Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 19:55

 

 

Un discours enflammé de l'eurodéputé MEP Yorkshire & North Lincolnshire Godfrey Bloom.

 

 

« Il me vient à l'esprit une citation du grand philosophe Murray Rothbard qui dit: "L'Etat est une institution de voleurs". L'imposition est simplement un système dans lequel les politiciens et les bureaucrates volent l'argent de leurs citoyens pour le dilapider de la façon la plus honteuse. Cet endroit n'est pas une exception. C'est fascinant et je me demande comment vous arrivez à garder votre sérieux tout en parlant d'"évasion fiscale". La Commission dans son intégralité et les bureaucrates de la Commission ne paient pas d'impôts. Vous n'êtes pas assujettis à l'impôt au même titre que les citoyens. Vous avez toutes sortes d'avantages. Taux d'imposition convertis, plafond d'impôt sur la grande fortune, retraites non imposables... Vous êtes les champions de l'évasion fiscale en Europe et pourtant, vous êtes là, assis à donner des leçons.

... Et je vais vous dire, quand les gens se seront vraiment rendu-compte de qui vous êtes, il ne leur faudra pas longtemps pour prendre cette Chambre d'assaut et vous pendre. Et ils auront raison. »

(Godfrey Bloom, eurodéputé, Discours du 21 novembre 2013 au Parlement européen au sujet du "programme d'action sur la taxation dans l'UE pour la période 2014-2020).

 

Source : http://www.youtube.com/watch?v=jbLFo02jlH8

 

 

via https://www.facebook.com/PrintempsFrancaispourTous/posts/393670917432871


 

. Des impôts dix fois supérieurs à ce qu'ils étaient avant 1789 !

. Entrevue Nigel Farage avec Claire Séverac et Marion Sigaut (3 septembre 2013)

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 18:16

Les medias du système ne peuvent plus camoufler les bides successifs monumentaux de l'Oligarchie. Après les bides successifs des contre-manifs jacobines maçonniques de Carhaix, des manifs antiracistes du samedi 30 novembre (quelques milliers de manifestants dans toute la France. Source: Nouvel Obs), du film La Marche avec Jamel Debbouze et Simon Abkarian qui, mercredi 27 novembre, décevait "à 552 entrées dans 20 salles", "malgré une forte exposition médiatique" (Lci.tf1.fr), de la "révolution fiscale" de Mélenchon le 1er décembre, les oligarques ne trompent plus personne et font un nouveau bide monumental hier 8 décembre avec leur "marche des républicains" qui "peine à rassembler à Paris" (huffingtonpost) : "un à deux milliers de personnes" (Libération.fr.), "entre 400 et 500 personnes" selon un journaliste assistant à la marche sur Twitter.

 

Après les sifflets et les huées contre Hollande le 11 novembre, quelques républicains, de gauche essentiellement, complètement traumatisés, organisaient, mi-novembre, une "marche des républicains", sur les thèmes de la défense de la pseudo "laïcité", contre le racisme évidemment, et la "lutte contre l'homophobie". Une "Marche" qu'ils voulaient "transpartisane" pour sauver ce qu'il y a de plus partisan et clivant : l'Oligarchie !

 

 

 

Marche des Républicains 

 

La marche des Républicains du 8 décembre peine à rassembler à Paris

 

Des organisations de jeunesse de gauche et du centre ainsi qu'une organisation de jeunes gaullistes sociaux appelaient à une "marche des Républicains" ce dimanche 8 décembre. Une initiative "transpartisane" qui n'a pas rassemblé les foules.

 

Les jeunes écologistes, le Mouvement des jeunes socialistes (MJS), les jeunes radicaux de gauche, les jeunes démocrates (MoDem), UDI, du rassemblement citoyen ainsi que l'UJP (Union des jeunes pour le progrès, gaullistes sociaux) avaient appelé à soutenir l'initiative lancée sur les réseaux sociaux il y a quinze jours par une étudiante militante au Parti socialiste.

 

Selon Libération.fr, un à deux milliers de personnes ont défilé. Sur Twitter, un journaliste assistant à la marche a estimé qu'entre 400 et 500 personnes ont participé au défilé.

 

 

 

Source: http://www.huffingtonpost.fr/2013/12/08/marche-des-republicains-8-decembre_n_4408919.html

 

. François Hollande, le destructeur de la république ?

. La réaction oligarchique organise une "marche des républicains" le 8 décembre

. 14 juillet pour tous : bide historique, Hollande sifflé sous les huées

. 11 novembre : F. Hollande sifflé et hué, 73 manifestants interpellés

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:34

Avignon : 1000 manifestants contre l'overdose fiscale ! Slogans : "Hollande démission", "Crs avec nous". Ils chantent encore pour l'instant... la Marseillaise de l'Oligarchie qui les plume depuis 1789...

Un manifestant, faisant sans doute allusion au fils d'un ministre (?), réclame "5000 euros par mois comme son fils".


 

 

 

 

 

via https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=571127472962789&id=545299165545620

 

 

 

. Des impôts dix fois supérieurs à ce qu'ils étaient avant 1789 !

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 09:38

L'Union nationale des professions libérales (UNAPL) lance aujourd'hui une mobilisation baptisée «les asphyxiés». Après les «Bonnets rouges», les «sacrifiés» (commerçants, artisans), les antis équitaxe, «les asphyxiés». La liste s'allonge..

 

Les professions libérales entrent dans la contestation (Le Figaro)

 

S'estimant « asphyxiées » par les impôts et les normes de toutes sortes, elles ouvrent un nouveau front pour le gouvernement.

[...] Médecins, pharmaciens, avocats, notaires, experts-comptables, architectes… c'est désormais au tour des professions libérales de manifester leur exaspération face à une fiscalité trop lourde et une réglementation exagérément tatillonne. Avec eux, c'est donc un nouveau front, on ne peut plus préoccupant, qui s'ouvre pour le gouvernement. Et ce après le carton jaune que lui ont adressé les patrons de PME début octobre, la fronde contre l'écotaxe partie de Bretagne des «bonnets rouges» ou encore la campagne «les sacrifiés» lancée mi-novembre par les commerçants artisans.

L'Union nationale des professions libérales (UNAPL) lance aujourd'hui une mobilisation baptisée «les asphyxiés». Avec distribution de tracts à l'ensemble de la population, lancement d'une grande pétition «les métiers de la vie, moi j'y tiens», affichage de pancartes «les métiers de la vie en danger» dans tous les cabinets et une campagne sur Facebook et Twitter. Un hors-d'œuvre, avant le plat de résistance - une fusion avec la lutte des artisans est évoquée -, si l'exécutif ne répond pas positivement aux revendications des libéraux.

«Ce n'est qu'un apéritif, confirme Michel Chassang, leur président, aussi à la tête de la Confédération des syndicats médicaux français. Si on n'est pas entendu, on n'exclut pas de descendre dans la rue. D'Amiens à Bordeaux, partout où je me rends, je constate un ras-le-bol très fort et une franche hostilité. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour ne pas nous laisser dépasser par le terrain.»

 

Source: http://www.lefigaro.fr/impots/2013/12/08/05003-20131208ARTFIG00164-les-professions-liberales-entrent-dans-la-contestation.php

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 19:08

Flamby a fait un nouvel impair, il a qualifié les manifestants contre l'équitaxe de « droite indécrottable » (Le Canard Enchaîné, 4/12/2013, via 7seizh.info) alors que pour beaucoup, ces manifestants ont voté pour lui en mai 2012... Prendre des jeunes cavaliers et des gérants de petites entreprises, main dans la main, pour des idiots politisés manipulés est un véritable exercice de style ces derniers temps. Après les Bonnets Rouges assimilés par Jean-Luc Mélenchon à des "esclaves" du patronat (alors que l'écotaxe est collecté par Goldman Sachs...), les anti équitaxe ! La grogne anti fiscale n’a pourtant jamais été politisée – bien qu’à l’instar de celui des Bonnets Rouges, le mouvement anti équitaxe ait fait l’objet de tentatives de récupérations politiques. Le collectif de la Horde française, créé spontanément par différents cavaliers (tout comme la Horde Bretonne), s’est toujours revendiqué comme apolitique – et continue de l’être à ce jour. Aucune des institutions équestres qui ont appelé à la manifestation ne porte d’étiquette politique. Mieux : plus d’un cavalier, plus d’un responsable de centre équestre a pu se sentir politiquement de gauche – ne serait-ce qu’ici, en Bretagne, où traditionnellement le vote socialiste revêt depuis longtemps une relative importance. Source: http://7seizh.info/2013/12/04/francois-hollande-assimile-les-manifestants-contre-lequitaxe-aux-anti-mariage-pour-tous/

Il doit y en avoir pas mal en Bretagne qui doivent se sentir cocus en ce moment... La réalité est que la révolte fiscale émane de la base, est trans courant. C'est ce qui est insupportable pour les oligarques qui ont l'habitude caser les gens dans des petites cases (droite-gauche, hommes-femmes, racistes-anti-racistes, homos-hétéros, etc.) Les « indécrottables » préparent un jeudi noir, le 12 décembre. Il faudra bien que Flamby arrête ses manipulations et ses divisions...

 

Équitaxe : Les « indécrottables » préparent un jeudi noir, le 12 décembre

 

1424413_184979378371238_561323217_n

 

François Hollande qui appelle les manifestants contre l’équitaxe les « indécrottables de droite », ça ne passe pas ! Tant et tant que la Horde Française, et parmi elle la Horde Bretonne, appellent à un «jeudi noir» le 12 décembre prochain. Au menu : opérations escargot de grande ampleur et… jet de crottin sur les préfectures.

Ce samedi 7 décembre, la délégation Bretonne contre l’équitaxe sera reçue au conseil régional de Rennes à 11h, « sans aucun débordement ni équidé bien que les chants et les banderoles soient les bienvenus ». Et parmi eux, sans doutes quelques gwenn-ha-du, comme la dernière fois.

La Horde s’est désolidarisée de la Fédération Française d’Équitation, qui appelle à l’« apaisement » dans son dernier communiqué, afin (officiellement) de favoriser les négociations avec Bruxelles sur le taux de TVA de la filière équestre. La FFE reçoit des subventions de l’État français et de ce fait, elle est loin d’avoir la liberté de manœuvre des collectifs de cavaliers apolitiques et nés spontanément, comme la Horde.  Les derniers bruits de couloir évoquent… un passage obligé à la TVA de 20 % sur toutes les activités équestres en 2014, avant un hypothétique retour au taux réduit (5,5%) en 2015. Une proposition ubuesque, à laquelle la majorité des professionnels et amateurs de l’équitation ne croit pas une seconde. La Horde française a fait savoir son « refus du mensonge d’État » dans un communiqué.

« Selon François Hollande, nous sommes indécrottables », concluent ces cavaliers. « Et bien, prouvons-lui que nous savons nous décrotter ».

Une manifestante lyonnaise, Joelle Rousselet-Dupuy, a partagé sur Facebook le courrier qu’elle a envoyé vendredi au président François Hollande :

[...] je suis
Indignée
Révoltée,
Catastrophée
Désespérée
Et j’en passe ! Par la désinvolture avec laquelle vous allez mettre des milliers de gens au chômage, des dizaines de milliers de gens, surtout des jeunes, des handicapés, dans l’impossibilité de vivre leur passion autour d’un animal qui a fait de tout temps partie de notre univers, pour ne pas utiliser le mot parfois galvaudé de patrimoine !
Est-ce pour [...] les rendre dépendants de votre administration que vous voulez les assujettir à une hypothétique subvention, aide, fond [...] Est-ce justement parce que nous n’avons pas besoin des subsides de l’état que vous nous en voulez et cherchez à nous mettre à genoux ?
Vous n’aimez pas l’indépendance, n’est-ce pas ? Vous voulez que tout le monde dépende de l’État peut-être ? Mais cela n’a-t-il pas un nom ? Cela n’a-t-il pas été essayé dans d’autres pays ?
Est-ce parce que nous ne touchons pas le RSI, nous ne sommes pas fonctionnaires, nous ne demandons rien à personne que nous sommes une « droite indécrottable » ?
Vous rendez-vous compte de ce que vous dites en proférant ces mots ?
Arrêtez de mettre cela sur le dos de Bruxelles ou du gouvernement précédent, vous avez fait la même chose il y a un an presque jour pour jour. Par naïveté, nous vous avons cru et avons annulé toutes nos manifestations prévues le 15 décembre 2012. Oui, le 15/12/12. Et nous nous retrouvons à vous voir essayer de nous faire annuler nos manifestations du 11/12/13 avec des promesses évasives et qui ne seront pas plus tenues que les promesses d’il y a un an !
Ce modèle économique vertueux, qui crée du lien social, qui développe de l’activité touristique, qui participe au développement économique, qui se popularise et se démocratise, qui ne pollue pas, qui crée des emplois et qui est autonome, repose monsieur le Président sur un modèle de TVA à taux réduit.
Et nous nous battrons jusqu’au bout parce que notre vie en dépend [...] nous ne nous battons pas pour travailler moins ou moins longtemps ou gagner plus, non Monsieur le Président. Nous nous battons pour survivre grâce à un travail où les 35h n’existent pas, où le repos dominical est une utopie, les vacances un rêve inaccessible. Mais un travail que nous aimons et qui est notre vie. [...]


Source: http://7seizh.info/2013/12/07/equitaxe-les-indecrottables-preparent-un-jeudi-noir/

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 14:44

mandela-communiste-MPI

La foire au « politiquement correct » est telle que même Marine Le Pen et la « Manif pour Tous » y sont allés de leur petit mot pour rendre hommage à Nelson Mandela.

Outre le communisme, le racisme et la violence qui ont caractérisé l’ANC dont Mandela fut le président, rappelons aux naïfs de la « LMPT » que Mandela fut un précieux allié du lobby homosexuel en Afrique du Sud.

Le drapeau arc-en-ciel agité par les homosexuels y est même devenu l’un des emblèmes nationaux ! [NdCR. Voir l'illumination le 14 juillet 2013 de la Tour Eiffel aux couleurs du lobby groupusculaire LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi et Trans). La mairie de Paris et l'artificier ont déclaré qu'il s'agissait de "rendre hommage à Nelson Mandela" (mairie de Paris) et que cela était les couleurs du drapeau de l'Afrique du Sud (Jean-Eric Ougier, Maître artificier)]

C’est sous l’impulsion de Nelson Mandela que le Congrès national africain (ANC) a milité dès 1993 pour autoriser le mariage entre personnes de même sexe.

Mandela et l’ANC ont même précédé la France en ce qui concerne la théorie du genre. Le parti a introduit explicitement l’orientation sexuelle et l’identité de genre dans la Constitution.

Par 230 voix contre 41, les parlementaires majoritairement ANC ont fait de l’Afrique du Sud le cinquième pays au monde et le premier du continent à dénaturer le mariage.

C’est encore Mandela qui nomme Edwin Cameron, un homosexuel séropositif, juge à la Haute Cour.

Enfin terminons en rappelant que c’est encore Mandela qui a fait inscrire le « droit à l’avortement » dans la Constitution sud-africaine.

Bref, une vraie icône du nouvel ordre mondial…

 

Source: http://medias-presse.info/nelson-mandela-celui-qui-a-inscrit-le-mariage-homosexuel-et-le-droit-a-lavortement-dans-la-constitution-sud-africaine/3464

 

 

. Diviser pour mieux régner en Afrique du Sud aussi ? Le pays est « plus divisé et cloisonné que jamais ! » (Bernard Lugan)

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 22:37

Cachez ce logo représentant un papa, une maman et deux enfants que le lobby homosexuel ne saurait voir ! Mardi 3 décembre, Cash !, l’association LGBT des métiers de la finance, a « tiré la sonnette d’alarme » parce qu’un visuel utilisé dans les agences de la Société générale pour vanter les mérites de sa complémentaire santé rappelle le logo de la Manif pour Tous :

La Société générale favorable à la dénaturation du mariage et contre les droits de l'enfant

 

Ce mercredi (4 décembre NdCR.), la banque a annoncé que tous les visuels allaient être retirés. Pour que tout soit clair, elle a aussi tweeté :


La Société générale favorable à la dénaturation du mariage et contre les droits de l'enfant

 

Ni vu ni connu, en dénonçant un « visuel de toute façon contraire à (ses) engagements », la Société générale vient de cracher sur plusieurs dizaines de millions de Français et tout particulièrement le million de manifestants qui s’est levé pour protester contre la dénaturation du mariage et le droit à l’enfant. Cette multinationale ne mérite qu’une seule chose : que des milliers, voire des dizaines de milliers de personnes, se rendent jeudi dans ses agences pour clôturer leurs comptes.

 

Source: http://www.ndf.fr/nos-breves/04-12-2013/societe-generale-prend-parti-denaturation-du-mariage-contre-les-droits-lenfant

 

Merci à La Mésange

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 13:54

La "crise" est le marronier de l'oligarchie, et notamment "la mauvaise conjoncture économique" explique toutes les erreurs des oligarques, dont le trou dans les rentrées fiscales (forte baisse des rentrées de TVA, d'impôts sur les revenus et d''impôts sur les sociétés)...

Alors que depuis des mois tout le monde sait que les résistants à la loi Taubira ont décidé de faire la grêve de l'impôt par une résistance passive en cessant aussi bien de travailler que de consommer..., Le Figaro fait semblant de croire que le "trou dans les recettes fiscales escomptées par le gouvernement au titre de l'année 2013", est dû à "la mauvaise conjoncture économique", reconnaissant toutefois que "les dépenses des Français sont restées atones, plombant au passage les rentrées des recettes fiscales sur la consommation".

Le gouverne-ment, biensûr, refuse de voir en face la vérité. Il explique ce décalage par «le contexte économique» dégradé !

Continuons jusqu'à l'aveu public de leurs erreurs, la reconnaissance de la pétition de 700.000 personnes jetée à la poubelle..., des millions de manifestants descendus dans la rue au printemps 2013, ignorés.

Continuons jusqu'à l'abrogation totale de la théorie du genre à l'école et du "mariage" gay !

 

Onze milliards d'euros de manque à gagner dans les recettes fiscales fin 2013

 

 

Le Figaro Mis à jour le 04/12/2013 à 09:43 Publié le 04/12/2013 à 06:00

 

La mauvaise conjoncture économique a creusé le trou dans les recettes fiscales escomptées par le gouvernement au titre de l'année 2013.

 

La loi de finances rectificative pour 2013, examinée depuis ce mardi par les députés, pointe noir sur blanc le décalage entre les prévisions de recettes fiscales du gouvernement faites il y a un peu plus d'un an, et ce qui devrait finalement atterrir dans les caisses. Le compte n'y est pas, loin de là: avec près de 300 milliards d'euros, les recettes devraient au total être inférieures de près de 11 milliards à la prévision initiale.

 

Cette déviation du scénario tient d'abord à la TVA, qui devrait rapporter 135,6 milliards cette année, soit 5,6 milliards de moins qu'anticipé. Ce chiffre s'explique par «la dégradation du contexte macroéconomique», souligne le texte du projet de loi. Les dépenses des Français sont notamment restées atones, plombant au passage les rentrées des recettes fiscales sur la consommation.


«Les excès fiscaux du gouvernement»

 

La mauvaise conjoncture a également eu un impact négatif sur le bénéfice des entreprises. Selon la nouvelle prévision du gouvernement, les recettes d'impôt sur les sociétés (IS) devraient donc avoir un rendement inférieur de 3,8 milliards à ce qui a été voté en décembre 2012.

 

L'impôt sur le revenu, enfin, devrait rapporter quant à lui 68,8 milliards, au lieu des 71,9 un temps espéré (soit une moins-value de 3,1 milliards). Là également, l'exécutif explique ce décalage par «le contexte économique» dégradé. Mais il pointe aussi du doigt «l'impact des mesures nouvelles». Pour certains, cela veut dire que les hausses d'impôts ont conduit à davantage de travail au noir ; d'autres le justifient par la dégradation du marché de l'emploi sur l'ensemble de l'année.

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/12/04/20002-20131204ARTFIG00216-onze-milliards-d-euros-de-manque-a-gagner-dans-les-recettes-fiscales-fin-2013.php

 

 

 

. Résistance passive : Ces professions qui travaillent moins pour payer moins d'impôts (15 novembre 2013)

. Croissance de - 0,1% : Nicolas Doze avertit : « Il ne faudrait pas que les recettes de TVA continuent à décliner »... (14 novembre 2013)

. Rentrées fiscales en baisse : La Résistance passive commence à porter ses fruits (10 juin 2013)

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 08:59

Signe des temps révolutionnaires qui en 1793 vit les frères trois points de l'époque se dénoncer et s'éliminer mutuellement, être emportés les uns après les autres par le "processus de violence cumulative" (Cf. P. Gueniffey, La Politique de la Terreur) et finir sous le couperet de la Veuve..., Dominique Voynet a annoncé publiquement le 25 novembre qu'elle ne se présentait pas à sa réelection en mars, en réglant ses comptes au passage, en flinguant "les Parrains" comme Claude Bartolone, sans le nommer. Est-elle la première d'une longue lignée dans le contexte général de révolte fiscale et de défiance envers le Régime ?

Les prochaines élections municipales devraient voir, quoiqu'il en soit, quelques surprises et notamment l'éjection de leurs sièges locaux des oligarques qui détruisent la France par le cloisonnement, la division, la diabolisation, la stigmatisation, la culpabilisation victimaire, le deux poids deux mesures permanent, la destruction de la famille et de la propriété, autant de maux que les Français ne supportent plus aujourd'hui. Les oligarches devraient bien méditer ce geste fort de l'élue écolo et prochainement suivre cet exemple, en quittant eux aussi le navire tant qu'il est temps.. 

Malgré toute la propagande du Régime, la divulgation de la vérité sur l'Oligarchie commence en effet à porter ses fruits parmi la population où se dessine un "Printemps des consciences" (Mgr Marc Aillet).

Malgré l'enrichissement personnel que procure la participation à la ploutocratie, certains d'entre les oligarques, comme Dominique Voynet, - et c'est tout à son honneur -, se repentent de leurs erreurs, ouvrent les yeux, sentent le vent tourner, décident en conscience de quitter ce qui avait été qualifié en son temps de "mensonge universel" par Pie IX, en dénonçant les "corrompus", "les Parrains", comme Claude Bartolone sans le nommer, la "démagogie", les "mensonges", les "compromis", avec quelques regrets d'y avoir participé sans doute.

Chez l'élue écolo, empreinte de désillusion face au "changer la vie" de "mai 68", une critique sourd de ce que l'historien Patrice Gueniffey appelle le "constructivisme " ( Cf. La Politique de la Terreur, Essai sur la violence révolutionnaire, Fayard 2000, réed. Tel Gallimard, Mesnil-sur-l'Estrée 2003). Elle sent, consciemment ou inconsciemment, que les citoyens ne croient plus au mythe révolutionnaire (volontarisme, constructivisme) de l'efficacité politique, qu'ils ne font plus confiance aux politiciens pour "changer" la société, tout simplement parce que pour Dominique Voynet aussi, "les évènements se sont chargés de montrer qu'en réalité en politique, on ne peut pas tout faire, que les choses résistent, ne se laissent pas faire sans limites... La Révolution est morte" (P. Gueniffey). Encore un effort Dominique, tu seras des nôtres ! 


 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6b/Voynet_Montreuil_2008-01-06.jpg/220px-Voynet_Montreuil_2008-01-06.jpg« J’étais une très jeune femme quand je me suis engagée en politique, il y a plus de trente ans. Mai 68 était passé par là, et nous croyions de toutes nos forces qu’on pouvait « changer la vie"... »

 

Ainsi commence la lettre publiée le 25 novembre par laquelle Dominique Voynet, maire de Montreuil (Seine-Saint-Denis), seule ville de plus de 100000 habitants détenue par les écolos, annonce qu'elle n'est "pas candidate"  aux élections municipales de sa ville en 2014.

 

"Je ne suis pas candidate à ma réélection à la mairie de Montreuil (...) J'ai pris la lourde décision de ne pas me représenter en mars", dit l'ancienne ministre, maire depuis 2008.

Dans cette lettre, l'élue écologiste explique qu'elle « souffre profondément de la dégradation de la vie politique et du climat qui conduit, à Montreuil comme ailleurs, à englober tous les politiques d'une même suspicion, et de plus en plus souvent d'un même mépris, ceux qui ne cumulent pas comme ceux qui cumulent, ceux qui sont intègres comme ceux qui sont corrompus, ceux qui brossent leurs clientèles dans le sens du poil comme ceux qui refusent d'accorder des passe-droits, y compris à leurs plus proches amis

Parce que je mesure que, pour être réélue, je devrais me résoudre à des compromis, à des alliances, à des prises de position, qui bousculent mes valeurs et mes convictions et me conduiraient à ne plus me ressembler ;

Parce que je n’ai juste plus envie d’être la personne qu’il faudrait être pour résister imperturbablement aux banderilles plantées, à longueur de temps, au cours de conseils municipaux interminables, aux terrasses des cafés, dans les halls d’immeuble, à la sortie des écoles, par des gens dont le seul projet est de reconquérir ce qu’ils considèrent comme leur bien, leur fief, à n’importe quel prix.

 

Je refuse de partir en campagne en promettant logements et jobs « à la mairie » à tour de bras, comme le font certains de mes adversaires depuis des mois ; de garantir à toute personne rencontrée dans la rue que sa demande, même injustifiée, sera traitée « en priorité », que son dossier, même mal foutu, sera placé « sur le dessus de la pile » ; de promettre à chaque dirigeant d’association évoquant sans pudeur l’imminence des élections une augmentation de sa subvention annuelle.

 

Je refuse de « rendre coup pour coup », d’user du mensonge, de la calomnie et de l’insulte, tout comme je refuse l’intimidation physique et les menaces de « placardisation » dressées aux agents municipaux constamment instrumentalisés.

 

 

Je refuse d’user de la démagogie la plus abjecte et d’arguments aux relents lepénistes – sur l’insécurité, sur les Roms – pour frapper à l’estomac les électeurs les plus fragiles ; de cautionner l’entrisme associatif et l’instrumentalisation des corps intermédiaires, qui colorent d’une caution citoyenne des manœuvres bassement politiciennes.

 

Il se trouvera sans doute des commentateurs de la vie locale pour ricaner de mon choix, pour évoquer « la peur de perdre » ou « la fatigue émotionnelle ». Comme si le risque de perdre n’était pas inscrit dans le génome de ceux qui, comme moi, assument leur engagement dans un parti loin d’être majoritaire et leur refus obstiné de baiser la bague de quelque parrain que ce soit.» (1)

 

 

« La vie politique doit changer. Il y a tellement de corrompus qui sont réélus», explique-t-elle sur RTL le 26 novembre, avant d'évoquer les cumulards. Au micro, la voix de l'éue de Seine-Saint-Denis trahit une lassitude profonde. «Il est temps de réduire le fossé entre ce à quoi aspirent nos concitoyens et ce qui se passe dans nos villes», dit-elle.

 

«Compliqué de faire son trou sans parrain»

 

Après avoir évoqué la vie politique en générale, Dominique Voynet s'est attardée sur le cas de Montreuil. Elle a évoqué Claude Bartolone (PS), président de l'Assemblée nationale, considéré comme le «patron» de la Seine-Saint-Denis. Quand on lui demande si c'est lui qui lui a mis des bâtons dans les roues, sa réponse fuse : «C'est amusant que vous ayez songé à lui !» Avant d'ajouter : «Je décris des mécanismes. Quand on n'a pas de parrain qui porte sur vous une aile protectrice, c'est compliqué de faire son trou en politique et de la faire proprement.»

 

Si elle s'était représentée, Dominique Voynet aurait dû affronter le député socialiste Razzy Hammadi, poussé justement par le Parrain Claude Bartolone.  «Je ne suis pas sûre qu'il serait allé jusqu'au bout. Le débat est grand dans cette ville où la gauche se déchire depuis 25 ans.», estime-elle. Aurait-elle pu former un tandem avec lui ? Dans une interview à Libération, publiée ce mardi, sa réponse est cinglante. «Même pour être réélue, je refuse de faire alliance avec des personnes dont je ne partage pas la façon de faire de la politique et avec lesquelles je m’éloignerais de mes valeurs et de mes convictions (2)

 

Dominique Voynet a évoqué ce matin sur RMC et BFM TV son expérience visiblement amère en tant qu'élue. Elle a dénoncé "l'exercice morbide" du pouvoir, et évoqué l'influence incontournable, selon elle, de Claude Bartolone en Seine-Saint-Denis, sans le nommer : 

"La vie politique est ainsi faite que vous allez ensuite (après l'élection, NDLR) vous débarrasser de ce qui fait de vous une personne normale. Devoir être disponible jour et nuit, tous les jours, masquer ses faiblesses, le fait que vous pouvez avoir une rage de dents ou une opération de la prostate. Masquer le fait que vous avez besoin parfois de vous poser, de prendre des avis, d'avoir une vraie vie, de rêver, de lire, d'échanger avec des amis".

 

 

 

Dominique Voynet: "Pour durer, il faut devenir un cannibale" - 04/12

 

Dominique Voynet sur RMC ce matin a expliqué que "pour durer, il faut aussi à son tour devenir un cannibale".

"Tout le monde" pousse à cette transformation : "Tout le monde : collègues, adversaires, aussi une partie des habitants qui prétendent haïr le clientélisme, mais qui vous demande des services personnels, qui prétendent haïr la corruption, mais qui élisent des corrompus, qui prétendent haïr le cumul des mandats. C'est un logement, un emploi, une place en crèche, faire sauter une prune.  C'est tous les jours, dans toutes les villes de France."


 

 

Ci-dessous, video du passage de Dominique Voynet sur RMC ce matin :


 

Dominique Voynet a expliqué que "la vie politique est ainsi faite qu'on sollicite de vous pour être élu des qualités dont on vous demandera de vous débarasser ensuite pour exercer votre mandat. La démocratie devrait conduire à élire au conseil municipal des hommes, des femmes, qui sont profs de gym, charcutiers, journalistes, employés, ouvriers." Disant cela, elle confond sans doute la démocratie telle qu'elle était pratiquée sous l'Ancien Régime avant 1791 et ensuite... "La vie politique est ainsi faite que vous allez devoir ensuite vous débarasser de ce qui fait de vous une personne normale. ... Pour durer en politique, il faut accepter de faire des choses qui vous éloignent de vos valeurs, qui vous éloignent des raisons pour lesquelles vous vous êtes engagé."

 

À la question "si je comprends bien, vous ne voulez pas baiser la bague du  parrain" (Claude Bartolone, l'homme fort du département), elle répond : "Je l'ai dit. Je me suis bien abstenu de prononcer quelque nom que ce soit, mais c'est amusant parce que tout le monde l'a entendu [...] Il est très perché (à la présidence de l'Assemblée nationale NdCR.)

 

Interrogée sur son éventuel refus de faire allégeance à Claude Bartolone, Dominique Voynet a répondu : "Vous imaginez bien que ce n'est pas impunément que l'on commente les faits et gestes des Parrains." [...] "Beaucoup de choses se font avec son assentiment, parce qu'il a placé à tous les niveaux des hommes et des femmes qui lui doivent beaucoup ou qui croient lui devoir beaucoup". [...] J'ai l'impression que notre pays qui met au fronton de toutes les mairies 'Liberté, Egalité, Fraternité', c'est éloigné de ces valeurs-là"... Elle a précisé être "fière d'avoir réussi à résister. Ca m'a coûté cher. C'est difficile de survivre en ne respectant pas toutes les règles du jeu." Mais qu'il lui était arrivé de respecter ces "règles du jeu"...  "Pour obtenir de l'aide et du soutien pour (sa) ville", elle a passé "des compromis qui étaient nécessaires" , comme par exemple pour la construction actuelle d'un collège dans sa ville. "Je trouve absolument désastreux que le programme de construction des collèges du département (compétence du conseil général, NDLR) ait été fait en partenariat public-privé selon des règles assez opaques, assez étranges. Mais c'est vrai que j'avais besoin du collège. [...] Et le département qui la finance choisit un mode de financement qui ne me convient pas du tout. [...] Je n'accuse pas du tout le président du conseil général de corruption. Je pense que Stéphane Troussel est un type réglo, honnête. [...] Mais je trouve que la facilité qui consiste à confier au privé la construction d'équipements publics sans transparence sur les coûts générés pour la collectivité par ce système me paraît extrêmement dangereux." (3)

 

Sébastien Maire, le directeur de cabinet à la mairie de Montreuil de D. Voynet, affirme que ce n’est pas tant la campagne qu'elle craignait (on y croira tous NdCR...), mais plutôt l’ambiance et les pratiques politiques qu’il aurait fallu gérer durant les six ans à venir : « Depuis la rentrée, la violence était exacerbée, chaque échange avec l’opposition se transformait en une lutte sanglante et ça, elle n’en voulait plus. »

 

Ses adversaires estiment que sa décision est guidée à la fois par la peur de perdre et par le fait qu’elle n’assume pas son bilan. « Et le meilleur moyen pour faire passer ce sentiment, c’est de se victimiser en pointant du doigt la violence en politique », assène Mouna Viprey, son ancienne première adjointe, passée à l’opposition et candidate DVG. (4)

 

L'ex-ministre écologiste dénonce un climat politique irrespirable. "La politique, ce ne peut pas être une sorte de fight club où le seul objectif, c'est de traîner l'adversaire dans la poussière", a-t-elle argumenté. Elle a quitté la route un beau soir de mai 2007 : elle fait le plus petit score jamais réalisé par les écolos : 1,57% (pire qu'Eva Joly). Les heures de gloire de Dominique Voynet, ce sont les années 90, quand elle s'empare des Verts en renversant Waechter. Quand elle entre au gouvernement avec Lionel Jospin en 1997. Elle est la marraine verte de la majorité plurielle. Chez les Verts, on l'appelle alors "maman" : celle qui peut remettre de l'ordre quand ça dérape. Ensuite, Dominique Voynet a payé sa brutalité et son incapacité à louvoyer, que ce soit au gouvernement ou chez les Verts. D'ailleurs quand vous appelez le parti, vous vous apercevez que personne ne la pleure. Ils ont même tout fait pour s'en débarrasser. Chez les Verts, on ne pratique pas le développement durable entre personne. Il y en a qui tue. Eux, ils ont tué la mère. (5)

 

Rappelons les conditions de l'élection du "Parrain" Claude Bartolone à la présidence de l'Assemblée nationale en juin 2012 : une trentaine de députés «initiés» francs-maçons, emmenés par le fabiusien Philippe Guglielmi, élu de Romainville, patron de la fédération PS de Seine-Saint-Denis, terre d’élection de Claude Bartolone, et ancien Grand Maître du GO (de 1997 à 1999), ont manœuvré dans les dernières heures en coulisses, et dans le dos de la démocratie (et des non-"initiés") pour favoriser l’élection au perchoir de leur ami... La "liberté" & l"Egalité" ne se sont jamais aussi bien portées !

 

 

Sources :

 

(1) http://dominiquevoynet.eelv.fr/je-ne-suis-pas-candidate-a-ma-reelection-a-la-mairie-de-montreuil/

(2) http://www.leparisien.fr/municipales-2014/municipales-trop-de-corrompus-sont-reelus-denonce-dominique-voynet-26-11-2013-3351143.php

(3) http://www.lepoint.fr/politique/dominique-voynet-raconte-sa-vision-morbide-du-pouvoir-04-12-2013-1764754_20.php

(4) http://www.leparisien.fr/municipales-2014/seine-saint-denis-93/municipales-comment-voynet-a-pris-sa-decision-27-11-2013-3354591.php

(5) http://www.rtl.fr/actualites/info/politique/article/europe-ecologie-les-verts-le-hara-kiri-de-dominique-voynet-7767338444

 

 

. Et après la révolte ? Louis XX, Roi de France, réunit les Français, la République les divise !

. Comment Hollande a augmenté la retraite de son ami Bartolone et va baisser la vôtre

. Le président socialiste collabo de l'Assemblée nationale Claude Bartolone traite les anti mariage gay de "zoulous"

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 09:29

Dimanche 1er décembre, les Croates ont défini par referendum à 65% que le mariage était l'union d'un homme et d'une femme. Le referendum prévoit que cette définition doit être inscrite dans la constitution. Mais déjà..., les Sarkozy locaux (président et Premier ministre) refusent le résultat du referendum et annoncent que le mariage gay sera quand même prochainement voté (!) dans le cadre d'une "loi sur les partenariats de vie commune"..., sans que cela n'émeuve aucune des belles "démocraties" occidentales. Bien évidemment, ne comptez pas non plus sur les medias collabos pour vous parler de ce scandale : ils préféreront vous parler du mariage gay qui a été légalisé à Hawaï (dépêche Afp) !

 

Le lobby homosexuel a perdu ce dimanche en Croatie !Le lobby homosexuel a perdu ce dimanche en Croatie !

 

 

Dimanche 1er décembre, les Croates ont été près de 65 % à se prononcer par référendum en faveur de l’inscription dans la Constitution de la définition du mariage comme étant l’union d’un homme et d’une femme. L’association « U ime obitelji » («Au nom de la famille») avait rassemblé plus de 700.000 signatures pour obtenir un tel référendum alors qu’il n’en fallait que 300.000 selon la législation croate, preuve que le sujet était considéré comme important par un grand nombre de Croates.

 

Le président croate Ivo Josipovic, atlantiste acquis à toute la pensée unique en la matière, a tenté de s’opposer à la tenue d’un tel référendum puis a appelé à voter contre cette défense élémentaire du mariage et de la famille. Même attitude du Premier ministre Zoran Milanovic partisan lui-aussi du nouvel ordre sexuel mondial, déclarant sa déception à la sortie du bureau de vote: «Ce référendum est triste et inutile. Déjà la semaine prochaine et la semaine qui suivra, nous avions prévu de discuter d’une loi sur les partenariats de vie commune. Il n’y aura donc pas de conséquences négatives de ce point de vue. Le nouvelle loi n’apportera que des changements positifs. J’espère vraiment que c’est la dernière fois que nous avons un référendum de ce genre.» Voilà la démocratie comme l’aime l’Union européenne : le vote du peuple n’importe que lorsque le peuple vote comme le veulent les institutions supranationales.

 

Curieusement, les médias du système n’ont pas accordé grand écho à ce camouflet porté par les Croates à cette tentative d’imposer le nouvel ordre sexuel mondial.

 

Source: http://medias-presse.info/le-lobby-homosexuel-a-perdu-ce-dimanche-en-croatie/3287

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:24
Suspension de l'"écotaxe" : flanby envoie le signal de la ruée pour tous !
Les Bonnets rouges ont écrit à Flamby : "Pouvez-vous rester silencieux face à ces mobilisations populaires légitimes ?"
Flamby n'a plus que deux solutions qui se présentent devant lui : ou céder et concrétiser dans l'opinion l'image d'un président faible avec les forts et fort avec les faibles, avec la nécessité de se démettre parce qu'incapable, ou écraser impitoyablement la révolte fiscale et prendre le risque d'un soulèvement du pays pouvant déboucher sur un renversement du Régime.


"Il faut casser, briser le carcan parisien. Pour cela il faut jeter le carcan jacobin pour inventer une gouvernance régionale nouvelle" (Christian Troadec, maire de Carhaix, Discours du porte-parole des Bonnets Rouges à Carhaix, le 30 novembre 2013)


F. Hollande est jusqu'ici resté impassible et silencieux face aux millions de manifestants pacifiques des cinq "Manif pour tous" du 17 novembre 2012 au 26 mai 2013. Mais cette fois-ci - et c'est ce qui va faire la différence -, les manifestants qui sont un tout petit peu plus violents, ont déjà su se faire entendre. Ils ont détruit tous les portiques écotaxe, détruit des radars, pris une sous-préfecture, ont déjà obtenu la suspension de l'écotaxe et menacent de marcher sur Paris s'ils ne sont pas entendus. Compte tenu de la puissance explosive de cette révolte fiscale en cours rassemblant bien au-delà des syndicats, des partis politiques, des origines et des classes sociales, les oligarques feraient bien de ne pas sous-estimer le phénomène.

 

Après l'ignorance des millions de manifestants pacifiques des Manifs pour tous, Flamby peut-il en effet se permettre d'ignorer cette colère populaire ? Dans un courrier rendu public aujourd'hui, les Bonnets rouges disent que non. Au surlendemain d'un nouveau grand rassemblement, ils invitent François Hollande à venir en Bretagne lancer des discussions autour de l'économie, des institutions régionales et de la culture. Dans cette missive, datée d'hier, le maire DVG de Carhaix (Finistère), Christian Troadec, leur porte-parole, prévient le président : "Pouvez-vous rester silencieux face à ces mobilisations populaires légitimes ?". "Je ne pense pas". Source

 

Dans ces conditions, et vu que le gouvernement a déjà annoncé qu'il n'y aurait pas de baisse des impôts avant 2017..., ni de suppression de l'écotaxe et qu'il ne cèdera pas, Flamby n'a plus que deux solutions : ou aller au clash, avec le risque d'une vraie marche trans-courant sur Paris... ou se démettre.

 

Selon les sources, samedi 30 novembre, les Bonnets rouges ont rassemblé entre 17.000 et 40.000 personnes à Carhaix, transformant l'essai de leur première manifestation contre l'écotaxe et pour l'emploi qui avait réuni entre 15.000 et 30.000 personnes à Quimper, le 2 novembre. Ils avaient déjà lancé un appel à François Hollande samedi, lui demandant de venir en Bretagne "pour annoncer une vraie régionalisation". A suivre..

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 09:47

Dans une conférence intitulée "Les Parrains" donnée à Lyon le 1er novembre 2013, Farida Belghoul, Mathias Cardet et Albert Ali expliquent que l'introduction de la théorie du genre à l'école fait partie d'un programme plus vaste établi depuis "deux ou trois siècles" visant, d'un point métaphysique, à déchristianiser la France, à détruire l'homme, à détruire la vie par haine de la Création et donc de Dieu. De ce point de vue méthaphysique, chrétiens et musulmans peuvent trouver là un terrain d'entente commun pour combattre le mal qui nous a déclaré une guerre totale. D'un point de vue plus matériel, la théorie du genre permet à  l'Oligarchie, après l'arnarque antiraciste, de dresser un nouvel écran de fumée dans la société et de diviser une fois de plus les citoyens entre pro et anti... Après avoir ôter le masque à l'"antiracisme", les trois conférenciers expliquent qu'il s'agit de bien identifier d'où sort cette théorie, connaitre ses buts, ses moyens et qui la promeut : "les Parrains".

 

Mathias Cardet, et Albert Ali que nous avions déjà rencontré lors d'un dialogue avec les catholiques traditionalistes de Civitas en mai 2013, invitent les Français de souche à rejoindre les trois conférenciers et à de ne pas avoir peur de la diabolisation et de l'étiquette de cloisonnement "fasciste" données par les "antifas", dont le but est de stigmatiser et de diaboliser.


Afin que nous puissions tous répondre à cette question qui nous sera un jour posé "mais qu'avez-vous fait pour protéger les enfants ?" Farida Belghoul propose une idée judicieuse qui pourra être appliquée rapidement par tous les parents pour protéger leurs enfants. Il s'agit de retirer les enfants, une journée seulement, de l'école laïque, "illettrée et Lgbt", et de répéter l'opération de temps en temps, à intervalles réguliers, jusqu'à l'interdiction complète de la théorie du genre à l'école. Une telle opération verra nécessairement l'éclosion d'une discussion autour de cette théorie enseignée à l'école (discussion qui n'a jamais été faite mais qui au contraire a vu la théorie être imposée à l'école en douce et sans débat). F. Belghoul explique qu'il ne faut pas s'opposer, car quand on s'oppose on renforce l'adversaire, ce qui est tout à fait exact. La machine révolutionnaire a en effet besoin d'un opposant et d'un adversaire pour avancer. Il faut interdire tout court la théorie du genre à l'école. Elle prend l'exemple de l'usure à laquelle les musulmans ne s'opposent pas mais interdisent.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour illustrer ce que disent les trois conférenciers au sujet des "Parrains", voici ci-dessous une video montrant ces derniers à l'oeuvre pour diviser, cloisonner, diaboliser lors de la "manifestation contre le racisme" le 30 novembre 2013, où LGBT, LICRA, et francs-maçons défilent contre le "racisme" et l'"homophobie".

 

 

 

 

 

. Alain Escada et Albert Ali à Lyon 3 mai 2013

. L'arnaque de l'antiracisme (Conférence de Farida Belghoul et Mathias Cardet)

. Farida Belghoul alerte sur la théorie du genre

. Identité des fins entre le judéo-martinisme et la doctrine politique totalitaire de l'Umps

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 07:47

Les Bretons coiffés du bonnet rouge, artisans, commerçants, salariés, paysans, pêcheurs, entrepreneurs, se rassemblent aujourd'hui à Carhaix contre le matraquage fiscal et la dictature jacobine parisienne.

 

Espérons que les "cahiers de doléances" distribués n'ont pas été rédigés par des frères la truelle comme cela fut le cas en 1789. Ce ne semble pas le cas compte tenu des raisons données plus bas.

 

Rappelons en effet que  les "cahiers de doléances" de 1789 ne furent pas des cahiers de paysans...

"Dans l'ensemble, les élections donnèrent bien ce qu'en attendaient les clubs philosophiques. L'énorme amas de cahiers de plaintes, dont une petite partie seulement est convenablement éditée, en témoignent nettement. Les Cahiers de campagnes ne sont presque jamais des Cahiers de paysans... presque partout ils ont été proposés, rédigés ou copiés par des hommes de loi... Ils reproduisent les modèles non seulement dans leur esprit, mais dans leur style - qui les trahit. Parfois le tabellion lettré qui a tenu la plume les a embellis de citations latines, de vers anglais, de passages de Fénelon, de Montesquieu, de Le Trosne, d'invocation à la Nature ou de remerciements à l'Etre suprême [...], dans le goût du Vicaire savoyard. Parfois, un laboureur tenace et rusé y a fait ajouter des revendications plus précises, ou une liste puérile de criailleries locales..." (Pierre gaxotte, La Révolution française, Nouvelle édition établie par Jean Tulard, Éditions Complexe, Bruxelles 1988, p. 103).

"Je viens de relire attentivement les cahiers dans lesquels clergé, noblesse et tiers-état avaient déposé l'expression libre et sincère de leurs voeux et de leurs sentiments; car "il n'y eut jamais d'élections plus libres que celles de 1789" (Ch. Chassin, Le génie de la Révolution, t. Ier, les élections de 1789, d'après les brochures, les cahiers et les procès-verbaux manuscrits, p. 217).

"On n'y trouve rien de pareil. Tout le monde est d'accord pour conserver les bases fondamentales de la société française: le gouvernement monarchique, l'inviolabilité de la personne sacrée du Roi et l'hérédité de la couronne de mâle en mâle; la religion catholique dominante, ayant seule le culte public dans le royaume, etc. (Rapport sur le dépouillement des cahiers par le comte de Clermont-Tonerre, le 27 juillet 1789, Histoire parlementaire, t. II, p. 177). Rien de tout cela n'est remis en question dans aucun cahier, et le tiers-état ne se montre pas le moins enthousiaste lorsqu'il s'agit de témoigner son attachement à la royauté (Chassin, t. Ier, Tiers-Etat de Bordeaux, de Nantes, de Bar-Le-Duc, de Rouen, de paris, de Vannes, du Forez etc., p. 240 et suiv.)

"C'est donc un fait absolument avéré, un fait hors de tout conteste, que l'idée d'une révolution radicale est totalement absente de ces cahiers préparés par l'élite intellectuelle de la nation, écrits par les commissaires élus de chaque assemblée plébénienne, noble, ecclésiastique, discutés, comparés, et enfin approuvés par la masse des électeurs délibérant et votant en pleine liberté." (Mgr Freppel, La Révolution française, Autour du centenaire de 1789, 1889, p. 7-8)


 Aujourd'hui, ces "cahiers de doléances" 2013 semblent réellement indépendants. L'oligarchie s'acharne en effet contre les bonnets rouges qu'elle assimile à l'"extrême-droite". Ne fonctionnant que par la diabolisation et le diviser pour régner, elle fait semblant d'ignorer qu'artisans, commerçants, employés, peuvent être unis aux patrons contre le matraquage fiscal... et le centralisme maçonnique jacobin... Elle les accuse donc de "poujadisme" et de connivence avec le "patronat", car elle ne contrôle pas le révolte fiscale venant de la base et non du haut de la pyramide.

 

27/11/2013 – 18H00 Carhaix (Breizh-info.com) - Breizh Impacte a publié son manifeste, véritables cahiers de doléances, qui « appellent tous les Bretons à se rassembler » à Carhaix le 30 novembre, et « à se serrer les coudes pour réclamer le pouvoir et les moyens permettant à la Bretagne de prendre en main son destin ».

 

Le collectif Vivre, Décider et travailler en Bretagne appelle quant à lui à la suppression totale de l’écotaxe – pour l’heure reportée en 2015 –, à un « réel électrochoc de simplification administrative », à la relocalisation des décisions – que celles concernant Rennes ou Nantes soient prises sur place et non à Paris – et à « la fin du dumping social et des distorsions de concurrence insoutenables pour les entreprises ».


Au bas de l’appel nous apprenons que des cahiers de doléance seront distribués aux manifestants par des volontaires de BreizhImpacte afin de collecter des idées « pour construire la Bretagne de demain ». Et conforter le projet de BreizhImpacte, sans doute.


A noter que la première manifestation des Bonnets rouges à Quimper avait réuni près de 30.000 personnes dans une ville où tous les commerces avaient baissé leur rideau en signe d’assentiment et de solidarité. Depuis, la fronde des Bonnets rouges s’est étendue à toute la France, tant contre les bornes écotaxe que les radars mais aussi parmi diverses catégories socio-professionnelles ou strates de la société qui ont enfilé des bonnets de diverses couleurs et sont sortis dans les rues. De fait, le gouvernement a amorcé un demi-recul, puisque la mise en place de l’écotaxe a été repoussée en 2015, tandis que les radars fixes atteints n’ont toujours pas été remplacés.


 

Source: http://www.breizh-info.com/4121/actualite-politique/des-cahiers-de-doleances-seront-proposes-aux-manifestants-carhaix/

 

 

Revendications, défilé, mais aussi musique, chanteurs et stands de restauration. Tel est le programme du rassemblement des «bonnets rouges» qui se tient ce 30 novembre en Bretagne à Carhaix (Finistère), le fief du porte-parole du mouvement, Christian Troadec (DVG), le maire de la commune. Après le succès de la manifestation de Quimper, qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes au début du mois, les organisateurs ont décidé de donner un esprit kermesse à cette nouvelle mobilisation contre l'écotaxe et pour l'emploi en Bretagne. «Toutes les conditions sont réunies pour accueillir les participants en famille», indique d'ailleurs les «bonnets rouges» dans un communiqué.

Après des portiques partis en fumée, des radars endommagés et des échauffourées à Quimper, le collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne, qui est à l'initiative de cette journée, a tout intérêt à éviter les incidents. Et cela même si, selon les organisateurs, ces faits répréhensibles ne sont pas liés aux «bonnets rouges». «À Paris, on déforme notre mouvement», met en garde Claude Rault, responsable du Collectif des transporteurs de Bretagne, qui se déplacera ce samedi sous bonne escorte… Une cinquantaine de camions partira avec lui de Pontivy et rejoindra le lieu du rassemblement.

Pour empêcher tout acte de vandalisme, Christian Troadec a donc choisi ­Kerampuilh, le site des Vieilles Charrues qui accueille chaque année en juillet le festival de musique. Situé en pleine nature, ce lieu qui devrait être occupé de 15 heures à 20 heures a été retenu à dessein, comme l'explique Christian Troadec. «On veut une manifestation calme et pacifique, et les casseurs ne devraient pas venir à un rassemblement organisé hors de la ville», dit-il. Et s'ils venaient quand même, il n'y a rien à casser dans les champs…

«Mais en accueillant chez lui ce deuxième rendez-vous, le maire, figure de proue du mouvement, a personnellement intérêt à ce qu'il n'y ait aucun débordement, car sinon cela rejaillira sur lui», note un observateur. Et les syndicats qui fustigent la démarche «poujadiste» des «bonnets rouges» feraient bien de reprendre en main ce mouvement qui leur échappe depuis le début… Le week-end dernier encore, les quatre manifestations lancées à l'appel de plusieurs organisations syndicales ont moins mobilisé que les «bonnets rouges» à Quimper.

 

[C]omme à Quimper, la foule devrait être hétéroclite: artisans, commerçants, salariés, paysans, pêcheurs, entrepreneurs devraient se rassembler autour des mêmes thèmes: la fin des portiques et la sauvegarde de l'emploi en Bretagne. «N'en déplaise aux syndicats, les ouvriers manifesteront avec les patrons, car le problème commun à tous, c'est le gouvernement», souligne Claude Rault. D'ailleurs, un cortège d'ouvriers partant de la gare de Carhaix à 13 heures rejoindra le site des Vieilles Charrues. «Les syndicats veulent diviser ce mouvement que l'on diabolise volontairement. Mais, s'il est si hétéroclite, c'est parce qu'il représente un peuple qui se soulève», selon un porte-parole, Mathieu Guillemot. À la tête de la fronde depuis le début, le responsable de la FDSEA du Finistère, Thierry Merret, sera aussi présent, emmenant avec lui un cortège de tracteurs qui stationneront autour du site.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/politique/2013/11/29/01002-20131129ARTFIG00521--carhaix-les-bonnets-rouges-veulent-demontrer-que-la-flamme-brule-encore.php

 

Add. 17:26. Le Figaro 17.000 bonnets rouges selon la préfecture

Le rassemblement des Bonnets rouges à Carhaix a réuni "au plus fort 17.000 personnes", assure la préfecture du Finistère.
Les organisateurs annoncent de leur côté plus de 40.000 participants.
15:00 Christian Troadec, le maire de Carhaix et leader des Bonnets rouges, avait invité les Bretons à venir en famille. Il a été écouté. Des parents manifestent avec leurs enfants. C'est le cas de Sophie, exploitante de porc dans la région. "Il faut une décision politique forte pour relancer l'économie. Aujourd'hui nous prenons des décisions liées sans cesse à de lourdes contraintes et non fonction d'une saine gestion. Il faut desserrer l'étau administratif".
Le chômage, l'emploi, le pouvoir d'achat sont les préoccupations essentielles des manifestants sur place. Pour Nelly, opératrice dans l'agro alimentaire, le gouvernement prend des risques à ne pas écouter les Bretons. "On va descendre sur Paris. On y songe de plus en plus" dit-elle en indiquant fièrement avoir été là à tous les rassemblements. "J'ai fait Montauban quand on a voulu s'en prendre au portique, le Pont-de-Buis où un autre portique a été démonté et j'étais à Quimper pour le premier rassemblement". 
Pour Jean-Yves, ce mouvement rassemble comme à Quimper patrons et ouvriers. "Je suis un ancien industriel reconverti dans le camping. La solution viendra de la Bretagne et non de Paris", dit-il en rappelant que ce mouvement échappe aux syndicats et aux partis politique.  
La manifestation se déroule dans le calme. Les stands de restauration sont pris d'assaut par les manifestants.

16:46 "Carhaix-Quimper : 1 à 0!"
 
"35000 à Carhaix! Mieux qu'à Quimper! Carhaix-Quimper: 0 à 1!", a lancé l'un des organisateurs du rassemblement. 
La vaste prairie, qui pour le festival des Vieilles Charrues, est en capacité d'accueillir 30 000 personnes semble pleine à craquer.  " Il faut se resserrer les rangs car d'autres personnes ne peuvent venir sur le site", a déclaré au micro  un membre du collectif  invitant  les manifestants à davantage s'avancer vers l'estrade. 

17:02 Le nom de Hollande hué
Pendant le défilé de discours, le nom de François hollande est à chaque fois hué. Des cartons rouges contre le gouvernement qui ont été distribués aux manifestants sont brandis.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/11/30/20002-20131130LIVWWW00300-en-direct-ecotaxe-les-bonnets-rouges-en-colere-des-routiers-bloquent-les-routes.php

 

. F. Hollande confond les Bonnets rouges avec l'"inversion de la courbe du chômage" d'ici la fin de l'année

. Écotaxe : EN DIRECT. La manifestation des Bonnets rouges samedi 2 novembre à Quimper

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 23:06

http://www.vexilla-galliae.fr/images/novembre2013/changement-regime.jpgAlors que la France va mal, très mal même, le gouvernement a trouvé un ennemi redoutable : le racisme. Selon lui notre pays et les français seraient racistes. La parole aurait été libérée notamment à l'occasion des manifestations qui ont vu le jour lors du « mariage pour tous ».

 

Une petite fille à Angers, lors d'un accueil de la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, a proféré des injures à son encontre, la traitant de « guenon ». L'hebdomadaire « Minute » a fait sa « Une », sur le même genre . On peut déplorer de tels faits et on doit le faire, mais le gouvernement ne récolte que ce qui l'a semé : la haine et la division, alors que son but devrait plutôt être d'unir la France, afin de lutter plus efficacement contre les problèmes de l'heure, que sont le chômage, l'insécurité, le matraquage fiscal...

 

De même, au moment des cérémonies du 11 novembre, le gouvernement s'est offusqué des sifflés et des hués qui ont accompagné le chef de l’État sur les Champs-Elysées, en affirmant que ceux qui l'avaient fait n'avaient aucun respect pour la nation et les valeurs qui l'ont construite. Ne sont-ce pas ces derniers qui en ont une haine farouche, lorsqu'ils la livrent à la technocratie bruxelloise et à l'idéologie des « lumières » ?

 

Il y a quelques temps de cela, j'écrivais ici-même un article intitulé si ma mémoire est bonne : « Le royalisme, entre mémoire et avenir ». J'ai la certitude que la France ne pourra se relever que lorsqu'elle aura renoué avec les principes qui ont fait sa grandeur et son unité ; à savoir la royauté très chrétienne. Notre pays ne peut périr. Tant de saints et de martyrs ont sanctifié cette terre.

 

La république quant à elle ne peut que diviser notre pays. Elle n'a su faire que cela depuis qu'elle a été instituée. Elle ne sait pas servir les intérêts de nos concitoyens, mais les siens propres et ceux qui la servent. C'est un régime de partis et d'oligarques qui ne se soucient en rien du Bien-Commun, tributaire qu'il est de lobbies de toutes sortes. La preuve avec l'épouvantail qu'il brandit ces jours-ci : le racisme. Une fois de plus, pour survivre, il oppose les français les uns contre les autres.

 

Le régime naturel pour la France ne peut qu'être la royauté. Il lui est pour ainsi dire consubstantiel. Notre mission à nous royalistes est d'ouvrir les yeux de nos compatriotes, afin qu'ils se libèrent de l'emprise de la république qui les immole sur l'autel de ses intérêts.

 

Les français doivent savoir également qu'il existe des princes qui n'attendent que leur appel pour voler à leur secours. A ce sujet, le prince Louis, duc d'Anjou, publiera dans quelques mois un livre, intitulé : « Un roi pour la France ? » aux éditions Du Moment. Initialement prévu pour ce mois de novembre, il paraîtra en mai 2014... Encore un peu de patience, donc.

 

Le prince Louis y détaille son programme pour notre pays, sur les plans politique, économique et social. Dans ce livre, il se dit aussi « disponible » si les français l'appellent.

 

Prions afin que ces derniers, lassés d'être menés en bateau par un régime à bout de souffle, écoutent la voix de la raison en se tournant vers l'institution qui a donné les « quarante rois qui ont fait la France ».

 


Jean-François Martot

 

 

Source

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 23:57
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 22:06

 

Printemps français : à Nantes Béatrice Bourges appelle à la RésistancePrintemps français : à Nantes Béatrice Bourges appelle à la Résistance

 

 

 

17/11/2013 – 11H00 Nantes (Breizh-info.com) - Béatrice Bourges, porte-parole du Printemps français, donnait une conférence hier soir à Nantes. Répondant à l’invitation de l’Institut Nantais Historique et Littéraire (IHLN), fondé par Bernard Mallet, de l’association » Les Nantais pour la famille » et du collectif des « Bonnets Rouges du Pays Nantais », plus de 200 personnes, attentives et enthousiastes, s’étaient déplacées pour écouter celle qui fut une des figures de proue de la lutte contre la loi sur le mariage gay. Après une rapide présentation par le responsable de l’IHLN, l’intervenante leur a démontré avec passion et talent pourquoi l’heure de la Résistance est arrivée.

En effet, si la lutte contre la loi Taubira a permis de mobiliser une majorité de français, elle n’est, selon B. Bourges, qu’un élément d’un projet idéologique global à l’œuvre depuis des décennies « qui a pour objectif un nouvel ordre mondial », « pour fabriquer une culture hors sol, hors sexe », « qui veut faire croire à l’homme qu’il n’a pas de limites», « qui réduit l’homme à un individu consommateur- producteur, mondialisé, déraciné ». Ce projet, « qui nie toute la relation verticale de l’homme, est porté par l’actuel gouvernement auquel nous devons adresser et répéter ce message ‘On ne lâchera rien’. »

Pour imposer son modèle de civilisation, estime la porte parole du Printemps français, ce pouvoir devient une dictature en supprimant les libertés fondamentales d’expression, de manifestation, de déplacement, d’éducation de nos enfants mais également en empêchant les citoyens de disposer du fruit de leur travail par une fiscalisation confiscatoire. Elle affirme qu’on ne peut plus « faire confiance à cette autorité » et qu’on doit « dire non à ce qu’elle veut nous imposer », car « on ne doit obéir à la Loi que si elle est juste ».

Notre responsabilité, rappelle-t-elle, est « d’insuffler un esprit d’espérance » et « d’organiser la Résistance ». Chacun doit donc se poser la question de sa place dans ce combat : « Pour défendre ma liberté, celle de mon pays, suis-je prêt à perdre ma réputation aux yeux du monde, mes biens matériels, ma vie ? (…) Chacun y répondra à son niveau et à sa place », affirme Béatrice Bourges, précisant que « chacun est indispensable : les plus vaillants doivent aller chercher les plus faibles car le degré d’une civilisation se mesure à sa capacité à prendre soin des plus fragiles ». Chacun sera « une pierre qui consolide l’édifice ». « C’est ainsi que nous allons gagner! » a-t-elle conclu devant une salle enthousiaste.

Interrogée sur les causes de la division du mouvement LMPT, B. Bourges répondra que, pour elle, « il n’y a pas division, mais diversité et complémentarité ». Elle rappelle qu’elle n’a jamais critiqué quiconque participe à la lutte et que tous y ont leur place « selon leur charisme propre ». A une question sur l’efficacité comparée de la mobilisation LMPT et de celle des Bonnets rouges, elle précisera que le mouvement doit rester non violent mais user de la désobéissance civile. Enfin, à la question « que faire lors des élections ? », elle préconise de rencontrer les candidats pour leur demander de s’engager sur nos revendications et de voter pour ceux qui le feront, y compris les candidats FN.

 

NB : 1°) Les Bonnets rouges du Pays Nantais peuvent être contactés à : » bonnetsrougesnantais@gmail.com »

 

2°) L’Institut Nantais Historique et Littéraire à : » inhlnantes@gmail.com«

 

3°) Béatrice Bouges est l’auteur de « l’homoparentalité en question » aux Editions du Rocher et avec Elizabeth Montfort et Aude Mirkovic de « la théorie du genre au mariage de même sexe » aux Edition peuple libre

 

Source : http://www.breizh-info.com/3649/actualite-societale/printemps-francais-nantes-beatrice-bouges-appelle-la-resistance/

 

 

. Et après la révolte ? Louis XX, Roi de France, réunit les Français, la République les divise !

 . Réunion et solidarité : Comment nous allons gagner

. Béatrice Bourges, en conférence à Nantes le vendredi 15 novembre, évoque la "convergence des luttes" [audio]

. "Mariage" homosexuel : appel à la "désobéissance civile" de Béatrice Bourges

. Le Printemps français est né dimanche 24 mars 2013

. Le Printemps français : "un état d'esprit, une insurrection pacifique, une insurrection des consciences" (Béatrice Bourges devant le Conseil de l’Europe, le 26 juin 2013)

. Appel à la résistance ! Ce message qui se lève

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 23:57

La crise des bonnets rouges est le dernier avertissement: au-delà de cette limite, la démocratie ne sera plus valable.

 

Ce ne serait pas la première fois qu’une révolte fiscale constitue l’étincelle d’une révolution : bien des régimes, dans le monde, se sont effondrés sur de ­soudaines crispations sociales, conséquences de réformes fiscales. Les Etats-Unis d’Amérique sont nés d’une révolte des colons à Boston, en 1773, contre l’alourdissement de la fiscalité sur le thé imposée par le colonisateur anglais. Et c’est une révolte contre un nouvel impôt local, la « poll tax », qui conduisit en 1990 au départ du pouvoir de l’inflexible ­Margaret Thatcher, renversée par son propre parti.

 

 

... Les portiques d’écotaxe rappellent, avec l’électronique en plus, les barrières d’octroi qui conditionnaient l’entrée dans les villes au paiement d’un impôt, et le mode de gestion de cette taxe nouvelle, confiée à une société privée, rappelle le temps des fermiers généraux, personnes privées qui collectaient l’impôt au nom du roi.

 

 

Economie - gauche et droite : une opposition factice pour des résultats identiques

Plus généralement, le pays tout entier souffre depuis plus de vingt ans d’un refus de prise de conscience, par ses élites dirigeantes, politiques et syndicales, des réalités du monde : la chute du mur de Berlin a provoqué une formidable accélération de la concurrence économique, technologique et politique mondiale, exigeant des réformes qu’aucun gouvernement français, ni de gauche ni de droite, n’a osé entreprendre, à la différence de ceux de plusieurs autres pays. Et qu’aucun parti n’a osé proposer : la droite n’a pas voulu réformer de peur d’être battue. Et elle l’a été. La gauche ne veut pas ­réformer, de peur de dissoudre le tissu social, et il se dissout. Même si bien des entreprises, bien des créateurs, bien des chercheurs, bien des fonctionnaires ont compris les enjeux, sans pouvoir imposer qu’on les prenne en compte. Alors, pour survivre, la France, comme d’autres [comme tous les pays sous la férule du FMI... de la FED..., de l'euro... NdCR.], n’a pas trouvé mieux que de s’endetter, et de se crisper sur des rentes.

Tout cela n’a qu’un temps. La réalité finit par se venger. La croissance s’interrompt, ce qui, en France, en raison de la croissance démographique, se traduit par une baisse de pouvoir d’achat des classes moyennes et des plus pauvres. A cela s’ajoutent la hausse continue du coût des logements, de l’énergie, de l’alimentation, et celle des prélèvements sociaux et des impôts, qui touche en priorité les ­salariés des classes moyennes, les professions libérales, les entrepreneurs, les artisans et les agriculteurs. En sont relativement protégés les plus pauvres, qui n’ont pas les moyens de payer d’impôt, et les plus riches, qui ont les moyens de ne pas le payer.


La situation devient alors intenable. Faute de croissance, les recettes fiscales baissent, les faillites d’entreprises se multiplient, les plans sociaux se généralisent. En conséquence, les demandes, justifiées, de subventions augmentent, qu’il faut ­financer par de nouvelles hausses ­d’impôts, entraînant une nouvelle baisse de la production. Nourrissant le sentiment qu’aucun effort ne permettra d’en sortir.

 


Tout cela conduit à trois mouvements contradictoires. Les forces les plus dynamiques du pays, parce qu’elles sont riches et sans contraintes, ou parce qu’elles sont jeunes et sans attache, choisissent l’exil, pour chercher ailleurs ce que la France ne leur offre plus, c’est-à-dire la perspective d’un avenir meilleur. D’autres choisissent de rejoindre les partis les plus extrémistes, convaincus qu’on a essayé tout le reste et que seuls les ­extrêmes n’ont pas encore été mis en situation de faire la preuve de la validité de leurs programmes. D’autres enfin choisissent la désobéissance : ils ne paient plus l’impôt ; ils travaillent le dimanche, même quand c’est interdit ; et, dans certains cas, de plus en plus nombreux, rejoignent les rangs du marché noir et de la criminalité.

 

 

La crise des bonnets rouges est le dernier avertissement : au-delà de cette limite, la démocratie ne sera plus valable.

 


 

Source: http://www.parismatch.com/Actu/Societe/La-France-grogne-536629

via https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=560495134026023&id=545299165545620

 

 

 

. Le vrai bilan de la république dite "libre & égale"

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 23:17

Extrait d'une tribune de Charles de Bourbon-Parme sur Vexilla Galliae :

 

 

[...] Le 11 novembre est le jour des soldats tombés pour la France, non pas seulement en 14-18, mais durant toutes ses guerres. Mon regard se tourne ainsi vers le passé de la patrie, et je songe à ceux qui, humbles ou grands, ont versé le sang, à Vouillé, à Roncevaux, à Poitiers, à Azincourt, à Marignan, à Rocroi, à Denain, à Fontenoy, à Valmy, à Austerlitz, à Waterloo, à Magenta, à Sedan, sur la Marne, à Verdun, à Dunkerque, en Indochine, en Algérie, au Liban et en Afghanistan. Je pense à ceux que la mort a laissé de côté et que les Français ont oublié, les grands invalides de guerre, qui mériteraient bien, eux aussi, sur leur tombe, la mention "mort pour la France". Je pense à ceux qui ont lié leur destin à ces soldats, leurs épouses et leurs enfants, mais aussi les parents qui donnèrent leurs fils, les simples Français qui donnèrent leur or, ces femmes courageuses qui se firent infirmières dans les hôpitaux de campagne.

 

Mon coeur et mon intelligence se tournent vers eux et leurs descendants.

 

 

Je suis dans la peine et l'énervement lorsque j'entends le Président de la République et les membres de son gouvernement nous parler de ces morts glorieux, nous parler de patriotisme, et notamment ces dernières années de patriotisme économique, alors qu'ils n'ont jamais cessé de minorer le courage des combattants, de dévaloriser les notions de patrie et de nation, de ridiculiser ceux qui les défendaient, de traîner dans la boue les hommes de courage et de passer sous silence l'histoire de la France non plus seulement avant 1789, mais avant 1945. Je refuse à de tels personnages le droit de me parler de la patrie et encore plus de m'appeler au patriotisme, alors qu'ils en sont eux-mêmes les fossoyeurs.

Ils invoquent la nation quand elle leur est utile, après l'avoir déchirée. Ils se trouvent bien sots devant l'inutilité de leur appel. Alors je pense à Bossuet, qui écrivait : "Dieu se rit des hommes qui se lamentent des maux dont ils sont la cause".

Mais laissons ces tristes sires de côté et retrouvons-nous ensemble pour penser à ceux qui donnèrent tout pour que nous vivions dans la paix et la prospérité. Notre douceur de vivre est le témoignage de l'utilité et de l'efficacité toujours actuelle de leur sacrifice.

A eux je dis : merci ! A nous je dis : soyons dignes !

 

Charles de Bourbon-Parme

 

Source: http://www.vexilla-galliae.fr/points-de-vue/editoriaux/556-les-morts-pour-la-france-acteurs-de-notre-present

 

 

. F. Hollande lance les commémorations du centenaire de la Ière guerre mondiale

. Affaire du 11 novembre 2013 : F. Hollande incarne-t-il vraiment la France ?

. Manuel Valls : « Historiquement, c'est la gauche qui a inventé la nation, en 1789 » (M. Valls, le 8 octobre 2013)

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 23:11

Les agriculteurs lancent un ultimatum au gouvernement : le ministre de l'agriculture doit démissionner "pour incompétence notoire". Ils appellent à bloquer Paris jeudi 21 novembre.

 

 

Les agriculteurs d'Ile-de-France appellent à un «blocus» de Paris jeudi pour exprimer leur « ras-le-bol d'une sur-fiscalisation », ont-ils annoncé ce lundi. Ils promettent des rassemblements sur tous les axes routiers menant à Paris.

 

 

Après les bonnets rouges, les routiers et les ambulanciers, les agriculteurs manifestent contre le matraquage fiscal. Les syndicats agricoles d'Ile-de-France, FDSEA et JA, ont annoncé aujourd'hui qu'ils appelaient leurs adhérents à la « mobilisation générale pour un blocus de Paris » jeudi 21 novembre pour exprimer leur « ras-le-bol d'une sur-fiscalisation ». Dans un communiqué, la fédération départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles d'Ile de France (FDSEA) et les Jeunes Agriculteurs prévoient « des rassemblements sur tous les axes routiers menant à Paris pour faire entendre la voix d'une agriculture aujourd'hui sacrifiée ».

 


Ils protestent contre « un matraquage tous azimuts, des réglementations environnementales toujours plus exigeantes, des contrôles toujours plus nombreux, des contraintes règlementaires de plus en plus fortes » ainsi que les augmentations de TVA et l'écotaxe - suspendue sine die mais que le gouvernement ne veut pas supprimer. « La +FOLL+ journée du jeudi 21 novembre n'est plus un avertissement lancé au Ministre de l'agriculture, mais un ultimatum » préviennent-ils en jouant sur le patronyme de Stéphane Le Foll, "ministre de l'agriculture et de l'agroalimentaire" dont ils demandent « la démission pour incompétence notoire ».

 

 

Source: http://www.rmc.fr/info/543153/agriculteurs-appellent-a-bloquer-paris-jeudi/

via https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=561058957302974&id=545299165545620

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 23:09
Les frères la truelle Ayrault et Hollande vont manquer de plâtre !
Photo : La date de la révolte approche !!! Rejoignez nous #revoltefiscalehttps://www.facebook.com/pages/La-révolte-fiscale-cest-maintenant/545299165545620

 

Source image : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=560960457312824&set=a.549128598496010.1073741827.545299165545620&type=1

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 17:02

La Manif pour tous fédère les mécontentements, élargit le champ des luttes, à "l'asphyxie fiscale de la famille" (quotient familial, tva sur les transports, tva sur les produits de consommation courante, défiscaliser les heures supplémentaires sur les salaires les plus modestes) et à la "refonte des temps d'activités périscolaires (TAP) à l'école".

 

HALTE à l’asphyxie fiscale de la famille


REFONTE des Temps d'Activités Périscolaires (TAP) à l'école

 

 

 

Paris, le 16 novembre 2013

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

 

MOBILISATION GENERALE

 

CONTRE LA POLITIQUE FAMILIPHOBE DU GOUVERNEMENT

 

 

 

 

 

Un an jour pour jour après ses premières mobilisations,

 

La Manif Pour Tous lance de nouvelles manifestations

 

contre les projets familiphobes du gouvernement.

 

Premier rendez-vous : samedi 23 novembre à Nantes !

 

 

 

Après avoir interpelé le gouvernement début novembre sur 5 revendications majeures concernant les familles, La Manif Pour Tous constate que le Pouvoir refuse de l’entendre. Conséquence : La Manif Pour lance de nouvelles manifestations régionales dès le 23 novembre. Tous les Français et tous les mouvements sont invités à se joindre à cette mobilisation contre les projets délétères du gouvernement.

 

 

 

"Il n'y aura pas de retour sur la réforme des rythmes scolaires." La déclaration du ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon, est une fin de non recevoir sur la demande de La Manif Pour Tous d’obtenir une refonte de la réforme et des Temps d’Activité Périscolaires (TAP). 7 Français sur 10 se déclarent pourtant favorable à l’annulation ou au report de la réforme des rythmes scolaires (sondage BVA / I-Télé publié aujourd’hui). Dans le même temps, la ministre déléguée à la famille, Dominique Bertinotti laisse la porte ouverte à la libéralisation de la PMA (Procréation Médicalement Assistée) aux couples de femmes et aux célibataires. Face à ces actes de mépris vis à vis des revendications des familles, La Manif Pour Tous lance une nouvelle campagne de mobilisation :

 

« Familles attaquées = société en danger ! Halte à la familiphobie ! »

 

« Nous ne sommes pas écoutés par le gouvernement qui reste sourd aux revendications des familles. Nous allons donc reprendre le chemin de la rue » explique Ludovine, Présidente de La Manif Pour Tous. Des manifestations auront donc lieu en régions, dès le 23 novembre à Nantes, le 8 décembre en Ile-de-France, etc. « Et nous sommes prêts à remonter à Paris pour une manifestation nationale s’il le faut. Nous ne laisserons pas la voix des familles crier dans le désert » poursuite-elle.

 

Tous les Français, partis, syndicats, organisations qui rejoignent l’une ou l’autre de ces revendications sont invités à manifester avec La Manif Pour Tous contre la politique du gouvernement.

 

Les 5 revendications immédiates de La Manif Pour Tous sont :

 

1/ ENGAGEMENTS solennels :

 

 

 

de ne pas libéraliser la PMA (Procréation Médicament Assistée) pour les couples de femmes et les célibataires et ce, quel que soit l’avis du CCNE modifié de façon scandaleuse.

 

d’interdire définitivement la GPA (Gestation - ou Grossesse - Pour Autrui, c’est à dire les mères porteuses), pratique qui exploite le corps de la femme et fait des orphelins biologiques.

 

 

 

2/ HALTE à l’asphyxie fiscale de la famille.

 

La Manif Pour Tous demande au gouvernement de :

 

revenir sur le plafonnement du quotient familial ;

 

renoncer à la suppression de la demi-part fiscale prévue pour tout parent ayant élevé seul un enfant ;

 

renoncer à la fiscalisation des majorations de pension pour avoir élevé 3 enfants ou plus ;

 

tenir son engagement sur la baisse de la TVA sur les produits de consommation courante ;

 

ne pas augmenter la TVA sur les transports ;

 

défiscaliser les heures supplémentaires sur les salaires les plus modestes.

 

 

 

3/ ABANDON du projet de réforme du congé parental.

 

En l’état, ce projet liberticide reviendrait de fait à réduire de six mois la durée de ce congé. Que feront les parents de leur enfant compte tenu de la pénurie de solutions d’accueil ?

 

 

 

4/ REFONTE des Temps d'Activités Périscolaires (TAP) à l'école.On ne peut refonder l'école sur des Projets Educatifs Territoriaux (TEPT) qui se substituent à la liberté et au contrôle des parents sur le choix des activités hors enseignement et qui ouvrent la possibilité à des associations militantes de promouvoir l’identité de genre auprès des enfants.

 

 

 

5/ RENONCER, dans la future loi famille, à la création d’un statut du beau-parent, à la création d’une pré-majorité, à laquelle s’oppose une très large majorité de Français* et à toute remise en cause de l’adoption plénière pour les couples hétérosexuels. La fausse bonne idée du statut du beau-parent affaiblirait le lien parents/enfant et le rôle de premiers et principaux éducateurs du père et de la mère. D’autres réponses peuvent être apportées pour améliorer le quotidien des familles concernées.

 

* 82% des Français sont opposé à un statut de pré-majorité selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest France publié le 28 septembre 2013

 

 

 

 

Source: http://www.lamanifpourtous.fr/fr/toutes-les-actualites/929-mobilisation-generale-contre-la-politique-familiphobe-du-gouvernement

 

 

. Convergence des luttes, coagulation, fédération des mécontentements, réunion et solidarité ! La division n'est plus de mise, laissons ça aux collabos !

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 16:19

Mobilisation nationale du transport routier le 16 novembre 2013 !

Retrouvez tous les contacts locaux pour les manifestations organisées sur le terrain par l'OTRE en cliquant sur le lien suivant : http://www.otre.org/actionspolitiques.php?focus=66

Bonne manifestation à tous, dans le respect des personnes et des biens, mais faisons-nous entendre !!!!

 

Photo : Mobilisation nationale du transport routier le 16 novembre 2013 !Retrouvez tous les contacts locaux pour les manifestations organisées sur le terrain par l'OTRE en cliquant sur le lien suivant : http://www.otre.org/actionspolitiques.php?focus=66Bonne manifestation à tous, dans le respect des personnes et des biens, mais faisons-nous entendre !!!!

 

Tract :

 

LES PME DU TRANSPORT ROUTIER SONT EN DANGER

 

Suppression de l'écotaxe Ecomouv' :

 

Il est scandaleux qu'une entreprise privée collecte un impôt et se rémunère 250 millions d'euros sur 1,2 milliards récoltés via les entreprises de transport routier. Elles contribuent déjà à hauteur de plus de 30 milliards d'euros au budget de l'Etat.

La profession du transport routier demande la suppression de l'écotaxe Ecomouv' :

 

- l'écotaxe Ecomouv' fragilise les PME du transport routier et met en péril des milliers d'emplois locaux.


- l'écotaxe Ecomouv' contribue à la baisse de votre pouvoir d'achat en augmentant le prix de vente des produits, et plus particulièrement ceux fabriqués en France.


- l'écotaxe Ecomouv' favorise les entreprises de transport étrangères au détriment des entreprises françaises. Elle favorise le dumping social !


- Ecotaxe-Ecomouv' + dumping social = mort des PME françaises et des emplois locaux.

 

  QUI VOUS LIVRERA DEMAIN ?

 

 

Source: http://www.otre.org/actionspolitiques.php?focus=66

via https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=559260324149504&id=545299165545620

 

 

. Jour de colère le 26 janvier à Paris

. Le vrai bilan de la république dite "libre & égale"

. Ecotaxe : quand Benetton et Goldman Sachs collectent l’impôt "français"

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 12:49

 

 

 

 

Photo : Pause exaspération...

Nous avons vu hier qu'il y a un an, Bercy tablait sur des recettes fiscales de quasiment 300 milliards en 2013 et que ces recettes s’établiront finalement à 287,8 milliards d’euros en 2013, selon les nouvelles prévisions du gouvernement. Soit un trou qui dépasse allègrement les 10 milliards d’euros ! La Cour des Comptes n’a trouvé aucune raison à ce manquement.... Pourtant, l'explication est simple : les gens disent " NON! ça suffit!" à ce gouvernement d'autistes qui ne veut rien entendre !

 

Les Français sont en train d'arrêter de consommer, les gens travaillent moins pour ne pas passer dans une tranche d'impôt sur le revenu supérieure..., et la jeunesse fait sécession ! Pendant ce temps,  F. Hollande maintient "le cap" et la "stratégie du gouvernement" !

 

Pour l'exercice budgétaire 2014, Nicolas Doze explique sur BFM-TV hier 14 novembre qu'il y a un manque à gagner de recettes fiscales pour l'Etat de 11 milliards d'euros. La pression fiscale est si forte qu'un certain nombre de professions indépendantes vont moins travailler pour ne pas payer plus d'impôts.Trop d'impôt tue l'impôt et certains ne veulent pas engraisser d'avantage d'État obèse.

 

Source: http://www.youtube.com/watch?v=kMZH59QVyG4

via https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=559162800825923&id=545299165545620

 

Exemple : Overdose fiscale et grève des impôts en travaillant moins

 

 

 

Face à l'overdose fiscale, certains décident de moins travailler et prennent des vacances fiscales.
L'exemple de Faraj Chemsi, ce chirurgien dentiste que trop d'impôt incite à lever le pied, vérifiant le principe que trop d'impôt tue l'impôt.

 

Source: http://www.youtube.com/watch?v=0qKpJaLNUhk

 

 

 

. Croissance de - 0,1% : Nicolas Doze avertit : « Il ne faudrait pas que les recettes de TVA continuent à décliner »...

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 12:05

La jeunesse applique déjà la solution à la russe pour tous et fait sécession en fuyant les institutions de l'oligarchie. Deux tiers de la jeunesse veut s'expatrier... 80% ne souhaitent pas s'engager dans un mouvement politique ou un syndicat ! Le fossé entre les élites oligarchiques et le peuple réel se creuse toujours plus, mais F. Hollande maintient "le cap" et la "stratégie du gouvernement" !


 

 

Plus d’un tiers des 18-34 ans veut s’expatrier (sondage Opinion Way pour le Figaro Etudiant et France TV)

 

Plus de deux tiers des jeunes estiment que la société de demain ne leur permettra pas de réaliser leurs rêves, révèle un sondage Opinion Way (*) pour le Figaro Etudiant et France TV à l’occasion des Rencontres capitales, un ensemble de débats autour de la société de demain, qui se tiennent à Marseille jusqu’au 16 novembre.

 

 

À la question, «pensez-vous que la société de demain vous permettra de réaliser vos rêves», ils sont plus des deux tiers, à répondre par la négative. À l’instar de Chloe, 23 ans, en IUT de gestion urbaine, qui avoue «je n’ai pas confiance en l’avenir. Même en faisant des études, on n’est plus sûr de rien… J’espère pouvoir avoir un job qui me plaise, mais j’ai peur que ce ne soit pas le cas. Je ne crois pas que les jeunes pensent à réaliser leurs rêves en ce moment, ils veulent avant tout sécuriser leur avenir». Signe du pessimisme ambiant, 14% des jeunes de 18 à 35 ans se montrent très négatifs et indiquent en réponse à la question citée «Non pas tu tout».

 

[...] Face à une société de demain peu encourageante, la solution des jeunes est claire: le départ. Ils sont plus d’un tiers à souhaiter s’installer à l’étranger. Un chiffre confirmé dans la pratique par la Conférence des Grandes Écoles, qui indique qu’un quart des jeunes diplômés obtiennent leur premier poste à l’international. A l’ESCP-Europe, le chiffre atteint même...44%.

 

Plus alarmant, selon le sondage d’Opinion way, parmi les candidats au départ, quelque 41% envisage de s’installer définitivement hors de France. Comme Aude, 22 ans, étudiante en droit des affaires à Paris qui dit «souhaiter s’installer définitivement à l’étranger si un emploi s’offre à elle après un second master hors de France». Mais ce souhait est corrélé avec l’âge. Si la moitié des étudiants veut partir à l’étranger, mais ils ne sont plus que 31% de 25 à 29 ans et 22% de 29 à 34 ans. «Les ruptures de vie comme l’installation en couple, l’achat d’un premier appartement et l’arrivée du premier enfant diminue ce désir de départ et semble ancrer les jeunes actifs en France», note Pauline Misset.


[...] Dernier élément de l’étude, on y note plus que jamais une défiance vis à vis de l’engagement politique et syndical. Ils sont ainsi 80% à ne pas souhaiter dans les années à venir s’engager dans un mouvement politique, ni dans un syndicat. Et même plus de 40% à répondre: «Certainement pas». Seul engagement qui trouve grâce à leurs yeux, l’engagement associatif. Désenchantés peut-être, mais pas totalement défaitistes…

 

(*) Sondage réalisé du 7 au 12 novembre 2013 sur un échantillon représentatif de 505 jeunes âgés de 18 à 34 ans constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socio-professionnelle après stratification par région.

 

 

Source: http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/plus-d-un-tiers-des-18-34-ans-veut-s-expatrier-3416/

 

 

Pour aller plus loin :

 

. La solution à la russe pour tous !

. Faire sécession

. Les Sacrifiés - Film de soutien d'1 minute 51 aux entreprises de proximité

. La mafia syndicale 

. Vous travaillez toujours plus pour l’État que pour vous : 53% des revenus moyens d'un Français vont dans la poche de l'Etat

. Les salariés français travaillent jusqu'au 26 juillet pour financer les dépenses publiques : le taux des prélèvements obligatoires atteint 56,6%

. Jeunesse trahie : La Jeunesse, grande perdante de la "soi-disant" réforme des retraites du président Hollande

. Régression sociale pour tous : Rejetée au Sénat, la pseudo "réforme" des retraites sera quand même votée à l'Assemblée nationale

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 09:13

 

http://www.michelledastier.com/images/sc%C3%A8nes%20de%20la%20vie/evolutionnisme-porc-textes.jpg

 

Les collaborateurs de la Garde des Sceaux recevraient chaque jour dans leurs courriers, cercueils miniatures et lettres d'insultes. Les attaques racistes contre Chritiane Taubira ne sont que les conséquences d'une société qui réagit violemment à une agression qui vient d'abord de l'Etat avec le soit-disant "mariage" homosexuel. Probablement pas un simple racisme contre elle.

 

La fameuse phrase "la guenon mange ta banane" criée par des enfants n'est pas si incohérente que ça puisque si l'homme descend du singe comme l'enseigne l'éducation dite "nationale", Christiane Taubira en toute cohérence... devrait être fière de ses origines ! Pour les Chrétiens qui croient que l'homme a été créé à l'image de Dieu, dire que l'homme descend du singe est une insulte et un blasphème. Mais pour Taubira, Peillon et consorts, la comparaison avec une guenon ne devrait pas leur poser de problème. C'est tous les ministres, indifféremment de leur couleur de peau, qui devraient être comparés à des singes ou à des porcs vu leur politique animalisante, leur loi volontariste de déconstruction de la famille, qualifiée de "réforme de civilisation" par Christiane Taubira.

 

La première violence ne vient-elle pas du gouvernement qui traite les enfants comme des chiens abandonnés qu'on peut adopter à sa convenance (via une fabrication d'orphelins par la loi ) ? Il ne faut donc pas que la ministre s'étonne ensuite de la violence des réactions ! 

 

En réalité, Taubira se moque de ces insultes, on pourrait presque dire qu'elle les appelle de ses voeux tant elle s'en sert comme levier pour diviser la société et la cliver entre racistes et antiracistes, donner de l'air à son parti politique, lui donner de l'oxygène au moment où les socialistes sont en passe d'être asphyxiés sous le poids de leur intransigeance fiscale et de leur fanatisme dogmatique anti-famille avec le soit-disant "mariage" gay, faire diversion sur les autres problèmes bien plus sérieux (chômage, crise de l'euro, crise de l'identité, insécurité, impôts...)


 

 

 

Source video: http://video.lefigaro.fr/figaro/video/taubira-sa-nouvelle-vie-sous-haute-protection/2840004063001/

 

 

. "La Volonté générale ne pouvait que finir par vouloir changer toutes les lois, aujourd'hui la loi naturelle, demain peut-être les lois de la gravitation universelle" (Jean-Claude Martinez)

. «Mariage» homosexuel : La décision du Conseil constitutionnel ou l'immixtion du spirituel maçonnique dans les affaires temporelles

. "La Révolution n'est pas terminée" (Vincent Peillon) : la femme à travers les siècles !

Partager cet article
Repost0