Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 14:41

 

Fruits, légumes, pain, essence, immobilier, péage... Comment ont évolué les prix depuis 2000 ? Faites le test !

Aliments, énergie, immobilier, timbre, tabac… depuis 2000, comment ont évolué les prix ? Faîtes le test !|| Capture infographie Idé

 

... [L]es prix de plusieurs produits ont plus que doublé. La baguette de pain a ainsi vu son coût grimper de 34%, le kilo d'entrecôte de boeuf a fait de même avec +51%.

 

Que dire du paquet de cigarettes qui a presque doublé avec +93% d'augmentation ou du litre de gazole (+65,9%).

 

Source et suite: http://www.sudouest.fr/2013/09/05/comment-ont-evolue-les-prix-depuis-2000-faites-le-test-1158862-705.php

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 17:07

 

G20/économie: Poutine craint une résurgence de la crise mondialeLe retour de l'économie mondiale à la croissance stable et équilibrée n'est pas achevé, ce qui n'exclut pas une résurgence de la crise, a estimé jeudi à Saint-Pétersbourg le président russe Vladimir Poutine.

 

"Il est trop tôt pour se rassurer. Malheureusement, notre tâche principale, celle de faire revenir l'économie mondiale à la croissance stable et équilibrée, n'est pas encore accomplie, ce qui signifie que la crise peut ressurgir", a déclaré le chef de l'Etat lors de la première séance de travail du sommet du G20.

 

Et de rappeler que le FMI avait récemment revue à la baisse ses prévisions de la croissance économique mondiale pour 2013, les portant à 3,1%.

 

"Il y a encore un an, ses évaluations gravitaient pourtant autour de 4%", a constaté M. Poutine.

 

Selon le président russe, la croissance économique américaine est pour le moment insuffisante, la japonaise n'est toujours pas stable, et la situation dans les pays de la zone euro où la récession se poursuit est tout aussi alarmante.

 

 

Source: http://fr.rian.ru/world/20130905/199224314.html

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 15:58

 

Gaz russe: des prix bientôt réduits pour des consommateurs européensGaz russe: des prix bientôt réduits pour des consommateurs européens

 

Le groupe russe Gazprom doit achever prochainement les négociations sur la réduction des prix du gaz pour certains consommateurs européens, a annoncé mardi un responsable de Gazprom Export, Mikhaïl Malguine, lors d'une conférence téléphonique.

 

"Les négociations sont en cours. Dans certains cas, nous sommes sur le point de conclure des ententes. Ces dernières font actuellement l'objet d'une procédure d'approbation", a indiqué M. Malguine.

 

Le vice-président du géant gazier russe Alexandre Medvedev a fait savoir en juillet que Gazprom allait bientôt achever les négociations sur une révision des contrats avec ses partenaires en Europe. Il s'agit notamment de l'italien Eni, du français GDF et de l'autrichien Econgas. M. Medvedev a en outre indiqué que ces négociations avaient été engagées à l'occasion de l'expiration des ententes qui réglementaient les prix appliqués précédemment.

 

Le vice-président de Gazprom a également souligné qu'il s'agissait d'une réduction de prix moins importante que celle qui résultait des négociations précédentes. Les prix du gaz avaient alors baissé de 7 à 10%.

 

 

Source: http://fr.rian.ru/business/20130903/199197173.html

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 22:03

Le chiffre de 6300 demandeurs d’emploi enregistré en juillet 2013 a été salué comme un « succès » par le gouvernement, qui voit (ou espère voir) là la confirmation d’une stabilisation du chômage. Mais, ce chiffre ne couvre que la catégorie « A ». Pour les catégories « B » et « C », l’augmentation a été de 45 900 demandeurs d’emplois.

... On peut alors faire les conclusions suivantes. En un an (de juin 2012 à mai 2013) le chômage a augmenté de près de 420 000 personnes, ce qui est considérable et dans les prévisions qui avaient été faites il y a plus d’un an (nous parlions d’un accroissement de 400 000 à 500 000 chômeurs). Il n’y a nullement de stabilisation ou, plus précisément, le flux s’est très fortement réduit en mai et en juin (où il est même devenu négatif) avant de connaître un rebond notable en juillet. Ceci est parfaitement cohérent avec ce que l’on sait des évolutions économiques. Le rebond conjoncturel de la croissance au deuxième trimestre de 2013[2] explique parfaitement les bons résultats pour mai (seulement 10500 chômeurs supplémentaires) et pour juin (diminution de 1500 chômeurs). Le caractère purement conjoncturel de ces résultats est confirmé par l’accroissement de 20 800 du nombre des chômeurs en juillet 2013, ce qui efface, et au-delà, les résultats de mai et juin. La contraction du crédit privé qui se poursuit devrait se traduire par de mauvais résultats pour le 3ème et surtout pour le 4ème trimestre.

 

Source: http://russeurope.hypotheses.org/1495

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 16:38

Le prince saoudien a-t-il menacé Hollande d'envoyer les terroristes djihadistes sur Paris s'il n'accepte pas son offre ? L'histoire ne le dit pas !


 

LaTribune.fr rapporte aujourd'hui que la France a signé un contrat de plus d'un milliard d'euros avec l'Arabie Saoudite pour moderniser quatre frégates et deux pétroliers-ravitailleurs saoudiens. Le contrat devrait entrer en vigueur le 1er septembre.

 

Le site, spécialisé dans l'actualité économique, indique que «selon des sources concordantes, la société ODAS, qui représente dans le royaume les intérêts des industriels français DCNS, Thales et MBDA, a signé en août avec Ryad un contrat (...) de plus d'un milliard d'euros portant sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de la classe Boraida mis en service en 1985-1986», indique le site spécialisé dans l'actualité économique.

 

La signature de ce contrat, "attendue depuis plusieurs années", intervient alors que François Hollande pourrait se rendre en Arabie Saoudite cet automne.

 

Le président François Hollande, qui a déjà effectué une visite express en Arabie Saoudite en novembre 2012, comptait s'y rendre cet été mais le roi était parti se reposer à l'étranger. Les Saoudiens ont donc repoussé cette visite d'Etat, qui est désormais prévue cet automne. La convergence de vue entre Paris et Ryad sur le dossier syrien n'est pas étranger au réchauffement des relations franco-saoudiennes.

 

 

Source: http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20130828trib000782031/la-france-signe-un-contrat-de-plus-d-un-milliard-d-euros-avec-l-arabie-saoudite.html

via http://www.leparisien.fr/economie/defense-la-france-remporte-un-contrat-d-un-milliard-d-eur-avec-l-arabie-saoudite-29-08-2013-3089939.php

 

. L'Arabie saoudite offre à la Russie le contrôle du marché pétrolier contre l'abandon d'Assad

Partager cet article
Repost0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 08:55

BoincUne fois n'est pas coutume, pour paraphraser le dicton "le diable porte Pierre", il arrive que le journal Le Monde porte Pierre ! Pour l'innovation technologique, c'est là aussi le "ni gauche ni droite" et la sortie des systèmes idéologiques qui ouvre de véritables alternatives, radicales..., le "pur libéralisme" a montré ses limites au plan économique.

 

Vers une stagnation de l’innovation

 

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2013/08/16/vers-une-stagnation-de-linnovation/

 

Et si, loin de vivre une explosion d'innovations, nous nous trouvions plutôt dans une phase de blocage ? Car s'il est vrai que nous assistons aujourd’hui à une multiplication des usages, ainsi qu'à un raffinement et une simplification de technologies déjà existantes (smartphones, web 2, etc.) les véritables innovations de rupture tardent finalement à se manifester.

 

Nous avons déjà abordé le sujet à propos de Neal Stephenson. Pour lui, nous nous trouvons face à un déficit de l'imagination, dont les auteurs de science-fiction sont en partie responsables. Richard Jones, lui, envisage la question sous un angle plus économique et politique.

 

La technologie futuriste, Richard Jones, il connait. Entre 2007 et 2009, il fut "senior strategic advisor" au conseil de la recherche britannique. Il ne fait pas partie du clan des utopistes de la nanotechnologie et se montre plus que sceptique quant à la vision "radicale" évangélisée par Eric Drexler et ses disciples, qui voyaient dans la nanotechnologie la possibilité de fabriquer des "assembleurs universels" capables de fabriquer tout et n'importe quoi à partir de rien. Cela ne signifie pas pour autant qu'il figure parmi les sceptiques indécrottables refusant toute innovation d'importance dans ce domaine. Au contraire, dans son livre Soft Machines il défend l'idée selon laquelle une "bionanotechnologie", basée sur l'eau et le carbone, pourrait avoir des conséquences tout aussi révolutionnaires que les rêves d'assembleur universel défendus par Drexler.

 

Bref, Jones possède à la fois l'esprit critique et audacieux qui lui donne la compétence de discuter du sujet.


Le "modèle Wired", une fausse vision de l'évolution technologique ?

 

Dans un post sur son blog, Jones analyse ainsi la vision actuelle de la technologie (vision wired, Ndlr.), telle que la défend notamment Kevin Kelly dans son essai  What Technology Wants, qu'il nomme d'ailleurs une vision Wired du monde, en référence bien sûr au magazine dont Kevin Kelly fut longtemps le rédacteur en chef. Cette vision se caractérise selon lui par une conception essentiellement darwinienne de l’évolution technologique : celle-ci se développe spontanément, selon ses propres règles, de manière incontrôlée (Out of Control est d’ailleurs le titre du premier ouvrage de Kevin Kelly). Jones y voit une application des théories de Friedrich Hayek, l'un des principaux penseurs de ce qu'on a appelé "l’école autrichienne", aux origines du néolibéralisme. Pour Hayek, la connaissance (qui, rappelle Jones, ne se limite pas à la connaissance scientifique, mais englobe tous les savoirs tacites et implicites) est distribuée chez tous les membres d'une population, et il est par conséquent impossible de recourir à des experts pour développer un contrôle de la société puisque, par définition, ils ne peuvent à eux seuls représenter cette connaissance distribuée. Conséquence, pour Hayek, seul le marché s'avère capable de gérer au mieux cette information répartie. C'est tout simplement une formulation moderne de la "main invisible" d'Adam Smith. Pour Jones, le monde selon Wired applique les thèses de Hayek à la technologie. Ainsi, "nous sommes conduits à penser que le développement technologique est plus efficace si nous permettons simplement à beaucoup d'entrepreneurs créatifs d'essayer les différentes façons de combiner des technologies distinctes et d'en développer de nouvelles sur la base de la connaissance scientifique existante (...). Quand les innovations résultantes sont présentées au marché, celles qui survivent sont, par définition, celles qui répondent le mieux aux besoins humains."

 

Jones oppose deux objections à ce raisonnement. Le premier, bien connu, est d'ordre moral : les plus riches ont le plus de poids dans cette décision répartie. Son autre critique tient au fait que, selon lui, cette vision "darwinienne" est tout simplement historiquement fausse.

 

Dans le reste de son post, Jones donne plusieurs exemples où l'innovation radicale est avant tout le produit de décisions venant d'un Etat fort. Et même, il faut le reconnaître, d'un complexe militaro-industriel. Ainsi, en Allemagne au début du XXe siècle, le procédé Haber-Bosch pour fixer l'azote fut adopté par la compagnie chimique BASF. "Il est difficile, explique Jones, de trouver une innovation ayant autant changé le monde. La moitié de la population actuelle n’existerait pas s'il n'avait pas eu le développement considérable de la productivité agricole entraînée par l'usage d'engrais artificiels". Dans l'élaboration de cette technique, l’Etat allemand s'est montré très actif : la mise au point du procédé a coûté 100 millions de dollars de l'époque (ce qui correspondrait à un milliard aujourd'hui), la moitié fournie par le gouvernement. Les raisons de l'investissement ce dernier n'avaient rien de philanthropique. Il s'agissait d'utiliser cette découverte pour mettre au point des explosifs ! Et, bien entendu, il y a les ordinateurs, l'internet, les semi-conducteurs... Rappelons aussi qu'aux Etats-Unis, une bonne partie des recherches en neurosciences est soutenue par la fameuse DARPA...


Vers une panne de l'innovation "de rupture"

 

[...] Pour Jones, l'adoption généralisée d'une conception "hayekienne" du progrès technologique pourrait donc amener à une stagnation de l'innovation Cela pourrait signifier que "nous serons moins adaptés aux chocs brutaux, moins capables d'anticiper le futur", à une époque où les crises démographiques, énergétiques et climatiques appelleraient au contraire plus d'innovation "radicale"...

 

Certes, ce constat pose plus de questions qu'il n'en résout. Jones le remarque lui-même, personne ne voudrait un retour à un gouvernement fort, aux motivations dirigées vers la guerre ou l'armée. D'un autre côté, le "pur libéralisme" a montré ses limites au plan économique. Jason Pontin, le rédacteur en chef de la Technology Review dressait le même constat récemment et terminait dans la même ambiguïté.

 

Les "modèles alternatifs", open source, constituent-ils une alternative à la fois au libertarianisme entrepreneurial effréné et au dirigisme gouvernemental ? Si l'explosion de la fabrication personnelle, de la diybio et du logiciel libre est encourageante (et n'est pas forcée de tenir compte de la "bottom line" comme le ferait une entreprise, permettant une réflexion à plus long terme), force est de reconnaître que, par bien des côtés, elles continuent à suivre ce modèle Wired d'une technologie qui se développerait de façon distributive et incontrôlée. Elles tirent profit de la recherche fondamentale, mais y contribuent peu. Ces nouveaux modèles pourront-ils se développer au point de recevoir des aides économiques susceptibles de favoriser un jour une innovation radicale ?

 

Rémi Sussan

 

Source: http://internetactu.blog.lemonde.fr/2013/08/16/vers-une-stagnation-de-linnovation/ via

https://www.facebook.com/PrintempsFrancaispourTous/posts/346436252156338


 

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 22:52

L'économiste Jacques Sapir conteste le retour de la croissance : les dépenses de consommation courante continuent de baisser, le niveau de vie des Français se détériore, le pouvoir d'achat médian recule: "tous les indicateurs économiques structurels indiquent un affaiblissement de l’appareil économique français".

 

 

La croissance? Quelle croissance?

 

La presse, surtout sociale-libérale, se remplit d’optimisme et de commentaires flatteurs pour notre Président à la vue des derniers chiffres de l’INSEE. Au second semestre 2013 la France aurait connu une croissance de 0,5%, Alléluia ! La croissance revient donc… Les commentateurs feraient cependant mieux d’être plus prudent et de lire plus attentivement le document de l’INSEE (INSEE-Conjoncture, Informations Rapides, 14 août 2013 n°186.)

 

En réalité, le chiffre de 0,5% est dû à deux facteurs : une hausse de la consommation de 0,3% et un accroissement des stocks de 0,2%. Or, les stocks des entreprises avaient baissé de -0,8% en 2012. Une correction était attendue et on mesure qu’elle reste inférieures à la baisse précédente. Une comparaison des deux premiers trimestres de 2013 avec 2011 et 2012 montre que cet accroissement ne sera pas durable.

 

On peut lire d’ailleurs sur ce graphique la permanence des facteurs qui font stagner le PNB de la France, et en particulier l’évolution de l’investissement et du solde commercial.

 

Le second point expliquant la hausse du PIB au second trimestre est la hausse de la consommation des ménages. Mais, cette hausse semble s’expliquer essentiellement par des facteurs conjoncturels.

 

(i) Les dépenses d’énergie ont été anormalement élevées au printemps 2013, résultat du mauvais temps que nous avons subi.

(ii) Les dépenses de consommation courante (habillement et nourriture) continuent de baisser (-2,2% pour l’habillement et -1,2% pour la nourriture). Ceci est inquiétant, et montre que le niveau de vie des Français se détériore, ou à tout le moins que le pouvoir d’achat médian (et non moyen) continue de reculer. L’indicateur de pouvoir d’achat par unité de consommation montre d’ailleurs une baisse de -0,2% sur le premier semestre de cette année.

(iii) Seules, les dépenses liées à l’automobile augmentent, mais sont loin (avec 2,2%) de compenser la baisse précédente (-5,5%).

 

En fait, et on le voit sur le graphique 2, la consommation en biens durables des ménages français est en panne depuis maintenant plusieurs années. La crise de 2008 a bel et bien cassé la tendance que l’on constatait depuis 2001. La hausse actuelle de la consommation est donc appelée à ne pas durer.

 

De plus, il faut signaler que c’est à la fin du troisième trimestre (en septembre) que se feront sentir les hausses d’impôts. Ces dernières devraient provoquer une contraction de la consommation non négligeable.

 

Le plus inquiétant cependant n’est pas là. Il réside dans la poursuite de la baisse de l’investissement (FBCF ou Formation Brute de Capital Fixe). Au second trimestre, la chute de la FBCF est de -0,5%, est celle de la FBCF des ménages (qui par convention n’investissent que dans le logement) de -1,7%. Sur une année, la chute de la FBCF des entreprises non financières est importante avec -2,1%. Seul l’investissement des administrations publiques se maintient, mais il est actuellement à un niveau relativement bas. Cela signifie que l’appareil productif français continue de se dégrader, et en particulier par rapport à l’Allemagne, qui est certes notre principal partenaire mais aussi, du fait de l’Euro, notre pire concurrent. La baisse de la FBCF implique à terme de moindres gains de productivité et donc une hausse relative, par rapport aux autres pays, du coût salarial unitaire réel qui est l’un des indicateurs les plus sûrs de la compétitivité relative de l’industrie française.

 

On peut constater ce mouvement encore mieux si l’on prend un peu de recul comme sur le graphique 3 où l’on voit la part des investissements français et italiens en pourcentage du PIB.

Ceci invalide aussi l’idée, souvent avancée dans les milieux proches de François Hollande, que la France serait dans un « cycle » dont elle aurait connu la phase basse durant cet hiver et qui devrait mécaniquement déboucher sur une phase de croissance pour la fin de cette année. Le « cycle des affaires », pour reprendre une expression qui eut son heure de gloire vers 1920, n’est que le produit d’une économie largement déréglementée. Il n’y eut nul « cycle » dans les années 50 et 60…Ce « cycle » implique pour être établi que l’on démontre les mécanismes des oscillations régulières. Or, tous les indicateurs économiques structurels indiquent au contraire un affaiblissement de l’appareil économique français.

 

Rien, dans le tableau dressé par l’INSEE, n’incite donc à l’optimisme. Seule une forte croissance mondiale, en supposant que la France puisse en profiter ce qui est douteux compte tenu du taux de change de l’Euro (actuellement de 1,32 USD pour 1 euro), pourrait tirer la croissance. Mais, la crise dans les pays émergents (Chine et Inde) et la faiblesse de la croissance aux Etats-Unis ne permet pas de compter sur un tel scénario. La croissance mondiale restera faible en 2013 et en 2014.

 

L’économie française est donc condamnée à la stagnation à court terme et, du fait de la perte de compétitivité de son appareil productif, à la dégradation à moyen terme. Ceci est la conséquence directe de l’Euro.

 

 

Source et suite : http://russeurope.hypotheses.org/1478

 

 

. "2014 sera la première année de croissance véritable" (Pierre Moscovici)

. 2014, la croissance, le mensonge et Cahuzac (Jacques Sapir)

. Le désastre annoncé des prévisions économiques mensongères de François ‪‎Hollande‬ (Emmanuel Lechypre)

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 16:31

Pierre MoscoviciAlors que le ministre de l'économie Pierre Moscovici confirmait une hausse en volume des prélèvements obligatoires de 0,2 à 0,3 point en 2014 (soit environ six milliards d'euros), que quelques semaines auparavant lui et Jérôme Cahuzac promettaient la "stabilité fiscale" à compter de 2014, que le 2 juillet dernier il affirmait que  «pour viser la "justice sociale"» et «pour que les entreprises restent compétitives »... les impôts augmenteraient bien en 2014, et  que le gouvernement a déjà autorisé à la mi-2013 pas moins de 10 milliards de hausse de prélèvements, cela n'a pas empêché le Ministre de se déclarer ce matin "très sensible au ras-le-bol fiscal" :


«Je suis très sensible à ce ras-le-bol fiscal que je ressens de la part de nos concitoyens, qu'ils soient des ménages, des consommateurs, ou qu'ils soient des entreprises, et ça, nous l'écoutons», a déclaré le ministre de l'économie sur France Inter.

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/08/20/20002-20130820ARTFIG00223-moscovici-se-declare-tres-sensible-au-ras-le-bol-fiscal.php

 

. Taxes et impôts : 10 % du PIB en 1914, près de 50 % en 2012

. Impôts : 10 milliards de hausse des prélèvements obligatoires en 2014, on est loin de la pause promise fin 2012

. Hausse d'impôts en 2014 : Moscovici contredit Hollande

. Moscovici confirme un nouvelle hausse des impôts en 2014

. Moi président augmente les impôts en 2013 et 2014

Partager cet article
Repost0
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 14:24

 

"La reprise est là". Un mois après cette déclaration de Fançois Hollande le 14 juillet dernier, le mois de juillet se révèle être en réalité le pire en terme d'impayés de salaires. Le montant des avances de salaire de l'AGS s'est élevé en juillet à un niveau record de 228,8 millions d'euros. Au plus fort de la crise, en 2009, cette somme n'avait pas dépassé 212 millions d'euros par mois.

 

Photo : La Reprise Est Là...

Reprise ou pas reprise? Malgré le rebond inattendu de la croissance au deuxième trimestre grâce à une météo plus froide, certains signaux économiques avancés font froid dans le dos.

 

Des statistiques de l'Association de garantie des salaires (AGS), organisme géré par le régime d'assurance-chômage, qui permet de payer les employés quand leur entreprise, en redressement, en liquidation ou en procédure de sauvegarde, montrent que ce système, n'a plus un sou en caisse.

 

Le montant des avances de salaire de l'AGS s'est ainsi élevé, en juillet, au niveau record de 228,8 millions d'euros. Un chiffre provisoire et inquiétant… Au plus fort de la crise, en 2009, cette somme n'avait pas dépassé 212 millions d'euros par mois.

 

«À notre niveau, nous ne voyons pas franchement d'éclaircie, et encore moins d'inversion de tendance», résume Thierry Méteyé, directeur général de l'organisme.(1)

 


Le montant d'avances de salaires payées par le régime de garantie des salaires AGS, culminant à 1,3 milliard, a progressé de 4% par apport à 2012, sur les 7 premiers mois de l'année...

En cause ? La hausse continue de nouvelles affaires qui a bondi de 4,2 % par rapport à la même période en 2012, et qui s'élevait à 17 069 fin juillet.


De juin 2012 à juin 2013, sur un an, le montant des avances s'établissait à près de 2,1 milliards d'euros, soit une hausse annuelle de 5,3%.

 

Ces données indiquent qu'il n'y a «pas de fléchissement» dans les nouvelles affaires de défaillances ou de sauvegarde des entreprises. (2)

 

 

Sources :

 

(1) http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/08/19/20002-20130819ARTFIG00447-les-impayes-de-salaires-battent-un-record-inquietant-en-juillet.php

(2) http://www.20minutes.fr/economie/1211693-20130820-salaires-impayes-regime-garantie-patronale-plus-plus-plus-sollicite

 

. Moscovici annonce un début de reprise de l'économie (10 juillet 2013)

. Moscovici: la France est "en train de sortir de la récession" (16 juillet 2013)

. François Hollande sur la croissance : «il y a quelque chose qui se passe»

. Le désastre annoncé des prévisions économiques mensongères de François ‪‎Hollande‬

. "La reprise est là" (François Hollande) 14 juillet 2013

Partager cet article
Repost0
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 13:31

 

Baisse des exportations françaises de 2% au 1er semestre 2013

 

Au premier semestre 2013, les exportations reculent (-1,9 %, après +0,8 %) pour la première fois depuis 2009. Il s'agit du premier recul en données semestrielles depuis 2009.

 

Cette baisse s'explique principalement en raison du repli des exportations aéronautiques et spatiales vers l'Asie et à une nouvelle contraction des ventes de véhicules automobiles.

 

De même, dans un contexte d'atonie de l'activité européenne, les exportations vers l'UE s'orientent à la baisse au premier semestre 2013 ( - 2,4% après + 1,2%). Le recul est plus particulièrement marqué vers l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie.

 

Source: http://www.contrepoints.org/?p=134772 via https://fr-fr.facebook.com/Hollandouille1er/posts/582391605138000

Partager cet article
Repost0
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 18:05

Même Le Point, hebdo classé libéral conservateur... est heureux de vous annoncer avec toute la Socialie : "Ce rebond de la croissance française que personne n'avait vu venir" !

 

  • "Dans le détail, qu'est-ce qui a porté l'économie française ? D'abord les dépenses de consommation des ménages progressent de 0,4 %. Le printemps plus maussade que d'habitude a contribué à la tendance, en obligeant les Français à se chauffer plus que d'habitude lors de cette période !" d'avril à juin, et ils appellent ça "un retour de la croissance" ! 
  • via https://fr-fr.facebook.com/Hollandouille1er/posts/581721911871636

 

En réalité, ce n'est pas une reprise de la croissance, c'est juste une injection massive de liquités par les banques centrales. "Ils n'ont plus d'autres choix que d'injecter de la fausse monnaie pour que le système perdure encore quelque temps", a expliqué hier Olivier Delamarche.

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 15:58

Olivier Delamarche, du groupe Platinium Gestion, le 13 Août sur BFM Business.


 

 

Ce que les Français achètent, ce n'est pas un achat ni une "reprise de la croissance", mais une injection massive de liquités par les banques centrales. "Ils n'ont plus d'autres choix que d'injecter de la fausse monnaie pour que le système perdure encore quelque temps."

 

Olivier Delamarche explique qu'aujourd'hui les marchés ne remontent pas parce qu'il y a un espoir de reprise ou parce que Hollande a dit que la crise était terminée, "c'est pas le cas, c'est simplement parce que les marchés achètent le fait qu'on va continuer à leur filer des liquidités ad vitam aeternam. Aujourd'hui il n'y a plus de moteurs. Des chiffres d'affaires qui sortent sont de moins en moins bons. Certaine sociétés sont arrivées encore à maintenir leurs marges mais cela ne va pas durer. Il y a un moment où vous allez vous retrouver pour le coup profondément en récession".

 

. Hollande‬ "doit changer de métier, il faut qu'il soit comique" (Olivier Delamarche‬)

. "La reprise est là" (François Hollande le 14 juillet)

. Moscovici annonce un début de reprise de l'économie (10 juillet 2013)

Partager cet article
Repost0
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 15:59

François Hollande n'a cessé de déclarer pendant sa campagne moi Président, je n'augmenterai pas les impôts”. Lors de sa prestation télévisée sur France 2 jeudi soir 28 mars 2013, il assura encore la main sur le coeur... "qu'aucun effort supplémentaire" ne serait demandé aux Français. 18 jours plus tard, le 15 avril, son ministre de l'Economie venait le démentir sur l'augmentation des impôts en 2014.

 

François Hollande l'assurait, il n'y aurait pas de nouvelle hausse d'impôts en 2014. Et d'ici là, "aucun effort supplémentaire ne sera demandé aux Français" en 2013. C'est en tout cas ce qu''il déclara sur France 2 ce 28 mars 2013.

 

Photo

Cela dit, les Français devaient être déjà bien sollicités en 2013 avec 6 milliards d'euros supplémentaires grâce à la TVA, cet impôt inéquitable puisque payé par tous sans distinction de ressources. Au 1er juillet 2013, la TVA sur les services à la personne est passée de 7 % à 19,6 %, avec un effet dévastateur sur les commandes des clients.

 

Au 1er janvier 2014, le taux de TVA normal passera de 19,6 à 20 %. Le taux intermédiaire sur la restauration, l'hôtellerie, les transports, la rénovation des logements, sera augmenté de 7 à 10 %. Le secteur de la Restauration a tiré la sonnette d'alarme le 5 août dernier. Avec une baisse de fréquentation de 13,2% en moyenne par rapport à la même période de 2012, la restauration commerciale a connu une "chute historique" d'activité en juillet 2013 en France, après un premier semestre déjà mauvais. Les conséquences de cette nouvelle hausse de taxes "pourraient être plus désastreuses que prévu et entrainer des suppressions d'emplois dans notre secteur". En mai, le syndicat SNRTC avait déjà tiré la sonnette d'alarme sur le fait que la restauration avait déjà perdu 10% d'emplois en deux ans. En 2012, le SNRTC représentait 1700 établissements, plus de 37.000 salariés en France et près de 2,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires hors taxes.

 

 

 

Le ministre du Travail Michel Sapin l'a redit vendredi matin 29 mars sur France Inter, la taxe sur la valeur ajoutée va bien augmenter en 2014... Si le montant des nouveaux taux n'est pas encore fixé - les taux "normal" et "intermédiaire" devraient augmenter et celui "réduit" pour les produits de première nécessité devrait être baissé-, une chose est sûre, cela devrait rapporter entre 6 et 7 milliards d'euros supplémentaires par an.

 

La question de la fiscalité écologique ensuite. Si elle doit toucher les entreprises, les ménages sont eux aussi concernés. Elle devrait rapporter quelque 3 milliards d'euros à l'horizon 2016. En attendant, si la date de son application reste floue, la ministre de l'Environnement et de l'Energie Delphine Batho a mis en place un comité mi-décembre 2012.

 

Concernant les prélèvements pour financer la Sécurité sociale, "nous en reparlerons", a éludé François Hollande, laissant augurer une probable hausse. "Quant aux collectivités locales, elles sont libres, maîtresses de leurs décisions" (entendez "d'augmenter leurs impôts"), a précisé le chef de l'Etat.

 

À peine quatre mois plus tard. Ce 10 août, pendant que les Français sont en vacances..., le ministre de l'Economie Pierre Moscovici dément à nouveau "Moi président",  revoit à la baisse la prévision de croissance et (après la forte augmentation des impôts en 2013, jusqu'à 9 % d'augmentation d'impôt sur le revenu en 2013) a confirmé une nouvelle hausse des prélèvements obligatoires dans le budget 2014 ! Le ministre table désormais sur un PIB en 2013 compris entre -0,1% et + 0,1%. Il affirme toutefois que l'économie française est bien sortie de la récession !

 

Confirmant une information des Echos, le ministre avait admis le 15 avril dernier qu'il y aurait une hausse, en volume, des prélèvements obligatoires de 0,2 à 0,3 point en 2014. Avec 46,5 %, la France atteint un record historiques des impôts. Le gouvernement avait jusqu'ici promis que les prélèvements obligatoires seraient gelés au-delà de 2013... Les promesses n'engagent que ceux qui y croient dit-on, surtout en politique !

 

Il se passe «quelque chose» dans l'économie française, a encore déclaré mercredi François Hollande. «La reprise est là» a-t-on également entendu toute cette semaine. Mais dans un entretien publié par le journal Nice Matin, le ministre de l'Économie n'est pas si positif: tout en répétant que la France était «sortie de la récession», il a annoncé avoir revu à la baisse sa prévision de croissance pour l'année en cours, estimant désormais que le produit intérieur brut du pays devrait évoluer entre -0,1% et +0,1%. Il a également déclaré que le budget 2014, - qui sera révélé dans quelques semaines - prévoirait une hausse des prélèvements obligatoires équivalant à 0,3% du produit intérieur brut.


Le gouvernement avait jusqu'à présent envisagé une légère croissance de l'ordre de 0,1% de l'économie du pays, une prévision que les économistes avaient jugé unanimement comme très insuffisante pour redresser la courbe du chômage...

Partager cet article
Repost0
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 08:45

 

Photo : #Hollande reste optimiste sur la croissance françaiseFrançois Hollande s'est de nouveau montré optimiste mardi 6 août sur une reprise de la croissance lors d'un déplacement en Vendée sur le thème de l'emploi, jugeant que

Le chef de l'État a de nouveau montré un certain optimisme mardi (6 août, NdCR), lors d'un déplacement en Vendée, sur un retour de la croissance, en affirmant qu'«il y a quelque chose qui se passe».  Pourtant, si la production industrielle, après avoir rebondi en avril, n'a certes que légèrement reculé en mai… elle a quand même reculé. De même, si la hausse du chômage a ralenti en juin, il a quand même augmenté.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/08/07/20002-20130807ARTFIG00422-l-economie-fremit8230-mais-la-reprise-est-elle-la.php

 

 

. "La reprise est là" (François Hollande le 14 juillet 2013)

. Moscovici: la France est "en train de sortir de la récession" (le 16 juillet 2013)

. "La reprise est proche", disait Ben Bernanke en août 2009...

. La croissance ne démarre pas... (Philippe Béchade, le 21 septembre 2013)

Partager cet article
Repost0
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 15:30

Le gouvernement revoit à la baisse les prévisions de croissance de la France. En effet, la consommation est en berne, les exportations marchent au ralenti et les entreprises ont la corde au cou… et le gouvernement n’a pas les moyens de tenir ses promesses fantaisistes, explique Emmanuel Lechypre ce matin sur BFM TV. « Nous ne maîtrisons plus notre destin », constate-t-il. 5 points de PIB d’erreur de prévision de croissance (!) et la catastrophe économique, c’est maintenant !

 

 

 

 

Source: http://www.ndf.fr/poing-de-vue/01-08-2013/le-desastre-annonce-des-previsions-economiques-mensongeres-de-francois-hollande via https://fr-fr.facebook.com/Hollandouille1er/posts/575099159200578

 

 

. Hollande‬ "doit changer de métier, il faut qu'il soit comique" (Olivier Delamarche‬) 16 juillet 2013

. "La reprise est là" (François Hollande) 14 juillet 2013

. Malgré la promesse de François Hollande, les prélèvements obligatoires vont encore augmenter en 2014

. François Hollande ou la crise qui prend fin tous les six mois

. Récession: «Le pire est passé» (François Hollande) - 15 mai 2013

. Récession : le mouvement a commencé en 2011 mais Hollande mène la même politique que Sarkozy - 16 mai 2013

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 10:56

 

Très net recul de la consommation des ménages en juin avec une baisse de 0,8%. Ce qui n'empêche pas le prince des nuées à l'Economie de déclarer que "2014 sera la première année de croissance véritable"...

 

Consommation en baisse de 0,8% en juin

 

La consommation des ménages français en biens a baissé de 0,8% en juin...

 

Quinze économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un indicateur en hausse de 0,1% en juin... leurs prévisions s'échelonnant entre -1,0% et +0,6%.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/07/31/97002-20130731FILWWW00210-consommation-des-menages-en-baisse-de-08-en-juin.php

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 20:37

 14,58% de hausse du chômage depuis l'élection de François Hollande le 6 mai 2012 !

 

Photo : 14,58% de hausse du chômage depuis l'élection de François Hollande le 6 mai 2012 ! Démission ! Montage Jack Chevalier. Partagez massivement

 

Source: https://fr-fr.facebook.com/Hollandouille1er/posts/572419142801913

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 12:48

Le taux des prélèvements obligatoires atteint 56,6%. Le salarié français est celui dont le niveau de vie est le plus pénalisé par la fiscalité.

 

 

Le salarié moyen travaille jusqu'au 26 juillet pour financer les dépenses publiques. Ce «jour de libération fiscale et sociale», calculé par Ernst & Young et l'Institut économique Molinari (un think-tank libéral basé à Bruxelles), confirme à quel point la France est peu compétitive dans ce domaine…. Seuls les salariés belges sont davantage taxés en Europe. Suivent ensuite l'Autriche, la Hongrie, l'Allemagne et l'Italie.

 

 

Comme l'an passé, les «champions de la fiscalisation» - l'étude prend en compte les charges sociales patronales, les charges sociales salariales, l'impôt sur le revenu et la TVA, comparés dans 27 pays - sont la Belgique et la France. Les taux de prélèvements obligatoires y sont respectivement de 60,3 % et 56,6 %.

 

Suivent ensuite l'Autriche, la Hongrie, l'Allemagne et l'Italie. Les taux de prélèvements obligatoires y varient entre 55,77 % et 52,12 % et les jours de libération fiscale et sociale s'y échelonnent entre les 10 et 23 juillet. «Dans ces six pays, plus de la moitié des revenus liés au travail sont prélevés au titre des impôts et taxes», souligne le document. A contrario, le pays où la taxation du salarié est la plus légère est Chypre, où l'on est «libéré» le 14 mars.

2014 s'annonce encore «plus austère»

 

L'étude constate que le salarié français est en théorie «un des mieux payés» (53 647 euros). Mais c'est aussi celui dont le niveau de vie est le plus pénalisé par la fiscalité. Impôts, charges et TVA s'élèvent à 30.371 euros. Et, à elles seules, les charges sociales (26.583 euros) représentent plus que le pouvoir d'achat (23.276 euros). «La France est le seul pays en Europe dans une telle situation!», souligne Nicolas Marques, chercheur à l'Institut Molinari.

 

Non seulement le niveau de prélèvements ne conduit pas à des comptes sociaux équilibrés. Mais l'étude souligne aussi qu'aucun autre pays ne pratiquait l'an dernier «une fiscalité plus importante et n'avait des finances publiques aussi déséquilibrées».

 

Le gouvernement va devoir justifier que la loi de finances qu'il prépare pour 2014 comporte encore des hausses d'impôts! Et dans ce contexte - et notamment parce que la TVA doit augmenter au 1er janvier prochain -, «il est à craindre que l'édition 2014 du classement soit encore plus austère pour le salarié français», conclut l'étude.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/impots/2013/07/24/05003-20130724ARTFIG00498-les-salaries-francais-travaillent-jusqu-au-26juillet-pour-financer-les-depenses-publiques.php

 

 

. Nicolas Doze décrypte les mensonges du gouvernement sur la "pause fiscale" : les ménages paieront plus d'impôts en 2014 qu'en 2013 ! (18 septembre 2013)

. Education "nationale" en Hollandie : plus de dépenses pour des résultats médiocres

. Le fiasco budgétaire de François Hollande : les impôts augmentent, le déficit aussi...

. François Hollande augmente la dette sans croissance. Cherchez l'erreur !

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 22:21

 

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a affirmé mardi que la France sortait de la récession, soutenant ainsi les propos du président français François Hollande le 14 juillet, selon lesquels la reprise économique "est là".

 

"C'est vrai, c'est vrai que la France est en train de sortir de la récession", a déclaré M. Moscovici à l'Assemblée nationale, en réponse à une question du député UMP (opposition) Dino Cinieri sur les déclarations de M. Hollande lors de son interview du 14 juillet à l'Elysée.

 

"La reprise, elle est là", avait déclaré M. Hollande. Cette affirmation avait été contestée par des économistes et membres de l'opposition.

 

 

Source: http://www.lepoint.fr/politique/moscovici-la-france-est-en-train-de-sortir-de-la-recession-16-07-2013-1705409_20.php

 

- Hollande‬ "doit changer de métier, il faut qu'il soit comique" (Olivier Delamarche‬)

- "La reprise est là" (François Hollande le 14 juillet)

- Moscovici annonce un début de reprise de l'économie (10 juillet 2013)

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 15:20

Hollande‬ "doit changer de métier, il faut qu'il soit comique" (Olivier Delamarche‬)

 

Hollande‬ "doit changer de métier, il faut qu'il soit comique. C'est juste ridicule. Comment peut-on parler de reprise aujourd'hui ? Le point bas n'est absolument pas touché, la crise en Europe n'est absolument pas réglée, absolument pas terminée. On le voit tous les jours avec le Portugal, l'Espagne, la Grèce. Et à l'étranger vous avez tous les moteurs qui s'éteignent les uns après les autres. La Chine donnée comme ceux qui allaient nous sauver son probablement en récession, malgré les chiffres qu'ils peuvent donner. Le Japon ne redémarre pas. Les Etats-Unis vont probablement faire moins de la moitié de la croissance qui était attendue. Alors qui va nous tirer, les Grecs, Chypre ? On nous dit qu'il va peut-être augmenter les impôts et que vous devez consommer les petits enfants. Moi je veux bien mais il y a un truc qui cloche dans son raisonnement. Et ce n'est pas en dansant autour de la table que vous allez faire venir la croissance" (Olivier Delamarche‬)


- "La reprise est là" (François Hollande le 14 juillet)

-Moscovici annonce un début de reprise de l'économie (10 juillet 2013)

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 14:42

L'OCDE ne prévoit pas de baisse du chômage en France en 2014

 

La promesse de François Hollande d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année, l'OCDE n'y croit pas. Dans ses nouvelles prévisions sur l'emploi, l'Organisation internationale table sur un taux de chômage de 11,2 % au dernier trimestre 2014, contre 10,9 % en mai de cette année. «La France fait face à un chômage durable et persistant. Si le taux est légèrement plus faible que dans la zone euro, tiré par la situation grecque et espagnole, il reste élevé en comparaison de l'OCDE (8 % en mai 2013)», précise la note sur l'Hexagone. Surtout, il est bien supérieur à celui de l'Allemagne, qui va connaître une embellie de 5,3 % en mai 2013 à 4,7 % fin 2014.

 

Plus de cinq ans après le début de la crise financière mondiale, la demande reste atone en France, relève l'OCDE, qui table sur une baisse du PIB de 0,3 % cette année (le gouvernement reste quant à lui accroché à un +0,1 %). La Muette relève une dégradation du taux d'emploi. La différence entre emploi effectif et emploi potentiel, qui s'est accrue de 1,2 % entre le début de la crise et fin 2012, atteindra 2,3 % en 2014. Aussi bien le chômage de longue durée que celui de courte durée continuent d'augmenter. «La situation des jeunes, comme dans le reste de la zone euro, est particulièrement préoccupante, avec un taux de chômage de 25%», s'inquiète le directeur de la division emploi et affaires sociales, Stefano Scarpetta. Pis encore, le nombre de jeunes de 15-24 ans sans emploi ni scolarisés, ni en formation touche 14 % de la classe d'âge. Les faibles qualifications sont les plus exposées. L'OCDE précise aussi que les jeunes Français, contrairement à la majorité des pays étudiés, peinent à trouver un emploi après une suppression de poste.


 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/07/16/20002-20130716ARTFIG00262-l-ocde-ne-prevoit-pas-de-baisse-du-chomage-en-france-en-2014.php

 

- "La reprise est là" (François Hollande)

- Zone euro: 1000 chômeurs de plus par mois (1er juillet 2013)
- François Hollande ou la crise qui prend fin tous les six mois (9 juin 2013)

- Récession: «Le pire est passé». François Hollande, le 15 mai 2013

- Le chômage devrait encore augmenter en 2014 (Unedic) (23 mai 2013)
- Le changement c'est dans deux ans ! (11 septembre 2012)

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 22:59

Pierre Moscovici, ministre de l'Economie et des Finances, a affirmé aujourd'hui s'attendre à une croissance de 0,2% au 2e trimestre.

 

 

Invité de l'émission Questions d'Info LCP-France Info-Le Monde, le ministre a déclaré:

 

  • "Les enquêtes dont nous disposons, les prévisions dont nous disposons, à la fois de l'INSEE et de la Banque de France, appuyées sur des chiffres solides, laissent à penser que le 2e trimestre 2013 sera à +0,2%. ... Je dis que nous sommes en train de sortir de la récession, que la croissance au deuxième trimestre devrait être de +0,2% et que les indicateurs des comportement des ménages - consommation, pouvoir d'achat -, des entreprises - production industrielle, investissement -, tout cela me laisse à penser que nous sommes dans le début d'une reprise. ...  
  •  

Lors de la présentation du rapport annuel de l'Observatoire de l'épargne réglementée, Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, avait fait état auparavant, d'une trajectoire de "reprise très progressive" en France et dans la zone euro. "Nous sommes sur la trajectoire que nous espérions au conseil des gouverneurs de la BCE, une reprise très progressive. ... Ce sont des signes encourageants qu'on attendait, peut-être un peu plus tôt que ce que nous prévoyions. Ils restent à confirmer, a-t-il dit."

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/07/10/97002-20130710FILWWW00393-croissance-de-02-au-t2-moscovici.php

 

 

 

. Moscovici : «La reprise est là, la confiance va suivre» (13 octobre 2013)

. François Hollande : «Le temps de la reprise est là» (le 8 octobre 2013)

. François Hollande sur la croissance : «il y a quelque chose qui se passe» (8 août 2013)

. Moscovici: la France est "en train de sortir de la récession" (le 16 juillet 2013)

. "La reprise est là" (François Hollande) (14 juillet 2013)


Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 10:22

En 1992 (traité de Maastricht), ils nous avaient vendu l'"Europe" comme la panacée contre le chômage, l'euro devait enfin ouvrir une ère d'abondances. Les rares politiques s'étant opposés au traité de Maastricht (Jean-Marie Le Pen, Philippe Séguin) étaient des rétrogrades obscurantistes... 20 ans plus tard :

 

 

Illustration de la monnaie.Au moins 141.500 personnes n'avaient pas de domicile personnel l'an dernier en France, d'après l'Insee. Trente mille sont des enfants.

La progression est spectaculaire. Entre 2001 et 2012, le nombre de sans-domicile fixe (SDF) en France a grimpé de 50%. D'après une enquête de l'Insee, menée auprès de personnes ayant fréquenté les services d'hébergement ou de restauration dans les agglomérations de plus de 20.000 habitants, l'Hexagone comptait 141.500 SDF l'an dernier.

Dans le détail, parmi les 103.000 adultes qui ont fait appel à ces services, 81.000 se sont déclarés sans domicile. À eux s'ajoutent les 30.000 enfants qui les accompagnent, les 8000 personnes sans domicile des communes rurales et des agglomérations de moins de 20.000 habitants ainsi que les 22.500 personnes dépendant du dispositif national d'accueil des étrangers (essentiellement les centres d'accueil pour demandeurs d'asile, Cada).

Sur les 81.000 adultes sans domicile, 47% sont de nationalité française, 18% sont des étrangers non francophones et 35 % sont des étrangers francophones. «La part des étrangers parmi les sans-domicile est ainsi passée de 38 % en 2001 à 53 % en 2012. Elle est près de neuf fois plus élevée que dans la population de France métropolitaine», note l'Insee. Ce chiffre est en augmentation en raison de la hausse du nombre de demandeurs d'asile qui n'ont pas de place en Cada et qui s'orientent donc vers les services d'aide aux sans-domicile.

 

Les femmes sont un peu mieux loties

 

Dans son enquête, l'Insee s'attarde plus longuement sur le sort des adultes francophones sans domicile, qui sont au nombre de 66.300. Premier constat: deux sur cinq sont des femmes. Ces dernières, lorsqu'elles sont seules, bénéficient de conditions d'hébergement plus stables: «Elles sont moins souvent sans abri que les hommes seuls et plus rarement hébergées dans des centres que l'on doit quitter dans la journée (6 % contre 20 %). Elles sont plus fréquemment hébergées en logement associatif (31 % contre 19 % des hommes seuls)», souligne l'étude. Les femmes étrangères sont, elles, plus souvent hébergées en hôtel, particulièrement quand elles ont des enfants.

 

Un quart des sans-domicile ont un emploi


Interrogés sur leur hébergement la veille de l'enquête, 11% des sans-domicile ont déclaré avoir dormi dans un centre qu'il faut quitter le matin et 35% dans un centre où ils pouvaient rester la journée ; 12% dormaient dans un hôtel, 33% dans un hébergement payé par une association. Globalement, les hébergements ouvrent plus facilement leurs portes aux femmes et aux personnes, en couple ou non, accompagnées d'enfants. Enfin, 9% des sans-domicile étaient sans abri. Cela signifie qu'ils ont passé la nuit dans la rue, sous un pont, dans une cave ou sous une tente. La moitié d'entre eux n'a pas souhaité se rendre dans un centre en raison du manque d'hygiène et de l'insécurité qui y règne. Les autres ont été refusés par manque de place ou n'ont pas pu s'y rendre pour diverses raisons (arrivés trop tard, animaux domestiques interdits dans le centre, etc).

Fait marquant de l'enquête: un quart de ces sans-domicile avaient un travail régulier ou un «petit boulot» au moment de l'enquête. Sans surprise, les personnes bénéficiant d'une relative stabilité de leurs conditions d'hébergement travaillent plus que les sans-abri. Pour le reste, 47 % étaient au chômage et 28 % inactifs.


 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/07/02/20002-20130702ARTFIG00345-le-nombre-de-sans-domicile-a-bondi-de-50-depuis-2001.php

 

 

- Zone euro: 1000 chômeurs de plus par mois

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 09:59

Le rôle de préteur en dernier ressort de nos banques centrales modernes est consubstantiel au monopole monétaire. C’est sans doute à Henry Thornton (1), dès 1802, que revient le mérite d’avoir compris ce principe.

Le serpent qui se mort la queueEn substance : puisque la banque centrale – par définition – détient le monopole d’émission des billets de banques, c’est à elle qu’incombe le devoir de prévenir les paniques bancaires en prêtant des liquidités aux banques commerciales. Sept décennies plus tard, alors que la Bank of England s’est vue attribuer ce monopole (2), c’est Walter Bagehot (3) qui va identifier le talon d’Achille du système : cette garantie apportée aux banques impécunieuses créé un aléa moral en les encourageant à prendre des risques inconsidérés.

 

... [L]e leitmotiv de l’intervention publique depuis que l’État s’est mis en tête réguler l’économie : chaque nouvelle couche d’interventionnisme créé de nouveaux problèmes qui ne peuvent, dans l’esprit de ceux qui nous dirigent, trouver d’autre solution qu’une nouvelle réglementation, une nouvelle taxe ou une énième instance de contrôle qui, à son tour, créera ses propres effets pervers et ainsi de suite. À la fin du processus, on conclura que le marché ne fonctionne décidément pas et que la seule solution, c’est une planification pure et simple. C’est lassant. > le blog de Georges Kaplan (Guillaume Nicoulaud) via http://www.ndf.fr/poing-de-vue/03-07-2013/le-serpent-qui-se-mort-la-queue

 

Sources :

 

1. Henry Thornton, An Enquiry into the Nature and Effects of the Paper Credit of Great Britain (1802).

2. Par le Bank Charter Act de 1844.

3. Walter Bagehot, Lombard Street (1873). Bagehot fût le premier rédacteur de chef de The Economist.

 

 

- De Gettysburg à Goldman Sachs : D'un monde libre à un monde communiste (petite analyse historique du rôle de financeur des dettes publiques donné aux banques centrales depuis l'invention de la Banque d'Angleterre)

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 21:34

La zone euro se distingue à nouveau dans le monde par un niveau record de chômage en mai avec 12,1% de la population active, selon l'office européen de statistiques Eurostat.

 

Sur la période d'avril à mai, 67.000 personnes sont venues grossir les rangs des chômeurs au sein de la zone euro. Le chiffre s'élève à environ 1,344 million en un an.

Dans son communiqué, Eurostat précise que 19,22 millions de personnes étaient au chômage en mai dans les 17 pays de la zone euro.

La situation est la plus critique en Grèce et en Espagne, lourdement frappés par la crise, où le chômage est grimpé à près de 27% (mars 2013), touche plus d'un actif sur quatre et plus d'un jeune sur deux.

Les taux de chômage les plus bas ont été enregistrés en mai en Autriche (4,7%), en Allemagne (5,3%) et au Luxembourg (5,7%).

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/07/01/97002-20130701FILWWW00340-zone-euro-nouveau-record-de-chomage.php

Partager cet article
Repost0