Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 18:34

Appel du 18 mai à la résistance de Ludovine de la Rochère contre le "mensonge" du "mariage" homosexuel

 

Suite à la promulgation par François Hollande du "mariage" homosexuel, Ludovine de la Rochère, Présidente de La Manif Pour tous était interrogée le 18 mai sur I-télé. Elle a expliqué pourquoi le "mariage" homosexuel était "un mensonge" attentatoire à l'intérêt de l'enfant, et lancé un appel à la résistance :

 

  • "On ne peut pas se résigner à cette loi qui est un mensonge. ... Deux hommes ou deux femmes ne peuvent avoir un enfant, et donc, prétendre qu'ils peuvent fonder une 'famille' c'est un mensonge. ... C'est là un bouleversement de civilisation majeur, scandaleux, qui créera des inégalités entre enfants.
  • Un enfant qui n'a pas de père ou de mère pour cause d'accident de la vie, de dueil, de misère, d'abandon, que sais-je, qu'est-ce qu'il attend ? Il attend une famille avec un père et une mère. Il n'attend pas d'être dans un contexte dans lequel il ne retrouvera pas un père et une mère. 
  • Ce soir, nous sommes le 18 mai 2013, nous lançons un appel à la résistance, nous appelons les Français, tous les Français, que chaque français qui est conscient de l'iniquité de cette loi soit avec nous le dimanche 26 mai et nous les appelons aussi à poursuivre avec nous, parce que d'abord nous ne lacherons jamais".

 

Add. 27 mai 2013. L'appel du 18 mai : http://www.lamanifpourtous.fr/fr/toutes-les-actualites/512-appel-du-18-mai

 

 

- "La violence n'exige de nous que notre obéissance au mensonge" (A. Soljenitsyne, à Moscou le 12 février 1974)

- "Mariage" homosexuel : appel à la "désobéissance civile" de Béatrice Bourges

Partager cet article
Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 18:33

Il est aujourd’hui établi que notre société, les agissements de nos dirigeants, ainsi que ceux de nos médias sont dirigés par une idéologie ultra libérale et libertaire qui cherche à détruire les fondements éthiques, moraux et anthropologiques les plus absolus de notre civilisation. En effet, il y a véritablement une volonté farouche de nier la loi naturelle en nous faisant croire, par exemple, que nous pouvons choisir notre sexe, appelé genre maintenant, par la théorie du gender, et que seule notre orientation sexuelle ainsi que nos désirs peuvent nous définir. Cette idéologie impose finalement à nos contemporains de vivre dans l’utopie de n’avoir que des droits et aucun devoir, ce qui en fait les esclaves de leur propres sentiments. En créant ainsi une société individualiste, on a créé également une société divisée, entre la droite et la gauche, les français de souche et ceux issus de l’immigration... Toutefois, le gender n’est malheureusement pas le seul danger qui plane sur notre civilisation. Nous pouvons penser aussi à la mort sur ordonnance, l’euthanasie, ou encore, ce qui est d’autant plus grave, la mise en place de ces théories liberticides dans les programmes scolaires.

Un problème grave que cela entraîne est celui de la liberté de conscience qui nous touchera tous tôt ou tard, c’est d’ailleurs un combat de l’association des Maires pour l’Enfance contre le projet de loi Taubira. Mais il n’y pas qu’à eux que ce problème de dictature idéologique se pose, il y a aussi les professionnels de la santé pour ce qui est de l’euthanasie, les enseignants qui se verront forcés, d’ici peu, à enseigner la théorie du gender dans les écoles, les juristes et encore beaucoup d’autres. Nonobstant la volonté de ces professionnels de résister contre ces lois obscènes qui ont été votées, ou qui ne vont pas tarder à l’être, ils ont une crainte : celle de se sentir, à tort ou à raison, seuls. Ces derniers jours, a été publié sur Le Rouge & le Noir un message de Luca Volontè adressé aux manifestants français, les encourageant à continuer le combat ; à plusieurs reprises, il a rappelé que « Vous n’êtes pas seuls ! ».

C’est dans l’objectif de faire en sorte que ces professionnels ne se sentent pas seuls, et ainsi, ne baissent pas les bras, que Objection ! a vu le jour. L’association pour la liberté de la conscience en France, ou Objection !, a effectivement été initiée pour, notamment, créer un réseau de solidarité entre professionnels pouvant se retrouver dans des situations où ils seront amenés à agir contre leur conscience. Cette association, parrainée par de grandes personnalités tels que John Finnis, professeur de droit à l’université de Oxford, Luca Volontè ou encore par des associations comme Alliance Vita, a mis en place un manifeste dans le but de protéger l’objection de la conscience ; ainsi, ces professionnels, et tout autre citoyen, pourront aisément trouver le soutien financier, juridique ou médical dans des périodes difficiles en raison de leur droiture morale.

Par ce biais, de nombreux de nos camarades manifestants seront moins hésitants pour mettre en corrélation leurs opinions revendiquées lors de manifestations avec leur vie professionnelle.

La solidarité est donc plus importante que jamais aujourd’hui, ayez confiance, vous n’êtes pas seuls.

Chouan Lyonnais

Source: http://www.lerougeetlenoir.org/les-controverses/face-a-l-ideologie-la-liberte-des-consciences

Partager cet article
Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 10:55

On nous parle de "loi d'apaisement" à propos de la loi Taubira légalisant le mariage et l'adoption pour les homosexuels. C'est mépriser les millions de personnes qui, depuis huit mois, ont manifesté leur opposition à cette loi qui n'en est pas une. Robert Ménard, dans un article publié sur Boulevard Voltaire, exprime très bien la responsabilité de ce qui risque d'arriver :

 

  • "[S]i, le 26 mai, la manifestation devait dégénérer, on saura qui en porte la responsabilité.
  • Frigide Barjot a raison de parler d’une « provocation ». Il n’y a pas d’autres mots. La « France bien élevée », décrite par Gabrielle Cluzel, ne peut que se sentir maltraitée, comme giflée. Et, croyez-moi, elle saura s’en souvenir. D’autant qu’elle n’est pas prête à se contenter de prendre acte de la décision des « sages » du Conseil constitutionnel, comme a commencé par le faire un Jean-François Copé, manifestement soulagé que toute cette affaire se termine et qu’on passe à autre chose.
  • Le problème pour nos stratèges de droite, c’est que les marcheurs de la Manif pour tous ne sont pas prêts à passer à autre chose. Il y aura du monde, beaucoup de monde dimanche prochain. Certains, n’en doutons pas, seront là pour en découdre. Je ne leur ferai pas la morale. D’autres, le plus grand nombre, viendront dire leur rejet, non seulement de ce mariage à la mode gay pride, dont ils ne veulent pas tant il est une insulte au simple bon sens, mais, plus généralement, d’un pouvoir d’une suffisance insupportable.
  • De François Hollande, on pouvait attendre, au minimum, qu’il apaise, qu’il pacifie les rapports entre les Français, ce que son prédécesseur n’avait pas vraiment fait, il faut en convenir. Sur ce plan aussi, il aura échoué. Derrière le « pépère » se cache un dogmatique, un arrogant, un sectaire. Nous serons dans la rue le 26 mai – et après – pour lui dire, au fond, une seule chose : il est temps qu’il s’en aille !"
  •  
  • Robert Ménard, le 19 mai 2013

 

 

Ce qui est certain, c'est qu'après huit mois d'opposition du peuple dans la rue, ce gouvernement de sourds recouvre l'entière responsabilité des évènements à venir.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 22:58

Il s'agit désormais d'"une lutte, un combat pacifique, mais un combat quand même qui s'étend à beaucoup d'autres sujets, tous les sujets qui touchent à la dignité humaine tant dans le travail qu'ailleurs"

(Béatrice Bourges, sur I-télé le 18 mai 2013.)

 

 

Béatrice Bourges, invitée d'I-télé ce matin, est revenue sur la décision des soit-disant "Sages" de valider totalement la "loi" sur le mariage et l'adoption des homosexuels promulguée dans la foulée par François Hollande tôt ce matin.

A propos de l'hypocrisie maçonnique du Conseil constitutionnel précisant qu'il ne s'agit pas d'un "droit à l'enfant" mais de "l'intérêt de l'enfant", Béatrice Bourges explique qu'il "ne fait que le dire, il prouve exactement le contraire. On est dans le droit à l'enfant, parce que cela n'est pas l'intérêt de l'enfant mais c'est l'intérêt des adultes, l'intérêt d'un communautarisme, et donc on est en plein dans l'idéologie".


Béatrice Bourges appelle à la "désobéissance civile" et "à ne pas respecter cette loi" "ni sage ni légitime", "contraire à l'intérêt de l'enfant, contraire aux plus fragibles, contraire aux plus faibles". Toutefois, elle n'appelle pas à perturber les "mariages" homosexuels car elle est "pour le respect des personnes". En revanche, elle pense que cette loi "n'est pas légitime" et se demande si un gouvernement "qui oeuvre contre le Bien commun est un gouvernement légitime".

 

Elle précise qu'"il y a de nombreux maires qui ne marieront pas, et qui eux, auront beaucoup de courage et appeleront aussi à la désobéissance civile".

 

La désobéissance civile ne s'adresse pas seulement aux maires, mais peut aussi s'adresser aux organisations d'adoption d'enfants, au milieu médical (PMA, GPA), aux directeurs d'école pour empêcher l'intrusion de l'idéologie du genre dans leurs établissements, aux prêtres qui pourraient ne baptiser les enfants de duos homosexuels issus de PMA et GPA qu'à l'âge adulte (afin que l'homosexualité ne soit pas accueillie et reconnue à l'église comme comportement autorisé et permis), le boycott des enseignes homo-folles, sans compter évidemment la résistance passive de tous en cessant de consommer à la manière des Cristeros...

 

- Christroi, Manif pour tous et Printemps français cités dans "Nouvel-Obs"

- Le "mariage" homosexuel : une horrible régression visant à la mise au pas des plus faibles, des enfants et des pauvres

- La Manif Pour Tous - Teaser 26 mai

- Appel du 18 mai à la résistance de Ludovine de la Rochère contre le mensonge du "mariage" homosexuel

- "La violence n'exige de nous que notre obéissance au mensonge" (A. Soljenitsyne, à Moscou le 12 février 1974)

- Cessons de consommer

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 22:18

 

Le conseil constitutionnel vient de valider l'inique loi Taubira en estimant "qu'elle n'était contraire à aucun principe constitutionnel" dans le sens où cette loi " n'interessait ni les droits, ni les libertés fondamentales..."

 

Le pouvoir par la voix du conseil constitutionnel aura donc ignoré une fois de plus avec mépris et autisme non seulement le bon sens élémentaire mais aussi l'intérêt général de la société toute entière que cette loi va contribuer à détruire en dénaturant le mariage et en défigurant la famille.

 

Le conseil constitutionnel composé à majorité de personnalité de "droite" nommée par l'UMP, aura donc, sans surprise, emboité le pas au législateur et à l'éxécutif socialiste dans leur entreprise concertée de destruction de la famille, c'est à dire, in fine, de la France.

 

Sans vergogne, ce même conseil aura donc piteusement avalisé une loi qui au nom de l'égalité privera certains enfants de la liberté fondamentale et du droit d'avoir un Papa et une maman, créant ainsi de nouvelles inégalités dans notre pays.Il aura été suffisament répété qu'une différence de situation pour des adultes ne permettait pas une égalité de droits.

 

Que pouvait-on attendre de mieux de Jean-Louis Debré, grand ténor du "gaullisme" et de la "droite", si ce n'est un atavisme familial. Son père Michel Debré qui après avoir été un défenseur farouche de l'algérie française et qui pourtant a participé en tant que premier ministre à son abandon, est l'icône et la parfaite illustration de la "droite" UMP qui ces dernières semaines s'est débattu pour faire croire à son attachement artificiel aux valeurs traditionnelles de notre société tout en ne cherchant simplement qu'à instrumentaliser la saine réaction populaire contre les folles dérives du gouvernement socialiste.

 

Ce soir, tout en appelant à la "responsabilité", le président de la République vient d'annoncer qu'il promulguerait dès demain cette loi contre nature qui en détruisant la famille mettra en péril l'équilibre sociétal et menace par là, la paix civile dans notre pays.

 

Une loi doit servir le bien commun de la société et en aucun cas nous ne reconnaitrons qu'une telle loi mérite obéissance ou respect.

 

C'est ce même président de la république qui a affirmé hier lors d'une conférence de presse vouloir "laisser une trace" de son mandat dans l'histoire . Cette trace ce sera la ruine organisé de notre société et un changement de civilisation qui nous conduit vers une "culture de mort".

 

Nous appellons tous les défenseurs de la famille à ne pas se décourager ou se démobiliser par les effets d'annonces calculés d'un pouvoir tous les jours un peu plus aux aboies. Car par ailleurs la situation économique, sociale, sécuritaire ne fait que se dégrader et tôt ou tard la réalité s'imposera.

 

Mais nous, le Pays réel, nous pouvons contribuer par notre mobilisation persévérante au retour du bon sens et des valeurs qui ont fait l'âme et la grandeur de notre pays.

 

Si vraiment cette infâme loi Taubira "n'est contaire à aucun principe constitutionnel" et bien c'est qu'il est temps de changer de constitution!

 

Cette décision du conseil constitutionnel, composé de ténor de la "droite", d'avaliser cette loi infâme défendue par la "gauche", prouve une fois de plus que désormais le clivage "droite-gauche" est entré dans l'histoire.

 

La réalité du clivage actuel c'est "Pour ou Contre" la pourriture révolutionnaire véhiculée et illustrée par mai 68 et ses protagonistes.

 

Un printemps français est en marche qui au lieu de s'essoufler doit se transformer en un profond sursaut puis en un tsunami contre-révolutionnaire.

 

Dans ces heures les plus sombres de notre histoire, nous prions Notre Dame de France et sainte Jeanne D'arc d'accorder à notre pays de se redresser et de donner à tous les patriotes et catholiques Français le courage de défendre la famille sans défaillir et sans se résigner.

 

Selon le président de la république cette loi inique sera une loi "de consensus, de réconciliation et de progrès".

 

Alors le 26 mai à Paris aux cotés de Civitas et de nombreuses associations, venez exprimer sans concession et avec détermination ce que les défenseurs de la famille pensent du prétendu consensus et du prétendu progrès, véhiculés par cette loi contre nature.

 

Venez dire à ce gouvernement qu'il n'y aura pas de réconciliation possible au détriment des plus faibles, ceux qui doivent être protégés, c'est à dire les enfants.

 

Venez dire stop aux arnaques et aux folies de la droite et de la gauche.

 

Retrouvons nous et conjuguons résolument nos forces sous un mot d'ordre unique et sans concession:

 

"Du Balai aux ennemis du mariage, de la Famille et de la France!"

 

CIVITAS

 

Source : http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2013/05/17/communique-de-civitas-apres-la-validation-par-le-conseil-con.html

 

 

- Validation du mariage gay : la loi au-dessus de la nature ! (François Teutsch)

- La guerre entre le peuple réel et l'Oligarchie est déclarée le 17 mai 2013

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 17:30

Être suprême Peuple souverain République française : [estampe] / [non identifié] - 1

 

Sans surprise aucune, le Conseil constitutionnel a validé aujourd'hui intégralement la loi légalisant le "mariage" et l'adoption pour les homosexuels. Il a jugé qu'"aucun «principe fondamental reconnu par les lois de la République» ne s'opposait à la réforme voulue par François Hollande". Ce texte organise ainsi l'orphelinat légalisé puisqu'il s'agit de priver l'enfant d'un père ou d'une mère par la loi. L'enfant sera doublement puni, par la vie une première fois et par la loi une seconde fois ! Ce faisant, ce conseil sombre dans l'illégitimité comme l'ensemble des institutions dites "républicaines", c'est-à-dire la chose de tous, manifestant que la "république" n'est en réalité que la chose de quelques-uns, une oligarchie ultra-libérale marchande organisant la marchandisation du corps humain, de la femme et des enfants.

 

Contrairement à la ligne de défense des collabos du "mariage" homosexuel affirmant que les résistants sont des factieux "anti-démocratiques" qui ne respectent pas le régime représentatif parlementaire, c'est ce texte de loi qui ne respecte pas la dignité de la personne humaine et son caractère indisponible, c'est ce gouvernement qui ne respecte pas les droits des enfants ni les millions de personnes descendues dans la rue pour manifester leur opposition à la marchandisation forcenée de la société, ces huit derniers mois. C'est ce gouvernement qui a ignoré la pétition montée en quinze jours de 700 000 personnes opposées au texte. C'est cette loi qui est passée en force et à main levée au sénat. C'est ce texte validé par le Conseil constitutionnel qui est donc anti-démocratique compte tenu du nombre des résistants descendus dans la rue et compte tenu surtout que depuis une certaine date de 1789...  le "peuple souverain" qui descend dans la rue reste le dernier juge dans leurs institutions.

 

Le "Peuple souverain" le sera-t-il réellement ? Alors que François Hollande annonce son intention de promulguer la loi demain, la guerre entre le peuple réel et l'Oligarchie est déclarée le 17 mai 2013.

 

 

 

- Le Printemps français est né dimanche 24 mars 2013

- "Mariage" homosexuel : un Tchernobyl de la filiation

- La dérive totalitaire du gouvernement Ayrault

- "Mariage" homosexuel: un exemple de conflit entre Volonté générale et droits de l'homme

- Une majorité de Français est désormais opposée à la loi Taubira

- Le peuple français fait face à une entreprise totalitaire (Henri Hude)

- Les contradictions juridiques du "mariage pour tous" (Aude Mirkovic)

- Le coup d'Etat historique du "mariage" pour tous (adoption en force et à main levée au sénat)

Partager cet article
Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 22:59

Le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, interrogé par Yves Thréard Talk pour Orange-Le Figaro a déclaré à propos du "mariage" homosexuel qu'il s'agissait de «violence faite à la Nation». Il a réaffirmé être «circonspect»face à la loi Taubira ouvrant le mariage aux couples homosexuels.

 

«On ne s'y attendait pas» a-t-il déclaré, considérant que cette loi apportait «des troubles dans la population» qui dépassait les partis politiques et les religions.

 

«C'est une violence faite à la Nation que de changer le sens des mots», dit-il en référence au mot mariage. Si le conseil constitutionnel valide la loi, il a assuré qu'il resterait sur sa position.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/05/16/97001-20130516FILWWW00492-mariage-gay-violence-a-la-nation.php

 

- Subversion du langage : Un poème d'Armand Robin qui explique le programme des deux derniers siècles

- Attention, subversion du langage, novlangue

Partager cet article
Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 20:34

Les Français en révolte

 

Les Français en Révolte (sur facebook) se lèvent face à Hollande, aux mensonges gouvernementaux et à cette loi inique de "mariage pour tous".

 


Partager cet article
Repost0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 12:46

L'Oligarchie va devoir rendre des comptes au peuple suite aux émeutes prévisibles au Tocadéro et aux Champs-Elysées des supporters du PSG qatari à Paris le 13 mai au soir. La veille vit les premiers incidents éclater : bris de vitres, vols en réunion, dégradations volontaires de biens publics et par incendie, 16 policiers blessés. Nous pouvons constater une nouvelle opération en manipulation de l'information demandée par le gouvernement et largement reprise par les medias. 

 

Dans la nuit de lundi à mardi, 39 suspects supporters du PSG ont été interpellés. Bilan : vitrines et véhicules vandalisés au pied de la tour Eiffel, arrêts de bus vandalisés, attaque à la diligence sur un autobus de touristes, bouteilles lancées contre les forces de l'ordre, 30 blessés dont 3 chez les policiers, 21 interpellations selon cette autre source : un nombre qui paraît assez faible au regard du nombre des défenseurs du mariage naturel que la police parisienne a retenu dans ses filets et embarqué comme des vulgaires délinquants lors des rassemblements pacifiques des veilleurs ces derniers jours, à ce jour "une centaine de gardés à vue", selon Tugdual Derville, l'un des porte-parole du collectif de la Manif pour tous. «La Manif pour tous, c'est combien de vitrines cassées, de voitures brûlées, de policiers blessés», a-t-il demandé.

 

«Manuel Valls parle de “bousculades” pour le Trocadéro dévasté, mais de “comportements intolérables” pour la Manif pour tous du 24 mars…, s'emporte Jean-Baptiste, étudiant. Quand 67 jeunes s'assoient, une bougie à la main, près de l'Assemblée nationale, ils sont tous embarqués. Tandis que lorsque des hordes de casseurs dévastent le quartier du Trocadéro avec des barres de fer, blessant 32 personnes, on n'a qu'une bonne trentaine de gardés à vue…»

 

Ce deux poids deux mesures va devoir se payer très cher.

 

Quand on nous dit que ce sont les ultras et des hooligans, c'est-à-dire des Blancs et des nationalistes d'extrême-droite "qui ont causé les débordements" c'est insupportable car cela revient à donner un blanc seing irresponsable aux vrais casseurs, en ne les désignant pas et en imputant les incidents à d'autres. On a assisté en réalité à de nouveaux actes de guerillas urbaines lancés par les personnes d'origine étrangère similaires aux émeutes de 2005 et mai 2007 au lendemain de l'élection de Nicolas Sarkozy. Personne ne le dit. Le gouvernement socialiste a peur de dire la vérité et les medias collabos devront rendre compte de cette duperie. 

 

 

A part en début de matinée un petit entrefilet sur I-Télé, très court, montrant la ministre des sports Valérie Fourneyron déclarer et avouer que les incidents n'étaient pas dus aux ultras, en ce début d'après-midi (14h00), rien, aucun media n'a repris cette information, ni Afp, ni sites de presse officielle, ni chaînes d'infos...

 

Ci-dessous une video que vous ne verrez pas sur les medias officiels dans laquelle on voit les forces de l'ordre en civil et en uniforme s'en prendre aux fameux "ultras d'extrême-droite", pas si blancs que ça ! 

 

Quand ce sont des nationalites, on dit bien "ultras" ou "nationalistes" d'extrême-droite, pour bien montrer que ce sont des Blancs et quand on découvre que ce sont des personnes de couleur, on dit "casseurs" pour ne pas stigmatiser...

 

 

 

Video à voir également avec le son et sans la musique ici : http://www.eteignezvotreordinateur.com/emeutes-psg-la-balayette-du-siecle-video/ 

 

ou sur youtube, la balayette du siècle :

 

 

 

Et enfin une video de BFM-TV diffusée lundi 13 au soir et plus jamais diffusée ni commentée ensuite des "casseurs" pas très "ultras" en pleine action :

 

 

- Trocadéro/sous-effectif de police : "C'est une demande des Qataris" (Urvoas/RMC)

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 12:45

L'Alliance Royale a publié l'analyse d'un observateur averti des questions juridiques, législatives et culturelles, ainsi que de tous les sujets relatifs aux droits humains : Grégor Puppinck, Directeur général du Centre européen pour le droit et la justice. La dérive observée découle directement de l'idéologie des droits de l'homme, comme l'Alliance Royale l'avait montré dans l'article "Il devient urgent de remettre en cause les bases idéologiques du système républicain" et comme nous l'avions également montré dans "Contre le Nouvel ordre mondial : en finir avec la "révolution"".

 

Ce document a initialement été publié par l'agence d’information internationale ZENIT sous le titre "Le "Gender pour tous" et les droits des parents - Etat des lieux en Europe".

 

BRUXELLES, 5 avril 2013 (Zenit.org) – Les parents qui voudront transmettre certaines valeurs à leurs enfants vont dans les prochains mois se heurter à l’école de la République, telle que l’actuel gouvernement veut la refonder, en particulier à propos de la complémentarité homme-femme, de la sexualité humaine et de la morale.

Le projet de loi Taubira sur le mariage doit être considéré en lien avec un autre projet fondamental de l’actuel gouvernement : le projet de « refondation de l’école de la République » actuellement discuté à l’Assemblée Nationale. Ce projet de loi sur la « refondation de l’école de la République » prévoit, entre autres dispositions, d’introduire un nouvel enseignement obligatoire de morale laïque et d’éducation civique, ainsi que de lutter dès le plus jeune âge contre les stéréotypes de genre. Dans la presse et à l’Assemblée, le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, a précisé que : « le but de la morale laïque est d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel » [1] (Entretien au JDD 2 septembre 2012, NdCR.) pour « permettre à chaque élève de s’émanciper », car « le but de l’école républicaine a toujours été de produire un individu libre » [2].

Dans la même veine, la Ministre de la Justice, Christiane Taubira a également déclaré à l’Assemblée que « dans nos valeurs, l’éducation vise à arracher les enfants aux déterminismes sociaux et religieux et d’en faire des citoyens libres » [3].

L’un de ces déterminismes serait l’identité de genre ; la déconstruction des stéréotypes de genre est conçue comme un moyen d’émancipation des enfants. Le projet de « refondation de l’école de la République » prévoit à présent que « l’éducation à l’égalité de genre » devienne une mission de l’école élémentaire, dès l’âge de 6 ans, « afin de substituer à des catégories comme le sexe (…) le concept de genre qui (…) montre que les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas fondées sur la nature, mais sont historiquement construites et socialement reproduites » [4].

Cette volonté ressort également du récent rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales[5] qui recommande que l’école s’engage dans la « lutte contre les stéréotypes de genre » « dès le plus jeune âge », qu’elle déconstruise « l’idéologie de la complémentarité » homme-femme pour « tendre vers une société » égalitaire. A cette fin, ce rapport recommande notamment aux enseignants de remplacer les appellations « garçons » et « filles » par les termes neutres « amis » ou « enfants », de raconter des histoires dans lesquels les enfants ont deux papas ou deux mamans, etc. Il s’agit, dit le rapport, d’empêcher la « différenciation sexuée » et l’intériorisation par les enfants de leur identité sexuelle. Outre ces aspects relatifs à la théorie du genre, la morale laïque promue par le projet de « refondation de l’école de la République » est aussi source d’inquiétudes. Ce projet de loi vise à refonder la société via l’école ; il est complémentaire du projet Taubira qui « refonde » la famille via le mariage. Comme l’indique M. Peillon, « le gouvernement s’est engagé à s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités, notamment par le biais d’une éducation au respect de la diversité des orientations sexuelles » [6].

Ainsi, si la loi Taubira sur le « mariage » est adoptée, l’école publique devra non seulement « déconstruire les stéréotypes de genre » dans l’esprit des enfants, mais en outre leur enseigner qu’il est normal d’avoir deux mères (et un père inconnu), ou deux pères (et une mère porteuse). Ces « parentalités » seront enseignées comme des faits objectifs (et non comme des choix) et seront donc insusceptibles de tout jugement moral. Les parents qui voudront transmettre la morale naturelle à leurs enfants seront pris au piège : ils devront expliquer à leurs enfants qu’il ne faut pas croire tout ce qui est dit à l’école, mais qu’il faut se taire pour ne pas avoir d’ennuis. Ce sera une violation manifeste des droits naturels des parents. Les projets et déclarations de Mme Taubira et de M. Peillon témoignent d’ailleurs sans ambiguïté de leur intention de ne pas respecter les droits des parents, mais d’arracher les enfants pour les libérer. Ce droit a pourtant été réaffirmé dans les grandes déclarations des droits de l’homme après la seconde Guerre Mondiale, en réaction aux totalitarismes nazi, fasciste et communiste. La Déclaration universelle des droits de l’homme reconnaît que « la famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat » (art. 16.3) et que « les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants » (art. 26.3). En ratifiant le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, les Etats se sont engagés « à respecter la liberté des parents de faire assurer l’éducation religieuse et morale de leurs enfants conformément à leurs propres convictions » (art. 18.4). De façon plus explicite encore, la Convention européenne des droits de l’homme énonce que « l’Etat, dans l’exercice des fonctions qu’il assumera dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, respectera le droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques » (Protocole additionnel 1er, art. 2).

Actuellement, les droits de la famille sont à nouveau attaqués au nom d’un projet de société, fondé non plus sur la famille, mais sur les notions de tolérance, de non-discrimination et de pluralisme et qui envisage l’homme comme un individu purement abstrait. Le pouvoir de l’Etat qui s’en trouve de nouveau étendu, car en se donnant pour mission de réaliser un « projet de société », il se donne d’abord le pouvoir de le définir et le droit de l’imposer.

Ce à quoi les parents français vont devoir faire face, les parents espagnols l’ont déjà affronté avec succès. En revanche, en Allemagne, des parents ont préféré être condamnés à des peines de prison ferme plutôt que d’envoyer leurs enfants à des cours d’éducation sexuelle. En Russie, la situation est différente, des gouvernements régionaux, à la demande des familles, adoptent des lois visant à protéger les enfants de la propagande LGBT, mais ils font face à de fortes pressions des institutions européennes et des lobbies.

(…)

La promotion de la théorie du genre n’est pas limitée à l’école. En fait, la question est beaucoup plus vaste. Les droits des parents se heurtent à la politique générale de non-discrimination selon l’orientation sexuelle dans laquelle s’inscrit la promotion de la théorie du genre. Le problème qui se pose à l’école se pose également dans le reste de la société. À cet égard, de nombreuses personnes ont déjà été sanctionnées en raison de leur refus moral de l’homosexualité. Le cas de l’Angleterre est exemplaire : depuis l’adoption en 2010 d’une loi sur l’égalité et la non-discrimination, les sanctions et condamnations se multiplient[21]. Ainsi par exemple un couple s’est vu refuser l’agrément pour être famille d’accueil en raison de son jugement sur l’homosexualité, un médecin a dû quitter ses fonctions au sein d’un service social après s’être abstenu de prendre part à la décision de confier des enfants à des couples de même sexe, les agences catholiques d’adoption ont été contraintes de cesser leurs activités en raison de leur refus de confier des enfants à l’adoption à des couples de même sexe[22], une employée de mairie affectée à l’État civil et un conseiller conjugal ont été licenciés après avoir exprimé leur incapacité, en conscience, à conseiller sexuellement un couple d’homosexuels et à célébrer leur union civile. La Cour européenne n’a pas jugé abusifs ces licenciements[23]. C’est aussi le cas en Espagne où un magistrat qui avait demandé une expertise médicale visant à déterminer s’il est dans l’intérêt de l’enfant d’être adopté par la compagne de sa mère, a été suspendu pour dix ans au motif que cette demande d’expertise aurait constitué une manœuvre dilatoire et un acte homophobe[24].

Ce ne sont que quelques exemples d’un phénomène qui risque fort de se généraliser, en particulier si l’Union européenne adopte la proposition de « directive du Conseil relative à la mise en œuvre du principe de l’égalité de traitement entre les personnes sans distinction de religion ou de convictions, de handicap, d’âge ou d’orientation sexuelle ».
(…)
Le témoignage de la liberté et de la vérité passe par l’éducation familiale, mais aussi par la manifestation publique, et si nécessaire par l’objection de conscience.


Grégor Puppinck,
Docteur en Droit

 

[2] Assemblée nationale, compte-rendu intégral de la deuxième séance du jeudi 14 mars 2013.

[3] Assemblée nationale, 3 février 2013. Le compte rendu intégral de la deuxième séance du dimanche 3 février 2013 rapporte une formulation légèrement différente que celle qui a été très largement rapportée dans les médias et que nous reproduisons.

[4] Commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale, 28 février 2013. Présentation orale de l’amendement par son auteur Mme Julie Sommaruga, député. http://www.dailymotion.com/video/xy2pjv_amendement-introduisant-la-theorie-du-genre-a-l-ecole-elementaire_news#.UV6b5JO-18E

[5] Inspection générale des affaires sociales, GRESY Brigitte, GEORGES Philippe, Rapport sur l'égalité entre les filles et les garçons dans les modes d'accueil de la petite enfance, Décembre 2012.

[6] Lettre de Vincent Peillon, Ministre de l’Eduction nationale, aux recteurs, datée du 4 janvier 2013.

[21] Voir le site internet des organisations Christian Concern et Christian Legal Centre.

[22] Voir l’article de Jean Mercier, Cour Européenne des Droits de l'homme : pas de discrimination antichrétienne, du 15 janvier 2013 paru dans La Vie.

[23] Affaires Eweida et autres contre le Royaume-Uni, n°48420/10, 59842/10, 51671/10 et 36516/10 du 15 janvier 2013.

[24] Tribunal Supremo, Recurso No. 192/2009, http://www.hispanidad.com/imagenes//escanear0002.pdf

 

Source: http://www.allianceroyale.fr/articles/actualites/361-la-derive-totalitaire-du-gouvernement-ayrault

 

- Violences policières : le Parti Populaire Européen en appelle au Conseil de l’Europe

- Le peuple français fait face à une entreprise totalitaire (Henri Hude)

Partager cet article
Repost0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 10:48

Voici un article motivant pour notre printemps français trouvé sur le site La Nacelle.

 

 

http://lanacelle.hautetfort.com/media/02/00/1260711720.jpgDans la vidéo, vous y verrez cette commerçante d’un quartier de Paris qui défend "bec et ongles" un "petit bout de France" désormais envahi par les musulmans.


C'est un reportage de CBN News des États-Unis, daté de février 2011 et que les médias français n’ont jamais diffusé. Pas étonnant de voir la jeunesse de France, quelle que soit sa sensibilité, se lever de partout en France en ce printemps qui vomit la République des révolutionnaires.

 

Avant de vous présenter cette vidéo je vous donne à lire cette conclusion d’une réflexion sur ce qui se vit présentement en terre de France et que ne voient pas nos élus, cette majorité de protagonistes des accommodements déraisonnables, tant de droite que de gauche. Ils sont, pour plusieurs, sous mandat du Grand Orient de France et via leurs cerbères journalistes des médias, ils tentent d’endormir le peuple de France. Or, Messieurs Dames, une jeunesse de la France profonde se dit. Elle marche, elle veille, elle est pacifique, mais elle ne se laissera plus écraser. Vous êtes mieux de l’écouter, elle en a marre des Bobos et cocos et tous les jouissifs et décérébrés de Mai 68.. Demain, la France appartiendra au peuple de France. Elle vivra et vous dira: salut la République, tu as trahie le peuple de notre France. Il faut que ça change, nous voulons vivre. Notre lutte est pour tous. Nous ne cherchons pas une satisfaction égoïste, mais le bonheur tranquille et comme nos compatriotes être laborieux, bref être comme tous ceux qui aiment la France. Nous luttons pour la famille le droit des enfants et la défense des églises catholiques et des cimetières catholiques sacagés où sont brisées les croix. Depuis des années que l'on s'acharne à détruire les églises sans que jamais les racailles ou satanistes ne soient gènés ni poursuivis et le silence abyssal des Médias et celui muet des politiques qui se taisent alors qu'ils sont sur tous les trétaux lorsque l'on touche à une Mosquée ou une synagogue. Par ailleurs, l'Église a son mot à dire dans la Cité, car elle est maîtresse en humanité. La France est riche de son patrimoine et de son histoire millénaire.

 

Oui, la jeunesse de France et les autres qui s'y joignent par amour auront beaucoup de luttes à mener et sur plusieurs fronts et il leur faudra vaincre les vendus, les fatigués ou les terrorisés de la peur, afin de conduire cette marche, avec courage et détermination, qui doit vous conduire vers la reconquête et la renaissance du pays de France.

 

Charles Ed. Durand

 

Multiculturalisme et islam en France reportage de CBN

 

 

Violents incidents Trocadero Champs Elysées PSG Paris 13 m

 

Source: http://lanacelle.hautetfort.com/archive/2013/05/14/cette-jeunesse-de-france-a-un-mot-a-dire-youth-have-a-say.html

Partager cet article
Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 22:47

Malgré un article complaisant de Stéphane Kovacs dans Le Figaro, les deux pétitions de Frigide Barjot ne décollent pas : celle pour l’union civile a convaincu moins de 300 naïfs en 12 jours, celle pour la constitutionnalisation du mariage (lancée en catastrophe après le bide manifeste de la première, pour ne pas se couper de la frange mainstream de la Manif pour Tous) ne dépasse pas 162 personnes en plus d’une semaine. Cela en dit long sur l’influence réelle  de Frigide Barjot.

 

Source et suite : http://www.ndf.fr/nos-breves/14-05-2013/frigide-barjot-le-charme-serait-il-rompu

 

Nous le disons et le répétons, nous sommes pour les droits des enfants, pour l'égalité des enfants devant la filiation, et donc contre la loi Taubira, contre l'"union civile" (qui, comme le PACS, pourrait être utilisé dans dix ans comme un nouveau tremplin pour un nouveau "mariage" homosexuel... La franc-maçonnerie dont l'UMP est un rouage fonctionnant sur ce mode des palliers progressifs... la proposition de "contrat d'union civile" de Frigide Barjot n'est rien d'autre qu'une arnaque maçonnique). Nous sommes contre tout ce qui de près ou de loin pourrait toucher aux droits des enfants, aujourd'hui ou demain.  

 

- Frigide, pourquoi es-tu fasciste ?

- Manif pour tous Lyon 6 mai : les Lyonnais disent non à l'"union civile" de Frigide Barjot

Partager cet article
Repost0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 09:03
Partager cet article
Repost0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 22:59

 

http://boutique.lamanifpourtous.fr/img/p/4/8/48-thickbox_default.jpgUne cinquantaine de résistants au "mariage pour tous" ont manifesté en marge du déplacement de Manuel Valls à Lyon ce samedi. L'un d'eux a même tenté de bloquer le convoi du ministre.

 

Cela en deviendrait presque une habitude. Pas de déplacement de ministre à Lyon sans manifestation des opposants au mariage pour tous. Plus bruyants que nombreux, une cinquantaine d'entre eux a tenté de se faire entendre de Manuel Valls, présent au temple protestant du quai Augagneur, à l'occasion du service inaugural de l'Eglise protestante unie de France.

 

Le très important dispositif policier déployé sur place a maintenu le groupe à bonne distance. Tant et si bien que le ministre de l'Intérieur n'a pas pu entendre leur slogan qui lui était pourtant adressé : "Manu, ta loi on en veut pas".

 

Après avoir tenté de prendre à revers la sécurité, sans plus de succès, le groupe s'est rapidement dispersé après le départ du ministre. Un départ qui a failli être légèrement perturbé lorsqu'un militant isolé a tenté de s'interposer dans le convoi des véhicules officiels. Immédiatement maîtrisé, l'homme n'aura pas eu le temps de se faire entendre. Peut-être retentera-t-il sa chance lors du retour du ministre à Lyon, ce lundi 13 mai, accompagné, cette fois-ci, de la ministre de la Justice, Christiane Taubira.

 

Source: http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Societe/Mariage-gay-un-opposant-tente-de-bloquer-le-convoi-de-Valls

Partager cet article
Repost0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 22:59

 

Contrairement aux annonces minimalistes des mobilisations des Manifs pour tous précédentes (pour celle du 24 mars, deux jours avant le Figaro annonçait 100.000 personnes : "Manif pour tous: la police table sur 100.000 personnes"... Pour le ministère de l'Intérieur, la manifestation des défenseurs du mariage naturel à Paris le 24 mars devait être "moins importante que celle du 13 janvier"...), cette fois-ci un peu plus de deux semaines avant la MPT du 26 mai, le Figaro, plus prudent, annonce une "forte mobilisation". 

Photo : CONTRE la DICTATURE DE HOLLANDE : MANIFESTATION "MONSTRE" le DIMANCHE 26 MAI à PARIS ...

«Tous les signaux attestent que la mobilisation sera inouïe, indique Ludovine de la Rochère, présidente du collectif. Les gens viendront défiler non seulement contre la loi Taubira, mais aussi pour protester contre le mépris dont fait preuve François Hollande envers les Français.» Un autre organisateur résume: «On est depuis novembre dans une course de fond, tous ont envie de courir le sprint final.»

 

Selon le responsable des transports, «la mobilisation est déjà un cran au-dessus» par rapport à la manifestation du 24 mars. Treize rames de TGV sont affrétées (au lieu de 10), et les commandes de billets groupées se multiplient. «Pour les cars, on en est à exactement le même nombre que le jour du 24 mars, alors qu'il nous reste plus de deux semaines!, affirme Caroline, l'une des organisatrices. Quant à la solidarité interrégionale, elle est importante: le nombre de dons de gens qui n'ont pas les conditions physiques pour venir, ou qui résident à Paris et veulent parrainer un provincial, est lui aussi en augmentation.» Sur le site de la Manif pour tous affluent les propositions de logement, de covoiturage ou de garde d'enfants.

 

En attendant, les actions se multiplient en province. «Pour entretenir la flamme, à Tours, nous organisons une veillée tous les mardis, explique ainsi Christophe Becker, l'un des responsables pour l'Indre-et-Loire. Les jeunes, surtout, sont hypermobilisés: ils demandent à bouger! Le mouvement des veilleurs, toujours pacifique, leur permet aussi de ne pas sombrer dans des actions plus radicales.» Même en vacances, les militants veulent montrer que leur détermination ne faiblit pas: des «pique-niques pour tous» ont été organisés à Amiens et à l'île d'Oléron…

 

Pour faire «rayonner numériquement» leur opposition à la loi Taubira, il y a aussi ceux qui proposent à chacun de «renommer son réseau Wi-Fi en remplaçant le nom de base par des slogans tels que “Non au mariage gay” ou “enfant = papa + maman”». «C'est viral, explique un militant. En voyant que j'ai changé mon nom de Wi-Fi, trois de mes voisins ont déjà changé les leurs!»

 

Pour la grande démonstration de force du 26 mai, les parcours qu'emprunteraient quatre cortèges sont encore à l'étude. «L'idée est d'investir Paris en venant de la porte de Saint-Cloud, de la porte d'Orléans, et aussi de l'est et du nord, évoque Caroline. Pour se retrouver soit aux Invalides, soit au Champ-de-Mars.» Et après la «Méga manif»? «Il n'y aura pas de pause, assure Ludovine de la Rochère. Tout l'été, nous proposerons de nouveaux types d'action sur les lieux de villégiature

 

Source: http://www.lefigaro.fr/politique/2013/05/09/01002-20130509ARTFIG00353-forte-mobilisation-pour-la-manif-du-26mai.php

Partager cet article
Repost0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 19:29

Dans la video ci-dessous, parmi d'autres réjouissantes analyses sur l'"antisémitisme" et les "antisémites malgré eux" (c'est nouveau!), face aux déclarations de Pierre Bergé sur l'"humus antisémite" des anti mariage gay, Alain Soral cite notamment le Grand rabbin de France de 1987 à 2008 Joseph Sitruk, ainsi que l'ex-Grand rabbin de France Gilles Bernheim.

 

A la critique de l'étroitesse d'esprit des défenseurs du mariage naturel, il est bon de revenir sur la réflexion de Joseph Sitruk concernant l'homosexualité par rapport au mariage hétérosexuel (à partir de 17:17) :  

 

"C'est un échec du point de vue de l'égoïsme, parce que être homo, c'est-à-dire être du même sexe, c'est se replier sur soi. Je trouve que le mariage hétérosexuel est une expérience très enrichissante, très belle, et que d'abord être homosexuel c'est d'un égoïsme fou, puisque cela veut dire que après vous le monde s'arrête, pour ce qui est de la procréation. Et pour ce qui est de l'enrichissement mutuel, bien évidemment c'est ce que je viens de dire." (Joseph Sitruk, interviewé par Thierry Ardisson).

 

 

Les antisémites malgré eux du mois (la nouvelle tendance !) : Yannick Noah, Jean-Luc Mélenchon, Gilles Bernheim ; les antisémites du mois : Arthur Schopenhauer, Paul Nizan, Marlon Brando, Simone Weil, Bobby Fischer ; les escrocs à la Shoah ; Primo Levi ; précisions sur Adolphe Crémieux ; une note d'espoir.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 07:33
Cet article a été proposé au Rouge & le Noir  par une lectrice, Jeanne. Militante de la première heure, elle a ressenti durement la promotion de l’union civile par Frigide Barjot au sein de la Manif pour tous. 
 

Frigide Barjot revient de Lyon, où sa proposition d’union civile a été huée par les manifestants. Comme Frigide est persuadée qu’elle est seule à avoir raison, et que seule sa manière de mener le combat est pertinente, elle n’essaye pas de discuter avec ses opposants – qui sont en théorie ceux dont elle est censée porter la parole, elle n’essaye pas d’expliquer son point de vue, d’argumenter, elle les accuse sur sa page facebook d’être des fascistes.

Frigide n’envisage pas une minute qu’on puisse ne pas être d’accord avec elle et pour autant ne pas être un abruti fascisant : qui n’est pas pour ce que dit Frigide est forcément fasciste, quoi qu’elle dise. C’est là le point troublant : qu’elle puisse considérer que son évolution personnelle, non pas en tant que porte-parole mais en tant que catholique engagée, doive forcément être la règle pour tous. Certes Frigide défend l’union civile depuis plusieurs mois, à titre personnel, mais les messages officiels de La Manif Pour Tous n’ont jamais présenté cette possibilité comme la revendication du mouvement.

Vouloir aujourd’hui confisquer toute la manifestation pour tous au seul profit de sa mouvance (limitée à 200 signatures depuis la pétition qu’elle a lancée il y a 15 jours, ndlr), c’est un peu comme François Hollande qui considère que tous les Français sont forcément d’accord avec sa proposition 31 parce qu’ils ont voté pour lui, non ? C’est un peu comme si Madame Taubira ne comprenait qu’on puisse ne pas accepter sa loi juste et généreuse, non ? Appeler à la vigilance anti-fasciste avec qui n’est pas d’accord avec son idée, c’est un peu se comporter en Caroline Fourest, non ? Mettre en doute la bonne foi des organisateurs, c’est un peu se comporter comme un Manuel Vals expliquant que les organisateurs de La Manif Pour Tous n’ont pas su gérer leur mouvement, non ? Frigide, pourquoi es-tu fasciste ?

Appeler à faire le ménage dans les rangs du mouvement, au nom de la démocratie et de la pluralité, ça ressemble plus à la nuit des longs couteaux qu’à un débat intellectuel. Frigide veut que La Manif Pour Tous soit sa chose, elle a tort, ce mouvement n’appartient à personne, et certainement pas à un porte-parole qui ne porte plus que sa propre parole ; Frigide veut apaiser la rue en proposant l’union civile, elle a tort, car les opposants à la loi Taubira ne peuvent pas se satisfaire de demi-mesures tactiques ; Frigide veut (faire) croire qu’une rupture anthropologique majeure, comme elle la nomme, peut se résoudre avec une forme nouvelle de contrat légal, elle a tort, et elle le sait, car ceux qui ont œuvré pour faire aboutir leurs intérêts minoritaires (en adoptant d’ailleurs une même attitude fasciste de discrédit de leurs opposants, surtout homosexuels) ne se satisferont pas d’une demi-mesure et l’ont déjà annoncé.

 

Frigide, pourquoi préfères-tu avoir tort avec l’UMP, Fourest et Taubira plutôt que raison avec nous ?


Frigide, on ne lutte pas contre un bouleversement de la société avec une proposition d’union civile. On ne réunit pas tous les opposants en leur imposant une pensée unique. On ne mobilise pas les manifestants en les assimilant à des fascistes. On ne lutte pas contre les siens avec les armes de l’adversaire, le mépris, l’exclusion, l’amalgame, le déni et le mensonge. On ne prétend pas qu’on ne lâche rien pour ensuite lâcher sur l’union civile, en attendant de lâcher sur le reste. On ne peut pas se plaindre du silence des médias et des méthodes de la police pour ensuite reprendre à son compte les manières de Fouquier-Tinville médiatique de Caroline Fourest et consorts. On n’appelle pas à la purge du mouvement au moment où d’autres combats se profilent. Bref, Frigide, tu essayes de te redonner une virginité médiatique en assassinant un mouvement qui t’a tout donné, et qui t’a beaucoup plus donné que tu ne lui as apporté.

Si parler te démange, si être une catho branchée est ta raison d’être, mène les combats que tu veux avec les troupes qui te choisiront, plutôt que de forcer les soldats d’assister au lamentable spectacle des prétendus chefs qui se déchirent, avant d’abandonner leur troupe en se lavant les mains. Tes amalgames sont puérils, ce sont ceux des médias qui t’assimilent à tes amis d’extrême-droite. Tes méthodes puent, ce sont celles de tes adversaires qui répondent par l’injure à tes arguments. Tes ambitions sont douteuses, ce sont celles de tes amis de l’UMP qui rêvent de récupérer La Manif Pour Tous mais reculent déjà sur l’abrogation de la loi Taubira. Tu veux que La Manif soit Pour Tous ? Accepte que les gens ne soient pas d’accord avec toi, et laisse les gens de La Manif adhérer à l’UMP ou au PS, au FN ou au Front de Gauche, ou à aucun parti (certainement l"immense majorité de ceux qui ceux qui se sont levés il y a des mois maintenant), laisse-les être musulmans ou catholiques : ce n’est pas une affaire de parti, ce n’est pas une affaire de religion. Ne confisque pas notre parole, porte-la – ou tais-toi.

Jeanne, militante LMPT de la première heure

Source: http://www.lerougeetlenoir.org/les-controverses/frigide-pourquoi-es-tu-fasciste

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 15:12

Frigide Barjot a quitté hier la scène de la Manif pour Tous Lyon après avoir vu des slogans contre l'Union civile qu'elle défend. Elle est revenue et s'est faite à nouveau huer. 

 

LMPT Lyon : Tous contre le CUC! 

 

image001 image003Bravo aux 20 000 lyonnais qui, ce dimanche 5 mai, ont manifesté pour l'abrogation de la loi Taubirator et contre le contrat d'Union Civile.

Taubira, union civile = mêmes dégâts! LMPT #ONLR

Union civile = arnaque civile! LMPT #ONLR

Hollande = mensonge pour tous! LMPT #ONLR

Source : LMPT LYON

Partout en France, LMPT contre le CUC, faites passer!IMG_3571 IMG_3572 IMG_3586 

Source: http://www.printempsfrancais.fr/1186/lmpt-lyon-tous-contre-le-cuc/

 

Frigide Barjot a été huée à Lyon. La foule n'a pas accepté qu'elle vante l'union civile. Elle a quitté le podium, furieuse. Hervé Mariton a ramené Frigode Barjot sur le podium de la manif pour tous. Mais les sifllets ont redoublé dès que celle-ci a abordé la question de l'union civile.

 

Source: http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/05/les-manifs-pour-tous-en-direct-actualisez-votre-page.html

 


Frigide Barjot quitte le podium à Lyon, furieuse de voir que les manifestants ne la suivent pas sur la question de l’union civile (video) :


Source: http://www.ndf.fr/poing-de-vue/06-05-2013/revivez-les-mobilisations-du-week-end-en-cinq-videos

 

 

 

Interview en fin de video de Ludovine de La Rochère, Présidente de la Manif pour tous, qui elle manifeste "pour le mariage homme-femme", contre l'"adoption pour tous, la PMA pour tous, contre la GPA".

 

 

 

 

Dans un entretien à Famille Chrétienne du 2 mai, Ludovine de la Rochère a précisé que Frigide Barjot soutient l'initiative de l'union civile "à titre personnel".

 

  • "Nous sommes un collectif, il peut arriver que l’un des porte-parole souhaite soutenir personnellement une initiative qui n’en émane pas. Frigide Barjot a toujours évoqué l’union civile. Cependant, ce n’est pas en tant que porte-parole de La Manif pour tous qu’elle la soutient.
  • ... Les Français savent depuis plusieurs semaines que la grande manifestation nationale aura lieu le 26 mai. Après les manifestations régionales, nous avons souhaité favoriser la participation des Français de toutes les régions en proposant une date qui convienne au plus grand nombre. Ce que nous percevons, c’est que les Français restent extrêmement mobilisés et à l’écoute de nos appels. Je crois que nous serons très nombreux.
  • .. [S]i l’attention à l’égard du 26 mai ne cesse de croître, ce mouvement ne s’arrêtera pas ce jour-là. Nous parlerons non seulement du projet de loi Taubira, mais aussi de ses conséquences : loi sur la famille en septembre avec PMA et GPA, ordonnances, modification des codes… Nous devrions donc être très nombreux et nous poursuivrons au-delà du 26 mai.
  • Le mouvement qui s’est levé, très fort et déterminé, révèle des citoyens qui veulent se faire entendre. Ce mouvement, qui restera a-politique, non partisan, et a-confessionnel, fera le nécessaire pour se faire entendre des candidats de futures élections et des hommes politiques ayant des responsabilité", a déclaré Ludovine de la Rochère.

 

Source: http://www.famillechretienne.fr/societe/politique/la-presidente-de-la-manif-pour-tous-sur-lunion-civile-frigide-barjot-sexprime-a-titre-personnel_t7_s37_d69552.html

 

Il faut être clair et cesser ce double langage. Nous sommes pour les droits des enfants et donc contre la loi Taubira, contre l'"union civile", contre tout ce qui de près ou de loin pourrait toucher aux droits des enfants. Le PACS a servi de tremplin à la loi Taubira, l'union civile pourrait servir à nouveau demain à détruire les droits des enfants... La stratégie des pas et des palliers maçonniques doit être systématiquement démasquée, rendue publique et par ce moyen anihilée.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 14:01

"Ils veulent dissoudre notre conscience" (Docteur Dor)

 

 

 

Table ronde avec le Dr Dickès, le Dr Perrel et le Dr Dor animée par Jeanne Smits. Congrès de la France catholique, Paris, 27 et 28 avril 2013.

 

Replay des interventions via : http://www.civitas-institut.com/content/view/975/1/

 

- Le documentaire qui a détruit la théorie du genre en Norvège !

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 09:01

http://www.ndf.fr/files/2013/04/veilleurs-pr-la-vie-300x159.jpgTribune libre de Jean de Rouen*

 

Amis,

 

Au mois d’avril, la France a vu naître des Veilleurs. Postés en sentinelles, ils veillent sur un dépôt, sur un héritage. Car il est des lois qui ne sont pas légitimes. Lorsque le pouvoir, sous couvert de légalité, ébranle les assises d’une civilisation, bouscule les fondements traditionnels de la société, pour satisfaire des revendications idéologiques et catégorielles, il suscite naturellement un vent de révolte populaire. Nous sommes rentrés en résistance. Une résistance pacifique et résolue, dont rien ne saurait entamer la détermination, et que l’on doit désormais inscrire dans la durée .

 

Nous défendons le droit d’un enfant à avoir un père et une mère, à ne pas être arraché à ses origines, à pas être privé de racines. Gardiens silencieux d’un trésor qui ne nous appartient pas, nous voulons préserver les lois immuables dont la civilisation est naturellement la protectrice : les lois de la filiation, de la lignée, de l’enracinement. Aux avant-postes, sentinelles en vigie, nous serons des témoins, pacifiques et résolus, d’un héritage que nous refusons de voir disparaître. Parce que nous sommes dépositaires, et non propriétaires, nous avons le devoir de le transmettre, intact, aux futures générations. C’est encore la raison pour laquelle notre résistance actuelle n’est pas un droit : elle est un devoir !

 

Car il est des lois qui découlent d’un ordre des choses dont l’homme n’est pas l’auteur. Ces lois supérieures ne sont pas écrites, mais elles demeurent gravées dans le cœur de l’homme : nul législateur humain ne peut les transgresser impunément, car c’est à leur respect qu’est suspendu l’équilibre de l’homme. N’est-ce pas précisément l’enseignement de l’Antigone de Sophocle, sous le patronage de laquelle sont placés les Veilleurs ? Sommée de se justifier après avoir bravé l’interdit de la loi promulguée par Créon, loi qui interdisait de sépulture les soldats morts dans les rangs de l’ennemi, elle déclare au roi : « Je ne croyais pas que tes édits eussent tant de pouvoir qu’ils permissent à un mortel de violer les lois divines : lois non écrites, mais intangibles. Elles ne datent ni d’aujourd’hui, ni d’hier : elles sont de toujours. Nul ne sait le jour où elles sont parues. Leur désobéir, n’était-ce point, par lâche respect pour l’autorité d’un homme, encourir la rigueur des dieux ? » Depuis Antigone, les peuples savent que le bien et le mal ne sont pas déterminés par la volonté humaine, fût-elle générale, et que ce qui est légal n’est pas toujours légitime.

 

A l’intérieur de cet ordre des choses que l’homme n’a pas fait, il y a la nature humaine. Et cette nature humaine est sexuée : c’est-à-dire qu’elle ne se réalise pas en dehors de l’homme et de la femme. Sur cette altérité sexuelle, sur quoi reposent la transmission et l’accueil de la vie, se fonde ainsi la famille : socle sur lequel repose l’édifice social, elle est la condition d’une société pérenne, le fondement objectif d’une société qu’elle inscrit dans le temps en assurant le renouvellement des générations. Construite sur la complémentarité des sexes, la famille organise ainsi la filiation ; elle perpétue une lignée. Mais aujourd’hui le pouvoir préfère diviser l’humanité en homosexuels et en hétérosexuels, plutôt qu’en hommes et en femmes : il nie la différentiation sexuelle qui fonde la société pour lui préférer l’orientation sexuelle dans laquelle il enferme les individus, il substitue finalement à l’objectivité d’une nature sexuée, la subjectivité du désir égoïste. De là, quand la loi, rejetant le réel et ignorant la fonction sociale de la famille, se détourne du bien commun et s’ordonne au contraire à la satisfaction du désir humain, se mettant à son service, quitte à faire demain de l’enfant un dû plutôt qu’un don, quitte à prêter demain au corps de la femme une valeur marchande, alors en toute vérité, elle perd sa raison d’être et, par là, sa légitimité. C’est pourquoi notre conscience nous commande aujourd’hui d’entrer en résistance face à l’arbitraire du législateur.

 

L’État n’est pas prestataire de service : il n’a pas vocation à reconnaître une multitude de catégories en vue, simplement, de leur associer des droits. La loi ne doit pas être confisquée pour être mise au service des intérêts consuméristes de l’individu, dans une société en perte de sens : sa mission consiste au contraire à poursuivre le bien commun.

 

L’idéologie des apprentis sorciers au pouvoir, aussi séduisante soit-elle, ne fera jamais plier la réalité : et la réalité, c’est qu’un bébé procède toujours de l’amour d’un papa et d’une maman, et qu’il a besoin des deux pour grandir. Pour se substituer au réel, l’idéologie s’impose donc par la violence.

 

Source et suite : http://www.ndf.fr/nos-breves/02-05-2013/manifeste-dun-veilleur#.UYNbYEqSJhA

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 09:00

http://external.ak.fbcdn.net/safe_image.php?d=AQBS2ym8-iV8cOkA&url=http%3A%2F%2Fvthumb.ak.fbcdn.net%2Fhvthumb-ak-prn1%2Fs403x403%2F162536_552289354794641_552288941461349_38390_765_b.jpg&jq=100Il y a 31 000 CRS et gendarmes mobiles en France, sans compter les réservistes, qui, à ce jour, n'ont pas encore été mobilisés semble-t-il, mais ne peuvent de toute façon pas assurer de mission de maintien de l'ordre ''classiques'', tout au plus de la canalisation ou des gardes statiques.

 

Le retrait des escadrons de gendarmerie de la zone du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dans la nuit de vendredi à samedi dernier, avait été présenté comme un signe de volonté d'apaisement du gouvernement, à l'égard des opposants qui occupent le site depuis des mois.

 

 

 

La vérité est en fait totalement différente. De sources autorisées au ministère de l'Intérieur, il nous a été expliqué sous le sceau de la confidence que les effectifs de police (essentiellement, de CRS) et de gendarmerie mobile commençaient à manquer, et que la situation serait intenable au mois de mai, alors que les manifestations inscrites "au planning" sont de plus en plus nombreuses.

 

 

 

Pour pouvoir mettre sur le terrain 150 à 250 hommes (deux à trois escadrons) sept jours sur sept à Notre-Dame-des-Landes, cela signifie en effet, en tenant compte des règles d'emploi de la gendarmerie mobile (pourtant bien plus "souples" que celles des CRS, fonctionnaires) devoir mobiliser au moins cinq escadrons. Des unités impossibles à utiliser ailleurs, car indispensables "sur zone" pour assurer la relève des gardes de jour, et de nuit.

 

 

 

Or, ces cinq escadrons, le ministère de l'Intérieur en a désormais cruellement besoin face au succès des manifestations quotidiennes organisées par La manif pour tous, en particulier à Paris. A tel point que des compétitions sportives commencent à pâtir de ces mesures de restrictions. Le match OM-Brest de Ligue 1 s'est ainsi joué samedi à 17h00 au lieu de dimanche 21h00, et le Nice-PSG, exactement l'inverse. Objectif : réduire le nombre de supporters extérieurs et donc les besoins en maintien de l'ordre. Les supporters lésés se voyant informer par téléphone et par e-mail que leurs billets seraient utilisables sur un autre match, mais pas celui-là, faute... de CRS pour sécuriser les abords du stade, et éviter les heurts habituels entre supporters de clubs rivaux.

 

 

 

La France comporte 67 compagnies de CRS [mise à jour mercredi 24 avril 10h58 : dont 6 compagnies de CRS de montagne, inaptes au maitien de l'ordre) et 107 escadrons de gendarmerie mobile, soit approximativement 14 000 CRS et 17 000 gendarmes mobiles. Mais derrière ces chiffres, une toute autre réalité. 30 à 50 % des effectifs, au sein des compagnies républicaines de sécurité, sont en fait affectés à des fonctions de soutien logistique. Un chiffre qui tombe à 20 % (en théorie) en gendarmerie, qui depuis quelques années a cherché à rationnaliser au maximum l'emploi de ses effectifs, par exemple, en supprimant les postes de gendarmes cuisiniers ou mécaniciens, fonctions désormais externalisées. Cela réduit cependant le nombre "d'hommes disponibles" à 20 000. On comprend mieux pourquoi le 24 mars, face au million de manifestants dans la rue, Manuel Valls ne pouvait aligner que 2 000 CRS et gendarmes mobiles.

 

 

... Le planning du mois de mai affole place Beauvau, au ministère de l'Intérieur, malgré les vacances. La manifestation de Jean-Luc Mélenchon, le leader du Front de Gauche, le dimanche 5 mai, est en effet la première d'une série de grandes manifestations annoncées, sans compter avec celles qui risquent de venir se greffer dessus : Florange, Aulnay, etc... et les manifestations quotidiennes que les opposants au mariage gay organisent désormais. Les autorités espérent que le vote solennel du mariage homosexuel intervenu ce mardi 23 avril à l'Assemblée découragera les opposants, mais appréhendent en fait que cela galvanise encore plus les mouvements pacifiques, comme celui des Veilleurs, qui sont grands consommateurs de forces de maintien de l'ordre, alors même qu'ils sont statiques et non violents. (Il faut en effet deux ou trois CRS pour sortir un veilleur, NdCR.)

 

Source et suite: http://www.economiematin.fr/tout-sauf-l-eco/item/4480-manif-pour-tous-26mai-manif-5mai-melenchon

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 00:11

Extrait d'un article publié sur Le Rouge et le Noir :

 

http://www.lerougeetlenoir.org/local/cache-vignettes/L420xH297/violences_policieres_web2-30471.jpgLa violence d’Antigone

 

Si on parle de "radicalisation", c’est que l’action s’oriente vers la racine. C’est pourquoi les tenants du système politico-médiatique pressentent -avec raison - qu’il y a là un vrai danger pour eux. Plutôt que de guerre civile, on pourrait parler d’une guerre de religions. Les partisans de la loi Taubira plaident en sa faveur en disant qu’elle ne modifiera en rien les droits de ceux qui sont déjà mariés ; et ils ont raison. Mais si les Français se sont mobilisés contre le mariage unisexe, ce n’est pas pour défendre quelques privilèges, c’est parce que cette transgression abîmait des valeurs fondamentales (les valeurs sont des dieux disait Nietzsche).

 

Réciproquement, les tenants du système voient les fondements de la religion républicaine menacés.

 

Je ne parle pas ici de la république comme "chose publique", comme un mode procédural particulier pour désigner les dirigeants ; je parle de la "religion républicaine" (l’expression est de Vincent Peillon) telle qu’elle a pris forme dans l’histoire française. Le régime joue de cette ambiguïté : tantôt procédure neutre où chacun peut concourir, tantôt idéologie totalitaire.

 

Cette idéologie est d’autant plus flagrante aujourd’hui que, (ayant abandonné son alliance, passée au début du XXe siècle, avec la classe ouvrière) elle apparaît à nouveau à l’état pur : celle d’une révolte prométhéenne contre l’ordre de la Création.

 

Cette religion républicaine est fondée sur le primat de la volonté sur la vérité. Il faut donc rejeter toute référence externe ("hétéronomie") celle des ancêtres et des dieux, celle de la Révélation, celle des coutumes et des traditions, celle de l’ordre naturel lui-même (cf. théorie du gender) pour que triomphe l’autonomie de l’individu (cf. les utopies de Francis Jeanson ou de Cornélius Castoriadis). Dès lors, seul le contrat peut servir de norme, le contrat d’un libre marché des biens (libéré des superstitions du "juste prix" ou de l’interdiction du travail le dimanche) et d’un libre marché des personnes (fond du mariage gay et de la GPA).

 

Bien sûr, une volonté qui ne s’enracine pas dans des réalités supérieures et antérieures est fragile et malléable ; ce que la seule volonté fait, la volonté peut le défaire. L’individu, libéré des contraintes des coutumes, des mythes et des traditions, libéré de la tribu, du lignage, des corporations, du village, des paroisses et finalement de la famille nucléaire, présente l’avantage d’être très malléable aux influences des marchands, des idéologues révolutionnaires et des manipulateurs en tout genre. On peut la « conditionner » par la mode, la publicité ou la propagande. Très logiquement, Vincent Peillon ministre de l’Éducation nationale révèle son programme : « il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel ».

 

Contre les présupposés moraux des adversaires, le sénateur Jean-Pierre Michel, rapporteur de la loi "mariage pour tous" au Sénat affirme : "Ce qui est juste, c’est ce que dit la loi, un point, c’est tout. Et la loi ne se réfère pas à un ordre naturel, elle se réfère à un rapport de forces à un moment donné". Il n’y a pas à tenter de convaincre de tels adversaires par des arguments moraux, il faut les vaincre par un rapport de forces favorable.

 

Sans doute les manifestants contre le mariage homo n’ont pas une claire conscience de ces principes de philosophie politique ; pour beaucoup, ils ne contestent pas (encore) le régime. Mais ils sentent qu’une loi aussi fondamentale ne peut s’abstraire de la révélation religieuse, des coutumes et de l’ordre naturel. Si certains ont proposé de faire appel au référendum, c’était une position tactique car si le "peuple souverain" s’était prononcé en faveur du mariage homo, la plupart des manifestants seraient restés sur leur position.

 

Qu’après le vote et bientôt la promulgation de la loi Taubira, la plupart des réseaux continuent l’agitation, qu’ils se perçoivent comme des résistants et qu’ils proclament fièrement "nous ne lâcherons rien", tout cela manifeste la conscience que la loi, même élaborée selon des procédures légales, la loi est injuste. Et si la loi est injuste, la révolte est un devoir.

 

Comment accepter que les traditions qui dans l’intimité de la famille ont bâti l’identité de chacun (les culturalistes parlent d’institutions primaires) puisse s’effondrer devant une majorité de circonstance ? Comment peut-on encore croire à cette démocratie représentative si peu représentative ? Peut-on encore parler de démocratie quand la majorité anti-européiste de 2005 au référendum a été superbement ignorée ?

 

La famille est le bien propre de la société civile, que l’Etat n’y touche pas ! Les adversaires de cette loi se retrouvent dans la situation des vendéens et des chouans obligés de choisir entre leur Foi traditionnelle et les lois de l’Etat variant selon les circonstances (clergé jureur, culte de la Déesse Raison, culte de l’Etre suprême ou athéisme militant).

 

L’Etat devrait être au service de la société civile et de ses coutumes ; mais s’il prétend la changer au nom de quelque valeur idéologique (ici l’égalité entre hétéros et homos) alors il fait violence à la société. On connaît le destin totalitaire de ces courants héritiers du jacobinisme, socialisme, national-socialisme, communisme, où s’agitent des "hommes petits qui crient de grands mots"...

 

Lorsque la légitimité s’oppose à la légalité, alors seuls les rapports de force (la violence) peuvent résoudre la contradiction. Dès lors, la révolte est juste et nécessaire.

 

  • Créon : Et ainsi tu as osé violé mes lois ?
  • Antigone : C’est que Zeus ne les a point proclamées, ni la justice qui siège auprès des Dieux souterrains. Et je n’ai pas cru que tes édits pussent l’emporter sur les lois non écrites et immuables des Dieux, puisque tu n’es qu’un simple mortel. Ces lois-là ne datent pas d’aujourd’hui ni d’hier, elles sont éternellement puissantes, et nul ne sait depuis combien de temps elles sont nées. Je n’ai pas voulu, par crainte des ordres d’un seul homme, mériter d’être châtiée par les Dieux." (Antigone, Sophocle)

 

Créon ne peut supporter la désobéissance d’Antigone, c’est pour lui une violence intolérable qui mine les fondements mêmes de son autorité. Qu’il y ait des lois non-écrites supérieures à la loi est un véritable blasphème pour les tenants de la religion du "contrat social". C’est pourquoi les politiciens qui sont si à l’aise sur la scène de la légalité parlementaire, n’ont pas tort de craindre l’irruption de la rue (en tout cas de cette rue). Manuel Valls ("ça gaze Manuel ?") dénonce une agitation susceptible de "déstabiliser la République".

 

Et Jean-Marc Ayrault, au Sénat rameute les politiciens de tout bord pour défendre la cosa nostra de l’éternelle alternance : Il appelle « du fond du cœur » les responsables de l’UMP à ne pas se laisser « entraîner, comme ils le font, dans la voie de la radicalisation qui serait dangereuse pour la République ». Et encore il évoque "les pires menaces sur la démocratie et la République".

« On ne lachera pas »

 

Frigide Barjot a souvent semblé effrayée par l’impétuosité du mouvement qu’elle a contribué à mobiliser et comme les syndicalistes débordés par la base, passent une part importante de leur activité à freiner leurs troupes, elle a tenté de les remettre dans des rails politiquement corrects. Une attitude qui n’est pas sans analogie avec celle du Parti Communiste en 1968 qui, pour contrer l’effervescence gauchiste, a tenté de canaliser le mouvement sur le terrain syndical bien balisé.

 

A présent que les objectifs formels (empêcher la loi Taubira de passer) sont dépassés, que va-t-on faire de ces masses qui se sont soulevées ?

 

Frigide Barjot semble vouloir orienter le mouvement sur la scène électorale. Je ne vois pas quel serait l’intérêt de créer un doublon du parti de Mme Boutin pour gagner quelques strapontins... A moins que chaque élection s’accompagne d’émeutes, ne serait-ce que pour éliminer de la vie politique tous les sortants UMP ou UDI qui ont voté en faveur de la loi Taubira ou se sont abstenus... Mais les prochaines élections, les municipales, ne se prêtent pas à ce genre passionné. Peut-on espérer la jonction entre les revendications sociales (grévistes et futurs chômeurs) et les protestations sociétales ? Les idéologues trotskistes feront tout pour empêcher cette synergie, mais on peut l’espérer.

 

Je ne sais quelles seront les formes d’action à venir ; ce que je sais est d’ordre stratégique plus que tactique : si l’on ne veut pas que la force sociale des braves gens qui se sont mis en mouvement comme l’eau dans les sables du désert, disparaissant aussi mystérieusement qu’elle est apparue, il faut étendre le champ du combat : à la réaction à une loi conjoncturelle injuste, doit succéder la défense plus générale de notre civilisation et la lutte contre la religion du "meilleur des mondes" et le Régime qui en est l’instrument.

 

Léon Trotski écrivait que "la Révolution est un coup de poing donné à un paralytique" ; l’image n’est pas très élégante, mais on constate que la paralysie s’étend : le situation économique et sociale est désastreuse, le régime voit sa base se réduire aux bobos à qui il a dû donner satisfaction par le mariage gay, la confiance vis-à-vis du pays légal (et de la nomenklatura médiatique) dégringole à grande vitesse, le chef de l’Etat (Flamby) et tous ses acolytes sont déconsidérés (Cahuzac comme sommet émergé de l’iceberg des corruptions) ? "Quand les hommes cessent d’estimer, il cessent d’obéir" disait Rivarol... Bref le pédalo navigue sur un volcan...

 

Tout Régime s’appuie sur le "vouloir vivre" de la population. Mais quand les catégories sociales les plus tranquilles, elles-mêmes s’indignent et se mettent en mouvement contre le gouvernement, alors le "vouloir vivre" se retourne contre le Régime.

 

Dans cette situation de blocage, un renversement du système sera perçu (et de plus en plus) comme une délivrance. Pour le préparer, il semble que ce soit le moment de radicaliser le mouvement des braves gens en évitant de les perdre en route.

 

Michel MICHEL, sociologue

 

Source: http://www.lerougeetlenoir.org/les-controverses/considerations-sur-la-violence-suscitee-par-la-loi-taubira

Partager cet article
Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 17:30

Ta Ville en Action nous communique :

 

Présentation de notre site

Ta Ville En Action, le site qui recense toutes les actions contre la loi Taubira
Un jeu de société 100% familial


Ta Ville En Action, c’est déjà plus de 300 actions recensées contre la loi du mariage et de l’adoption par les couples homosexuels, en France et à travers le monde.

Le but du jeu est simple : recueillir le plus de points possibles en mobilisant sa ville contre le projet Taubira, devenu loi Mardi dernier.

Nos députés ont déclaré forfait mais la compétition continue…
Sittings, veillées, manifestations, accueils de ministres, poses de banderoles (…), plus d’une centaine de villes ont déjà fait preuve d’imagination pour décrocher un des trophées mis en jeu.

A travers Ta Ville En Action, nous voulons continuer à donner de l’ampleur aux actions réaliser et montrer que la France se mobilise toujours.

Dans ce jeu de société, chacun peut faire concourir sa ville en nous envoyant des photos, vidéos et autres comptes-rendus des actions organisées. Pour l’instant Paris tient la corde au classement général mais Lyon, Nantes et Paray-le-Monial se sont illustrés de nombreuses fois.

N’hésitez pas à consulter notre carte de France des mobilisations et à consulter notre classement pour voir quelles sont les villes qui se mobilisent le plus.


Toutes les informations sur http://tavilleenaction.wordpress.com/
Envoyez nous vos photos, vidéos et annonces à tavilleenaction@gmail.com

Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 07:22

Au moment où des jeunes femmes protestent contre le mariage dit pour "tous" (en réalité contre les droits des enfants et donc de la majorité...) avec des bonnets phrygiens, revenons sur quelques éléments historiques de ce symbole de la tyrannie révolutionnaire.

En 1836, François-René de Chateaubriand publie un Abrégé de l'Histoire de France, détaché textuellement des études historiques, au sein duquel il livre le décompte des victimes du Tribunal Révolutionnaire :

 

« Le premier n° du Bulletin des lois contient le décret qui institue le tribunal révolutionnaire : on maintient ce décret à la tête de ce recueil, non pas, je suppose, pour en faire usage en temps et lieu, mais comme une inscription redoutable gravée au fronton du Temple des lois, pour épouvanter le législateur et lui inspirer l'horreur de l'injustice. Ce décret prononce que la seule peine portée par le tribunal révolutionnaire est la peine de mort. L'article 9 autorise tout citoyen à saisir et à conduire devant les magistrats, les conspirateurs et les contre-révolutionnaires ; l'art. 13 dispense de la preuve testimoniale ; et l'art. 16 prive de défenseur les conspirateurs. Ce tribunal était sans appel.

 

 

 

« Voilà d'abord la grande base sur laquelle il nous faut asseoir notre admiration : honneur à l'équité révolutionnaire ! honneur à la justice de la caverne ! Maintenant, compulsons les actes émanés de cette justice. Le Républicain Prudhomme, qui ne haïssait pas la Révolution et qui a écrit lorsque le sang était tout chaud, nous a laissé six volumes de détails. Deux de ces six volumes sont consacrés à un dictionnaire où chaque criminel se trouve inscrit à sa lettre alphabétique, avec son nom, prénoms, âge, lieu de naissance, qualité, domicile, profession, date et motif de la condamnation, jour et lieu de l'exécution.

 

« On y trouve parmi les guillotinés 18 613 victimes ainsi réparties :

Ci-devant nobles : 1 278

Femmes, idem : 780

Femmes de laboureurs et d'artisans : 1 467

Religieuses : 350

Prêtres : 1 135

Hommes non nobles de divers états : 13 633

TOTAL : 18 613

 

Ainsi, la proportion de guillotinés non nobles, non prêtres et non religieux, hommes et femmes compris, c'est-à-dire la proportion de guillotinés appartenant au Tiers-Etat (13 633 + 1 467 = 15 100) sur les 18613 victimes s'élève à  81%

 

Chateaubriand dénombre ensuite les victimes de la Terreur :

 

« Femmes mortes par suite de couches prématurées : 3 400

Femmes enceintes et en couches : 348

Femmes tuées dans la Vendée : 15 000

Enfants tués dans la Vendée : 22 000

Morts dans la Vendée : 900 000

Victimes sous le proconsulat de Carrier, à Nantes : 32 000, dont 500 enfants fusillés, 1500 enfants noyés, 264 femmes fusillées, 500 femmes noyées, 300 prêtres fusillés, 460 prêtres noyés, 1400 nobles noyés, 5300 artisans noyés

Victimes à Lyon : 31 000

 

« Dans ces nombres, ne sont pas compris les massacrés à Versailles, aux Carmes, à l'Abbaye, à la glacière d'Avignon, les fusillés de Toulon et de Marseille après les sièges de ces villes, et les égorgés de la petite ville provençale de Bédom, dont la population périt tout entière.

 

« Pour l'exécution de la loi des suspects, du 21 septembre 1793, plus de cinquante mille comités révolutionnaires furent installés sur la surface de la France. D'après les calculs du conventionnel Cambon, ils coûtaient annuellement cinq cent quatre-vingt-onze millions (assignats). Chaque membre de ces comités recevait trois francs par jour, et ils étaient cinq cent quarante mille ; c'étaient cinq cent quarante mille accusateurs, ayant droit de désigner à la mort. A Paris, seulement, on comptait soixante comités révolutionnaires ; chacun d'eux avait sa prison pour la détention des suspects. »

 

Plus loin Chateaubriand ajoute : « Des femmes ! Mais savez-vous que dans aucun pays, dans aucun temps, chez aucune nation de la terre, dans aucune proscription politique, les femmes n'ont été livrées au bourreau, si ce n'est quelques têtes isolées à Rome sous les empereurs, en Angleterre sous Henri VIII, la reine Marie et Jacques II ? La Terreur a seule donné au monde le lâche et impitoyable spectacle de l'assassinat juridique des femmes et des enfants en masse. »

 

Hugo Brémont


Source : http://www.democratie-royale.org/article-81-des-victimes-du-tribunal-revolutionnaire-sont-issues-du-tiers-etat-78702406.html

 

- Eh les filles, enlevez votre bonnet phrygien ! (Jean Sévillia)

- Démocratie française et violence contre les personnes : deux poids deux mesures

Partager cet article
Repost0
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 13:04

 

[J]e trouve bien curieux que, dans toutes ces manifs si sympathiques, des kyrielles de jeunes filles s’affublent d’un bonnet phrygien. J’ai bien compris l’idée que les organisateurs veulent traduire en les déguisant ainsi : l’heure est à la défense de la liberté contre la dictature. Mais précisément, parce que je sais un peu d’histoire de France, je m’autorise à souligner que le symbole est mal choisi. Car pour ce qui est du combat de la liberté contre la dictature, ce n’est vraiment pas du côté de la Révolution française qu’il faut chercher.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c1/Bonnet_Phrygien.pngLe bonnet phrygien, devenu l’emblème du mouvement révolutionnaire en 1790, s’impose fin 1792, son usage culminant jusqu’à la réaction thermidorienne de 1794. C’est-à-dire que ce couvre-chef incarne peu ou prou la Terreur et même la Grande Terreur, qui est sans doute un des moments les plus tragiques de notre histoire.

 

Quand je vois un bonnet phrygien, je pense donc à la princesse de Lamballe, assassinée pour crime d’amitié avec Marie-Antoinette, et dont le corps nu, décapité au couteau de boucher, a été promené dans Paris, la vue de son intimité soigneusement exposée suscitant des propos égrillards de la part de délicats militants de la Liberté.

 

Quand je vois un bonnet phrygien, je pense à ces prêtres et à ces religieuses que Carrier, à Nantes, déshabillait et liait nus, l’un à l’autre, l’un face contre l’autre pour être précis, sexe contre sexe, avant de les noyer dans la Loire. Ce charmant adepte de l’Égalité appelait cela un « mariage républicain ». Parenthèse : détourner la symbolique du mariage n’est donc pas nouveau…

 

Quand je vois un bonnet phrygien, je pense à ce curé vendéen à qui des soldats, sans doute partisans de la Fraternité, avaient tranché les deux mains avant de répandre dans l’auge à cochons le contenu du tabernacle de son église. Ce martyr a été retrouvé accroupi devant l’auge, les deux avant-bras collés contre terre afin de tenter d’arrêter l’hémorragie, et lapant dans l’auge, s’efforçant de disputer aux cochons les hosties consacrées.

 

Je ne cherche pas ici à ranimer de vieilles querelles idéologiques, et je sais que le succès de la Manif pour tous repose sur sa diversité et l’acceptation de cette diversité. Mais quand même. Jolies jeunes filles de 2013 qui vous promenez avec un bonnet phrygien, pensez aux crimes de 1793 : mettez-vous autre chose sur la tête. Je vous assure que vous n’en serez que plus belles.

 

Jean Sévillia, le 22 avril 2013

 

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/jeansevillia/eh-les-filles-enlevez-votre-bonnet-phrygien,20061

Partager cet article
Repost0