Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 18:55
Info évènement non vérifiée (via le Forum catholique)
 
"Le livre noir de la révolution française va paraître aux éditions du Cerf avec une bonne vingtaine de signatures: Leroy Ladurie, Chaunu, Viguerie, Tulard, Sévillia, Petifils, Pichot Bravard etc.

A ma connaissance, il s'agit du premier grand ouvrage réunissant autant de signatures et critiquant la révolution française. Parution prévue: octobre ou novembre de cette année."
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 17:23
Via le Blog d'Hervé Ryssen un copier coller intéressant sur le judaïsme et le talmud

Israel Shahak est l’auteur d’un livre intitulé Jewish History, Jewish Religion qui a été publié initialement à Londres en 1994.
L’ouvrage est paru en France en 1996 aux éditions de la Vieille Taupe. 

... Israël Shahak est un des nombreux "rescapés de l'Holocauste". Né à Varsovie en 1933, il passe son enfance au camp de Bergen-Belsen. En 1945, il émigre en Israël et sert dans l'armée juive Tsahal. Militant des droits de l'homme, il collabore au journal Haaretz et s'attaque à l'obscurantisme religieux juif et à son influence dans la vie politique de l'Etat colonial d'Israël. Juif et "israélien", il est donc ethniquement irréprochable et politiquement correct.
Tout commence en 1965, lorsque Shahak est témoin d'un incident qui le marquera profondément. Dans un quartier de Jérusalem un non-juif (goy) s'effondre brusquement, victime semble-t-il d'une crise cardiaque. Prié de mettre son téléphone à disposition pour appeler une ambulance, un juif religieux refuse, en invoquant la Halakha qui lui interdit de sauver un non-juif le jour du Sabbat. Shahak interroge peu après les membres de la Cour rabbinique de Jérusalem; ces membres sont nommés par l'Etat d'Israël. Ceux-ci répondent que la personne qui a refusé l'usage de son téléphone a agi conformément aux lois religieuses et ils se réfèrent à l'abrégé des lois talmudiques. Finalement les autorités rabbiniques tant en Israël que dans la diaspora n'ont jamais fait machine arrière et ont toujours refusé de modifier ou de supprimer la moindre prescription sabbatique. Il est donc interdit à un juif de profaner le jour du Sabbat pour sauver un non-juif [c'était déjà un des reproches de Notre Seigneur Jésus-Christ aux Juifs pharisiens il y a 2000 ans qui lui reprochaient d'avoir guéri un malade le jour du sabbat... Notre Seigneur leur répondit - de mémoire - : "quel est celui d'entre-vous qui ne sauvera pas sa vache tombée dans un trou le jour du sabbat?"...] Par contre la violation du Sabbat est permise pour sauver un juif. Dérouté et scandalisé par cette discrimination raciste, Shahak se met à étudier les lois talmudiques. Il nous livre le fruit de trente ans de recherches et d'un demi-siècle de vie dans la Terre promise.
 

De la Déclaration Balfour qui promettait aux sionistes "l'établissement d'un foyer national juif sans porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non-juives établies en Palestine" -- donc un état pluraliste -- on en est arrivé à la consolidation d'un Etat dont les lois et règlements sont fortement imprégnés de l'idéologie des rabbins orthodoxes, expansionniste (le Grand Israël) et pratiquant l'apartheid et la xénophobie. Shahak découvre qu'il y a deux catégories de citoyens: les juifs et les non-juifs (Druzes et Arabes), ces derniers ne jouissant ni du droit de résidence, ni du droit au travail, ni de l'égalité devant la loi. Le lecteur français remarquera que les représentants du peuple élu qui se plaignent d'avoir eu leurs papiers estampillés de la mention "juif" sous Vichy et en Union soviétique imposent à présent en Israël des cartes d'identité où ne figure jamais la nationalité israélienne mais la mention soit "Juif", soit "Arabe", soit "Druze". Le critère est donc racial ou ethnique. "Toutes les requêtes introduites auprès du ministère de l'intérieur en Israël pour supprimer ces mentions discriminatoires et y substituer l'indication de la nationalité israélienne ont été vaines". En Israël, les juifs constituent donc bien une catégorie de citoyens privilégiés [ce qui est parfaitement normal, ndle] et la source de ces dispositions juridiques en est le Talmud, qui imprègne la vie sociale et même les relations diplomatiques.

... Shahak précise que les expropriations et expulsions n'ont été rendues possibles qu'en prenant appui sur la Halakha (ensemble des lois religieuses écrites qui inspirent les lois israéliennes) qui interdit aux juifs de vendre un bien immobilier à un non-juif. La location d'un immeuble à un goy est cependant permise à condition que cet immeuble ne serve pas d'habitation mais de magasin ou d'entrepôt. Il est interdit de louer aux Gentils plus de deux maisons contiguës. Selon les préceptes de Maïmonide, le séjour temporaire d'un étranger n'est autorisé qu'à condition qu'il satisfasse aux sept préceptes noachides. Tout est cependant une question de rapport de forces. Si les juifs sont assez puissants, le devoir religieux est d'expulser les Gentils, en l'occurrence les Palestiniens. Le Talmud réitère à leur endroit les exhortations à l'extermination contenues dans la Thora à l'égard des Cananéens et des Amalécites (Deut 20 13 , Deut 25 , Josué 6 2, Josué 8 24-25, etc.). Ces génocides bibliques, souligne Shahak, sont invoqués par les rabbins actuels pour justifier les nombreux massacres de populations arabes par les Israéliens (Deir Yassin, Quneitra, etc.).

Conformément au judaïsme, le meurtre d'un juif est un crime capital et l'un des trois péchés abominables avec l'idolâtrie et l'adultère. Mais tout change lorsque la victime est un goy. Le juif qui tue un goy se rend coupable d'un péché contre "La Loi divine" uniquement, non punissable par un tribunal. Le juif qui cause indirectement la mort d'un goy ne se rend coupable d'aucun péché. (En Israël, l'objection de conscience est interdite). D'après la juridiction juive, un goy meurtrier doit être exécuté, que la victime soit juive ou non. Cependant, si la victime est un goy et le meurtrier juif ou converti au judaïsme, ce dernier n'est pas puni. En 1973, révèle Shahak, le Commandement de la Région centrale de l'armée israélienne distribue aux soldats une brochure qui mentionne: "Lorsque nos forces rencontrent des civils en temps de guerre ou lors d'une poursuite ou d'un raid, tant qu'il n'y a aucune certitude que ces civils sont dans l'impossibilité de nuire à nos troupes, alors, conformément à la Halakha, ils peuvent et doivent être tués. En aucun cas on ne peut se fier à un Arabe, même s'il donne l'impression d'être civilisé. En temps de guerre, nos troupes donnant l'assaut sont non seulement autorisées mais tenues par la Halakha de tuer même les civils paisibles, c'est-à-dire les civils paisibles en apparence". La brochure a été retirée depuis mais il n'empêche que ceux qui la mettent en pratique ne sont jamais punis. Dans tous les cas où les juifs ont assassiné des Arabes non-combattants dans un contexte militaire ou paramilitaire, comme celui de Kafr Qasim en 1956, un massacre en masse, les meurtriers ont été libérés immédiatement ou ont reçu des peines extrêmement légères ou encore ont bénéficié de remises de peine qui ont réduit leur condamnation à presque rien. Shmu'el Lahis, responsable du massacre de cinquante ou soixante-quinze paysans arabes emprisonnés dans une mosquée après l'occupation de leur village par l'armée israélienne pendant la guerre de 1948-49, a bénéficié d'une amnistie complète grâce à l'intercession de Ben-Gourion. Le personnage devint un juriste réputé et, en 1970, fut nommé directeur général de l'Agence juive (Bureau exécutif du mouvement sioniste). En 1978, les faits concernant son passé ont été discutés dans la presse israélienne, mais aucune autorité rabbinique n'a contesté son amnistie ni l'opportunité de sa nomination.
De nombreux terroristes sionistes accédèrent au poste de ministre ou de premier ministre: Itzhak Shamir, organisateur de l'assassinat de Lord Moyne et du comte Folke Bernadotte, Menaghem Begin, Moshe Dayan, Itzhak Rabin, Levi Eskhol, tous responsables du massacre de centaines de Palestiniens. Selon le Talmud, un Gentil tombé dans un puits ne peut être secouru. Cependant, il ne peut y être jeté volontairement. Le précepte fameux "Tuez le meilleur des Gentils" n'est valable qu'en temps de guerre. Cette haine des Gentils, qui est d'origine talmudique, a toujours été occultée par les media mais, précise Shahak, depuis la Guerre des Six jours (1967), ces préceptes inhumains ont été invoqués à la télévision israélienne par les colons juifs exploitant le travail des Arabes et particulièrement celui des enfants. Les chefs religieux du Gush Emunim ont à leur tour invoqué ces commandements pour justifier l'assassinat de maires palestiniens. Selon eux, les prescriptions divines leur enjoignent d'expulser les Arabes de Palestine. De nombreux sionistes rejettent ces positions mais leur argumentation est opportuniste et non fondée sur l'éthique. Par exemple, ils soutiennent que l'exploitation et l'oppression des Palestiniens tend à corrompre la société israélienne; que l'expulsion des Palestiniens est irréalisable dans les conditions politiques qui prévalent ou encore que la politique de terreur tend à isoler diplomatiquement Israël et à le mettre au ban des nations. Cependant, tous les sionistes, et en particulier les sionistes de gauche, partagent les vues du judaïsme strict.


Mariage et relations sexuelles
Puisque "la chair des goyim est semblable à celle des ânes et que leur rut est comme celui des étalons", (Ezéchiel 23 20) les relations sexuelles d'un juif marié avec une goya ne sont pas de l'adultère mais de la bestialité. Selon Maïmonide, toute femme non-juive est considérée comme non purifiée de ses menstrues, esclave, païenne et prostituée (niddah, shiftah, goyah, zonah). Par conversion elle perd les trois premières marques mais reste toujours zonah (prostituée) pour le restant de ses jours. Pour une femme, la conversion au judaïsme est assortie de conditions humiliantes: inspection corporelle par trois rabbins après avoir été dénudée lors d'un bain de purification. On imagine les hurlements médiatiques si l'église catholique se permettait le moindre projet en ce sens. Selon l'Encyclopédie talmudique, le juif qui a des rapports charnels avec la femme d'un Gentil ne mérite pas la peine de mort. Selon ce qui est écrit: "La femme de ton prochain et non la femme de l'étranger" et le précepte selon lequel "un homme restera fidèle à sa femme" qui est adressé aux Gentils ne s'applique pas au juif parce qu'aux yeux de la Loi il n'y a pas de mariage valide entre les Gentils. Cette interdiction ne s'adresse donc pas au juif. Cela ne veut pas dire que les rapports sexuels entre un juif et une goya sont permis, bien au contraire. Mais la punition principale est infligée à la goya et doit être exécutée même si celle-ci a été violée par le juif. Lorsqu'un juif a un coït avec une goya, cette dernière, qu'elle soit une enfant de trois ans ou une adulte, qu'elle soit mariée ou non, et même si elle est une mineure âgée seulement de neuf ans et un jour, par le fait même qu'elle a eu un coït "volontaire" doit être tuée, comme c'est le cas pour une bête, simplement parce qu'elle a occasionné des ennuis au juif. Cependant celui-ci doit être fouetté et, s'il est un Kohen (membre de la tribu des prêtres), il doit recevoir deux fois plus de coups de fouet parce qu'un Kohen ne peut avoir de rapports sexuels avec une prostituée et toute femme non-juive est présumée être une prostituée.

Il est bien entendu qu'un juif ne peut épouser une non-juive. Les mariages mixtes sont une abomination pour les rabbins. Il est interdit aux descendants mâles des Kohanim (prêtres) d'épouser des divorcées. Les mariages célébrés par des autorités civiles en dehors d'Israël, forcément, sont déclarés invalides. Précisons qu'en Israël le mariage est religieux et les registres sont tenus par la Synagogue. Qu'en pensent les philosémites laïcards qui baisent les tsitsith (franges) du Grand rabbin Ouaknin de Marseille? "Les enfants nés de mariages invalides sont déclarés illégitimes par les rabbins. Les rabbins libéraux ne sont pas autorisés à célébrer les mariages en Israël. Le divorce est interdit à la femme, sauf si elle obtient le consentement écrit de son mari. La veuve doit obtenir l'autorisation de son beau-frère pour se remarier. Elle peut être amenée à abandonner une partie de son héritage à son beau-frère pour qu'il ne fasse pas usage de son droit de lévirat. Si elle est mineure, la veuve peut devoir attendre jusqu'à sa majorité pour se remarier. Les enfants nés de relations avec une femme mariée ou d'un mariage civil hors Israël sont considérés comme bâtards et, ayant atteint l'âge adulte, ne sont pas autorisés à se marier selon la loi israélienne."

Droit Le Livre de l'Education paru au XIVème siècle en Espagne expose les 613 préceptes religieux du judaïsme. Précisons que cet ouvrage très populaire, paru à de nombreuses reprises dans des éditions bon marché, est subsidié par le gouvernement israélien. C'est ainsi que le juif religieux apprend depuis sa plus tendre enfance au cours de Talmud-Tora que les non-juifs sont comparables aux chiens. Béatrice Philippe, professeur à l'INALCO, Paris, prétend que les juifs de France sont devenus "usuriers malgré eux" au Moyen Age. Bien sûr, le Talmud interdit formellement le prêt à intérêt, mais cela ne vaut que pour les juifs.
*Le précepte 198 ordonne de pratiquer l'usure vis-à-vis des Gentils. Et le précepte 545 dispose "Nous ne devons prêter de l'argent aux Gentils que moyennant intérêt". "Cette obligation, précise le commentaire des mitzvot, se fonde sur le principe selon lequel les juifs ne doivent avoir aucune pitié des Gentils."
*Le précepte 219 enjoint au juif de se préoccuper de son prochain et de son argent comme il le ferait pour lui-même. Celui qui aime le prochain comme lui-même ne lui volera pas son argent. Mais, faut-il le rappeler, le goy n'est pas le prochain du juif.
*Le paragraphe 322 traite du devoir de maintenir les Gentils en esclavage. "Cette obligation repose sur l'évidence que le peuple juif est le meilleur de tous les peuples de la terre, créé pour connaître son Créateur et l'adorer et digne de posséder des esclaves pour le servir". C'est dans la revue des Loubavitch, secte ultra raciste soutenue financièrement par Jacques Chirac lorsqu'il était maire de Paris, que Gilles Kepel a trouvé le concept suivant: "L'écart qui sépare le peuple juif du genre humain n'est pas moindre que l'écart entre l'humain et l'animal."
*Paragraphe 239. L'interdiction de maudire le prochain, de lui donner de mauvais conseils, de le haïr, de le couvrir de honte, de tirer vengeance ne s'applique qu'au juif. Contre les goyim, en revanche, toutes les mauvaises actions sont vivement recommandées par la Halakha.

Bien sûr, toutes ces dispositions sont bien connues des rabbins et des apologistes du judaïsme comme Malka, Dahan, Philippe et Iancu, pour ne parler que de la France. Mais ces mandarins n'en font jamais état hors des limites de la communauté juive. En revanche, ils diffament ceux qui portent ces textes à la connaissance des Gentils et ils se répandent en dénégations où l'art de la tromperie atteint des sommets. Par exemple, ils affirment, la main sur le coeur et en utilisant des généralités, que le judaïsme attache beaucoup d'importance à la pitié, mais oublient de préciser que celle-ci ne peut s'exercer envers les goyim.
Conformément à la Halakha, les juifs ne peuvent désigner un non-juif à un poste où il exercerait une autorité, si petite soit-elle, sur les juifs. Cette loi particulière s'applique même à ceux qui se sont convertis au judaïsme et ce jusqu'à la dixième génération. Voit-on la France prendre de pareilles mesures vis-à-vis de Badinter, Joxe, BH Lévy, Levai, Elkabbach et Anne Sinclair? Les goyim sont présumés être des menteurs congénitaux et ne sont pas habilités à témoigner devant un tribunal rabbinique. Le Talmud interdit formellement à un juif d'offrir un cadeau à un goy, sauf en affaires où ce cadeau constitue une sorte d'investissement, donc un bénéfice escompté. Il est interdit de rendre au gentil un bien qu'il a égaré. La tromperie indirecte en affaires est permise vis-à-vis du goy. Si, par exemple, un goy commet une erreur de calcul en sa défaveur il n'est pas nécessaire de le lui faire remarquer mais il faut dire "je me fie à votre décompte" afin de prévenir son hostilité s'il se rend compte de son erreur ultérieurement. La fraude est donc permise vis-à-vis du goy. Le vol au dépens du goy n'est pas interdit. C'est la raison pour laquelle très peu de rabbins ont protesté contre les expropriations forcées des Palestiniens parce qu'ainsi on accroissait la puissance juive. 
 
 

... Shahak dénonce la consigne du silence des intellectuels libéraux, des clergés catholique et protestant et de certains cercles marxistes tant aux Etats-Unis qu'en Israël à propos de l'obscurantisme rabbinique qui s'est exercé tout au long de l'histoire à l'encontre des juifs eux-mêmes. "Autodafés de livres, persécution des écrivains, disputes à propos du pouvoir magique des amulettes". L'auteur analyse le processus de dégénérescence du judaisme classique en Pologne et en Allemagne au XVIIIème siècle notamment, qui aboutit à un fatras de rituels vidés de substance, de superstitions et d'absurdités imposées par un rabbinat hypocrite et vénal. Remarquons toutefois qu'il y a deux mille ans déjà, le Christ apostrophait les scribes et les Pharisiens hypocrites dans un passage de saint Matthieu qui conserve toute son actualité.

La presse israélienne est constamment agitée par les querelles qui opposent les différentes factions religieuses et qui versent souvent dans la trivialité. Voici les questions qui, selon Shahak, passionnaient les lecteurs en août 1993: les corps des soldats israéliens nés de mère non-juive et tués au combat doivent-ils être inhumés dans un espace ségrégé ou dans un cimetière militaire? Les associations religieuses qui ont le monopole des enterrements, excepté de ceux des membres des kibboutz, vont-elles encore être autorisées à circoncire les défunts incirconcis et ceci sans l'accord des familles? L'importation de viande non casher en Israël, officieusement interdite depuis la fondation de l'Etat, sera-t-elle enfin autorisée ou interdite légalement?

Shahak jette un éclairage inattendu sur la personnalité de "l'apôtre du judaisme auprès de l'humanité", le philosophe Martin Buber, celui dont Elie Wiesel, entre autres, célèbre la sagesse hassidique. L'auteur dénonce en lui l'inspirateur des chefs hassidiques "sanguinaires" (l'expression est de Shahak) dont la philosophie a développé le chauvinisme et la haine du non-juif en Israel. Selon lui, Buber porte une grande responsabilité dans la propagande hassidique qui incitait les infirmières de Tsahal à refuser de soigner les blessés ennemis. Dans Hatanya, le livre fondamental du mouvement habbad, l'une des branches les plus importantes du Hassidisme, il est écrit: "... Tous les non-juifs sont des créatures sataniques dans lesquelles il ne peut y avoir absolument rien de bon".

Les dix-huit benedictions
Dans les dix-huit bénédictions de la prière du matin (Chemonè esrè) du Rituel de prières, il existe une malédiction spéciale (birkhat ha-minim) dirigée à l'origine contre les chrétiens, les juifs convertis et les juifs hérétiques:
1. "Et qu'il n'y ait aucun espoir pour les apostats (meshhummadin) et que tous les chrétiens périssent instantanément." Cette formule date du Ier siècle, lorsque les chrétiens ne constituaient qu'une petite secte persécutée. Peu après le XIVème siècle cette formule fut édulcorée en:
2. "Et qu'il n'y ait aucun espoir pour les apostats, et que tous les hérétiques périssent instantanément". Et après de nouvelles pressions:
3. "Et qu'il n'y ait aucun espoir pour les délateurs et que tous les hérétiques périssent instantanément."

Après la création de l'Etat d'Israël, le processus fut inversé et de nombreuses versions du rituel en revinrent ainsi à la deuxième formule qui est aussi prescrite par de nombreux professeurs dans les écoles rabbiniques israéliennes. Après la Guerre des Six Jours, plusieurs congrégations proches du Gush Emunim ont restauré la version originale uniquement verbalement et prient ainsi quotidiennement pour que les chrétiens disparaissent instantanément. Comme l'enseignement oral prime, on peut dire que l'exécration a persisté à travers les siècles. Il est assez piquant que ce processus de réversion ait eu lieu dans la période où l'Eglise catholique sous Jean XXIII modifia les prières du vendredi saint pour les juifs "perfides" qui avaient provoqué le scandale que l'on sait. L'interprétation rigoureuse de la loi dite "antimissionnaire" de décembre 1977 punit de cinq ans d'emprisonnement celui qui fait du prosélytisme même en offrant une Bible, un chapelet ou une médaille religieuse. En effet, selon le texte, le don du moindre objet de piété peut être considéré comme "incitation matérielle" à changer de religion Le Talmud (Shabbat 116a) ordonne de brûler publiquement les Evangiles chaque fois que l'occasion s'en présente. Le 23 mars 1980, un autodafé de plusieurs centaines d'exemplaires du Nouveau Testament a été organisé par les rabbins de Yad Lehakhim, organisation religieuse subventionnée par le ministère israélien des cultes. En novembre 1991, Marc Aron (président du B'naï B'rith de France), s'adressant à Mgr Decourtray, déclara à propos du pèlerinage des B'naï B'rith à Auschwitz: "... nous étions deux cents qui, spontanément, dans le froid glacial de Birkenau, avons dénudé nos bras pour mettre les Thephilin (phylactères) ... et à réciter la prière du matin ... Nous étions deux cents à allumer la Menorah (chandelier à sept branches), symbole du judaïsme et symbole de notre association et à poser ces bras de lumière sur les grilles du Carmel en signe de paix et de volonté de dialogue." Ce qui n'a pas empêché les organisations juives d'obtenir d'une Eglise apeurée le déménagement des carmélites hors du site. Comme elles ont obtenu la suspension du procès en béatification d'Isabelle la Catholique. Il est malgré tout choquant qu'un prince de l'Eglise, déjà connu pour son écoeurante servilité, ait ignoré ou feint d'ignorer le contenu antichrétien des prières juives. Comme il est scandaleux que Jean-Paul II ait reçu au Vatican les délégués du B'naï B'rith, organisation maçonnique connue pour son militantisme anticatholique.
 
Au cas où le livre de Shahak parviendrait à franchir les mailles serrées de la censure en France, il serait bon que les ligues antiracistes (MRAP, LICRA, etc.) exerçassent leur ardeur à l'encontre de l'enseignement dispensé dans les Yeshivoth et les cours de Talmud-Thora. Dans le cas contraire, il ne nous restera plus qu'à méditer les paroles de Céline: "Le Capitaine Dreyfus est bien plus grand que le Capitaine Bonaparte. Il a conquis la France et il l'a gardée."
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 07:18
 "Les athées ne sont pas nos prédicateurs, ni les fous nos législateurs
(Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, 1790, Pluriel Histoire, Paris 2004, p. 109).


            **********************************

Dans un entretien en ligne avec Jean Claude Michéa, le magazine Le Point, libéral mondialiste (organe de la trilatérale), laisse passer quelques idées qui me semblent intéressantes sur le point de la contestation de l'Etat moderne libéral, donc de la république française. On retrouvera notamment cette idée que le libéralisme est initialement une idée progressiste, donc une idée de gauche opposée à ce titre à toutes les positions classiques, que l'auteur nomme "conservatrices" ou "réactionnaires"; ou cette autre idée que le système libéral est un danger pour "les libertés démocratiques les plus élémentaires"... C'est exactement ce que disait
Oliveira Salazar : "Nous sommes antilibéraux, mais pourquoi? Parce que nous voulons garantir les libertés publiques..." (Une Révolution dans la paix, Paris 1957, p. XXXII). Je ne suis évidemment pas d'accord avec la fin de l'entretien où l'auteur laisse entrevoir sa réelle pensée: "une société égalitaire, solidaire et amicale, qui inviterait les hommes à donner le meilleur d’eux-mêmes,  me parait toujours moralement supérieure et infiniment plus désirable". C'est là un autre idéalisme, un discours purement idéologique, une autre construction métaphysique qui a prouvé au XXe siècle qu'il a pu "se marier sans difficulté avec un mépris pratique absolu de ces vertus humaines de base que sont, par exemple, les dispositions à la loyauté, à la bienveillance, à l’entraide ou à l’amitié"... Ce qui ressort donc, c'est que la laïcité entendue comme neutralité est impossible; à un moment ou un autre l'Etat doit prendre une position morale pour trancher des litiges entre les individus ou des choix de société... Alors contre la "servitude libérale" dont parle l'auteur... et contre la culture gauchiste ambiante qui a suscité cette servitude libérale et s'en nourrit, il faut revenir à la morale de nos pères, ce christianisme - j'ai envie de dire si les mots ont du sens, ce vrai "libéralisme" - qui place l'origine de la liberté en Dieu (c'est Dieu qui libère), qui a construit notre pays et l'a porté à son plus haut degré de civilisation. Le Christ "pierre d'angle" en dehors duquel tout s'écroule. Vouloir construire la société et la morale qui la sous-tend en dehors du christianisme et de la morale de nos pères nous conduit dans l'impasse actuelle... Il faudra bien un jour que nos "intellectuels" s'en rendent compte.


06/09/2007 - Propos recueillis par Elisabeth Lévy - © Le Point - N°1825

Disciple d’Orwell, le philosophe Jean-Claude Michéa est un auteur-culte pour tous les amateurs de « pensée critique ». Pourfendeur acéré du capitalisme, inlassable avocat d’une société égalitaire, il n’épargne pas la gauche, coupable selon lui d’avoir rompu avec les valeurs humaines du socialisme originel. Dans L’empire du moindre mal (Climats), il s’attaque au coeur de la pensée libérale et à la « religion de l’économie ». A lire d’urgence, pour tout libéral.


Le Point : A vous lire, le libéralisme des Lumières  qu’affectionne la gauche, et celui du MEDEF préféré par la droite sont les deux faces d’un même projet. La différence entre droite et gauche est-elle purement rhétorique ? L’extrême-gauche – que vous qualifiez aimablement de « pointe avancée du Spectacle contemporain » –  se dit pourtant antilibérale sur le plan économique.

Jean-Claude Michéa : Quand on aura compris, une fois pour toutes, que le libéralisme - pièce maîtresse de la philosophie des Lumières – est fondamentalement une idéologie progressiste, opposée à ce titre à toutes les positions « conservatrices » ou « réactionnaires » (termes d’ailleurs popularisés par le libéral Benjamin Constant) les déboires historiques répétés des différentes variantes de l’ « anticapitalisme de gauche » perdront une grande partie de leur mystère. Il est, en effet, parfaitement illusoire de penser qu’on pourrait développer jusqu’au bout le programme du libéralisme politique et culturel, c’est-à-dire le programme de la gauche et de l’extrême gauche contemporaines, sans réintroduire, à un moment ou à un autre, la nécessité de l’économie de marché. Et il est tout aussi naïf de penser qu’on pourrait étendre à l’infini la logique du marché sans accepter la « libéralisation » des moeurs  qui en est le complément culturel, comme n’importe quel bureaucrate communiste chinois a l’occasion de le vérifier quotidiennement. On comprend mieux pourquoi le socialisme originel ne se définissait généralement pas en fonction de ce clivage gauche/droite dont toute discussion est devenue sacrilège. Quelqu’un peut il citer, du reste, un seul texte de Marx où celui-ci appellerait à l’ « union de la gauche »?

Pour vous, le libéralisme est l’accomplissement du projet moderne dont l’ambition est la maitrise et la possession de la nature. Mais la modernité se caractérise d’abord par le passage de l’hétéronomie à l’autonomie, c’est-à-dire la possibilité pour l’homme de maitriser son destin. Est-il permis de préférer la « légitimité rationnelle » au droit divin ?

Sous l’influence de l’interprétation marxiste, on considère généralement la modernité comme le résultat « historiquement nécessaire » du développement de l’économie et des relations marchandes qui a caractérisé la fin du Moyen-âge et la Renaissance. C’est en grande partie une illusion rétrospective. Bien des civilisations, comme par exemple la Chine des Song, ont connu un essor comparable des processus marchands sans pour autant devenir « modernes » ou « capitalistes ». Ce qui est, en revanche, spécifique à l’Europe occidentale du XVIème et XVIIème siècle c’est l’ampleur et la durée inédites d’une forme de guerre très particulière : la guerre de religion ou guerre civile idéologique. Or si la guerre civile est « le plus grand des maux », comme l’écrit Pascal, c’est parce qu’en divisant les familles, en opposant les voisins et en brisant les amitiés, elle met en péril l’idée même de communauté politique. Le projet moderne, dont le libéralisme est la forme la plus radicale, est précisément né de la volonté de trouver à tout prix une issue à cette crise historique sans précédent. Il s’agissait, en somme, pour les élites du temps, d’imaginer une forme de gouvernementalité qui ne se fonderait plus sur des postulats moraux ou religieux particuliers - telle ou telle conception de la vie bonne ou du salut de l’âme - mais sur une base tenue pour « axiologiquement neutre ». Cela explique le rôle joué par la Raison et  l’idéal de la Science dans les sociétés modernes. Après Galilée et Newton, il est devenu possible de croire qu’il existerait une manière purement « technique » de régler l’ensemble des problèmes que pose la vie en commun.

... Au coeur du projet moderne et libéral, il y a donc la folle espérance d’une société devenue capable, grâce à la science et ses applications technologiques, de se passer définitivement de toute référence à des valeurs symboliques communes. Comme l’écrit Pierre Manent, l’Etat libéral est le « scepticisme devenu institution ».

... Le coeur de la philosophie libérale est, en effet, l’idée qu’un pouvoir politique ne peut assurer la coexistence pacifique des citoyens que s’il est idéologiquement neutre. Cela signifie que dans une société libérale toutes les manières de vivre ont une valeur philosophique égale et que la seule limite de la liberté des uns est la liberté des autres. Concrètement cela revient à dire que chaque individu est libre de vivre selon sa définition privée du bonheur ou de la morale (s’il en a une) dès lors qu’il ne nuit pas à la liberté d’autrui. Tout cela est très séduisant sur le papier. Le problème c’est que ce dernier critère - central dans toutes les constructions du libéralisme – devient très vite inapplicable dès lors que l’on veut s’en tenir à une stricte neutralité idéologique (et je rappelle que lors du procès de Nuremberg, les juristes libéraux refusaient la notion de « crime contre l’humanité » au prétexte qu’elle impliquait une représentation de la « dignité humaine » liée à des métaphysiques particulières, et donc incompatible avec la « neutralité axiologique » du droit). Comment par exemple trancher d’une façon strictement « technique » entre le droit des travailleurs à faire grève et celui des usagers à bénéficier du service public ? Comment trancher entre le droit à la caricature et celui du croyant au respect de sa religion ? Comment trancher entre le droit du berger à défendre l’agneau et celui de l’écologiste citadin à préférer le loup ? Dès lors que l’on entend traiter ces questions, multipliables à l’infini, sans prendre  appui sur le moindre jugement philosophique (c’est-à-dire, aux yeux des libéraux sur des constructions idéologiques arbitraires) elles se révèlent insolubles.

Est-ce l’origine de la ruse de l’Histoire qui explique que, prétendant en finir avec la guerre civile idéologique, le libéralisme d’aujourd’hui peut aboutir à la guerre de tous contre tous ?

C’est bien la clé du paradoxe. La logique du libéralisme politique et culturel ne peut conduire qu’à une nouvelle guerre de tous contre tous, menée cette fois ci devant les tribunaux, et par avocats interposés. Tel plaideur exigera donc la suppression des corridas, tel autre la censure d’un film antichrétien, un troisième l’interdiction de Tintin au Congo ou de la cigarette de Lucky Luke. Ce processus logique est évidemment sans fin.

Et pourtant, l’Etat est dans l’impossibilité logique de défendre en même temps le loup et l’agneau. Pourquoi ne pourrait-il opérer des choix en fonction de l’intérêt général, selon que la société a besoin de plus de loups ou de plus d’agneaux ?

Tout simplement parce que cet Etat s’interdit d’avoir une définition philosophique de l’intérêt général. Le droit libéral est donc contraint de légiférer à l’aveugle, c’est-à-dire en fonction des seuls rapports de force qui travaillent la société à un moment donné et qu’on nomme généralement « l’évolution des moeurs » comme s’il s’agissait d’un chapitre particulier de l’évolution des espèces. Aujourd’hui, donc, l’interdiction du tabac ; demain, sans doute, la légalisation des drogues ; et, peut-être, dans un avenir très proche, les deux en mêmes temps.

La gauche s’estime au contraire dépositaire d’une Vérité qui lui permet d’exclure tous ceux quoi n’y adhèrent pas. On aimerait que certains rebelles officiels fassent preuve d’une certaine « neutralité axiologique »…

Cette dérive est, en réalité, inscrite au coeur même de la logique libérale dont la gauche moderne, il est vrai, constitue l’incarnation politique la plus cohérente. Une société refusant par principe tout statut politique à l’idée de common decency est, en effet, inévitablement conduite à vouloir tout trancher par le droit. Or du point de vue du droit libéral,  le seul critère « technique » pour juger de la légalité d’une opinion ne peut  être que son caractère « nuisible » ou non. De là, la tendance inéluctable des sociétés libérales contemporaines à interdire graduellement  tout ce qui est jugé « politiquement incorrect » selon les rapports de force du moment. C’est ainsi que l’on glisse, sans la moindre solution de continuité, des idées généreuses d’un Constant ou d’un Tocqueville à celles d’Act Up ou des Indigènes de la République. Et encore, je ne parle pas ici de la tentative récente, et provisoirement avortée, de constitutionnaliser le libéralisme au niveau européen c’est-à-dire d’en criminaliser à terme toutes les contestations pratiques. Je ne m’oppose donc pas au système libéral au nom du caractère purement « formel » des droits qu’il accorderait. De ce point de vue, je suis résolument anti-léniniste. Je le critique d’un point de vue démocratique radical, ou, si l’on préfère, anarchiste, en raison des menaces croissantes qu’il est logiquement conduit à faire peser, à terme, sur les libertés démocratiques les plus élémentaires. C’est un point que Chomsky a admirablement théorisé.

Bref, si l’Etat affiche des préférences « idéologiques » il pénalise une partie de la société (les fumeurs ou les non-fumeurs) et s’il s’y refuse, il abandonne de fait le gouvernement des hommes aux rapports de force. Que faire, comme disait l’autre ?

Pour s’opposer aux effets désocialisants de cette logique il suffirait, bien sûr, de se référer à nouveau à un minimum de valeurs humaines partagées, ce qu’Orwell, par exemple, nommait la common decency. Mais le libéralisme exclut, par définition, tout appel à des vertus morales communes. Pour les libéraux la morale est, au mieux, une croyance privée qu’on ne pourrait chercher à universaliser qu’en portant atteinte à la liberté d’autrui. Dans ces conditions, les seules normes qui demeurent susceptibles d’accorder des individus, que tout oppose par ailleurs, seront forcément celles du marché. Elles sont, en effet, fondées sur le seul langage que les libéraux supposent commun à tous les êtres humains : celui de l’intérêt bien compris. Une société qui consacre ainsi ses principaux efforts à se rendre à la fois individualiste et « multiculturelle » ne peut donc trouver un semblant de cohérence anthropologique que si elle invite parallèlement ses membres à communier dans le culte de la croissance et de la consommation. C’est pourquoi l’économie est logiquement devenue la religion des sociétés modernes (ce n'est rien d'autre que du matérialisme, une autre idéologie, une autre religion...). Elle représente, en somme, l’unique moyen de relier les individus atomisés d’une société qui se veut, et se croit  « axiologiquement neutre ».

... Mais l’erreur fondamentale des libéraux, dans leur désir compréhensible de conjurer le retour des guerres de religion, est de réduire par principe toute référence politique à des vertus morales partagées à cette seule perspective effrayante d’une tyrannie du Bien. Pour éliminer cette difficulté philosophique, il suffit de distinguer à la suite, par exemple, d’Orwell, de Camus ou de Zygmunt Bauman, le sombre univers des idéologies morales et celui, beaucoup plus humain, de la common decency. J’appelle « idéologie morale » une construction métaphysique particulière, généralement fondée sur une théorie  de l’ordre naturel, de la volonté de Dieu ou du Sens de l’Histoire, voire sur une mystique de la race ou de la tribu. En tant que telle, et comme l’expérience des mouvements intégristes ou totalitaires le prouve abondamment, elle peut se marier sans difficulté avec un mépris pratique absolu de ces vertus humaines de base que sont, par exemple, les dispositions à la loyauté, à la bienveillance, à l’entraide ou à l’amitié (ce que Spinoza définissait comme la pratique effective de « la justice et de la charité »).  Défendre la common decency,  c’est donc, à l’inverse, défendre l’idée que l’égoïsme, l’esprit de calcul et la volonté de dominer ou d’exploiter ses semblables ont une valeur morale nécessairement inférieure à la générosité, l’honnêteté (ce qui inclut, naturellement, l’honnêteté intellectuelle), la bienveillance ou  l’esprit de coopération. La mise en oeuvre quotidienne de ces vertus humaines de base, qui s’enracinent comme on le sait depuis Mauss dans la triple obligation immémoriale de « donner, recevoir et rendre » - fondement de tout lien social réellement humain - ne saurait en aucun cas être confondue avec cette adhésion purement idéologique à un catéchisme particulier, qui est presque toujours le masque du désir de pouvoir et des passions tristes. C’est toute la  différence qui existe entre un ordre moral (et la bonne conscience étouffante qui le caractérise) et cette société décente qui était l’idéal des premiers socialistes. En ce sens il est faux de dire que toutes les manières de vivre se valent. L’égoïsme tranquille des libéraux est certes un moindre mal si on le compare à la volonté de puissance déchaînée des fanatiques du Bien. Mais une société égalitaire, solidaire et amicale, qui inviterait les hommes à donner le meilleur d’eux-mêmes,  me parait toujours moralement supérieure et infiniment plus désirable.

« L’Empire du moindre mal, essai sur la civilisation libérale » (Climats/Flammarion, 210 p., 19 E).

                                                                 ***

26 août Déclaration du code antichrétien des droits de l'homme (sans Dieu) 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 19:04
La lecture du livre d'Yves-Marie Adeline, Le Royalisme en question (L'Âge d'Homme - Editions de Paris,  Libres Mobiles, 2e édition, Paris 2006) m'amène à réviser certaines de mes positions initiales s'agissant du prétendant au trône de France et des deux courants royalistes, "légitimiste" (ou "néo-légitimiste") et "orléaniste".

 


Le royalisme en questions (1792-2002) : Perspectives pour le XXIème siècle


Sans prendre parti, Y.-M. Adeline examine les raisons du courant légitimiste, et celles des Orléans. La vulnérabilité des théories ne le conduisent pas à trancher la querelle dynastique en faveur de tel ou tel prince. Il constate que dans la perspective d'une action politique, l'appréhension pratique des choses rend la réalité plus complexe que ne le laisserait supposer la seule rêverie politico-mystico-dynastique dans laquelle se bercent tant de royalistes passifs. Ce qu'il écrit sur la vulnérabilité des théories, il l'écrit avec d'autant plus d'aisance que, de tous les auteurs légitimistes et néo-légitimistes, il croit "être de ceux qui sont allés le plus loin dans la négation des droits des Orléans". Il présente sa théorie proposant une lecture extensive de la quatrième Loi fondamentale dite de continuité de la personne royale", aboutissant à dénier aux Orléans leur qualité de dynastes. Il pense toujours d'ailleurs que du point de vue théorique, sa démonstration se tient (ibid., p. 239). "On ne peut donc pas devenir roi en invoquant une ascendance passant par un régicide" (ibid., p. 190)... Un juriste dirait: on n'hérite pas de la personne qu'on assassine!

Alors, oui selon les lois du Royaume, Lois fondamentales, le prince
Louis-Alphonse est le premier succesible à la Couronne de France. Seulement, le droit royal public n'est plus appliqué en France depuis deux siècles et la famille de ce prince s'est coupée de l'histoire de France depuis trois siècles. La théorie doit rejoindre la pratique. Aujourd'hui si Louis-Alphonse venait à mourir, c'est le roi d'Espagne, Juan Carlos qui serait Roi de France. S'appellerait-il "Roi d'Espagne et de France" ou "Roi de France et d'Espagne"? Comment ces deux vieilles nations accepteraient-elles d'être reléguées au second rang, quand on sait l'antagonisme qui règne en Belgique entre Wallons et Flamands, la difficulté du roi des Belges à assurer l'unité d'un ensemble disparate. D'un point de vue simplement pratique, la succession de Louis-Alphonse est porteuse de difficultés que je n'avais pas imaginées initialement. Aussi, dans la page liens du blog retrouverez-vous à côté des sites "légitimistes" des sites "orléanistes" (comme l'Institut de la Maison Royale de France). Même si l'on sait combien cette famille a pu décevoir, n'est-elle pas française en bien comme en mal? Les Français eux-mêmes sont-ils exempts de tout reproche? "Les erreurs et les crimes commis dans son ascendance sont les mêmes erreurs et les mêmes crimes commis par nos ancêtres. Français dans le bien et dans le mal, Français tout court, un prince d'Orléans aujourd'hui assume au moins une francité historique intégrale." (ibid., p. 251). 

Le principe de mon action étant celui de l'
Alliance Royale, le réalisme politique, je dirais le pragmatisme, il est bon que les Français connaissent l'état des lieux et les deux principales familles immédiatement successibles à la Couronne: les Bourbons Espagne et les Bourbons Orléans. Quant au choix du prince, je pense qu'il faut d'abord s'attacher à faire connaître la solution royale aux Français; le royalisme fera ensuite le roi. 

Y.-M. Adeline évoque l'hypothèse d'une "sixième loi fondamentale, au besoin". Pourquoi pas? La nationalité du prince, la question de pérégrinité, semblent faire débat eu égard aux difficultés pratiques que pose la succession du prince Louis-Alphonse. Le droit royal est évolutif et non figé; le corpus doctrinal est amené à évoluer, à s'enrichir en fonction des nécessités politiques. En tous les cas, le réalisme doit animer des royalistes divisés; la volonté politique et l'action doivent nous animer avant l'idéologie. La loi (ici le droit public royal) ne doit pas être pour nous un élément rédhibitoire, un facteur de paralysie, de division ou de clivage, ou bien on l'amende. L'homme n'a pas été fait pour la loi mais la loi pour l'homme. C'est ce que je pense. Ou bien autant continuer d'inaugurer les chrysanthèmes chaque année... 

En 1873 la monarchie manqua sa chance faute de l'intransigeantisme des deux camps sur ce que l'on a appelé "l'affaire du drapeau". Aujourd'hui il est temps de définir un programme commun sur un certain nombre d'idées essentielles, sortir de nos préjugés et de nos certitudes si l'on veut que le Royaume de France (cet âge d'or où la France était la première puissance mondiale, l'éducatrice des peuples et le modèle des monarchies européennes...) cesse d'être un rêve que l'on agite pour nous faire plaisir et devienne une réalité concrète. 

"La théorie, si brillante soit-elle, pèse moins lourd quand la réalité n'est plus là pour lui donner vie..." (ibid., p. 240).

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 16:54

Via Royalistes 78000

Le nouveau livre de Yves-Marie Adeline,
Histoire mondiale des idées politiques est paru le 12 juin aux éditions Ellipses.

couverture 

Nombreux sont les livres d’histoire des idées politiques qui se limitent à la sphère occidentale, parfois même à une période de temps courte. Yves-Marie Adeline nous offre au contraire une vision synthétique et complète des idées politiques, dans le temps long de l’histoire et sur la totalité de l’espace mondial. Il nous présente de manière claire et concise l’essentiel des théories politiques d’Occident et d’Orient, ainsi que les pratiques politiques des civilisations ne disposant pas de doctrines explicites, telles les civilisations byzantines, aztèque ou encore polynésienne. La synthèse met en évidence tout à la fois le caractère singulier des civilisations et des cultures, et la circulation des idées dans le temps et dans l’espace. Depuis le "désir de régularité", fondement du politique, jusqu’à l’écologisme actuel, c’est à l’examen de toute l’histoire des hommes en marche, de leurs espérances comme de leurs interrogations, auquel le lecteur est convié.

Une grande fresque sur les idées politiques de l’Humanité, accessible à un large public, aux politistes et aux philosophes en premier lieu, mais aussi aux historiens qui y trouveront des éclairages précieux sur les périodes antiques, médiévales, modernes et contemporaines.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 19:59
Hervé Ryssen

Bernard Werber
est un génie de la littérature. Il est probablement l’un des plus grands écrivains français actuels, avec Marc Lévy, Christine Angot et Yasmina Reza. Tous ces écrivains juifs nous dépassent de plusieurs têtes, il faut bien l’avouer. La promotion dont ils bénéficient dans tous les médiats est sans doute légitime, et les affiches "quatre par trois" vantant leurs œuvres dans les stations de métro nous prouvent très clairement qu’à côté d’eux, nous ne sommes guère que des moucherons intellectuels. Bernard Werber est peut-être le plus grand d’entre eux, au moins à en juger par la dorure et le gaufrage des couvertures de ses livres.
C’est un auteur à succès. Ses ouvrages, comme Les Fourmis, se sont vendus dans le monde entier à des millions d’exemplaires. Dans un petit livre de science-fiction intitulé Nos Amis les humains (Albin Michel, 2003), joué actuellement au théâtre, Werber fait une démonstration de son puissant génie imaginatif.

C’est l’histoire d’un homme et d’une femme, qui se retrouvent prisonniers dans une cage de verre, perdus quelque part dans le cosmos. Sur un écran géant, au fond de la pièce, sont projetées des images de la planète Terre, où nos deux humains vont pouvoir apprendre, comme s’ils étaient devant le journal télévisé de 20 heures, qu’en leur absence, un dictateur pakistanais musulman a révélé posséder une bombe terrifiante. Celui-ci menace de faire sauter toute la planète "si l’Inde ne se soumet pas à ses exigences sur le Cachemire". L’ultimatum du dictateur pakistanais prend effet dans dix minutes, et nous nous approchons d’un anéantissement planétaire total. Samantha et Raoul, nos deux humains dans l’espace, restent pétrifiés : la Terre finalement explose au ralenti sur leur écran. Ils sont maintenant les derniers représentants de l’espèce humaine, les nouveaux Adam et Ève, qui vont débattre de la recréation d’une humanité. Mais l’humanité mérite-t-elle une seconde chance ? C’est "génial" comme scénario, non ?

Werber nous place ici un petit refrain bien connu visant à culpabiliser les Européens et à exalter le génie des Sémites :
"L’histoire de l’humanité est ponctuée d’invasions violentes, dit Raoul. Les Indos-Européens, par exemple, parce qu’ils connaissaient la technique du fer, l’organisation en castes et l’usage des chevaux, ont pendant cinq mille ans soumis tous les peuples voisins, jusqu’à imposer leurs valeurs guerrières et leur culte des héros combattants.
– Objection ! interrompt Samantha. Pendant ce temps, certains peuples ont défendu d’autres valeurs.
– C’est vrai, répond Raoul. A la même époque, les Phéniciens, les Hébreux, les Carthaginois ont développé, créé le commerce, ouvert les comptoirs, la route de la soie, du thé et des épices. Ils ne disposaient pas d’armées puissantes, mais proposaient une alternative à l’invasion guerrière : l’alliance et le commerce entre les peuples. Pour mieux naviguer, ils inventèrent la boussole, les cartes, la voile. Résultat : les Carthaginois ont été détruits par les Romains, les Phéniciens ont été massacrés et les Hébreux ont toujours été persécutés."

Il est assez clair que les Européens devraient avoir honte de ce qu’ils ont fait. Toute leur histoire, en vérité, est une succession d’ignominies. Le mieux qu’ils puissent faire, aujourd’hui, est de se mettre à genoux, de demander pardon, et d’accepter la domination du peuple d’Israël, qui est le peuple élu de Dieu, ne l'oublions jamais.
Partager cet article
Repost0
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 15:03

S’il existe un modèle français ce n’est sûrement pas le modèle social mais bel et bien celui des privilèges accordés à notre nouvelle noblesse, les hauts-fonctionnaires. Aux frais de la princesse (via novopress.info). Enquête sur les privilégiés de la République, Lattès, 2007 est un vrai catalogue de La Redoute uniquement réservé à certains fonctionnaires.


Journaliste, Yvan Stefanovitch est un franc-tireur. Il aime bien les enquêtes sur des sujets tabous ou peu connus. Cette fois-ci il s’attaque aux privilèges d’une caste, celle d’une partie des fonctionnaires et des hauts fonctionnaires français, de vrais nobles de la République

Les résultats de ses recherches montrent un univers d’argent, de privilèges en nature de toutes sortes, de passe-droits et autres avantages que le contribuable français ne soupçonne même pas. Visite de la caverne d’Ali Baba, pardon, de l’Etat français : parmi tous les membres de cette nouvelle noblesse, environ 6 000 font partie des grands corps et bénéficient de traitements de très grandes faveurs. C’est le cas de ceux en poste au Conseil d’Etat : salaire de 10 000 euros net par mois pour une charge de travail inexistante, les 322 membres de cette institution font partie d’un club. 

S’ils s’ennuient ferme, ces hauts fonctionnaires peuvent pantoufler dans le privé (c’est le cas pour une quarantaine d’entre eux et ensuite revenir dans le public) ou bien être détachés dans d’autres administrations (80 d’entre eux). Ils peuvent aussi cumuler cet emploi avec d’autres : député, ministre ou premier ministre comme Balladur. Ou bien comme Hubert Védrine, ancien secrétaire général de l’Elysée, ensuite ministre, membre du conseil d’administration de LVMH et surtout inventeur de l’impérissable et ô combien profonde formule « d’hyper puissance américaine», il est toujours resté maître de requêtes au Conseil d’Etat. Mais aussi le cas de plein d’autres : Michel Barnier, Martine Aubry, Laurent Fabius, Alain Richard, Jacques Toubon, tous récompensés par les présidents de la République pour de grands services rendus à notre nation (y compris et surtout s’il sont battus aux élections).

A la Cour des Comptes, 40% des magistrats travaillent à l’extérieur au lieu de s’occuper des comptes de l’Etat (comme Jacques Chirac d’ailleurs). Certains sont même catapultés à la Cour après avoir abandonné leurs circonscriptions aux autres candidats. C’est le cas de René André et de Jean de Gaulle, anciens députés de la Manche pour le premier et de Paris pour le second devenus dans la nuit conseiller en service extraordinaire et conseiller maître.

Les préfets ne sont pas moins bien dotés. Salaire net de 6 000 € par mois, ils sont nourris, logés, blanchis et servis par une nuée d’agents de maison. Et certains bénéficient de magnifiques châteaux comme logements de fonction : celui de la région Ile-de-France est logé en plein quartier Saint-Germain, rue de Grenelle, dans l’hôtel du duc de Noirmoutier.

L’auteur n’oublie pas les TPG (Trésorier-payeur-général) et leurs salaires jusqu’à 16 000 euros net par mois plus des logements de fonction et une voiture grand standing avec chauffeur. Ou les conservateurs des hypothèques avec plus de 15 000 euros nets par mois, les receveurs des douanes, les délégués interrégionaux des impôts.

Le livre de Stefanovitch est plein d’informations, son enquête a été menée avec minutie, en complétant l’étude des documents et des rapports avec de nombreux entretiens. 

A la fin, le lecteur (le contribuable) est écoeuré (le chapitre sur les privilèges des fonctionnaires d’outre-mer sont absolument saisissants) et ne souhaite qu’une chose : que tout cela change.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 17:30
Les Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, del'abbé Augustin Barruel (1741-1820) furent imprimés pour la première fois à Londres en 1797-1798 ; l'ouvrage remporta un succès extraordinaire, fut réédité sept fois en version intégrale aux XVIIIe, XIXe, et XXe siècles (Hambourg, P. Fauche, 1798-1799, 5 vol. ; Augsbourg, Les libraires associés, 1799, 4 vol.; Brunswick, 1800 ; Hambourg, P. Fauche, 1803 ; Lyon, Théodore Pitrat, 1818 ; Lyon et Paris, Théodore Pitrat et Heu fils, 1837 ; Chiréen- Montreuil, D.P.F., 1974, 2 vol.), neuf fois en version abrégée, et fut traduit dans les principales langues européennes.
 
Cet ouvrage a exercé une grande influence dans l'histoire des idées et ses détracteurs, aussi bien que ses partisans, reconnaissent l'importance de son rôle dans l'historiographie révolutionnaire et dans le courant de pensée contre-révolutionnaire et anti-maçonnique.
 
La réédition de 1974 étant épuisée depuis plusieurs années, et les éditions anciennes étant rares et onéreuses sur le marché de l'occasion, l'ouvrage était difficilement accessible aux chercheurs; les éditions anciennes qui se trouvent dans les grandes bibliothèques publiques présentent l'inconvénient d'être d'une lecture fastidieuse à cause de la désuétude de l'orthographe, de la présence de nombreuses abréviations - particulièrement dans les références bibliographiques - et surtout d'être dépourvues de tout index.
 
Les Éditions de Chiré ont donc décidé de mettre à la disposition des chercheurs et du public cultivé une nouvelle édition intégrale, moderne et pourvue d'instruments de recherche efficaces ; elle a été établie à partir du texte de l'édition de 1818, revue et corrigée par l'abbé Barruel lui-même, qui fut la dernière publiée du vivant de l'auteur.
 
Cette édition 2005 est précédée d'une nouvelle préface biobibliographique de quarante quatre pages, corrigée et considérablement augmentée par rapport à celle de l'édition de 1974, de manière à prendre en compte les plus récents travaux historiques sur le sujet. Elle a, de plus, été pourvue d'un certain nombre de notes infrapaginales ajoutées au texte de Barruel (avec la référence NDLE), pour corriger certains lapsus de l'auteur ou pour identifier des personnages dont Barruel ne donnait que les initiales.
 
L'index des ouvrages cités par Barruel, qui avait déjà été fait pour l'édition de 1974, a été corrigé et complètement révisé, de nombreux titres omis en 1974 ont été ajoutés ; lorsque Barruel avait donné ses références de manière abrégée ou approximative on les a faites suivre d'un complément, d'une rectification ou d'un commentaire entre crochets ; on a ajouté, dans la mesure du possible, le nom de l'auteur de chaque ouvrage cité. Le but étant de permettre au lecteur contemporain de mieux comprendre la documentation utilisée par Barruel.
 
L'index onomastique a non seulement été corrigé et complété, mais encore entièrement remanié. Les personnages cités ont été identifiés, dans la mesure du possible, et on a indiqué brièvement leurs dates de naissance et de décès ainsi que leurs fonctions ; leur appartenance éventuelle à la maçonnerie ou à l'illuminisme - qui a parfois donné lieu à d'âpres polémiques - a été précisée en utilisant les répertoires d'Alain Le Bihan, ainsi que les plus récents travaux maçonnologiques. On a insisté sur la biographie des personnages peu connus, dont beaucoup ont joué un rôle important aussi bien au sein des sociétés secrètes que dans la préparation et le déroulement de la révolution.
 
Un effort particulier a été fait pour les noms des sociétés maçonniques ou paramaçonniques, qui ont été regroupés et accompagnés d'un bref commentaire historique.
 
Cette nouvelle édition mérite de figurer dans toute grande bibliothèque ou institut de recherche intéressés par l'histoire des idées et l'historiographie révolutionnaire.
 
Abbé Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du Jacobinisme, Chiré-en-Montreuil, Éditions de Chiré, 2005, 2 volumes (LV + 502 et 638 pages), 21 x 13,8 cm, (vente par correspondance : à SA DPF, BP 1, 86190 Chiré-en-Montreuil).

(La gazette Royale, fichier pdf, n° 105, p. 20-21). 

Je confirme l'excellence de cette nouvelle édition des Mémoires, avec ses deux index onomastique et des ouvrages cités; très belle couverture en papier glassé cartonné blanc. 
Partager cet article
Repost0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 06:16

Le Forum catholique

Jean-Paul Roux, Un choc de religions : La longue guerre de l'islam et de la chrétienté 622-2007, Fayard, 2007

Initialement spécialisé dans l’étude de la civilisation de l’Asie centrale turque, Jean-Paul Roux a ensuite élargi ses investigations à l’histoire de l’Asie des steppes considérée dans son ensemble et, plus récemment, à celle du monde iranien. Il se propose aujourd’hui d’établir le bilan de l’histoire des relations conflictuelles entre le monde musulman et la Chrétienté et ce au long de quatorze siècles, de l’Hégire qui voit Mahomet gagner Médine pour s’y transformer en chef de guerre, aux derniers développements de la guerre engagée au cours de ces dernières années entre le terrorisme islamiste et l’Occident rassemblé derrière les Etats-Unis.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 22:04

30/03/2007 15:04

PARIS (AFP) - Le livre d'Eric Besson sur Ségolène Royal en tête des ventes

Le livre d'Eric Besson, "Qui connaît Madame Royal ?", s'est installé en tête des ventes de livres en France, toutes catégories confondues, dès la semaine de sa sortie, selon le classement IPSOS-Livres Hebdo publié vendredi par le magazine spécialisé.

Paru le 20 mars, "Qui connaît Madame Royal ?" (Grasset) pointe à la première place des ventes catégorie "essais/documents", pour la semaine du 19 au 25 mars, devant "Projet d'espoir" (Plon) de François Bayrou.

Mais le livre de l'ex-conseiller de Ségolène Royal, qui a démissionné du PS en février, est également en tête du "Top 20", toutes catégories, devant le roman d'Anna Gavalda "Ensemble, c'est tout" (J'ai lu). Tiré dans un premier temps à 60.000 exemplaires, il a aussitôt été réimprimé pour atteindre, le 27 mars, un tirage global de 130.000 exemplaires, selon Livres Hebdo.

Moins d'une semaine après sa sortie, "Qui connaît Madame Royal ?", qui livre les dessous de la campagne de la candidate socialiste, se hisse également à la 3e place des ventes des livres politiques depuis le 1er janvier.

Le classement sur trois mois est dominé par "Un pouvoir nommé désir" (Grasset) de Catherine Nay sur Nicolas Sarkozy, devant "L'inconnu de l'Elysée" (Fayard) de Pierre Péan sur Jacques Chirac, et "Qui connaît Madame Royal ?".

"Projet d'espoir" de François Bayrou, tiré à "100.000 exemplaires", arrive en 5e position, devant un autre livre à charge contre la candidate socialiste, "Ségolène Royal, ombre et lumière" (Michalon) d'Evelyne Pathouot.

Sorti seulement le 27 mars, le livre de la candidate socialiste, "Maintenant" (Hachette Littérature), ne figure pas encore dans les classements.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 18:57

Un homme, un vote?

"Ce que l'on appelle communément la démocratie se lance à la conquête du monde comme le faisait naguère le socialisme. Nous imposons d'autorité nos grandes foires électorales à des peuples qui ne le demandent pas. Violences ou bouffoneries, parfois les deux ensembles, tristes spectacles dont les metteurs en scène et chefs d'orchestre sont les grands frères de l'Occident qui, incapables d'imaginer qu'il puisse exister d'autres formes de vie en société que la leur, font peu de cas de la dignité des habitants de ces pays et de leurs traditions. Formes de racisme et des plus communes. ... En France... Aucun pays réputé "démocratique" n'a si souvent, avec si bonne grâce, modifié les formes de scrutin, inventé quelques jolies astuces et, régulièrement, présenté une répartition des élus en si forte distorsion, ou même en totale et scandaleuse contradiction avec les chiffres sortis des urnes. Comme d'attribuer plus de 80% des sièges à une formation qui n'a pas même recueilli la moitié des voix; et de faire en sorte que quatre millions d'électeurs ne soient pas représentés.

"Démocratie? Un homme, un vote? Des formules, rien de plus... En l'an 2000, George W. Bush ne fut pas vraiment élu, mais tout simplement, au terme de cinq semaines d'empoignades grostesques et de coups fourrés entre avocats et experts, déclaré élu par cinq juges de la Cour suprême contre quatre. Un modèle à suivre?"

Dans son dernier ouvrage Un homme un vote? l'historien Jacques Heers, auteur notamment de L'histoire assassinée (et ici) et du Moyen Âge une imposture, spécialiste de l'histoire médiévale, agrégé d'histoire, docteur ès lettres, a écrit ce livre non comme expert ès sciences politiques mais comme simple électeur, lecteur de journaux et de magazines.

Partager cet article
Repost0
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 02:11

  Jean Sévillia vient de sortir un nouveau livre.

Moralement correct; Recherche valeurs désespérément

Présentation du livre (site de l'auteur)

Tous les Français, naguère, étaient élevés selon des valeurs identiques. Il existait une France de gauche et une France de droite, une France laïque et une France chrétienne, mais la morale de l’instituteur ressemblait à celle du curé. Cette morale n’était pas forcément observée, mais elle définissait les normes du bien et du mal.

A partir des années 1970, ces normes ont volé en éclats. Sous l’effet d’une double révolution – celle de la société et celle des idées – chacun a pris l’habitude de définir ses propres critères de comportement. Le résultat, aujourd’hui, c’est que les règles collectives s’effacent, ouvrant la porte à une société éclatée, où le seul guide est l’intérêt personnel. Une tendance encouragée par le moralement correct qui donne le ton de l’époque. Cette mentalité, entièrement fondée sur l’exaltation de l’individu, prêche le principe de plaisir, le droit à la différence, le devoir de tolérance, la transgression des traditions, la relativité des conventions.

Mais peut-on vivre sans valeurs partagées ? Pour sortir de la crise qui se manifeste sur tous les plans – des banlieues à l’école, de l’Etat à la famille, du travail à la culture – il faudra bien réinventer des codes communs. Et sans doute renouer avec la morale élémentaire qui a longtemps garanti la stabilité du lien social. Cela est vrai pour les enfants, mais d’abord pour leurs parents.

Editions

Perrin, 2007

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2006 5 29 /12 /décembre /2006 17:23

Nous plaçons ici l'introduction (3ème partie) du livre d'Hervé Ryssen, les Espérances planétatiennes. Ce livre est véritablement une oeuvre de salut public. Il démontre les origines religieuses qui sont à l'oeuvre dans le monde derrière le phénomène de la planétarisation ou "mondialisation".

 

 

L’intellectuel Michel Winock avait bien été obligé lui aussi de faire le même constat, mais toujours obsédé par un problème qui semble tenailler nombre d’intellectuels : "Le socialisme réel, dit-il, tel qu’il s’est édifié à l’Est de notre continent, s’est révélé une autre société close, où les Juifs, aussi bien que d’autres minorités cherchent encore leur place. Seule la "société ouverte" peut offrir les chances d’une véritable démocratie pluraliste, à même d’intégrer les Juifs sans les contraindre à aliéner leur être propre, leur mémoire collective, leur double solidarité (française et juive)."
Pour ces intellectuels, dont les pères idéologiques avaient enfanté pareille monstruosité, la disparition du très encombrant régime soviétique a été un soulagement sans fin. Mais au lieu de reconnaître leurs erreurs et de faire leur mea culpa, les intellectuels occidentaux des années 1990 ont profité de ces bouleversements pour se jeter sans tarder dans l’autre projet cosmopolite porté par la société démocratique. Le travail à l’intérieur de la démocratie s’avérait beaucoup plus efficace. On a alors assisté, dans la littérature, la presse et le cinéma à une accélération débridée de la pensée planétarienne, comme s’il fallait oublier au plus vite les erreurs tragiques de l’époque précédente et exorciser les crimes du communisme. Il n’y eut aucune repentance, aucune excuse pour les millions de morts du goulag, les déportations et les assassinats perpétrés au nom de l’idéal communiste et de la grande fraternité entre les peuples, de la part de ceux qui, précédemment, s’en étaient fait les plus ardents propagandistes.
En Occident, l’événement n’a eu finalement qu’une très faible incidence. La société a continué à évoluer comme auparavant, sans bouleversement d’importance, si ce n’est l’agitation accrue des intellectuels planétariens qui ont alors redoublé d’ardeur dans la promotion de leur idéal. Il s’agissait d’oublier au plus vite son erreur, de repenser la société égalitaire, d’ "inventer", comme ils le disent, de nouvelles utopies. Les idéologues étaient portés par un enthousiasme millénariste, comme si le messie avait été retrouvé dans les décombres du mur de Berlin, et que le monde fraternel – cette fois-ci, c’est la bonne – allait enfin advenir.
Cette nouvelle philosophie, qui chante l’unité du genre humain et la démocratie plurielle en lieu et place du communisme, a véritablement pris son envol dans les années 1990. La floraison de la production intellectuelle planétarienne, qui s’impose réellement à travers le marxisme dans ses versions culturelles de mai 1968, est alors poursuivie aujourd’hui de manière peut-être encore plus extatique avec les intellectuels démocrates, plus ou moins mâtinés de marxisme culturel, mais affranchis de toutes les pesantes considérations économiques qui alourdissaient considérablement les ouvrages marxistes-léninistes. Leur mépris pour la vieille culture européenne et l’ancienne civilisation reste en tout cas inchangé. C’est parce que les intellectuels des années 1990 sont les mêmes que ceux qui ont fomenté l’esprit de mai 1968, ou se situent dans cette filiation, et qu’ils entendent poursuivre autrement la réalisation des espérances planétariennes.
Les concepts en prêt-à-penser tels que "la Terre appartient à tout le monde" sont donc toujours très largement en vogue, et pas seulement dans les cours des collèges et des lycées. On aime à se déclarer "citoyens du monde" : c’est toujours moins ringard que d’être vulgairement breton ou berrichon, et ce type de propos vous permet de ne pas prêter le flanc à de terribles accusations. Conformément aux canons édictés par l’UNESCO, une belle église picarde du XIIe siècle sera déclarée "patrimoine mondial de l’humanité". C’est bien ce que nous dit le philosophe Pierre Lévy quand il déclare : "Lorsque nous écoutons des Japonais jouer du Beethoven ou des Chinois chanter du Verdi, nous ne devons pas nous imaginer qu’ils ont été séduits par la musique "occidentale". Cette musique n’est pas "occidentale", elle est universelle. "Nous sommes alors très loin de l’idée d’une mondialisation qui ne serait que le constat de l’évolution économique. La vérité est que ces réflexes ont bien évidemment été créés par une inlassable et permanente campagne de sensibilisation qui a envahi depuis longtemps nos écrans de télévision.
Le système soviétique était une anomalie, puisqu’il ne correspondait pas du tout aux idées généreuses qui avaient enthousiasmé des millions d’hommes et qui étaient supposées être à la base de l’édification du régime. Avec la fin de ce système, on peut dire que l’on revient à la normale, en quelque sorte. Enfin dégagée de l’encombrant fardeau sibérien, l’idée communiste peut à nouveau jouer correctement son rôle, en toute conformité avec ses principes, qui est celui d’être l’aiguillon de la démocratie, à l’intérieur même de la démocratie libérale, finalement seule capable de nous frayer la voie vers la société plurielle universelle. C’est dans l’opposition active que le communisme est véritablement efficace. C’est dans l’opposition qu’il peut rendre les meilleurs services, puisqu’il permet de maintenir les opposants au système libéral dans les perspectives planétariennes. Il est en quelque sorte la soupape de sécurité d’un système libéral désespérant, qui, du fait de son absence de transcendance et de ses aspirations purement matérialistes, engendre fatalement des oppositions radicales. Celles-ci sont alors récupérées par l’idéal communiste et conservées dans le bouillon du mondialisme. Sans lui, les opposants à la démocratie bourgeoise et à la société de consommation se porteraient inévitablement vers les mouvements de réactions identitaires et ethniques, ce que le système cosmopolite ne souhaite à aucun prix. Le scénario qui se déroule sous nos yeux est donc celui que George Orwell avait imaginé dans son fameux roman-fiction intitulé 1984, dans lequel le chef de l’opposition clandestine, le fameux et insaisissable Goldstein, n’était finalement rien d’autre qu’un agent du système ayant pour mission de canaliser les oppositions. Le communisme a donc réintégré le rôle qu’il n’aurait jamais dû cesser d’avoir, qui est celui d’être une utopie mobilisatrice, nichée à l’intérieur de la démocratie. Le soviétisme est mort ; peut-être même qu’il a été assassiné. Mais l’idéal communiste paraît être soigneusement entretenu, réchauffé au sein de la démocratie libérale, lové dans ses institutions. C’est ainsi que fonctionne la spirale planétarienne : avec un système, d’un côté, et une opposition factice à ce système, de l’autre. Les deux forces sont absolument complémentaires et indispensables l’une à l’autre.
La conjonction des idéaux planétariens des marxistes et des démocrates occidentaux n’étant plus entravée aujourd’hui par le conflit géostratégique entre Moscou et Washington, l’Occident peut enfin laisser libre cours à son instinct de domination planétaire, représenté victorieusement par le modèle démocratique, que l’on tente d’imposer à tous les peuples du globe. Comme à la glorieuse époque de la révolution française, la " guerre aux tyrans " est donc déclarée. Mais cette fois-ci, la lutte est transposée à l’échelle planétaire, et ce sont les Etats-Unis qui se sont mis immédiatement à la tête des armées libératrices dès que l’URSS, démantibulée, ne fut plus en mesure de s’opposer à ces desseins grandioses. La première guerre du Golfe contre l’Irak, en 1991, a donc été suivie par le bombardement de la Serbie en 1999, puis, après les attentats du 11 septembre 2001, par l’invasion de l’Afghanistan, et par une deuxième guerre du Golfe qui déboucha sur l’occupation de l’Irak.
On a beaucoup parlé de ces "néoconservateurs" qui entourent le président américain George W. Bush et qui ont déterminé sa politique belliciste. Ces anciens trotskistes, qui s’étaient tout naturellement mués en fervents démocrates dans les années 1980, au cours de l’ère reaganienne, se montraient dorénavant prêts à toutes les guerres pour imposer l’idéal démocratique dans le monde entier. Mais il faut dire, sous peine de ne rien comprendre à l’évolution du monde, que l’intérêt de l’Etat d’Israël était en jeu dans la guerre du Golfe, et que la plupart des néo-conservateurs de l’administration américaine étaient eux-mêmes très influencés par le sionisme, et entendaient réduire à néant une puissance irakienne qui aurait pu un jour menacer l’Etat hébreu.
De fait, les guerres américaines en Irak bénéficiaient incontestablement du soutien de la plus grande partie de la communauté juive internationale.

Ici, comme durant la guerre contre la Serbie et contre l’Afghanistan, les intellectuels cosmopolites faisaient partie des plus ardents groupes de pression bellicistes, pour la simple et bonne raison que ces guerres correspondaient aux objectifs globalistes : les bombardements américains contre la Serbie ont eu pour résultat de favoriser la progression de l’islam dans les Balkans, répondant en cela à l’objectif mondialiste de favoriser l’émergence de la société multiethnique qui doit accompagner l’établissement de la démocratie. Comme l’avait dit le général Wesley Clark, commandant en chef de l’OTAN en Europe à ce moment-là : "Il ne doit plus y avoir de place en Europe pour les sociétés ethniquement homogènes."
L’invasion de l’Afghanistan par les troupes américaines, quant à elle, répondait aux attentats du 11 septembre et à la nécessité de combattre dans le monde l’antisémitisme véhiculé par l’islam.

On constate donc que le système démocratique encourage l’islam à l’intérieur des Etats occidentaux dans le but d’instaurer une société plurielle, mais le combat sur la scène internationale, où il s’oppose aux intérêts d’Israël et des Etats occidentaux.
Ces guerres répondent donc parfaitement au projet d’édification de l’Empire global, qui ne pourra s’imposer que sur les décombres des sociétés traditionnelles et des libertés tribales. Dans cette perspective, le système médiatique représente évidemment la pierre angulaire des espérances planétariennes, puisque c’est par le biais de permanentes campagnes de " sensibilisation " que l’idée parvient à s’imposer progressivement dans les esprits occidentaux. Il semblerait cependant que nos concitoyens éprouvent aujourd’hui un sentiment plus ou moins diffus de défiance envers un discours politique lénifiant, ressassé à outrance, et qui fait de l’abolition des frontières le sésame du paradis terrestre.
A cet égard, le rejet de la constitution européenne par le corps électoral, lors du référendum de mai 2005 a peut-être été un signe annonciateur d’une prise de conscience d’un danger imminent, qui semblait couver sous les idées les plus nobles et les plus généreuses.
Car dans l’esprit de ses partisans les mieux renseignés, la constitution européenne et la formation d’un gouvernement européen, nous le verrons, préfiguraient assurément des projets beaucoup plus vastes.
L’idée d’une paix universelle, que nous aurait assurée une Europe sans frontières, est d’habitude un argument propre à séduire les Occidentaux, mais il faut croire que cette fois-ci, nos compatriotes ont préféré leur liberté tribale à tous les mirages du mondialisme. Aux promesses de " Paix " et de " Prospérité ", ils ont finalement préféré refuser poliment, comme devant un camelot ambulant un peu fourbe qui aurait trop insisté pour nous vendre son élixir miraculeux. Nous allons donc apprendre que, dans la bouche de certains experts, les mots "tolérance" et "droits de l’homme" peuvent aussi être utilisés comme de puissants anesthésiants, et que derrière un langage mielleux, des manières douces et de belles promesses, peuvent se cacher des intentions inavouables.

 

 

Hervé RYSSEN

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2006 5 29 /12 /décembre /2006 17:14

Nous plaçons ici l'introduction (2ème partie) du livre d'Hervé Ryssen, les Espérances planétatiennes. Ce livre est véritablement une oeuvre de salut public. Il démontre les origines religieuses qui sont à l'oeuvre dans le monde derrière le phénomène de la planétarisation ou "mondialisation".

 En 1918, après quatre années de guerre, le communisme russe représentait à nouveau les espoirs des pacifistes européens, qui avaient été si cruellement déçus en 1914, où ils n’avaient pu qu’assister, impuissants, au ralliement des masses au patriotisme dans tous les pays d’Europe. Vainqueurs en Russie, les bolcheviks, qui devaient encore combattre certaines résistances, voulaient la paix à tout prix afin de consolider leur révolution. Le 23 novembre 1917, ils demandaient l’armistice. Le 3 mars, ils signaient la paix de Brest-Litovsk, laissant à l’Allemagne les immenses territoires s’étirant de l’Ukraine aux pays baltes, et abandonnant sans état d’âme les alliés occidentaux. De leur point de vue, il ne s’agissait évidemment pas d’une trahison, puisque cette guerre était pour eux une guerre entre Etats capitalistes, et dans laquelle ils n’avaient aucun intérêt. Plus encore, le 7 décembre 1917, ils lançaient un appel aux peuples de l’Orient, dans lequel ils invitaient l’Inde, l’Egypte et tous les peuples colonisés à secouer le joug de l’impérialisme, affaiblissant encore les positions des Anglais et des Français. Voilà pourquoi le marxisme représentait à ce moment-là l’idéal pacifiste planétarien et la libération des opprimés. La IIIe Internationale des Travailleurs, espérait-on, allait réussir là où la Deuxième avait si lamentablement échoué en 1914.
L’édification de la société soviétique en Russie allait pourtant mettre à rude épreuve les idéaux révolutionnaires. Les anarchistes du monde entier allaient déchanter rapidement après l’écrasement des partisans ukrainiens de Makhno et la sanglante répression de Kronstadt en 1921. Ils seront à nouveau sérieusement malmenés par les Rouges au cours de la guerre d’Espagne, alors même qu’ils représentaient une masse militante beaucoup plus importante. Cependant, la grande majorité des intellectuels progressistes d’Occident resta fascinée par la révolution bolchevique, sans considération pour les excès auxquels elle avait donné lieu, et le gros des troupes resta acquis à la défense de l’URSS au moins jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’écrasement du nazisme, et même bien au-delà pour ce qui est de la fidélité aux principes du marxisme.
Tous les pacifistes n’étaient pas des marxistes en 1918, mais ceux qui professaient ces idées étaient catalogués comme tels par leurs adversaires. Le physicien Albert Einstein, par exemple, a été après la Première Guerre mondiale l’une des têtes de file de ce mouvement, ne cessant de réclamer le désarmement mondial dans ses conférences. S’il cristallisait sur lui la haine des nationalistes allemands, ce n’était pas tant comme apôtre du désarmement, que comme propagandiste du mondialisme, car pour Einstein, la paix universelle ne pouvait être assurée que par la constitution d’un gouvernement mondial. Dans l’Allemagne de la défaite, déchirée par la guerre civile et dans laquelle les communistes jouaient le rôle principal, il s’exposait immanquablement aux accusations et aux menaces de ceux qui voyaient en lui un traître et un bolchevik. C’est dire que ces idées pacifistes étaient assimilées au marxisme à ce moment-là. Bien que moins dogmatique dans son combat pour la paix, l’écrivain viennois Stefan Zweig connu les mêmes difficultés en Autriche.
Il est vrai que la révolution bolchevique avait enfiévré bien des esprits en Occident, et provoqué des haines meurtrières de part et d’autre. " A cette sacralisation de la doctrine marxiste, élevée presque au rang d’une théologie, écrit Pascal Bruckner, les penseurs démocratiques ont riposté par un éloge de la modération chargée de freiner les emballements de l’Histoire. Ce fut la grandeur d’un Karl Popper, d’un Isaiah Berlin, d’un Raymond Aron que de se poser en démobilisateurs face à une espérance révolutionnaire qui ne réclamait la liberté totale que pour répandre la terreur absolue. "
Un autre Viennois, le philosophe Karl Popper, avait en effet été séduit dans sa jeunesse par le bolchevisme, mais il s’en était détourné rapidement, pour devenir le chantre de la démocratie libérale. Comme Einstein, Joseph Roth et Stefan Zweig, Karl Popper, juif, lui aussi, s’était exilé après la prise du pouvoir par Hitler. Il gagna Londres, où il publia en 1945 son fameux livre intitulé La Société ouverte et ses ennemis, dans lequel il exposait une critique du marxisme et des systèmes totalitaires. Ce livre, qui allait devenir une des références obligées des penseurs libéraux, a très largement inspiré un autre philosophe, beaucoup plus connu aujourd’hui pour ses activités de spéculateur international.
Le milliardaire George Soros, en effet, reconnaît en lui son maître-à-penser, et se fait l’apôtre de la "société ouverte" qu’il encourage partout dans le monde par le biais de sa fondation. Car l’héritier spirituel de Karl Popper ne se contente pas de réfléchir sur des concepts : il consacre surtout des milliards de dollars à promouvoir les idéaux démocratiques, notamment dans les ex-pays du bloc de l’Est, dans cette Europe centrale d’où il est originaire. Mais, comme il le dit lui-même, son action avait déjà commencé avant la chute du mur de Berlin : " En 1979, quand j’ai gagné plus d’argent qu’il m’en était nécessaire, j’ai créé une fondation, l’Open Society Found. Je lui avais fixé comme objectif d’aider à ouvrir les sociétés "fermées", à rendre les sociétés ouvertes plus vivables, et à encourager un mode de pensée critique. Par le biais de cette fondation, j’ai été profondément impliqué dans le processus de désintégration du système soviétique. " C’est là évidemment un propos qui peut nous emmener très loin dans l’interprétation de la chute du régime communiste : est-il mort de ses propres faiblesses, ou bien l’a-t-on aidé à mourir ?
Il est bien certain que les aspirations planétariennes ont pu être frustrées par ce qu’il était advenu des pays communistes, qui étaient supposés, à l’origine, édifier une société fraternelle pour les prolétaires, et qui étaient surtout supposés réaliser enfin l’unification du monde. Ces déceptions vont éloigner peu à peu bien d’autres intellectuels occidentaux du communisme international, au moins dans sa version soviétique.
L’un des principaux points de rupture fut assurément suscité par la politique soviétique à l’égard de l’Etat d’Israël. Créé en 1948, cet Etat fut immédiatement reconnu par l’Union soviétique qui espérait s’en faire un allié de poids au Proche Orient, mais les Juifs israéliens trouvèrent un plus large appui financier aux Etats-Unis, vers qui ils se tournèrent rapidement. Moscou changea alors brusquement de politique et soutint les revendications arabes, ce qui plaça de nombreux intellectuels marxistes devant un dilemme cornélien : comment concilier son soutien à la patrie des travailleurs et son amour pour l’Israël ? Beaucoup se détournèrent définitivement de l’Union soviétique à ce moment-là, d’autant plus que la radicalisation de la ligne antisioniste de l’URSS prit une teinte antisémite qui s’accentua en 1951. La défense des refuzniks – ces Juifs russes que le régime soviétique empêchait de rejoindre l’Israël – et le respect des droits de l’homme en URSS fut alors un des axes prioritaires du combat de ces tout nouveaux militants des droits de l’homme. De nombreux Juifs prirent alors prétexte de ces nouvelles dispositions de l’Etat soviétique pour se jeter à corps perdu dans un anticommunisme soudain et très particulier, et qui était d’autant plus virulent qu’il permettait de renier un système dans lequel certains Juifs avaient joué un rôle fort compromettant pendant une trentaine d’années.
Le témoignage de Soljénitsyne nous est ici de la plus grande importance. Celui-ci note avec justesse que ni la famine organisée, ni les sanglantes répressions, ni les millions de morts des goulags au cours de la terrible période des années vingt et trente en URSS, n’avaient affecté le soutien des intellectuels progressistes occidentaux au régime bolchevique. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les troupes soviétiques, galvanisées par le cinéaste Eisenstein et le poète Ilya Ehrenbourg, selon la logique déjà exprimée du " patriotisme modulable ", étaient applaudies par l’ensemble de l’intelligentsia occidentale, en plus d’être largement approvisionnées en armes, en avions et en matériel militaire de toute sorte par l’Amérique démocratique. C’est seulement lorsque les armées nazies furent écrasées, en bonne partie grâce au sang versé par les Russes, et que l’Union soviétique soutint les Etats arabes, que ces intellectuels commencèrent à se détourner du régime. Cette tendance s’accentua très fortement lorsque les Juifs d’URSS furent évincés des principaux postes de direction à partir de 1951. Le combat pour les refuzniks devint alors la grande cause planétaire et bénéficia de toute la puissance médiatique de l’Occident. L’idéologie des droits de l’homme ne semblait ne s’être mise en branle que pour la défense des Juifs écartés du pouvoir en URSS. Mais les dizaines de millions d’autres soviétiques qui eux aussi auraient sans doute choisi l’exil, n’avaient d’autre choix que de souffrir en silence.
Néanmoins, les idées socialistes continuèrent encore longtemps à exercer un formidable pouvoir d’attraction par le biais des différents courants issus du marxisme, qui critiquaient certes l’URSS, mais qui conservaient intactes les espérances planétariennes du communisme. La révolte de mai 1968 témoigne de la prédominance de cette idéologie dans les universités d’Occident à ce moment-là. L’URSS n’était plus un exemple que pour les vieux " staliniens " du Parti communiste, mais le mythe révolutionnaire trouvait à s’alimenter largement dans le trotskisme, le maoïsme, l’anarchisme et, plus concrètement, dans toutes les luttes de libération du Tiers-Monde. Tous continuaient à croire à ce messianisme universel alimenté par les productions intellectuelles de " l’école de Francfort ", représentée par Herbert Marcuse, Horckheimer, Theodore Wiesenthal Adorno, Jürgen Habermas, qui furent les porte-drapeaux des révoltés, aux côtés de Marx, de Lénine et de Mao. L’heure n’était donc pas encore advenue où il faudrait prendre la mesure des succès incontestables de la démocratie libérale dans la réalisation des objectifs planétariens, et de reléguer au placard les idéaux de sa jeunesse. Pour les étudiants de mai 1968, l’ennemi à abattre restait le capitalisme international, qui avait invariablement le visage de la civilisation européenne, coupable d’avoir enfanté le capitalisme et l’oppression, non seulement des prolétaires européens, mais encore, et surtout, des travailleurs du monde entier. On soutenait le combat du Viet Minh comme on avait soutenu les fellaghas du FLN algérien. Là encore, il ne s’agissait pas de trahison mais de combat libérateur contre l’oppression capitaliste. Bientôt, dans le mythe révolutionnaire, le prolétariat, la classe laborieuse européenne qui devait conduire la révolution socialiste, allait être remplacée par les masses du tiers-monde qui peuplaient les pays du Sud et qui bientôt peupleraient aussi de plus en plus largement les pays riches.
Il était temps en effet de trouver une classe laborieuse de substitution. Les sociétés occidentales connaissaient une mutation économique importante qui se caractérisait par une forte progression du secteur tertiaire au détriment du secteur industriel. Avec le passage à une économie post-industrielle, le nombre des ouvriers commençait à décroître. Cette évolution de la société et l’enrichissement général qui accompagna cette mutation économique et sociale n’entamèrent en aucune manière le combat des progressistes, dont les convictions planétariennes allaient s’affirmer avec beaucoup plus de vigueur. Leurs espoirs s’étaient alors reportés sur toutes les " minorités opprimées " : les immigrés, en premier lieu, victimes de la colonisation, mais aussi toutes les catégories de gens qui pouvaient se sentir oppressés par la société bourgeoise et la domination du " mâle blanc ". Les revendications des féministes et des minorités sexuelles, conjointement avec les luttes des peuples du tiers-monde, allaient nourrir l’idée que le prolétariat européen était remplaçable, et ce d’autant plus que l’immigration allait fournir un réservoir de nouveaux révolutionnaires, ou en tout cas de nouveaux électeurs.
Les petites gens ont évidemment eu à souffrir de la concurrence de cette nouvelle main-d’œuvre, taillable et corvéable à merci, importée par un patronat qui comptait sur ce réservoir pour exercer une pression à la baisse sur les salaires. Les délocalisations d’entreprises qui se multipliaient, et tous les problèmes liés à la coexistence des communautés dans les cités autrefois ouvrières, frappèrent d’abord les travailleurs " de souche " les plus défavorisés. Ce sont bien eux, en effet, les premiers qui ont eu à pâtir de cette nouvelle forme de société, inventée par des idéologues et encouragée par le patronat. De fait, l’afflux de la main-d’œuvre étrangère en provenance du Maghreb et de l’Afrique noire et l’immigration massive des années 1980-1990 avaient transformé considérablement leur environnement. Un film français des années 1950, 1960, 1970 ou même 1980 laisse voir une société de souche européenne. En l’espace d’une vingtaine d’années, la société française a connu sur ce plan une profonde mutation, et c’est incontestablement ce phénomène majeur qui accrédite en France l’idée qu’une société mondiale est en train de s’instaurer.
Les cités ouvrières des années 60 étaient devenues de véritables ghettos urbains que les " petits blancs ", devenus minoritaires, ne pensaient plus qu’à fuir. Si l’on veut bien regarder l’évolution du monde occidental avec un peu de hauteur, on se rend compte, après un siècle de combats, que le seul résultat tangible du communisme local en France est d’avoir transformé ses municipalités en villes du tiers-monde, dans une étonnante conjonction de vue avec le patronat. S’estimant trahis par leur défenseurs attitrés, délaissés par leurs intellectuels au profit des immigrés et des minorités de toutes sortes, c’est bien légitimement que les " petits blancs " se sont réfugiés dans les bras des " populistes ". Selon le Manifeste du parti communiste de Marx, " les ouvriers n’ont pas de patrie " ; à moins bien entendu qu’ils n’aient au contraire que cela. Dans la bouche des progressistes, les " prolétaires " étaient désormais appelés avec mépris des " beaufs ", c’est-à-dire des Français de souche arriérés, s’accrochant à leurs méprisables traditions et incapables de comprendre les immenses progrès que représentait la société plurielle. Si au XIXe siècle, le marxisme se traduit d’abord par la défense du monde ouvrier, la fin du XXe siècle va révéler en pleine lumière toute l’importance de l’universalisme qui lui est consubstantiel, avec son projet de société mondiale, d’Etat mondial, de gouvernement mondial.
L’idéal planétarien et la volonté d’édifier la société plurielle auront finalement pris le pas sur le credo anticapitaliste. Le mouvement s’est d’ailleurs effectué tout naturellement, parce que chez tous les penseurs marxistes, le capitalisme est, consciemment ou non, assimilé à une race blanche arrogante et impérialiste. Depuis longtemps, la vulgate marxiste entretient l’idée que l’homme blanc est coupable de la plupart des maux sur cette terre. Il est le grand responsable des pires crimes, des pires atrocités qui ont été commis dans l’histoire, du massacre des Indiens d’Amérique au génocide des Juifs, en passant par toutes les horreurs de la colonisation. Toute son histoire n’est que violence et obscurantisme. Sa religion est une horreur, et toutes ses traditions ne valent certes pas les plus nobles coutumes d’une tribu africaine. Pour finir, l’homme blanc a mis sur pied cette désespérante société de consommation dans laquelle nous sommes aujourd’hui enlisés jusqu’au cou. Voilà ce qu’enseigne le marxisme. Dans ces conditions on comprendra pourquoi la jeunesse occidentale n’aspire qu’à railler la génération de ses parents et toutes les générations qui l’ont devancée.

. Vainqueurs en Russie, les bolcheviks, qui devaient encore combattre certaines résistances, voulaient la paix à tout prix afin de consolider leur révolution. Le 23 novembre 1917, ils demandaient l’armistice. Le 3 mars, ils signaient la paix de Brest-Litovsk, laissant à l’Allemagne les immenses territoires s’étirant de l’Ukraine aux pays baltes, et abandonnant sans état d’âme les alliés occidentaux. De leur point de vue, il ne s’agissait évidemment pas d’une trahison, puisque cette guerre était pour eux une guerre entre Etats capitalistes, et dans laquelle ils n’avaient aucun intérêt. . Voilà pourquoi le marxisme représentait à ce moment-là l’idéal pacifiste planétarien et la libération des opprimés. La IIIe Internationale des Travailleurs, espérait-on, allait réussir là où la Deuxième avait si lamentablement échoué en 1914.Tous les pacifistes n’étaient pas des marxistes en 1918, mais ceux qui professaient ces idées étaient catalogués comme tels par leurs adversaires. Le physicien Albert Einstein, par exemple, a été après la Première Guerre mondiale l’une des têtes de file de ce mouvement, ne cessant de réclamer le désarmement mondial dans ses conférences. S’il cristallisait sur lui la haine des nationalistes allemands, ce n’était pas tant comme apôtre du désarmement, que comme propagandiste du mondialisme, car pour Einstein, la paix universelle ne pouvait être assurée que par la constitution d’un gouvernement mondial. Dans l’Allemagne de la défaite, déchirée par la guerre civile et dans laquelle les communistes jouaient le rôle principal, il s’exposait immanquablement aux accusations et aux menaces de ceux qui voyaient en lui un traître et un bolchevik. C’est dire que ces idées pacifistes étaient assimilées au marxisme à ce moment-là. Bien que moins dogmatique dans son combat pour la paix, l’écrivain viennois Stefan Zweig connu les mêmes difficultés en Autriche.Il est vrai que la révolution bolchevique avait enfiévré bien des esprits en Occident, et provoqué des haines meurtrières de part et d’autre. " A cette sacralisation de la doctrine marxiste, élevée presque au rang d’une théologie, écrit Pascal Bruckner, les penseurs démocratiques ont riposté par un éloge de la modération chargée de freiner les emballements de l’Histoire. Ce fut la grandeur d’un Karl Popper, d’un Isaiah Berlin, d’un Raymond Aron que de se poser en démobilisateurs face à une espérance révolutionnaire qui ne réclamait la liberté totale que pour répandre la terreur absolue. "Un autre Viennois, le philosophe Karl Popper, avait en effet été séduit dans sa jeunesse par le bolchevisme, mais il s’en était détourné rapidement, pour devenir le chantre de la démocratie libérale. Comme Einstein, Joseph Roth et Stefan Zweig, Karl Popper, juif, lui aussi, s’était exilé après la prise du pouvoir par Hitler. Il gagna Londres, où il publia en 1945 son fameux livre intitulé La Société ouverte et ses ennemis, dans lequel il exposait une critique du marxisme et des systèmes totalitaires. Ce livre, qui allait devenir une des références obligées des penseurs libéraux, a très largement inspiré un autre philosophe, beaucoup plus connu aujourd’hui pour ses activités de spéculateur international., en effet, reconnaît en lui son maître-à-penser, et . Mais, comme il le dit lui-même, son action avait déjà commencé avant la chute du mur de Berlin : " En 1979, quand j’ai gagné plus d’argent qu’il m’en était nécessaire, j’ai créé une fondation, l’Open Society Found. Je lui avais fixé comme objectif d’aider à ouvrir les sociétés "fermées", à rendre les sociétés ouvertes plus vivables, et à encourager un mode de pensée critique. Par le biais de cette fondation, j’ai été profondément impliqué dans le processus de désintégration du système soviétique. " C’est là évidemment un propos qui peut nous emmener très loin dans l’interprétation de la chute du régime communiste : est-il mort de ses propres faiblesses, ou bien l’a-t-on aidé à mourir ?Il est bien certain que les aspirations planétariennes ont pu être frustrées par ce qu’il était advenu des pays communistes, qui étaient supposés, à l’origine, édifier une société fraternelle pour les prolétaires, et qui étaient surtout supposés réaliser enfin l’unification du monde. Ces déceptions vont éloigner peu à peu bien d’autres intellectuels occidentaux du communisme international, au moins dans sa version soviétique.L’un des principaux points de rupture fut assurément suscité par la politique soviétique à l’égard de l’Etat d’Israël. Créé en 1948, cet Etat fut immédiatement reconnu par l’Union soviétique qui espérait s’en faire un allié de poids au Proche Orient, mais les Juifs israéliens trouvèrent un plus large appui financier aux Etats-Unis, vers qui ils se tournèrent rapidement. Moscou changea alors brusquement de politique et soutint les revendications arabes, ce qui plaça de nombreux intellectuels marxistes devant un dilemme cornélien : comment concilier son soutien à la patrie des travailleurs et son amour pour l’Israël ? Beaucoup se détournèrent définitivement de l’Union soviétique à ce moment-là, d’autant plus que la radicalisation de la ligne antisioniste de l’URSS prit une teinte antisémite qui s’accentua en 1951. La défense des refuzniks – ces Juifs russes que le régime soviétique empêchait de rejoindre l’Israël – et le respect des droits de l’homme en URSS fut alors un des axes prioritaires du combat de ces tout nouveaux militants des droits de l’homme. De nombreux Juifs prirent alors prétexte de ces nouvelles dispositions de l’Etat soviétique pour se jeter à corps perdu dans un anticommunisme soudain et très particulier, et qui était d’autant plus virulent qu’il permettait de renier un système dans lequel certains Juifs avaient joué un rôle fort compromettant pendant une trentaine d’années.Le témoignage de Soljénitsyne nous est ici de la plus grande importance. Celui-ci note avec justesse que ni la famine organisée, ni les sanglantes répressions, ni les millions de morts des goulags au cours de la terrible période des années vingt et trente en URSS, n’avaient affecté le soutien des intellectuels progressistes occidentaux au régime bolchevique. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les troupes soviétiques, galvanisées par le cinéaste Eisenstein et le poète Ilya Ehrenbourg, selon la logique déjà exprimée du " patriotisme modulable ", étaient applaudies par l’ensemble de l’intelligentsia occidentale, en plus d’être largement approvisionnées en armes, en avions et en matériel militaire de toute sorte par l’Amérique démocratique. C’est seulement lorsque les armées nazies furent écrasées, en bonne partie grâce au sang versé par les Russes, et que l’Union soviétique soutint les Etats arabes, que ces intellectuels commencèrent à se détourner du régime. Cette tendance s’accentua très fortement lorsque les Juifs d’URSS furent évincés des principaux postes de direction à partir de 1951. Le combat pour les refuzniks devint alors la grande cause planétaire et bénéficia de toute la puissance médiatique de l’Occident. L’idéologie des droits de l’homme ne semblait ne s’être mise en branle que pour la défense des Juifs écartés du pouvoir en URSS. Mais les dizaines de millions d’autres soviétiques qui eux aussi auraient sans doute choisi l’exil, n’avaient d’autre choix que de souffrir en silence.Néanmoins, les idées socialistes continuèrent encore longtemps à exercer un formidable pouvoir d’attraction par le biais des différents courants issus du marxisme, qui critiquaient certes l’URSS, mais qui conservaient intactes les espérances planétariennes du communisme. La révolte de mai 1968 témoigne de la prédominance de cette idéologie dans les universités d’Occident à ce moment-là. L’URSS n’était plus un exemple que pour les vieux " staliniens " du Parti communiste, mais le mythe révolutionnaire trouvait à s’alimenter largement dans le trotskisme, le maoïsme, l’anarchisme et, plus concrètement, dans toutes les luttes de libération du Tiers-Monde. Tous continuaient à croire à ce messianisme universel alimenté par les productions intellectuelles de " l’école de Francfort ", représentée par Herbert Marcuse, Horckheimer, Theodore Wiesenthal Adorno, Jürgen Habermas, qui furent les porte-drapeaux des révoltés, aux côtés de Marx, de Lénine et de Mao. L’heure n’était donc pas encore advenue où il faudrait prendre la mesure des succès incontestables de la démocratie libérale dans la réalisation des objectifs planétariens, et de reléguer au placard les idéaux de sa jeunesse. Pour les étudiants de mai 1968, l’ennemi à abattre restait le capitalisme international, qui avait invariablement le visage de la civilisation européenne, coupable d’avoir enfanté le capitalisme et l’oppression, non seulement des prolétaires européens, mais encore, et surtout, des travailleurs du monde entier. . . Bientôt, dans le mythe révolutionnaire, le prolétariat, la classe laborieuse européenne qui devait conduire la révolution socialiste, allait être remplacée par les masses du tiers-monde qui peuplaient les pays du Sud et qui bientôt peupleraient aussi de plus en plus largement les pays riches.Il était temps en effet de trouver une classe laborieuse de substitution. Les sociétés occidentales connaissaient une mutation économique importante qui se caractérisait par une forte progression du secteur tertiaire au détriment du secteur industriel. Avec le passage à une économie post-industrielle, le nombre des ouvriers commençait à décroître. Cette évolution de la société et l’enrichissement général qui accompagna cette mutation économique et sociale n’entamèrent en aucune manière le combat des progressistes, dont les convictions planétariennes allaient s’affirmer avec beaucoup plus de vigueur. Leurs espoirs s’étaient alors reportés sur toutes les " minorités opprimées " : les immigrés, en premier lieu, victimes de la colonisation, mais aussi toutes les catégories de gens qui pouvaient se sentir oppressés par la société bourgeoise et la domination du " mâle blanc ". Les revendications des féministes et des minorités sexuelles, conjointement avec les luttes des peuples du tiers-monde, allaient nourrir l’idée que le prolétariat européen était remplaçable, et ce d’autant plus que l’immigration allait fournir un réservoir de nouveaux révolutionnaires, ou en tout cas de nouveaux électeurs.Les petites gens ont évidemment eu à souffrir de la concurrence de cette nouvelle main-d’œuvre, taillable et corvéable à merci, importée par un patronat qui comptait sur ce réservoir pour exercer une pression à la baisse sur les salaires. Les délocalisations d’entreprises qui se multipliaient, et tous les problèmes liés à la coexistence des communautés dans les cités autrefois ouvrières, frappèrent d’abord les travailleurs " de souche " les plus défavorisés. Ce sont bien eux, en effet, les premiers qui ont eu à pâtir de cette nouvelle forme de société, inventée par des idéologues et encouragée par le patronat. De fait, l’afflux de la main-d’œuvre étrangère en provenance du Maghreb et de l’Afrique noire et l’immigration massive des années 1980-1990 avaient transformé considérablement leur environnement. Un film français des années 1950, 1960, 1970 ou même 1980 laisse voir une société de souche européenne. En l’espace d’une vingtaine d’années, la société française a connu sur ce plan une profonde mutation, et c’est incontestablement ce phénomène majeur qui accrédite en France l’idée qu’une société mondiale est en train de s’instaurer.Les cités ouvrières des années 60 étaient devenues de véritables ghettos urbains que les " petits blancs ", devenus minoritaires, ne pensaient plus qu’à fuir. Si l’on veut bien regarder l’évolution du monde occidental avec un peu de hauteur, on se rend compte, après un siècle de combats, que le seul résultat tangible du communisme local en France est d’avoir transformé ses municipalités en villes du tiers-monde, dans une étonnante conjonction de vue avec le patronat. S’estimant trahis par leur défenseurs attitrés, délaissés par leurs intellectuels au profit des immigrés et des minorités de toutes sortes, c’est bien légitimement que les " petits blancs " se sont réfugiés dans les bras des " populistes ". Selon le Manifeste du parti communiste de Marx, " les ouvriers n’ont pas de patrie " ; à moins bien entendu qu’ils n’aient au contraire que cela. Dans la bouche des progressistes, les " prolétaires " étaient désormais appelés avec mépris des " beaufs ", c’est-à-dire des Français de souche arriérés, s’accrochant à leurs méprisables traditions et incapables de comprendre les immenses progrès que représentait la société plurielle. Si au XIXe siècle, le marxisme se traduit d’abord par la défense du monde ouvrier, la fin du XXe siècle va révéler en pleine lumière toute l’importance de l’universalisme qui lui est consubstantiel, avec son projet de société mondiale, d’Etat mondial, de gouvernement mondial.L’idéal planétarien et la volonté d’édifier la société plurielle auront finalement pris le pas sur le credo anticapitaliste. Le mouvement s’est d’ailleurs effectué tout naturellement, parce que chez tous les penseurs marxistes, le capitalisme est, consciemment ou non, assimilé à une race blanche arrogante et impérialiste.

Nulle part ailleurs dans le monde, on ne constate cette fascination pour la société multiethnique, cet amour de la société ouverte, mais aussi cette aversion pour ses propres traditions et pour son propre peuple que l’on espère voir s’éteindre au plus vite. Cette entreprise de culpabilisation en profondeur ne pouvait déboucher que sur ce résultat. Lorsque les tenants de la mondialisation revendiquent haut et fort la suppression des frontières, non seulement pour les marchandises, mais aussi pour les hommes, ils savent pertinemment que les mouvements migratoires sont à sens unique et se dirigent vers les pays du Nord. Consciemment ou non, ils souhaitent bien la disparition de leur propre espèce. C’est parce que les Français, et avec eux de très nombreux Occidentaux, sont imprégnés de la conviction que leurs vieilles traditions, héritées du passé, sont des barrières à l’amour universel entre tous les hommes de la planète. Ce qu’ils ne voient plus, c’est que la volonté de construire la société plurielle en remplacement des sociétés traditionnelles, est spécifiquement européenne et occidentale, et que nulle part ailleurs dans le monde, on n’ouvre son territoire, on ne rejette son passé, sa religion et ses vieilles coutumes au nom d’une très hypothétique 'paix universelle'.
Dans ces conditions, on admettra que l’immigration actuelle est moins un phénomène naturel que le fruit d’une idéologie universaliste qui travaille à la disparition des nations, et qui correspond d’ailleurs autant aux aspirations marxistes que libérales.
Les esprits planétariens expliqueront que cette évolution est inéluctable, que les habitants des pays pauvres tenteront de toute manière et par tous les moyens de passer dans les pays riches, et qu’il est parfaitement illusoire de tendre des barbelés aux frontières tant que le problème de la malnutrition ne sera pas résolu en Afrique ou ailleurs. La volonté politique se conjugue ici au credo humanitaire pour ligoter les mains des Occidentaux devant ce problème, et ce, au nom des droits de l’homme et de la démocratie. Mais à la vérité, ce sont bien ces considérations idéologiques, et non des impossibilités matérielles qui rendent les Européens impuissants à régler la question des flux migratoires. Avec des moyens beaucoup plus misérables, les pays du Sud se permettent régulièrement d’expulser de leurs territoires des dizaines de milliers de ressortissants étrangers en quelques jours quand cela leur semble nécessaire : en septembre 2003, Djibouti a expulsé 80 000 Somaliens et Ethiopiens (15% de la population) entrés frauduleusement dans le pays ; en 1998, l’Ethiopie avait elle-même expulsé sans ménagement 50 000 Erythréens ; en 1996, le Gabon s’était débarrassé de 80 000 clandestins et la Libye de 330 000 ; en 1983, le Nigeria faisait décamper un million et demi d’indésirables, et récidivait en 1985 sans provoquer les réactions épidermiques des médiats occidentaux.
De nombreux autres exemples pourraient être cités, mais pour démontrer que le contrôle des frontières ne dépend que de la volonté politique, on pourrait encore soulever les cas de la défunte URSS, de la Chine, ou de tout autre pays qui ne fait pas des " droits de l’homme " son unique système de référence et qui s’appuie aussi sur le
droit légitime de tous les peuples sur cette terre à exister sur un territoire déterminé, selon ses règles propres, ses lois et ses coutumes. Après tout, c’est bien cette diversité qui constitue en premier lieu la richesse du monde. Comme on le voit, l’immigration actuelle en Occident n’est pas une fatalité, et son caractère " inéluctable " ne correspond à rien d’autre qu’à un discours politique, dissimulé sous le masque de la " tolérance " et de l’idéologie des droits de l’homme.
Les militants et sympathisants marxistes, défenseurs des pauvres et des humbles, ne voient plus la contradiction qu’il y a à encourager une immigration massive, en plein accord avec le patronat, alors même que celle-ci, clandestine ou légale, exerce de toute évidence une pression à la baisse sur les salaires des Français les plus défavorisés et détruit la vieille culture populaire.

Le marxisme a eu pour résultat de déraciner chez les Occidentaux toute conscience identitaire, à tel point que l’on se rebelle à l’idée de défendre la culture auvergnate, jugée "réactionnaire", mais que l’on est prêt à tout pour sauver une tribu d’Indiens en Amazonie.

Mieux encore : on se sentira beaucoup plus à l’aise dans un quartier immigré que dans un quartier français, parce que l’on a acquis la conviction que ces immigrés ne sont pas des intrus, mais représentent un prolétariat mondial qui est le seul capable de débarrasser le monde de la société capitaliste, assimilée plus ou moins consciemment à une race blanche oppressive et conquérante. Au nom de la diversité, on prône alors la société plurielle, sans réaliser que toutes les traditions, quelles qu’elles soient, se délitent dans la société de consommation occidentale, et qu’au final, on aboutit à une société à l’américaine que l’on prétend abhorrer et combattre.
On constatera aussi un autre étonnant paradoxe du même genre, qui induit là encore l’idée que la culpabilisation du monde européen, notamment à travers une historiographie tendancieuse, n’est pas un phénomène naturel, mais qu’elle est bien
le fait de certains intellectuels qui ont entrepris la destruction de l’ancienne civilisation.
On sait que le marxisme s’oppose à l’emprise des religions, de toutes les religions, considérées comme "l’opium du peuple
", ne servant qu’à faire oublier aux prolétaires leur condition d’hommes exploités par le capitalisme et à légitimer la domination de la classe possédante. Mais on ne peut que constater que la lutte des marxistes et des partisans du laïcisme s’exerce bien davantage contre le catholicisme que contre le protestantisme, par exemple, pour ne pas parler du judaïsme et de l’islam. Pourtant, le protestantisme est une religion plus proche des réalités mercantiles. Ce sont les protestants qui pensent que la réussite commerciale est le signe d’une élection divine, et non les catholiques.

Ce sont les protestants puritains anglo-saxons qui ont massacré les Indiens d’Amérique, parce que, tout imprégnés de l’exemple de l’Ancien Testament et du peuple juif massacrant les autochtones jusqu’au dernier, ils se croyaient le nouveau peuple élu prenant possession de la terre de Canaan.

C’est encore le protestantisme puritain qui représenta la religion dans ce qu’elle a pu avoir de plus austère et de plus " rétrograde " : ce sont les puritains anglais qui interdisaient les danses, le théâtre et les courses, et non les catholiques.

Leur frugalité, leur auto-discipline, leur honnêteté et leur aversion pour les plaisirs simples, constituaient une sorte d’ascétisme séculier qui aurait dû logiquement rebuter les militants marxistes, dont l’un des slogans de mai 68 était de "jouir sans entraves". Et pourtant, c’est le catholicisme qui cristallise la haine marxiste de la religion. Il faut donc bien qu’un élément extérieur soit venu s’ajouter subrepticement à la vulgate anti-capitaliste. Il y a là une contradiction qui ne peut s’expliquer que par une haine religieuse, présente dans le marxisme, mais que nous retrouvons dans nombre de produits culturels de notre société démocratique occidentale.
On peut constater aussi que nulle critique ne s’élève jamais en Occident contre l’hindouisme, qui est une des rares grandes religions qui ne soit pas fondée sur une doctrine de l’égalité universelle. La doctrine hindoue divise au contraire les hommes de manière rigide en un système de castes, qui définit les droits, les privilèges et les modes de vie de chacune d’entre elles. Elle sanctifie la pauvreté et l’immobilisme social des castes inférieures, en leur promettant la possibilité d’une renaissance plus élevée dans les vies postérieures. En cela, cette religion devrait faire aussi l’objet des plus vives attaques des doctrinaires du marxisme, tout comme l’islam et le judaïsme, par ailleurs. Mais là encore, il n’en est rien, et seul le catholicisme fait l’objet des railleries habituelles.
Ces contradictions évidentes nous confortent dans l’idée que l’anti-catholicisme ne représente pas seulement une réaction de la part des tenants de la liberté contre "l’ordre moral" ; ce n’est pas seulement un parti pris progressiste contre l’ "obscurantisme", mais la manifestation d’une haine religieuse qui remonte bien au-delà du XIXe siècle et des luttes sociales. Ces attaques incessantes contre la société traditionnelle européenne ne sont pourtant pas l’apanage du marxisme, et force est de constater que le thème de la culpabilisation est largement relayé aujourd’hui par le système démocratique, dans lequel les médiats tiennent la place du véritable pouvoir, tant et si bien qu’il est difficile d’y démêler l’influence du marxisme de celle de la pensée libérale. C’est parce que ces deux courants politiques plongent leurs racines dans le même terreau du cosmopolitisme.
C’est là un élément qui contribue largement à estomper la division politique traditionnelle entre la "droite" et la "gauche".
La mondialisation n’est donc pas tant un phénomène économique que l’aboutissement d’une volonté idéologique et politique très précise dont l’objectif est de parvenir à l’unification du monde, d’une manière ou d’une autre. Dans cette perspective, l’effondrement du bloc communiste en 1991 a été une étape majeure. Débarrassé du boulet soviétique, le marxisme militant est alors apparu en Occident d’abord et avant tout comme un vecteur des idées cosmopolites, et comme le fer de lance de la société plurielle. Tandis que dans sa version soviétique, il revêtait les formes les plus réactionnaires et militaristes, il ne se pose plus aujourd’hui que comme force de progrès, bénéficiant de la complicité de la plupart des grands médiats ainsi que des subventions de l’Etat. Loin d’avoir été brisé par l’échec de l’expérience soviétique, le marxisme occidental s’en est trouvé au contraire libéré.
Il s’est lancé depuis lors dans une propagande mondialiste, ou "altermondialiste", qui fait de la société mondiale, sans frontière et sans discrimination d’aucune sorte, l’objectif ultime de son projet politique.
Les enjeux géo-stratégiques et l’antagonisme entre Moscou et Washington cachaient en fait les extraordinaires similitudes idéologiques entre la pensée marxiste et l’idéal démocratique
. Il est tout à fait éclairant en effet de constater que ces deux idéologies véhiculent les mêmes aspirations : toutes deux tendent dans leurs principes à l’unification du monde, à la suppression des frontières, à l’instauration d’un gouvernement mondial et à la création d’un nouvel homme. Mais sur ce plan comme sur d’autres, le modèle soviétique a été un échec. Après la chute du mur de Berlin, il fallut établir un bilan de l’expérience. Incontestablement, la démocratie avait triomphé partout où le communisme avait largement échoué. L’édification de la société plurielle multiethnique et l’ébauche d’un gouvernement mondial étaient l’œuvre de la démocratie libérale. De plus, le communisme avait failli dans sa tâche historique qui était d’édifier une société sans classe, dans le respect des droits de l’homme et des communautés. Au lieu de cela, l’Union soviétique s’était transformée en camp retranché, où la liberté était surveillée, la vie passablement difficile, et d’où il était de toute manière impossible de sortir, sauf pour les Juifs, qui bénéficiaient de tout le soutien des pays occidentaux. Il était clair que la réalisation des espérances planétariennes serait l’œuvre de la démocratie et non le fruit de l’expérience soviétique.
Depuis longtemps déjà en Occident, la plupart des intellectuels qui étaient pétris des idées de société égalitaire et d’espérances messianiques, avaient fait leur deuil de la patrie du socialisme comme idéal pour les travailleurs du monde entier.
Depuis longtemps déjà, les principaux groupes d’obédience marxiste avaient pris la mesure de l’échec du soviétisme et effectué leur mutation. Ils avaient orienté leur combat dans un sens planétarien, mobilisant davantage leurs troupes pour des causes humanitaires que contre le mode de production capitaliste : l’égalité des citoyens, la "lutte contre les discriminations", le combat contre le racisme, pour la reconnaissance des minorités nationales ou sexuelles, pour l’abolition des frontières, pour la défense de l’environnement, dans une vision écologique à l’échelle planétaire. Tous les espoirs messianiques du marxisme semblaient déjà depuis longtemps s’accommoder de la démocratie libérale, tout en conservant la vulgate révolutionnaire propre à mobiliser les idéalistes générés en masse par une désespérante société de consommation.
Le romancier Mario Vargas Llosa a fort bien exprimé ce sentiment au sujet de l’évolution de l’idée planétarienne : "L’un des idéaux de notre jeunesse, dit-il – la disparition des frontières, l’intégration des pays du monde au sein d’un système d’échange qui profite à tous – tend aujourd’hui à se concrétiser. Mais contrairement à ce que nous croyions, ce n’est pas la révolution socialiste qui a suscité cette internationalisation, mais ses bêtes noires : le capitalisme et le marché. C’est pourtant la plus belle avancée de l’histoire moderne parce qu’elle jette les bases d’une nouvelle civilisation à l’échelle planétaire, qui s’organise autour de la démocratie politique, de la prédominance de la société civile, de la liberté économique et des droits de l’homme."

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2006 5 29 /12 /décembre /2006 17:05
Nous plaçons ici l'introduction du livre d'Hervé Ryssen, les Espérances planétatiennes. Ce livre est véritablement une oeuvre de salut public. Il démontre les origines religieuses qui sont à l'oeuvre dans le monde derrière le phénomène de la planétarisation ou "mondialisation".

 

L'ouvrage comporte plus de sept cents notes de bas de pages, la plupart donnant les références précises des citations. Ces notes n'apparaissent pas ici.


L’idée d’un monde sans frontière et d’une humanité enfin unifiée n’est certes pas neuve. Ce qui est nouveau, en ce début de troisième millénaire, c’est que pour la première fois de leur histoire, les Occidentaux ont le sentiment que l’humanité tout entière s’est engagée résolument dans cette voie. La chute du mur de Berlin en 1989 et l’effondrement du bloc soviétique ont sans doute été des facteurs importants dans cette prise de conscience de l’unification du monde et de l’accélération du processus à la fin du XXe siècle. De fait, c’est bien dans les années qui s’ensuivirent que ce que l’on a appelé la "mondialisation" est devenue l’objet d’un débat récurrent. Le triomphe de la démocratie sur le communisme semble avoir ouvert la porte d’une ère nouvelle, d’un "Nouvel Ordre mondial", et paraît préparer l’ensemble des nations à une fusion planétaire devenue inéluctable.
Le monde bipolaire, qui avait caractérisé le court XXe siècle (1914-1991), laissait place provisoirement à un monde dominé par l’ "hyperpuissance" américaine, mais surtout, la démocratie paraissait s’imposer sur tous les continents et offrir à l’humanité la garantie d’un monde meilleur, au point que certains parlaient déjà de la "Fin de l’histoire" : la société de consommation et le commerce se substitueraient aux impérialismes et à l’instinct guerrier qui avaient jusqu’à présent marqué au fer rouge le destin de l’humanité. Dans un nouvel esprit de coopération, les nations se rapprocheraient et ne tarderaient pas à fusionner dans une république mondiale, seule garante d’une paix universelle.
La " Fin de l’histoire " telle qu’on nous l’avait prédite en 1992 avec le triomphe de la démocratie, ne paraît cependant plus à l’ordre du jour depuis la chute des deux tours, celles du World Trade Center, le 11 septembre 2001. Mais au lieu de stopper la marche en avant de l’idéal démocratique, il semblerait au contraire que le spectaculaire événement ait précipité le cours de l’histoire. La machine s’est emballée, et les démocraties occidentales profitent du traumatisme pour étendre leur influence et accomplir leurs volontés avec une vigueur renouvelée. Les Etats-Unis s’imposent dans le monde par leur diplomatie, leurs forces armées, leurs incessantes manœuvres occultes qui aboutissent invariablement à des "grandes révolutions démocratiques" dans les pays pauvres, avec T-shirts colorés pour la foule et triomphe médiatique mondial pour l’heureux élu,
tandis que les nations européennes se dissolvent dans un grand ensemble de plus en plus multiethnique, aux contours imprécis, préfigurant sans tarder ce que doit être le monde de demain : sans races et sans frontières.
Les Occidentaux qui font pression sur l’ensemble des pays en faveur de l’adoption d’un régime démocratique, n’insistent pas moins sur la nécessité absolue du respect des minorités et l’accueil des réfugiés
, à tel point que la démocratie ne peut plus se concevoir que comme ensemble "multiculturel, multiethnique, multiracial". La fusion programmée des nations du monde, on l’a compris, passe par l’instauration de sociétés "plurielles", dans le cadre de la démocratie parlementaire. Les deux concepts sont aujourd’hui indissociables. Tel semble être le plan de montage de ces projets grandioses de mondialisation qui, une fois encore, naissent de la pensée et de la volonté occidentales.
Déjà, le monde d’hier, ce monde que l’on appelait " bipolaire " était surtout une vision de l’Occident. De nombreux pays d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud avaient certes été secoués par nos luttes idéologiques et avaient dû choisir leur camp entre Moscou et Washington, mais l’immense majorité de ces populations avaient conservé leurs modes de vie ancestraux et avaient vécu tout au long du siècle à la manière traditionnelle, sans avoir à choisir entre le système marxiste et l’économie de marché. Après la Seconde Guerre mondiale, on eut coutume de regrouper ces pays sous le terme générique de " tiers-monde ", dans le sens de " troisième monde ".
[nbp : L’expression changea de sens et désigna par la suite les pays pauvres, qu’il était d’usage à ce moment-là d’appeler également "pays sous-développés". Dans les années 90, on préféra le terme plus "politiquement correct" de " pays en voie de développement, puis, de "pays du Sud".]
Et ce troisième monde, précisément, n’était guère concerné par les querelles idéologiques générées par la pensée occidentale. Gardons-nous donc de pécher par occidentalo-centrisme.
Le concept de "mondialisation" est-il plus justifié aujourd’hui ? L’expression recouvre d’abord un phénomène économique. Il est certain que la multiplication des échanges internationaux, le développement d’un capitalisme mondial, les délocalisations d’entreprises et l’apparition des nouvelles technologies de la communication ont rapproché les économies du monde entier et accentué leur interdépendance. C’est dans cette acceptation économique que l’on peut à bon droit parler de "
mondialisation". Celle-ci semble être la continuation d’un long processus qui a commencé au XVIe siècle, avec la découverte des nouveaux continents, et qui s’est poursuivi avec l’occidentalisation du monde au XIXe par le biais de la colonisation de l’Afrique et de l’Asie, mais aussi par le peuplement de l’Amérique du Nord et de l’Océanie. La mondialisation des idées (Darwin, le socialisme, le libéralisme) avait parachevé l’hégémonie de l’Europe d’avant 1914 sur le monde entier, hégémonie qu’elle a largement perdue à l’issue de deux guerres qui s’étaient elles aussi mondialisées.
Il ne faudrait pas croire cependant que l’évolution des économies du monde vers une plus grande unité soit un processus régulier, continu et forcément inéluctable
. Les économistes s’accordent à penser que le monde n’est pas plus ouvert aujourd’hui qu’il ne l’était à la veille de la Première Guerre mondiale. En 1991, le niveau relatif d’exportation de capitaux était plus faible qu’en 1915. Quant aux multinationales, elles restent largement déterminées par leur ancrage national. Les firmes globales peuvent se compter sur les doigts d’une main. Pour George Soros – le fameux spéculateur international – l’émergence du capitalisme mondial s’est véritablement produite au cours des années 1970. En 1973, les pays producteurs de pétrole, regroupés au sein de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), augmentaient pour la première fois le prix du baril. " Ces pays ont connu soudain de gros excédents, alors que les pays importateurs ont dû financer d’importants déficits. Il revint aux banques commerciales de recycler les fonds. Les eurodollars furent inventés, et d’importants marchés off-shore se sont développés. "
Le sentiment diffus de la mondialisation est encore beaucoup plus récent. Ce n’est que depuis le milieu des années 1990 que les Européens éprouvent confusément le sentiment que le monde entier est entré dans une phase accélérée d’unification mondiale. Les nombreuses délocalisations d’entreprises dans les pays à main-d’œuvre bon marché et les pertes d’emplois ainsi occasionnées alimentent régulièrement le débat sur ce sujet. On peut ajouter à cela que la popularisation des voyages en avion, le développement du tourisme et des flux migratoires ont renforcé l’idée que le monde est devenu un " village global ". Mais à la vérité, il ne s’agit ici plus que d’une image, car si le paysan d’antan traversait son village en charrette deux ou trois fois par jour, on admettra que seule une infime minorité des êtres humains sur cette terre aujourd’hui fréquente assidûment les aéroports internationaux. L’immense majorité de l’humanité reste encore enracinée à son aire civilisatrice, voire même à son propre village de naissance. Les possibilités que vous a offert la technologie internet ne vous ont pas donné pour autant de nouveaux amis à l’autre bout du monde.
Le  "village global" en question, loin d’être une réalité, est une perspective, une utopie mobilisatrice, et c’est précisément cette dimension idéologique qui caractérise le monde occidental aujourd’hui.
La mondialisation économique
dont on parle tant depuis une dizaine d’années n’est pas le facteur primordial de cette conscience planétaire à l’ébauche. La " globalization ", comme disent les anglophones, n’est pas seulement pour nous un phénomène économique dont nous prenons acte, mais une aspiration sourde à fondre les peuples de la terre dans un creuset unique, à supprimer les frontières et à instaurer le gouvernement mondial. Toute notre philosophie nous conduit dans cette voie : les libéraux réclament la libéralisation du commerce en même temps que l’adoption par tous les peuples du monde du système démocratique et de la " société ouverte ", tandis que leurs " opposants " dits " altermondialistes " militent pour l’ouverture des frontières à tous les migrants et pour donner toujours davantage de pouvoirs aux instances internationales, supposées seules capables de régler les grands problèmes mondiaux, tels que la gestion des enjeux écologiques, " l’échange inégal " entre le " Nord " et le " Sud ", et la faim dans le monde. C’est dans cette perspective planétarienne que nous voyons s’édifier sous nos yeux depuis peu cette société plurielle, multiethnique, multiculurelle, qui est l’étape obligée pour parvenir à la grande fraternité universelle désirée par les idéologues occidentaux. Celle-ci permet seule de dissoudre peu à peu les sociétés traditionnelles enracinées, qui sont les principaux obstacles à ces projets. Par le jeu démocratique de la loi du nombre, elle empêche toute réaction nationaliste dans la mesure où le poids des différentes minorités devient plus important que celui de l’ancienne majorité. En favorisant les métissages, elle sape les bases ethniques des peuples autochtones et supprime leurs réflexes identitaires.

D’un autre côté, l’immigration – légale ou illégale – présente l’inestimable avantage pour les entrepreneurs de constituer un inépuisable réservoir de main d’œuvre bon marché.

La société plurielle, on le voit, est dans ce domaine incomparablement plus efficace que la société soviétique, qui a montré ses limites après une expérience de plus de soixante-dix années, alors même que ses principes philosophiques étaient au départ les mêmes que ceux qui sous-tendent aujourd’hui la société libérale dans le domaine du respect de la personne humaine et de la fraternité planétaire.
L’édification des sociétés plurielles en Europe est incontestablement le phénomène majeur de la fin du XXe siècle
, pour ne pas dire de toute l’histoire européenne depuis 3000 ans.

Le fait que les peuples d’Occident soient les seuls à s’être avancés dans cette voie est tout à fait symptomatique du cheminement de l’idée planétarienne dans les esprits au cours de ces dernières décennies. Le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui dans les grandes villes françaises n’est plus le même qu’il y a vingt ans : la société multiethnique prend corps sous nos yeux d’une manière stupéfiante, sans lien véritable avec les mutations économiques récentes. Le Japon, par exemple, dont l’économie est tout autant mondialisée que la nôtre, n’est guère aspiré par ce maelström idéologique. C’est parce que ce n’est pas un phénomène naturel, mais la réalisation d’un objectif politique très caractéristique de la pensée occidentale.
Ces espérances planétariennes qui travaillent en profondeur les esprits occidentaux ne sont pourtant pas apparues subitement avec la chute du mur de Berlin et la victoire des démocraties, mais il est certain qu’elles ont connu depuis lors un regain de vigueur. Un intellectuel comme Jean-François Revel, qui pouvait, en 1983, prédire la disparition de nos démocraties, "minces et précaires parenthèses à la surface de l’Histoire" et la victoire "probable, pour ne pas dire inéluctable" du communisme, peut faire sourire rétrospectivement, au regard de l’évolution fulgurante du monde en quelques années. Il est vrai que son pessimisme pouvait s’expliquer par la conjoncture de l’époque : la stagnation de la résistance afghane contre l’URSS, la répression accrue en Pologne, la complaisance des gouvernements occidentaux. Dix années plus tard, dans La Fin de l’histoire et le dernier homme, un essai publié aux Etats-Unis en 1992 et largement traduit dans le monde, Francis Fukuyama annonce le triomphe des démocraties libérales, dans une " perspective mondialiste ", comme indiqué en couverture, et rien moins que " la fin de l’Histoire ".
[nbp : Nous préférons utiliser pour notre part le terme " planétarien ", non pas par goût du néologisme, ce qui est toujours délicat à manier, et surtout en titre d’ouvrage, mais parce que le mot " mondialiste ", nous semble-t-il, revêt aujourd’hui un aspect idéologique. Son usage a changé au cours de ces dernières années : la gauche radicale, qui se disait mondialiste jusque dans les années 98-99, s’est revendiquée de l’antimondialisme par la suite, puis de l’ " altermondialisme " en 2003. Le drapeau " antimondialiste " a alors été conservé par les nationalistes, et le terme même de " mondialiste " semble parfois revêtir une connotation insultante, en France, à tout le moins.]
Constatant la victoire des régimes démocratiques un peu partout dans le monde, cet auteur américain écrit ceci : "Si les sociétés humaines à travers les siècles évoluent ou convergent vers une forme unique d’organisation sociopolitique comme la démocratie libérale, s’il n’apparaît point d’alternative viable à la démocratie libérale, et si les gens qui vivent dans les démocraties libérales n’expriment aucun mécontentement radical à propos de leur vie, on peut dire que le dialogue a atteint une conclusion finale et définitive. Le philosophe historien doit être contraint d’accepter la supériorité et la finalité que la démocratie libérale revendique pour elle-même."

Selon Fukuyama, l’Etat libéral doit être " universel ", mais l’auteur n’entend par là que la reconnaissance accordée par chaque Etat à tous ses citoyens, sans discriminations d’aucune sorte. Nulle part dans son essai n’est évoquée l’aspiration à un Etat mondial, à un gouvernement mondial, même s’il est sous-entendu que les institutions internationales prendront en charge les destinées de l’humanité. Il constate simplement que les " forces économiques favorisent maintenant l’abolition des barrières nationales par la création d’un marché mondial unique et intégré ", mais il n’envisage pas la destruction des nations et la disparition des Etats. Seul le nationalisme agressif devra disparaître avec la victoire du modèle libéral : "Le fait que la neutralisation politique finale du nationalisme ne puisse intervenir ni à notre génération ni même à la suivante n’affecte pas la perspective bien réelle de la fin de celui-ci."
Cet idéal de paix universelle qui accompagne le credo démocratique, comme il accompagnait le credo communiste, soulève tout de même des interrogations, car, dit-il, "les êtres humains se révolteront à cette pensée, à l’idée d’être les membres indifférenciés d’un Etat universel et homogène, chacun étant le même que l’autre, quel que soit l’endroit du globe où l’on aille." C’est là le seul passage, dans les 380 pages très serrées de son livre, où est évoquée l’éventualité d’un Etat mondial, et cette considération est immédiatement suivie par des considérations de bon sens sur "l’ennui" que ce Nouvel Ordre mondial pourra susciter. Les nouveaux citoyens du monde trouveront en effet que la vie de consommateur est en fin de compte "lassante" ;
[nbp : L’expression " Nouvel Ordre mondial " est du président américain George Bush père, qui s’apprêtait à faire bombarder l’Irak de Saddam Hussein en 1991. Le Nouvel Ordre mondial est censé remplacer l’ère de la confrontation Est-Ouest après l’effondrement du système communiste.]
" ils voudront avoir des idéaux, au nom de quoi vivre et mourir, et ils voudront aussi risquer leur vie, même si le système international des Etats à réussi à abolir toute possibilité de guerre. " Les étudiants de mai 1968, par exemple, " n’avaient pas de raisons rationnelles de se révolter, parce qu’ils étaient pour la plupart des rejetons choyés de l’une des sociétés les plus libres et les plus prospères de la terre. " Là est " la contradiction que la démocratie libérale n’a pas encore résolue. " L’essai de Francis Fukuyama est finalement assez timoré ; certains intellectuels, nous allons le voir, avancent beaucoup plus gaillardement dans cette perspective planétarienne.
Ces concepts en tout cas ne sont pas neufs ; ils poursuivent sous une nouvelle forme des idées déjà émises notamment dans la philosophie des Lumières du XVIIIe siècle. Tocqueville annonçait en 1848 " l’avènement prochain, irrésistible, universel de la démocratie dans le monde."

Avant lui, Kant, le philosophe solitaire, envisage déjà en 1784, d’établir " un état cosmopolitique de sécurité publique entre les Etats" pour qu’ils ne "s’entredéchirent pas". Le philosophe de Königsberg nourrissait de surcroît "l’espoir qu’enfin un jour, après maintes révolutions et transformations, se réalise le dessein suprême de la nature : un Etat cosmopolitique universel, tel qu’en son sein, toutes les dispositions originaires de l’espèce humaine seront développées."

Cependant, les hommes du XVIIIe siècle étaient bien trop imbus de préjugés raciaux pour envisager la société plurielle, multiethnique et multiculturelle, telle que l’entendent nos modernes philosophes planétariens. La vérité est que l’anthropologie selon Buffon, Maupertuis, Diderot, d’Alembert ou Voltaire, reste à jamais un sujet sur lequel il vaut mieux ne pas s’étendre, si l’on souhaite conserver les grands ancêtres dans le panthéon de la démocratie.
D’autre part, si le terme d’ "humanité" était à la mode dans la philosophie des Lumières, la référence à la nation ne l’était pas moins, et les deux termes allaient presque toujours de pair. Le "dévouement à l’humanité et à la patrie" faisait partie de la phraséologie de l’époque ; de surcroît, le terme d’ "humanité" avait peut-être un sens plus restreint qu’aujourd’hui, et dans le langage courant, il ne signifiait souvent guère autre chose que " les gens ". Il est certain que les philosophes de cette époque ne pensaient pas encore concrètement au grand métissage universel et au "village global". On sait à quel point les hommes de la révolution française étaient furieusement patriotes en plus d’être humanistes. Babeuf, cet ancêtre du socialisme, est un fervent "défenseur de la patrie" : " Il n’appartient de fonder une république véritable, dit-il, qu’aux amis désintéressés de l’humanité et de la patrie ". Bien que la philosophie qui sous-tendait leur combat fût humaniste, les soldats de l’An II n’avaient cure de la fraternité universelle, et il leur importait davantage de détruire les régimes des "tyrans" en Europe que d’envisager la fusion des peuples. La "Déclaration des droits de l’homme et du citoyen" illustre parfaitement ce propos, puisqu’elle comprend bien le terme "citoyen" en plus de celui d’ "homme" indifférencié : c’est dire qu’on entendait par là tous les Français, qui étaient maintenant tous égaux en droit, et c’est surtout en ce sens que l’on comprenait alors l’ "universel". Dans la toute nouvelle république, les étrangers, quant à eux, restaient étroitement surveillés.
L’idée d’une "fin de l’histoire" soulevée par Francis Fukuyama n’est pas nouvelle non plus. Hegel avait déjà défini l’histoire comme la progression de l’homme vers de plus hauts niveaux de rationalisme et de liberté. Ce processus, selon lui, avait un point final logique dans l’Etat libéral moderne, qui était apparu à la suite de la déclaration d’indépendance américaine en 1776 et de la Révolution française.

Marx partageait également la croyance en la possibilité d’une fin de l’histoire.
Pour les marxistes, les classes sociales disparaîtront aussi inévitablement qu’elles s’étaient formées jadis, et l’Etat disparaîtra par la même occasion
.

"La société, dit Engels, que la production réorganisera sur la base d’une association libre et égale des producteurs, enverra l’appareil de l’Etat là où est sa place, au musée des antiquités, à côté du rouet et de la hache de bronze."

Il n’en reste pas moins qu’une phase transitoire de dictature reste indispensable : le prolétariat s’emparera du pouvoir de l’Etat et transformera les moyens de production "provisoirement" en propriété de l’Etat. L’appareil d’Etat capitaliste, la police capitaliste, le fonctionnarisme capitaliste, la bureaucratie capitaliste seront remplacés par l’appareil du pouvoir du prolétariat, mais sans les antagonismes de classes ; ainsi, l’Etat prolétarien dépérira de lui-même, naturellement.
Contrairement à d’autres formes de socialisme du XIXe siècle, le socialisme de Marx avait forcément une vocation universelle. Selon lui, un processus historique emporte malgré lui le capitalisme vers sa mondialisation et tend de toute façon vers l’instauration d’un marché mondial dans lequel s’effaceront les frontières et disparaîtront les différentes nationalités.
Les prolétaires ne pourront alors se considérer que comme des individus abstraits, sans attache, ce qui rendra possible le saut dans le paradis sans classe que sera la société communiste. Ce prolétariat universalisé, sans nationalité, deviendra alors une sorte de nation universelle, édifiée sur les décombres des vieilles nations et des particularismes.
De fait, c’est d’abord avec le marxisme qu’est apparu le messianisme planétarien à l’époque contemporaine.
Les propos de Boukharine au moment de la révolution bolchevique de 1917 sont à ce sujet particulièrement éloquents : "Une époque nouvelle est née, dit-il. L’époque de la disparition du capitalisme, de sa décomposition interne, l’époque de la révolution communiste du prolétariat. Elle devra briser la domination du capital, rendre les guerres impossibles, détruire les frontières des Etats, transformer le monde entier en une communauté œuvrant pour elle-même, accomplir la fraternisation et la libération des peuples. " Ce sont là les lignes directrices de l’Internationale communiste, mais chacun aura pu noter les étranges similitudes avec les propos des penseurs libéraux. Seules leurs conceptions économiques les différencient : les premiers pensaient que la collectivisation libérerait le prolétariat de l’exploitation de la bourgeoisie, tandis que les seconds ont pris la mesure de l’échec de la société collectiviste.

Pour le reste, on ne peut qu’être frappé de constater à quel point les objectifs marxistes sont similaires à ceux des penseurs planétariens d’aujourd’hui, et jusque dans la croyance au caractère inéluctable de l’unification et de la fin de l’histoire.

Le monde évolue inévitablement vers l’accomplissement de son destin, qui est l’unification finale, et rien au monde ne peut empêcher ce processus. C’est une idée récurrente du discours planétarien, et nous verrons que cette indéracinable croyance est fortement liée à une foi religieuse.
La conjonction des vues s’explique aussi aisément du fait que les uns et les autres puisent leur vision du monde à la même source – la philosophie des Lumières – qui constitue la référence obligée des penseurs marxistes et surtout libéraux. Il a simplement fallu la réactualiser, l’adapter aux réalités. Au XIXe siècle, avec la révolution industrielle, elle était devenue un peu poussiéreuse et ne paraissait plus du tout pouvoir soulever l’enthousiasme ni des masses ouvrières, qui ont surtout eu à pâtir de la société bourgeoise libérale, ni de la jeunesse européenne, qui avait fait ses révolutions de libération nationale en Europe tout au long du siècle, et qui aspirait maintenant à jeter bas la " vile bourgeoisie ". C’est donc d’abord le marxisme qui a repris le flambeau de la fraternité universelle en même temps que celui de l’égalité sociale, tandis que l’esprit démocratique se fourvoyait dans le patriotisme, facilitant le déclenchement de la Première Guerre mondiale.
Mais ne soyons pas trop sévères à l’égard de ce patriotisme. Il s’agissait d’un patriotisme auquel beaucoup a pu être pardonné, et nos intellectuels d’aujourd’hui éprouvent toujours une certaine bienveillance pour l’enthousiasme revanchard des Français de 1914, car c’est bien grâce au sang d’un million quatre cent mille de ces Français, " morts pour la France ", que les monarchies prussienne, autrichienne, russe et ottomane ont pu être renversées, et que des régimes démocratiques ont pu être instaurés un peu partout en Europe.

La chute des monarchies et des Empires a constitué la vraie réjouissance des démocrates de cette époque. Si l’on veut bien prendre un peu de recul, la question de l’Alsace-Lorraine n’est qu’un aspect très mineur au milieu de ces immenses bouleversements qu’a occasionnés le conflit européen. Le militarisme de la république française de 1914 reste donc toujours cher au cœur des penseurs planétariens, parce qu’il s’agit d’abord et avant tout d’un militarisme susceptible d’imposer les idées universelles à ceux qui ne les ont pas encore intégrées.
C’est d’ailleurs très exactement ce que nous dit l’historien Michel Winock, qui a conceptualisé l’idée patriotique dans un sens planétarien en faisant la distinction entre "le nationalisme ouvert, issu de la philosophie optimiste des Lumières et des souvenirs de la Révolution (celui de Michelet, mais aussi du général de Gaulle), et le nationalisme fermé, fondé sur une vision pessimiste de l’évolution historique, l’idée de la décadence."

Le nationalisme ouvert, dit-il, est "enfant d’une nation jeune, expansive et missionnaire, marqué par la foi dans le progrès et la fraternité des peuples." Il est "celui d’une nation pénétrée d’une mission civilisatrice, généreuse, hospitalière, solidaire des autres nations en formation, défenseur des opprimés, hissant le drapeau de la liberté et de l’indépendance pour tous les peuples du monde." Au contraire, le nationalisme fermé est un nationalisme "clos, apeuré, exclusif définissant la nation par l’exclusion des intrus : Juifs, immigrés, révolutionnaires." C’est "une paranoïa collective, nourrie des obsessions de la décadence et du complot", qui exprime "la peur de la liberté, la peur de la civilisation urbaine, la peur de l’affrontement avec l’autre, sous toutes ses formes". Ce nationalisme est invariablement pessimiste : "La France est menacée de mort, minée de l’intérieur, à la fois par ses institutions parlementaires, par les bouleversements économiques et sociaux, où l’on dénonce toujours la "main du Juif", la dégradation de l’ancienne société, la ruine de la famille, la déchristianisation". C’est un "nationalisme mortuaire."
Les guerres de la Révolution et de l’Empire sont ainsi hautement justifiées, puisqu’elles ont eu le mérite de propager les idées des Lumières et de détruire une première fois les vieilles nations aristocratiques en Europe.

La Première Guerre mondiale, quant à elle, a permis de liquider définitivement la double monarchie catholique d’Autriche-Hongrie, de culbuter le Kaiser et d’instaurer la république en Allemagne, et surtout, de renverser le tsar Nicolas II qui refusait toujours d’accorder la citoyenneté aux Juifs de Russie. C’est en ce sens que l’on peut être patriote et belliciste. On applaudira l’enthousiasme patriotique des soldats français qui sont partis au massacre de toute bonne foi pour récupérer l’Alsace-Moselle, non pas parce qu’on approuve leur chauvinisme imbécile, mais parce qu’on attend d’eux d’aller se battre pour les grands idéaux démocratiques. On blâmera leur chauvinisme une fois la guerre terminée, sans plus d’égard pour leurs blessures et leur dévouement.
C’est cette logique qui permet à Jean-François Kahn, le directeur d’un grand hebdomadaire, de déclarer : "Je suis pour ma part aussi furieusement patriote que la raison permet de l’être", en ajoutant à la page suivante de son livre intitulé Les Français sont formidables : "Il est effectivement "formidable" d’être français dès lors que ce concept prend tout le sens extensif du terme que l’Histoire lui donne, et non la signification très limitée que les nationalistes obtus et les réactionnaires apatrides (qui sont souvent les mêmes) lui confèrent."
[nbp : Jean-François Kahn, Les Français sont formidables, Balland, 1987, pp. 24-25. On s’abstiendra de commenter ici ce curieux amalgame entre les "nationalistes obtus" et les "réactionnaires apatrides". Le lecteur se l’expliquera naturellement après s’être familiarisé avec la pensée planétarienne pendant la lecture de cet ouvrage.]
Dans le même registre, Jean Daniel, le patron d’un autre grand hebdomadaire progressiste, fait une déclaration de foi patriotique de la même veine, lorsqu’il note : " Déjeuner avec Azoulay [le fameux " banquier juif " et conseiller du roi du Maroc Hassan II] : Ce Juif est un patriote marocain presque davantage que je ne suis un patriote français. Presque. Autrement dit, le lien par la judaïté est très, très relatif quand il n’y a ni persécution, ni contrainte, ni conscience religieuse. "
Le même patriotisme de circonstance s’épanche chez un écrivain d’inspiration communiste comme Guy Konopnicki, qui avait célébré la victoire de l’équipe de France de football lors de la coupe du monde de 1998. On aura compris que ce que Guy Konopnicki apprécie dans l’équipe de France de football, ce n’est évidemment pas la France profonde des terroirs, pour laquelle il a déjà exprimé son plus parfait mépris, mais la France métissée Black-Blanc-Beur triomphante. Il est alors envahi d’une intense fièvre patriotique, arrache le drapeau tricolore des mains de Jean-Marie Le Pen, et se met à chanter la Marseillaise à tue-tête. C’est donc sincèrement, quelques années plus tard, qu’il se désole de constater que l’hymne national est conspué par cette jeunesse immigrée qu’il a tant choyée. Le 6 octobre 2001, en effet, 70 000 spectateurs d’origine maghrébine sifflaient la Marseillaise lors d’un match France-Algérie au Stade de France en présence du président de la République. Pour Guy Konopnicki, c’était l’effondrement de son idéal d’une France multiethnique, de cette France métisse tant désirée par l’intelligentsia : "Je suis atterré, dit-il, quand on conspue cette Marseillaise que j’ai chantée, au milieu d’une foule de beurs, quand Zidane et quelques autres nous ont apporté une si belle victoire. La France, c’est précisément ce pays où, en dépit des difficultés, du racisme, nous vivons ensemble sans distinction d’aucune sorte." Il est donc très clair que ce n’est pas tant la France qu’il aime, mais l’embryon de république universelle en miniature qu’elle représente.
Bien avant eux, le poète allemand Heinrich Heine, vomi par les nationalistes d’outre-Rhin, exprimait son amour de la France républicaine qui l’avait accueilli. En 1830, après l’abdication de Charles X – qu’il appelle " ce fou royal " – il s’enthousiasmait pour le mouvement révolutionnaire français et pour le vieux général Lafayette : " Voilà déjà soixante ans que, revenu d’Amérique, il a rapporté la déclaration des droits de l’homme, ces dix commandements de la nouvelle religion " ; " Lafayette… le drapeau tricolore… la Marseillaise… Je suis comme enivré. Des espérances audacieuses surgissent dans mon cœur." Quand on connaît les opinions de Heinrich Heine et son mépris pour les cultures traditionnelles européennes, il est clair que là encore, ce n’est pas tant la France qui le transporte d’amour et d’admiration que la république universelle qu’elle incarne. Quant à ses " espérances audacieuses ", on gage qu’il devait penser à une nouvelle petite tournée militaire, histoire de mettre l’Europe à feu et à sang et de faire voltiger les têtes couronnées. C’est en ce sens, on la vu, que l’on peut se déclarer " furieusement patriote ".
Les intellectuels planétariens pétris des idées généreuses de pacifisme et de tolérance, se retrouvent à la pointe du patriotisme et du militarisme agressif dès lors qu’il s’agit d’une " juste cause " démocratique. C’est alors sans complexe que l’on embouche les trompettes guerrières et que l’on se fait le propagandiste de la force armée. Ainsi, les soldats français sont " formidables " en 1792, en 1914 et en 1940, quand il s’agit d’aller au front pour détruire des régimes politiques non démocratiques. Tout autant " formidables " sont les troupes soviétiques ou les partisans serbes luttant contre les nazis ; et il en est pareillement des patriotes irakiens groupés derrière Saddam Hussein, que les Occidentaux ont largement soutenu dans sa guerre contre le régime des mollahs du voisin iranien au cours des années 1980.
En revanche, les soldats français pendant la guerre d’Algérie ne sont plus que d’infâmes tortionnaires. C’est ce que tient à nous dire Guy Konopnicki : "En ce temps-là, les jeunes juifs de Paris s’engageaient radicalement contre le colonialisme français et son armée de tortionnaires." Les soldats serbes, refoulant les musulmans bosniaques ou Kossovars se sont eux aussi transformés en "bêtes sanguinaires" responsables d’immenses "charniers" humains. Ils seront donc bombardés par l’aviation américaine en 1999 dans une nouvelle opération "Juste cause". Quant aux soldats irakiens de Saddam Hussein, en 1991 ou en 2003, ils ne sont plus que des pions au service de la tyrannie que l’on peut vitrifier sans état d’âme.

Ainsi, on exaltera le patriotisme que lorsque celui-ci correspond aux intérêts de la politique planétarienne. Quand la cause paraît bonne, on arrachera leur drapeau des mains des patriotes occidentaux en chantant à tue-tête leur hymne national afin de les entraîner dans le conflit. Les intellectuels progressistes, toujours prêts à se mobiliser pour le pacifisme et la fraternité universelle, à signer toutes les pétitions pour les droits de l’homme, sont alors saisis par une frénésie belliciste qui envahit invariablement la presse et l’ensemble des médiats.
Cette attitude est directement le fruit du messianisme guerrier issu de la philosophie des Lumières du XVIIIe siècle. Ce sont ces idées libérales, qui ont engendré les mouvements de libération nationale tout au long du XIXe siècle, contre ce qu’il était d’usage d’appeler les "tyrannies", c’est-à-dire les régimes des monarques.

Les libéraux allemands, hongrois et autres Polonais chantaient la Marseillaise en 1830 ou en 1848, exaltant un patriotisme républicain de bon aloi. L’identité des peuples n’était alors plus incarnée en la personne du monarque couronné, mais dans la nation tout entière, dans le nouveau régime républicain auquel on aspirait et dans le peuple en armes au besoin, ce qui préfigurait déjà les grands massacres collectifs du XXe siècle.
Cependant, l’avènement du règne de la bourgeoisie et les affreuses injustices du capitalisme triomphant vont susciter la méfiance et l’hostilité du monde ouvrier à l’égard des idées libérales
. Jamais en effet, les petites gens n’ont eu plus à souffrir qu’au cours de cette période, qui reste à jamais l’une des plus hideuses de l’histoire pour les humbles et les déshérités. Dans ces conditions, le socialisme était légitime. Mais le socialisme qui va finalement s’imposer ne sera pas celui de Proudhon, de Blanqui ou de Sorel, ce socialisme gaulois, imprégné du terroir, enraciné dans l’histoire et les traditions, mais celui de Karl Marx. Dès lors, et jusque dans l’entre-deux guerres, c’est le marxisme qui entretiendra la flamme du pacifisme et l’esprit universel hérité des Lumières : "Travailleurs de tous les pays, unissez-vous !

" Les libéraux, quant à eux, conserveront la flamme de l’esprit guerrier et patriotique des grands ancêtres, toujours prêts à mourir pour une "Juste cause".
[nbp : "Juste cause" était le nom donné à une opération de bombardement américain sur le Panama en 1990.]
L’idée planétarienne, on le voit, revêtait alors à la fois les habits du pacifisme militant et ceux du patriotisme guerrier. Elle était déjà, à ce moment-là, le " système ", et l’opposition au " système ".
Au début du XXe siècle, les concepts de pacifisme et de fraternité universelle étaient encore largement absorbés par la galaxie socialiste, à l’intérieur de laquelle les théories marxistes allaient s’imposer. Mais le marxisme était surtout vigoureux en Allemagne. A ce moment-là, la France ne connaissait le marxisme que sous une forme abâtardie (Jaurès était spirituellement plus près de Michelet que de Marx) ; le socialisme fabien anglais n’était pas du tout marxiste et, aux Etats-Unis, cette doctrine n’était l’affaire que d’une poignée d’immigrants juifs venus de l’Europe de l’Est. Le marxisme ne franchira vraiment le Rhin vers l’Ouest qu’après 1917.
Le courant anarchiste gardait alors une certaine vigueur, dans ses bastions italien, français, russe et surtout espagnol. Mais ce socialisme libertaire était tout à fait similaire aux principes du marxisme sur le plan de l’universalisme des idées : plus de religions, plus de frontières, plus de nations ; l’instauration d’une société mondialisée reste l’objectif terminal qui assurera enfin la paix universelle.
Il existait cependant encore au sein de la mouvance socialiste des courants travaillés par des instincts "de race" – terme très en vogue à l’époque – où l’antisémitisme n’était pas absent. En France, la haine de la République et de tout son arsenal idéologique était évidemment largement alimentée par l’exploitation éhontée des ouvriers et les féroces répressions qu’ils avaient eu à subir des gardiens de l’ordre démocratique. Les ouvriers se souvenaient des 30 000 des leurs tombés au cours de la répression de la Commune en 1871.

En de multiples occasions, sous Ferry ou Clemenceau, la République n’hésita jamais à faire tirer sur le petit peuple pour assurer l’ordre bourgeois, ce qui explique certaines rancœurs. Le 1er mai 1908, sur la place de la Bourse à Paris, le prolétariat révolutionnaire pendait haut et court l’effigie de Marianne la fusilleuse. "C’est l’acte le plus significatif de notre histoire depuis le 14 juillet", dira Charles Maurras dans L’Action française du 4 août 1908. De fait, les syndicalistes, derrière Georges Sorel et les "réactionnaires" se rapprochent, analysant leur opposition commune à l’hypocrisie bourgeoise et constatant les similitudes de leurs conclusions. C’est en 1911 que naîtra le cercle Proudhon, issu de la convergence de ces deux courants. La guerre de 1914 mettra un terme à cette expérience, et la tendance sorélienne du socialisme sera marginalisée en France par la suite, mais cette rencontre du nationalisme et d’un certain socialisme avait été une matrice idéologique de toute première importance, puisque c’est à partir de cette fusion que Mussolini formulera sa conception du fascisme, après s’être inspiré de l’exemple français.
Le deuxième grand bouleversement doctrinal de cette période a lieu en 1916. Cette année-là, Lénine publie sa plus importante contribution théorique au marxisme, L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme. Comme les contradictions capitalistes énoncées par Marx étaient en passe, au début du siècle, d’être démenties à la fois par le cours de l’histoire et les conclusions qu’en tirait Bernstein sur l’amélioration du sort des ouvriers, Lénine produisit un nouvel ensemble de contradictions, à partir des données contemporaines. L’Impérialisme va devenir, pour l’époque moderne, l’équivalent du Manifeste de 1848. Le coup d’éclat de Lénine est d’adapter la théorie marxiste à la situation des pays arriérés. Pour Marx, en effet, c’était dans les sociétés industrielles européennes que les contradictions internes et fatales du capitalisme devaient apparaître. Lénine globalise ces contradictions : la course des puissances européennes au partage du monde par la colonisation, dit-il, ne pouvait que se terminer par une guerre entre camps impérialistes rivaux, et c’est de cette apocalypse que sortirait la révolution socialiste mondiale. Ainsi, la théorie léniniste situait la force motrice de la révolution non plus dans les luttes de classe internes mais dans la guerre entre nations. L’antagonisme entre les nations exploiteuses de l’Europe et les peuples colonisés, légitimait la lutte du prolétariat mondial pour sa libération. La théorie expliquait aussi pourquoi la révolution pouvait connaître un tel retard dans les sociétés avancées : les profits impérialistes leur permettaient de mettre à la tête du mouvement ouvrier une aristocratie ouvrière qui reniait sa base. Les marxistes isolés de la Russie arriérée étaient donc tout à fait fondés à prendre le pouvoir. La Russie, le maillon le plus faible du capitalisme, devenait ainsi, logiquement, le centre de la révolution mondiale.
La révolution bolchevique d’octobre 1917 allait soulever d’immenses espérances dans le monde entier.
[nbp : Fin octobre, pour le calendrier julien de Russie ; début novembre 1917 pour le calendrier grégorien en vigueur en Occident, avec un décalage de 13 jours.]

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2006 5 29 /12 /décembre /2006 16:57

Entretien d'Hervé Ryssen au Libre Journal

Le Libre Journal : Hervé Ryssen, Vous venez de publier un gros livre avec un titre un peu mystérieux. Pourriez-vous nous expliquer de quoi il retourne ?

Hervé Ryssen : C’est très simple. J’ai analysé de très près la littérature et la philosophie « cosmopolites », c’est-à-dire, qui aspire à la suppression des frontières et à l’unification du monde. Je me suis rendu compte que le terme « espérance » revenait assez régulièrement dans les textes, et correspondait parfaitement à ce que je voulais démontrer. Quant au terme « planétarien », c’est un néologisme qui signifie très exactement ce qu’il veut dire. Je l’ai préféré à « mondialiste », qui est aujourd’hui trop empreint d’idéologie.

LLJ : Que vouliez-vous démontrer ?

HR : Je voulais démontrer que la société multiculturelle n’est pas tant un phénomène naturel que le résultat d’un discours idéologique inlassablement ressassé depuis des décennies.
Ce discours planétarien a encore gagné en vigueur depuis la chute du Mur de Berlin, et aujourd’hui, toutes nos têtes pensantes, communistes ou démocrates, s’accordent à penser que le gouvernement mondial est un idéal à atteindre. Ainsi, les années 90 ont vu une exceptionnelle floraison de produits culturels affichant un cosmopolitisme débridé.
Les ouvrages de Jacques Attali, Alain Minc, Alain Finkielkraut, Marek Halter, Guy Sorman, Pierre Bourdieu, Jacques Derrida, Edgar Morin, Albert Jacquard, BHL, Guy Konopnicki, pour n’en citer que quelques-uns, sont particulièrement éloquents à cet égard. On y appelle très clairement au métissage généralisé et à la dissolution des nations.
Un exemple assez amusant :
Prenez le livre de Jacques Attali intitulé : Le Dictionnaire du XXIe siècle, et sélectionnez les passages nous engageant dans cette voie planétarienne ; mettez tout ça dans l’ordre, et vous obtiendrez un résultat assez comparable à un texte sulfureux imprimé en Russie au début du XXe siècle. C’est très étonnant, mais le résultat est encore beaucoup plus fort lorsque l’on se rend compte que le discours est similaire chez les dizaines d’auteurs que j’ai pu décortiquer, qu’ils soient de nationalité française, russe ou américaine, ou encore chez les auteurs allemands ou viennois du début du siècle (Einstein, Hannah Arendt, Freud, Stefan Zweig, Joseph Roth, etc.).
Les concepts, la mentalité, les pirouettes intellectuelles, les contorsions idéologiques sont exactement les mêmes d’un auteur à l’autre.

LLJ : Quels sont les grands thèmes abordés dans votre livre ?

HR : J’ai commencé par présenter la face scientifique de la grande idée planétarienne : depuis la découverte d’un squelette d’australopithèque datant de trois millions d’années dans la région des grands lacs africains, il est admis que tous les hommes du monde descendent d’un ancêtre commun, et que Lucy – c’est ainsi qu’on l’a nommée – est la grand-mère de l’humanité. Dès lors, il est de bon ton, dans la cour des lycées de se déclarer « africain », en attendant d’être « chinois » ou « turco-mongol », le jour où l’on fera d’autres découvertes. Il faut dire que cela permet aussi de ne pas prêter le flanc à de terribles accusations.
Autre révolution de première importance : depuis février 2001, le décodage du génome humain nous prouve que les races n’existent pas et que tous les hommes sont des frères. C’est en tout cas ce que tient à nous dire le professeur Axel Kahn. Ces thèmes corroborent évidemment l’idée d’unification du monde.
Après avoir décrit l’idéal planétarien (le village global, le nomadisme, l’apologie du métissage, la destruction de la famille “patriarcale”, etc.), il fallait aborder la méthode planétarienne : On voit ici en pleine lumière l’immense mépris dans lequel les auteurs cosmopolites tiennent les cultures traditionnelles des sédentaires. Dans ce domaine, Bernard-Henri Lévy se distingue particulièrement, mais il est suivi de très près par Daniel Cohn-Bendit et Alain Minc.

Le thème de la culpabilisation fait bien évidemment l’objet d’un chapitre à part entière, tout comme l’immigration, qui est aujourd’hui l’arme la plus efficace dans la guerre à mort que l’Empire global mène contre les résistances ethniques. Bien évidemment, je prends appui dans ma démonstration sur des centaines de citations. Je m’étonne d’ailleurs que ce travail de débroussaillage n’ait jamais été effectué jusqu’à présent.

LLJ : Vous n’avez pas abordé la question européenne ?

HR : Si, si, bien sûr. Là encore, en lisant Jacques Attali, entre autres, on s’aperçoit que nos intellectuels avaient déjà écrit qu’ils considèrent que cette construction est un marchepied vers le gouvernement mondial. C’est écrit en toutes lettres, et il n’est nul besoin d’aller chercher ces considérations dans les vieux textes d’avant-guerre. Bien entendu, j’ai eu l’immense plaisir de conclure ce chapitre avec la baffe géante du référendum du 29 mai 2005.
Permettez moi une petite anecdote : lors d’un débat télévisé, Cohn-Bendit, fou de rage, avait insulté Philippe de Villiers de la manière la plus outrageante. Que ce dernier n’ait pas relevé l’offense est une faiblesse bien pardonnable sur un plateau de télévision, car après tout, il vaut mieux passer pour un martyr, aux yeux des électeurs, que pour un homme violent et impulsif. Mais les transports de haine de Cohn-Bendit m’ont paru très révélateurs. Il faut comprendre, en effet, que les gens comme Cohn-Bendit vivent fébrilement l’époque que nous vivons. Tout leur paraît favorable aujourd’hui, et ils s’imaginent que l’humanité est enfin à la porte d’entrée des temps messianiques. Il faut savoir que dans la tradition mosaïque, l’arrivée du Messie se confond avec l’unification du monde et la disparition des conflits, qu’ils soient nationaux ou sociaux. Ici encore les textes sont très explicites (Emmanuel Lévinas, Jacob Kaplan, George Steiner, etc.) Par conséquent, le NON des Français au référendum a littéralement fait capoter une étape essentielle qu’attendaient impatiemment les esprits planétariens. Mettez-vous à la place de Cohn-Bendit : il attend le Messie depuis 3000 ans ; on lui dit enfin qu’il va arriver, qu’il est là, au coin de la rue, qu’il approche, et puis plouf ! tout s’effondre parce qu’une poignée de résistants, d’abrutis réactionnaires qui ne comprennent rien à rien, ont préféré leur vulgaire liberté tribale à l’ouverture des temps messianiques. Avouez qu’il y a de quoi enrager !

LLJ : Vous voulez dire que c’est l’attente du Messie qui détermine les actes et les idées des intellectuels cosmopolites ?

HR : Je ne parle ici que des intellectuels juifs. Pour eux, assurément, c’est la question essentielle. C’est précisément ce point qui constitue la question centrale de l’esprit mosaïque dans la mesure où elle se confond avec l’idée d’unification planétaire. Il faut comprendre que les intellectuels juifs vivent dans cette attente, et c’est cette tension permanente qui donne un sens à leurs actes et à leurs propos. Il est très rare qu’une œuvre, chez eux, soit une production neutre. A travers tous les livres que j’ai pu éplucher, à travers les nombreux films que j’ai pu analyser, je me suis rendu compte que leurs productions étaient toujours empreintes d’idéologie messianique. Ce qui ressort de tout cela, assurément, c’est que l’avènement du monde nouveau passe par la destruction du catholicisme et du monde européen. Il faut avoir lu les travaux de Wilhelm Reich et les ouvrages des “freudo-marxistes” pour comprendre jusqu’où peut aller cette rage de destruction. Le thème de la “vengeance” se retrouve d’ailleurs aussi bien dans les textes religieux du XVIe siècle que chez certains romanciers contemporains comme Albert Cohen. Ce sont ces permanences qui m’ont frappé le plus. Elles traversent les siècles, se transmettent sans prendre une ride de génération en génération. Il n’y a rien de secret là-dedans, et d’ailleurs, la totalité des livres à partir desquels j’ai travaillé se trouvent dans les bibliothèques municipales de la Ville de Paris.

LLJ : Comment vous est venue l’idée de vous plonger dans toute cette littérature ?

HR : J’ai écrit ce livre un peu par hasard, après avoir découvert le livre de Soljénitsyne (Deux Siècles ensemble) paru en 2003, qui met en relief le rôle du “petit peuple” dans la révolution bolchevique. Comme j’ai été moi-même un fervent “bolchevik” pendant mes années universitaires, je me suis étonné de n’avoir pas été au courant de cet aspect de la question. J’ai alors repris un par un les grands livres traitant de “soviétologie”, et je me suis aperçu qu’en réalité, tous les grands historiens (Stéphane Courtois, François Furet, Ernst Nolte, entre autres) ont soulevé le problème, mais de manière très anecdotique. Cette question forme la deuxième partie du livre, que j’intitule : La fin d’un rêve messianique. La troisième partie, qui est aussi importante que la première, traite de l’explication de l’antisémitisme par les Juifs eux-mêmes et de la mentalité cosmopolite en général, ainsi que de certains problèmes d’actualité : l’antisémitisme noir, la mafia, les grandes escroqueries de ces dernières années, qu’elles soient financières ou intellectuelles, les “boursouflures médiatiques”, etc.

LLJ : Vous avez conscience, j’espère, que vous vous attaquez à forte partie ?

HR : C’est amusant que vous disiez cela : c’est exactement l’expression que le romancier Patrick Modiano met dans la bouche de l’un de ses personnages ! Mais je vais vous dire une chose : je ne m’attaque à personne. Je me contente d’analyser assez froidement ce que je découvre ici et là. Si la vérité aujourd’hui tombe sous le coup de la loi, le devoir du juge, en tant qu’homme de lois, est assurément de la condamner. Mon devoir à moi, en tant qu’homme de lettres, est de l’écrire. De mon point de vue, tout est donc parfaitement en ordre de ce côté-ci, d’autant que je me contente de mettre en forme ce que d’autres ont exprimé. En revanche, je pense que le problème se situe en amont, si je puis dire : je pense en effet qu’il ne devrait pas être permis de nous laisser insulter chez nous, dans notre pays. Quand M. Bernard-Henri Lévy écrit que la culture « terroir-bourrée-binious » l’ « écœure », comme il le dit si bien, il faut ou lui infliger une très forte amende, proportionnelle à ses revenus colossaux. Je vais trop loin, quand je dis cela ?

Commandes

Les Espérances planétariennes, 432 pages ; 19,90 euros franco.
Commandes à Éditions Baskerville,
(SDE Domiciliations)
14 rue Brossolette, 92300 LEVALLOIS
Chèques à l’ordre de HERVE FRANÇOIS (en majuscules, sans rien ajouter)

Partager cet article
Repost0