Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 09:01

http://www.ndf.fr/files/2013/04/veilleurs-pr-la-vie-300x159.jpgTribune libre de Jean de Rouen*

 

Amis,

 

Au mois d’avril, la France a vu naître des Veilleurs. Postés en sentinelles, ils veillent sur un dépôt, sur un héritage. Car il est des lois qui ne sont pas légitimes. Lorsque le pouvoir, sous couvert de légalité, ébranle les assises d’une civilisation, bouscule les fondements traditionnels de la société, pour satisfaire des revendications idéologiques et catégorielles, il suscite naturellement un vent de révolte populaire. Nous sommes rentrés en résistance. Une résistance pacifique et résolue, dont rien ne saurait entamer la détermination, et que l’on doit désormais inscrire dans la durée .

 

Nous défendons le droit d’un enfant à avoir un père et une mère, à ne pas être arraché à ses origines, à pas être privé de racines. Gardiens silencieux d’un trésor qui ne nous appartient pas, nous voulons préserver les lois immuables dont la civilisation est naturellement la protectrice : les lois de la filiation, de la lignée, de l’enracinement. Aux avant-postes, sentinelles en vigie, nous serons des témoins, pacifiques et résolus, d’un héritage que nous refusons de voir disparaître. Parce que nous sommes dépositaires, et non propriétaires, nous avons le devoir de le transmettre, intact, aux futures générations. C’est encore la raison pour laquelle notre résistance actuelle n’est pas un droit : elle est un devoir !

 

Car il est des lois qui découlent d’un ordre des choses dont l’homme n’est pas l’auteur. Ces lois supérieures ne sont pas écrites, mais elles demeurent gravées dans le cœur de l’homme : nul législateur humain ne peut les transgresser impunément, car c’est à leur respect qu’est suspendu l’équilibre de l’homme. N’est-ce pas précisément l’enseignement de l’Antigone de Sophocle, sous le patronage de laquelle sont placés les Veilleurs ? Sommée de se justifier après avoir bravé l’interdit de la loi promulguée par Créon, loi qui interdisait de sépulture les soldats morts dans les rangs de l’ennemi, elle déclare au roi : « Je ne croyais pas que tes édits eussent tant de pouvoir qu’ils permissent à un mortel de violer les lois divines : lois non écrites, mais intangibles. Elles ne datent ni d’aujourd’hui, ni d’hier : elles sont de toujours. Nul ne sait le jour où elles sont parues. Leur désobéir, n’était-ce point, par lâche respect pour l’autorité d’un homme, encourir la rigueur des dieux ? » Depuis Antigone, les peuples savent que le bien et le mal ne sont pas déterminés par la volonté humaine, fût-elle générale, et que ce qui est légal n’est pas toujours légitime.

 

A l’intérieur de cet ordre des choses que l’homme n’a pas fait, il y a la nature humaine. Et cette nature humaine est sexuée : c’est-à-dire qu’elle ne se réalise pas en dehors de l’homme et de la femme. Sur cette altérité sexuelle, sur quoi reposent la transmission et l’accueil de la vie, se fonde ainsi la famille : socle sur lequel repose l’édifice social, elle est la condition d’une société pérenne, le fondement objectif d’une société qu’elle inscrit dans le temps en assurant le renouvellement des générations. Construite sur la complémentarité des sexes, la famille organise ainsi la filiation ; elle perpétue une lignée. Mais aujourd’hui le pouvoir préfère diviser l’humanité en homosexuels et en hétérosexuels, plutôt qu’en hommes et en femmes : il nie la différentiation sexuelle qui fonde la société pour lui préférer l’orientation sexuelle dans laquelle il enferme les individus, il substitue finalement à l’objectivité d’une nature sexuée, la subjectivité du désir égoïste. De là, quand la loi, rejetant le réel et ignorant la fonction sociale de la famille, se détourne du bien commun et s’ordonne au contraire à la satisfaction du désir humain, se mettant à son service, quitte à faire demain de l’enfant un dû plutôt qu’un don, quitte à prêter demain au corps de la femme une valeur marchande, alors en toute vérité, elle perd sa raison d’être et, par là, sa légitimité. C’est pourquoi notre conscience nous commande aujourd’hui d’entrer en résistance face à l’arbitraire du législateur.

 

L’État n’est pas prestataire de service : il n’a pas vocation à reconnaître une multitude de catégories en vue, simplement, de leur associer des droits. La loi ne doit pas être confisquée pour être mise au service des intérêts consuméristes de l’individu, dans une société en perte de sens : sa mission consiste au contraire à poursuivre le bien commun.

 

L’idéologie des apprentis sorciers au pouvoir, aussi séduisante soit-elle, ne fera jamais plier la réalité : et la réalité, c’est qu’un bébé procède toujours de l’amour d’un papa et d’une maman, et qu’il a besoin des deux pour grandir. Pour se substituer au réel, l’idéologie s’impose donc par la violence.

 

Source et suite : http://www.ndf.fr/nos-breves/02-05-2013/manifeste-dun-veilleur#.UYNbYEqSJhA

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 09:00

http://external.ak.fbcdn.net/safe_image.php?d=AQBS2ym8-iV8cOkA&url=http%3A%2F%2Fvthumb.ak.fbcdn.net%2Fhvthumb-ak-prn1%2Fs403x403%2F162536_552289354794641_552288941461349_38390_765_b.jpg&jq=100Il y a 31 000 CRS et gendarmes mobiles en France, sans compter les réservistes, qui, à ce jour, n'ont pas encore été mobilisés semble-t-il, mais ne peuvent de toute façon pas assurer de mission de maintien de l'ordre ''classiques'', tout au plus de la canalisation ou des gardes statiques.

 

Le retrait des escadrons de gendarmerie de la zone du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dans la nuit de vendredi à samedi dernier, avait été présenté comme un signe de volonté d'apaisement du gouvernement, à l'égard des opposants qui occupent le site depuis des mois.

 

 

 

La vérité est en fait totalement différente. De sources autorisées au ministère de l'Intérieur, il nous a été expliqué sous le sceau de la confidence que les effectifs de police (essentiellement, de CRS) et de gendarmerie mobile commençaient à manquer, et que la situation serait intenable au mois de mai, alors que les manifestations inscrites "au planning" sont de plus en plus nombreuses.

 

 

 

Pour pouvoir mettre sur le terrain 150 à 250 hommes (deux à trois escadrons) sept jours sur sept à Notre-Dame-des-Landes, cela signifie en effet, en tenant compte des règles d'emploi de la gendarmerie mobile (pourtant bien plus "souples" que celles des CRS, fonctionnaires) devoir mobiliser au moins cinq escadrons. Des unités impossibles à utiliser ailleurs, car indispensables "sur zone" pour assurer la relève des gardes de jour, et de nuit.

 

 

 

Or, ces cinq escadrons, le ministère de l'Intérieur en a désormais cruellement besoin face au succès des manifestations quotidiennes organisées par La manif pour tous, en particulier à Paris. A tel point que des compétitions sportives commencent à pâtir de ces mesures de restrictions. Le match OM-Brest de Ligue 1 s'est ainsi joué samedi à 17h00 au lieu de dimanche 21h00, et le Nice-PSG, exactement l'inverse. Objectif : réduire le nombre de supporters extérieurs et donc les besoins en maintien de l'ordre. Les supporters lésés se voyant informer par téléphone et par e-mail que leurs billets seraient utilisables sur un autre match, mais pas celui-là, faute... de CRS pour sécuriser les abords du stade, et éviter les heurts habituels entre supporters de clubs rivaux.

 

 

 

La France comporte 67 compagnies de CRS [mise à jour mercredi 24 avril 10h58 : dont 6 compagnies de CRS de montagne, inaptes au maitien de l'ordre) et 107 escadrons de gendarmerie mobile, soit approximativement 14 000 CRS et 17 000 gendarmes mobiles. Mais derrière ces chiffres, une toute autre réalité. 30 à 50 % des effectifs, au sein des compagnies républicaines de sécurité, sont en fait affectés à des fonctions de soutien logistique. Un chiffre qui tombe à 20 % (en théorie) en gendarmerie, qui depuis quelques années a cherché à rationnaliser au maximum l'emploi de ses effectifs, par exemple, en supprimant les postes de gendarmes cuisiniers ou mécaniciens, fonctions désormais externalisées. Cela réduit cependant le nombre "d'hommes disponibles" à 20 000. On comprend mieux pourquoi le 24 mars, face au million de manifestants dans la rue, Manuel Valls ne pouvait aligner que 2 000 CRS et gendarmes mobiles.

 

 

... Le planning du mois de mai affole place Beauvau, au ministère de l'Intérieur, malgré les vacances. La manifestation de Jean-Luc Mélenchon, le leader du Front de Gauche, le dimanche 5 mai, est en effet la première d'une série de grandes manifestations annoncées, sans compter avec celles qui risquent de venir se greffer dessus : Florange, Aulnay, etc... et les manifestations quotidiennes que les opposants au mariage gay organisent désormais. Les autorités espérent que le vote solennel du mariage homosexuel intervenu ce mardi 23 avril à l'Assemblée découragera les opposants, mais appréhendent en fait que cela galvanise encore plus les mouvements pacifiques, comme celui des Veilleurs, qui sont grands consommateurs de forces de maintien de l'ordre, alors même qu'ils sont statiques et non violents. (Il faut en effet deux ou trois CRS pour sortir un veilleur, NdCR.)

 

Source et suite: http://www.economiematin.fr/tout-sauf-l-eco/item/4480-manif-pour-tous-26mai-manif-5mai-melenchon

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 00:11

Extrait d'un article publié sur Le Rouge et le Noir :

 

http://www.lerougeetlenoir.org/local/cache-vignettes/L420xH297/violences_policieres_web2-30471.jpgLa violence d’Antigone

 

Si on parle de "radicalisation", c’est que l’action s’oriente vers la racine. C’est pourquoi les tenants du système politico-médiatique pressentent -avec raison - qu’il y a là un vrai danger pour eux. Plutôt que de guerre civile, on pourrait parler d’une guerre de religions. Les partisans de la loi Taubira plaident en sa faveur en disant qu’elle ne modifiera en rien les droits de ceux qui sont déjà mariés ; et ils ont raison. Mais si les Français se sont mobilisés contre le mariage unisexe, ce n’est pas pour défendre quelques privilèges, c’est parce que cette transgression abîmait des valeurs fondamentales (les valeurs sont des dieux disait Nietzsche).

 

Réciproquement, les tenants du système voient les fondements de la religion républicaine menacés.

 

Je ne parle pas ici de la république comme "chose publique", comme un mode procédural particulier pour désigner les dirigeants ; je parle de la "religion républicaine" (l’expression est de Vincent Peillon) telle qu’elle a pris forme dans l’histoire française. Le régime joue de cette ambiguïté : tantôt procédure neutre où chacun peut concourir, tantôt idéologie totalitaire.

 

Cette idéologie est d’autant plus flagrante aujourd’hui que, (ayant abandonné son alliance, passée au début du XXe siècle, avec la classe ouvrière) elle apparaît à nouveau à l’état pur : celle d’une révolte prométhéenne contre l’ordre de la Création.

 

Cette religion républicaine est fondée sur le primat de la volonté sur la vérité. Il faut donc rejeter toute référence externe ("hétéronomie") celle des ancêtres et des dieux, celle de la Révélation, celle des coutumes et des traditions, celle de l’ordre naturel lui-même (cf. théorie du gender) pour que triomphe l’autonomie de l’individu (cf. les utopies de Francis Jeanson ou de Cornélius Castoriadis). Dès lors, seul le contrat peut servir de norme, le contrat d’un libre marché des biens (libéré des superstitions du "juste prix" ou de l’interdiction du travail le dimanche) et d’un libre marché des personnes (fond du mariage gay et de la GPA).

 

Bien sûr, une volonté qui ne s’enracine pas dans des réalités supérieures et antérieures est fragile et malléable ; ce que la seule volonté fait, la volonté peut le défaire. L’individu, libéré des contraintes des coutumes, des mythes et des traditions, libéré de la tribu, du lignage, des corporations, du village, des paroisses et finalement de la famille nucléaire, présente l’avantage d’être très malléable aux influences des marchands, des idéologues révolutionnaires et des manipulateurs en tout genre. On peut la « conditionner » par la mode, la publicité ou la propagande. Très logiquement, Vincent Peillon ministre de l’Éducation nationale révèle son programme : « il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel ».

 

Contre les présupposés moraux des adversaires, le sénateur Jean-Pierre Michel, rapporteur de la loi "mariage pour tous" au Sénat affirme : "Ce qui est juste, c’est ce que dit la loi, un point, c’est tout. Et la loi ne se réfère pas à un ordre naturel, elle se réfère à un rapport de forces à un moment donné". Il n’y a pas à tenter de convaincre de tels adversaires par des arguments moraux, il faut les vaincre par un rapport de forces favorable.

 

Sans doute les manifestants contre le mariage homo n’ont pas une claire conscience de ces principes de philosophie politique ; pour beaucoup, ils ne contestent pas (encore) le régime. Mais ils sentent qu’une loi aussi fondamentale ne peut s’abstraire de la révélation religieuse, des coutumes et de l’ordre naturel. Si certains ont proposé de faire appel au référendum, c’était une position tactique car si le "peuple souverain" s’était prononcé en faveur du mariage homo, la plupart des manifestants seraient restés sur leur position.

 

Qu’après le vote et bientôt la promulgation de la loi Taubira, la plupart des réseaux continuent l’agitation, qu’ils se perçoivent comme des résistants et qu’ils proclament fièrement "nous ne lâcherons rien", tout cela manifeste la conscience que la loi, même élaborée selon des procédures légales, la loi est injuste. Et si la loi est injuste, la révolte est un devoir.

 

Comment accepter que les traditions qui dans l’intimité de la famille ont bâti l’identité de chacun (les culturalistes parlent d’institutions primaires) puisse s’effondrer devant une majorité de circonstance ? Comment peut-on encore croire à cette démocratie représentative si peu représentative ? Peut-on encore parler de démocratie quand la majorité anti-européiste de 2005 au référendum a été superbement ignorée ?

 

La famille est le bien propre de la société civile, que l’Etat n’y touche pas ! Les adversaires de cette loi se retrouvent dans la situation des vendéens et des chouans obligés de choisir entre leur Foi traditionnelle et les lois de l’Etat variant selon les circonstances (clergé jureur, culte de la Déesse Raison, culte de l’Etre suprême ou athéisme militant).

 

L’Etat devrait être au service de la société civile et de ses coutumes ; mais s’il prétend la changer au nom de quelque valeur idéologique (ici l’égalité entre hétéros et homos) alors il fait violence à la société. On connaît le destin totalitaire de ces courants héritiers du jacobinisme, socialisme, national-socialisme, communisme, où s’agitent des "hommes petits qui crient de grands mots"...

 

Lorsque la légitimité s’oppose à la légalité, alors seuls les rapports de force (la violence) peuvent résoudre la contradiction. Dès lors, la révolte est juste et nécessaire.

 

  • Créon : Et ainsi tu as osé violé mes lois ?
  • Antigone : C’est que Zeus ne les a point proclamées, ni la justice qui siège auprès des Dieux souterrains. Et je n’ai pas cru que tes édits pussent l’emporter sur les lois non écrites et immuables des Dieux, puisque tu n’es qu’un simple mortel. Ces lois-là ne datent pas d’aujourd’hui ni d’hier, elles sont éternellement puissantes, et nul ne sait depuis combien de temps elles sont nées. Je n’ai pas voulu, par crainte des ordres d’un seul homme, mériter d’être châtiée par les Dieux." (Antigone, Sophocle)

 

Créon ne peut supporter la désobéissance d’Antigone, c’est pour lui une violence intolérable qui mine les fondements mêmes de son autorité. Qu’il y ait des lois non-écrites supérieures à la loi est un véritable blasphème pour les tenants de la religion du "contrat social". C’est pourquoi les politiciens qui sont si à l’aise sur la scène de la légalité parlementaire, n’ont pas tort de craindre l’irruption de la rue (en tout cas de cette rue). Manuel Valls ("ça gaze Manuel ?") dénonce une agitation susceptible de "déstabiliser la République".

 

Et Jean-Marc Ayrault, au Sénat rameute les politiciens de tout bord pour défendre la cosa nostra de l’éternelle alternance : Il appelle « du fond du cœur » les responsables de l’UMP à ne pas se laisser « entraîner, comme ils le font, dans la voie de la radicalisation qui serait dangereuse pour la République ». Et encore il évoque "les pires menaces sur la démocratie et la République".

« On ne lachera pas »

 

Frigide Barjot a souvent semblé effrayée par l’impétuosité du mouvement qu’elle a contribué à mobiliser et comme les syndicalistes débordés par la base, passent une part importante de leur activité à freiner leurs troupes, elle a tenté de les remettre dans des rails politiquement corrects. Une attitude qui n’est pas sans analogie avec celle du Parti Communiste en 1968 qui, pour contrer l’effervescence gauchiste, a tenté de canaliser le mouvement sur le terrain syndical bien balisé.

 

A présent que les objectifs formels (empêcher la loi Taubira de passer) sont dépassés, que va-t-on faire de ces masses qui se sont soulevées ?

 

Frigide Barjot semble vouloir orienter le mouvement sur la scène électorale. Je ne vois pas quel serait l’intérêt de créer un doublon du parti de Mme Boutin pour gagner quelques strapontins... A moins que chaque élection s’accompagne d’émeutes, ne serait-ce que pour éliminer de la vie politique tous les sortants UMP ou UDI qui ont voté en faveur de la loi Taubira ou se sont abstenus... Mais les prochaines élections, les municipales, ne se prêtent pas à ce genre passionné. Peut-on espérer la jonction entre les revendications sociales (grévistes et futurs chômeurs) et les protestations sociétales ? Les idéologues trotskistes feront tout pour empêcher cette synergie, mais on peut l’espérer.

 

Je ne sais quelles seront les formes d’action à venir ; ce que je sais est d’ordre stratégique plus que tactique : si l’on ne veut pas que la force sociale des braves gens qui se sont mis en mouvement comme l’eau dans les sables du désert, disparaissant aussi mystérieusement qu’elle est apparue, il faut étendre le champ du combat : à la réaction à une loi conjoncturelle injuste, doit succéder la défense plus générale de notre civilisation et la lutte contre la religion du "meilleur des mondes" et le Régime qui en est l’instrument.

 

Léon Trotski écrivait que "la Révolution est un coup de poing donné à un paralytique" ; l’image n’est pas très élégante, mais on constate que la paralysie s’étend : le situation économique et sociale est désastreuse, le régime voit sa base se réduire aux bobos à qui il a dû donner satisfaction par le mariage gay, la confiance vis-à-vis du pays légal (et de la nomenklatura médiatique) dégringole à grande vitesse, le chef de l’Etat (Flamby) et tous ses acolytes sont déconsidérés (Cahuzac comme sommet émergé de l’iceberg des corruptions) ? "Quand les hommes cessent d’estimer, il cessent d’obéir" disait Rivarol... Bref le pédalo navigue sur un volcan...

 

Tout Régime s’appuie sur le "vouloir vivre" de la population. Mais quand les catégories sociales les plus tranquilles, elles-mêmes s’indignent et se mettent en mouvement contre le gouvernement, alors le "vouloir vivre" se retourne contre le Régime.

 

Dans cette situation de blocage, un renversement du système sera perçu (et de plus en plus) comme une délivrance. Pour le préparer, il semble que ce soit le moment de radicaliser le mouvement des braves gens en évitant de les perdre en route.

 

Michel MICHEL, sociologue

 

Source: http://www.lerougeetlenoir.org/les-controverses/considerations-sur-la-violence-suscitee-par-la-loi-taubira

Partager cet article
Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 17:30

Ta Ville en Action nous communique :

 

Présentation de notre site

Ta Ville En Action, le site qui recense toutes les actions contre la loi Taubira
Un jeu de société 100% familial


Ta Ville En Action, c’est déjà plus de 300 actions recensées contre la loi du mariage et de l’adoption par les couples homosexuels, en France et à travers le monde.

Le but du jeu est simple : recueillir le plus de points possibles en mobilisant sa ville contre le projet Taubira, devenu loi Mardi dernier.

Nos députés ont déclaré forfait mais la compétition continue…
Sittings, veillées, manifestations, accueils de ministres, poses de banderoles (…), plus d’une centaine de villes ont déjà fait preuve d’imagination pour décrocher un des trophées mis en jeu.

A travers Ta Ville En Action, nous voulons continuer à donner de l’ampleur aux actions réaliser et montrer que la France se mobilise toujours.

Dans ce jeu de société, chacun peut faire concourir sa ville en nous envoyant des photos, vidéos et autres comptes-rendus des actions organisées. Pour l’instant Paris tient la corde au classement général mais Lyon, Nantes et Paray-le-Monial se sont illustrés de nombreuses fois.

N’hésitez pas à consulter notre carte de France des mobilisations et à consulter notre classement pour voir quelles sont les villes qui se mobilisent le plus.


Toutes les informations sur http://tavilleenaction.wordpress.com/
Envoyez nous vos photos, vidéos et annonces à tavilleenaction@gmail.com

Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 07:22

Au moment où des jeunes femmes protestent contre le mariage dit pour "tous" (en réalité contre les droits des enfants et donc de la majorité...) avec des bonnets phrygiens, revenons sur quelques éléments historiques de ce symbole de la tyrannie révolutionnaire.

En 1836, François-René de Chateaubriand publie un Abrégé de l'Histoire de France, détaché textuellement des études historiques, au sein duquel il livre le décompte des victimes du Tribunal Révolutionnaire :

 

« Le premier n° du Bulletin des lois contient le décret qui institue le tribunal révolutionnaire : on maintient ce décret à la tête de ce recueil, non pas, je suppose, pour en faire usage en temps et lieu, mais comme une inscription redoutable gravée au fronton du Temple des lois, pour épouvanter le législateur et lui inspirer l'horreur de l'injustice. Ce décret prononce que la seule peine portée par le tribunal révolutionnaire est la peine de mort. L'article 9 autorise tout citoyen à saisir et à conduire devant les magistrats, les conspirateurs et les contre-révolutionnaires ; l'art. 13 dispense de la preuve testimoniale ; et l'art. 16 prive de défenseur les conspirateurs. Ce tribunal était sans appel.

 

 

 

« Voilà d'abord la grande base sur laquelle il nous faut asseoir notre admiration : honneur à l'équité révolutionnaire ! honneur à la justice de la caverne ! Maintenant, compulsons les actes émanés de cette justice. Le Républicain Prudhomme, qui ne haïssait pas la Révolution et qui a écrit lorsque le sang était tout chaud, nous a laissé six volumes de détails. Deux de ces six volumes sont consacrés à un dictionnaire où chaque criminel se trouve inscrit à sa lettre alphabétique, avec son nom, prénoms, âge, lieu de naissance, qualité, domicile, profession, date et motif de la condamnation, jour et lieu de l'exécution.

 

« On y trouve parmi les guillotinés 18 613 victimes ainsi réparties :

Ci-devant nobles : 1 278

Femmes, idem : 780

Femmes de laboureurs et d'artisans : 1 467

Religieuses : 350

Prêtres : 1 135

Hommes non nobles de divers états : 13 633

TOTAL : 18 613

 

Ainsi, la proportion de guillotinés non nobles, non prêtres et non religieux, hommes et femmes compris, c'est-à-dire la proportion de guillotinés appartenant au Tiers-Etat (13 633 + 1 467 = 15 100) sur les 18613 victimes s'élève à  81%

 

Chateaubriand dénombre ensuite les victimes de la Terreur :

 

« Femmes mortes par suite de couches prématurées : 3 400

Femmes enceintes et en couches : 348

Femmes tuées dans la Vendée : 15 000

Enfants tués dans la Vendée : 22 000

Morts dans la Vendée : 900 000

Victimes sous le proconsulat de Carrier, à Nantes : 32 000, dont 500 enfants fusillés, 1500 enfants noyés, 264 femmes fusillées, 500 femmes noyées, 300 prêtres fusillés, 460 prêtres noyés, 1400 nobles noyés, 5300 artisans noyés

Victimes à Lyon : 31 000

 

« Dans ces nombres, ne sont pas compris les massacrés à Versailles, aux Carmes, à l'Abbaye, à la glacière d'Avignon, les fusillés de Toulon et de Marseille après les sièges de ces villes, et les égorgés de la petite ville provençale de Bédom, dont la population périt tout entière.

 

« Pour l'exécution de la loi des suspects, du 21 septembre 1793, plus de cinquante mille comités révolutionnaires furent installés sur la surface de la France. D'après les calculs du conventionnel Cambon, ils coûtaient annuellement cinq cent quatre-vingt-onze millions (assignats). Chaque membre de ces comités recevait trois francs par jour, et ils étaient cinq cent quarante mille ; c'étaient cinq cent quarante mille accusateurs, ayant droit de désigner à la mort. A Paris, seulement, on comptait soixante comités révolutionnaires ; chacun d'eux avait sa prison pour la détention des suspects. »

 

Plus loin Chateaubriand ajoute : « Des femmes ! Mais savez-vous que dans aucun pays, dans aucun temps, chez aucune nation de la terre, dans aucune proscription politique, les femmes n'ont été livrées au bourreau, si ce n'est quelques têtes isolées à Rome sous les empereurs, en Angleterre sous Henri VIII, la reine Marie et Jacques II ? La Terreur a seule donné au monde le lâche et impitoyable spectacle de l'assassinat juridique des femmes et des enfants en masse. »

 

Hugo Brémont


Source : http://www.democratie-royale.org/article-81-des-victimes-du-tribunal-revolutionnaire-sont-issues-du-tiers-etat-78702406.html

 

- Eh les filles, enlevez votre bonnet phrygien ! (Jean Sévillia)

- Démocratie française et violence contre les personnes : deux poids deux mesures

Partager cet article
Repost0
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 13:04

 

[J]e trouve bien curieux que, dans toutes ces manifs si sympathiques, des kyrielles de jeunes filles s’affublent d’un bonnet phrygien. J’ai bien compris l’idée que les organisateurs veulent traduire en les déguisant ainsi : l’heure est à la défense de la liberté contre la dictature. Mais précisément, parce que je sais un peu d’histoire de France, je m’autorise à souligner que le symbole est mal choisi. Car pour ce qui est du combat de la liberté contre la dictature, ce n’est vraiment pas du côté de la Révolution française qu’il faut chercher.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c1/Bonnet_Phrygien.pngLe bonnet phrygien, devenu l’emblème du mouvement révolutionnaire en 1790, s’impose fin 1792, son usage culminant jusqu’à la réaction thermidorienne de 1794. C’est-à-dire que ce couvre-chef incarne peu ou prou la Terreur et même la Grande Terreur, qui est sans doute un des moments les plus tragiques de notre histoire.

 

Quand je vois un bonnet phrygien, je pense donc à la princesse de Lamballe, assassinée pour crime d’amitié avec Marie-Antoinette, et dont le corps nu, décapité au couteau de boucher, a été promené dans Paris, la vue de son intimité soigneusement exposée suscitant des propos égrillards de la part de délicats militants de la Liberté.

 

Quand je vois un bonnet phrygien, je pense à ces prêtres et à ces religieuses que Carrier, à Nantes, déshabillait et liait nus, l’un à l’autre, l’un face contre l’autre pour être précis, sexe contre sexe, avant de les noyer dans la Loire. Ce charmant adepte de l’Égalité appelait cela un « mariage républicain ». Parenthèse : détourner la symbolique du mariage n’est donc pas nouveau…

 

Quand je vois un bonnet phrygien, je pense à ce curé vendéen à qui des soldats, sans doute partisans de la Fraternité, avaient tranché les deux mains avant de répandre dans l’auge à cochons le contenu du tabernacle de son église. Ce martyr a été retrouvé accroupi devant l’auge, les deux avant-bras collés contre terre afin de tenter d’arrêter l’hémorragie, et lapant dans l’auge, s’efforçant de disputer aux cochons les hosties consacrées.

 

Je ne cherche pas ici à ranimer de vieilles querelles idéologiques, et je sais que le succès de la Manif pour tous repose sur sa diversité et l’acceptation de cette diversité. Mais quand même. Jolies jeunes filles de 2013 qui vous promenez avec un bonnet phrygien, pensez aux crimes de 1793 : mettez-vous autre chose sur la tête. Je vous assure que vous n’en serez que plus belles.

 

Jean Sévillia, le 22 avril 2013

 

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/jeansevillia/eh-les-filles-enlevez-votre-bonnet-phrygien,20061

Partager cet article
Repost0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 07:22

Ces derniers jours ont vu le gouvernement tenter de faire dégénérer les manifestations en explosions de violences sporadiques afin de pointer du doigt les "fanatiques", les "extrémistes", quand ce n'est pas les fascistes ou les nazis. Or les preuves et les témoignages s'accumulent, la violence ne vient pas de nos rangs pacifiques mais de la police politique intervenant sur ordre et utilisant tous les moyens comme la dissimulation et le false flag, l'attentat sous faux drapeau.

 

Le point 

La Manif pour tous a annoncé qu'elle allait porter plaintes contre ces "provocations policières dans les manifestations" :

  • "Certains policiers, prenant non seulement soin de ne pas porter leur brassard « Police » mais portant les drapeaux de La Manif Pour Tous, ont cherché à créer de toute pièce des affrontements et des violences. Les organisateurs ont su faire preuve de réactivité en lançant avec efficacité des appels au calme. Ces manœuvres destinées à jeter le discrédit sur notre mouvement doivent aujourd’hui être dénoncées et cesser. C’est pourquoi 4 plaintes contre des policiers ont été déposées ce jour à Versailles pour insultes, menaces et incitations au trouble à l’ordre public."

 

Ces tromperies vont se retourner contre la république des menteurs. Contrairement à ce que le Régime tente de faire accroire, et à ce que dit l'hebdo mondialiste Le Point (officine de la Commission Trilatérale...), non, ce n'est pas vers une VIe république, une énième du nom que nous allons, nous ne sommes pas en 1789 qui a vu la naissance de l'Oligarchie ploutocrate... Ce n'est pas non plus une révolte, c'est une Contre-Révolution ! Nous vivons un printemps des consciences, un réveil généralisé de la population face aux empiètements totalitaires d'un Régime fasciste, une contestation grandissante de l'Oligarchie mondialiste qui se met en place d'où tout peut advenir. Le pire (récupération du mouvement par la franc-maçonnerie oligarchique) ou changement réel...

 

Continuons, vive le Christ-Roi, vive le Roi, vive la France !

Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 15:24

 

« Mariage pour tous : la guérilla des anti », titrait lundi Libération.fr. Et de faire le catalogue de toutes les actions menées dans le week-end, de l’accueil de Fourest samedi après-midi à celui de Valls dimanche soir, en passant par le pique-nique et le camping pour tous à Paris. Un article assez symptomatique du tournant que semblent avoir pris les grands médias : même si la plupart d’entre eux cherchent toujours à en minimiser les effectifs, ils ne peuvent plus ignorer les multiples et inlassables mobilisations. France Info elle-même n’a-t-elle pas qualifié, ce même jour, la loi dite du mariage pour tous de « pour le moins controversée » ?

 

Ils peuvent d’autant moins les ignorer que sont à chaque fois déployés des dispositifs policiers démesurés qui sont, à eux seuls, une reconnaissance implicite de ce que l’on cherche à cacher : le nombre et la détermination des opposants, la trouille diffuse du gouvernement de ne pas avoir le dessus dans cette affaire.

 

Trente cars de CRS pour permettre à Manuel Valls de quitter tranquillement son petit concert de la salle Pleyel, ce n’était pas un peu beaucoup ? S’ils angoissent terriblement et se sentent obligés de convoquer deux compagnies de gendarmes mobiles chaque fois qu’ils mettent un doigt de pied dehors, peut-être serait-il raisonnable, dans un esprit d’économie du denier public, de penser à se faire un plateau-télé le soir plutôt que de prendre des engagements mondains ?

 

Sont-ils croquignolets quand même, tous ces militants vaguement anars d’hier (Manuel Valls a fait ses premières armes à l’UNEF-ID, il faut voir là-bas comme on y adore l’armée et les flics), à aller se cacher dans les jupons des forces de l’ordre : « Là, monsieur l’agent, cette vilaine dame, avec ses enfants, qui agite son drapeau rose, elle ne fait rien que m’embêter ».

 

Interdit d’interdire, faites l’amour pas la guerre, flower power et les petites pâquerettes dans les cheveux, ce n’est plus trop à l’ordre du jour, on va attendre des temps meilleurs pour redire aux CRS qu’ils sont des SS. 67 jeunes du « camping pour tous » venus monter leur petite tente Decathlon derrière l’Assemblée nationale — sans faire de bruit et en prenant soin de laisser passer la circulation — ont été mis en garde à vue durant plus de de douze heures (rappelons que le DAL a organisé, quant à lui, une centaine de campements à Paris avant d’être poursuivi pour la première fois en 2008).

 

Non mais les gars, vous vous êtes vus ? Vous ne vous sentez pas un peu grotesques avec vos paniers à salade pleins de mères de famille et de chefs scouts qui chantent à pleins poumons (« C’est à bâbord qu’on gueule, qu’on gueule… c’est à tribord qu’on gueule le plus fort ! », se répondait-on gaiement de fourgon à fourgon dimanche après-midi boulevard Saint-Michel), vos dépôts dans lesquels règne une ambiance de kermesse paroissiale — ce sont les poivrots et les dealers qui doivent être vachement surpris —, vos P.-V. cérémonieux dignes d’un sketch de Fernand Raynaud, pour port de corsage fuchsia, vos gazages de poussettes et vos mobilisations pharaoniques de forces de l’ordre pour vous défendre contre des petits drapeaux, pendant que les délinquants de tous poils continuent de courir les rues ?

 

Et si ceux qui vous donnent de l’urticaire n’obtempèrent pas, c’est quoi l’étape suivante ? Vous les collez en taule ? Pour avoir commis un port de pull rose en réunion ? Vous avez conscience quand même qu’ils sont très, très nombreux ? Et bien que polis, extrêmement tenaces ? Et que parmi les forces de l’ordre, plus d’un, comme le rapportent de multiples témoignages concordants, commencent à en avoir leur claque de faire le sale boulot ? Il serait dommage que votre irrationnelle fuite en avant, pour un projet de loi « pour le moins controversé » comme dirait France Info, génère bêtement une révolution de fuchsia. Sous les pavés, y a le mariage. Note, François, que la vie à Baden-Baden ne doit pas être si désagréable.

 

Gabrielle Cluzel, le 16 avril 2013

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/fourest-valls-un-effort-et-ils-ne-mettront-plus-le-nez-dehors,19283

Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 10:58
"Serons-nous plus indulgents pour les tyrans d'aujourd'hui, quand ils nous donnent le spectacle de tragédies plus affreuses encore? N'userons-nous pas de la même Liberté qu'eux, quand nous pouvons le faire avec la même sûreté?"
(Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, 1791, Pluriel Histoire, Paris 2004, p. 136).
  • Article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen : « le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. »
  • La précipitation gouvernementale n’y fera rien. S’est levé en France un mouvement de contestation qui ne s’arrêtera pas avec la perspective d’une adoption de la loi dénaturant le mariage. Si le gouvernement parvenait par malheur à faire passer cette loi mortifère, qu’il sache que nulle part en France il ne pourra se déplacer sans que nous le recevions avec les honneurs qui lui sont dus. Les comités d’accueil, toujours non-violents, n’en déplaise aux martyrs autoproclamés de la bien-pensance, qui à défaut d’arguments jettent l’anathème sur les forces obscurantistes, se poursuivront, où qu’ils aillent, pour quelque motif que ce soit. Il ne s’agit pas de manœuvres d’intimidation. Il s’agit de rappeler qu’en démocratie, le pouvoir, même s’il est élu, ne peut faire passer ses lubies sans le peuple.
  • Il ne s’agit pas ici d’une simple loi visant à régler des relations entre individus. Il s’agit d’une loi qui privera des enfants de la diversité la plus élémentaire : un père et une mère. Il s’agit d’une loi qui scellera la fin de l’unité nationale. Notre pays ne sera plus qu’une entité composée de groupes éclatés, antagonistes. Il s’agit d’une loi qui marque un pas de plus vers l’idéologie du genre, qui vise à couper l’individu de ses origines, à l’endoctriner... Couvera alors la guerre civile. Notre pays plongera dans les erreurs du communautarisme, et les revendications les plus folles se feront jour, au nom de l’égalité, qui n’est pas la justice. Ils auront beau nous mettre en garde à vue, nous continuerons le combat ! L’arrestation de Carl Moy Ruifey et de Bago ne fait que renforcer notre détermination.
  • Aussi, nous ne lâcherons rien, et tant que ces lois ne seront pas écartées, quel que soit le gouvernement, nous serons là, dans chaque ville, pour rappeler qu’un enfant, quel qu’il soit, aura toujours besoin d’un père et d’une mère.

 

- Article 35 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen (de 1793)

Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 20:52

Prochaine Manif pour tous à Paris : le 21 avril

 

"Ils accélèrent, on accélère. Toutes les infos très bientôt"

 

Source: http://www.lamanifpourtous.fr/

Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 20:03

A propos des défenseurs du mariage mis en garde à vue la nuit dernière et libérés dans l'après-midi, la Manif pour tous accuse François Hollande et le ministre de l'Intérieur, Manuel Gaz, de mettre en place une "police politique" :

 

  • "En refusant encore de laisser l'opposition au "mariage pour tous" s'exprimer librement, Messieurs Hollande et Valls seraient-ils en train de mettre en place une police politique ? La France est manifestement dirigée par un clan aux méthodes de régime policier." (1)

 

 


 

Dans un entretien publié dans l'après-midi sur Metro, Frigide Barjot enfonce le clou et déclare "nous ne sommes plus dans un pays démocratique" :

 

  • "Je n'appelle pas à verser le sang, je dis justement que c'est le président de la République qui en veut. Quant à la dictature, je considère qu'en effet, quand on refuse le référendum, que les manifestants ne sont pas écoutés et que la liberté de vote n'est pas respectée, nous ne sommes plus dans un pays démocratique.
  • A l'Assemblée, il n'y a pas eu de liberté de vote. Quant au Sénat, le détail des intentions de vote montre que la majorité l'a emporté par seulement deux voix d'écart. Or dans ces voix pour, on a compté les socialistes d'outre-mer, qui ont toujours dit qu'ils voteraient contre. Pour camoufler ça, on est donc passé par un vote à main levé. C'est un vote tronqué, je conteste ce vote !

  • La violence, c'est quand le gouvernement décide d'avancer brusquement l'examen du projet de loi à l'Assemblée, sans consulter la conférence des présidents. S'il veut éviter que cela ne dégénère, c'est à lui de faire un geste d'apaisement.

  • Nous allons continuer nos manifestations cette semaine, ce week-end, et même lorsque le projet de loi aura été adopté, le cas échéant. A l'époque de Jacques Chirac, les manifestants ont obtenu le retrait du CPE après sa promulgation. Nous irons jusque-là." (2)


 

Les défenseurs du mariage placés en garde à vue et libérés dans l'après-midi, parmi lesquels figuraient deux mineurs, ont finalement été relâchés ce lundi après-midi après un rappel à la loi. (3)

 

Ils ont fait un témoignage intéressant que les medias ne répercutent pas largement : les policiers leur ont déclaré être "désolés", qu'ils étaient de leur côté et avaient du "obéir aux ordres"... "On a eu un rappel à l'ordre", a déclaré un défenseur du mariage. (4)

 

 

 

Sources:

 

(1) http://www.lamanifpourtous.fr/toutes-les-actualites/178-solidarite-avec-le-camping-pour-tous

(2) http://www.metrofrance.com/info/frigide-barjot-repond-a-karl-zero/mmdo!L8KwaER9tElzk/

(3) http://www.rtl.fr/actualites/info/article/mariage-pour-tous-garde-a-vue-levee-pour-les-soixante-sept-anti-a-paris-7760412335

(4) Bfm-Tv

Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 15:45
Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 15:21

Que retenir de la façon dont le Sénat a voté majoritairement en faveur du projet de loi Taubira ? D'abord, bien sûr, ce constat d'autisme, d'aveuglement et de surdité dont témoignent à tous les étages du pouvoir les politiciens de gauche alors même que la colère ne cesse de gronder à travers tout le territoire. Mais il est aussi nécessaire de pointer du doigt l'attitude de l'UMP et de l'UDI durant ce débat. J'ai pu assister, du balcon du Sénat, aux débats et aux votes de jeudi après-midi. Sur les bancs de l'UMP et de l'UDI ne siégeaient que... 24 sénateurs. Toutes les interventions relevaient d'une mollesse convenue. Aucun sénateur de gauche ne prêtait la moindre attention aux interventions des sénateurs de droite. Et aucun sénateur de droite ou du centre ne s'en offusquait. Tout cela se déroulait dans une ambiance distraite, entre lectures de magazines et journaux, conversations nonchalantes avec l'un ou l'autre collègue et utilisation frénétique de l'indispensable smartphone. Le parlementarisme s'affichait ainsi sans honte dans sa plus caricaturale médiocrité alors que l'on y traitait un point aussi essentiel que le concept de famille, socle de base de la société.

 
N'ayons aucune illusion concernant cette mascarade qui met en scène un faux débat gauche-droite : la veulerie s'étend hélas à l'essentiel de la classe politique. Et il faudra conserver à l'esprit de sanctionner tous les élus de droite et du centre qui se seront montrés complices de cette loi infâme portée par les élus de gauche.
 
Mais il faut surtout, durant les prochains jours et les prochaines semaines, démontrer une ferme volonté et une sainte colère. Le régime imagine qu'en accélérant la procédure il va obtenir que les défenseurs de la famille se découragent, se résignent et se démobilisent. Ce sera tout l'inverse et il faut le prouver jour après jour. CIVITAS encourage vivement ce mouvement de colère populaire et national qui accueille sous les huées chaque déplacement de ministre. C'est un bras de fer qui s'est entamé. Le pays réel doit le gagner. En réduisant le pays légal à vivre reclus durant les prochaines semaines.
 
Résistance et désobéissance à un projet qui, même s'il était demain inscrit dans le code civil, n'en resterait pas moins illégitime parce que contraire au bien commun et à la loi naturelle. Ce gouvernement de plus en plus fragilisé, embourbé dans les scandales, doit être confronté à une fronde qui le dépasse et le submerge.
 
Vendredi soir, devant le Sénat, nous avons vu de près, une fois de plus, que ce régime a pris la forme d'une dictature socialiste et cherche à transformer les forces de l'ordre en police politique. Mais la détermination de la foule n'a pas faibli, même lorsqu'à diverses reprises les gaz lacrymogènes et les matraques ont été utilisés. J'ai eu le privilège de faire partie, aux côtés d'un prêtre, des 32 personnes interpelées ce soir-là sans aucune raison valable. Et j'ai eu la joie de voir que pas une de ces trente-deux personnes n'était intimidée. Chants, slogans et prières ont rythmé la durée de cette interpellation. Et chacun en est reparti bien décidé à continuer la bataille au service du Bien. Une belle jeunesse est dressée et ne lâchera rien. Cela a commencé un printemps français. Cela durera plus qu'une saison !
 
Alain Escada,
président de CIVITAS

Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 15:04

 

Excellent papier d'Adrien Aubauzit sur Boulevard Voltaire.

 

Le choix est simple : l’immigration ou la France

 

Bernard Stasi est rentré dans l’histoire grâce à un livre intitulé sérieusement : L’immigration : une chance pour la France. Très probablement s’était-il inspiré, pour trouver le titre de son ouvrage, du slogan de la société de 1984 : « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force. »

 

Excepté à Aymeric Caron, les méfaits de l’immigration ne sont plus à démontrer. Les petits joueurs invoqueront uniquement le dumping social induit inéluctablement par l’immigration de masse. D’autres, plus courageux, invoqueront le remplacement de population. Mais nous le savons tous, le premier méfait de l’immigration est une explosion, dans l’espace public, de l’incivilité, de la délinquance et de la criminalité.

 

Bien sûr, on ne trouvera aucun sociologue du CNRS pour le confirmer. Mais votre serviteur ayant des yeux fonctionnant assez bien, il se passe de l’autorisation du pouvoir pour dire que la réalité est la réalité.

 

L’attaque de diligence du RER de Grigny par des racailles suédoises ou la fermeture du Louvre suite aux malversations des pickpockets islandais sont des exemples très intéressants, illustrant que l’immigration est désormais une menace pour la France. Une menace pour la conservation physique et le bien-être du peuple de France. Une menace pour le tourisme, donc pour une branche très importante de son économie. Une menace pour la cohésion nationale, car les Français d’origine suédoise seront à terme assimilés aux délinquants et criminels d’origine suédoise, ce qui conduira à leur injuste ostracisme. Une menace pour le prestige de la France qui, partout dans le monde, acquiert la réputation d’un pays où l’on ne peut plus marcher tranquille.

 

Moralité ? L’immigration doit immédiatement être arrêtée. Sa poursuite relève véritablement du suicide. Mais, rétorquera le lecteur naïf ou bobo à l’auteur de ces lignes, si nos gouvernants font venir chaque année en France l’équivalent de la ville de Toulouse en immigration légale, c’est bien que la France doit y avoir intérêt, non ? La réponse est évidemment non. Pas plus que la France n’a intérêt à rester dans l’UE, celle-ci n’a intérêt à l’immigration. Le paiement des retraites ? Faisons travailler les cinq millions de chômeurs français et ce sera réglé.

 

Alors pourquoi, pourquoi cet acharnement à faire rentrer chaque année des individus qui, pour la plupart d’entre eux, seront d’une façon ou d’une autre une charge pour la France ?

 

Les raisons sont multiples. Mais nous n’en citerons ici qu’une seule : parce que, par l’immigration, le pouvoir, le vrai, applique une véritable stratégie de la tension. L’immigration permet à notre pouvoir réputé démocratique de nous faire baisser les yeux de façon informelle, non officielle. L’immigration est en quelque sorte le fouet que nos maîtres font claquer pour nous dresser. L’immigration apprend au peuple à rester sage et à baisser les yeux. Comme il est dit dans un best-seller cher à l’auteur : « Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. » (Matthieu 13:9)

 

Qu’on se le dise. À l’avenir, le peuple français devra choisir.

 

Il choisira entre deux horizons désormais incompatibles : l’immigration ou la France.

 

Adrien Abauzit, le 14 avril 2013

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/adrienabauzit/le-choix-est-simple-limmigration-ou-la-france,18810

Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 14:30
Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 11:30

Soixante-sept défenseurs du mariage, interpellés vers 01h du matin devant l'Assemblée nationale où ils avaient installé des tentes, étaient encore ce matin en garde à vue.


Les défenseurs du mariage et des enfants ont été maintenus en garde à vue "conformément aux réquisitions du Parquet", "pour «non dispersion après sommation», un délit passible d’un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende." (1)

Alors que des sources parlementaires annoncaient ce matin une accélération du "débat parlementaire" avec un vote solennel du texte le 23 avril... une nouvelle manif pour tous est annoncée dimanche prochain 21 avril. (2)

 

La conférence des présidents (organe exécutif de l'Assemblée), a décidé ce matin de recourir à la procédure dite du "temps programmé", qui permet de déterminer par avance le temps total de débat.

 

Le temps de débat a même été limité : "25 heures pour clôturer le 'débat'..." (Source: Bfm-Tv)

 

Le président des députés UMP, Christian Jacob, a dénoncé "une humiliation totale du Parlement". (3)

 

Yves Pozzo di Borgo (UDI), qui était venu soutenir les campeurs hier, appelle la préfecture de Police à plus de retenue face aux opposants au projet Taubira :

« nous avons connu à Paris une situation ubuesque ce dimanche soir à Paris, les forces de l’ordre multipliant les interpellations au Quartier latin puis devant la salle Pleyel face à des monômes de lycéens et d’étudiants opposés à la loi sur le mariage homosexuel mais défilant dans une atmosphère bon enfant. » «[Je] comprend que le gouvernement soit éprouvé par la forte mobilisation de la rue contre ce texte mais appelle le ministère de l’Intérieur a plus de retenue face à l’expression politique d’une fraction non négligeable de la jeunesse française ; mobiliser trente cars de CRS pour permettre à Manuel Valls de regarder un concert à la salle Pleyel est difficile à comprendre pour les parisiens. » (4)

 

Reportage photo du Salon Beige: Le camping devant l'Assemblée, c'est maintenant ! (5)

C

2
3

6
S
Présence du sénateur Yves Pozzo di Borgo :

B

Voilà les cars de ramassage qui reviennent de la salle Pleyel :
C

 

Néanmoins, la Résistance s'organise sur les réseaux sociaux et appelle à manifester devant l'Assemblée nationale tous les soirs à partir de demain soir.

 

La Manif pour tous appelle tout le monde à manifester  « autour de l'Assemblée Nationale pendant toute la durée des débats sur le projet de loi "mariage pour tous". »

 
A partir de mardi, et tous les soirs de la semaine,
 
rendez-vous à 19h place Édouard Herriot,
 
Paris 7e (métro Assemblée nationale).
 
 
Sifflets, trompettes, casseroles...obligatoires ! (6)

 

 

Edit. 20h40. Les soixante-dix opposants placés en garde à vue après avoir été interpellés dans la nuit devant l'Assemblée nationale, à Paris, ont été libérés lundi 15 avril dans l'après-midi. (7)

 

Sources:

 

(1) http://www.liberation.fr/societe/2013/04/15/une-soixantaine-d-opposants-au-mariage-pour-tous-en-garde-a-vue_896256

(2) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/04/15/97001-20130415FILWWW00369-mariage-gay-67-opposants-gardes-a-vue.php

(3) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/04/15/97001-20130415FILWWW00368-mariage-gay-vote-solennel-le-23-avril.php

(4) http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/04/interpellations-des-manifestants-yves-pozzo-di-borgo-interpelle-la-pr%C3%A9fecture.html

(5) http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/04/le-camping-devant-le-s%C3%A9nat-cest-maintenant-.html

(6) http://lamanifpourtous.fr/

(7) http://www.francetvinfo.fr/mariage-pour-tous-67-opposants-places-en-garde-a-vue_303873.html

Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 08:58

 

 

Depuis 22 minutes :

 

A partir de demain soir, nous comptons sur vous pour être nombreux et bruyants tous les soirs à l'Assemblée Nationale !! On ne lâche rien !!!

Ils passent en force - Tous à l'Assemblée Nationale !!!

16 avril à 19:00 (UTC+02)

Place Edouard Herriot, 75007 Paris

 

Déjà 754 personnes y participent

 

Source: https://www.facebook.com/login.php?next=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fevents%2F495622933838151%2F%3Fref%3D22

via Hollandouille 1er

 

 

NON à la DICTATURE DE HOLLANDE ... à partir de mardi soir 19h 
Photo : NON à la DICTATURE DE HOLLANDE ... à partir de mardi soir 19h ! ... à PARTAGER. MERCI !

 

Source: http://www.facebook.com/r.php?fbpage_id=439425526101276&r=111

via https://www.facebook.com/Hollandouille1er

Partager cet article
Repost0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 12:07

 

 

De plus en plus de sites sur internet ouvrent les yeux sur l'oligarchie mondialiste et la confiscation du pouvoir entre les mains d'une petite minorité. Hollande, le président du clivage et de la division a allumé le premier étage de la fusée... il   va regretter sa précipitation. Le changement c'est maintenant !

 

  • Beaucoup de Français ne se reconnaissent plus dans cette gauche dictatoriale et mouillée dans de nombreuses affaires en cours. Hollande est tombé dans le panneau en donnant aux oppositions le moyen de se retrouver pour une manif géante le 5 mai.
  • Si cette manif dégénère (il y aura des groupuscules d'extrême droite et d'extrême gauche qui feront le nécessaire pour que ça tourne mal) le président en sera le premier responsable. Quand on allume une mèche, il ne faut pas s'étonner qu'un incendie se déclare
  • Non ! Les Français n'ont jamais élu Hollande pour faire le mariage Gay, une courte majorité s'est portée sur lui par rejet de son prédécesseur et en raison de ses promesses mensongères de régler la crise dès son arrivée, en mettant même au pas les partenaires Européens de la France : on a vu le résultat !
  • Le mariage Gay n'est voulu que par une minorité d'extrémistes Homos (et d'idéologues du gender, NdCR), malheureusement très soutenu dans milieux de la Gauche Bobo (noyautée par le Grand Orient... NdCR)
  • C'est ignoble pour un Président et un Gouvernement de diviser autant, alors que le rôle d'un Président, c'est d'abord de rassembler.
  • Nous ne sommes plus en démocratie
  • Il suffit de médiatiser une personne pour assurer son élection. Les médias appartiennent à l'oligarchie mondialiste.
  • De fait les élections sont à chaque fois truquées. Les citoyens sont trompés.
  • Il faut une assemblée constituante pour y remédier. Le système est verrouillé par l'oligarchie qui refuse de la faire évoluer pour rendre le pouvoir au peuple.

 

 

 

Note de Christ-Roi. Attention au vocabulaire employé, si "assemblée constituante" il doit y avoir c'est en précisant immédiatement que la dite "assemblée" refusera d'être récupérée par la Secte oligarchique maçonnique mondialiste pro Nouvel ordre mondial... qui profitant de son secret et de son serment d'entraide échangé fait de la France depuis deux siècles la proie d'une mafia et d'un clan prospérant sur le clivage, la haine et la division. Cette Secte liberticide et totalitaire devra êtré immédiatement déclarée hors-la-loi et interdite de territoire. Une loi de séparation de la franc-maçonnerie et l'Etat constitutionalisera le principe de séparation. Le secret et le serment d'entraide seront interdits dans un système politique transparent.

 

Afin de mettre le pouvoir suprême à l'abri des lobbies oligarchiques mondialistes, on songera à replacer à la tête de l'Etat une institution indépendante et souveraine qui ne peut être corrompue car régnant de droit par héritage familial et ne peut être l'objet d'aucun achat...

 

On changera le mode de désignation des dits "représentants" à la dite "Assemblée" qui ne seront plus issus des partis politiques classiques dont les instances échappent au peuple car noyautées par la Secte oligarchique, mais issus du peuple lui-même dans ses réalités sociales (corps d'ouvriers, d'employés, salariés, familles, petits, moyens et grands patrons qui nommeront leurs représentants). François Hollande a allumé le premier étage de la fusée, le changement c'est maintenant !

Partager cet article
Repost0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 12:06

 

Vous ne l'avez pas vu à la télé ? Comme c'est bizarre... Un petit groupe de jeunes bien tranquilles au jardin du Luxembourg (Sénat), jardin privé "ouvert au public", est délogé par les gendarmes qui font la même besogne que la police française en 1940... Ces messieurs sont chargés par le ministre de l'Intérieur socialiste Manuel Valls de rafler les honnêtes gens... Ils sont expulsés pour ports de sweats shirts interdits au logo de la Manif pour tous (une maman un papa deux enfants c'est subversif...) ou amenés au poste dans le plus grand silence des medias.

 

 

Dans quel camp vous situez-vous ?

 

 

...

 

 

Jeudi 11 avril, les campeurs du Camping Pour Tous ont été expulsés manu militari par de nombreux gendarmes et surveillants du jardin du Luxembourg, sans aucune explication.

 

Sur Nouvelles de France qui rapporte également l'info, quelques résistants s'organisent :

 

  • "Préalable indispensable a toute forme de résistance:
  • Disposer de 2 ou 3 cameras dirigés vers les agents de la Kommandatur.
  • Des le moindre incident,enclencher la prise de vue vidéo
  • en étant couvert par une autre camera si la gaystapo attaque.
  •  
  • Réserver la video sur les réseaux sociaux."

http://imageshack.us/a/img837/9158/lhlpsdnh.png

 

 

 

Photo : #Hollande : Attention une Famille !

Défilez dans la rue avec n'importe quel sweat d'un dictateur totalitaire et tortionnaire, personne vous dira rien, promenez-vous avec un sweat "un papa, une maman, deux enfants", et la police vous embarquera... Il va bientôt falloir considérer que tous ces gens en uniformes chargés de nous défendre sont en réalité les pires ennemis de nos libertés françaises, une police politique d'Occupation qu'il va falloir rapidement mettre au pas. Soit vous êtes de notre côté et mettez vos forces au service de la justice, du peuple français pacifique et de l'Etat de droit contre l'Oligarchie totalitaire, soit on se débarasse de vous manu militari et vous disparaîtrez dans les poubelles de l'Histoire comme ignobles collabos.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 12:05

 

 

http://0.gravatar.com/avatar/eeb396c3da2571dead9d69da6ba282c3?s=170&d=blank&r=GEntretien réalisé par Baudouin de Saxel.

 

Alors que le texte sur le mariage pour tous sera de retour devant l’Assemblée nationale mercredi prochain, Béatrice Bourges, le porte-parole du « Printemps français », revient sur la genèse de son mouvement et ses futurs combats au sein de la société. Elle en appelle aussi et surtout à l’unité en tendant la main à Frigide Barjot, qui lui a reproché ses actions coup-de-poing.

 

Comment présenter le « Printemps français » ?

 

C’est un mouvement spontané du peuple, de la France qui ne s’exprime pas, des gens qui sont indignés par ce qu’ils peuvent voir. Ils ont cet objectif commun de préserver la dignité humaine et de protéger l’Homme. À l’occasion de mes conférences et au gré des différentes rencontres que j’ai pu faire dans toutes les régions de France, j’ai senti comme une fracture entre le monde silencieux et le monde de ceux qui nous gouvernent. Ce peuple, longtemps méprisé, est enfin prêt à se lever et à s’élever contre des décisions qui l’humilient. C’est dans cet esprit de ras-le-bol généralisé et de résistance pacifique qu’est né le « Printemps français » ; afin que chacun puisse ouvrir sa gueule. Notre leitmotiv n’est pas de mettre à bas un régime mais de combattre une idéologie de terrorisme intellectuel en vertu de laquelle on ne peut rien dire sans se faire traiter de fasciste. On va dire que Robert Ménard est d’extrême droite, que je suis catholique intégriste et cela suffira pour nous enfermer dans un tiroir à triple tour et nous bâillonner ! Vous savez, les Français ne sont pas des imbéciles et se rendent bien compte qu’ils se font manipuler. Simplement, aujourd’hui, ils n’en peuvent plus et décident de sortir des clous pour se faire entendre.

 

En désaccord avec vos méthodes, Frigide Barjot menace de déposer plainte contre le « Printemps français ». Si les avis divergent sur les moyens à mettre en œuvre pour arriver à vos fins, les revendications sont identiques. Comment expliquer une telle scission ?

 

Il y a des divergences dans l’esprit philosophique de nos mouvements. Le nôtre a vocation à être résistant, non-violent et transgressif. Il reflète davantage la voix des régions tandis que la Manif pour tous est sans doute plus centralisée, et tant mieux. Aussi, nous sommes moins dociles et disciplinés qu’eux. Ce désaccord entre Frigide et moi ne doit pas plomber la mouvance. Comme dans toutes les familles, on se fâche parfois avant de revenir calmement dans les bras les uns des autres. Il ne s’agit pas d’une scission à proprement parler.

 

Vos camarades semblent exaspérés par ces escarmouches…

 

Raison pour laquelle j’en appelle à l’unité. Je reconnais à Frigide d’immenses qualités ; nous avons simplement deux caractères différents ; ce qui devrait plutôt créer une stimulation et une émulation du mouvement. La Manif pour tous est la partie émergée de l’iceberg tandis que le « Printemps français » est la partie immergée. Nous avons chacun besoin l’un de l’autre pour défendre notre vision de la société. Il ne faut pas qu’une querelle stérile occupe le terrain au détriment du fond de notre combat.

 

Vous dénoncez la violence mais êtes une adepte des actions coup-de-poing…

 

Je suis convaincue que ce printemps qui est en train de voir le jour, de tracer son sillon, est assez mûr pour que quelque chose de nouveau naisse dans ce pays. Alors si je dois servir de paratonnerre, m’en prendre plein la tronche et résister à l’aide d’actions coup-de-poing, je ne le fais pas de gaieté de cœur, mais je le fais. Je peux comprendre la violence de certains individus, car la violence émane de la frustration. Sans la soutenir, je l’écoute et accompagne les gens qui ont besoin de s’exprimer d’une manière ou d’une autre. On m’a reproché d’être rebelle ; c’est mon caractère et j’aspire à mourir ainsi.

 

Quels seront vos prochains combats, vos revendications, vos luttes ?

 

Nous mènerons les combats pour un humanisme durable et contre tout ce qui touche à la dignité humaine. Le « Printemps français » aura à cœur de dénoncer une dictature de la pensée guidée en partie par le Grand Orient de France et les LGBT. On s’attaque à un énorme morceau. Quand Pierre Bergé dit que le ventre d’une femme est comparable aux bras d’un ouvrier, c’est injurieux envers la femme et l’ouvrier. Au nom de quoi peut-il donner des leçons et imposer sa pensée ? En vertu de quoi les professeurs pourront désormais dire aux élèves de six ans : « Vous serez filles ou garçons en fonction de votre désir » ? On nage dans une déstructuration complète de l’humanité.

 

Béatrice Bourges, le 14 avril 2013

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/beatricebourges/printemps-francais-afin-que-chacun-puisse-ouvrir-sa-gueule,19041

 

- Les neuf principes de fonctionnement du Printemps français

Principes d'un Printemps français légitime

Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 15:20

Je ne pense pas que, sous la V ème république, on ait vécu une suite de provocations du pouvoir vis à vis du peuple aussi longue et méprisante.

Quelques heures à peine après le vote presque en catimini, à main levée, de la loi sur la dénaturation du mariage et le droit à l’enfant, le pouvoir a osé accélérer brutalement le calendrier en avançant de plus d’un mois le calendrier législatif.

Le président socialiste du Sénat nous précise que « le Sénat, comme toute assemblée parlementaire, se prononce en général par un vote à main levée, sauf si un scrutin public est requis par les textes, sur les lois organiques par exemple, ou si un tel scrutin est demandé dans les conditions prévues à l’article 60 du Règlement« .

 

 

Sauf que cette loi sur le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels est tout sauf une loi « normale ou ordinaire ». Elle remet en cause tout le fondement de la famille et il est honteux qu’on ait pas fait procéder au vote de manière solennelle comme pour les lois organiques. Il est scandaleux que les votes des sénateurs socialistes et verts aient été imposés (100 % de vote oui !!!). Voir mon précédent article : « Le Sénat finalise un double déni de démocratie« .

 

 

 

 

La seconde lecture de la loi à l’Assemblée Nationale était prévue le 20 mai. Elle est brutalement avancée au … 17 avril soit avec plus d’un mois d’avance.

On aimerait que le traitement du chômage ait reçu
le même degré de priorité dans les travaux de l’Assemblée !

Ces deux dernières provocations font suite à beaucoup d’autres :

  • La diffusion, en plein débat sur la mariage gay, de la circulaire Taubira qui régularise en France, à l’avance, les GPA (Gestations pour autrui) réalisées à l’étranger, formidable message pour des militants homosexuels,
  • Les refus multiples de recevoir le collectif de « la Manif pour Tous » par François Hollande alors qu’il accepte, en moins de 24 heures, une quasi convocation du président à l’Elysée par le collectif LGBT venant le « recadrer » à la suite de sa déclaration de laisser aux maires la liberté de conscience pour le mariage gay,
  • Le refus d’un référendum qui aurait stoppé toute polémique en rendant la parole au peuple,
  • Le camouflet du Cese au peuple qui a déclaré irrecevable la pétition qui avait recueilli 700 000 signatures après qu’il ait lâchement interrogé Matignon pour lui laisser la responsabilité de la décision d’irrecevabilité,

Pour le pouvoir, la dernière provocation de l’accélération du calendrier est un tactique visant deux objectifs :

  • Mettre en place un deuxième écran de fumée dans l’affaire Cahuzac, après la tartufferie de la moralisation de la vie politique. Les médias sont priés de s’occuper du mariage gay plutôt que d’enquêter sur l’attitude de Moscovici et donc de Hollande dans l’affaire Cahuzac et leur probable tentative de couvrir ce dernier.
  • Couper l’herbe sous le pied des opposants au mariage gay qui avait programmé une nouvelle grande manifestation la 26 mai, manifestation qui donc aurait lieu près de 6 semaines après l’adoption définitive de la loi !

Monsieur Hollande, par cette dernière provocation, prend, devant l’histoire, un très grand risque et une terrible responsabilité. En effet, cette provocation ne pourra pas rester sans réponse. Comment en effet, se résoudre à baisser les armes, quand le dernier sondage BVA réalisé les 3 et 4 avril derniers, montre que le peuple rejette cette loi ?

Il est malheureusement probable que désormais, seule la violence permettra de convaincre le pouvoir de renoncer à appliquer cette loi qu’il est indigne de vouloir imposer de force. Je suis de plus en plus persuadé que la prochaine manifestation contre le projet aura les plus grands risques de dégénérer.

Monsieur Hollande, au plus bas dans les sondages, serait bien inspiré de réfléchir à deux fois avant que l’irréparable ne soit commis et qu’il ne quitte le pouvoir avec du sang sur les mains

Comment la presse a t-elle pu accuser Nicolas Sarkozy de cliver les Français ?
Et ne pas dénoncer aujourd’hui, les divisions profondes que créée Hollande ?

 

Source: http://www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/la-provocation-de-trop/

Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 15:04

La Manif pour tous accueille Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la communication, à Metz le 12 avril

Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 15:00

Dimanche dernier, la Manif Pour Tous 47 a fait un tour du côté de Cahuzac pour faire un clin d'oeil à l'actualité !

L'affaire Cahuzac agite les media depuis une semaine, mais la Manif pour Tous en a profité pour rappeler qu'en matière de mensonge, le projet de loi Taubira est bien plus grave... 

 

 

Source et suite: http://www.lamanifpourtous.fr/toutes-les-actualites/167-la-manif-a-cahuzac-on-ne-ment-pas-aux-enfants

Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 13:54

Suite au coup de force du gouvernement, il faut maintenant faire converger les luttes pour un Printemps français, une Contre-Révolution et un contre-mai 68.

 

Victimes du Nouvel Ordre Mondial et du "changement", victimes de l'idéologie du gender de toutes sortes, victimes de la marchandisation, victimes de la crise économique, financière, ouvriers, salariés de PSA Aulnay, d'ArcelorMittal, travailleurs de l'industrie française sinistrée et liquidée, agriculteurs, éleveurs laitiers en faillite, défenseurs du mariage naturel liquidé, défenseurs des droits des enfants liquidés... salariés des transports et des musées victimes des violences, manifestants victimes de Manuel Gaz, policiers obligés par des ordres iniques de se retourner contre la "France bien élevée" et de baisser les yeux devant les caïds des banlieues...

 

Tous à l'Elysée, tous au Palais-Bourbon ! Mais tous à Reims aussi !

Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 10:46

http://www.laporterie.com/images/large/drapeau_esf_fleur_de_lys_blanc_100_150.jpgNous apprennons ce matin que la Manif pour tous envisage dès à présent des opérations spontanées au jour le jour et notamment le 5 mai, jour où le franc-maçon oligarche Mélenchon, trente ans membre du PS, a appelé à manifester contre l'austérité du gouvernement Ayrault. Nous appelons tout le monde à la plus grande vigilance : attention à l'OPA de cet apparatchik sur la Résistance!

 


"Le gouvernement a voulu nous prendre de vitesse, a déclaré à MYTF1News Tugdual Derville, délégué général d'Alliance Vita et porte-parole de La Manif pour tous. Nous nous sommes donc réunis en l'espace de quelques heures pour montrer que notre mouvement social est irrépressible", a-t-il ajouté en expliquant qu'une prochaine mobilisation serait prévue le 5 mai, le même jour que la manifestation lancée par Jean-Luc Mélenchon contre "l'austérité et pour un grand coup de balai". "Mais nous ne défilerons pas ensemble", a précisé le porte-parole.

 

Alerte et mise en garde : la franc-maçonnerie oligarchique est spécialisée en récupération des mécontentements, elle a déjà fait le coup en 1870, après la débâcle de Sedan, pour proclamer la "IIIe république"... Ne nous laissons pas berner une fois de plus ! Et si prise de l'Assemblée nationale ou de tout autre lieu du pouvoir il doit y avoir, en aucun cas nous n'accepterons une énième récupération du genre "rédaction d'une nouvelle constitution" par une "Assemblée dite "nationale" (en réalité oligarchique) du "peuple" dit "souverain"... Nous devons dépasser et changer de fond en comble l'ensemble de ces vieilles lunes révolutionnaires, aspirer à un peu d'hauteur, de réflexion raisonnable et raisonnée... et envisager les mesures déjà annoncées (ici et ).

 

1) Il n'y a qu'un seul recours : le Roi !  

2) En France, et compte tenu de l'histoire de la "représentation", lorsque le peuple sera réellement "souverain" c'est que l'Oligarchie aura été renversée ! Et qu'une autorité souveraine et indépendante des lobbies aura été placée à la tête de la France (le Roi), que le système factice, mensonger et oligarchique de la dite "représentation" (élections par têtes et régime des partis) aura été remplacé par un système de représentation plus sincère, plus réaliste, par poids des corps dans la nation par exemple, un peu comme en Islande en ce moment ! Le retour de la croissance la sortie de crise seront enfin envisageables ! La nocivité du régime des partis aura été courcircuitée.

 

Vive le Christ-Roi, vive le Roi, vive la Résistance !

 

Partager cet article
Repost0