Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 22:26

Tzipi Livni, chef du parti Kadima (centre gauche) semble d'accord avec le constat de Mouammar Kadhafi : "les Juifs finiront par sombrer". Pour elle aussi, "Israël va se transformer en un Etat arabe"! Mais si elle est d'accord sur ce constat, elle préconise en revanche, non pas comme Kadhafi l'édification d'un pays démocratique pluraliste où les Juifs seraient côte à côte avec leurs frères palestiniens, mais au contraire, un Etat racial homogène, ethniquement pur, composé exclusivement de Juifs.

 

Sinon, selon la chef de l'opposition, Israël va se transformer en un Etat arabe si une solution négociée n'est pas trouvée... Elle redoute à terme, la disparition d'Israël en tant qu'Etat juif, au profit d'une identité arabe et préconise la création d'un Etat palestinien démilitarisé : "la majorité juive de la population doit être maintenue"!

 

Tzipi Livni avait rendu public le programme de son parti, créé par Ariel Sharon en 2005, pour les élections législatives du 28 mars 2006 :

 

- la création d'un "Etat palestinien démilitarisé ne se livrant pas au terrorisme";

- le maintient du contrôle d'Israël sur l'ensemble de Jérusalem, y compris sa partie orientale;

- Kadima définit Israël comme le "foyer national du peuple juif" où "la majorité juive de la population doit être maintenue"

- le retrait de certaines zones: "Nous devons abandonner une partie de la terre d'Israël pour établir un Etat juif et démocratique". Source:  http://fr.wikipedia.org/wiki/Kadima#Programme_aux_.C3.A9lections_l.C3.A9gislatives_de_2006

 

Notons le double discours selon que les Juifs sont en Israël ou en France : surtout pas de métissage, pas de mélange en Israël, mais par contre, en France, métissage et mélange obligatoires!  

 

- Israël est bien une démocratie

- "Les Juifs finiront par sombrer" (Kadhafi)

- LE PEUPLE ELU - "Rapport Jacques Attali" vs "Discours Les Juifs au XXIe siècle, un avenir incertain" du même Attali, selon que l'on se place du point de vue de la France ou selon le point de vue d'Israël

Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 08:59

"C'est la terreur"

 

Marek Rybinski, prêtre polonais, 34 ans, a été retrouvé égorgé vendredi dans le hangar d'une école privée catholique située à Manouba, près de Tunis.

 

Colère des Tunisiens (1). A Manouba, les parents d’élèves sont sous le choc, après le meurtre d’un prêtre dans une école. La ville de Manouba, près de Tunis, est sous le choc. Vendredi, Marek Rybinski, un prêtre polonais de 34 ans, a été découvert poignardé et égorgé dans le garage d’une école religieuse privée, qui accueille plus de 700 élèves tunisiens essentiellement musulmans.

Dans le quartier, les habitants sont abasourdis. Les parents se sont rassemblés devant l’école samedi. "On a tous peur pour nos enfants. On a aussi peur pour les pères (...) qui n’ont rien fait de mal à personne", explique au micro d’Europe 1, la mère d’un élève de sept ans. Elle "se demande qui aurait pu faire un acte aussi horrible".

Samedi, la police criminelle se trouvait sur les lieux du drame mais n’a fait aucun commentaire. De son côté, le père Laurent, qui dirige cette école privée, n’arrive pas à mettre de mots sur ses émotions. Les parents d’élèves ont, eux, l’intention d’exprimer leur tristesse et leur colère lors d’une marche prévue dimanche dans le quartier. Elle s’achèvera devant l’école, où des bougies seront déposées en mémoire du prêtre assassiné.

L'evêque de Tunis, Lahham Maroun, a annoncé qu'il serait reçu dimanche par le Premier ministre Mohamed Ghannouchi, pour évoquer ce sujet. "Il va probablement me présenter ses condoléances et nous assurer que les autorités feront tout pour retrouver" le ou les coupables, a déclaré l'évêque de la cathédrale de Tunis.

 

Comme l'on peut le lire dans les commentaires sous un article du Figaro, intitulé "Tunis : l'école du prêtre tué avait reçu des menaces" (2), alors que cet assassinat est qualifié par "une source officielle" de "crime commis par des extrémistes", des indices étranges laissent plutôt à penser à un meurtre politique, bien que le mot ne soit pas prononcé:

"Un religieux assassiné en tunisie cela ne s'est jamais vu".

"(Le meurtre) des moines tués en Algérie, attribués à des intégristes, ... s'est avéré (être) exécuté par des personnes du FLN. S'en est suivi une guerre civile qui a couté 200 000 morts. ... Ce qui se passe est très grave, car le schéma d'il y a 23 ans peut se reproduire avec les mêmes ingrédients. Et en prime, le problème ne sera pas résolu, ni pour les tunisiens, ni pour les européens. Avec les mêmes incompréhensions sous sous-jacentes."

"Pour l'alibi du crime religieux, il nous serait préjudiciable de prendre les extrêmistes plus cons qu'il ne le sont. Ils savent que leur radicalisme est très mal venu".

 

 

Sources:  

(1) http://www.europe1.fr/International/Pretre-tue-la-colere-des-Tunisiens-420441/

(2) http://www.lefigaro.fr/international/2011/02/19/01003-20110219ARTFIG00485-tunis-l-ecole-du-pretre-tue-avait-recu-des-menaces.php

Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 10:41

Note de Christroi. Dans un article publié sur Realpolitik.tv, Aymeric Chauprade évoque le complot: "Il semble donc que dans notre pays, il y a des théories du complot autorisées et d’autres qui ne le sont pas". Dans Le Choc du Mois N°29 - février 2009, Entretien avec Aymeric Chauprade, intitulé "Je m’interroge sur la version officielle du 11-Septembre", le politologue et géopoliticien avait déjà dit : "je ne suis pas plus complotiste que ceux qui défendent la version officielle".

 

---------------------------------------------------

Communiqué d’Aymeric Chauprade : « Affaire Cassez : halte à la diplomatie émotionnelle ! »

Le président de la République et sa ministre des Affaires étrangères ont choisi de sacrifier ala relation entre la France et l’un des pays les plus importants d’Amérique Latine, le Mexique, officiellement au nom de « l’innocence d’une Française », en réalité au nom d’une pitoyable stratégie de communication émotionnelle à usage purement intérieur.

L’instrumentalisation du sentiment s’est désormais complètement substituée, dans tous les domaines (sécurité, justice, économie…), à la vraie politique, laquelle consisterait à traiter en profondeur la racine des problèmes. Nos gouvernants ne savent plus que larmoyer, devant des micros, tout en s’agrippant aux caméras des familles de victimes.

Attardons-nous un instant sur le fond de cette lamentable affaire Cassez. En décembre 2005, l’arrestation d’Israel Vallarta Cisneros et de sa compagne française, Florence Cassez, sonne le glas d’un terrible gang de kidnappeurs, « Los Zodiacos » lequel s’est rendu coupable de dizaines d’enlèvements, d’assassinats, de tortures et de viols. Plusieurs victimes, hommes, femmes et enfants témoignent et accusent Florence Valdez d’avoir participé aux séquestrations d’otage (qui se passaient dans le ranch où elle vivait avec son compagnon).

Voici un extrait du témoignage écrit de la dernière victime du clan « Los Zodiacos », paru dans la presse mexicaine et bien sûr occulté par la presse française :

« Mon nom est Cristina Rios Valladares. J’ai été victime d’une prise d’otage, aux côtés de mon époux Raul et de mon fils Christian qui avait 11 ans (…) Nous avons appris la nouvelle de la peine de prison que Florence Cassez méritait, cette femme dont j’avais écouté la voix à maintes reprises pendant ma captivité. Une voix d’origine française qui bourdonne encore aujourd’hui dans mes oreilles. Une voix que mon fils reconnaît comme celle de la femme qui lui a pris du sang pour l’envoyer à mon époux, avec une oreille qui lui ferait penser qu’elle appartenait à mon fils (…) Maintenant j’apprends que cette Florence réclame justice et clame son innocence. Et moi j’entends dans ces cris la voix de la femme qui, jalouse et furieuse, hurlait sur Israel Vallarta, son petit ami et chef de la bande, que s’il recommençait à s’approcher de moi, elle se vengerait sur ma personne ».

Contrairement aux partis dominants qui, à l’unisson, semblent vouloir faire de Florence Cassez un nouveau Dreyfus, nous ne voulons pas être définitifs sur cette affaire. La reconstitution spectaculaire devant les caméras de la télévision mexicaine, au lendemain de l’arrestation, en 2005, obéissait sans doute à une volonté de la part du gouvernement mexicain de médiatiser son action de répression de ce qui est un véritable fléau au Mexique : les enlèvements de personnes privées avec demande de rançon et mutilations. N’oublions pas que le président mexicain est confronté à des gangs criminels et des cartels qui, depuis 2006, ont fait plus de 30 000 morts dans ses forces de sécurité. Il s’agit d’une véritable guerre, et c’est la raison pour laquelle le petit caprice émotionnel du Tout-Paris n’impressionne guère les Mexicains. Il n’en demeure pas moins que cette reconstitution a contribué à ternir la procédure judiciaire mexicaine ; mais il faut raison garder : elle ne doit pas en effacer le contenu.

La vérité, c’est que le Mexique, grand pays membre de l’ALENA, et puissance importante de l’Amérique Latine, dispose d’un vrai système judiciaire, et que les faits sont accablants pour Florence Valdez. Les témoignages sont là, et il est difficile par ailleurs (simple remarque de bon sens) de faire croire que Florence Cassez ait pu vivre pendant autant de temps dans un ranch où s’activaient une bande de tueurs, avec des armes et des munitions partout, des otages cachés et souvent torturés, ceci sans n’avoir jamais rien remarqué ! On la sent en tout cas beaucoup moins naïve depuis qu’elle s’occupe de sa défense et que, de derrière les barreaux et depuis son téléphone mobile, elle dicte au Président de la France la politique qu’il faut suivre.

Au moment où la diplomatie française semble définie par la famille Cassez, il convient de remarquer que celle-ci n’a pas toujours dit la vérité. Ainsi, les parents de Florence Cassez ont-ils affirmé à la presse française qu’ils ne connaissaient pas le compagnon de Florence, Israel Vallarta. Manque de chance, la presse mexicaine a publié les photos de Bertrand Cassez, le père, en train de trinquer avec Israel Vallarta dans le ranch Las Chinitas, à 29 km de Mexico !

Cette affaire me fait penser à celle des deux Françaises, Sarah Zaknoun et Cécile Faye, emprisonnées en 2008 en République dominicaine pour trafic de drogue, et graciées en décembre 2009 par le président dominicain à la suite d’une campagne médiatique puis politique, depuis Paris. Je suis personnellement bien placé pour savoir que dans cette affaire, le même impératif médiatique et émotionnel faisait office de politique et écrasait le fonds du dossier. Heureusement pour les deux gentilles « vacancières », le Président dominicain voulait faire plaisir à la France et à son président. Mais la justice dominicaine n’avait pourtant pas été prise d’hallucination collective, pas plus que celle du Mexique et des victimes qui ont témoigné !

Il semble donc que dans notre pays, il y a des théories du complot autorisées et d’autres qui ne le sont pas. Il est par exemple autorisé et même encouragé de penser (reprenez les chroniques de pseudo-experts de la Russie après le récent attentat de l’aéroport de Moscou) que les Russes s’infligent des attentats tout seul, comme il est manifestement souhaitable de penser qu’une Française puisse être victime d’un gigantesque complot hier dominicain, aujourd’hui mexicain. Décidément, ne sont pas forcément xénophobes ceux que l’on croit. A lire la presse aujourd’hui, l’Amérique Latine c’est Tintin chez les Picaros ou l’Oreille cassée, au choix. Ah ces Mexicains, tous des « sergents Garcia » corrompus !

Je pense aussi à l’affaire Cesare Battisti, ce terroriste italien d’extrême-gauche, que les médias français s’étaient mis en tête de faire libérer, au mépris de la justice italienne et des relations avec ce pays ami. On y a retrouvé les traditionnelles leçons de morale française, le mépris pour nos voisins et amis, le déni de justice et de souveraineté d’un partenaire de l’Union européenne.

Je pense aussi à la gestion de l’affaire Bettancourt (la première, celle d’Ingrid), qui fut lamentable pour nos relations avec la Colombie.

Nous avons tout faux dans ces affaires ! Non seulement, à chaque fois, il est beaucoup plus probable que nous nous préoccupions de coupables que d’innocents, mais qui plus est, nous affichons devant le monde entier une arrogance sans nom, un mépris pour la justice et la souveraineté de ces pays, comme si d’ailleurs notre justice et notre démocratie étaient exemplaires !

En définitive, le problème fondamental de notre diplomatie en Amérique Latine ne tient-il pas au fait que nos gouvernants n’y aient aucune habitude de vacances ? S’ils avaient des villas en Colombie, ou s’ils se doraient sur les plages du Mexique, plutôt qu’en Tunisie ou en Egypte, peut-être feraient-ils preuve de moins d’arrogance ? Avec beaucoup d’humour, Elisabeth Levy suggérait que Florence Cassez avait la chance que le Mexique ne s’intéresse pas à l’avion Rafale, sinon elle serait oubliée depuis longtemps, par le pouvoir… et aussi par les médias !

Ces opérations médiatiques à usage intérieur, qui visent ici, notamment pour la Ministre des affaires étrangères, à se refaire à bon compte une image émotionnelle positive après l’affaire de Tunisie, ne sont pas dignes du gouvernement de la France. Cette politique émotionnelle, « du coup médiatique », qui contamine jusqu’à notre politique étrangère, est devenue absolument insupportable ; elle finira d’ailleurs pas se montrer contre-productive pour ceux qui en usent. Car si les Français ont des émotions et peuvent tomber dans ce genre de piège, ils comprennent par ailleurs de plus en plus que le pays est gouverné dans l’instant, sans vision stratégique, et que sa tête se pose de moins en moins la question du Bien commun.

Aymeric Chauprade

 

Source: http://www.realpolitik.tv/2011/02/affaire-cassez-halte-a-la-diplomatie-emotionnelle/

 

 

- Aymeric Chauprade : "je ne suis pas plus complotiste que ceux qui défendent la version officielle"

Partager cet article
Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 18:00

Après la Tunisie, l'Egypte, la France?

Selon un sondage Harris interactive pour L'Humanité Dimanche, 58 % des Français sont pour une révolte similaire aux évènements d'Egypte et de Tunisie.

Ce résultat prend neuf point de plus chez les sympathisants du Front national (67%), seulement 13 % en dessous des souhaits des électeurs de gauche (80 %)... Il montre d’une manière claire le rejet de Nicolas Sarkozy, de son Union des Maquereaux et des Pourris, le souhait d’un renversement du système, à droite comme à gauche...

Ordo ab chao oblige, si la France devait s'engager dans un processus "révolutionnaire" suite au chaos social et économique organisé par le gouvernement de la république dite "française", il faut bien se projeter dans cette plausible perspective, il faudra bien identifier quels sont les personnages que le système ne manquera pas de présenter comme des "opposants" capables de réaliser une "transition démocratique"...

Ne pas oublier par exemple, que récemment, le levantin talmudiste Jacques Attali a souhaité une grave crise de l'Euro...

Et que pour 2010, dans l'émission "Conversations d'avenir" sur Public Sénat, il avait "prédit" (entre guillemets...) que quelque chose craquerait en 2010, que surviendrait un "extraordinaire discrédit des instances de gouvernance mondiale" avec, dit-il, "de plus en plus de revendications qui à mon avis se traduiront par quelque chose vers 2010. ... Quelque chose va craquer, le monde ne tolèrera pas çà, l'aggravation des inégalités, de la misère, de l'aggravation des dangers écologiques. ... Quelque chose va craquer, qui amènera d'autres mutations, ... soit par la guerre, n'oublions pas que toutes les décennies dix ont été excessivement meurtrières... On peut craindre beaucoupd e choses, au Moyen Orient, en Chine, l'Inde, entre les Perses et le reste du monde indien. ... On ne peut pas exclure non plus les conflits urbains... puisqu'il y a augmentation du prix des matières premières, ce sont les gens des villes qui auront le plus de mal à les supporter..."

 

- Ordo ab chao: Attali souhaite une grave crise de l'Euro

- Prophéties 2010...par Jacques Attali

- Vol du siècle - Affaire François Pérol: un proche conseiller de Nicolas Sarkozy soupçonné de prise illégale d'intérêt

Partager cet article
Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 23:59

La Justice a-t-elle manqué de moyens... ou de fermeté ???

 

Source: http://www.institutpourlajustice.com/video/index.html

 

Logo de l'Institut pour la Justice - citoyens pour l'équité

Institut pour la Justice

140 bis, rue de Rennes
75006 Paris

www.institutpourlajustice.com
www.publications-justice.fr

Partager cet article
Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 19:34

Frère Nathanael nous rappelle comment les évêques grecs orthodoxes Seraphim et Anthimos ont denoncé le plan de destruction des nations de la juiverie mondiale utilisant tantôt la crise financière, tantôt la destruction de la famille par la promotion de l'homosexualité.

 

Des Eveques Grecs Defient la Juiverie Mondiale  

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 18:54

A titre d'information, voici ce que dit Dieudonné au sujet de l'islam, des chrétiens et du sionisme. Des choses intéressantes sont dites sur le talmud, ce que dit le talmud sur la Vierge Marie... Et les valeurs morales partout dans le monde attaquées par le sionisme. En revanche, un bémol pour cette sortie: les Chrétiens devraient "rejoindre l'islam". Faut pas pousser...

 

Une entente au plan mondial des chrétiens et des musulmans contre le sionisme politique, pourquoi pas. Mais ce qu'oublie Dieudonné, c'est que la présence massive de musulmans en France est un projet sioniste de destruction de la culture française. C'est donc grâce aux sionistes que les musulmans se retrouvent en masse chez nous... Et j'ai envie d'ajouter que cette présence n'est plus tolérable.

  

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 11:04

Après le business antiraciste, voici le business antisioniste:

 
"A la santé de ceux sans qui nous ne serions pas là" (Dieudonné).
 
"C'est grâce à eux qu'on est tous là!" (Paul-Eric Blanrue).
 

Partager cet article
Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 23:59

Alain Soral, entretien de février 2011 - Partie 2/2
envoyé par ERTV.
 
Alain Soral nous parle de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline, le grand inventeur de la littérature moderne du XXe siècle, qui vient d'être retiré des célébrations nationales.
Il n'y a qu'un seul Céline. Son oeuvre est homogène, et il n'y a pas de différence dans sa vision du monde et même dans son style entre Bagatelles et Voyage. C'est la même oeuvre, le même homme et la même vision du monde. Avec au centre de cette vision, une hostilité au monde anglo-saxon, une critique ironique de la modernité et des "Lumières", qui se propage évidemment violemment au communisme soviétique, et un anti-judaïsme de gauche ou anti-judaïsme philosophique qui est au coeur de son oeuvre.
 
Cet anti-judaïsme philosophique est partagé par tous les génies littéraires du monde, pratiquement depuis Montaigne, en passant par Victor Hugo, Voltaire, à l'étranger, Dostoïevski, Tolstoï, Shakespeare (Le Marchand de Venise) Le seul qui ne pratique pas cette critique est Charles Péguy, sans doute parce qu'il est mort très jeune.
 
Alain Soral s'interroge: "Si Céline est 'antisémite', quid de Voltaire, et Victor Hugo ? - 'Juif qui parle, bouche qui ment', citation de victor Hugo - il faut virer tous ces gens-là". Egalement pour Léon Bloy, Shakespeare, Voltaire, Cicéron, Victor Hugo (dont on a un poème sur Rothschild trahissant Napoléon à Waterloo et qui se trouve dans le dernier bouquin d'Alain Soral).
 
A l'époque de Céline, on a sur le théâtre André Gide qui écrit la même chose, tout le monde écrit à peu près la même chose.
 
  
Mais de quoi se plaint Céline dans les années 30? 
 
 
Quand on s'intéresse à Bagatelles (1937), Céline incarne toute une mentalité de la gauche de l'Entre-deux-Guerres, qui se plaint de la montée des tensions, de gens qui poussent à la guerre et au conflit, et qui poussent à la IIe Guerre mondiale. Il se plaint d'une élite communautaire perfide, maligne, qui pratique très bien le 'diviser pour régner', et qui essaie de pousser les Français contre les Allemands. Cela ressemble beaucoup à la période actuelle.
 
Finalement, selon Alain Soral, cette oeuvre de Céline est assez "actuelle" quand on la lit. On comprend que des gens aient envie qu'elle disparaisse et qu'on ne puisse pas mettre le nez dedans.  
   
 
Partager cet article
Repost0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 09:33

L'Église fête : La Vierge Marie en Son Icône Iverskaia. L'Eglise russe vénère la Très Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie en son icône "Iverskaïa" (d'Ibérie - Géorgie), icône du Mont Athos dont le sanctuaire principal se trouve à Moscou à l'entrée de la place Rouge. Pendant les années de la domination soviétique, elle était vénérée dans l'Eglise de la Résurection. Depuis, elle a retrouvé son église du temps passé.

 

L'original de cette image est trouvé au monastère géorgien d'Iviron au Mont Athos en Grèce, vers 999. Selon la tradition de l'Eglise orthodoxe orientale, mais aussi catholique romaine (sous le nom de Notre-Dame du Perpétuel Secours), cette icône a été peinte par saint Luc l'Evangéliste. L'icône est mentionnée comme "merveilleuse" signifiant en cela les nombreux miracles qui ont été attribués aux interventions de la Théotokos (Mère de Dieu) par des personnes priant avant cette icône.

 Des copies elles-mêmes ont été reconnues comme merveilleuses, une des plus célèbres est Myrrhe-icône coulante de Montréal au Canada.

L'icône appartient à une famille des images du Theotokos connu sous le nom de Hodegetria (Grec: Όδηγήτρια, littéralement : « Elle qui montre la manière » ; Russe : Одигитрия). Dans ces icônes, l'Enfant Christ se repose sur le bras gauche de sa mère et elle pointe la représentation du Christ avec sa main droite. Une autre icône célèbre basée sur Hodegetria est Notre-Dame de Czestochova.

 

 

Une caractéristique unique de cette icône est ce qui semble être une cicatrice sur la joue droite ou le menton de la Vierge Marie. Un certain nombre de différentes traditions existent pour l'expliquer, mais ce qui est le plus généralement tenu par les chrétiens orthodoxes est que l'icône a été poignardée par un soldat dans Nicée (Anatolie - Turquie) pendant la période de l'iconoclasme bizantin sous l'empereur Théophile (829-842). Selon la tradition, quand l'icône a été poignardée, le sang a miraculeuxment sorti de la blessure.

 

Histoire

 

 Selon la Tradition sacrée de l'Eglise orthodoxe, l'icône était en même temps dans la possession d'une Veuve de Nicée. Ne voulant pas que l'icône soit saisie et détruite par les iconoclastes (destructeurs d'images pieuses), elle passa toute la nuit en prière, puis moula l'icône dans la Mer méditerranéenne. Le fils de la veuve allant plus tard au mont Athos, où il devint moine, raconta le miracle de la blessure de saignement, et comment l'icône fut placée en mer. Beaucoup plus tard, (vers 1004) l'icône fut récupérée de la mer par un Géorgien, Gabriel, qui devint moine (plus tard canonisé saint dans l'Eglise orthodoxe), qui travaillait au Monastère Iveron sur le mont Athos. Ceci se produisit mardi de la Semaine lumineuse (Semaine sainte de Pâques), et est commémoré annuellement ce jour (aussi bien que la date fixe du 31 mars). L'icône a été prise au katholikon (église principale) du monastère duquel l'icône tire son nom.

 

La tradition continue pour indiquer que le jour suivant, lorsque les moines entrèrent dans l'église ils ne purrent pas trouver l'icône. Après des recherches ils découvrirent l'icône accrochée sur les portes du monastère. Cette occurrence a été répétée plusieurs fois, jusqu'à ce que Gabriel rappora qu'il vit une vision de la Theotokos, où elle indiqua qu'elle ne voulait pas que son icône fût gardée par les moines, mais plutôt qu'elle avait l'intention d'être leur protectrice. Après ceci, l'icône a été de manière permanente installée au-dessus des portes du monastère, où elle demeure encore à ce jour... Pour cette raison, l'icône a pris pour nom Portaitissa ou « portier ». Ce titre n'était pas nouveau pour la Vierge Marie, mais vient d'un vers de Akathist à la mère de Dieu : « Réjouissez-vous, le portier béni par O qui ouvre les portes du paradis au juste. » Les moines et les nonnes orthodoxes dans le monde entier placeront souvent une icône de la Theotokos Iverskaya sur les portes de monastère.

 

En 1669, la Chapelle d'Iverskaya a été incorporée pour enchâsser l'icône à côté des murs du Kremlin à Moscou. La chapelle était l'entrée principale à la Place Rouge.

Les soldats de Napoléon qui pillèrent en 1812 la capitale russe ne firent pas exception pour les églises. De grandes quantités d'objets en or et en argent furent volées dans la cathédrale de la Dormition du Kremlin. L'icône de la Vierge d'Iverie disparut de la chapelle érigée en son honneur à Moscou. Une copie fidèle en fut peinte en 1852 et c'est cette copie qui fut vénérée dans la chapelle Iverskaya jusqu'à la révolution de 1917.

Après la Révolution bolchévique de 1917, la chapelle a été détruite par les communistes et le destin de l'icône est inconnu à ce jour.

 

Sources: 1, 2, 3, 4 

 

Ce film est dédicacé à la plus fameuse icône du portrait de la Mère de Dieu au Mont Athos, péninsule montagneuse de Grèce (Macédoine centrale) que nous appelons également Notre Dame du Perpétuel Secours.

Partager cet article
Repost0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 09:14

Le Bloc Identitaire lance à partir du 14 février une semaine d’actions sur tout le territoire sur le thème « Pas de halal dans nos assiettes ! ».

 

Le halal est devenu le mode d’abattage majoritaire dans notre pays sans que les citoyens n’aient été consultés ni les consommateurs informés. Une partie de la production est vendue dans la filière musulmane. L’autre part sur les marchés classiques et notamment les bas morceaux de la bête que les musulmans consomment en moins grande quantité que les autres.

 

Le halal, c’est la souffrance de l’animal qui, au mépris des lois françaises est égorgé sans étourdissement préalable. Un animal qui se voit et se sent mourir. Le halal, c’est aussi une viande plus chère car pour que chaque égorgement soit considéré halal il faut un certificat religieux décerné par des religieux. Ce certificat a un coût. C’est le consommateur qui le paye.

le Bloc Identitaire soutient l’initiative du député de l’Aube Nicolas Dhuicq qui entend déposer un projet de loi visant à mettre en place une traçabilité du halal.

Pour vous joindre à ces actions, contactez le Bloc Identitaire.

Communiqué de presse du 11 février 2011 du Bloc Identitaire.

CONTACT : Bloc Identitaire
BP 13
06301 NICE cedex 04

Courriel : info@bloc-identitaire.com
Permanence : 09 75 41 63 22 (de 09h00 à 20h00)
Service Communication : 06 78 79 31 81
Site : www.bloc-identitaire.com

 

via http://fr.novopress.info/78333/a-partir-du-14-fevrier-cest-la-semaine-pas-de-halal-dans-nos-assiettes/

Partager cet article
Repost0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 13:39

Indonésie : les musulmans lynchent des dissidents religieuxPremier pays musulman du monde, l’Indonésie vient encore de se distinguer pour son intolérance religieuse. Dimanche, une foule a attaqué la maison du chef du mouvement religieux Ahmadiyah, sur l’île indonésienne de Java. Sous les yeux de la police, cette descente armée a tué trois personnes et en a blessé six autres, dont quatre grièvement.

Les victimes ont été découpées à coups de machettes. Elles ont aussi été lapidées sous les cris de « Allah Akbar » (« Dieu est le plus grand ») et de « Kafir » (« Infidèle »). Ahmadiyah, mouvement pacifiste, compte 500 000 fidèles en Indonésie, où plus de 80% des habitants sont musulmans. Un décret gouvernemental interdit depuis 2008 à cette organisation de propager sa foi. Elle affirme que le fondateur du mouvement religieux, Mirza Ghulam Ahmad, est le dernier prophète musulman.

Ironie de l’histoire, ce lynchage intervient à la veille de l’ouverture sur place de La semaine pour l’harmonie entre les religions. Très inspiré, Barack Obama avait déclaré il y a quelques mois que l’Indonésie était un « modèle pour l’Islam et l’Occident ».

 

Source: http://fr.novopress.info/78040/indonesie-les-musulmans-lynchent-des-dissidents-religieux/ avec video (attention scènes d'une extrême violence)

Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 12:07

Nous avions quasiment été les seuls dans la "réinfosphère" catholique à traiter du sujet de la Grippe A en mettant en garde les Français du fait que les seuls gagnants de la vaccination générale étaient les labos pharmaceutiques... cependant que l'oligarchie s'en mettait plein les poches avec l'argent des contribuables tout en écartant les précautions d'usage quand il s'agit de la santé des Français. Etat défaillant et complaisant, labos pharmaceutiques opaques, de quoi faire un coktail détonant!

 

La lutte contre la grippe A a coûté 700 millions d'euros

 

Aujourd'hui, un rapport de la Cour des comptes revoit à la hausse le coût estimé de la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) et donne raison à ce que nous écrivions: ce rapport épingle les conditions de négociation pour l'achat de vaccins et désigne des labos pharmaceutiques "en position de force" face à un Etat qui a cédé sur les prix. La gestion de l'épidémie de grippe A ... a coûté entre 680 et 760 millions d'euros, soit au moins 140 millions de plus que la dernière estimation de la Direction Générale de la Santé (DGS).

 

L'achat de vaccins a coûté 383 millions d'euros (contre 296 millions d'euros selon la DGS) et la campagne de vaccination entre 220 et 291 millions d'euros (contre 217 millions estimés par la DGS). Le montant des autres dépenses de prévention calculé par la Cour des comptes (82 millions d'euros) est également plus de deux fois supérieur à celui trouvé par la DGS.

 

Le rapport souligne par ailleurs que la commande de millions de doses de vaccin s'est opérée dans l'urgence, avant même «la définition d'une stratégie vaccinale» et alors que des «incertitudes sur la pandémie, jointes aux estimations pessimistes, ont conduit, en France comme ailleurs, à privilégierle scénario du pire». Dans ces conditions, les laboratoires pharmaceutiques se sont trouvés en position de force au détriment de l'État. Celui-ci «a cédé sur la contrainte de prix, sur le fait d'effectuer une commande ferme et non par tranches conditionnelles ainsi que sur le conditionnement des vaccins en monodoses et non en multidoses, exigence qui n'a d'ailleurs pas été explicitement formulée».

Le calendrier de la stratégie vaccinale apparaît enfin «difficilement compréhensible», selon la Cour des comptes. Les pouvoirs publics ont en effet poursuivi la stratégie de vaccination pendant l'été 2009, «sans prendre en compte ni le tableau d'ensemble rassurant de l'épidémie australe, ni le retournement d'opinion qui s'était opéré en fin d'été».

Des coûts supplémentaires, donc, pour un résultat peu probant: seulement 5 millions de Français ont été vaccinés, soit 8,5% de la population, contre plus de 50% en Suède, aux Pays-Bas ou au Canada.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/02/07/04016-20110207ARTFIG00380-la-lutte-contre-la-grippe-a-a-coute-700-millions-d-euros.php

 

 

- H1N1 : 55 signalements de décès après vaccination en Europe

- Ministre de la santé polonaise sur le vaccin H1N1 (5 novembre 2009)

- GrippeA | H1N1 | Sos-Justice.com | Aidez-nous à Dévoiler la Vérité !

Bide du H1N1: la faute aux nouveaux médias ?

- H1N1 : Complications en Ukraine.

- Grippe H1N1 : Un journal britannique épingle la collusion de l'O.M.S et l'industrie pharmaceutique

Partager cet article
Repost0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 23:59
Partager cet article
Repost0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 23:58

On m'informe du message que le Roi Fouad II d'Egypte en exil en France et dernier roi d'Egypte de 1952 à 1953 alors qu'il n'était qu'un nourisson, adresse à son peuple, et que les Français, restés attachés au principe royal, diffusent sur Facebook et sur les forums :

 

"Au nom d'Allah le miséricordieux et bienveillant.

Nous Ahmed Fouad II d'Egypte, profondément attristé par les événements tragiques vécus par notre pays bien-aimé, souhaite de tout coeuur une solution rapide à la crise actuelle.

« Nos prières accompagnent les familles qui ont subi des pertes d'êtres chers.

« Nos meilleurs voeux pour un prompt rétablissement sont étendus à ceux qui ont été blessés.

Nous espérons très sincèrement que ces malheureuses victimes seront vraiment les dernières et qu'il n'y aura pas de nouvelles effusions de sang.

Espérons que la Nation toute entière et ses gens rétablissent la paix et le bien-être et prennent le chemin de la démocratie [Note de Christ-Roi: pour quoi faire ?]. Le développement économique et social ne peut venir que par un dialogue pacifique.

« Qu'Allah protège mon Egypte bien-aimée et le peuple égyptien !

 

Source : http://madmonarchist.blogspot.com/2011/02/message-from-exiled-king-of-egypt.html 

via http://lafrancecouronnee.xooit.fr/redirect1/http://madmonarchist.blogspot.com/2011/02/message-from-exiled-king-of-egypt.html

Partager cet article
Repost0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 23:57

 

Une manifestante égyptienne, en direct du Caire, par téléhone sur France 24, dans cette video du 5 février, parle des "Frères musulmans", des "pays européens", de l'armée qui pour le moment "soutiendrait" le peuple égyptien, avec des chars sur lesquels est écrit "à bas Moubarak", et de la police égyptienne qui pendant trente ans "n'a fait que torturer les égyptiens":

 

"Ce que l'on prétend sur les Frères musulmans qui vont prendre le pouvoir: ce n'est pas vrai. C'est complètement faux... C'est juste une cause pour soutenir le régime au pouvoir. ... Ca nous provoque tellement d'entendre à la télévision qu'Israël demande aux régimes européens et aux pays européens de soutenir Moubarak pour leurs intérêts, cela nous provoque. Je vous demande que, même si vous ne pouvez soutenir le peuple égyptien, au moins que ces pays européens nous laissent tranquilles! ... Parce que là, on ne peut pas se battre contre à la fois un régime pourri et à la fois contre des pays européens qui le soutiennent..."

 

 

Egypte: Israël soutient le dictateur atlantiste Moubarak

- Egypte: les "Frères musulmans" ne veulent pas d'une révolution "islamique"

- Egypte: une autre révolution de couleur pilotée depuis Washington

- Les révolutions arabes, "antisémites" selon Ruth Elkrief

Partager cet article
Repost0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 12:48

Nous avions vu que la "révolution égyptienne", une révolution en réalité pilotée depuis Washington et Tel Aviv, associait la participation des "Frères musulmans", et que le peuple égyptien ne semblait pas accepter le parachuté néo-zélote compatible, El Baradei. Cette association permet aux medias occidentaux de parler de menace "islamiste" et "antisémite" (Ruth El Krief), alors que ces "Frères musulmans" remontaient en réalité aux services britanniques avant-Guerre, puis auraient été placés sous contrôle par la CIA... depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

Le Père Justo Lacunza Balda, recteur émérite de l'Institut pontifical d'études arabes et islamiques, l'un des plus grands connaisseurs du monde islamique, confirme que les Egyptiens ne veulent pas du parachuté El Baradei, et que les "Frères musulmans" eux-mêmes ne veulent pas d'une révolution "islamique", mais plus de "liberté". Le Père Balda vit à Madrid. Il suit de près les événements en Egypte. Il dit:

« L'Église catholique, au niveau officiel, n'a aucun rapport avec la Fraternité [les frères musulmans, ndt]. C'est pourquoi ... J'ai moi-même été, et suis encore en contact avec certains d'entre eux. Beaucoup ont étudié en Europe. Ils sont cultivés, modérée, et la plupart veulent vivre dans une démocratie. Il y a des enseignants et des professionnels de diverses branches parmi eux. Beaucoup ont étudié à l'Université d'Al Azhar. D'autres dans les meilleures universités européennes. Avec ces gens, au sein de la Fraternité, le dialogue est possible. En Egypte, ils gardent un profil très bas. Il est évident qu'ils ne veulent pas accélérer les choses pour un gouvernement islamique. Ils luttent plutôt pour la liberté. Ils pensent que El Baradei est très loin des gens. Ils ne voient pas en lui un leader pour le pays. Et c'est la même chose pour les autres politiciens Egyptiens. La Fraternité prend une part active à la révolution qui est en cours, même si, dans la révolution, ils avancent tous phares éteints. »

 

Source: Paolo Rodari, Il Foglio, 3 février 2011, traduction via http://benoit-et-moi.fr/2011-I/0455009e5f0781801/0455009e8407c4001.html

 

- Egypte: une autre révolution de couleur pilotée depuis Washington

- Les révolutions arabes, "antisémites" selon Ruth Elkrief

Partager cet article
Repost0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 08:54
Partager cet article
Repost0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 09:30

Au mois de décembre, Arnaud Gouillon, candidat des Identitaires aux présidentielles 2012, avait annoncé l’instauration d’une démocratie directe, sous forme de votations populaires telles qu’elles se pratiquent en Suisse, comme l’un des axes de la sa campagne à l’élection présidentielle de 2012. Nous avions précisé qu'il s'agirait là d'un véritable cheval de Troie qui - envoyé à l'intérieur du système-, opérerait comme un débloqueur de la situation.

Voici ci-dessous (en italiques) une nouvelle analyse percutante d'Arnaud Gouillon. Il y définit la république française comme une "idéologie à vocation totalitaire", et fait le distinguo entre une conception civique du peuple français, conception administrative et juridique créée à partir de peuples étrangers les uns aux autres, et le peuple français tout court. Il précise que c'est au politique et au juridique de s'adapter à la réalité et non l'inverse. Ce qui est très juste et au coeur d'ailleurs de la politique légitimiste (Cf. Le manifeste légitimiste). Lorsque la "majorité législative" en effet, prétend organiser la cité sans tenir compte des réalités, lorsque comme dans le programme du révolutionnaire franc-maçon de 1789 Mirabeau, "aucune barrière, ni droit naturel, ni règle constitutionnelle" ne devait s'opposer à la majorité législative, ce régime devient totalitaire. Dans la conception classique thomiste on dit qu'il devient tyrannique...

 

Sur Christ-Roi, nous disons donc la même chose que les Identitaires sur ce point, et précisons, avec Renaissance catholique, qu'en France, ce régime dit "républicain" est devenu une "démocratie totalitaire", confisquée par une oligarchie ploutocratique à prétention universelle... 

Tôt ou tard, l'organisation de la cité en dehors de toutes réalités finit toujours par revenir violemment au visage des apprentis sorciers, et cela partout, en tous lieux et en tout temps : comme le dit Arnaud Gouillon, "ces valeurs (NDLR. républicaines assimilationnistes) ont été rejetées hier par les peuples colonisés, et le sont aujourd'hui par leurs descendants des cités... L'histoire nous apprend que les Identités et les Appartenances finissent toujours par s'imposer". 

-----------------------------------

 

La République est un système de gouvernement, une forme d’organisation politique. Notre pays en a connu d’autres : Empire, féodalité, monarchie absolue, monarchie constitutionnelle, consulat… Et il n’est pas exclu que d’autres formes apparaissent demain. La République, elle-même, n’est pas un bloc. Il existe ou a existé dans le monde de nombreuses formes de république. Il en a existé cinq en France, avec des Constitutions parfois très différentes. Cependant, il convient de distinguer la république, système de gouvernement, de la république, concept politique construisant une idéologie à vocation totalitaire. C’est le cas en France où l’idéologie « républicaine » apparue en 1789 n’a de « républicain » que le nom et sert, en fait, à masquer la destruction méthodique, au XIXème siècle des identités régionales, et, depuis 40 ans, de l’identité nationale.

La République n’est donc pas la France et la France ne saurait être réduite à la République. Notre pays (France) et notre peuple (français) existaient avant 1789, existent toujours aujourd’hui alors même que la République a investi la France en lui imposant ses symboles, ses valeurs et son hymne, et existera à l’avenir quoi qu’il advienne de notre système républicain.

La République définit le peuple français comme un « corps d’associés » (Sieyès), une « communauté civique » ouverte « à tous les hommes de la terre » (St Just) liés par des valeurs « universelles ». C’est ce préjugé sur la nature du peuple français qui fait de l’outil républicain une machine à fabriquer des Français de papiers. Car Français de papiers nous le sommes tous ! La République a enlevé la connotation identitaire au mot « Français » pour en faire une catégorie administrative. Dès lors, tout le monde peut se dire « Français ». Or, le nom sert à distinguer les réalités. Ce qui n’est pas distinct n’est pas nommé, et ce qui n’est pas nommé n’existe pas. En perdant notre nom, nous avons perdu notre capacité à nous distinguer et à exister. Le « peuple français » est alors identifié à la communauté civique, somme des administrés par la république.

Nous devons marquer une différence très claire entre la communauté civique et le peuple français. La communauté civique est composée de tous les Français de papiers (c’est-à-dire qui possèdent une carte d’ « identité »), peuple autochtone inclus. Le peuple français est quant à lui composé d’autochtones, c’est-à-dire d’Européens de culture et d’expression française. La communauté civique est donc une société Frankenstein créée à partir de peuples étrangers les uns aux autres, que la République tente vainement de fondre ensemble en invoquant les « valeurs républicaines ». Or, ces valeurs ont été rejetées hier par les peuples colonisés, et le sont aujourd’hui par leurs descendants de cités. Les Identitaires ont conscience que le peuple français est une partie, non la totalité, de cette communauté civique en déliquescence, et ne se résolvent pas à le voir disparaître avec elle.

L’idée de considérer politiquement et juridiquement les citoyens comme des « individus sans particularités » (Debray), est une aberration intellectuelle réductionniste qui ne tient pas devant la réalité et la complexité de l’humain. L’Histoire nous apprend que les Identités et les Appartenances finissent toujours par s’imposer. C’est au politique et au juridique de s’adapter à la réalité et non l’inverse. Nous Identitaires, pensons donc qu’il est indispensable d’anticiper ce mouvement afin de ne pas le subir. Il est nécessaire de faire valoir notre identité propre ainsi que nos spécificités en créant une nouvelle république, débarrassée de l’idéologie républicaine des siècles passés, qui ne sera plus un creuset dans lequel viendront mourir les peuples, et au premier chef le nôtre, mais, au contraire, un cadre politique permettant l’existence et la souveraineté du peuple autochtone.

Arnaud Gouillon
Candidat identitaire à l’élection présidentielle de 2012

Source: http://www.arnaud-gouillon2012.com/2011/02/la-republique-francaise-est-elle-compatible-avec-lidentite-francaise/
 
 
Partager cet article
Repost0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 20:25

Contrairement à ce qu'a annoncé Le Salon Beige aujourd'hui dans un article intitulé "Tunisie: les islamistes se dévoilent", la synagogue d'El Hamma, près de la ville de Gabès, dans le sud de la Tunisie, n'a pas été incendiée lundi soir par des inconnus, ont indiqué mardi soir à l'AFP plusieurs responsables de la communauté israélite locale, démentant une information donnée par une organisation juive basée à Paris et confirmée par deux responsables locaux.

 

Comme quoi, avant de se jeter sur les dépêches Afp pour dénoncer les "islamistes"... D'autant que la communauté juive est connue dans le monde pour organiser ce genre d'actes soit-disant "antisémites".

 

Source: http://lci.tf1.fr/filnews/monde/tunisie-la-synagogue-d-el-hamma-n-a-pas-ete-incendiee-6253751.html

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 13:56

 

Dans cette conférence pour France Idée d'Avenir, du 20 janvier 2011 à Lyon, Bernard Lugan, toujours aussi clairvoyant et rafraîchissant, évoque les conséquences de la colonisation avec le regard de l'historien.

 

"Nous n'avons pas été capables de pratiquer l'assimilation alors que nous étions les maitres là-bas, et l'on voudrait nous faire croire que nous devons être capables de la pratiquer ici alors que nous sommes colonisés chez nous! C'est pas possible, il y a quand même une logique qui échappe à nos hommes politiques."

 

Il déplore une France qui, au nom des principes jacobins assimilationistes, devrait devenir la colonie de ses colonies. "Que ferions-nous ajourd'hui avec les 48 millions d'algériens s'ils étaient 'français', se demande-il, comment pouvons-nous légitimer l'idée du retour si en même temps nous légitimons le droit des Français à rester en Algérie ? Là on n'est plus logiques. Nous sommes à cinquante ans de ces phénomènes, nous avons du recul, il nous faut maintenant aborder ces problèmes sous un angle nouveau."

 

Pour en sortir, Bernard Lugan considère qu'il faut faire "un grand effort de rationalisme et d'égoïsme. ...Aujourd'hui, notre peuple est en danger de mort... Nous ne pouvons plus nous permettre les états d'âme. Nous ne pouvons plus nous permettre le romantisme colonial. Nous ne pouvons plus nous permettre au nom d'une épopée passée de nous condamner à être colonisés pour l'avenir. ... Nous devons évacuer tout ce qui nous alourdit. Le bateau est en train de sombrer dans la tempête, larguons par-dessus bord tout ce qui nous est inutile. Revenons à l'essentiel."

 

Enfin, Bernard Lugan évoque l'origine du mal : un "système parfaitement pervers, qui a commencé avec la 'Révolution française', qui a cassé les corps intermédiaires, nos autorités, nos hiérarchies, nos corps constitués, de façon à nous transformer en citoyens individuels et robots face au système, et la culpabilité et l'analyse tronquée de la question coloniale, procède de cette subversion de cette population et de ce peuple."

 

 

"La gauche a pensé à la colonisation et c'est la droite qui l'a réalisée. Jules Ferry a lancé le principe sur des idées qui sont complètement étrangères à nos familles de pensées, sur les idées d'universalisme, sur les idées des 'Lumières', sur les idées d'exportation de la Révolution française. Bien entendu, les Orléanistes se sont raccrochés à cela pour apporter l'élément libéral et économique.

... Et la gauche qui est au pouvoir, la gauche humaniste, la gauche des 'Lumières' qui est au pouvoir (dans les années 1880) va associer les principes de la Révolution française à ceux du capitalisme libéral, international. Et Jules Ferry va être la synthèse de ces deux courants. Il va mettre en avant deux idées qui sont fondamentales... Premièrement, la France est détentrice de ces tables de la loi démocratique qui nous sont tombées du ciel depuis le XVIIIe siècle avec la Révolution française: il est du devoir de la France de faire connaître aux peuples de la terre qui ne le connaissent pas encore ce message révolutionnaire, ce serait égoïsme de le garder pour soi. Vous voyez comment nos familles de pensée se sont trouvées embarquées dans ce combat universaliste. Et tout va se passer en dix ou quinze ans. ... Pour attirer à lui les milieux d'affaire, Jules Ferry va dire que les colonies seront 'une bonne affaire'... Les capitaux privés vont s'investir dans les colonies et tout va tourner à la fois pour le plus grand profit des banques, donc le courant orléaniste biensûr (ceux qu'on appelle aujourd'hui les libéraux) va se rallier à ce courant, et pour le plus grand profit de la philosophie des 'Lumières', des héritiers de la Révolution française de 1789.

Alors qui va combattre cette idée? L'opposition va être terrible: nous avons les procès verbaux des discussions au Parlement. Nous avons les Légitimistes, c'est-dire les contre-révolutionnaires,  les monarchistes et les Radicaux, c'est-à-dire l'extrême-gauche (Clémenceau)."

 

A méditer... Aujourd'hui il me semble que la droite nationale se trouve une fois de plus à la remorque de la gauche et fait le boulot que cette dernière ne veut pas faire... Elle endosse la responsabilité historique de faire le sale boulot.

  •  

. Tunisie: Bernard Lugan annonçait le 16 janvier 2011 le basculement de l’Égypte

. Alain Soral et les CPF

. Bernard Lugan : Elitisme et démocratie

. Génocide par substitution: programmé par le Grand Orient de France, discuté dans les "clubs de réflexion" et loges maçonniques, appliqué par le gouvernement de la "république française"

. Derrière l'éloge fait à Jules Ferry : un retour aux sources idéologiques de la gauche française ? (Bernard Lugan) (26 mai 2012)

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 14:24

Le "président de l'Union européenne", Herman Van Rompuy, a appelé samedi à "l'arrêt de la violence pour stopper les effusions de sang" en Egypte, où se déroulent des manifestations antigouvernementales depuis mardi.

 

Cette révolte sans précédent contre le président Moubarak, 82 ans, qui  dirige le pays depuis 29 ans, a fait jusqu'à présent près de 50 morts.  

 

Sources: http://lci.tf1.fr/filnews/monde/egypte-l-ue-appelle-a-cesser-les-violences-6243914.html; http://lci.tf1.fr/filnews/monde/egypte-des-dizaines-de-milliers-de-manifestants-au-caire-6243984.html

 

- Tunisie: Bernard Lugan annonçait le 16 janvier 2011 le basculement de l’Égypte

- Tunisie : Dominique Strauss-Kahn et son "ami" Ben Ali

- Coup de majesté des forces occultes : l'"élection" de Van Rompuy

- Révélations sur Herman Van Rompuy

- Hermann Van Rompuy le Carnéade atlantiste qui vota la condamnation du pape Benoît XVI

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 23:59

Dominique Strauss-Kahn, le directeur du Fond monétaire international (FMI) et favori aux primaires du parti socialiste, entretenait d’excellentes relations avec le clan Ben Ali et la dictature tunisienne. En 2008, décoré par Ben Ali de la plus haute distinction tunisienne, il vantait « l’exemple tunisien ».


On connaissait le fastueux riad marocain de Dominique Strauss-Kahn, mais ses amitiés avec le régime déchu de Tunisie étaient beaucoup plus discrètes. Le favori des sondages et du PS avait pourtant reçu en 2008 des mains du dictateur le grade de « Grand Officier de la République »…


L’occasion pour DSK de dresser un portrait plein de complaisance du régime tunisien à l’occasion d’une visite à Tunis.


« Je ne voulais pas repartir sans rencontrer le président Ben Ali... L'économie tunisienne va bien malgré la crise,... mais je m'attends à une croissance économique pour la Tunisie qui sera forte encore cette année. La politique économique (de la Tunisie) est saine et je pense que c’est un bon exemple à suivre pour beaucoup de pays qui sont des pays émergents comme la Tunisie... De toutes façons, le jugement que le F.M.I. porte sur la politique tunisienne est très positif et je n'ai pas de crainte pour l'année prochaine... en Tunisie les choses continueront de fonctionner correctement. », avait déclaré le directeur du FMI une fois sa breloque reçue des mains du dictateur.

 

Ironie de l’histoire, Ben Ali avait remis à cette occasion comme cadeau une colombe d’or à DSK… Tout un symbole de la révolution qui a balayé le dictateur et de l’hypocrisie du responsable socialiste qui n’avait évidemment pas évoqué la question des "droits de l’Homme" avec son interlocuteur…

 

Source

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 23:58
Communiqué de Bernard Lugan au sujet de la Tunisie

Les graves évènements de Tunisie m’inspirent les réflexions suivantes :

1) Certes le président Ben Ali n’était pas l’illustration de la démocratie telle que la connaissent une trentaine de pays sur les 192 représentés à l’ONU, certes encore, de fortes disparités sociales existaient en Tunisie, mais, en vingt ans, il avait réussi à transformer un État du tiers monde en un pays moderne attirant capitaux et industries, en un pôle de stabilité et de tolérance dans un univers musulman souvent chaotique. Des centaines de milliers de touristes venaient rechercher en Tunisie un exotisme tempéré par une grande modernité, des milliers de patients s’y faisaient opérer à des coûts inférieurs et pour une même qualité de soins qu’en Europe, la jeunesse était scolarisée à 100%, les femmes étaient libres et les filles ne portaient pas le voile.

2) Aujourd’hui, tout cela est détruit. Le capital image que la Tunisie avait eu tant de mal à constituer est parti en fumée, les touristes attendent d’être évacués et le pays a sombré dans le chaos. Les journalistes français, encore émoustillés à la seule évocation de la « révolution des jasmins » cachent aux robots qui les lisent ou qui les écoutent que le pays est en quasi guerre civile, que les pillages y sont systématiques, que des voyous défoncent les portes des maisons pour piller et violer, que les honnêtes citoyens vivent dans la terreur et qu’ils doivent se former en milices pour défendre leurs biens et assurer la sécurité de leurs familles. Les mêmes nous disent doctement que le danger islamiste n’existe pas. De fait, les seuls leaders politiques qui s’expriment dans les médias français semblent être les responsables du parti communiste tunisien. Nous voilà donc rassurés…

3) La cécité du monde journalistique français laisse pantois. Comment peuvent-ils oublier, ces perroquets incultes, ces lecteurs de prompteurs formatés, que les mêmes trémolos de joie indécente furent poussés par leurs aînés lors du départ du Shah en Iran et quand ils annonçaient alors sérieusement que la relève démocratique allait contenir les mollahs ?

4) Le prochain pays qui basculera sera l’Égypte et les conséquences seront alors incalculables. Le scénario est connu d’avance tant il est immuable : un président vieillissant, des émeutes populaires inévitables en raison de l’augmentation du prix des denrées alimentaires et de la suicidaire démographie, une forte réaction policière montée en épingle par les éternels donneurs de leçons et enfin le harcèlement du pouvoir par une campagne de la presse occidentale dirigée contre la famille Moubarak accusée d’enrichissement. Et la route sera ouverte pour une république islamique de plus ; tout cela au nom de l’impératif démocratique…

5) Ces tragiques évènements m’inspirent enfin un mépris renouvelé pour la « classe politique » française. Ceux qui, il y a encore quelques semaines, regardaient le président Ben Ali avec les « yeux de Chimène », sont en effet les premiers à l’accabler aujourd’hui. Nos décideurs en sont tombés jusqu’à expulser de France les dignitaires de l’ancien régime tunisien qu’ils recevaient hier en leur déroulant le tapis rouge. La France a donc une nouvelle fois montré qu’elle ne soutient ses « amis » que quand ils sont forts. L’on peut être certain que la leçon sera retenue, tant au Maghreb qu’au sud du Sahara… A l’occasion de ces évènements, nous avons appris que 600 000 Tunisiens vivaient en France, certains médias avançant même le chiffre de 1 million. L’explication de l’attitude française réside peut-être dans ces chiffres. Pour mémoire, en 1955, un an avant la fin du protectorat français sur la Tunisie, 250 000 Européens, essentiellement Français et Italiens y étaient installés, ce qui était considéré comme insupportable par les anti-colonialistes.

Bernard Lugan
16 janvier 2011
www.bernard-lugan.com

via http://www.realpolitik.tv/2011/01/communique-de-bernard-lugan-au-sujet-de-la-tunisie/

 

Nous apprenons ce soir que des "manifestations hostiles à Moubarak" ont éclaté aujourd'hui en Égypte...

Environ 15.000 personnes ont défilé mardi dans les rues du Caire où la police a tiré des gaz lacrymogènes. D'autres rassemblements ont eu lieu dans tout le pays. Comme un parfum de jasmin en Égypte. S'inspirant de la révolte tunisienne, des milliers de manifestants ont défilé mardi au Caire et dans d'autres villes du pays en lançant des slogans hostiles au pouvoir. Au Caire, environ 15.000 personnes ont manifesté dans plusieurs quartiers, notamment aux abords de bâtiments officiels du centre-ville. En face, entre 20 et 30.000 policiers étaient mobilisés.

 Les manifestants, parmi lesquels de très nombreux jeunes, lançaient des slogans en faveur de réformes sociales et politiques. Certains, comme «La Tunisie est la solution» ou «Après Ben Ali, à qui le tour?», étaient directement inspirés par les événements tunisiens qui ont conduit à la chute du président après 23 ans de règne. Des manifestants ont également scandé «Moubarak dégage», visant directement le président égyptien en place depuis 29 ans.

Avec plus de 80 millions d'habitants, l'Égypte est le pays le plus peuplé du monde arabe. Plus de 40% de sa population vit en-dessous d'un seuil de pauvreté de deux dollars par jour. Ces derniers jours, plusieurs immolations par le feu ont eu lieu dans le pays.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/international/2011/01/25/01003-20110125ARTFIG00630-manifestations-hostiles-a-moubarak-en-egypte.php

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 12:42
- Mélenchon, "habité par l'histoire" (sic), refourgue ici tous les éléments de l'histoire officielle, celle des mythographes républicains que toute une génération de vrais historiens a contesté et définitivement contredit et ridiculisé.
Cet essai de Régine Pernoud nous propose précisément d'en finir avec nos idées préconçues sur le Moyen Âge, époque qu'on qualifie volontiers de barbare et d'obscurantiste. Dans une série de chapitres incisifs, l'auteur révolutionne l'historiographie du dit "Moyen Âge", part de nos préjugés, et rétablit chaque fois la vérité historique sur de nombreux points : le rôle des femmes, l'art, l'esclavage, le pouvoir royal, la répression de l'hérétisme. Elle met en évidence le recul qu'a constitué, à de nombreux égards, la Renaissance. Cette période, qui met fin au Moyen Âge,  se caractérise par un retour à l'Antiquité classique, du point de vue artistique, juridique, et politique. La Renaissance n'est pas, comme on le croit souvent, une période de renouveau culturel et de plus grande liberté par rapport au Moyen Âge. Tout au contraire, l'imitation servile de l'art gréco-romain a mené à l'académisme, d'où une certaine uniformisation des oeuvres. Le droit romain, dont se sont inspirés les décideurs, a favorisé l'accroissement du pouvoir des monarques, allant de pair avec la confusion des pouvoirs. C'est à cette période, non au Moyen Âge, que le fanatisme religieux s'est accru, que les droits des femmes se sont trouvés réduits... (ce qu'elle appelle la "résurrection du droit romain" à l'époque "moderne"), tandis que l'esclavage (qui, contrairement au servage médiéval, dénie à l'autre le statut de personne) a été rétabli, alors qu'il n'avait plus cours depuis l'Antiquité... D'où nous viennent alors ces idées reçues sur le Moyen Âge ? C'est l'âge classique qui a jeté le discrédit sur une époque s'étendant sur plus de mille ans, et le XIXe siècle a continué sur cette lancée. Régine Pernoud, mettant en lumière la richesse et la diversité de l'ère médiévale, montre que cette période a été mal nommée, et qu'il faut cesser de la considérer comme une ère intermédiaire entre l'Antiquité et les Temps modernes. De par son hétérogénéité, d'ailleurs, il conviendrait de la diviser :  on peut distinguer, par exemple, la période franque de l'époque féodale. Dans cet essai, bien écrit et abordable, l'auteur transmet sa passion pour l'étude historique, et plaide pour une recherche rigoureuse et débarrassée des idées reçues et des dogmes (rappelons que ce livre a été initialement publié en 1975, alors que les théories marxistes avaient encore le vent en poupe...) Source
 
 
 Sur la laïcité inventée, par les Juifs, rapidement, que pouvons-nous répondre ? La laïcité conçue comme distrinction des pouvoirs temporel et spirituel n'est pas une invention juive (toute l'histoire antique le prouve), mais une invention du Christ et du christianisme. Toute l'histoire le prouve aussi et dans quelle mesure ? 
Au temps du Christ, les pharisiens qui attendaient le Messie (et dont les soit-disant "Juifs" d'aujourd'hui attendent toujours la venue...) attendaient en réalité un Messie politique, qui endosserait à la fois la casquette de Roi et de Grand prêtre... (pratique des rois juifs hasmonéens, dernière dynastie royale juive issue des Maccabées). Ce que le Christ refusa. Il leur répondit: "Rendez à César ce qui appartient à césar". C'était la ligne de partage, la distinction avec la nouvelle pratique que Notre Seigneur était en train d'inventer, en ajoutant: "et à Dieu, ce qui appartient à Dieu". Désormais, les deux pouvoirs étaient distingués et ne devaient plus être placés sur une seule et même tête... Aujourd'hui, au fond, lorsque nous observons un pouvoir républicain, chef des religions avec un "sinistre de l'Intérieur, chargé des cultes", qu'est-ce sinon un énième avatar du césarisme, ce pouvoir mégalomane entendant diriger la religion ? La monarchie chrétienne est la monarchie qui a inventé la laïcité, quand les monarchies orientales et autres satrapies étaient des tyrannies qui en étaient encore à confondre sur une même tête les deux pouvoirs.
 
  
 

- Le "massacre de la Saint-Barthélémy" (24 août 1572)

- La femme au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime : l'exclusion des femmes ne date pas des "siècles obscurs" mais vient plus tard, de la modernité

- 14 et 15 juillet 1099 Récupération de Jérusalem

- Abolition de l'esclavage : qui a aboli l'esclavage le premier ?

- Les croisades, une réponse occidentale à l'expansion militaire de l'islam

- Inquisition : rareté des exécutions des peines capitales (10 à 12.000 en trois siècles)
- Des Croisés accueillis en libérateurs

Partager cet article
Repost0