturelles et au simple bon sens le plus élémentaire. Si elles venaient à être approuvées par le législateur, elles défigureraient la nature de la Famille, socle de base de la société, et conduiraient à un bouleversement qui affecterait toutes les familles de France.
Une loi doit servir le bien commun. Le mariage n'est pas une reconnaissance sociale de l'amour mais un engagement du couple à constituer une famille et, de manière biologique et anthropologique, à assurer la pérennité de la société et du pays

Non à l'adoption d'enfants par des duos homosexuels

Le "droit à l'enfant" réclamé par le lobby homosexuel ne correspond à rien sur le plan juridique et s'oppose au bien de l'enfant.
L'homoparentalité se ferait au détriment des enfants adoptables et des foyers souhaitant adopter ces enfants.
Il est fréquent d'entendre que "même si l'homoparentalité n'est pas une situation idéale, ce serait toujours mieux que de laisser un enfant dans un orphelinat " C'est faux ! Car il y a plus de couples hétérosexuels demandeurs d'adopter un enfant que d'enfants adoptables et qu'autoriser l'adoption d'enfants par les duos homosexuels ne ferait que compliquer l'adoption d'orphelins

Quand on parle d'adoption, il faut en effet savoir :
. qu'un taux important des enfants français placés en institution n’est pas adoptable ;
. qu'un nombre important de pays (la Russie par exemple) proposant des enfants à l'adoption internationale refuse d'accorder le transfert de l'enfant vers un pays ayant légalisé l'adoption par des duos homosexuels.
 
L'homoparentalité est dangereuse pour la situation psychologique de l'enfant qui a besoin d'un double référent paternel/maternel. Une étude récente réalisée à l'Université du Texas par le Prof. Regnerus constate chez les enfants et adolescents élevés par des homosexuels un pourcentage bien plus élevé que la moyenne de cas de dépression, boulimie, anorexie, tentatives de suicide, consommation de drogue et abus sexuels.
. L'homoparentalité est dangereuse pour l'intégration sociale de l'enfant.
. L'homoparentalité risque de déterminer les enfants concernés vers l'homosexualité.
. L'homoparentalité est la négation du réel.

Bientôt des enfants avec quatre "papas" mais pas de maman (ou l'inverse) ?
Si les revendications du lobby homosexuel devaient être suivies, les notions de paternité et de maternité seraient remplacées par une notion tronquée de parenté fondée sur l'investissement affectif et le rôle d'éducateur et pouvant concerner un nombre de "parents" quasi illimité au gré des "recompositions familiales"(selon une étude des Pays-Bas, la durée moyenne d'un "mariage" homosexuel est d'un an et demi).

Pour toutes ces raisons, mobilisons-nous contre ce projet qui aura des répercussions graves pour les générations futures. Rien n'est joué. Tout dépend de notre détermination.

Pour signer la pétition, rendez-vous ICI


Source: http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2012/09/02/rentree-politique-la-petition-au-mariage-et-a-l-adoption-hom.htm

-----------------------------------------

- "Homoparentalité" : Il est prouvé que les enfants vivant au sein d'une "famille" homo sont en danger (étude du Professeur Mark Regnerus)

- Le lien père-enfant important dès les premiers mois

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 19:13

L’épiscopat français aurait l’intention de célébrer des mariages religieux avant toute cérémonie civile, pour protester contre l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe, révèle ce matin France Inter, même si les sources précises sont encore inconnues.

Le raisonnement de l’Église catholique serait le suivant: si le mariage est ouvert aux couples de même sexe, il n’a plus aucune valeur et l’Église peut donc s’en affranchir. (1)

 

L’article 433-21 du Code pénal dispose que «tout ministre d’un culte qui procédera, de manière habituelle, aux cérémonies religieuses de mariage sans que ne lui ait été justifié l’acte de mariage préalablement reçu par les officiers de l’état civil sera puni de six mois d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende». Le mariage civil est une création de la Révolution dite française. C’est la loi du 20 septembre 1792 qui l’a instauré. (2)

 

L'article 2 de la Déclaration des droits de l'homme de 1789, préambule de la constitution de 1958, proclame le droit à la "résistance à l'oppression" : "le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression." (DDH de 1789). L'Eglise en célébrant les mariages religieux avant les "mariages" civils (incluant des "mariages" homosexuels) ne met-elle pas en oeuvre l'article 2 de la DDH de 1789, et son droit à la résistance à l'oppression, cela d'une manière toute pacifique ?

 

Si l'information est exacte (souhaitons qu'elle le soit!), et que l'Eglise se décide enfin à respecter sa propre foi, on commencerait peut-être à sortir du tunnel...

 

Yves Daoudal précise sur Le Forum catholique que : "la plupart des mariages de musulmans se font d'abord devant l'imam et que la République le tolère manifestement (il n'y a eu qu'une seule condamnation à ce jour). Au nom de l'égalité républicaine, les prêtres doivent pouvoir faire ce que font les imams..." (3)

 

Enfin, quid des maires catholiques qui pourront eux aussi, mettre en avant leur objection de conscience pour refuser de célébrer un "mariage" homosexuel ?

 

Sources:

 

(1) http://www.franceinter.fr/depeche-controffensive-de-l-eglise-contre-le-mariage-homosexuel

(2) http://www.itinerarium.fr/breves/leglise-catholique-aurait-lintention-de-celebrer-des-mariages-religieux-avant-toute-ceremonie-civile/ et http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=643346 via http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=64334

(3) http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=643360 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 12:59
Bernard Lugan, fait une critique sévère et sans concession d'une presse de "cloportes". 
 
Le fait que Bernard Lugan soit ignoré par la grande presse et les grands mediats devrait être pour lui un indice de son authenticité. Le jour en effet où un dissident est validé, promu ou cité dans la grande presse, c'est qu'il a déjà un pieds dans le système.
 
Alors qu'il avait prévu l'arrivée des évènements en Egypte, en Tunisie et en Libye, en réponse à une presse qui l'ignore totalement, l'universitaire et journaliste Bernard Lugan, spécialiste de l'Afrique, expert pour l'O.N.U. au tribunal pénal international, explique dans la Revue Médias n°32, partir du réel, des faits, sans être aveuglé par l'idéologie.
 
Bernard Lugan dit se moquer de la reconnaissance de cette presse de "cloportes" et de "queues plates de sous-préfectures", une presse de "lecteurs et prompteurs de dépêches", qui ne peuvent pas aller en profondeur, une presse de "butors de la sous-culture journalistique" qui "ne travaillent pas comme cela" (en partant du réel) et où l'analyse de l'actualité n'est vue que sous l'angle de l'immédiateté.
 
Bernard Lugan, prenant l'exemple de la colonisation en 1880 ou la décolonisation, rappelle que la France est "intellectuellement en guerre civile depuis 1789", qu'il y a deux camps, et que la presse elle-même est "coupée en deux blocs". 
 
Défenseur de la France "réalité charnelle" d'avant 1789, il explique son indifférence envers cette presse du "camp de la république chevauchant une lubby, une idéologie", qu'il qualifie de presse "ignorante", "mensongère" ou "malhonnête à quelques rares exceptions près", comme "Spectacle du Monde" ou "Valeurs actuelles".
 
Enfin, Bernard Lugan loue et remercie internet qui "a totalement changé les données du problème".

- Tunisie: Bernard Lugan annonçait le 16 janvier 2011 le basculement de l’Égypte

- Libye : La guerre de BHL et de l'Elysée ? par Bernard Lugan

- La victoire des polygames « modérés » par Bernard Lugan

- L'Afrique en proie aux universalismes

- Quel avenir désormais pour la Libye ?

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 08:27

En hommage au peuple hongrois, cette video et ce chant rappelle la répression communiste soviétique contre le peuple hongrois en 1956.

 

 (Nous sommes Chrétiens, nous pardonnerons mais pas avant que les noms de ceux à qui nous devons pardonner ne soient connus, la vérité de leurs NOMS ne soient dévoilée, ceci au nom des milliers de Hongrois victimes sans noms de leurs tueries de masse).



Traduction du chant (La voix en off est celle d’une femme insurgée, vétéran de la révolte hongroise de 56)

« JE VEUX ENTENDRE LEURS NOMS » 

Neveket akarok hallani 



TRADUCTION DES PAROLES :

REF. : Je veux entendre les NOMS des tortionnaires de 56
De ceux qui ont liquidé une pure révolution
Car le péché restera le péché
Et ils ont du sang sur les mains
Il ne peuvent implorer la pitié, ni Dieu, ni le peuple
Les Martyrs par milliers nous préviennent de leurs tombes
Les Assassins et les traitres ne peuvent se reposer sur notre terre sainte.

Je veux entendre leurs NOMS
Je ne peux pardonner
De par les longues années de prison
Ni de par les larmes ensevelies.
Car le péché restera le péché
Et ils ont du sang sur les mains.
Il ne peuvent implorer la pitié, ni Dieu, ni le peuple,
Les Martyrs par milliers nous préviennent de leurs tombes
Les Assassins et les traitres ne peuvent se reposer sur notre terre sainte.

Maintenant le monde attend que nous renoncions
Et que par miséricorde Chrétienne nous pardonnions encore,
Pardonnions à ceux qui écrasaient les enfants avec leurs tanks,
A ceux qui ordonnaient de tirer.
Devons–nous pardonner les massacres ?
Les multiples années de vengeances ?
Devons oublier les Hongrois enterrés face contre terre ?
Devons-nous oublier les foules de Hongrois contraintes d’émigrer ?
Devons-nous oublier les horreurs des tortures ?
Les derniers mots des condamnés ?
Devons-nous oublier
Et que l’histoire en soit perdue ?
A cela je dis : Non ! Non et Non.

Car le péché restera le péché,
Et ils ont du sang sur les mains,
Il ne peuvent implorer la pitié, ni Dieu, ni le peuple,
Les Martyrs par milliers nous préviennent de leurs tombes ,
Les Assassins et les traitres ne peuvent se reposer sur notre terre sainte.

 

Merci à Truth pour ce chant et la traduction des paroles.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 22:08

Les nationalistes doivent boycotter ces enseignes pour des raisons politiques, culturelles et de santé.

 

 

Source: http://www.contre-info.com/mc-donald-et-kfc-le-reportage-censure-par-m6

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 09:03

Paysans.fr

Source: http://www.democratie-royale.org/article-les-projets-de-developpement-de-paysans-fr-85297927.html

-------------------------------------------------------------

- Paysans.net : l'alternative au supermarché

La Tribune Les projets de développement de Paysans.fr sont dans
La Tribune
L'article de Claude Mandraut dans La Tribune: lire

Vous pouvez participer au développement de Paysans.fr  


Paysans.fr poursuit son ouverture au financement participatif et vous invite,
 Consommateurs et Producteurs,
à construire  une nouvelle forme de distribution alimentaire en France.
Etre associé
Consomm'acteurs et Producteurs 
s'associent dans Paysans.fr

[voir le détail]

Une réunion avec toutes les personnes intéressées est prévue Jeudi 27 octobre à Paris (Maison de l'Aquitaine)
Partager cet article
Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 12:02

Une video intéressante pour son parallèle entre 1940 (la race supérieure nécessairement aryenne) et l'Occupation actuelle dirigée par Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsaï... (la race supérieure nécessairement métissée... sauf naturellement pour la "race élue"... qui elle ne doit pas se mélanger). 

 

 

 "Une approche [...] consisterait à examiner les collaborateurs [...] puis à cerner ceux d'entre eux qui, quelques années auparavant, avaient publiquement manifesté leur opposition au racisme ou leur sympathie pour les Juifs." Simon Epstein (économiste et historien israélien qui vit à Jérusalem depuis 1947 où il est professeur et chercheur à l'Université de Jérusalem, auteur de plusieurs ouvrages relatifs au racisme/antiracisme et à l'antisémitisme, notamment en France).

 

------------------------------------

Merci à Dominique 

------------------------------------

- LE PEUPLE ELU - "Rapport Attali" vs "Discours Les Juifs au XXIe siècle, un avenir incertain", selon que l'on se place du point de vue de la France ou selon le point de vue d'Israël

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 23:58

La forfaiture de Bertrand Delanoë et de Daniel Vaillant

 

Communiqué de presse de Wallerand de Saint Just, vice-président du Front National

 

Ce matin sur RMC, interviewé par Jean-Jacques Bourdin, Daniel Vaillant, maire du XVIIIe, ancien ministre socialiste de l’Intérieur, a indiqué qu’avec Bertrand Delanoë le maire de Paris, il lançait une association intitulée « L’institut des cultures d’islam » (sic) et la construction sur deux terrains municipaux dans le XVIIIe arrondissement de Paris, de deux bâtiments « qui deviendront pour partie des mosquées ».

Daniel Vaillant explique que cette association sera financée par la ville [Ndlr. C'est-à-dire par les Parisiens...] et qu’elle revendra ensuite des mètres carrés à une association de la loi de 1905 : [Ndlr. Argument] « la prière dans la rue ne sera plus tolérée lorsque la ville aura permis la construction de ces mosquées » [Ndlr. Mais pourquoi la ville et donc l'Etat devrait-ils reconnaître la religion islamique ? La loi de 1905 ne dit-elle pas que "la République "ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte" ? Quelle est donc cette association illégale "L'institut des cultures d'islam" ? Ne pourrait-on pas attaquer cette association devant les tribunaux pour illégalité ?].

La loi française et notamment la loi de séparation de l’Église et de l’État, interdit à toute collectivité publique le financement de lieux de culte, même de façon aussi tordue.

Les contribuables parisiens n’ont pas à dépenser 20 millions d’euros pour la construction de mosquées.

Le Front National demande au maire de Paris de renoncer à ce projet ; à défaut, le Front National indique que les juridictions compétentes seront saisies pour faire annuler toutes décisions municipales allant dans le sens d’un financement public d’une mosquée.

 

Source : http://www.nationspresse.info/?p=119114

 

Partager cet article
Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 07:36
 
Les Éditions de Chiré, aussi connue sous le nom de Diffusion de la Pensée Française (D.P.F.), est une maison d’édition française fondée en 1966 par Jean Auguy et située à Chiré-en-Montreuil. Elle est spécialisée dans l’éditions d’ouvrages politiques, religieux, familiaux et historiques.
Sujets abordés : la désunion de la droite nationale, la résistance catholique, les infiltrations, subversions musulmane et juive, le piège actuel de la fausse réaction au sujet de l'alliances avec les musulmans et/ou les juifs qui amènent la même chose avec le capitalisme débridé mondialiste…, la création de librairies ouvertes à toutes les tendances nationales. Via le site Ripoublik.com
Entretien à écouter notamment à partir de 3:40
Le reste de l'entretien, ici
 
Adresse (pour commandes) :
EDITIONS DE CHIRE
DIFFUSION DE LA PENSEE FRANCAISE
BOITE POSTALE N° 1
86190 CHIRE-EN-MONTREUIL
Partager cet article
Repost0
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 11:55

Avec un slogan très pertinent.

Ce nouvel autocollant a pour vocation de faire réfléchir nos concitoyens avec un slogan de bon sens, irréfutable.
Les nationalistes sont les véritables défenseurs de la diversité humaine. Pour préserver celle-ci, il n’est en effet d’autre choix que de lutter contre l’immigration massive et le métissage que promeuvent de tout leur poids médias, publicitaires et politiciens, avec malheureusement un certain succès, surtout dans les grandes villes.
A commander au prix de 5 euros les 100 (port compris) ou 40 euros les 1 000, en envoyant un chèque au Renouveau français à l’adresse :     RF / ASMA      BP 80308     75723  PARIS CEDEX  15 Source :
http://www.renouveaufrancais.com/

On peut aussi le commander en ligne ici. Via Contre-Info

Partager cet article
Repost0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 13:01

Dans un éditorial récent, Le Monde jugeait que le célibat sacerdotal était un « anachronisme », en précisant que si l’Eglise voulait « épouser l’humanité de son temps », elle serait « bien inspirée d’y mettre fin ».

Plutôt que d’ouvrir ce quotidien, il vaut mieux suivre l’exemple de Léon Bloy qui disait : « Quand je veux connaître les dernières nouvelles, je lis saint Paul ». C’est dans l’Apôtre des Gentils qu’on trouve : « Nolite conformari huic saeculo, ne vous conformez pas au monde présent » (Rom, 12,2). La hantise de l’anachronisme est la grande peur des bien-pensants, elle ouvre la porte à tous les conformismes : politiquement correct, économiquement correct, sociologiquement correct… Il ne s’agit plus d’épouser, il faut coller à l’actualité et, pour ne pas sembler anachronique, se résigner à être chroniquement dépassé, démodé, toujours obsédé par la date de péremption.

A contrario, la quête d’éternité est aujourd’hui la plus grande forme de dissidence, celle qui procure la plus haute liberté.

Abbé Alain Lorans 

Source : http://www.dici.org/

Partager cet article
Repost0