Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 12:24
Le Figaro 07/02/2008


Le niveau record atteint en 2006 a été une nouvelle fois battu en 2007 : les achats de la France à l'étranger ont dépassé ses ventes de 39.171 milliards d'euros.

 

Le chiffre officiel a été dévoilé par les douanes jeudi. Il s'est établi en 2007 à 39.171 milliards d'euros. Ce chiffre bat le précédent record de déficit commercial qui avait été enregistré en 2006, avec un trou de 28.2 milliards d'euros.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 14:57
09/01/2008 13:54
 
PARIS (AFP) - Le déficit commercial français s'achemine vers un nouveau record en 2007

Le déficit commercial français s'est nettement creusé en novembre, s'acheminant vers un nouveau record en 2007...
"Plus les mois passent, plus l'on bat des records", a réagi Marc Touati, directeur des études économiques de Global Equities, jugeant le chiffre de novembre "catastrophique".
Sur le mois, le déficit commercial s'est creusé à 4,792 milliards d'euros, soit 30% de plus que le précédent record, qui datait d'octobre.
Sur les douze derniers mois, le déficit cumulé s'établit à près de 38 milliards, rendant désormais le pari du gouvernement d'un déficit de 31,7 milliards d'euros en 2007 impossible à tenir. Pour l'année, plusieurs économistes s'attendent à un déficit record d'au moins 40 milliards d'euros.
Partager cet article
Repost0
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 23:47
PARIS (AFP) - Le déficit commercial bat un record, nouveau coup pour la croissance



Le déficit du commerce extérieur s'est encore creusé en octobre, enfonçant un record à plus de 3,6 milliards d'euros, soit près de 30 milliards depuis le début de l'année, ce qui confirme le problème structurel de l'économie française et porte un nouveau coup à la croissance.

Sur un mois, le déficit a atteint le chiffre de 3,637 milliards d'euros, 422 millions de plus qu'en septembre, ont annoncé les Douanes.

Sur un an, il se monte à 35,22 milliards, également un record, et sur les dix premiers mois de l'année, à 29,8 milliards. Il devrait donc logiquement dépasser en 2007 le chiffre de 31,7 milliards prévu par le gouvernement.

Hervé Novelli, secrétaire d'Etat en charge du Commerce extérieur, n'avait pas réagi à ces très mauvais chiffres en milieu de journée.

"Plus les mois passent, plus la situation du commerce extérieur français devient catastrophique", a estimé Marc Touati, économiste d'ACDEFI.

Les exportations ont très légèrement augmenté en octobre, à 34,085 milliards d'euros, tandis que les importations progressaient plus nettement, à 37,722 milliards.

Pour les économistes, l'envolée de l'euro continue de peser sur les échanges, en rendant les produits français moins compétitifs, sans parler de l'alourdissement de la facture énergétique avec la flambée du pétrole.

Mais cela n'explique pas tout. "Le solde de la France s'est plus dégradé par rapport à la zone euro que par rapport à tous les autres partenaires", relève Nicolas Bouzou, chez Asterès.

"Par une mauvaise spécialisation sectorielle et géographique de ses exportations, mais aussi par la perte de part de marché des produits nationaux au profit des produits importés, le déficit extérieur de la France est devenu structurellement fort", souligne Marc Touati.

En effet, les exportations de biens d'équipement professionnel se replient, tandis que celles de biens intermédiaires n'augmentent plus.

Pour Alexander Law, chez Xerfi, "l'automobile est peut être l'illustration la plus limpide des maux actuels du commerce extérieur français". "Entre janvier et octobre 2007, le solde de ce secteur n'est positif qu'à hauteur de 904 millions d'euros, contre plus de 5 milliards l'année passée", relève-t-il.

"On peut certes y voir le reflet d'une conjoncture encore chancelante du secteur, mais on peut également y déceler les effets des changements structurels qui voient une part croissante des modèles français assemblés à l'étranger", poursuit l'économiste.

Ce, alors même que des groupes aéronautiques comme EADS ou Dassault évoquent leur intention de délocaliser leur production en zone dollar.

En octobre, la livraison de 27 Airbus, dont le premier A380, pour 1,353 milliard d'euros, explique en grande partie la hausse des exportations.

"Si la France n'exportait plus d'Airbus, cela se traduirait par une aggravation de notre commerce extérieur annuel d'environ 12 milliards d'euros", prédit Marc Touati.

"La publication de ce jour confirme ce que nous savions déjà: le quatrième trimestre sera particulièrement difficile pour l'économie française", souligne Alexander Law, qui anticipe une croissance de 1,4% seulement pour l'année prochaine, après 1,7% en 2007.

D'autant que la demande intérieure, jusqu'à présent principal moteur de la croissance française, donne aussi des signes d'essoufflement.

Le gouvernement français continue néanmoins de s'accrocher à ses prévisions: dans le bas de la fourchette de 2 à 2,5% cette année, et entre 2% et 2,5% en 2008.

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 23:33
Assez rare pour être souligné, une émission radio a bafoué le politiquement correct et dénoncé la faillite de l'école de la république. Cécile Revéret, professeur de Français explique en effet: "Un enfant qui rentre au collège et déjà à l'école, il ne fera jamais d'orthographe ou presque plus d'orthographe, il ne fera aucun cours de grammaire, il fera une rédaction peut-être, une fois par trimestre. En revanche, il étudiera des textes, il ne fera même que cela, il ne fera qu'étudier des textes, mais selon une méthode qui au lieu de lui donner de l'enthousiasme pour la lecture ne fera rien d'autre que le dégoûter de la lecture. Ce sont toutes ces méthodes que l'on nous imposées depuis trente ans, qui se sont succédées d'ailleurs, de façon variées, parce qu'elles n'ont pas toujours été les mêmes. Ce sont ces méthodes qui ont détruit l'enseignement du français, et l'enseignement de la grammaire, mais pas seulement. Et par contagion, j'ai envie de dire que toutes les matières sont touchées..."  Suite: Gauche et utopies : La faillite de l’école française (bafweb)

Autre article sur le même thème: "
Compétence en lecture et en écriture, la France derrière la Bulgarie". 

Les écoliers français battent, de fait, des records de présence en classe avec leurs 936 heures annuelles, contre une moyenne OCDE de 769 heures pour les 7-8 ans et de 814 heures pour les 9-11 ans. Pour des résultats pas forcément meilleurs : selon une enquête internationale citée par le ministre, portant sur les compétences des élèves en lecture et en écriture, la France serait tombée « dans les 6 dernières places sur 40 », désormais placée « derrière la Bulgarie ».
-> (Bafweb)


Partager cet article
Repost0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 17:21
LEMONDE.FR avec AFP | 28.09.07 

Au deuxième trimestre de 2007, l'ensemble de la dette publique (Etat, organismes d'administration centrale, collectivités locales et Sécurité sociale) a augmenté de 32,3 milliards d'euros par rapport au trimestre précédent, a annoncé, vendredi 28 septembre, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). 

Elle atteint le niveau record de 66,6 % du PIB à 1 216,4 milliards d'euros. ...

La dette de la Sécurité sociale a progressé de 5,8 milliards au deuxième trimestre...

                                                 ***

Et ils parlaient de "rupture"...

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 14:25
"L’Assemblée Nationale vient de ratifier à main levée le fameux protocole de Londres supprimant l’obligation de traduction en Français des brevets s’appliquant dans notre pays. Pour la première fois depuis Villers-Cotterêts sous François Ier, des textes en langues étrangères pourront faire foi dans l’enceinte de nos tribunaux !" (Nicolas Dupont-Aignan, Suite) 

"Les députés ont voté la ratification du protocole de Londres, qui conduira à ce que la quasi-totalité des brevets européens soient rédigés exclusivement en anglais, et à ce que ces brevets non traduits soient officiellement opposables en justice (ce qui fait de l’anglais une langue du droit français). Comment cette Assemblée peut-elle encore se dire nationale ? A quand l’abrogation de la loi Toubon ? Puisqu’on prépare une réforme constitutionnelle, va-t-on ajouter à l’article 2 de la Constitution que si la langue de la République est le français, la langue des affaires, sur le territoire français, est l’anglais ?" (Jean-Marie Le Pen, Communiqué du jeudi 27 septembre).
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 08:29
S'agissant de la crise de l'autorité à l'école (mais on la retrouve dans la politique au sommet de l'Etat, dans la famille, dans le travail, etc.), crise de l'autorité elle-même à l'origine de l'insécurité, "plutôt que de mieux éduquer les citoyens dès leur enfance, non pas en les barbouillant d'idéologie, mais tout simplement en leur inculquant les règles élémentaires et universelles de la morale, l'Etat déclare qu'il va doubler l'épaisseur des gilets pare-balles des policiers, puis augmenter les effectifs de la police, faire sillonner nos rues de patrouilles; bref installer un Etat policier. Quel agrément! On sait ce qu'il adviendra de ces mesures" (Yves-Marie Adeline, Le Royalisme en question, L'Âge d'Homme - Editions de Paris,  Libres Mobiles, 2e édition, Paris 2006, p. 30).

Cette crise de l'autorité génératrice d'insécurité est à mettre en parallèle avec la "
crise de la vérité" dont parle Benoît XVI, car il y a un lien logique entre les deux.
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 07:50
Contrairement aux promesses qui n'engagent que ceux qui y croient, l'économie française se dégonfle. C'est le constat d'unrapportde l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), club des 30 pays les plus riches de la planète... qui révise drastiquement à la baisse les perspectives de la croissance française. Alors qu’elle tablait en mai sur une hausse du PIB de 2,2 % pour 2007, l’OCDE ampute ses ambitions de 0,4 % : soit un maigre 1,8 %. 

TF1/LCI Christine Lagarde

La ministre de l'Economie Christine Lagarde conteste bien évidemment cette révision et explique qu'"une telle révision n'est pas justifiée"... On s'en serait douté!

[L]a France est le pays qui enregistre la plus forte révision à la baisse des pays du G7. [T]ous les pays sont concernés par le coup de canif - l’Allemagne passerait de 2,9% à 2,6%, les Etats-Unis, de 2,1% à 1,9,%. L'Allemande Merkel ne fait donc pas les miracles qu'on dit... ni la France.


PRESSE > A lire Fil news Lci
08h00>"la croissance mondiale fléchit, la France accuse le choc", écrivent Les Echos 
Pendant ce temps-là, le socialiste Védrine sollicité par Nicolas Sarközy, sans aucune hésitation, appelle les Français à cesser de se méfier de la mondialisation...
 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2007 6 21 /07 /juillet /2007 19:57
Via La Porte Latine

Le poignant diaporama sur la destruction programmée de nos églises [Merci à Dismas] (téléchargement en deux-trois minutes).
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 12:55
06/07/2007 11:12
 
PARIS (AFP) - France: le déficit commercial se creuse en mai à 3,015 milliards d'euros

Le déficit commercial de la France s'est encore creusé en mai par rapport à avril, à 3,015 milliards d'euros contre 2,493 milliards le mois précédent (chiffre révisé), en données corrigées des variations saisonnières, ont annoncé vendredi les Douanes.
Pour les 12 derniers mois, le déficit cumulé s'établit à 27,609 milliards d'euros.
En mai, les exportations ont diminué à 32,458 milliards d'euros (contre 33,133 milliards en avril), de même que les importations, à 35,473 milliards (contre 35,626 milliards le mois précédent).
Les exportations sont en "net retrait", du fait de la baisse des grands contrats dans la branche des transports, notent les Douanes, en rappelant que le mois d'avril avait bénéficié de la livraison exceptionnelle d'un paquebot au Panama pour 420 millions d'euros.
La France a aussi vendu moins d'avions: 22 Airbus ont été exportés en mai pour un montant de 1,136 milliard d'euros contre 27 en avril pour 1,361 milliard. Les livraisons d'Airbus vers l'Amérique "sont les plus faibles de l'année", relèvent les Douanes.
Les exportations automobiles repartent à la baisse, après une embellie au premier trimestre, et celles des biens intermédiaires (métaux, produits chimiques, composants électroniques..) restent en retrait.
Partager cet article
Repost0
30 juin 2007 6 30 /06 /juin /2007 16:48
Le Monde, 30.06.07 

PARIS (Reuters) - La Marche des fiertés homosexuelles, ou Gay Pride, a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes à Paris sur le thème de l'égalité totale des droits. 

Selon les organisateurs, la manifestation devrait rassembler au final au moins autant de monde que l'an passé, c'est-à-dire entre 400.000 et 800.000 personnes selon les sources.

Organisée à peine deux mois après l'élection présidentielle, la Gay Pride 2007 entend interpeller le nouveau président Nicolas Sarkozy sur le thème de l'égalité, et notamment sur le droit à l'adoption et au mariage pour les couples homosexuels. 

Opposé au mariage gay, le chef de l'Etat veut proposer aux personnes du même sexe une "union civile", ...

"C'est dommage que la droite et notamment M. Sarkozy, qui avait mis beaucoup d'années à comprendre que le Pacs était un progrès, maintenant tente encore de retenir le cours de l'Histoire. Le cours de l'Histoire, c'est la liberté et l'égalité, et les mêmes droits", a déclaré à la presse le maire de Paris, Bertrand Delanoë.

Egalement présent dans le cortège, le député PS Jack Lang a lui aussi plaidé pour "la reconnaissance de l'égalité des droits". "Mêmes droits pour tous, hétérosexuels et homosexuels, droit au mariage, droit à l'adoption, droit au bonheur, droit à l'égalité", a-t-il dit.

"PAS DE MESURES COMMUNAUTARISTES"

"Nous demandons l'égalité au sens large et ne souhaitons pas de mesures communautaristes", a déclaré à Reuters Stéphane Corbin, président de la Coordination InterPride France (CIF). "Nous demandons à la droite d'avoir une grande clairvoyance, l'intelligence du coeur et de l'esprit".

Dans un communiqué, le Parti socialiste appelle à "ne pas transiger avec l'égalité".

... De son côté, le Parti communiste demande que la lutte contre toutes les discriminations soit déclarée Grande cause nationale avec "les moyens financiers et humains nécessaires" sur l'ensemble du territoire national.

CFDT, CFTC et CGT demandent l'intégration à la négociation collective de "la lutte contre l'homophobie, au niveau des entreprises comme des branches professionnelles."

Des Gay Pride sont également organisées ce samedi à Londres et Madrid.

 


Partager cet article
Repost0
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 16:48
"[I]l serait vain de supposer qu'un régime fondé sur l'illusion, la mystification et le mensonge puisse durer éternellement. 

"Déjà, nous percevons la dégradation qu’a connu la démocratie républicaine depuis son établissement à la fin du XIXème siècle : 

* affaiblissement mortel de toutes les structures d’autorité – à commencer par la famille et l’école – 
* « déséducation » publique, 
* désinformation médiatique, 
* perversion croissante des moeurs, 
* tyrannie de la pensée unique, 
* démagogie politique de tous les instants. 

"Aucune démocratie ne peut durer car ne reposant sur aucun principe vrai elle est constamment poussée dans une fuite en avant, et sans que personne n’en soit véritablement responsable – d’ailleurs qui est responsable de quoi en démocratie ? – elle ne peut que glisser vers ce despotisme mou dont
Tocqueville avait en son temps bien discerné la logique à l’oeuvre lors de son voyage en Amérique, et dont nous ne cessons de voir les manifestations de plus en plus étouffantes, se multiplier." 

(
La Gazette royale, fichier PDF, octobre - novembre - décembre 2006, n° 109, p. 10).
Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 19:05

Blog d'Yves Daoudal

Dans le classement des économies les plus compétitives réalisé par l’institut suisse IMD, la France arrive au 28e rang, sur 55, juste devant... l’Inde, et derrière la plupart de nos partenaires européens. Et encore gagne-t-elle deux places par rapport à l’année dernière (mais l’Allemagne en gagne 9, arrivant à la 16e place).

Ce qui est surtout intéressant est le classement par catégories, qui confirme de façon terrible que notre pays est plombé à mort par le déficit budgétaire, les prélèvements sociaux, les 35 heures...

Pour la politique budgétaire, pour le niveau des cotisations sociales des entreprises, et pour le nombre d’heures travaillées, la France arrive en effet dernière : 55e sur 55.

Pour les relations du travail, pour la flexibilité et l’adaptation, pour le rapport entre les indemnités et l’incitation des chômeurs à retrouver un travail, ainsi que pour la croissance, elle est 53e.

Pour son taux de chômage, elle est 43e.

Pour l’efficacité des entreprises et l’efficacité de l’Etat, elle est 42e.

Ce qui tire le résultat vers le haut est que la France est première en ce qui concerne les flux d’investissements à l’étranger, 3e quant aux entrées d’investissement.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 08:25

On entend souvent parler de la "civilisation moderne". Il y a donc civilisation et civilisation. Avant l'ère dite "moderne", il y a eu une civilisation autre que celle que pousuit le monde de notre temps. En effet, il y a eu, et il y a encore en France et en Europe, une civilisation appelée "civilisation chrétienne". Par quoi ces deux civilisations se différencient-elles? Par la conception qu'elles se font de la fin dernière de l'homme, et par les effets divers et même opposés que l'une et l'autre conception induisent dans l'ordre social comme dans l'ordre privé. La conception "moderne", héritière du paganisme poussant le genre humain sur la pente où le péché originel l'avait engagé, disait à l'homme qu'il était sur terre pour jouir des biens que ce monde lui offrait (hédonisme). La conception chrétienne fit entendre à l'homme qu'il avait une autre fin dernière que la satisfaction de sa sensualité et qu'il devait chercher dans une autre direction le bonheur. Cela est aussi vrai pour la société que pour l'homme indivuel, l'impulsion vient du Créateur, et Dieu y ajoute la lumière qui en éclaire le chemin. Au XIIe siècle, l'élan imprimé à la société par le christianisme commença à ralentir. Il y eut d'abord arrêt, puis recul. Ce recul reçut un nom, la RENAISSANCE, renaissance du point de vue païen dans l'idée de civilisation. Et avec le recul vint la déchéance. Cette déchéance trouva son plein développement avec le triomphe de la conception "moderne" de la civilisation, le triomphe de l'individualisme (l'homme met sa fin en lui-même, dans la satisfaction de sa sensualité), triomphe de l'hédonisme, déclaration des droits de l'Homme (sans Dieu). 1789 marque donc le grand basculement, la date charnière entre les deux types de civilisation, les deux types de fins dernières, la fin placée en Dieu (avant 1789), la fin placée en l'homme (après 1789). Le déclin et la décadence induites par la civilisation dite "moderne" est le sujet de cet article. Les historiens sérieux, loin de la manipulation idéologique républicaine, admettent aujourd'hui l'idée soit du déclin soit de la décadence de la France.

(Pour cette introduction, se reporter à l'ouvrage d'Henri Delassus, Docteur en théologie, La Conjuration antichrétienne, Le Temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise catholique, 1910, réed. Expéditions pamphiliennes, Livre I Etat de la Question, p. 9-18).

Philippe Alméras: Début XXe, fin XXe siècle: "un déclin"

« Si l’on examine l’état de la France au début du XXè siècle et ce qu’elle est à la fin, il y a un déclin »

(Philippe Alméras, professeur de littérature et historien. Docteur de l’Université de Californie, son Retour sur le siècle, est un bilan du XXème siècle...)

(La Nouvelle Revue d’Histoire, Déclins et réveils de la France, N°10, janvier-Février 2004, page 30).

Jean de Viguerie: "Le reniement de la foi, premier signe de la décadence"

"La décadence vient du reniement, car le pays décadent est celui qui renie les vertus et les principes qui avaient fait sa grandeur et sa force.

Le reniement de la foi a été le premier signe de la décadence...

Les années cinquante ont été les dernières pendant lesquelles on a vu encore quelque chose de la France. Au déclin est venue s’ajouter la décadence.

La France avait déjà connu une première époque de décadence au siècle des Lumières quand la plupart des privilégiés avaient renié les croyances et les principes de leurs pères...

La décadence qui s’amorce dans les années 60 du 20ème siècle est beaucoup plus grave parce que le reniement de la foi et des valeurs traditionnelles est quasi général.

La crise religieuse postconciliaire, l’abandon de l’Algérie, la trahison de la parole donnée aux harkis, la révolution de Mai 1968, .. forment les principales étapes de ce reniement.

Domaines de la décadence (Jean de Viguerie)

Dès les années 70, la France est en état de décadence avancée.

Il n’y a plus seulement un déclin, il y a un pourrissement.

On le constate dans les lettres et dans les arts.

On le constate aussi dans les moeurs.

Aujourd’hui, le stade de la décadence est dépassée. La France se meurt. Peut-être est-elle déjà morte

Causes de la décadence (Jean de Viguerie)

Pourquoi est-on passé de la décadence à la mort ? Il y a trois causes.

La première est la substitution définitive de la patrie révolutionnaire, celle des droits de l’Homme, celle qui est ouverte sur l’universel selon l’expression de M. Chevènement, et qui n’est qu’un fantôme et une illusion, à la patrie réelle, celle des vertus et du trésor spirituel et moral accumulé au cours des siècles.

La seconde est l’ensemble des lois qui ont détruit la famille et favorisé l’avilissement des moeurs.

La troisième est sans doute la plus importante : je veux parler de la nouvelle « éducation » et du « nouvel enseignement » qui sévissant depuis le début des années soixante, ont déjà affaibli les intelligences de deux générations et les ont privées à la fois de leur héritage français et de tout savoir digne de ce nom.

Ce peuple a donc perdu, en même temps, et son jugement, et sa mémoire. Il ne vit plus que de ses appétits. Soumis à de telles conditions, un pays ne peut pas vivre indéfiniment. Il est bientôt asphyxié. La France n’est plus qu’un simulacre. On ne peut plus parler de déclin, ni de décadence. Nous sommes devant la mort et la disparition"

(Jean de Viguerie, historien, professeur émérite des universités. Voir son dernier ouvrage, Les Deux Patries, Editions Dominique Martin-Morin, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, ibid., N°10, janvier-Février 2004, page 34).

Des "germes de dissolution et de mort" (Cardinal Pie)

"Nous vous l'avons dit en arrivant parmi vous, Nos Très Chers Frères, il n'y aura de salut pour la société, qu'autant qu'elle se réformera selon les principes chrétiens. [...] Plus nous étudions le corps social dans tout ce qui constitue son existence et sa vie, plus nous y reconnaissons des germes de dissolution et de mort; depuis la plante des pieds jusqu'au sommet de la tête, nous n'y trouvons aucune partie saine (cf. Isaïe, I, 4-6); et, remontant des effets à la cause, nous sommes forcés d'avouer que les vices de la société moderne sont le hideux écoulement de ses doctrines. "D'où proviennent tant de maux, s'écriait Jérémie, sinon de ce que la nation a délaissé le Seigneur son Dieu, alors qu'il la conduisait lui-même dans le chemin de la prospérité et de la gloire ?" (Jérémie, II, 17)

(Discours du Cardinal Pie, Comment une nation entière revient-elle à Dieu?) [1]

Bruno Gollnisch: "Une volonté prométhéenne de fonder l'ordre social sur la seule volonté humaine"

"Ce qui est criticable dans la Révolution, ... c'est la volonté prométhéenne de fonder l'ordre social sur la seule volonté humaine, et par là même de s'affranchir de l'ordre naturel. Ce fut le cas de la Révolution 'française', qui prétendait parvenir au bonheur de l'humanité en fondant tout l'ordre social et politique sur l'exercice de la seule raison humaine, raison qu'on avait d'ailleurs déifiée - la déesse Raison - et ceci a sombré dans la Terreur révolutionnaire. En ce sens, la Révolution 'française' est la matrice de tous les totalitarismes modernes, qui ont pour but de fonder un "Homme Nouveau", une société nouvelle, par l'exercice de la seule volonté humaine..."

(Bruno Gollnisch, professeur de Langue et de civilisation japonaise à l'Université de Lyon, Revue L'Héritage, N°2, été 2005, p 6).

Jean Tulard: La France de 2004 : "un fantôme"

«Le déclin n’est pas la fin.

Mais incontestablement, la France de 2004 n’est pas celle du sacre de Napoléon.

Alors la France était le pays le plus peuplé d’Europe, Russie mise à part, et possédait la population la plus jeune...

Le français était la langue de l’Europe cultivée : il servit à la rédaction des traités de Vienne qui détruisaient pourtant le grand empire.

Aujourd’hui l’anglais l’a supplanté et la France est un pays d’immigration.

Ce déclin a commencé en 1918. La Grande Guerre a fauché une génération ; plus grave, elle a brisé un élan. Il n’en faut pas plus pour précipiter un déclin.

Une crise économique n’est pas mortelle. La chute de sa démographie et la perte de sa langue condamnent une nation à n’être plus qu’un fantôme... »

(Jean Tulard, membre de l’Institut, vice-président de l’Académie des Sciences morales et politiques, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 34).

Michel Maffesoli: "le mythe de l'homogénéité de la république"

« On pourrait dire que l’on assiste à la décadence d’une France officielle, instituée, et à la renaissance d’une France instituante... La république, une et indivisible, se veut homogène, alors que la royauté était quand même plus intéressante...

Le roi était le primus inter pares parmi les baronnies, des régions, des spécificités locales qui étaient fortes »

(Michel Maffesoli, professeur à la Sorbonne-Paris V. Dernier ouvrage paru : Précis de subversion post-moderne (Flammarion), cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 33).

Jacques Heers: "une décadence de la morale"

« On peut dire que la France est en déclin si l’on compare la période actuelle aux grandes périodes de prospérité et de rayonnement international .

Le mot de déclin me semble correspondre à l’aspect économique de la question.

Mais du point de vue moral, je préférerai parler de décadence.

Déclin se rapporte à ce qui est matériel. Le mot de décadence a une valeur morale très forte.

Pour moi, la décadence que nous connaissons vient très clairement du refus du travail.

J’ai été professeur à l’Université de Nanterre. Le processus a été progressif, puis il a explosé en 1968. Je n’y ai pas vu la grande fête dont on a parlé, mais le refus de jeunes gens de courir le risque de la compétition et de la réussite par le travail.

Mais l’histoire nous enseigne que rien n’est définitif et que rien n’est jamais pareil...»

(Jacques Heers, directeur du département d’études médiévales de Paris-Sorbonne. Dernier ouvrage paru : Les Négriers en terre d’islam (Perrin), cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid.).

François Chamou: "une déconfiture"

« J’ai vécu une très longue vie pendant laquelle j’ai vu le monde se transformer et en particulier notre pays passer d’une situation brillante à sa présente déconfiture ».

(François Chamou, entretiens Nouvelle revue d’Histoire N°8, Sept-octobre 2003).

Marcel Gauchet: "décadence culturelle" et "omnipotence des individualismes"

« La littérature française n’a absolument plus l’éclat qu’elle avait eu pendant au moins quatre siècles.

L’art français n’est plus grand chose.

Paris n’est plus la capitale des arts et des lettres.

De ce point de vue, la place de la France dans le monde est évidemment en déclin »

« L’ivresse de mai 68 se solde pour Gauchet par une gueule de bois théorique, l’expérience d’une illusion et d’une désillusion » ... On ne peut mieux dire...

« Au fond, ce qui porte le schéma marxien d’émancipation c’est le postulat qu’il suffirait que la société soit pleinement elle-même pour que nous devenions libres ; elle serait alors débarassées de toutes les hypothèques que sont l’Etat, les classes, la domination, le politique. ...

C’est exactement le contraire qui s’opère, et si une chose est étonnante, c’est précisément qu’on ait pu croire l’inverse »...

[Marcel Gauchet, haute figure de l’Histoire et de la sociologie française, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, de la génération qui eut des certitudes en 1968, est un des rares intellectuels qui aient su très tôt ériger le doute en sagesse et porter un regard critique sur les assises de la modernité ; il a évidemment été cloué au pilori à l’automne 2002 sous l’infamante accusation de « nouveau réactionnaire » par Daniel Linderberg dans Le Rappel à l’ordre, Enquête sur les nouveaux réactionnaires, Le Seuil, 2002... Dernier ouvrage paru : La Condition historique, L’histoire comme boussole, chez Stock, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 33].

"L’effacement des repères sociaux, l’exarcerbation des individualismes : la machine à broyer les peuples est bel et bien à l’oeuvre selon Gauchet (diagnostic anticipé par des visionnaires sulfureux comme Oscar Spengler, Ernst Jünger, ou Martin Heidegger" (La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 27).

"L’Homme coupé de ses racines divines est aussi l’homme qui doit affronter la solitude résultant de l’effacement des structures collectives et l’inéluctable omnipotence des individualismes".

Gauchet poursuit en dénonçant l’individu-roi sanctifié par l’idéologie des droits de l’Homme...

La primauté du marché engendre une dévalorisation du politique. Ce qui explique que notre société de plus en plus libérale se révèle être de moins en moins démocratique... (La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 28).

Max Gallo: "une crise de l'identité"...

Voici maintenant ce que nous dit Max Gallo: « Pour moi, la crise est essentiellement celle de l’identité. Je veux dire par là un trouble profond quant au sens de l’histoire nationale. Les élites sont travaillées par l’idée que la nation est obsolète et que les histoire nationales sont finies. Personnellement, je suis d’un avis différent »

(Max gallo, agrégé d’histoire. Dernier ouvrage paru : Morts pour la France, trois tomes chez Fayard), cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 32).

François-Georges Dreyfus: un "déclin patent"

« Même si la classe politique de gauche comme de droite estime que parler d’un déclin de la France est un faux problème, ce déclin est patent.

La Constitution de 1958 dévoyée (cohabitation, quinquennat, abandon de fait du référendum), la faiblesse de la classe politique expliquent dans une large mesure le déclin français »

(François-Georges Dreyfus, professeur émérite d’histoire contemporaine à la Sorbonne. Dernier ouvrage paru : L’Engrenage, 1919-1939 chez Fallois, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 31).

Chantal Delsol: un "recul de la volonté de se persévérer dans son être"

« Déclin et décadence s’entendent en termes de recul de la confiance en soi et de volonté de persévérer dans son être...

Il n’est pas exagéré de parler de déclin.

On peut voir par exemple un signe de déclin dans le fait que la France a depuis quelque temps relâché ses efforts consacrés au développement de la francophonie dans le monde »

(Chantal Delsol, professeur de philosophie politique à l’Université de Marne-la-Vallée. Dernier ouvrage paru : La République, une question française au PUF, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 31).

François Bluche: "un pays sans âme"

"Certes notre vieux pays a surmonté jadis maintes crises (1429, 1589, 1815 etc.) mais il avait encore alors une âme..."

(François Bluche, un historien protestant, professeur émérite à l’Université de Paris X. Dernier ouvrage paru : Richelieu chez Perrin, cité in La Nouvelle Revue d’Histoire, N°10, ibid., page 30).

(Source: La Nouvelle Revue d’Histoire, Déclins et réveils de la France, N°10, janvier-Février 2004).

Pierre Pluchon: "la Révolution, une catastrophe économique et politique nationale"

"La Révolution - 1789 - 1815 - juge Maurice-Lévy-Leboyer, a été une 'catastrophe économique nationale' qui, ... a alourdi le retard de la France d'une génération, poussant derrière l'impérialisme britannique, de nouvelles grandes puissances qui émergeront au début du XXe siècle: Etats-Unis, Allemagne et plus tard la Russie et le Japon. Sur ce premier bilan, la plupart des historiens s'accordent: François Crouzet, Jean Tulard, Michel Devèze, Jean-Charles Asselain, etc. ... Enfin, on peut lui faire grief d'avoir tourné le dos au capitalisme qui, à la fin de l'Ancien Régime, apparaissait dans tous les domaines de l'économie. Ce faisant, elle a accru l'écart qui la séparait de la Grande-Bretagne. La Révolution, faillite économique, est aussi une catastrophe politique nationale. L'ennemi stratégique sort vainqueur d'un conflit qui s'est éternisée de 1793 à 1815. ... Un ralentissement démographique frappe le pays, naguère le plus peuplé d'Europe qui, en 1800 est devancé par la Russie, à égalité avec l'Autriche et talloné par l'Allemagne: ce phénomène ira s'aggravant, et, au XXe siècle, permettra à l'Angleterre de distancer la France" (Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française, Fayard, Saint-Amand-Montrond 1996, p. 999-1000).

"Première puissance européenne, de Louis XIV à la Révolution, par son unité et sa compacité, par son poids démographique, économique et militaire..., la France n'ayant rien à crainde sur le continent, pouvait envisage de se donner un avenir dans les colonies (ibid., p. 137) ... (Avec la Révolution dite "française") Désormais, et pour longtemps, l'Angleterre capitaliste et impérialiste imposera sa loi à la nation, à l'Europe, au monde" (ibid., p. 1008). "Alors que le capitalisme et l'impérialisme britanniques, alimentés par un nationalisme sûr de lui, atteignent leur apogée, la France, emberlificotée dans les ratiocinations d'une philosophie cosmopolite, n'ose plus s'affirmer en tant que puissance dominatrice et abdique toute idée de conquête" (ibid., p. 294).

Charles Maurras: "une épouvantable série d'échouements, de naufrages, d'explosions, d'incendies, d'accidents, des désastres de toutes sortes"

"[D]u deuxième rang que nous tenions en 1899, nous tombions, en 1909, au cinquième: la marine française s'est classée au-dessous des marines de l'Allemagne, des Etats-Unis, même du Japon" 

(Charles Maurras, Kiel et Tanger, La République française devant l'Europe 1895-1921, Bibliothèque des Œuvres Politiques, Versailles, Évreux 1928, p. 65).

Pierre Chaunu: "le grand déclassement"

"C'est entre 1789 et 1815 que tout s'est joué: joué, mal joué et perdu. ... Le bilan de ce tournant mal négocié, ... il est facile de constater, irréfutable, de noter que le décrochement est là, bien là, et pas ailleurs. ... La France perd définitivement la première place et toutes les chances de la retrouver, mais elle reste pour un temps au deuxième rang de l'équipe européenne. Avant de rétrograder de plusieurs rangs au XIXe et au XXe... La France reste seconde en 1815. On ne peut en vingt ans dilapider totalement l'avance d'un millénaire!"

(Pierre Chaunu, Le Grand déclassement, à propos d'une commémoration, Robert Laffont, Paris 1989, p. 64-65).

Voir aussi deux autres livres de Pierre Chaunu:

* Histoire et décadence

* L'historien dans tous ses états

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 08:17

Avec la "république", la dégringolade continue. La question est de savoir jusqu'où va-t-on dégringoler.

10/05/2007 00:24

GENEVE (AFP) - Compétitivité: la France seulement 28e selon un classement de l'institut IMD

Plombée par sa fiscalité et ses charges sociales, une faible croissance et sa législation du travail, la France n'émarge qu'à la 28e place du classement de 55 pays du monde pour la compétitivité de son économie, publié jeudi par l'institut suisse IMD.

S'il regagne deux places par rapport au classement 2006, l'Hexagone se retrouve derrière la plupart de ses voisins européens et juste après l'Inde, selon ce classement établi sur la base de 323 critères variés (dont un tiers à partir d'une étude d'opinion auprès de chefs d'entreprises français et étrangers).

La faible croissance française de l'an dernier n'a pas aidé: le pays se retrouve ainsi à la 53e place du classement, et son taux de chômage lui vaut la 43e place.

"Pour la première fois depuis que nous faisons ce classement, aucun pays n'a été en récession l'an dernier et la moyenne des 55 pays dépasse 5%", observe Stéphane Garelli, principal auteur du rapport. "Or la France est dans le peloton de queue", derrière des pays européens comme la Suède (4,4%) ou la Finlande (5,5%).

... Mauvaise note aussi en langues étrangères (45e), en économie (41e). La France se classe 20e pour son système éducatif.

Elle est sauvée par les flux d'investissement à l'étranger (1ère) et les entrées d'investissements (3e).

Voici le classement 2007 de la compétitivité des principales économies de la planète selon l'institut suisse IMD et leur variation par rapport à l'année précédente:

Les 20 premiers:

1: Etats-Unis (=)

2: Singapour (+ 1)

3: Hong Kong (- 1)

4: Luxembourg (+ 5)

5: Danemark (=)

6: Suisse (+ 2)

7: Islande (- 3)

8: Pays-Bas (+ 7)

9: Suède (+ 5)

10: Canada (- 3)

11: Autriche (+ 2)

12: Australie (- 6)

13: Norvège (- 1)

14: Irlande (- 3)

15: Chine (+ 3)

16: Allemagne (+ 9)

17: Finlande (- 7)

18: Taiwan (- 1)

19: Nouvelle Zélande (+ 3)

20: Royaume-Uni (=)

Parmi les autres grandes économies:

24: Japon (- 8)

27: Inde ( = )

28: France (+ 2)

42: Italie (+ 6)

43. Russie (+ 3)

48: Turquie (- 5)

49: Brésil (- 5)

50: Afrique du Sud (- 12)

54: Indonésie (- 2)

Partager cet article
Repost0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 11:16

Communiqué de l’association Gaylib

Avec toute l’équipe de GayLib, je voulais vous dire combien nous sommes heureux de la victoire de Nicolas Sarkozy.

Comme l’a rappelé le futur Président de la République, une nouvelle page de l’histoire de notre pays peut désormais s’écrire et le terme de “respect” sera présent à chacune de ses lignes. Vous savez combien GayLib y attache de l’importance.

Cette victoire est aussi la vôtre. Vous avez su tourner le dos aux propos caricaturaux dont certaines structures lgbt, devenues totalement partisanes, ont voulu accabler notre candidat sans pour autant être crédibles. Gays, lesbiennes ou gayfriendly vous avez compris la portée et la sincérité des projets proposés par Nicolas Sarkozy. Vous les avez fait partager autour de vous et vous vous êtes mobilisés durant la campagne pour faire gagner notre candidat.

Pour tout cela : un grand merci !

... La victoire de Nicolas Sarkozy est la nôtre. (altermedia.info)

Partager cet article
Repost0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 09:00

Club Acacia

Deux jeunes françaises violées en réunion, des agressions racistes anti-blancs (blanches) et de nombreuses agressions. Voilà le bilan officiel du dernier Printemps de Bourges.

Dans Aujourd’hui-Le Parisien, du 25 avril 2007 Renaud Domenici écrit :

«(…) La nuit suivante, une bande d’une trentaine d’individus a semé la terreur en ville pendant plus de deux heures. Sur fond de racisme anti-blanc, comme l’attestent des invectives lancées par les agresseurs, une dizaine de passants ont été frappés à coups de pied et de poing mais aussi de batte de base-ball et de barre de fer.»

Le printemps de Bourges s'achevait le 22 avril.
22 avril, date à laquelle la grande information de la journée était la profanation d'un cimetière. Il est vrai que parler d'agressions racistes anti-blancs et de viols collectifs le jour d'un scrutin présidentiel aurait pu avoir un mauvais effet sur les électeurs. Mais heureusement, nos journalistes connaissent bien la signification de la "déontologie" : mentir, tromper, truquer.

Les Français auront cinq ans pour apprécier toute la saveur de cette sentence :

Fallait pas voter Sarközy...

Partager cet article
Repost0