Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 14:12

La bombe Edward Snowden éclate et commence à faire sortir de l'ombre quelques secrets jusqu'ici trop bien gardés ! Face au scandale, les oligarques sont obligés de parler, rivalisant d'hypocrisie, allant des uns à remettre en question le traité transatlantique... (on pourra attendre longtemps!), des autres à demander l'"asile politique" à Edward Snowden (Mélenchon et consorts).


Selon  Der Spiegel du 29 juin, l'Union européenne a fait partie des «cibles» de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA), accusée d'espionner les communications électroniques mondiales des institutions publiques comme des particuliers, dans le cadre du programme "Prism".  

 

La NSA aurait espionné des bureaux de l'Union européenne à Washington et Bruxelles. L'hebdomadaire allemand fonde ses accusations sur des documents confidentiels dont il a  pu avoir en partie connaissance grâce à l'ancien consultant américain de la NSA Edward Snowden, à l'origine des révélations sur Prism.  Dans l'un d'eux, daté de septembre 2010, classé «strictement confidentiel», la NSA décrit comment elle espionnait la représentation diplomatique de l'Union européenne à Washington. Il s'agissait non seulement de micros installés dans le bâtiment, mais aussi d'une infiltration du réseau informatique qui lui permettait de lire les courriers électroniques et les documents internes.

La représentation de l'UE à l'ONU était surveillée de la même manière, toujours selon ces documents, où les Européens sont explicitement désignés comme des «cibles à attaquer». (1)

 

Berlin exige des explications des Américains sur les allégations d'écoutes électroniques de l'UE. Dans un communiqué, la ministre allemande de la Justice Sabine Leutheusser-Schnarrenberge a déclaré:

  • "Il faut que du côté américain on nous explique immédiatement et en détail si ces informations de presse à propos d'écoutes clandestines totalement disproportionnées par les États Unis dans l'Union européenne sont exactes ou non".


Une demande similaire de l'UE a également été faite, le 30 juin. (2)

 

Ancien collaborateur de la NSA, Edward Snowden, recherché par les Etats-Unis pour avoir divulgué des informations explosives sur les vastes programmes américains de surveillance des communications des populations, a atterri il y a près d'une semaine à Moscou d'où il a demandé l'asile politique à l'Equateur. Le président équatorien, Rafael Correa, a annoncé ce samedi 29 juin, s'être entretenu avec le vice-président américain Joe Biden du cas de l'ancien agent du renseignement .«Nous avons parlé de l'affaire Snowden et il m'a transmis de manière très courtoise la requête des Etats-Unis de bien vouloir rejeter la demande d'asile», a-t-il déclaré, ajoutant que l'Équateur prendrai sa décision e manière «souveraine».


Le gouvernement américain a fait savoir dans la journée qu'il répondra aux demandes d'explications de l'Union européenne "par le canal diplomatique".

Un porte-parole de la direction du renseignement national américain a déclaré: "Nous discuterons aussi de ces questions de manière bilatérale avec les Etats membres de l'UE. ... Nous n'allons pas faire publiquement de commentaires sur ces allégations concernant des activités de renseignement (...) Les Etats-Unis recueillent certaines informations à l'étranger comme le font tous les pays", a-t-il simplement ajouté.

En Europe, selon Le Figaro, la stupéfaction feinte "est telle que de nombreuses voix s'élèvent, y compris au sein de la Commission européenne, pour remettre en cause l'ouverture des négociations sur un nouvel accord de libre-échange avec les Etats-Unis." (sic)... On peut prendre le pari ici qu'on pourra attendre longtemps la remise en question réelle du traité transatlantique !

La Commission européenne a fait savoir qu'elle a "pris contact avec les autorités américaines"...(3)


L'opération de surveillance ayant pris pour cible l'UE aurait eu pour objectif d'en savoir plus sur les dissensions entre les pays membres de l'UE, selon les documents consultés par le Guardian. L'opération de surveillance de la représentation française à l'ONU a été baptisée "Blackfoot" et celle visant l'ambassade de France à Washington "Wabash". L'ambassade d'Italie à Washington a été visée par une opération dont le nom de code était "Bruneau".


Alors que le gouvernement fait semblant d'apprendre que les services américains nous espionnent, ... nos services de police sont capables de bloquer les transmissions d’information, y compris les vidéos et les photos, lors des manifestations. (4) L'Union européenne, la France et l'Allemagne feignent d'exiger hier "des explications sur ces allégations d'espionnage à l'encontre de l'UE." (5)

 

Aujourd'hui, à part quelques critiques autorisées, aucune remise en question de fond du système d'écoute et de flicage généralisé des communications des populations.

 

Le tyran flasque et mou François Hollande s'est fendu ce matin d'une maigre protestation : "«Nous ne pouvons pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés», a-t-il déclaré. «Nous demandons que cela cesse immédiatement»... a-t-il ajouté en marge d'un déplacement à Lorient, jugeant également que «les éléments sont déjà suffisamment réunis pour que nous demandions des explications»."

 

Source: http://www.lefigaro.fr/politique/2013/07/01/01002-20130701ARTFIG00317-espionnage-la-classe-politique-francaise-condamne-les-pratiques-americaines.php

 

 

Source video: http://www.bfmtv.com/video/bfmtv/international/fleur-pellerin-attendons-explications-americaines-porter-un-jugement-01-07-133820/

 

 Le ministre délégué en charge des PME et de l'Économie numérique, Fleur Pellerin a tout de même a moitié avoué : «Même si c'est un acte qui n'est pas forcément amical de la part d'une puissance amie, ce n'est pas une nouveauté. ... le dispositif de surveillance généralisée (…) des populations» est «beaucoup plus grave», «particulièrement choquant». (6)

 

Mais, comme d'habitude le record d'hypocrisie revient à Mélenchon et aux Verts le 30 juin, qui, tout en faisant partie des cadres dits de "gauche" de l'Oligarchie nouvel ordre mondialiste, font leurs gesticulations théâtrales habituelles et réclament l'"asile politique" pour Snowden :

 

Mélenchon «a laissé éclater sa colère» (sic) hier :

 

  • «Qu'on accueille pour l'asile politique Edward Snowden, parce que cet homme est un bienfaiteur. C'est grâce à lui que nous savons que nous avons été espionnés, a déclaré l'ancien candidat à la présidentielle sur BFMTV. Ce n'est pas normal qu'on continue à laisser cet homme errer sur la planète, alors qu'il est un défenseur de la liberté.»" (7).

 

De deux choses l'une, dans la réinfosphère ça fait un moment qu'on parle de Big brother... Ce Nouvel Ordre Mondial basé sur un système d'infiltration, de subversion, de flicage, de délations et de surveillance généralisée des populations sous couvert de "lutte contre le terrorisme"... Donc soit Mélenchon, le "Front de gauche" et les Verts (comme le président François Hollande et son gouvernement...) sont très mal informés, auquel cas ce sont des incompétents stupides et dangereux, soit ils sont très bien informés et font semblant de découvrir ce programme aujourd'hui, auquel cas ils sont de la plus totale mauvaise foi !

 

 

Sources:

 

(1) http://www.lefigaro.fr/international/2013/06/29/01003-20130629ARTFIG00404-scandale-prism-la-nsa-espionnait-aussi-l-union-europeenne.php

(2) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/06/30/97001-20130630FILWWW00044-prism-berlin-exige-des-explications.php

(3) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/06/30/97001-20130630FILWWW00178-prism-reponse-par-voie-diplomatique.php

(4) http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/07/la-nsa-nous-espionne-mais-la-dcri-.html

(5) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/06/30/97001-20130630FILWWW00189-la-nsa-visait-la-france-selon-le-guardian.php

(6) http://www.lefigaro.fr/politique/2013/07/01/01002-20130701ARTFIG00317-espionnage-la-classe-politique-francaise-condamne-les-pratiques-americaines.php

(7) http://www.lefigaro.fr/politique/2013/07/01/01002-20130701ARTFIG00282-les-verts-et-melenchon-reclament-l-asile-politique-pour-snowden.php

 

- Prism: un groupe de sénateurs US interpelle le chef du renseignement (Ria Novosti)

- Snowden: un sénateur US prépare des sanctions contre Moscou (27 juin 2013)

- Prism : Snowden "en zone de transit à Moscou" (Poutine) ne sera pas extradé par la Russie aux Etats-Unis (25 juin 2013)

- Prism Gate : où est passé Edward Snowden ? (12 juin 2013)

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 11:04

Un enregistrement audio de Bernard Faÿ (1893-1978) présente une histoire de la franc-maçonnerie, une histoire non maçonnisée, compte tenu que Bernard Faÿ, croix de guerre 1914-1918 reçue à la bataille de Verdun en août 1917, fut l'administrateur général de la Bibliothèque nationale sous le régime de Vichy, chargé par le Maréchal Pétain, après les mesures d'interdiction du "Grand Orient de France" et des autres sociétés secrètes (loi du 13 août 1940), de recueillir, de classer et d'étudier toutes les archives saisies dans les loges.

 

 

Source audio à écouter sur http://amissfs.com/lecteurMP3.php?lid=264

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 22:59

Entretien d'Hervé Juvin, essayiste, économiste et chroniqueur de RealPolitik.tv à Pro Russia

 

 

 

Thèmes abordés:

la France, chambre d'enregistrement de Bruxelles,

la colonisation des Etats-Unis

les années 70, années de la révolution de l'individualisme capitaliste et libéral,

l'importation volontaire ou forcée du vocabulaire et des normes d'origine anglo-américaine. Ex: le culte de la "gouvernance", entendue comme la dépossession des peuples de leurs élus et de leur démocratie au profit de modèles de gouvernement contractuel privé qui assurent la privatisation du monde (dont en France le plus grand privatiseur a été le socialiste Lionel Jospin)

la destruction de l'autonome des peuples,

l'abandon d'une Europe-identité, d'une Europe-puissance. Reste: des promesses de récession, de régression sociale à peu près partout et de colonisation

le sourd mécontentement qui croît à peu près partout en Europe. Un peuple européen divisé, désorganisé qui tôt ou tard trouvera les moyens de son expression.

le traité de libre échange transatlantique "très favorable" selon Obama "à l'intérêt national américain" puisqu'il va créer des millions d'emploi aux Etats-Unis, mais devrait en faire perdre aux européens.

le droit du vivant, l'industrie des semences, industrie des péages, le hold-up sur les vivants pratiqués par les semenciers et chimistes qui sont en train de détruire la diversité animale et végétale et de nous interdire de replanter les graines de nos plantes et légumes, parce que rien ne doit être sosutrait à l'industrie des semences, industrie des péages que les Américains sont en train de mettre en place... Un modèle où l'imposition mondiale du contrat et des brevets va permettre à nombre de sociétés américaines de vivre des péages qu'elles feront payer à tous, partout dans le monde.

Ex: en Inde en 2012, des dizaines de milliers de paysans ruinés par l'achat de semences à Monsanto ou à d'autres fabriquants du vivant breveté et sous contrôle, qui n'ont pas obtenu les rendements escomptés (cas de plantations de tabac, un Etat indien Andhra Pradesh est en procès avec Monsanto). Il y a des dizaines de milliers de suicides de paysans indiens que l'on a en quelque sorte expropriés vu qu'ils n'ont même plus le droit de replanter leur propres semences. Une économie de péages que l'Amérique sait pouvoir imposer par la force des armes partout dans le monde, une entreprise criminelle et terroriste que l'on veut nous imposer à nous européens. Une dépossession de notre droit à vivre de notre terre, à semer comme nous le voulons et à récolter les fruits de ce que nous avons semé. Une nouvelle étape de la colonisation de l'Europe par les Etats-unis d'Amérique.

 

Hervé Juvin, qui avait été dans les années 90 un des premiers à avertir des risques qu'encourait l'Union européenne à miser tout son projet de construction sur la monnaie unique, avance dans cette video que depuis le début, l'affaiblissement des nations européennes a été voulu par un agenda explicite dans un certain nombre d'institutions internationales, explicite dans un certain nombre de groupements plus ou moins occultes de dirigeants de multinationales qui se retrouvent dans différentes villes du monde pour détuire l'unité des nations européennes et pour détruire toute aspiration à la puissance européenne. Et depuis les années 80, depuis la désastreuse action de Jacques Delors et de ses séides comme Pascal Lamy et quelques autres, on a assisté à la construction d'une Union européenne contre les peuples, contre la puissance des nations européennes et contre toute idée de puissance et de souveraineté européenne. Cet agenda a été  servi par la mise en place de la monnaie unique. L'Euro qui bien de loin de sonner le glas du règne du dollar, n'a fait que renforcer la suprématie du dollar, qui joue actuellement de la liberté donnée par le statut de la Fed (banque centrale américaine).

 

La solution avancée par Hervé Juvin est le retour des frontières, le retour des grandes ambitions nationales. Hervé Juvin explique que l'avidité du traité transatlantique peut paradoxalement s'interpréter comme une grande peur américaine devant un monde qui échappe aux Etats-Unis, qui apprend à se passer d'eux et qui apprend qu'il accèdera à la prospérité, à l'indépendance et à la souveraineté contre l'Hyper-puissance ou contre l'Empire du Bien d'Outre-atlantique. La peur des Etats-Unis de voir un monde qui ne sera pas américain, un monde qui ne se ralliera pas à leur Empire.

 

 

Source: http://www.prorussia.tv/Herve-Juvin-essayiste-et-economiste_v372.html

 

- Nouvel Ordre Mondial: l'Accord transatlantique pour le commerce et l’investissement (TTIP)

- Zone de libre-échange transatlantique : ce que les médias n’ont jamais dit… (Pierre Hillard)

Partager cet article
Repost0
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 17:43

 

Pourquoi tant de honte ?

 

Melenchon embarrassé à l’idée que les français comprennent que c’est un franc-maçon ?

 

FM : Ses membres doivent en premier lieu une obéissance aux directives de la secte et n’ont une liberté de conscience qu’à l'intérieur du cadre des ordres qui leur sont imposés.

 

 

 

 

 

 

 

Source: http://bestofactus.wordpress.com/2013/06/15/frere-meluche-ne-souhaite-pas-que-lon-sache-quil-est-fm/?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

 

 

- Michel Onfray tacle le franc-maçon en tablier Mélenchon

- Mélenchon le franc-maçon : La Vérité !

- Le "Monde nouveau" de Mélenchon

- Le nouveau piège à cons de Mélenchon : la VIe République (Adrien Abauzit)

- Sommet de la désinformation - Mélenchon : "la laïcité inventée par les juifs"

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 18:42

Le "Prism Gate", du nom d'un vaste programme d'espionnage élaboré par la NSA depuis 2007, est ce scandale qui frappe les Etats-Unis suite aux révélations d'un ex-agent consultant de l'Agence de Sécurité Nationale (NSA) Edward Snowden, 29 ans, qui a disparu depuis hier à Hong Kong sans laisser signe de vie... Snowden a révélé la semaine dernière des programmes secrets de surveillance des Américains. Il a mis en cause Google, Microsoft, Yahoo, Facebook, PalTalk, Aol, Skype, youtube, Apple, tous les géants de l'internet,... qui bien évidemment ont nié avoir octroyé à tout service de renseignement américain un accès direct à leurs réseaux. 

 

Selon le site Lecho.be, Prism permet au services de renseignement de surveiller en temps réel les données circulant sur les serveurs des grands groupes informatiques. La sénatrice démocrate Dianne Feinstein, présidente de la Commission de renseignement et poids lourd du Congrès, a réclamé l'extradition d'Edward Snowden en parlant d'"acte de trahison"... La Russie de son côté a fait savoir qu'elle était prête à examiner une demande d'asile de l'américain.

 

Source: http://www.lecho.be/actualite/entreprises_technologie/Le_Prism_gate_ebranle_les_geants_de_l_internet.9358407-3063.art?ckc=1

 

Dans ce qui est sans doute un de ses derniers entretiens réalisé le 6 juin 2013, Edward Snowden explique qu'il a "eu accès à des listes complètes de tous ceux qui travaillent à la NSA, de la communauté du renseignement tout entière, et des agents infiltrés partout dans le monde, les emplacements de chaque bureau, ce que sont leurs mission." ... Et que "la plus grande crainte" qu'il a "quant à l'issue de ces divulgations pour l'Amérique" est que "rien ne changera". "Les gens vont voir dans les medias toutes ces divulgations, ils sauront que le gouvernement va se donner des pouvoirs de façon unilatérale, pour un plus grand contrôle sur la société américaine et la société mondiale. Mais ils ne seront pas prêts à prendre les risques nécessaires pour se lever et se battre pour changer les choses et forcer leurs 'représentants' à prendre réellement position dans leurs intérêts".


 


Le "Mouvement pour la Vérité" se demande "Où est passé le héros anti-illuminati Edward Snowden ?" :

  • "Alors que les journalistes français ne semblent pas avoir compris l’enjeu exceptionnel de ce scandale majeur, alors que les médias alignés francophones sous-estiment ou font semblant de sous-estimer cet énorme complot des élites intiées contre le Monde Libre, le Mouvement pour la Vérité se demande où Edward Snowden a bien pu passer : s’est-il caché pour échapper aux collabos du NWO et demander l’asile politique à la Russie (Poutine vient de lui proposer) ou à d’autres pays indépendants ? A-t’il été incarcéré illégalement par quelque cellule noire de la CIA et de quelques autres bras armés de la finance mondiale ?"

 

 

Nouvelles de France évoque également le scandale Prism :

 

  • Yes We ScanEn substance, tout part d’un certain Edward Snowden qui, il y a quelques jours, a permis de montrer, preuves à l’appui, que la NSA et la CIA espionnent directement toutes les sources de données informatiques comme Facebook, Twitter, Google, tous les appels téléphoniques qui passent, sans jamais calmer l’appétit de ces agences de renseignements. Bien évidemment, cette révélation n’étonne pas, à proprement parler : tout le monde se doutait déjà que les divers services d’intelligence des Etats-Unis récupéraient toutes les données qu’ils pouvaient, de toutes les façons possibles, y compris celles dont la légalité est douteuse (voire inexistante). Mais la preuve apportée, voilà un pavé dans la marre d’Obama (dont on se souvient qu’il avait, en son temps de sénateur, vertement tancé Bush pour ses écoutes). Effet secondaire amusant : les obamolâtres, nombreux dans la presse ici et outre-Atlantique, doivent faire face à un nombre assez conséquent de scandales de plus en plus importants qui remettent largement en question le mythe comique de président intègre qu’ils s’étaient employés à construire, par différentiel avec un Bush à la probité elle-même très discutable. Pour le moment, c’est surtout Internet qui s’en donne à cœur joie ; on attend les éditoriaux outrés ou larmoyants de ces journalistes qui n’ont toujours pas compris que le président actuel n’a rien à envier aux précédents en terme de mauvaise foi ou de pratiques douteuses.

  • Pendant ce temps, le fond de l’affaire (l’espionnage industriel d’une grande puissance à des échelles jamais atteintes auparavant), il faudra sans doute des jours, voire des semaines pour que les conséquences et implications soient pleinement comprises. Les spécialistes de la sécurité informatique savaient déjà que les principaux fournisseurs de services américains pouvaient, sur simple demande de leur gouvernement, livrer tout ou partie d’informations confidentielles. Pas étonnant, dès lors, que bien des firmes européennes, chinoises ou japonaises pour ne citer que ces acteurs économiques, aient choisi de ne surtout pas héberger de données dans les magnifiques « clouds » hébergés chez l’Oncle Sam.
  • Il n’empêche : compte-tenu de l’importance américaine dans le réseau internet, tôt ou tard, des données en transit d’un point à l’autre du globe ont de bonnes chances de passer par les routeurs américains, et par voie de conséquence, d’être interceptées, analysées voire stockées pour le compte de l’une ou l’autre agence de renseignement des États-Unis. À la limite, si la fibre commerciale américaine reprend le dessus, ils pourraient même envisager de commercialiser une telle fonctionnalité. Ça ne rendra pas l’opération plus éthique, mais certainement plus profitable.

  • ... [T]oute cette affaire permet de montrer deux choses : la première, évidente, est que l’État (qu’il fut américain, français ou autre ne change rien) ne reculera jamais lorsqu’il s’agira d’utiliser les technologies à son profit. Aucune constitution, aucun garde-fou juridique, aucune éthique gouvernementale ne permettra d’assurer un comportement restreint, idoine ou tout simplement moral de sa part. Dès lors qu’il existera la possibilité pour lui d’obtenir un moyen supplémentaire d’asservir sa population, il l’utilisera. Le fait d’être dans une démocratie plutôt qu’une dictature changera marginalement la vitesse à laquelle les services étatiques mettront en place ces moyens. Quant aux raisons invoquées, elles seront toujours, invariablement, les mêmes : échangez-moi un peu de votre liberté (dont vous ne savez que faire, enfants) en l’échange d’un peu plus de sécurité. Et plus l’État s’occupe de sécurité, plus il fait de l’individu un petit animal craintif ayant peur du lendemain, plus il sera facile au plus froid des monstre froid de s’approprier toute la liberté de chacun.
  • La seconde, c’est que, dans ce tableau assez noir subsiste heureusement quelques zones de lumière. Aussi puissante soit l’organisation qui décide ainsi d’espionner chacun, aussi phénoménaux soient les moyens techniques, humains, financiers dont elle dispose, il se trouvera toujours un ou plusieurs individus pour dire « Stop », pour pointer du doigt les dérives, pour dénoncer les abus, pour révéler les abominations. Tout libéral, bien sûr, comprendra cette dernière remarque, et tout individu, libéral ou non, comprendra aussi ce que de telles dénonciations, que de telles révélations peuvent comporter comme risque sur celui qui les faits. Rien qu’à ce titre, le jeune Snowden mérite le plus grand respect pour le courage dont il a fait preuve, courage qui l’amènera, au mieux, devant les tribunaux de son pays, ou à une vie d’exil et de fuite, ou, pire encore, à une mort louche, suicidé au fin fond d’une forêt avec trois balles dans le buffet. Le terme héros, largement galvaudé de nos jours, n’est probablement pas trop fort pour désigner un type qui aura choisi ainsi de foutre sa vie en l’air, aussi ouvertement, en l’échange d’une révélation ou pour avoir fichu un doigt dans l’œil de Big Brother.

  • Source et suite: http://www.ndf.fr/poing-de-vue/12-06-2013/le-panoptique-du-xxie-siecle

 

Add. jeudi 13 juin 2013. L'auteur des fuites sur le programme secret américain de surveillance électronique a accordé, mercredi (12 juin 2013, NdCR.), un entretien à un journal de Hong Kong. Il indique qu'il ne quittera pas la ville.Hong Kong.

Interviewé mercredi dans un endroit tenu secret, le jeune homme de 29 ans affirme ne pas vouloir quitter le territoire autonome du sud de la Chine. «Ceux qui pensent que j'ai commis une erreur en choisissant de me rendre à Hong Kong ne comprennent pas mes intentions: je ne suis pas ici pour fuir la justice, mais pour révéler des faits répréhensibles… Je ne suis ni un traître, ni un héros, je suis un Américain» clame-t-il. «Tremblant à chaque instant pour sa sécurité et celle de sa famille», il confie avoir eu maintes occasions de s'enfuir de Hong Kong, mais faire le choix d'y rester pour affronter le gouvernement américain. «Mon intention est de demander à la justice et à la population de Hong Kong de décider de mon destin, je n'ai aucune raison de douter de votre système» souligne t- il. Comme pour rallier les habitants de Hong Kong à sa cause, il continue en affirmant que la place financière est, elle aussi, victime du piratage informatique américain à outrance depuis des années…. «Nous piratons les systèmes centraux des réseaux -comme d'énormes routeurs internet, en général-qui nous donnent accès aux communications de centaines de milliers d'ordinateurs sans avoir à pirater chacun d'entre eux».

 

«Parmi les cibles de la NSA, des centaines sont visées depuis 2009 à Hong Kong ou en Chine», affirme Edward Snowden en s'appuyant sur des documents que le South China Morning Post a consultés, sans toutefois avoir pu vérifier leur authenticité. «Non seulement Washington le fait, mais il a tellement peur que cela se sache qu'il est prêt à utiliser tous les moyens pour empêcher ces informations d'être rendues publiques», poursuit Edward Snowden. Il affirme savoir, «selon une source fiable, que le gouvernement américain est en train d'exercer des pressions intimidantes auprès des autorités hongkongaises pour le faire extrader, conformément au traité qui lie les deux pays, et le faire taire au plus vite». Suite à la publication de cette nouvelle interview tonitruante, les autorités locales se refusent toujours à tout commentaire.

... En attendant, Hong Kong se passionne pour les tribulations du jeune fugitif américain, dignes d'un roman d'espionnage. Des centaines de militants hongkongais ont appelé à manifester samedi devant le consulat américain et le siège du gouvernement hongkongais pour empêcher son éventuelle extradition. Le club hongkongais des correspondants de presse estime, lui, que l'affaire est un test important sur la volonté de Hong Kong de faire respecter la liberté d'expression et de la presse sur son territoire.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/international/2013/06/13/01003-20130613ARTFIG00536-nsa-edward-snowden-sort-de-l-ombre.php

 

 

- Prism: Snowden recruté pour espionner la NSA (journal) (25 juin 2013)

Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 16:58

Comment Hollande a augmenté la retraite de son ami Claude Bartolone et va baisser la vôtre.

 

 

ET DIRE QU’ILS RECHERCHENT 6 MILLIARDS d’ECONOMIES SUPPLEMENTAIRES…..

 

L'INCROYABLE RETRAITE PRÉFECTORALE DE BARTOLONE qui est contre la communication de son patrimoine!

 

Claude BARTOLONE est un homme heureux. (Né le 29 juillet 1951 à Tunis sous le Protectorat français de Tunisie.) (sources vérifiées ! http://www.monsieur-biographie.com/celebrite/biographie/claude_bartolone-14522.php)

 

 

 

Par décret, le Président de la République, son ami François Hollande, l'a réintégré dans le corps préfectoral -- où il ne figurait plus depuis 25 ans.

 

Un mois plus tard, il pouvait en conséquence prendre sa retraite de préfet honoraire hors cadre et hors classe.

 

(sources vérifiées : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006061224&dateTexte=20091002

 

 

 

 

Résumons la situation financière du camarade socialiste :

 

- Depuis août 2012 : retraité du corps préfectoral.

 

- Depuis le 10 mars 2008 : conseiller général du canton de Pantin (source vérifiée :http://fr.wikipedia.org/wiki/Canton_de_Pantin-Est)

 

- Depuis le 20 mars 2008 : président du conseil général de la Seine-Saint-Denis. (source vérifiée ! :http://www.seine-saint-denis.fr/Claude-BARTOLONE.html)

 

- Depuis le 17 juin 2012 : député de la neuvième circonscription de la Seine-Saint-Denis (source vérifiée ! (il est député depuis 1981) - http://petitsmatinsetgrandsoir.wordpress.com/2012/06/26/bartolone-haut-perche-un-jour-rentier-de-la-politique-toujours/)

> > > - Depuis le 26 juin 2012 : président de l'Assemblée nationale. (source vérifiée ! :http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2011-2012/20120148.asp)

> > >

 

 

Même en appliquant les plafonds de cumuls, on arrive tout de même à plus de trente mille euros par mois, cela peut aller !

 

 

+ Logement de fonction en qualité de président de l'Assemblée Nationale

 

+ le « petit » logement de fonction en qualité de président du Conseil Général du 93

Avec la gauche, la magouille institutionnelle d’État est possible !

 

Et c'est lui qui est supposé présider le débat sur le non cumul des mandats, mais pas le non cumul des retraites !

 

On croit rêver : Ces élus, donneurs de leçons et qui veulent amputer encore plus les maigres retraites durement acquises, montrent l'exemple à suivre en temps de crise, et sans état d'âme.

 

Dans le but, selon le credo socialiste, "d'améliorer" le sort de l'homme et de l'humanité. et les pratiques institutionnelles de la République…

 

 

 

Voila de quoi la France crève.

 

Cela ne sert à rien de faire des réformes tant que l'on ne réformera pas les pratiques de ces politiques qui arrivent à faire une vie et une fortune sur les dos des contribuables en nous faisant croire qu’ils s’inquiètent pour nous.

 

 

 

“Quand on vit de la naissance à la mort avec de l'argent public, que l'on ne paie pas ou peu de cotisations sociales, qu'on bénéficie d'un système de retraite réservé à sa seule catégorie, d'un système de placement financier défiscalisé, et qu'on n'a jamais investi un euro dans une entreprise mais tout placé dans des résidences secondaires, on doit à minima avoir l'honnêteté de ne jamais prononcer le mot Égalité, ni d'exiger des autres, fussent-ils devenus riches, plus de solidarité qu'on ne s'en impose à soi-même”

 

 

Ce mail doit être diffusé largement, seule la lumière dérange et peut faire reculer l'ombre.

 

 

Source: http://zebuzzeo.blogspot.fr/2013/05/bartolone-le-coup-de-pouce-de-son-ami.html

 

Rappelons que lors de l'élection à la présidence de l'Assemblée nationale en juin dernier de Bartolone, une trentaine de députés «initiés» ont été mobilisés dans les dernières heures : en coulisses, dans le dos de la démocratie et des non-"initiés", le fabiusien Philippe Guglielmi, élu de Romainville, patron de la fédération PS de Seine-Saint-Denis, terre d’élection de Claude Bartolone, et ancien Grand Maître du GO (de 1997 à 1999), a manœuvré pour favoriser l’élection au perchoir de son ami Bartolone... L'"Egalité" ne s'est jamais aussi bien portée !

 

 

. Jeunesse trahie : La Jeunesse, grande perdante de la "soi-disant" réforme des retraites du président Hollande (16 septembre 2013)

. (Retraites) La spoliation c'est maintenant : Ayrault officialise un allongement de la durée de côtisation et augmente les côtisations (27 août 2013)

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 22:59

Depuis quelques temps, face au départ anticipé de François Hollande, qu'une démission soudaine ou un Printemps français viendrait chasser précipitamment, les élites, vraisemblablement, cherchent une roue de secours, un joker à tirer en cas d'évènements graves en France. Et pour cela, elles seraient prêtes à pousser de nouveau le balancier à "droite". Dans cet immense pièce de théâtre, François Fillon serait-il leur poulain tout trouvé ?

 

Les élites mondialistes membres du Bilderberg sont réunis depuis jeudi 6 juin jusqu’au 9 juin à Hertfordshire, en Angleterre, sur le thème de la croissance des économies américaine et européenne, en vue de la création d’emploi, entre autres, un volet dette et droit, nationalisme et populisme, politiques américaine et européenne, cyberguerre et prolifération des menaces asymétriques, recherche médiacale, défis de l’Afrique (alors qu’il n"y a sur place, aucun africain), sans oublier le poumon de leur économie, le Moyen-Orient.

 

La réunion est le point fort de l’année pour tous les ploutocrates, et ce, depuis 1954.
François Fillon devait y être, à moins qu’il n'ait décliné l’invitation.
Cette année, le groupe Bilderberg tente de jouer la carte de la "semi-transparence" suite aux pressions des journalistes et des militants : pour la première fois en 59 ans, il y aura un bureau de presse non officielle, avec des bénévoles. (1) Mais, nous pouvons noter comme d'habitude le silence total des media français sur cette réunion qui rassemble pourtant chaque année des dirigeants politiques de haut rang, des présidents et des directeurs généraux de hedge funds, de sociétés technologiques et d’importantes multinationales,  se rencontrant dans des hôtels luxueux, sans que la presse ni les chaînes d'information n'y trouvent sujet à enquête et n'y soient présentes pour superviser et informer les "citoyens". Dormez braves gens...

 

La réunion Bilderberg 2013 est financée par un organisme de bienfaisance enregistré officiellement : l’Association Bilderberg, qui reçoit des des sommes à cinq chiffres régulièrement de la part de Goldman Sachs et de BP. La preuve la plus récente de ceci date de 2008 (voir fichier pdf), mais depuis l’organisme ne divulgue plus les noms de ses donateurs sur ses comptes   (voir fichier pdf).

 

http://allainjules.files.wordpress.com/2011/07/fillon.jpg?w=594Biderberg a-t-il choisi François Fillon pour être le prochain président de la république dite "française" ?

 

François Fillon est l’invité de l’émission "Des paroles et des actes", présentée par David Pujadas, le jeudi 6 juin sur France 2, date du début de la 61e édition du Bilderberg. L’ex-Premier ministre devrait notamment être interrogé sur la pagaille à l’UMP et sur ses intentions concernant l’élection à la présidence du parti. (2)

 

Or, nous apprenons ce soir, un hasard sans doute..., que François Fillon, invité de France 2 hier soir, a expliqué que le chômage et les difficultés sociales nous obligeaient à limiter le nombre d'entrées des immigrés, qu'il y avait trop d'immigrés en France, et qu'on ne pouvait accueillir "dans des conditions décentes" tous ceux qui veulent venir y vivre. Il a voulu faire preuve de fermeté et tenir un "discours de vérité".

 

L'ancien Premier ministre auquel était consacrée l'émission "Des paroles et des actes" a demandé sur France 2 :

 

  • "Y-a-il trop d'immigrés en France ? Oui. La France est aujourd'hui dans l'incapacité d'accueillir dans des conditions décentes tous les gens qui veulent venir y vivre. ... Donc il faut réduire la politique d'immigration", a déclaré le député de Paris.

  • "J'avais proposé que, comme au Canada, on ait chaque année un vote du parlement sur le nombre d'immigrés, qu'on peut accueillir, les métiers qu'on veut privilégier, les régions du monde pour lesquelles on veut fixer des quotas.
  • 200 000 entrées par an, "c'est trop dans un pays de situation de chômage, de crise économique, qui doit réduire sa dépense publique et qui a des problèmes de cohésion nationale", a-t-il ajouté. (3)

 

Cette volte-face de François Fillon sur le thème de l'immigration alors que, pendant des années il a craché sur Jean-Marie Le Pen en faisant partie de ceux qui à l'UMP prônait le "cordon sanitaire" et le "pas d'alliance" avec le Front national, est symptomatique du retournement de veste de l'élite mondialiste qui change son fusil d'épaule. Après des années d'organisation de l'immigration en France et d'organisation de l'antiracisme, après avoir instrumentalisé pendant des années les immigrés contre les Français (diviser pour régner), l'Oligarchie mondialiste constatant que les enfants d'immigrés les plus conscientisés se retournent contre elle à présent, ses temples et ses loges..., elle durcit son discours contre l'immigration et les immigrés, qui ne devraient pas tarder (suite au feu vert de Bilderberg 2013 ?)  à être chargés de tous les maux... au nom d'une pseudo "résistance républicaine" (sic).

 

 

Sources:

 

(1) http://lejournaldusiecle.com/2013/06/03/la-reunion-secrete-du-groupe-bilderberg-du-6-au-9-juin-2013/

(2) http://allainjules.com/2013/06/06/elysee-2017-francois-fillon-le-groupe-bilderberg-la-t-il-choisi-comme-prochain-president-de-la-france/

(3) http://www.lexpress.fr/actualite/politique/pour-francois-fillon-il-y-a-trop-d-immigres-en-france_1255499.html?xtor=EPR-181-[XPR_Quotidienne]-20130607--146922066%40247023776-20130607101326

 

 

- La franc-maçonnerie accueillie lors du premier "mariage" homosexuel

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 22:59

Après l'introduction en douce et sans débat de l'idéologie du genre à l'école, cette injonction de l'Oligarchie mondialiste, arrive le 14 juin le "traité transatlantique", masque et prête-nom du complot mondialiste du Nouvel Ordre Mondial concocté dans l'ombre, dans le secret des loges et des coulisses du pouvoir, à Washington et à Bruxelles... On vous avait prévenu... Coucou et mention au webmestre de "Fdesouche"...

 

Tiré d'un article inattendu de Mediapart : "La marche forcée vers un grand marché transatlantique unifié".

 

La marche forcée vers un grand marché transatlantique unifié

 

La création d’une union économico-politique réunissant dans un seul bloc les États-Unis et l’Union Européenne est plus que jamais d’actualité. Le 14 juin prochain débuteront en effet entre Bruxelles et Washington des négociations en vue de créer un Accord de partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (TTIP). De la bouche même de Karel de Gucht, commissaire européen chargé du commerce et un des principal responsable de la mise en place de ces futures négociations, un accord de ce type « deviendra la norme, non seulement pour nos prochaines bilatérales concernant le commerce et l’investissement, mais aussi pour le développement de règles globales (…) qui participeront à définir l’environnement économique futur du monde [1]». Juan Manuel Barroso, de son côté, soulignait que, malgré les nombreuses difficultés que suppose la mise en place de cet accord, ce dernier constituera « le plus important accord bilatéral jamais signé [entre les USA et l’Union Européenne] ».

 

La réactivation de ce projet de grand marché transatlantique pris forme début février, lorsqu’une avalanche de déclarations et de communiqués de presse, mentionnés uniquement par les observateurs attentifs, s’est abattue sur les sites web des principaux organes du pouvoir européen. A bien y regarder, cette effervescence a été déclenchée par la parution, le 11 février, du rapport final établit par le High Level Working Group on Jobs and Growth[2] (HLWG). Cet organe, une commission d’étude transatlantique établie en novembre 2011 par les principaux responsables états-uniens et européens, avait pour but :

 

« d’identifier les politiques et les mesures à mettre en place afin d’augmenter les échanges commerciaux et l’investissement, et de soutenir mutuellement les effets bénéfiques de la création d’emploi, de la croissance économique et de la compétitivité, en travaillant étroitement avec le secteur public et les intervenants des groupes du secteur privé, et en faisant appel de manière appropriée aux relations et aux mécanismes déjà existants [3] ».

 

L’objectif affiché était donc ni plus ni moins que l’analyse des différentes modalités d’actions politiques et juridiques disponibles en vue de l’expansion du commerce transatlantique et de la création d’un grand marché unifié entre les deux rives de l’Atlantique nord.

 

Ce rapport faisait suite à plusieurs déclarations émanant des plus hautes sphères du pouvoir européen, et allant dans le sens de la création d’un marché atlantique commun. Le 7 février, le site Neurope.eu révéla que le développement des relations commerciales avec les Etats-Unis serait une des priorités de la nouvelle présidence irlandaise du conseil de l’Europe. Cette dernière annonça en effet lors de la séance du Conseil européen du 7 février qu’elle « ferait avancer les recommandations retenues par le High Level Working Group on Jobs and Growth, incluant la mise en place d’une nouvelle génération d’agrément de libre-échange et d’investissement entre les USA et l’UE [4]» capables de maximiser le potentiel de la coopération transatlantique. Le lendemain de cette déclaration, dans un autre article publié sur Neurope.eu rapportant des propos émis par l’agence de presse Reuters, on pouvait lire que « le premier jet des propositions[concernant la mise en place un accord de libre échange entre les USA et l’UE] avancées par Karel de Gucht, commissaire européen chargé du commerce, et Ron Kirk, le représentant au commerce américain, est presque terminé, et que les négociations pourront commencer dans les mois qui viennent. [5]» Ces propositions renvoyaient en fait aux conclusions finales que le HLWG allait rendre publique trois jours plus tard.

 

Le 12 février, parallèlement à ces déclarations, Barack Obama, dans son discours sur l’état de l’union (aussi disponible ici en vidéo), donna son feu vert au début des négociations portant sur la mise en place de cette future union économique. Faisant écho aux conclusions positives émises par le HLWG, et venant confirmer les attentes des commissaires européens formulées lors de la dernière réunion du conseil, les propos du président américains tombèrent à pic. Ils laissent cependant augurer de la tenue d’âpres discussions sur des sujets ayant déjà fait couler beaucoup d’encre par le passé, comme les réglementations portant sur le commerce des produits agricoles et le traitement des informations numériques, sur lesquels il sera pourtant impératif de trouver un terrain d’entente.

 

Vital Moreira, membre de la Commission du commerce international (International Trade Commitee) et responsable européen des relations avec les USA, a d’ailleurs souligné dans un article du 22 février paru sur neurope.eu que « le plus gros problème dans les négociations concernerait les normes sanitaires des plantes et de la viande ». Nous apprenons aussi dans ce même article que les autres sujets d’inquiétude relevés par les membres du parlement européen, par ailleurs largement favorables à cet accord de libre-échange, sont notamment les droits de propriété intellectuelle ainsi que les divergences juridiques et idéologiques existant de part et d’autres de l’Atlantique concernant les organismes génétiquement modifiés (OGM) – couramment consommés aux États-Unis mais pas en Europe –, ainsi que l’utilisation du bœuf aux hormones ou du poulet chloré. Un marché commun supposerait en effet que les produits venant des USA, y compris les OGM, soient largement distribués, de manière non régulée, sur l’ensemble du territoire européen.

 

Selon les estimations [6], et malgré les évidentes difficultés qu’elle suppose, la signature définitive de cet accord de libre-échange serait cependant susceptible de booster le PIB européen et États-unien de 0.5 % (ils nous refont le coup de Maastricht 1992 bon pour la croissance européenne et l'emploi, NdCR.), ce qui équivaudrait à plusieurs millions d’euros chaque année. Le 18 avril dernier, à Dublin, lors d’une rencontre informelle entre plusieurs ministres européens du commerce (dont Karel de Gucht), une date précise a été évoquée quant à la mise sur pied concrète d’un Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement. C’est en présence de Mike Froman, conseiller américain au commerce international venu spécialement des Etats-Unis pour l’occasion, que le début du mois de juin a été retenu. L’échéance prévue pour la mise en place effective d’un marché unique se situe, elle, selon toute vraisemblance, à l’horizon 2015 [7].

 

Un peu d’histoire…

 

Afin de bien comprendre tous les enjeux recouvrant les déclarations exposées plus haut, il est important de souligner que ce projet, tel qu’il apparaît dans sa forme actuelle (qui est celle des conclusions exposées dans le rapport final du HLWG), ne date pas d’hier, et est l’aboutissement récent d’une longue maturation d’idées et de palabres s’étant tenus pour la plupart en secret, dans les coulisses du pouvoir, à Washington et à Bruxelles. Il remonte en fait au début des années 1990 (erreur, il remonte à 1789... Lire les  Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, Mémoires publiés en 1797 par l'abbé Barruel...NdCR). Sa première évocation fut consécutive à la chute du rideau de fer, et est contenue dans la Déclaration Transatlantique, signée l’année suivante. Les actuelles propositions de suppression des tarifs douaniers y étaient déjà évoquées, tout comme la volonté de resserrer les liens politiques à l’aide de consultations fréquentes entre les instances du pouvoir des deux puissances atlantiques. La priorité était alors à l’approfondissement de la coopération et de la solidarité transatlantique [8]. Il était aussi question d’encourager la mondialisation du commerce.

 

En 1995, un Nouvel Agenda Transatlantique fut adopté par Bruxelles et Washington. Pour la première fois y était mentionnée explicitement la création d’un nouveau marché transatlantique. Y était souligné également la nécessité d’un rapprochement de l’UE et des USA sur un nombre varié de sujets allant de la promotion de la paix dans le monde à l’établissement de relations économiques plus étroites entre les deux partenaires, devant s’incarner à travers différents contacts formels ou informels, notamment parlementaires et économiques, avec la création du Transatlantic Business Dialogue (TABD), le plus grand lobby de multinationales au niveau transatlantique [9]. Ce Nouvel Agenda stipulait aussi le besoin de créer des ponts (sociaux, culturels et scientifiques) à travers l’Atlantique.

 

En mai 1998, lors du sommet EU-US de Londres, un Partenariat Economique Transatlantique fut signé. Lors de l’adoption de cette charte, une étape importante en vue de l’établissement d’une intégration économique transatlantique fut franchie. Ce partenariat mériterait qu’on s’y attarde plus longuement, mais il suffit de dire ici que s’y trouvait déjà en substance tous les points exposés dans le rapport final de février du HLWG : mise en place d’un marché commun des produits agricoles ; suppression des tarifs douaniers ; égalisation juridique en ce qui concerne la propriété intellectuelle, l’investissement et le commerce électronique ; libéralisation des échanges et de l’investissement ; etc. Plus concrètement, il s’agissait surtout d’harmoniser les réglementations pour les biens et services, de manière à accélérer le processus d’intégration économique des deux continents.

 

Rediff. Georges Bush annonçant le Nouvel Ordre Mondial "lorsque nous serons victorieux et nous le serons, nous aurons une réelle chance avec ce Nouvel Ordre Mondial".

 

 

Le 30 avril 2007, enfin, fut crée le Conseil Economique Transatlantique (CET), dirigé conjointement par un commissaire européen, actuellement Karel de Gucht (également commissaire européen du commerce), et un américain, Michael Froman. La création de ce Conseil fut l’œuvre de George W. Bush, alors Président des Etats-Unis, Angela Merkel, alors présidente du Conseil Européen, et J. M. Barroso, président de la Commission Européenne. Les buts du CET, se réunissant habituellement une fois par année, sont les mêmes que ceux définis préalablement depuis 1990 : définir un cadre concret d’application du partenariat transatlantique, en harmonisant les politiques de régulation afin d’être plus compétitif face aux économies émergentes, notamment la Chine. Le rôle du CET est aussi de produire des recommandations et de restreindre les potentielles envies de protectionnisme des différents acteurs politiques.

 

Une ambition géocivilisationnelle

 

Derrière les beaux discours sur la croissance, l’emploi et la compétitivité, l’ambition à terme d’une telle alliance économique est de fondre dans un bloc politique et culturel unifié les continents européens et nord-américains, en traçant des frontières allant de San Francisco à la Russie (cette dernière n’entrant pas dans les limites assignées au monde « occidental ». Comme le souligne très bien le sociologue Jean-Claude Paye, « un processus d’absorption de l’Union européenne dans l’espace économique états-unien [10] » est en cours, devant à terme déboucher sur une uniformisation politique et culturelle des deux blocs.

 

Ce processus, s’il devait arriver à son terme, aurait plusieurs implications concrètes qu’il est important d’avoir en tête pour comprendre l’ampleur des conséquences d’un tel rapprochement. Tout d’abord, dans la continuation du mouvement d’américanisation de l’Europe s’étant mis en place depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, il est plus que probable que l’unification transatlantique se fera sur le modèle économico-culturel nord-américain [11], empêchant tout développement identitaire indépendant de l’Europe. L’influence américaine en Europe est déjà visible de facto dans nombres de think tanks [12] et autres institutions transatlantiques, présentes depuis longtemps sur le continent, et dont l’OTAN est certainement une des plus représentatives.

 

Les influences institutionnelles supra-continentales induites par un marché unique auront aussi leur pendant dans la perte croissante de souveraineté des démocraties européennes, et en dernier ressort agiront directement sur les politiques sociales et environnementales, qui, rappelons-le, divergent fortement de part et d’autres de l’Atlantique sur tout une série de critères, que les débats autour de l’agriculture et des OGM cristallisent.

 

Il s’agit donc de penser cette construction transatlantique sous deux angles bien spécifiques, celui de l’économique et celui du politique. La mise en place de nombreuses lois harmonisant les réglementations concernant les biens et les services échangés, devant déboucher sur la création d’un grand marché transatlantique unifié, n’est que l’une des faces du processus d’intégration. La seconde est la création d’une Fédération transatlantique ayant pour base une défense commune (existant déjà de facto avec l’OTAN), et des réglementations monétaires unifiées. De fait, dans une résolution du parlement européen datant du 25 avril 2007, est mentionné à l’alinéa 35 que :

 

« Les échanges interparlementaires existants devraient être graduellement transformés en une « assemblée transatlantique » (…) »

 

Cette assemblée transatlantique, regroupant des membres du Congrès américain et du Parlement européen serait alors, si elle se mettait en place, la première expression concrète de la mise sur pied d’une réelle Fédération transatlantique.

 

On apprend par ailleurs que la perspective de créer une monnaie transatlantique commune, qui pourrait notamment s’appeler l’euro-dollar, fut un des sujets discuté lors de la séance du CET du 13 mai 2008 [13]. Une telle union monétaire serait en fait la suite logique de la création d’un marché commun unifié et de la mise en place d’institutions politiques transatlantiques.

 

En définitive, il semble que la construction transatlantique se fasse à peu de chose près sur le même modèle que celle de l’Union Européenne depuis les années 1950. Tout commence par une union économique (création d’une communauté du charbon et de l’acier pour l’Europe en 1952), conduisant à une intégration économique et politique progressive (Traité de Rome en 1957) débouchant à terme sur une union monétaire (le passage à l’euro en 1999).

 

A n’en pas douter, le rapprochement transatlantique se fera de cette manière, et les faits avancés tout au long de cette article viennent appuyer la réalité de ce processus. Quelles que soient ses conséquences culturelles et sociales, il tient à cœur les responsables de Washington et de Bruxelles. Comme affirme à ce sujet un symposium de la Fondation Bertelsmann datant de juillet 2003 :

 

  • « En raison des défis globaux, (Ordo ab chao... NdCR) il n’y a pas d’autre alternative qu’une alliance transatlantique. Le diagnostic est posé et la thérapie doit commencer. Qui veut positivement changer le monde (encore la thématique maçonnique prométhéenne du "changer le monde"... NdCR), doit utiliser le potentiel transatlantique. Le partenariat transatlantique reste la force décisive qui façonne la politique mondiale [14]. »

 

Il est difficile de prévoir actuellement quel sera le résultat des débats récents sur le sujet, mais il n’est pas utopique de penser, au vu des moyens mis en œuvre, qu’ils finiront par aboutir à un accord concret. Cela pose de graves questions aux populations européennes, notamment en termes d’implications sociales, environnementales et culturelles. Mais, au regard de l’opacité entourant les discussions politiques actuelles, cela interroge aussi sur l’avenir de nos démocraties occidentales. (On dirait que certains se réveillent! NdCR. ...) Autant de sujets sur lesquels il est impératif de faire toute la lumière. Ce sera l’enjeu principal de ces prochaines années pour tous ceux qui s’y intéressent, journalistes et spécialistes confondus. Il en va de l’avenir de l’Europe et du monde.

 

Martin BERNARD

 

Une première version de cet article fut publié début mars de cette année sur mon blog, Nouvelles Alternatives

 

[1] http://www.neurope.eu/article/eu-us-trade-negotiations-launched-soon (23.02.2013)

 

[2]Groupe de haut niveau pour la croissance et l’emploi

 

[3]Interim Reports to Leaders from the Co-Chairs EU-U.S. High Level Working Group on Jobs and Growth, Introduction, 19 Juin 2012.

 

[4] http://www.neurope.eu/article/eu-us-trade-relationship-priority-irish-presidency (07.02.2013)

 

[5]http://www.neurope.eu/article/eu-us-may-start-fta-negotiations (08.02.2013)

 

[6]http://www.neurope.eu/blog/transatlantic-trade-offs (26.02.2013)

 

[7] Ibid.

 

[8] Un site complet et sérieux explore en détails chacune des étapes du projet de création d’un marché unique transatlantique. Y sont analysés en détail les différents documents officiels disponibles sur le site de l’UE. Une mine d’information pour toute personne souhaitant approfondir le sujet. En voici le lien : http://www.theorie-du-tout.fr/search/label/Chroniques%20Transatlantiques (02.03.2013)

 

[9] Pour quelques compléments : http://fr.wikipedia.org/wiki/Transatlantic_Business_Dialogue (02.03.2013)

 

[10] PAYE Jean-Claude, « Le futur grand marché transatlantique », 2009, réseau Voltaire (www.voltairenet.org)

 

[11] C’est-à-dire pour faire court le néolibéralisme et la société de consommation.

 

[12] Comme le German Marschall Fund, The Chatham House ou la Fondation Bertelsmann

 

[13] Voir l’article de Pierre Hillard intitulé « La fondation Bertelsmann au service d’un marché transatlantique et d’une gouvernance mondiale », disponible sur le réseau Voltaire à l’adresse suivante : http://www.voltairenet.org/article160130.html

 

[14] Cité in HILLARD Pierre, « La fondation Bertelsmann au service d’un marché transatlantique et d’une gouvernance mondiale », pp. 2-3 (lien de l’article à la note précédente)

 

 

Source: http://blogs.mediapart.fr/blog/martin-bernard/030613/la-marche-forcee-vers-un-grand-marche-transatlantique-unifie

 

 

- Les enjeux du Traité transatlantique (Pierre Hillard, Pierre-Yves Rougeyron, Jean-Claude Martinez, Maurice Gendre)

- John Kerry à Paris pour une promotion de l'accord de libre-échange transatlantique (mars 2013)

- Zone de libre-échange transatlantique : ce que les médias n’ont jamais dit… (Pierre Hillard, février 2013)

- Vers le marché transatlantique (Pierre Hillard, 31 octobre 2012)

- Non ! Le monde n'est pas à refaire ! (23 décembre 2009)

- Ordo ab chao: "On ira ensemble vers ce Nouvel Ordre Mondial et personne ne pourra s'y opposer" (Nicolas Sarkozy, 16 janvier 2009)

Partager cet article
Repost0
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 07:08
  • 26mai-fm.jpegQue l'on critique la "mariage" homosexuel, à la limite... Mais que l'on pointe du doigt l'influence de la franc-maçonnerie dans la promulgation de la loi Taubira, ça cela énerve et inquiète bien plus les frères trois points tapis dans l'ombre de leurs loges. L'Agence France Presse a fait écho aux propos de José Gulino, Grand maître du Grand Orient de France (GODF), première obédience maçonnique du pays, qui a dénoncé mardi "une montée de la violence d'extrême droite" dans "un climat dangereux", auquel "il faut mettre fin le plus tôt possible".

    Dans un appel téléphonique à l'AFP, le Grand maître du GODF dénonce "les slogans anti-maçonniques lancés (dimanche) dans le cortège mené par l'Institut Civitas ".

    Tout au long du parcours, les manifestants ont scandé: "Ni laïque, ni maçonnique, la France est catholique", ou "il faut sortir le Grand Orient du gouvernement", après avoir accusé les "forces occultes" de le soutenir.

    C'est un "climat dangereux", s'est alarmé le Grand Maître. "Cette montée de l'obscurantisme, ces violences verbales et physiques, il faut les casser le plus vite possible. Nous devons sécuriser nos locaux, prendre des précautions, faire un travail de mémoire, redire l'Histoire.".

    Il s'est également indigné de la démission du père Pascal Vesin, curé de la paroisse de Megève en Haute-Savoie, interdit par le Vatican d'exercer sa mission en raison de sa double appartenance à l'Eglise et au Grand Orient.

    "J'ai l'impression", a-t-il confié, "de me retrouver au temps de l'Inquisition. Je relie cette décision à une forme d'obscurantisme médiéval, à un recul du vivre-ensemble, des valeurs humaines. Pour nous la liberté de conscience est absolue". (ndlr : On notera au passage que pour le Grand Orient, "la liberté de conscience est absolue" pour les forces de la subversion mais doit "être cassée" lorsqu'elle concerne les défenseurs de la Famille)

    Pour le Grand maître du GODF, "il y a chez les hommes politiques une absence de réaction forte. Mais quand la République est en danger, il faut la préserver et la défendre".
  • http://www.tahiti-infos.com/Le-Grand-Orient-de-France-denonce-une-montee-de-la-violence-d-extreme-droite_a75183.html?com
  •  

     

    - Alain Escada et Albert Ali à Lyon 3 mai 2013

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 13:27

Communiqué du diocèse d'Annecy :

"Au motif de son appartenance active à une loge maçonnique, un prêtre du diocèse est démis de ses fonctions par Mgr Yves Boivineau, évêque d’Annecy, sur la demande de Rome. En effet, malgré l’incompatibilité des principes sur le plan de la foi et de ses exigences morales, le prêtre concerné, curé d’une paroisse sur le diocèse d’Annecy, est adhérent d’une loge du Grand Orient de France depuis 2001."

Sur cette incompatibilité, on relira cette note du cardinal Ratzinger, ainsi que ces réflexions.

Comme la maçonnerie va ruer dans les brancards, vous pouvez soutenir Mgr Boivineau en lui écrivant à eveque@diocese-annecy.fr

On en sait un peu plus dans cet article :

"A la demande du Vatican, l’évêque d’Annecy Yves Boivineau a démis de ses fonctions le curé de la paroisse de Megève, en Haute-Savoie. L’Eglise reproche au prêtre, le père Pascal Vesin, son appartenance à la franc-maçonnerie. Il aurait été initié en 2001 dans une loge du Grand Orient de France (GO). Or, pour Rome, une telle double appartenance, quelle que soit l’obédience maçonnique choisie, est impossible.

Selon nos informations, le prêtre a été officiellement informé de la décision dans la journée de jeudi (23 mai, NdCR), au cours d’un entretien avec Mgr Boivineau. Ce vendredi soir, le vicaire général du diocèse (le bras droit de l’évêque) s’est rendu à Megève pour informer le conseil paroissial de la sanction. Il doit également assurer les messes du week-end, pour expliquer la situation aux fidèles du village et des communes alentours, qui relèvent de la même paroisse.

Dans un communiqué qui doit être rendu public ce samedi à la mi-journée, le diocèse d’Annecy assure avoir été informé de la situation dès 2010 « par un courrier anonyme ». Le père Vesin aurait alors nié. Mais, toujours selon les termes du communiqué, il aurait été « confondu » en 2011, dans des circonstances qui ne sont pas révélées. « Il lui a alors été demandé de de quitter la franc-maçonnerie pour se consacrer à son ministère de prêtre ». Une demande à laquelle le curé de Megève a opposé sa « liberté absolue de conscience ».

Selon l’évêque, le dialogue s’est toutefois poursuivi en accord avec Rome, non sans que le père Vésin n’ait été informé de la sanction encourue. Parvenu à ce point, le dossier ne pouvait pas laisser le Vatican inactif. En mars dernier, c’est la Congrégation pour la doctrine de la foi – la descendante de l’Inquisition -, qui se saisit du dossier : elle exige le départ du prêtre. Dans l’intervalle, trois prêtres du diocèse sont chargés de rencontrer leur confrère pour une ultime démarche. Elle tournera court. L’Eglise n’entend pas transiger. Le prêtre ne veut pas renoncer. Il sera démis.

Dans son communiqué, le diocèse souligne toutefois que « la peine dite « médicinale » peut être levée » si le père Vesin venait à « manifester clairement sa décision de revenir vers l’Eglise ». A Megève, les prises de position progressistes du père Vesin (sur le mariage des prêtres, la défense de la laïcité, le port du préservatif ou le refus de laisser afficher les tracts anti-mariage gay) ne laissaient pas indifférent. [...]"


Source: http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/05/un-pr%C3%AAtre-franc-ma%C3%A7on-d%C3%A9mis-de-ses-fonctions.html

Partager cet article
Repost0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 22:59

Les influences de la franc-maçonnerie sur les décisions de François Hollande

 

 

L'auteur Sophie Coignard répond à cent questions sur la franc-maçonnerie et révèle les réseaux, les rituels, les luttes intestines et les personnalités qui en font partie depuis plus de trois siècles. Extrait de "Les Francs-maçons" (1/2).

 

Y a- t-il beaucoup de francs- maçons autour de François Hollande ?

Oui, et davantage que dans les gouvernements précédents. Trois ministères régaliens sur quatre accueillent des ministres francs- maçons, un ratio qui n’a jamais été égalé sous la Cinquième République.

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, ne fait pas mystère d’avoir été initié dans sa jeunesse au Grand Orient de France. La Garde des sceaux, Christiane Taubira, appartient à la Grande Loge féminine de France (GLFF). Le ministre de la Défense, Jean- Yves Le Drian, est depuis longtemps membre du Grand Orient de France (GODF). Un seul autre ministre, celui des Outre- Mer, Victorin Lurel, reconnaît officiellement son appartenance au GODF, où il est entré dans les années 1980, en Guadeloupe, dans la loge Acacia des Tropiques.

Pendant la campagne présidentielle, c’est lui qui a accompagné le candidat François Hollande pour une tenue blanche fermée au Grand Orient de France, rue Cadet. Cette obédience se taille la part du lion puisqu’elle accueille aussi, entre autres, Michel Sapin, le ministre du Travail, Jérôme Cahuzac, celui du Budget, Alain Vidalies, chargé des Relations avec le Parlement…

Le Premier ministre, Jean- Marc Ayrault, n’est pas initié, mais il a toujours compté de nombreux frères dans son entourage, tant à la mairie de Nantes que parmi ses conseillers à Matignon, tel son directeur de cabinet, Christophe Chantepy. Maire de Nantes, il fait voter en février 2008 une subvention de 400 000 euros à son conseil municipal, sous l’intitulé « dispositions diverses à caractère budgétaire 106et financier ». Il s’agit de satisfaire, en deux versements de 200 000 euros, une demande d’aide financière déposée par l’Association fraternelle d’Études sociales (AFES) qui gère les deux temples nantais accueillant les frères de la Grande Loge et du Grand Orient de France.

(...)

Le Grand Orient de France a proposé avec succès l’enseignement de la morale laïque à l’école, mais il n’est pas parvenu à faire modifier la Constitution comme il l’espérait. Certes le candidat Hollande a retenu, dans ses 60 engagements pour la France, l’idée d’inscrire dans la Constitution les principes fondamentaux de la loi de 1905 sur la laïcité, mais il y a renoncé une fois élu. En effet, cette disposition obligeait à revenir sur le régime concordataire en vigueur en Alsace- Lorraine depuis Napoléon – l’Alsace- Lorraine n’était pas française en 1905, quand a été promulguée la loi de séparation de l’Église et de l’État.

À titre de consolation, le président a annoncé, en décembre 2012, la création d’un Observatoire de la laïcité, initié par Jacques Chirac quand il était à l’Élysée.

 

Pourquoi le ministère de l’Intérieur est- il très franc- maçon ?

Il s’agit d’une vieille tradition qui remonte à l’époque où des inspecteurs de police étaient envoyés dans les loges pour observer ce qui s’y passait, sans imaginer qu’ils allaient devenir de vrais maçons, recrutant ensuite dans leur vivier professionnel.

Si le ministre ne l’est pas, et cela n’est pas obligatoire, il peuple son cabinet de maçons, afin d’être en prise directe avec les bons contacts au bon moment. Un directeur de cabinet initié est facile à trouver parmi les préfets.

Mais les ministres passent, et les fonctionnaires restent. C’est pourquoi les personnages les plus importants ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Les nominations, par exemple, doivent faire l’objet d’un large consensus entre syndicats et fonctionnaires d’autorité. Quand les uns et les autres entretiennent un lien de fraternité, l’ambiance est meilleure.

La proportion est particulièrement élevée parmi les commissaires de police : un sur quatre au moins serait initié. Que se passe- t-il quand l’un d’entre eux doit traiter un dossier impliquant des maçons ? Il devrait se « déporter » pour éviter tout soupçon de partialité. Ce n’est pourtant jamais arrivé.

 Extrait de "Les Francs-maçons" (Editions La Boétie), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Source: http://www.atlantico.fr/decryptage/influences-franc-maconnerie-decisions-francois-hollande-sophie-coignard-707241.html

Partager cet article
Repost0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 23:54

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2013/02/atlantisme.jpgJohn Kerry, secrétaire d'Etat américain, était à Paris hier devant plusieurs chefs d'entreprise pour faire la promotion de l'accord de libre-échange transatlantique UE-USA. Il leur a naturellement fait croire à la "fin de la crise" et au "retour de la croissance et de l'emploi".

 

"Il est important que nous avancions rapidement avec l'accord de libre-échange pour avoir un profond impact sur le monde", a affirmé le chef de la diplomatie américaine.

 

"C'est l'un des meilleurs moyens de casser le cycle (de la crise) en Europe et d'avoir de la croissance", a souligné M. Kerry, en attendant le lancement prochain des négociations sur cet accord entre les deux acteurs économiques les plus riches du monde.

"L'UE et les Etats-Unis représentent ensemble un tiers de la totalité des biens et services vendus dans le monde et plus de 50% de la production économique mondiale", a rappelé le secrétaire d' Etat américain.

Le président Barack Obama avait lui-même exprimé le 12 février son intention de conclure cet accord de libre-échange transatlantique, y voyant un moteur pour la création d'emploi et de croissance pour les économies concernées.

M. Kerry a, en outre, reconnu l'existence de "craintes" parmi les acteurs économiques de l'Hexagone. "Je sais qu'il y a des craintes à certains endroits", a-t-il indiqué.

 

http://resize.over-blog.com/120x90-cz5t-ffffff.jpg?~aHR0cDovL3d3dy5sZWZpZ2Fyby5mci9tZWRpYXMvMjAwOS8wNi8xMi8yNmQwNmY0OC01NzZmLTExZGUtOWQwNy0wNjAxZWJhYjgwMjcuanBnL'administration américaine se positionne dans les pas de Nicolas Sarkozy qui en 2009 avait déclaré : "On ira ensemble vers ce Nouvel Ordre Mondial. Et personne, je dis bien personne, ne pourra s'y opposer... Personne..." (Nicolas Sarkozy, au Palais de l'Elysée, le 16 janvier 2009)

 

 

- Zone de libre-échange transatlantique : ce que les médias n’ont jamais dit… (Pierre Hillard)

- Ordo ab chao: "On ira ensemble vers ce Nouvel Ordre Mondial et personne ne pourra s'y opposer" (Nicolas Sarkozy)

Partager cet article
Repost0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 14:19

http://media.napoleon-images.us/illustrations/ordo_ab_chao.pngLes agences bancaires ont rouvert ce matin à Chypre pour six heures. Après douze jours sans banques depuis le bankrun du samedi 16 mars, et la fermeture des banques ce jour-là, les chypriotes peuvent retirer depuis midi heure locale (11 h à Paris), un minimum d'argent liquide.

 

 

Le plan de sauvetage initial du lundi 18 mars, dit, selon les mots de Christine Lagarde, directrice générale du FMI, "durable pérenne et dans l'intérêt de l'économie chypriote", prévoyait l'instauration d'une taxe sur tous les dépôts bancaires (6,75% sur les dépôts inférieurs à 100.000 euros et 9,9 % au-dessus). (1) On a vu que ce plan avait été rejeté par le parlement de Chypre et qu'en représailles, la Troïka a organisé le blocus monétaire de l'Île.

 

L'accord n'a été conclu que lundi 25 mars. Des centaines de personnes défilaient hier soir contre ce "plan de sauvetage". Des "centaines" ce qui dans le langage oligarchique signifie des "milliers"... Les forces de l’ordre ont reçu des consignes très strictes pour faire face à de possibles violences.

 

Voici le détail du plan de sauvetage dit "durable, pérenne et dans l'intérêt de l'économie chypriote" (!) :

 

Les autorités chypriotes mettront en place une restriction des mouvements de capitaux, pour éviter la fuite des capitaux et les retraits.

 

Le pantin qui fait office de "président" de Chypre, Níkos Anastasiádis (Rassemblement démocrate), a entériné le diktat européen, pris les mesures d'austérité draconiennes et inédites dans la zone euro qu'il s'était pourtant engagé à combattre (!) : de l'argent au compte-gouttes, des retraits limités à 300 euros en liquide par personne et par jour, des transferts limités à 5000 euros par mois vers des comptes à l'étranger et des voyageurs autorisés à repartir de Chypre qu'avec 1000 euros en liquide sur eux... (2)

 

Les médias se sont fait le relais du décret gouvernemental adopté dans l'urgence mercredi soir et valable au minimum quatre jours.

 

Les actionnaires détenteurs d'obligations et les déposants non assurés au-delà de 100 000 euros subiront des pertes importantes, dans le cadre de la liquidation de la banque Laiki Bank (dite "Popular Bank" en anglais), mise en faillite.

 

La première banque du pays, la Bank of Cyprus, reprendra à terme les dépôts garantis de Popular Bank. Elle reprendra aussi les dettes de Popular Bank envers la Banque centrale européenne (BCE), qui s'élèvent à 9 milliards d'euros.

 

Une ponction d'environ 30 % sera appliquée sur les dépôts auprès de la Bank of Cyprus à compter de 100 000 euros. (3)

 

 

L'économiste Jacques Sapir prévient : "compte tenu de l’évasion des capitaux qui a eu lieu entre le 16 et le 25 mars, il faudra taxer les comptes de plus de 100 000 euros à plus de 80% (et non 30% comme initialement annoncé). Cet accord est lourd de menaces pour l’ensemble de la zone Euro, mais surtout pour Chypre, qu’il condamne de facto à un appauvrissement considérable. ... Les autorités monétaires n’auront donc pas le choix. Si elles veulent retrouver les montants nécessaires (5,8 milliards d’euros) tels qu’ils ont été prévus dans le plan, il faudra augmenter la taxe sur les dépôts de plus de 100 000 euros. Ceci équivaudrait à une confiscation des dépôts, et provoquerait la fuite des dépôts de moins de 100 000 euros, non seulement hors de la Bank of Cyprus mais aussi des autres banques chypriotes. Le plan, censé éviter un effondrement complet du secteur bancaire, le provoquerait en réalité..."


Lundi 25 mars, la directrice du FMI, Christine Lagarde, s'est dite "satisfaite". Cet accord fournit « un plan complet et crédible pour traiter les défis économiques auxquels est confronté le pays », a-t-elle déclaré (4). Comprenez "cet accord fournit un plan complet et crédible pour ruiner l'économie chypriote", dont on connaît l'importance des investissements russes dans l'Île.


"Cet accord, explique Jacques Sapir, montre le triomphe de la stratégie allemande. L’Allemagne est dans la contradiction suivante : elle entend conserver la zone Euro, dont elle tire le plus grand profit, mais elle entend la conserver au moindre coût pour elle. D’où l’idée de faire contribuer, en cas de restructuration bancaire non pas les seuls actionnaires (ce qui serait normal) mais aussi tout ou partie des déposants. C’est la raison pour laquelle l’Allemagne s’est montrée inflexible dans la négociation. Elle a donc obtenu qu’une large part de la contribution aux sommes nécessaires (5,8 milliards sur les 17,5 milliards) proviennent de la « tonte » des déposants. Elle peut donc continuer sa politique selon laquelle une crise doit être payée avant tout par le pays qui la subit. On peut remarquer que cette politique est très proche, dans son principe, de celle que le Royaume-Uni mit en place par rapport à l’Irlande lors de la famine de 1847. Ici encore, on prétendait que les secours devaient être majoritairement payés par les Irlandais. On sait ce qu’il en advint." (5)

 

Sources:

(1) http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/03/18/le-plan-de-sauvetage-de-chypre-inquiete-les-marches_1849658_3214.html

(2) http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/03/28/20002-20130328ARTFIG00425--chypre-les-premiers-clients-deboussoles-attendent-la-reouverture-des-banques.php

(3) http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/24/reunion-au-sommet-a-bruxelles-pour-sauver-chypre-de-la-faillite_1853427_3234.html

(4) http://www.rfi.fr/europe/20130325-chypre-accord-plan-sauvetage-banques-laiki-zone-euro

(5) http://russeurope.hypotheses.org/1089

Partager cet article
Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 16:11

Rémi Fontaine, assisté de François-Xavier du Besset, recevait Pierre Hillard, docteur en sciences politiques, professeur d'histoire, écrivain, essayiste, Antoine de Monicault, prêtre de Notre Dame de Bonne Nouvelle, et Maurice Caillet, médecin, ancien interne des hôpitaux de Paris, écrivain, ancien franc-maçon converti, pour une émission consacrée aux liens entre franc-maçonnerie et mondialisme. 

 


 

- La Conjuration antichrétienne de Mgr Delassus (1910), Livre II disponible en lecture numérisée sur Canadian Libraries

- La République universelle

- Pierre Hillard, spécialiste du mondialisme... origines, découvertes et terrifiantes perspectives

Partager cet article
Repost0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 17:34

Dans la video ci-dessous, Johan Livernette fait une analyse historique de la déchristianisation de la France depuis 1789 avec laquelle nous sommes entièrement d'accord : persécutions physique et matérielle d'abord (1789, 1790, 1793, 1905), persécution et corruption morale ensuite dans tous les domaines (XXe siècle). Nous apprécions les citations tirées des ouvrages de Jean Ousset (Pour qu'Il règne), et de Mgr Delassus.

 

Nous nous éloignons en revance de son approche de Vatican II (approche très sédévacantiste). Vatican II qui pose des problèmes d'interprétation dans un sens hérétique, libéral et moderniste, tout en permettant une interprétation traditionnelle, nécessite une analyse plus approfondie qu'on ne le fait d'ordinaire.

 

Johan Livernette « La déchristianisation de la France depuis 1789 » 3 février 2013

 

 

- "Complot qui n'existe pas" : Jean Ousset sur le programme maçonnique de corruption

- Identité des fins entre le judéo-martinisme et la doctrine politique totalitaire de l'Umps

Partager cet article
Repost0
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 23:58

 

 

Pierre Hillard, spécialiste du mondialisme... origines, découvertes et terrifiantes perspectives

 

- Vers le marché transatlantique (Pierre Hillard)

Partager cet article
Repost0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 14:01

http://www.ndf.fr/files/2013/02/Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2013-02-22-%C3%A0-10.04.37.pngAnne Hidalgo, première adjointe du maire de Paris et très probable candidate socialiste pour lui succéder, se met les francs-maçons dans la poche. Elle sera l’invitée de trois loges du "Grand Orient de France" (la Secte qui a fait 1789, arrêté et guillotiné Louis XVI, et programmé l'actuel génocide des Français de souche, NdCR.), dont l’influente République, le 27 mars 2013, annonce La Lettre A.

 

Elle évoquera devant les frères trois-points sa vision du « devenir de Paris et de sa métropole face aux défis de la mondialisation ».

 

Le "Grand Maître du Grand Orient de France" himself, José Gulino, a prévu de venir l’écouter 

 

Source: http://www.ndf.fr/poing-de-vue/22-02-2013/paris-hidalgo-se-met-les-franc-macons-dans-la-poche#.USdsQjeBmYQ

Partager cet article
Repost0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 13:47

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2013/02/atlantisme.jpgL’annonce par le Président Obama lors de son discours sur l’état de l’Union, le 12 février 2013, du lancement d’une zone de libre-échange transatlantique a déclenché une série d’articles et de commentaires dans les médias français. Ces derniers découvrent subitement l’existence d’un projet permettant l’émergence d’une zone représentant 40 % du PIB mondial et assurant environ 700 milliards de dollars d’échanges de biens et de services entre l’Ancien et le Nouveau monde. Bien entendu, cette presse française est incapable de relever les acteurs véritables à l’origine de la déclaration du Président américain. N’oublions pas que ces dirigeants politiques ne sont que les porte-voix plus ou moins efficaces de l’oligarchie. Le président Obama, dans sa course à l’investiture présidentielle, préparait déjà le terrain en appelant à « l’unité transatlantique » dans un discours à Berlin en juillet 2008.

Outre le rôle de la Commission européenne, du Transatlantic Policy Network, des déclarations du Président Kennedy et de Richard de Coudenhove-Kalergi appelant à une « Union atlantique » évoqués dans notre article (« Vers le marché transatlantique »), il est utile de rappeler que l’accélération du processus s’est produite en 2002/2003 grâce à l’action de groupes de travail germano-anglo-américain, sous l’égide de la Fondation Bertelsmann. Notons qu’en dehors de ce milieu germano-anglo-saxon, nous trouvons quelques participants apatrides comme Mario Monti, Pascal Lamy, Jean-Claude Trichet ou encore Jean-Louis Gergorin. La parution de notre livre « La décomposition des nations européennes » avec le sous-titre « De l’union euro-atlantique à l’État mondial », en 2004, annonçait pour la première fois le processus d’unification euro-américain. Cet ouvrage n’a reçu aucun écho.

Véritable maître d’œuvre, la Fondation Bertelsmann a mis en place, en liaison avec le Center for Applied Policy Research (CAP), dès juillet 2002 à Berlin, deux groupes de travail : « le groupe stratégique transatlantique pour l’économie, la finance et le commerce » et « le groupe stratégique transatlantique pour la sécurité ». Toutes les recommandations résultant des travaux de ces experts, introduisant le concept de G-2, ont nourri la Commission européenne et les propos de l’administration et du Président Obama. L’ensemble de ce travail révolutionnaire a été publié dans un ouvrage de la Fondation Bertelsmann dont la couverture — une photo montage — représente les véritables protagonistes de l’affaire : les drapeaux américain, allemand et européen avec le bâtiment du Reichstag en arrière-fond.

En dehors de l’élaboration des structures économiques, financières, commerciales et politiques gérant les rapports de ce bloc euro-atlantique, ces travaux ont permis de mettre un terme à la zizanie entre dirigeants européens et américains suite à l’invasion de l’Irak en 2003. Le fameux axe Paris-Berlin-Moscou fut torpillé par l’Allemagne de Schröder qui, le 27 février 2004, signa avec le Président Bush « L’Alliance germano-américaine pour le XXIe siècle », appelant, entre autres, à un axe euro-américain renforcé. À notre connaissance, il n’y eut pas un mot dans la presse française. Le journaliste John Vinocur a su parfaitement expliquer les raisons de cette réconciliation germano-américaine, véritable coup de poignard dans le dos de la France.

Enfin, rappelons que cette zone de libre-échange transatlantique, devant théoriquement aboutir en 2014/2015, se renforce au fur et à mesure que la régionalisation démantèle les États européens. Ces régions traitant de plus en plus avec Bruxelles — aux dépens des États nationaux — où se concentrent tant de lobbies américains, permettent à l’UE de parler d’une seule voix tout en démantelant les services publics. En 2000, le Prix Charlemagne accordé aux personnes œuvrant en faveur de la construction européenne fut attribué au… Président Clinton. Est-ce un hasard si le Président des États-Unis a évoqué avec enthousiasme et chaleur la nécessité de voir le processus de régionalisation se renforcer en Europe ? Quand on pense que, pendant des années, les européistes ont clamé que l’UE ferait contrepoids aux États-Unis, c’est vraiment l’hôpital qui se f… de la charité.

 

Pierre Hillard, le 17 février 2013

 

Source

 

 

: http://www.bvoltaire.fr/pierrehillard/usa-ue-ce-que-les-medias-nont-jamais-dit,11862

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 23:58

Sur les ondes de France bleu, cette femme courageuse a déclaré : "J'estime que quand on fait partie de la chaîne judiciaire, qu'on soit policier ou qu'on soit magistrat on ne doit pas appartenir à cette association".

 

C'est le combat d'une commissaire qui veut aujourd'hui retrouver un poste. Jacqueline Bernard a été à la tête des renseignements généraux en Charente-Maritime entre 2005 et 2008, puis débarquée pour avoir refusé d'enquêter sur Ségolène Royal lors de l'élection présidentielle de 2007.

 

C'est une sanction policière et politique, dit aujourd'hui Jacqueline Bernard qui n'a toujours pas retrouvé d'affectation.

Croyant dans le "changement", dans son courrier au président de la république au mois de mai cette rochelaise raconte son combat "pour la déontologie et l'éthique", elle attend toujours la réponse et malgré le changement de majorité, elle n'a toujours pas repris son travail : son dossier a pris "un retard considérable" alors qu'elle a "des rapports tout à fait favorables à la reprise d'activité" et que cela a "un retard inexplicable". Ce qui correspondrait à une stratégie pour la "conduire à la porte de sortie", c'est-à-dire "à la retraite". Elle dit ne pas croire que le ministre de l'Intérieur cautionne de telles méthodes.

 

Elle était l'invité de France bleu la Rochelle le 7 janvier 2013 à 08h10 où elle répondait à Jérôme VAL.



Source:
http://www.francebleu.fr/infos/l%E2%80%99ancienne-directrice-des-rg-de-la-charente-maritime-ecrit-francois-hollande-231519

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 21:48

Mgr Cattenoz, archevêque d'Avignon dénonce "un Gouvernement de gauche et franc-maçon", le "deux poids deux mesures" dans la neutralité de l'enseignement et propose que l'on regarde de plus près quels sont les financeurs du PS et les lobbies qui font pression sur ce parti afin de faire passer le "mariage" homosexuel.

Choqué par les récentes déclarations de Vincent Peillon, Monseigneur Cattenoz, l’archevêque d’Avignon, s’insurge en exclusivité sur Nouvelles de France contre « les attaques tous azimut » du ministre de l’Éducation nationale .


Quelle est votre réaction suite à la polémique provoquée par les propos de Vincent Peillon sur l’enseignement privé ?

Monsieur Peillon outrepasse ses droits. L’enseignement libre a parfaitement le droit d’organiser des débats. Et plus précisément, je tiens à faire remarquer que l’enseignement catholique a un « caractère propre » qui lui permet de dispenser une heure d’enseignement supplémentaire dans laquelle l’enseignement de l’Eglise peut être entendu.

Vincent Peillon, à l’instar du Président dont il dépend, attaque tous azimut. C’est vraiment le comble quand on songe qu’il reproche à l’enseignement privé de pouvoir réaliser des débats sur le « mariage » homosexuel alors même que Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du Gouvernement, vient faire la promotion du projet de loi et du mariage entre gays et lesbiennes dans les collèges public, ce qu’elle n’a pas le droit de faire. Il y a clairement deux poids, deux mesures. Par ailleurs, j’ai entendu dire que François Hollande désirerait un vote bloqué sur le projet de loi. Si la liberté des députés était bridée à ce point, cela poserait de vraies questions sur notre démocratie.

Après les dérapages de Vincent Peillon, Cécile Duflot, Michèle Delaunay… certains parlent de « cathophobie » du Gouvernement…

Nous avons aujourd’hui un gouvernement de gauche et franc-maçon. Je ne vois donc pas comment il pourrait être très favorable à l’Église. La récente sortie de Vincent Peillon en est une bonne illustration. Les chrétiens seront probablement persécutés un jour ou l’autre mais tout cela aide également l’Église à grandir.

Pourquoi tant d’acharnement de la part du Gouvernement ?

J’avoue que je m’interroge, notamment sur les finances du Parti socialiste. On a volontiers fait la chasse à Nicolas Sarkozy en raison de ses liens avec Liliane Bettencourt mais je pense qu’il serait bon regarder de plus près les financeurs du PS.

C’est-à-dire ?

Je ne peux, hélas, pas me prononcer publiquement mais je pose la question et je me demande quels peuvent être les lobbies qui font pression sur le PS pour qu’une loi qui vient bouleverser l’équilibre de la société soit votée aussi précipitamment…

Quels peuvent être les conséquences d’un tel projet de loi ?

Tout d’abord, la loi ne se situe pas au-dessus de la morale. Une des conséquences de ce projet de loi est le travestissement du vocabulaire. Le mot « mariage » ne signifie plus la même chose. Que ce soient les Grecs ou les Romains, même au pire moment de leur décadence, ils n’ont jamais pensé que le mariage pouvait être autre chose que l’union d’un homme et d’une femme. Il en va de même pour la pilule abortive, considérée comme un médicament, comme si être enceinte pouvait être une maladie ! De même, l’euthanasie n’a rien d’un droit à mourir dans la dignité.

Ces égarements proviennent principalement de la théorie du genre qui prétend rayer les différences naturelles entre un homme et une femme. Et tout cela sans se soucier le moins du monde de l’enfant qui, dans le cadre des mères porteuses par exemple, devra automatiquement faire le deuil de sa mère le jour de sa naissance.

Comment jugez-vous l’ampleur de la mobilisation pour la manifestation du 13 janvier ?

Le 13 janvier, ce sera vraiment le peuple français qui sera dans la rue pour crier son indignation, bien au-delà des chrétiens.

 

Source : http://www.ndf.fr/nos-breves/08-01-2013/mgr-cattenoz-je-ne-vois-pas-comment-un-gouvernement-de-gauche-et-franc-macon-pourrait-nous-etre-favorable#.UO8jPax0b7g

 

- Mariage "homosexuel" : Deux poids deux mesures dans la "neutralité" de l'enseignement
- Le "mariage" homosexuel : une horrible régression visant à la mise au pas des plus faibles, des enfants et des pauvres

- Piss Christ : Mgr Cattenoz dénonce le "deux poids deux mesures" et accuse la “franc-maçonnerie”

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 21:43

Le franc-maçon Vincent Peillon est un hypocrite

 

 

 

 

Vincent Peillon ? Où est ta neutralité ?

Chronique d'Eric Zemmour (08/01/13)

 

- Mariage "homosexuel" : Deux poids deux mesures dans la "neutralité" de l'enseignement

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 21:59

Avant la manif du 13 janvier, ayons tous en mémoire ce petit rappel historique... (à apprendre par coeur) que nous rappelle Jérôme Bourbon dans Rivarol n° 3076, sur la destruction méticuleuse et déterminée de la famille par la république, depuis le XIXe siècle :

 

  • "Le mariage homosexuel est ... l’étape ultime d’attaques récurrentes contre l’institution familiale :

 

  • (- la loi de 1792 instaurant le divorce et rendant le mariage civil obligatoire, adoptée le 20 septembre 1792, un jour avant l'abolition de la royauté et la proclamation de la Ière république (le 21 septembre 1792. NdCR.).
  • - depuis la loi Naquet légalisant le divorce à la fin du XIXe siècle
  • - en passant par la loi Neuwirth en 1967 libéralisant la pilule contraceptive,
  • - la loi Veil en 1975 dépénalisant l’avortement,
  • - la loi Roudy en 1982 le faisant rembourser à 80 % par la Sécurité sociale (et aujourd’hui à 100 %, merci Hollande !),
  • - la loi Neiertz en 1993 créant un délit d’entrave à l’IVG,
  • - le Pacs en 1999,
  • - l’institution d’un ahurissant délit d’homophobie en 2004
  • - jusqu’à l’actuel projet de loi Taubira, la République laïque, maçonnique et antichrétienne n’a eu de cesse de détruire la famille comme elle s’en est également pris avec une redoutable efficacité à la nation, à l’armée, à la religion, aux corps intermédiaires.
  •  
  • NdCR. Sans oublier les trois lois sur la filiation (loi du 25 mars 1896, loi du 3 janvier 1972, loi du 3 décembre 2001) abolissant successivement les différences entre enfants légitimes, naturels simples ou enfants adultérins (on se demande à quoi sert encore le mariage pour les enfants nés du mariage dans la défense de leurs droits successoraux : c'était à cela que servait le mariage autrefois, à conserver l'héritage et le patrimoine familial dans la famille). Pour autant toute distinction n'a pas disparu (et heureusement!) puisque l'inégalité continue à frapper les enfants incestueux qui ne peuvent établir leur filiation maternelle et paternelle ! (Arrêt de la Cour de Cassation du 6 janvier 2004 refusant la filiation à un enfant incestueux et ses droits à la succession de l'un de ses parents) Jusqu'à donc la prochaine étape maçonnique qui au nom de l'"égalité" abolira cette dernière distinction envers l'enfant incestueux, avant de légaliser l'inceste au nom de la "liberté" des adultes !

     

 

  • Jérôme Bourbon, Rivarol, n° 3076. Vendredi 11 janvier 2013. 82 boulevard Masséna, 75013 Paris.

 

Source et suite : http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=700107

--------------------------------

- Les contradictions juridiques du "mariage pour tous" (Aude Mirkovic)

- Déclaration de Mgr le Duc d’Anjou sur la défense du mariage naturel
- Le "mariage" homosexuel : une horrible régression visant à la mise au pas des plus faibles, des enfants et des pauvres

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 08:45

Deux poids deux messures de l'Etat maçonnique vis-à-vis du "mariage" homosexuel :

 

Non, les écoles privées (catholiques) ne doivent pas critiquer ni même débattre du "mariage" homosexuel à l'école : le franc-maçon Vincent Peillon a écrit aux recteurs d'Académie pour les appeler à « la plus grande vigilance » concernant le débat sur le mariage homosexuel dans les établissements catholiques.  

 

  • « Je ne veux pas raviver la guerre scolaire, a indiqué le ministre au Monde. Et je suis très respectueux du caractère propre de l’enseignement catholique. Mais, en retour, cet enseignement, qui est sous contrat avec l’État, doit respecter le principe de neutralité et de liberté de conscience de chacun. Il est du devoir de l’État d’être garant du respect de ces principes », a-t-il souligné.(1)

 

Par contre, oui les écoles publiques peuvent enseigner les théories du "gender" et du sexe interchangeable..., promouvoir l'homosexualité..., et là on se demande bien où sont passés les principes de neutralité et de liberté de conscience ?!


Le ministre des Droits des femmes, Najat Belkacem, grand inquisiteur du "gender" est chargée de sensibiliser les enfants aux "stéréotypes sexistes". Elle a déclaré, le 30 novembre 2012 que :

 

  • "C'est le rôle de l'école que de véhiculer des valeurs, c'est le rôle de l'école de venir contrecarrer que la société envoie en permanence qui sont des messages d'inégalités, de stéréotypes. L'école trop souvent conforte les schémas et les stéréotypes nous lui demandons de les contrecarrer... Ce qui est a la racine des inégalités, c'est un certain nombre de stéréotypes, de constructions qui enferment chaque sexe dans un rôle préétabli".(3)

 

Najat Vallaud-Belkacem s'est rendue dans une école publique, avec pour mission « de convaincre, même les plus jeunes » du mariage gay (4)

 

 

En visite dans une école du Loiret en octobre, Najat Vallaud-Belkacem a présenté le mariage homosexuel comme «une avancée». «Cela va permettre plus d'épanouissement. Plus de liberté. Plus d'égalité dans la société», a-t-elle dit à une assistance d'une dizaine de collégiens dans le cadre d'une action de sensibilisation à la lutte contre l'"homophobie".

 

Ces propos, qui remontent au 15 octobre, ont été exhumés par l'abbé Pierre-Hervé Grosjean, prêtre du diocèse de Versailles, dans un tweet remarqué par Le Lab d'Europe 1. «Quid neutralité chère à M. Peillon», questionne l'opposant au projet de loi qui sera débattu à l'Assemblée à la fin du mois.

 

Porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem s'est défendu le 6 janvier de tout «prosélytisme»... (5) On la croira tous sur parole !

 

Le cabinet de Najat Vallaud-Belkacem a voulu faire supprimer la video de BFM (video-ci-dessus) : Le site de la chaîne écrit ce lundi 7 janvier que les services de communication de Najat Vallaud-Belkacem ont "réclamé auprès de BFMTV.com la suppression de la vidéo du reportage..." (6)

 

Sources:

 

(1) http://www.la-croix.com/Religion/Urbi-Orbi/France/Mariage-homosexuel-Vincent-Peillon-met-l-enseignement-catholique-sous-surveillance-_NG_-2013-01-04-895155

(2) http://www.causeur.fr/najat-vallaud-belkacem-un-flic-a-la-maternelle,20294

(3) http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2012/11/najat-vallaud-belkacem-veut-r%C3%A9%C3%A9duquer-les-mentalit%C3%A9s.html

(4) http://veille-education.org/2013/01/06/neutralite-najat-vallaud-belkacem-se-rend-dans-une-ecole-publique-avec-pour-mission-%C2%AB-de-convaincre-meme-les-plus-jeunes-%C2%BB-du-mariage-gay/

(5) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/01/05/01016-20130105ARTFIG00377-quand-une-ministre-louait-le-mariage-homo-dans-un-college.php

(6) http://lelab.europe1.fr/t/le-cabinet-de-najat-vallaud-belkacem-a-voulu-faire-supprimer-le-sujet-de-bfm-sur-son-intervention-dans-un-college-sur-le-mariage-homo-6831

-----------------------------------

. Deux poids deux mesures : Quand les pro mariage homosexuels appelaient à violer la loi établie

. Franc-maçonnerie "religion de la république" : Vincent Peillon jette le masque

. Vincent Peillon souhaite rendre effectives les «séances d'éducation à la sexualité» dès la primaire

. Vincent Peillon souhaite le retour de l'enseignement de la morale "laïque" à l'école dès la rentrée 2013

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 16:59

Cette nouvelle institution sera notamment chargée de faire des propositions sur la transmission de la morale publique à l'école, selon un communiqué de l'Elysée publié dimanche. S'agira-t-il d'« arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix » comme le souhaite le ministre de l'Education "nationale" Vincent Peillon ? 

 

Le 9 décembre 1905 était promulguée la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat. Une date anniversaire symbolique pour les francs-maçons qui veulent remplacer le catholicisme par la franc-maçonnerie.

 

François Hollande a choisi cette date du 9 décembre pour annoncer la création d'un "Observatoire national de la laïcité" en 2013. Il "a saisi cette occasion pour rappeler que la loi de 1905 permet de répondre aux enjeux du temps présent", dit-il dans un communiqué de l'Elysée aujourd'hui, alors qu'il remettait également les insignes d'officier de la Légion d'honneur au sociologue des religions Emile Poulat.

 

Cet Observatoire, "dont le principe est acquis depuis huit ans sans jamais avoir été traduit", devra "formuler des propositions sur la transmission de la 'morale publique' pour lui donner une place digne d'elle au sein de l'école".

 

En septembre, le ministre de l'Education Vincent Peillon avait annoncé la mise en place d'une mission sur la transmission de la "morale laïque" à l'école.

 

Fin 2003, le président de la République de l'époque, Jacques Chirac, avait promis la mise en place d'"un Observatoire de la laïcité", mais ce projet n'est pas allé au bout.

 

Premier à réagir à cette annonce, le Parti radical de gauche, allié du PS au sein de la majorité, a salué l'initiative du chef de l'Etat qui "permet à la République de retrouver ses principes fondamentaux après les errements du quinquennat précédent. Selon lui, il s'agit d'un premier pas pour "permettre" l'inscription de la loi de 1905 dans la Constitution, comme l'avait promis François Hollande lors de la campagne présidentielle.

 

Source : http://lci.tf1.fr/france/societe/hollande-annonce-la-creation-d-un-observatoire-de-la-laicite-7719731.html

----------------------------------

- Paris : un chandelier à sept branches à la place de la crèche de Noël !

- Recrutement maçonnique d'enseignants "messagers" à l'Education dite "nationale"

- La morale "laïque" (Vincent Peillon) deviendrait-elle dogmatique ?

- Franc-maçonnerie "religion de la république" : Vincent Peillon jette le masque
- "Morale laïque" de Vincent Peillon : encore une de ces fumisteries totalitaires franc-maçonnes

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 12:31

«Nous voulons refonder l'école de la République. Et nous voulons refonder la République par l'école!» En cette soirée du 16 novembre, debout derrière le pupitre de l'orateur, dans le grand temple Groussier du Grand Orient de France (GO), au siège parisien de l'obédience, rue Cadet (Paris IXe), Vincent Peillon, le ministre de l'Éducation nationale, sait que l'assistance, composée essentiellement de francs-maçons, lui est acquise. Sans notes, il plaide durant une trentaine de minutes pour le retour d'un pouvoir spirituel républicain (rien que ça!) - celui de la connaissance et d'une certaine «morale laïque» - dont les enseignants seraient les messagers.(1)

 

 

Une campagne dite "nationale" pour le recrutement maçonnique en deux ans de plus de 43.000 "messagers" enseignants a annoncé le ministre de la déséducation nationale Vincent Peillon dans un entretien dans Le Journal du Dimanche. 22.100 postes seront ouverts aux concours externes en 2013, contre 16.000 en 2012, et 21.350 en 2014. (2)

 

Pour Philippe Guglielmi, élu de Romainville, patron de la fédération PS de Seine-Saint-Denis, terre d'élection de Bartolone, et ancien "Grand Maître" du "Grand Orient" (de 1997 à 1999), pas de doute, l'heure est à la reconquête : «Nous avons loupé pas mal de rendez-vous ces dernières années, sur les thèmes de la laïcité et de la lutte contre l'extrême droite, il est temps de réagir», confie-t-il.

 

Les francs-maçons, dans leur délire mystique du nouveau monde et de citoyenneté mondiale, se moquent bien des Français et de leurs craintes sur lesquel(le)s ils sont prêts à marcher.

 

Sources:

 

(1) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/12/07/01016-20121207ARTFIG00492-le-nouveau-pouvoir-des-francs-macons.php

(2) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/12/09/97001-20121209FILWWW00016-peilloncampagne-de-recrutement-demain.php

--------------------------------

- Franc-maçonnerie "religion de la république" : Vincent Peillon jette le masque

- La morale "laïque" (Vincent Peillon) deviendrait-elle dogmatique ?

- "Morale laïque" de Vincent Peillon : encore une de ces fumisteries totalitaires franc-maçonnes

- Vincent Peillon souhaite rendre effectives les «séances d'éducation à la sexualité» dès la primaire

Partager cet article
Repost0