Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 15:56

http://liesidotorg.files.wordpress.com/2012/07/oleoducsyrie.jpg?w=645Laurent Fabius n’avouera jamais que la révolution syrienne est un paravent médiatique masquant l’intervention militaire occidentale à la conquête du gaz…

 

Les marionnettes de l’UMP/PS n’ont strictement rien à faire de la misère des populations. Les entendez-vous pleurer pour les citoyens du Bahreïn, martyrisés quotidiennement, où contester les agissements des princes saoudiens ? Organisent-ils, avec les associations qu’ils financent grassement, des manifestations devant les ambassades de ces pays ? Non. Là, on peut tuer, massacrer… circulez, il n’y a rien à voir. Mais la Syrie, c’est très grave !

Même discours d’un certain Alain Juppé, qui a joué un rôle plus que nauséabond en Libye. Les banquiers internationaux sauront lui renvoyer l’ascenseur, sa carrière politique n’est probablement pas achevée. (1)

 

 

 

JPEG - 79.8 ko
Production mondiale de gaz naturel

 

L'attaque médiatique et militaire à l'encontre de la Syrie est directement liée à la compétition mondiale pour l'énergie, ainsi que l'explique le professeur Imad Shuebi : la Syrie, centre de la guerre du gaz au Proche-Orient. C'est ainsi que Imad Fawzi Shueibi analyse la situation actuelle. Il écrit : L'attaque médiatique et militaire à l'encontre de la Syrie est directement liée à la compétition mondiale pour l'énergie.

 

« Avec la chute de l'Union soviétique, les Russes ont réalisé que la course à l'armement les avait épuisés, surtout en l'absence des approvisionnements d'énergie nécessaires à tout pays industrialisé. Au contraire, les USA avaient pu se développer et décider de la politique internationale sans trop de difficultés grâce à leur présence dans les zones pétrolières depuis des décennies. C'est la raison pour laquelle les Russes décidèrent à leur tour de se positionner sur les sources d'énergie, aussi bien pétrole que gaz. (...) Moscou misa sur le gaz, sa production, son transport et sa commercialisation à grande échelle. Le coup d'envoi fut donné en 1995, lorsque Vladimir Poutine mis en place la stratégie de Gazprom. (...) Il est certain que les projets Nord Stream et South Stream témoigneront devant l'Histoire du mérite et des efforts de Vladimir Poutine pour ramener la Russie dans l'arène internationale et peser sur l'économie européenne puisqu'elle dépendra, durant des décennies à venir, du gaz comme alternative ou complément du pétrole, avec cependant, une nette priorité pour le gaz. À partir de là, il devenait urgent pour Washington de créer le projet concurrent Nabucco, pour rivaliser avec les projets russes et espérer jouer un rôle dans ce qui va déterminer la stratégie et la politique pour les cent prochaines années. Le fait est que le gaz sera la principale source d'énergie du XXIe siècle, à la fois comme alternative à la baisse des réserves mondiales de pétrole, et comme source d'énergie propre.(...) Moscou s'est hâté de travailler sur deux axes stratégiques : le premier est la mise en place d'un projet sino-russe à long terme s'appuyant sur la croissance économique du Bloc de Shanghai ; le deuxième visant à contrôler les ressources de gaz. C'est ainsi que furent jetées les bases des projets South Stream et Nord Stream, faisant face au projet états-unien Nabucco, soutenu par l'Union européenne, qui visait le gaz de la mer Noire et de l'Azerbaïdjan. S'ensuivit entre ces deux initiatives une course stratégique pour le contrôle de l'Europe et des ressources en gaz.
Le projet Nord Stream relie directement la Russie à l'Allemagne en passant à travers la mer Baltique jusqu'à Weinberg et Sassnitz, sans passer par la Biélorussie. Le projet South Stream commence en Russie, passe à travers la mer Noire jusqu'à la Bulgarie et se divise entre la Grèce et le sud de l'Italie d'une part, et la Hongrie et l'Autriche d'autre part. »

 

« Pour les États-Unis, poursuit le professeur Imad, le projet Nabucco part d'Asie centrale et des environs de la mer Noire, passe par la Turquie et devait à l'origine passer en Grèce, mais cette idée avait été abandonnée sous la pression turque. Ce projet, écrit le professeur Imad, bat de l'aile. À partir de là, écrit-il, la bataille du gaz a tourné en faveur du projet russe. En juillet 2011, l'Iran a signé divers accords concernant le transport de son gaz via l'Irak et la Syrie. Par conséquent, c'est désormais la Syrie qui devient le principal centre de stockage et de production, en liaison avec les réserves du Liban. C'est alors un tout nouvel espace géographique, stratégique et énergétique qui s'ouvre, comprenant l'Iran, l'Irak, la Syrie et le Liban. Les entraves que ce projet subit depuis plus d'un an donnent un aperçu du niveau d'intensité de la lutte qui se joue pour le contrôle de la Syrie et du Liban. Elles éclairent du même coup le rôle joué par la France, qui considère la Méditerranée orientale comme sa zone d'influence historique, devant éternellement servir ses intérêts, et où il lui faut rattraper son absence depuis la Seconde Guerre mondiale. En d'autres termes, la France veut jouer un rôle dans le monde du gaz où elle a acquis en quelque sorte une « assurance maladie » en Libye et veut désormais une « assurance-vie » à travers la Syrie et le Liban. (...) L'empressement de la coalition Otan-Etats-Unis-France à mettre fin aux obstacles qui s'élevaient contre ses intérêts gaziers au Proche-Orient, en particulier en Syrie et au Liban, réside dans le fait qu'il est nécessaire de s'assurer la stabilité et la bienveillance de l'environnement lorsqu'il est question d'infrastructures et d'investissement gaziers. La réponse syrienne fût de signer un contrat pour transférer vers son territoire le gaz iranien en passant par l'Irak. Ainsi, c'est bien sur le gaz syrien et libanais que se focalise la bataille. »

 

« De plus, poursuit le professeur Imad, la coopération sino-russe dans le domaine énergétique est le moteur du partenariat stratégique entre les deux géants. Il s'agit, selon les experts, de la « base » de leur double veto réitéré en faveur de la Syrie. Parallèlement, Moscou affiche sa souplesse concernant le prix du gaz, sous réserve d'être autorisé à accéder au très profitable marché intérieur chinois. (...) En conséquence, les préoccupations des deux pays se croisent au moment où Washington relance sa stratégie en Asie centrale, c'est-à-dire, sur la Route de la soie. (...) Cet aperçu des mécanismes de la lutte internationale actuelle permet de se faire une idée du processus de formation du nouvel ordre international, fondé sur la lutte pour la suprématie militaire et dont la clé de voûte est l'énergie, et en premier lieu le gaz. La « révolution syrienne » est un paravent médiatique masquant l'intervention militaire occidentale à la conquête du gaz. Quand Israël a entrepris l'extraction de pétrole et de gaz à partir de 2009, il était clair que le Bassin méditerranéen était entré dans le jeu et que, soit la Syrie serait attaquée, soit toute la région pourrait bénéficier de la paix, puisque le XXIe siècle est supposé être celui de l'énergie propre. Selon le Washington Institute for Near East Policy (Winep, le think tank de l'Aipac), le Bassin méditerranéen renferme les plus grandes réserves de gaz et c'est en Syrie qu'il y aurait les plus importantes. La révélation du secret du gaz syrien fait prendre conscience de l'énormité de l'enjeu à son sujet. Qui contrôle la Syrie pourrait contrôler le Proche-Orient. »

 

L'argument religieux: sunnites versus chiites

 

Un autre argument de basse intensité est le conflit artificiel sunnite-chiite. Le conflit en Syrie est devenu, écrit Bernard Haykel spécialiste du Moyen-Orient à l'université Princeton, une guerre par procuration entre Riyadh et Téhéran. Pendant de longues années, le salafisme a été le vecteur d'influence de l'Arabie Saoudite. Mais cette doctrine a créé des monstres, notamment Al-Qaîda, qui se sont retournés contre le régime des Al Saoud. Aujourd'hui, l'anti-chiisme et le discours contre l'Iran sont utilisés par la monarchie pour que les Saoudiens, à 90% sunnites, fassent bloc derrière le régime. Cela pourrait devenir aussi la nouvelle base des relations avec les États-Unis. Il a montré comment le régime saoudien tente de tirer son épingle du jeu dans le grand chambardement du printemps arabe. »

 « Mais c'est la Syrie qui est au centre de l'attention de l'Arabie Saoudite. Le roi s'est prononcé contre le régime de Bachar Al Assad. Il a rappelé son ambassadeur à Damas. Les Saoudiens estiment que l'Iran est aujourd'hui une menace réelle pour leur pays. Ils jugent que si Bachar Al Assad est renversé, ce sera un revers important pour l'influence de l'Iran dans la région. Il y a donc un flot d'argent saoudien qui vise à radicaliser les sunnites syriens, comme en 2006-2007 au Liban quand il s'agissait de radicaliser les sunnites locaux contre le Hezbollah. Riyadh ne considère plus qu'un changement dans la région est mauvais. « Enfin, elle tente de promouvoir cette approche à Washington. » L'Arabie Saoudite est sous protection militaire des Etats-Unis », conclut Bernard Haykel. » « Ces deux pays entretiennent aussi des relations commerciales fortes, dominées par les hydrocarbures et les ventes d'armes. »



 

Le résultat de cette anomie

 

Quel est finalement le but poursuivi par les médias mainstream qui mentent en ne rapportant pas une information honnête qui n’est pas indexée sur la stratégie de l’empire et de ses vassaux et qui est celle de l’interférence à tout prix dans les affaires interne des pays ?. Quels sont les perdants et quels sont les gagnants ? Le grand perdant est d'abord et avant tout le peuple syrien qui paie le prix fort d'une guerre qui le dépasse. Il devient clair que la clé de la réussite économique et de la domination politique réside principalement dans le contrôle de l'énergie du XXIe siècle : le gaz. C'est parce qu'elle se trouve au coeur de la plus colossale réserve de gaz de la planète que la Syrie est sur une plaque tectonique énergétique. Une nouvelle ère commence, celle des guerres de l'énergie. Le grand gagnant dans tous les cas est Israël qui réussit - sans y participer - à affaiblir ses adversaires, l'Iran, les pays arabes qui ne comptent plus et le Hezbollah. On l'aura compris, la paix en Syrie n'est pas pour demain. Hélas ! (2)

 

Sources:

 

(1) http://liesidotorg.wordpress.com/2012/07/17/silence-on-tourne-pour-le-nouvel-ordre-mondial/

(2) http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/refondation-energetique-du-moyen-120019

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 10:39

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4f/Mark_Leno.jpg/220px-Mark_Leno.jpgUne proposition de loi californienne suggère de permettre à un enfant d'avoir de trois à quatre parents ayant tous les mêmes droits. Si la loi californienne est votée, un enfant dans un couple homosexuel pourra avoir comme parents les deux membres du couple et le géniteur. Mark Leno (petit-fils d'immigrés juifs russes, ndlr), sénateur démocrate de l'État de Californie, a rédigé une proposition de loi permettant à un enfant d'avoir un troisième, voire quatrième parent. Le texte de loi souligne que seul un juge pourra trancher si l'enfant pourra avoir un ou deux autres parents. Pour le sénateur, il s'agit de reconnaître «la multiplicité des familles» d'aujourd'hui et «de protéger l'intérêt de l'enfant». Grâce à cette législation, les beaux-parents pourraient être reconnus comme des parents à part entière.  

Un tel changement, explique Le Figaro, est attendu par les couples homosexuels, mais aussi par les familles hétérosexuelles recomposées. (1) L'aveu est nouveau. Jusqu'à présent, le lobby homosexuel, du moins en France, se défendait de vouloir une quelconque légalisation de la polygamie, et affirmait (sans aucun argument) contre ceux qui lui montrait que la légalisation du "mariage" homosexuel conduirait à la suppression d'une des conditions du mariage (un homme + une femme) et le risque de voir supprimer la seconde condition du mariage (qui est la bigamie, l'union entre deux personnes), ne vouloir que la légalisation du "mariage homosexuel".

 

http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/media/01/02/2132675025.3.jpgC'est exactement le risque dénoncé et exposé maintes fois par Alain Escada, président de l'institut Civitas, de voir surgir après la légalisation du soit-disant "mariage" homosexuel, des revendications visant à légaliser la polygamie.

 

Comme l'explique Alain Escada lors du magazine de la rédaction de France culture du 13 juillet 2012 intitulé "homosexuels, la demande en mariage", "le mariage est une réalité anthropologique" que le lobby homosexuel veut dénaturer.

 

 

 

 

 

 

 

Le mariage, explique Alain Escada, est "l'union de deux personnes, c'est la première condition, l'union d'un homme et d'une femme, c'est la seconde condition. A partir du moment où vous remettez une de ces deux notions en cause, rien ne vous empêche de remettre en cause la seconde condition pour satisfaire la revendication d'un autre lobby. Il y a quelques semaines au Danemark, on a célébré un 'mariage' à trois, après avoir autorisé le 'mariage homosexuel'. Et donc voilà la porte ouverte à la polygamie qui se met en place." (2)

 

Sans compter que l'argument selon lequel un tel changement, permettant à l'enfant d'avoir plusieurs parents serait attendu "par les familles hétérosexuelles recomposées", est faux : on voit mal des beaux-parents réclamer de devenir des "parents". En cas de décès d'un des parents, le mécanisme de l'adoption existe toujours pour le beau-parent.

 

 

 

La Chaine Parlementaire Assemblée nationale a organisé un grand événement spécial se déroulant au cœur de l'Assemblée Nationale, jeudi 5 juillet 2012, pour revenir sur la situation des couples homosexuels en France aujourd'hui.

Alain Escada, était l'invité de l'émission-débat d'Arnaud Ardoin "Ca vous regarde" - spécial "couples homos, bientôt mariés?" face à Annick Lepetit, député PS de Paris, Emmanuel Blanc, président de Gaylib, et Serge Portelli, auteur d'un livre en faveur de l'"homoparentalité".

Dans ce soit-disant "débat" en forme de dialogue de sourds où trois pro-mariage homo, sont face à un contre..., le lobby homosexuel se défend de vouloir aboutir à la polygamie et martèle, sans répondre nullement aux arguments d'Alain Escada, et en jouant à fond la carte de la victimisation, ne vouloir que le "mariage" homosexuel...

 

 

Sources :

 

(1)http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/16/01003-20120716ARTFIG00417-californie-les-enfants-pourraient-avoir-trois-parents.php

(2) http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2012/07/14/mariage-homosexuel-alain-escada-sur-france-culture.html

------------------------------------------

- "Homoparentalité : Il est prouvé que les enfants vivant au sein d'une "famille" homo sont en danger

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 22:59

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2012/07/bachelot-roselyne-300x199.jpgL’ex-ministre de Nicolas Sarkozy siègera dans la commission Jospin sur la moralisation de la vie politique, a annoncé lundi matin l’Élysée dans un communiqué. Encore un beau symbole de l’UMPS.

 

La commission Jospin sur la moralisation de la vie politique, qui commencera dès le 25 juillet à plancher sur le non-cumul des mandats, le financement des campagnes ou le statut ( pénal, ndlr)  du chef de l’État, doit rendre ses conclusions pour « tout début novembre ».

 

Que la Bachelot fasse partie de cette commission sur la moralisation est un peu fort de café quand on se souvient qu’elle est responsable d’un gouffre financier de plusieurs centaines de millions d’euros lors de la vaccination massive contre la grippe A H1N1 (et dont des lots entiers de vaccins sont partis à la poubelle pour cause de date de péremption dépassée), et qui a travaillé près de vingt ans dans l’industrie pharmaceutique connue pour son lobbying hyperactif. Quant à passer de l’UMP au PS, quoi de plus naturel, puisque les deux partis ont toujours été d’accord dans presque tous les domaines tout en faisant semblant de s’opposer. (1)

 

Sources:

 

(1) http://www.nationspresse.info/?p=178026

 

- Grippe H1N1 : Un journal britannique épingle la collusion de l'O.M.S et l'industrie pharmaceutique

- Népotisme : le fils de Roselyne Bachelot nommé à l’Inpes

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 14:56

Le site du "Citoyen engagé" publie un article dénonçant l'imposture de la "fête du 14 juillet" comme "symbole de la révolution anti-française", bourgeoise, financière et apatride; une "révolution" faite "sans le consentement du peuple et même contre le peuple" : "c’est parce que les rois voulaient imposer l’égalité devant l’impôt que la bourgeoisie a fomenté le coup d’état révolutionnaire contre la monarchie." 

 

Nous allons fêter le 14 juillet la fête nationale de la France. C’est du moins ce que les médias, l’oligarchie politique et intellectuelle va s’empresser d’implanter dans vos esprits obscurcis par deux siècles de propagande républicaine. La révolution dite française s’est faite sans le consentement du peuple et même contre le peuple! Voilà la vérité vraie.

Nous serions fiers d’aimer une armée de France et non une armée impériale.

On l’a assez martelé pour que vous soyez maintenant en état de comprendre, la révolution est une affaire bourgeoise et une bourgeoisie financière donc apatride. Ce qui compte c’est la rente de situation, c’est la possibilité de faire des affaires sans limitations et rester au-dessus des lois qui touchent le commun, la valetaille, le peuple quoi. C’est parce que les rois voulaient imposer l’égalité devant l’impôt (donc faire payer cette bourgeoisie richissime) que la bourgeoisie a fomenté le coup d’état révolutionnaire contre la monarchie Lire ICI

C’est la raison principale et fondamentale qui explique la révolution française menée par la franc-maçonnerie des lumières qui ne voulaient donc nullement l’égalité avec le peuple…pouah!

 

 

Toute tentative de dire du bien de la monarchie ou de la religion catholique est impitoyablement décriée par eux. Voyez comment est traité Lorant Deutsch, royaliste assumé, lorsqu’il montre une histoire de France cachée dans vos livres d’histoire.

 

 

 

... Une histoire où le peuple n’était pas plus malheureux qu’aujourd’hui dans le royaume de France car la noblesse avait intérêt à développer ses terres. Des terres enracinées dans le sol de France et non pas des fortunes construites sur la spéculation ou l’usure. Voilà l’élite de l’anti-France démasquée. Un pouvoir qui se construit au-dessus du peuple français avec la construction européenne et nie donc sa propre souveraineté! Voilà où nous mène cette révolution française! Que devient l’âme de la France entre des mains étrangères…
Alors peuple de France tu peux fêter le 14 juillet pour te faire plaisir mais sache que l’on t’a dépouillé de tous les outils de ta soi-disante révolution.

 

Source et suite: http://litinerantcitoyen.wordpress.com/2012/07/14/le-14-juillet-symbole-de-la-revolution-anti-francaise/

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 23:00

Le Souvenir Chouan de Bretagne a mis en ligne un article édifiant sur la génèse de notre hymne national. Oubliez l'imagerie patriotique d'un Rouget de L'Isle entonnant à pleins poumons ce chant guerrier à l'hôtel de ville de Strasbourg, et écoutez plutôt la mélodie originale composée par Jean-Baptiste Grisons en 1787, puis la juxtaposition de son plagiat révolutionnaire…


La MarseillaiseRouget de L'Isle chantant la Marseillaise, par Isidore Pils (1849)


Lien vers l'article : Il y a 220 ans, création ou plagiat ?

 

Source : Vendéens & Chouans http://guerredevendee.canalblog.com/archives/2012/05/02/index.html

via http://www.democratie-royale.org/article-la-marseillaise-histoire-d-un-plagiat---vendeens-chouans-104909906.html

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 18:49

 

 

 

Documentaire sur les trucages de la démocratie libérale, les mises en scène et le théâtre de la vie politique, le mythe du "peuple souverain" et la tromperie de la "renégociation du traité européen".

 

Un expert des finances explique comment François Hollande va s’appuyer sur ses réformes démagogiques symboliques pour faire passer de vraies lois de casse sociale, comme la fin du CDI.

 

"François Hollande va devoir déplaire soit aux marchés financiers, soit à ses électeurs, puisqu'il est certain de ne pas parvenir à réconcilier les deux... C'est regrettable pour François Hollande mais la nécessité d'une libéralisation du marché du travail est le résultat direct de l'appartenance de la France à la zone euro. Aussi ne peut-on pas avoir l'une sans avoir l'autre." (N. Doisy)

 

Nicolas Doisy est « chief economist » dans la filiale du Crédit agricole consacrée aux finances et aux investissements, Chevreux. Il a publié une note pour ses collègues financiers, où il explique que François Hollande, pris  » entre la pression de ses électeurs et la pression des marchés », finira par supprimer les CDI, et libéraliser au maximum le droit du travail français.

L’expert explique comment Hollande va se servir de l’Union Européenne pour « imposer plus de flexibilité sur les travailleurs français ». Pour lui, « non seulement François Hollande ne va pas tenir ses promesses électorales mais en plus c’est lui qui va devoir flexibiliser le marché du travail. »

En fait, François Hollande serait sur le point de négocier sur le traité européen et sur la croissance avec les autre pays de l’UE pour obtenir quelques petites victoires de forme, qui lui permettront de dire qu’il a obtenu beaucoup et qu’il doit donc, en échange accepter des concessions (sur le fond, bien sûr).

L’Europe concède des points de détail à Hollande pour qu’il puisse « tromper le public français », faire croire qu’il n’est pas faible et en échange il accepte de limiter les droits des travailleurs français.

Le spécialiste des finances termine sur une touche pessimiste, en expliquant que pour lui, « les électeurs risquent d’être plus perdants que les marchés »

Ces petits arrangements européens, sur le dos du peuple plus vraiment souverain, doivent permettre à Hollande d’ « éviter d’être ridiculisé » comme Mitterrand l’avait été avant lui en menant la politique la plus libérale de la cinquième république. (1)

 

Sources:

 

(1) http://24heuresactu.com/2012/06/12/hollande-va-t-il-remettre-en-cause-le-cdi-video/

 

- 1789 : Une aristocratie en chasse une autre, naissance de la bourgeoisie d'affaires et de l'Argent-Roi, la ploutocratie

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 10:52

http://m.ruvr.ru/data/2012/07/12/1296976183/4highres_00000402473036.jpgLe parlement moldave a officiellement condamné le régime communiste et interdit les symboles communistes dans le pays. Un projet à cet effet a été adopté ce jeudi 12 juillet lors de la session du parlement, rapporte Publika.md.

Le document « condamne le régime communiste totalitaire de la République socialiste soviétique de Moldavie, qui a commis des crimes contre l'humanité, ainsi que les actions de toutes les personnes impliquées dans des crimes du régime communiste ».

Par ailleurs, le projet de loi interdit l'utilisation sur le territoire de la république des symboles communistes (le marteau et la faucille sont cités comme exemples). Il est également précisé que l'interdiction s'applique uniquement à l'utilisation des symboles à des fins politiques. « La propagande de l’idéologie totalitaire » est également intedite par le projet de loi.

 

Source: http://french.ruvr.ru/2012_07_12/Moldavie-Loi-communisme/

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 22:58

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/images/2012/07/12/martine-sempietro-entouree-de-son-mari-thierry-et-de-son_899197_490x326.jpg"J'ai subi une vaccination obligatoire imposée par l'hôpital. Aujourd'hui, je ne peux plus travailler, c'est injuste". Aide-soignante à l'hôpital d'Oloron, Martine Sempietro, 46 ans, a reçu huit vaccins contre l'hépatite B de septembre 1991 à avril 1998. Cette vaccination était à l'époque obligatoire pour tous les personnels hospitaliers suite à une loi de 1991.

Dès 1995, elle ressent des douleurs mais pendant des années on lui répondra que ce sont de simples douleurs musculaires. En 2006, à l'occasion d'un exercice, elle chute car ses jambes ne répondent plus. Elle est alors arrêtée pour accident du travail.

"Je souffre de douleurs musculaires et articulaires, je suis toujours fatiguée et j'ai des problèmes cognitifs", explique l'aide-soignante. "J'étais comme une loque, ça a été un vrai parcours du combattant pour qu'on me fasse une biopsie musculaire", poursuit Martine Sempietro. La biopsie révèle une maladie à l'époque méconnue des neurologues : une myofasciite à macrophages, sorte de myopathie inflammatoire. Les travaux du professeur Brochet, neurologue, font le lien entre cette maladie et l'aluminium contenu dans les vaccins en 2009.

Me Denise Pombieilh, son avocate, saisit le tribunal administratif en 2010 pour une expertise judiciaire. Selon elle, l'Etat est en faute car les deux derniers vaccins subis par sa cliente étaient illégaux. Le rapport conclut que la faute n'est pas imputable au service. Une contre-expertise est en cours.

Parallèlement, un rapport du professeur Authier, expert neurologue qui soigne Martine Sempietro, conclut à la causalité entre maladie et survaccination en avril dernier. Pour ce neurologue, la survaccination a multiplié par quatre le risque de développer cette maladie.

Comble de malheur, une erreur administrative remet en cause les remboursements de soins. En juin, s'appuyant sur l'arrêt du tribunal administratif, l'hôpital décide que ce n'est plus une maladie professionnelle mais une maladie ordinaire, "oubliant" le rapport du neurologue. Conséquence : il faut avancer les frais médicaux et le salaire de l'aide-soignante va être divisé par deux.

Me Pombieilh a déposé un recours devant le tribunal administratif contre cette décision. "Ma cliente a été empoisonnée légalement. Nous sommes partis pour une longue procédure", reconnaît l'avocate. Deux décisions de la cour de cassation reconnaissant qu'une maladie consécutive à une vaccination peut constituer un accident du travail la laissent toutefois espérer une issue heureuse. Mais en attendant, Martine Sempietro souffre et s'use…

 

>> Une maladie liée à l'aluminium

La myofasciite à macrophages (MMF) se caractérise par des lésions musculaires montrant la persistance à long terme de l'hydroxyde d'aluminium dans les macrophages au site d'une précédente vaccination. Des recherches de l'Inserm en 2009 confirment le lien entre l'aluminium contenu dans le vaccin et les troubles cognitifs, musculaires et articulaires subis par les patients. Il n'y a pas de traitement spécifique pour le moment conte la MMF. Martine Sempietro se contente de traitements pour atténuer la douleur et régénérer les cellules.

 

Source: http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2012/07/12/malade-d-avoir-ete-trop-vaccinee-contre-l-hepatite,1090800.php

--------------------------------

- Un salarié peut-il refuser de se faire vacciner ?

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 07:33

"A ceux qui dans nos milieux, dits nationaux ou catholiques, voire traditionalistes, tentent de faire croire qu'il n'y a pas de complot", Philippe Ploncard d'Assac fait une mise au point, avec des faits, citations et sources à l'appui, qui prouvent le complot mondialiste. Ce complot et cette guerre qui est menée aux peuples du monde entier, explique Philippe Ploncard d'Assac, remonte au refus par certains Juifs de la messianité du Christ et de l'universalité du salut en Christ. Une gnose issue de ce refus persiste par-delà les siècles et continue sa lutte contre le Christ, en passant par la Révolution dite "française" et avance aujourd'hui par le jeu de provocations, réactions (crises, guerres), solutions.

 

Première citation, l'affirmation de Roger Leray, Grand maître du Grand orient de France au convent de 1968, cité dans la revue maçonnique "Humanisme" de juillet 1969 : "Il y a deux cents ans, le chevalier de Ramsay a annoncé la République universelle. Depuis inlassablement, les francs-maçons du monde entier participent à son édification".

 

Conférence du 24 avril 2012 à Châtillon sur Chalaronne invité par l'Action Française.
http://ploncard-dassac.over-blog.fr/

 

- République universelle - ordo ab chao : Le Figaro titre "Un «nouvel ordre mondial émerge» après le G20"

- Illuminés de Bavière : l'illuminisme au XVIIIe siècle

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 20:18

Yohan Livernette nous parle des dangers de la "famille mono-parentale"; la "Nouvelle droite" ou "Grece", une sorte de paganisme athée gnostique crypto-maçonnique, qui rejette toute conception morale du monde ... qui parle d'éthique au lieu de morale... et dont Alain de Benoist, leur chef de file, est un gnostique athée, anti-catholique, anti-complot, européiste, et "ethno-différentialiste", "pour un renforcement de la démocratie"; le "Club de l'Horloge", dont le président Henry de Lesquen, également président de "Radio courtoisie", a autant soutenu, la droite, l'Ump que le Front national; la "Radio Ici et Maintenant", une dénomination purement new age; la gnose, mélange des religions, l'ésotérisme chrétien rose-croix, ancêtre de la franc-maçonnerie, etc. Où l'on comprend certaines solidarités, similitudes et filiations de pensée entre ces mouvements, dont les buts ne semblent être que de neutraliser, écarter tout véritable dissident, stériliser et dévier la dissidence vers de fausses solutions jamais très dangereuses pour le système.

 

Comme l'explique Yohan Livernette, pour lutter contre le mondialisme, on ne peut évidemment pas se servir d'un ésotérisme quel qu'il soit, et évidemment pas d'un ésotérisme chrétien, ni d'un syncrétisme entre les religions. Ce projet de mélange des religions, et de conciliation de la vérité avec l'erreur étant celui des sociétés secrètes.

 

Pour finir, pour répondre à la question du rassemblement contre le mondialisme, Yohan Livernette défend une ligne que nous partageons ici sur Christroi et que nous nommons "entente", ce qu'il nomme une "coopération" entre personnes qui ont des croyances différentes, chrétiens, musulmans, athées anti-catholiques, new age, juifs anti-sionistes, républicains, etc., faute précisément d'unité doctrinale, de "base commune" et donc d'"alliance" possible. Que chacun, explique-t-il, apporte sa pierre de son côté, dans son domaine de compétence. Il y a trop d'infiltrations, ajoute-t-il, dans le milieu dissident et les grosses structures pour permettre une véritable alliance.

 

 

 

Vos commentaires sur : http://johanlivernette.wordpress.com/2012/07/02/la-verite-qui-rend-libre-ii/
Les livres présentés dans cette vidéo sont en commande sur : http://johanlivernette.wordpress.com/librairie/

 

- Johan Livernette : La vérité qui rend libre

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 09:51

L’opération « Retour à la maison » vise à expulser d’Israël tous les clandestins d’origine sub-saharienne. Les autorités israéliennes estiment à plus de 60.000 le nombre d’immigrés africains – venus essentiellement du Soudan, du Soudan du Sud et de l’Erythrée – qui se trouvent actuellement illégalement en Israël. Deux cent quarante Sud-Soudanais ont déjà regagné cette semaine leur pays à bord de deux avions affrétés par les autorités de l’Etat hébreu. Le gouvernement ne fait que répondre aux inquiétudes exprimées à de nombreuses reprises par la population juive. Ainsi, en mai dernier, une manifestation contre l’immigration d’origine sub-saharienne, plus violente que les autres, avait dégénéré en pogroms anti-africains dans le sud de Tel-Aviv. Mises à part quelques réticences du côté des associations de droits de l’homme, cette politique reçoit l’approbation d’une très large majorité de l’opinion publique juive.

 

Rafles policières donc, mais aussi aide au retour… Le ministre israélien de l’Intérieur, Elie Yishaï, a adressé hier un ultimatum aux clandestins originaires de Côte d’Ivoire. « Ils ont jusqu’au 16 juillet pour quitter le pays a ainsi annoncé Elie Yishaï dans un communiqué. Ceux qui partiront avant cette date obtiendront un pécule tandis que les autres seront expulsés ».Le ministre, dirigeant du parti talmudique Shass, a précisé que les Ivoiriens qui partiront volontairement toucheront 500 dollars par adulte (soit 400 euros) et 100 dollars par enfant. Des enfants qui, donc, ne seront pas séparés de leurs parents ! « Il s’agit d’une étape importante pour le rapatriement des clandestins et le retour d’un sentiment de sécurité pour les habitants de localités israéliennes », a souligné le ministre.

 

Pour le premier ministre Benyamin Netanyahu, c’est carrément le « rêve sioniste » que la présence de ces populations exogènes risquerait de faire disparaître. Et le ministre de l’Intérieur d’appeler : « A protéger le caractère juif et démocratique d’Israël ».

 

Israël érige également une clôture anti-immigrés à l’ouest du pays…

 

Déjà expert en matière de construction de mur (ainsi du mur de plus de 700 km qui sépare Israël de la Samarie-Judée, érigé à partir de 2002 sur une idée du travailliste Yitzhak Rabin), l’Etat hébreu édifie actuellement un nouveau mur le long de la frontière égyptienne, celui-ci pour tenter d’empêcher les infiltrations d’immigrés passant par le Sinaï. Quelque 170 km sur les 250 prévus sont déjà construits et l’ouvrage devrait être achevé d’ici la fin de l’année 2012.

 

Curieusement, ces informations, qui pourraient donner de “mauvaises” idées aux Français et aux Européens, ne font pas les gros titres de la grande presse hexagonale. Un oubli sans doute… (1)

 

Add. 05.07.2012. Selon une dépêche Afp Le Figaro, le long de la frontière cisjordanienne, Israël va reprendre les travaux autour des colonies regroupées dans le secteur de Gush Etzion près de Bethléem. L'an prochain, la construction devrait être étendue autour de Maale Adoumim, une des plus importantes implantations de Cisjordanie, à l'est de Jérusalem.

 

Les travaux ont été arrêtés depuis cinq ans à la suite de "problèmes budgétaires", la multiplication des appels présentés par les Palestiniens, et les pressions de la communauté internationale. Les responsables israéliens s'attendent à des critiques dans le monde après la relance du projet.

 

L'édification du mur israélien, qui empiète sur la Cisjordanie, plus de 400 des quelque 760 km prévus de barrière constituée alternativement de barbelés, de fossés, de clôtures électroniques équipées de capteurs ou de murs de béton-- ont été achevés.

Dans un avis du 9 juillet 2004, la Cour internationale de justice (CIJ) a jugé sa construction illégale et exigé son démantèlement, de même que l'Assemblée générale de l'ONU. (2)

 

 

 

Sources:

 

(1) http://fr.novopress.info/115286/israel-loperation-retour-a-la-maison-bat-son-plein/

(2) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/07/05/97001-20120705FILWWW00259-israel-reprendra-la-construction-du-mur.php

 

- En Israël, les expulsions d'immigrés africains illégaux ont commencé (juin 2012)

- Déportation des non-juifs : Israël veut se débarrasser de ses étrangers

- Mur de Jérusalem. A Bethléem, cette barrière prend la forme d'un mur de béton de quatre mètres de haut, avec des tours de guet

- Nouveaux murs : Israël veut bétonner sa frontière avec la Syrie

- Mur israélien : "tragique" (Benoit XVI)

Partager cet article
Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 20:10

L'historienne Marion Sigaut, dans cette conférence à Marseille le 2 juin, démythifie les soit-disant "Lumières" du XVIIIe siècle, apporte plusieurs citations clouant au pilori les apôtres de la "tolérance" et de l'"humanisme" des dites "Lumières", distingue l'universalité du salut dans le catholicisme romain et la prédestination dans le protestantisme qui a justifié l'élitisme, la mise à l'écart du petit peuple plongé dans l'obscurantisme, sa tutelle par une élite "éclairée" et nécessairement "élue"..., sa mise au travail, la suppression de jours fériés, l'invention de la perpétuité réelle comme "esclavage perpétuel... dans une cage de fer... et sous les coups" (Beccaria), la création de trois jours de travail supplémentaire lors de la Révolution (les décadis), un "peuple" mis au service de la bourgeoisie et du capitalisme, etc.

 

 

Via: http://www.egaliteetreconciliation.fr/Marion-Sigaut-Les-lumieres-un-antihumanisme-12561.html

 

- Marion Sigaut, la Marquise de Pompadour et l'énigme Damiens

- Le racisme des "Lumières"

- Xavier MARTIN : "Trente années d'étonnement", Editions DMM

Partager cet article
Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 07:25

 

"Pour le gouvernement de l’économie mondiale, pour assainir les économies frappées par la crise, pour prévenir son aggravation et de plus grands déséquilibres, pour procéder à un souhaitable désarmement intégral, pour arriver à la sécurité alimentaire et à la paix, pour assurer la protection de l’environnement et pour réguler les flux migratoires, il est urgent que soit mise en place une véritable Autorité politique mondiale telle qu’elle a déjà été esquissée par mon Prédécesseur, le bienheureux Jean XXIII ». (Benoît XVI, Caritas in Veritate, § 67, Ndlr)

Comment faut-il interprèter cette phrase (CARITAS)?
Peut on dire par ces mots que le Saint Père prône le mondialisme?(1)

 

Une réponse intéressante via le Forum catholique:

 

"Le développement intégral des peuples et la collaboration internationale exigent

- que soit institué un degré supérieur d’organisation à l’échelle internationale de type subsidiaire pour la gouvernance de la mondialisation

et

- que soit finalement mis en place un ordre social conforme à l’ordre moral et au lien entre les sphères morale et sociale, entre le politique et la sphère économique et civile que prévoyait déjà le Statut des Nations Unies. "

...Ce n'est pas du capitalisme financiarisé, c'est du solidarisme subsidiarisé.

Or, dans le contexte actuel, comme dans les intentions et les intérêts de ceux qui ont élaboré et réalisé, ou manipulé et récupéré, la mondialisation contemporaine, depuis le début des années 1980, cette mondialisation se doit d'être et ne peut être qu'au service du capitalisme financiarisé.

Il me semble que l'humanisation de la mondialisation qu'envisage Benoît XVI se situe aux antipodes de la mondialisation ultra-libérale, telle qu'on l'entend communément.

En un sens, un peu "éconoclaste", on peut même dire que Benoît XVI est, non un anti-mondialiste, mais un alter-mondialiste, dans l'acception solidariste et subsidiariste de ce terme. (2)

 

Sur ce sujet, sur Christroi, nous pensons que les papes ne sont pas mondialistes au sens libéral, relativiste et maçonnique, mais qu'au contraire,  ils doublent le mondialisme par le haut en tentant de neutraliser ses effets dévastateurs : en dénonçant les maux engendrés par le mondialisme (capitalisme sauvage, politiques économiques et financières apatrides inhumaines, esclavage moderne, montée "d'une classe cosmopolite de managers", la dangerosité "d'un pouvoir universel de type monocratique", etc.), en faisant des propositions sociales (telles que la création d'une autorité mondiale devant être exercée "de manière subsidiare et polyarchique" § 57).  

 

Voici ce que nous disions en 2011 :

 

"Benoît XVI n'appelle pas simplement à créer une "autorité politique mondiale" en liaison avec l'O.N.U., il dit autre chose, surtout l'avertissement du monde contre les dangers d'un Nouvel Ordre mondial athée, la complexité et la gravité de la situation économique actuelle (§ 21, Caritas in veritate), l'augmentation des inégalités (§ 22), la dénonciation du relativisme culturel qui conduit "les groupes culturels à se rapprocher et à coexister, mais sans dialogue authentique et, donc, sans véritable intégration" (§26), la dénonciation de "crises alimentaires", provoquées par des causes naturelles ou par l’irresponsabilité politique nationale ou internationale... (§27) ; la dénonciation de "convictions" qui "à la longue" "ont conduit à des systèmes économiques, sociaux et politiques qui ont foulé aux pieds la liberté de la personne et des corps sociaux et qui, précisément pour cette raison, n’ont pas été en mesure d’assurer la justice qu’ils promettaient (§ 34) ; la dénonciation du marché comme n'allant "pas de soi" et ne devant pas devenir le "lieu de la domination du fort sur le faible" (§ 36), la dénonciation de la "croissance d’une classe cosmopolite de managers qui, souvent, ne répondent qu’aux indications des actionnaires de référence, constitués en général par des fonds spéculatifs anonymes qui fixent leurs rémunérations..." (§40) ; la dénonciation d'une aliénation de "l'humanité tout entière quand elle met sa confiance en des projets purement humains, en des idéologies et en de fausses utopies" (§ 53), la dénonciation d'un syncrétisme comme "effet négatif possible du processus de mondialisation". "La liberté religieuse" ne signifiant pas "que toutes les religions soient équivalentes" (§ 55) ; la dénonciation de l’exclusion de la religion du domaine public" favorisant un appauvrissement de la "vie publique" et de "la politique" qui "devient opprimante et agressive" (§56), la dénonciation d'un "développement économique" "factice et nuisible, s’il s’en remet aux 'prodiges' de la finance"... (§ 68), la dénonciation de l'engendrement d'un "dangereux pouvoir universel de type monocratique", la « gouvernance » de la mondialisation doit être de nature subsidiaire, articulée à de multiples niveaux et sur divers plans qui collaborent entre eux, [...] cette autorité devra être exercée de manière subsidiaire et polyarchique" (§ 57) ; l'affirmation que "la sagesse et la prudence nous suggèrent de ne pas proclamer trop hâtivement la fin de l’État" ... dont le "rôle semble destiné à croître, tandis qu’il récupère nombre de ses compétences". Il y a aussi des nations pour lesquelles la construction ou la reconstruction de l’État continue d’être un élément clé de leur développement" (§ 41); Conclusion ."[L]a fermeture idéologique à l’égard de Dieu et l’athéisme de l’indifférence, qui oublient le Créateur et risquent d’oublier aussi les valeurs humaines, se présentent aujourd’hui parmi les plus grands obstacles au développement. L’humanisme qui exclut Dieu est un humanisme inhumain (§ 78)." (3)

 

Sources:

 

(1) http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=637826

(2) http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=637834

(3) http://christroi.over-blog.com/article-pierre-hillard-et-le-nouvel-ordre-mondial-69688576.html

Partager cet article
Repost0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 14:15

Homoparentalité : une étude scientifique est enfin disponible (Source: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0049089X12000610)

 

L'étude, très vaste, du professeur Mark Regnerus, de l'Université du Texas, publiée dans Social Science Research (février 2012, "How different are the adult children of parents who have same-sex relationships? Findings from the New Family Structures Study"), a été faite auprès de "3000 adultes provenant de huit structures familiales différentes, ainsi que sur l’évaluation de 40 critères sociaux et émotionnels".

Le professeur Regnerus déclare que : « La prétention empirique, selon laquelle il n’existerait aucune différence importante, [entre parentalité homosexuelle et hétérosexuelle] doit disparaître ».

L'étude conclut que les enfants ayant grandit dans des familles biologiques intactes sont en général mieux éduqués, sont en meilleure santé mentale et physique, touchent moins à la drogue, s’engagent moins dans des activités criminelles, et s’affirment plus souvent heureux que les autres.

Les résultats les plus négatifs touchent les enfants issus de familles homoparentales lesbiennes. Ces conclusions contredisent les études discutables popularisées par les medias, selon lesquelles les enfants grandissent aussi bien, voir mieux, avec des mères lesbiennes.


Là où l'on devinait l'horreur, on est saisi du résultat apporté par cette étude :

Elle montre entre autre que ces enfants sont plus souvent victimes d’abus sexuels (23% des enfants de mères lesbiennes étaient victimes d’abus par un parent ou un adulte, contre 2% chez les enfants issus de couples mariés).... sont plus souvent victimes de dépression, font plus fréquemment usage de marijuana, et plus souvent sans emploi ( 69% des enfants issus de familles homoparentales lesbiennes dépendent des prestations sociales, pour 17% de ceux issus de couples mariés).


Par ailleurs :

Les recherches du professeur Regnerus discréditent une étude de l’American Psychological Association (APA) souvent citée, selon laquelle « Aucune étude n’a conclut que les enfants de parents gay ou lesbiens étaient désavantagés de quelque façon que ce soit par rapport aux enfants de parents hétérosexuels »...... Les études de l’APA se fondaient sur un nombre de données limitées, et se focalisaient sur les rôles et identités sexuelles. Ces études négligeraient l’examen des performances éducatives des parents sur les enfants, de leur taux d’emploi de ces derniers, et des risques auxquels ils sont exposés concernant la drogue, la criminalité, ou le suicide


Ce qui démontre parfaitement le lien qui existe entre la violence sexuelle que signifie l'homosexualisme avec la dépression, le mal-être, l'usage de la drogue, le suicide, etc... toutes sortes de faits engendrés par la déchéance que l'enfant (ou l'adolescent puis la personne adulte) se représente de son état.

Toutes ces données sont pour l'instant ignorées en France. Il est important de les diffuser partout et très rapidement avant que le Parlement ne se saisisse du mariage homosexuel en Juillet ... avec pour corollaire : l'adoption des enfants....

 

 

Source:


C-FAM (Catholic Family and Human Rights Institute) du 15/06/12

via http://www.cpdh.info/npds/article.php?sid=1968

et http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=637664

Partager cet article
Repost0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 11:40

 

 

Méridien Zéro - 17 juin 2012. Partie 1

Partager cet article
Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 08:33

http://3.bp.blogspot.com/-CbbF_JPyzBE/T-DfY0bRmKI/AAAAAAAACJo/l1FWVeDtbSc/s1600/DownloadedFile.jpegDès 1892, le travail de nuit des femmes était interdit en France.

En 1999, Bruxelles condamne notre pays pour cette entorse à la prétendue « égalité des sexes », pilier du féminisme institutionnel.
Cette condamnation est bien accueillie par E. Guigou (photo), Garde des Sots du gouvernement Jospin (PS).
Et en 2002 elle liquide la protection nocturne des femmes.

Hier (19/6/12), l’agence cancer de l’OMS annonce que le travail de nuit augmente le risque de cancer du sein de 30 % en moyenne, parfois de 40 ou même 60 %.


Source: http://parolesdemilitants.blogspot.fr/2012/06/feminisme-travail-de-nuit-cancer.html via http://www.contre-info.com/feminisme-capitalisme-plus-de-mortalite-chez-les-femmes

Partager cet article
Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 08:32

Des manifestations anti-gouvernementales de masse ont commencé dans la capitale soudanaise Khartoum sous le slogan « Le peuple demande le renversement du régime ! ». Exactement sous le même slogan se sont déroulées les révolutions dans d'autres pays arabes, notamment en Tunisie, en Egypte, en Libye et en Syrie.

Les manifestations à Khartoum critiquent les mesures de réduction budgétaire qui ont été mises en place récemment par le gouvernement, ce qui a conduit à une forte poussée des prix des biens de consommation et une forte dégradation de la situation économique des plus pauvres.

Quelques jours plus tôt, le président soudanais Omar al-Bachir, qui est au pouvoir depuis 1989, a annoncé que le gouvernement va cesser de subventionner les prix de l'essence, licenciera des milliers de fonctionnaires d'Etat, et augmentera les impôts et les taxes à l'importation sur les denrées alimentaires.

 

Source : http://french.ruvr.ru/2012_06_20/printemps-arabe-Soudan-manifestations-Omar-al-Bachir/

Partager cet article
Repost0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 12:05

http://www.infosyrie.fr/wp-content/uploads/2012/06/49AC85_2830517_1_apx_470_.jpgDans cet extrait de l'émission de propagande de "C dans l'air" du 14.06.2012 consacrée à l'engagement français en Afghanistan, de Sarkozy en Hollande, signalée par le site contre-impérial Infosyrie, le géopolitologue Gérard Chaliand, spécialiste de l'étude des conflits armés et des relations internationales et stratégiques, remet Yves Calvi à sa place et s'interroge quant aux motivations politiques de la propagande médiatique occidentale contre la Syrie, alliée de l'Iran : "Quand il y a eu 40.000 morts au Sri Lanka, dit-il, cela ne nous a pas beaucoup ému, deux ou trois millions de morts au Congo en république démocratique, cela ne nous fait rien du tout. Donc il y a des endroits qui nous intéressent plus que d'autres... pour des raisons politiques".

 

Yves Calvi interpellait Chaliand sur les « enfants torturés » et lui demandait si l’on devait rester sans rien faire par rapport à pareilles horreurs. Et là Gérard Chaliand, sans se démonter, dit que les pleurs humanitaires ne sont en l’espèce que la couverture de desseins beaucoup plus politiques : il a évoqué le rôle des États-Unis, d’Israël et des pétro-monarchies sunnites décidées à frapper l’ennemi iranien à travers la Syrie. Et il a fait remarquer les dizaines de milliers de victimes civiles du conflit à Ceylan, les trois millions de morts de la guerre civile du Congo et tous ceux d’un certain nombre d’autres conflits n’ont jamais empêché les Occidentaux de dormir, et que donc les campagnes médiatiques sont généralement le reflet de préoccupations beaucoup géopolitiques qu’humanitaires.

En face, les représentants de la doxa anti-syrienne, Christophe Barbier de L’Express et d’I-Télé et, dans une moindre mesure, Grégory Pons de Valeurs Actuelles, n’avaient tout d’un coup plus grand chose à dire.

 

Il ne faut pas s’exagérer la portée de quatre ou cinq minutes de vérité dans une des émissions du vaste P.A.F. Mais cependant, de tels points de vue hétérodoxes, donnés par des spécialistes agréés par le Système et bénéficiant d’ailleurs d’une crédibilité et d’une expertise dans leur domaine, ne peuvent passer inaperçue de dizaines de milliers de téléspectateurs. Ceux de l’émission d’Yves Calvi ont appris ce 14 juin, s’ils ne s’en doutaient déjà, que la violence en Syrie n’est pas le monopole de Bachar et de son armée, que ses opposants sont des persécuteurs en puissance et que les dirigeants occidentaux sont des Tartuffe – ce dernier point étant plus, pour l’immense majorité de l’opinion française, une confirmation d’avantage qu’une révélation.

 

 

 

Intervention du même Gérard Chaliand sur France Culture:

 


-------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article
Repost0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 12:03

Russie, Chine, Iran et Syrie : manoeuvres au Proche-OrientL'agence iranienne Fars a communiqué faisant référence à des sources informées anonymes qu'au cours de ces prochaines semaines les troupes russes, chinoises, syriennes et iraniennes participeraient à des manoeuvres de grande envergure sur le territoire de Syrie.

Il s'agira des manoeuvres les plus importantes au Proche-Orient avec la participation de quelque 90 000 militaires des forces terrestres, navales et aériennes soutenus par 400 avions et 1 000 blindés.

L'information de Fars affirme que l'Egypte a délivré l'autorisation au passage par le canal de Suez de 12 navires des forces navales de Chine qui atteindront les côtes syriennes dans deux semaines. Les sous-marins nucléaires, destroyers et porte-avions russes, ainsi que les bâtiments de guerre iraniens doivent arriver dans le même temps.

Selon l'agence, la Syrie se propose de tester pendant ces manoeuvres les missiles « sol-mer » et les systèmes de défense aérienne.

 

Source

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 07:11

Un lecteur (merci à Domremy) nous informe qu'en Syrie, « les rebelles se servent des catholiques comme boucliers humains », selon le Patriarche Gregoire III Laham.

 

Vendredi 1 Juin

 

Gregoire III Laham

 

LE PATRIARCHE CATHOLIQUE : « LES REBELLES SE SERVENT DES CATHOLIQUES COMME BOUCLIERS HUMAINS » .

 

Il Sussidiario : Interview de Gregoire Laham.

 

(INTROD. Les Chrétiens sont utilisés comme boucliers humains par les rebelles dans les fusillades contre l’Armée régulière d’Assad. Ceci est dénoncé par le Patriarche Gregoire III Laham, la plus haute autorité catholique Melkite de Damas, Patriarche d’Antioche, de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem. Le Patriarche parle des enlèvements nocturnes de fidèles de son diocèse et des rançons allant jusqu’à 200 000 dollars de l’usage pour le rachat des confiscations des maisons, leur dynamitage, les incursions armées des musulmans sunnites dans les quartiers catholiques. Au cours de son interview à Ilsussidiario.net

Gregoire III révèle les détails de sa dernière audience par le Pape Benoit XIII au cours de laquelle il se sont longuement entretenu sur la situation Syrienne. Et notamment sur le massacre de Hula « Il est contraire à toute logique qu’il ait été commis par le gouvernement. L’artillerie de l’Armée se trouvait en dehors du village, alors que les exécutions ont été perpétrées par certains infiltrés au centre du village.)

 

 

 

INTERVIEW :

 

 

 

Patriarche Grégoire III quelle est la situation des chrétiens de Syrie ?

 

 

 

Leur situation est inquiétante non seulement en tant que chrétiens mais aussi en tant qu’habitants en difficulté. Les rebelles entrent dans leurs quartiers, les obligeant à fuir de leurs maisons : c’est arrivé à Homs, Yahroud, Rabli et ailleurs dans la Vallée des Chrétiens. Le résultat est un véritable et pur exode des chrétiens syriens qui ne se sentent plus en sécurité dans leur Pays.

 

 

 

A qui appartiennent les groupes qui chassent les chrétiens de leurs maisons ?

 

Ce sont les musulmans sunnites appartenant à la faction rebelle mais le plus souvent des terroristes et des bandits. Il faut le dire clairement : en Syrie ce n’est plus seulement un affrontement entre le gouvernement et l’opposition mais il y a un tiers élément qui ne vise qu’à subvertir la loi. Les Chrétiens sont victime du chaos causé par les opposant dans le pays.

 

 

 

Que font les « bandits » un fois entrés dans les quartiers catholiques ?

 

Leur présence est déjà en soi un facteur d’insécurité car elle crée une atmosphère terroriste. Sitôt installés en un lieu les combats contre l’Armée régulière commencent. Les terroristes massacrent les soldats et les fonctionnaires comme cela est arrivé à Homs et dans les villages autour de la ville.

 

 

 

Les rebelles agressent-ils les chrétiens ?

 

Les rebelles utilisent les civils chrétiens, leurs quartiers et leurs maisons comme boucliers humains dans leurs combats contre l’Armée. Et il arrive ce qui arrive. Je ne comprends pas pourquoi ces musulmans sunnites viennent dans des villages qui ne sont pas les leurs.

 

 

 

Quelles sont les autres violences subies par les chrétiens ?

 

Les bandits extorquent de l’argent aux chrétiens et procèdent à des rapines des nuits durant ; ils procèdent aussi à des enlèvements des chrétiens et les libèrent deux, trois jours après contre des rançons pouvant s’élever jusqu’à 200 000 dollars. Dans certains cas ces groupes ont confisqué des maisons de civils parfois pour les détruire.

 

 

 

Qu’est-il possible de faire pour protéger les chrétiens syriens ?

 

Si l’Europe voulait sauver les chrétiens syriens elle devrait encourager le plan de paix de Kofi Annan (qui est le plan de la Russie, Ndlr). Tout autre plan alternatif, comme par exemple l’hypothèse de nouvelles sanctions, ne fait qu’affaiblir les forces du médiateur de l’ONU. La communauté internationale a confié la mission de médiation à Annan et il faut le laisser travailler. Le problème est que l’Europe lui a confié un mandat et maintenant elle est contre lui. C’est cela qui empêche que le plan Annan fasse une avancée.

 

 

 

Qui est responsable des violations de la trêve ?

 

La trêve a été violée par les rebelles et non par Assad. Le régime n’a aucun intérêt à l’échec du plan Annan. Sur les 10 000 morts depuis le début de la révolte on comptabilise aussi les milliers de morts survenues chez les soldats. Le gouvernement doit protéger le pays entier et pas seulement les manifestants qui sont toujours armés. Au nom des autres évêques syriens je peux affirmer qu’il n’est jamais arrivé qu’une manifestation sans armes soit attaquée par l’Armée. Le gouvernement n’attaque pas s’il n’est pas attaqué. A Hula 15 soldats ont été tués avant le massacre qui n’a pas été commis par les partisans d’Assad.

 

 

 

En etes-vous sûr ?

 

Je ne peux imaginer qu’un gouvernement et une armée organisée puisse tuer ainsi des enfants. Surtout à un moment où ils sont sous le regard du monde entier.

 

 

 

Au premier moment c’est l’artillerie de l'Armée qui a été accusée…

 

L’artillerie de l’armée était en dehors du village et il est bien plus probable que le massacre a été réalisé par les forces d’opposition qui elles étaient à l’intérieur du centre habité. Je n’ai pas d’éléments de certitude pour l’affirmer mais la chose me paraît plus logique.

 

 

 

Les rebelles qui ne demandent que la démocratie à l’inverse auraient-ils des motifs pour tuer des enfants ?

 

La démocratie n’a rien à voir, à l’origine des révoltes nous avons la volonté internationale et locale de détruire la Syrie. Nous avons déjà pas mal de démocratie même si ce n’est à cent pour cent et nous sommes en voie de la renforcer. Dans la dernière décennie la climat de mon Pays et devenu plus libéral et plus démocratique malgré l’existence des services secrets. Nous les chrétiens , sommes les premiers à demander un changement mais nous considérons que ce dernier ne peut advenir par la voie d’une révolution armée.

 

 

 

Pourquoi les chrétiens se sentent-ils plus en sécurité avec Assad qu’avec l’opposition ?

 

Parce que nous ne savons pas qui sont ces opposants. Les chrétiens sont protégés quand existe la sécurité dans le Pays. Actuellement, au contraire, la Syrie est dans le chaos et celui qui le provoque n’est certainement pas le gouvernement.

 

 

 

Avez -vous parlé avec la Pape de la crise syrienne ?

 

J’ai rencontré Benoit XVI le 15 Mars dernier. Je lui ai confié ma conviction que la Syrie doit etre réellement un pays libre et qu’il convient que les syriens puissent trouver une solution quant à leur avenir et la conquièrent par leurs propres forces. Et qu’il ne faut donc aucune ingérence des puissances étrangères.

 

 

 

Et qu’a donc répondu le Pape ?

 

Le Pape m’a écouté comme il le fait toujours dans ces circonstances. Du reste Benoît XVI est intervenu plusieurs fois en faveur du dialogue en Syrie et sa voix est la plus forte parmi celles qui cherchent une solution pacifique. Je ne peux que le remercier pour cette position si positive et si objective. La France L’Allemagne et le Royaume Uni au contraire ne sont capables que de se déchainer contre Assad. Le Pape, au contraire en appelle au dialogue. Si l’Europe suivait la ligne du Saint Père la crise syrienne pourrait trouver une solution.

 

 

 

(Pietro Vernizzi)

 

http://www.ilsussidiario.net/News/Esteri/2012/6/1/SIRIA-Il-patriarca-cattolico-cristiani-usati-come-scudi-umani-dai-ribelli/3/286497/

 

 

Pubblicato da Fraternità Maria Gabriella a 10:04

 

Invia tramite emailPostalo sul blogCondividi su TwitterCondividi su Facebook

 

 

 

VOIR AUSSI SUR LA SYRIE :

 

http://oraprosiria.blogspot.fr/2012/06/il-patriarca-cattolico-cristiani-usati.html

--------------------------------------------------------

- Moscou a procédé à deux tirs de missiles balistiques intercontinentaux le 7 juin

- La vérité sur le nombre de morts en Syrie et le mensonge de nos médias

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 07:46

LE PRINTEMPS SYRIEN

 

« Ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux » (1 Jean, 1)

 

par Monseigneur Tournyol du Clos Archimandrite Grec-Catholique Melkite

 

La paix en Syrie pourrait être sauvée si chacun disait la vérité.

 

De retour à Damas en ce mois de mai 2012, il me faut bien constater qu'après une année de conflit, la réalité du terrain ne cesse de s'éloigner du tableau catastrophiste qu'en imposent les mensonges et la désinformation occidentale. Le mois de février a marqué un coup d'arrêt aux provocations des islamistes radicaux. Les troubles, en majorité circonscrits à Hamma et à Homs, auraient d'ailleurs été plus vite résorbés si la pression internationale n'avait freiné l'intervention de l'Armée.

 

Les zones frontalières de la Turquie, de la Jordanie et du Liban - par lesquelles s'infiltrent les mercenaires - restent encore sensibles. Dans la capitale, ce que l'on appréhende le plus sont les voitures piégées et les attentats à la bombe, la plupart du temps, le fait de kamikazes alléchés par l'appât du gain, le désir du paradis d'Allah, ou bercés du rêve sunnite de la fin des Alaouites au terme de 40 ans de règne et l'avènement de Jésus au haut du minaret, accompagné du dernier prophète Al Mahadi pour le Jugement dernier.

 

Il faut dire et redire que l' idéologie fanatique est d'importation étrangère et que la Syrie n'a jamais été confrontée à un cycle de manifestations/répression, mais à une déstabilisation sanguinaire et systématique par des aventuriers qui ne sont pas syriens. Cette information, qui va à rencontre des journaux et des reportages télévisés, l'ex-ambassadeur de France, Éric Chevallier, n'avait eu de cesse de la faire entendre à Monsieur Juppé ; mais le ministre français refusa toujours de tenir compte de ses rapports et falsifiait sans vergogne ses analyses pour alimenter la guerre contre la Syrie.

 

Nos lecteurs ont encore en mémoire l'invitation du Patriarche maronite à Paris, Sa Béatitude Bchara Raï, par Nicolas Sarkozy qui, s'étant renseigné sur le nombre des chrétiens au Liban et en Syrie, lui proposa de les installer en Europe. La réponse indignée et courageuse du haut prélat qui prit la défense de Bachar Al-Assad - et qui devait, selon le protocole, être décoré de la légion d'honneur - lui valut d'en recevoir l'écrin de la main sèchement tendue de l'ex-président français.

 

Arrivée à Damas

 

L'on respire à Damas un autre air qu'on voudrait nous le faire croire partout ailleurs.

 

Certes, depuis quatre mois, dans la banlieue, les voitures piégées ont fait de sanglants dégâts ; plusieurs fanatiques suicidaires se sont fait exploser dans la foule d'innocentes victimes. L'on entend parfois, la nuit, des échanges de coups de feu, c'est l'armée qui veille à la protection des habitants et parvient souvent à empêcher les attentats meurtriers. Ces jours-ci, deux minibus bourrés de TNT ont explosé simultanément selon un schéma terroriste désormais classique. Toujours disposée à proximité d'une cible d'intérêt stratégique, la première charge est destinée à semer la panique et à attirer le plus grand nombre d'intervenants pour déclencher la seconde explosion. Cette fois-ci, c'était le Quartier Général du contre espionnage syrien, où avaient été détenus les officiers étrangers pris les armes à la main et que les salafistes projetaient de faire évader. Leur tentative échoua mais se solda par un bilan terrible : 130 morts (dont 34 chrétiens), 400 blessés et autant de logements endommagés.

 

La consternation est générale, le chagrin indescriptible et les nombreuses funérailles déchirantes. Pourtant, en ce mois de Marie les églises abondamment fleuries se remplissent chaque soir et j'ai vu les mosquées bondées le vendredi à midi ; la concentration de la prière aux Omeyyades évoquait pour moi celle des coptes en Egypte ; tandis que les espaces verts sont régulièrement envahis par des familles heureuses de se retrouver pour des piqueniques qui se prolongent tard dans la nuit. Le peuple syrien est un peuple simple et enjoué. Malgré l'insécurité et les dramatiques difficultés économiques engendrées par les sanctions internationales (l'inflation de la livre syrienne, l'anéantissement total du tourisme, la croissance du chômage et la cherté grandissante des denrées de base), la vie continue normalement.

 

Les chrétiens soufflent

 

Bien que partageant avec leurs congénères l'inquiétude générale, les chrétiens avouent volontiers qu'ils ne se sont jamais sentis aussi libres par le passé. Ils attribuent ce sentiment à la pleine reconnaissance de leurs droits lors de l'accession à la présidence de la famille Assad. Certains s'estiment même mieux traités aujourd'hui qu'à l'époque où ils étaient pris entre les deux feux des partisans opposés de De Gaulle et de Vichy. Un ami damasquin évoque pour moi le souvenir de son grand-père qui, suivant une coutume alors répandue, avait échangé le sang d'une légère blessure faite à la main avec celui d'un cheikh musulman pour devenir frères de sang ; il me confie : « Les ennemis de la Syrie ont enrôlés les Frères Musulmans dans le but de détruire les relations fraternelles qui existaient depuis toujours entre les musulmans et les chrétiens. Pourtant, à ce jour, ils n'y sont pas parvenus : ils ont même provoqué une réaction contraire et rapproché comme jamais auparavant tant les communautés que les individus. »

 

[Petit rappel historique. La conquête de la Syrie par les arabes (636) n'a jamais été sanglante. À Damas, tandis que les chrétiens byzantins tentaient de leur résister, les chrétiens syriaques leur ouvraient les portes de la ville et leur offraient spontanément leurs services pour construire des habitations. Sait-on que pendant 70 ans, chrétiens et musulmans prièrent ensemble dans l'Église Saint Jean-Baptiste ? Quand celle-ci fut devenue trop petite, sur la demande des musulmans, elle devint la Mosquée des Omeyyades (705) que l'on admire encore aujourd'hui ; et pour dédommager les chrétiens, les musulmans leur construisirent les quatre premières églises damascènes.]

 

La première impression qui me frappe est donc de retrouver Damas pareille à elle-même, son charme désuet, ses souks hauts en couleurs aux effluves d'épices, l'animation égayée des ruelles de la vieille ville et sa circulation qui n'a rien à envier à celle du Caire ; dans les quartiers verdoyants des bords du Barada, les restaurants sont pleins. La seconde, c'est la dignité et la modestie du petit peuple de la rue : guère de mendicité, d'apitoiement ou de plainte de la part des pauvres qui fourmillent pourtant et cachent bien leur misère derrière leurs murs lézardés. On n'imaginerait jamais ici personne dormant dans la rue, comme à Paris.

 

Sur le terrain

 

L'Armée n'est intervenue que plusieurs mois après le commencement des événements. L'insurrection s'est caractérisée par une cruauté d'une sauvagerie oubliée en Syrie depuis les massacres de 1860 où 11 000 chrétiens furent assassinés par des fanatiques mahométans encouragés par les ottomans.

 

[Les turcs d'alors étaient pires que les salafistes d'aujourd'hui. Petite évocation historique. Qui se rappelle qu'en 1859, la maladie du ver à soie avait provoqué la disparition de sa culture tant en Chine qu'en France ? Seule la Syrie avait échappé au fléau. (Le brocart, inventé par la famille Boidad avait déjà conquis le monde). Or tous les soyeux syriens étaient chrétiens. Il n'en fallut pas plus pour que le gouvernement français du Second Empire «suggère» à l'occupant ottoman de provoquer - par musulmans exaltés interposés - les troubles sanglants que l'on sait et la persécution contre les chrétiens qui se solda par l'expatriation de tous les soyeux vers la France et le rachat à bas prix de leur production.]

 

Un militaire, actuellement sous les armes au sud du pays, me fait part de sa stupéfaction quand il s'est trouvé affronté à des combattants qui n'étaient pas syriens mais étrangers, et me rapporte quelques faits surprenants dont il a été témoin : « Quand nous avons commencé à nous battre, nous avons trouvé en face de nous des libyens, des libanais (mercenaires sunnites de Saad Hariri), des qatari, des saoudiens et, bien sûr, des Al Qaeda. Quand nous avons fait des prisonniers, nous avons constaté que beaucoup d'entre eux ne parlaient pas l'arabe, c'étaient des afghans, des français, des turcs ». Cent vingt soldats ["étrangers" nous avons volontairement refusé d'indiquer leur nationalité (N. de l'AFS)] ont été arrêtés entre Zabadani et Bludan, près de la frontière du Liban, qui étaient spécialisés dans le matériel de détection sophistiqué ; [Des] officiers généraux ["étrangers" d'une autre nationalité que nous avons volontairement refusé d'indiquer (Note de l'AFS)] faits prisonniers "sont aujourd'hui officiellement réclamés par leur gouvernement ". Chacun s'attend, ici, à des révélations de nature à mettre en porte-à-faux bien des pays.

 

« Parmi ces étrangers, me dit-il, bon nombre d'entre eux ne savent pas où ils sont : on a fait passer les libyens par le Golan à proximité de la frontière israélienne pour leur montrer le drapeau israélien et les convaincre qu'ils sont bien sur la route de Gaza où ils vont combattre avec leurs frères musulmans... A Homs, a été arrêté un libyen persuadé de se trouver en Irak pour combattre les américains. »

 

Il a été prouvé à maintes reprises que les dits combattants - en fait une minorité de voyous et de déserteurs manipulés de l'extérieur - étaient drogués ; on en a vu rire pendant des heures sous les brutalités graduelles que leur infligeaient des éléments de l'armée régulière, avant de ressentir la moindre souffrance.

 

Près de la frontière israélienne, de nuit, des voitures télécommandées bourrées d'explosifs ont pu être interceptées, exemple, parmi d'autres, des interventions sporadiques de commandos qui traversent chaque jour les frontières jordanienne, israélienne, libanaise et turque.

 

Homs, ville martyre

 

À Homs, il est faux de dire que les Alaouites centralisent dans leurs mains tous les pouvoirs ; au nombre de 24, les notable comptent 18 sunnites, 4 chrétiens et 2 alaouites.

 

Homs a toujours été la ville du pays la plus peuplée de chrétiens. Ceux-ci occupaient à 98% deux quartiers, Bustan El Diwan et Hamidieh (le Vieux Souk), où se trouvent toutes les églises et les évêchés. Le lacis de ses ruelles et les nombreux passages souterrains rouverts pour la circonstance ne permirent pas aux mercenaires d'y pénétrer avant la reprise de Baba Amro. Le spectacle qui s'offre maintenant à nos yeux est celui de la plus absolue désolation : l'église de Mar Élian est à demi détruite et Notre-Dame de la Paix saccagée (près de laquelle on a trouvé plusieurs personnes égorgées) est encore occupée par les rebelles. Les maisons, très endommagées par les combats de rue sont entièrement vidées de leurs habitants qui ont fui sans rien emporter ; le quartier d'Hamidieh constitue encore aujourd'hui le refuge inexpugnable de bandes armées indépendantes les unes des autres, fournies en armes lourdes et en subsides par le Qatar et l'Arabie Saoudite.

 

Tous les chrétiens (138 000) ont pris la fuite jusqu'à Damas ou au Liban ; ceux qui n'y avaient pas de parents se sont réfugiés dans les campagnes avoisinantes, chez des amis, dans des couvents, jusqu'au Krak des Chevaliers. Un prêtre y a été tué ; un autre, blessé de trois balles dans l'abdomen, y vit encore ainsi qu'un ou deux autres, mais ses cinq évêques se sont prudemment réfugiés à Damas ou au Liban. On dit que les chrétiens amorcent un timide mouvement de retour.

 

Aujourd'hui, mis à part quelques coups de feu nocturnes, la ville a retrouvé le calme. C'est le cas d'Arman, quartier où les alaouite sont aussi proportionnellement plus nombreux que dans les autres villes, où l'on peut circuler en voiture. Quant au quartier sunnite, on peut y pénétrer (même un étranger, s'il est accompagné d'un sunnite), mais c'est à ses risques et périls car les tireurs isolés ne sont pas rares. Les magasins sont fermés et les destructions impressionnantes. Je trouve étrange de n'apercevoir dans toute la ville aucune présence militaire, aucun soldat en armes. Ceux-ci se contentent d'en contrôler les accès et d'occuper des casernes, à l'extérieur.

 

Rappel des faits récents...

 

On se souvient que pendant huit longs mois, les Homsiotes avaient réclamé l'intervention de l'Armée, qui se refusait à prendre le risque d'atteindre la population civile.

 

Après avoir essayé sans succès de s'établir à Daraa, (près de la frontière jordanienne), puis à Idleb (près de la frontière turque) dont ils furent également délogés, les opposants au régime avaient choisi Homs pour sa proximité avec le Liban, comme Quartier Général. Dès lors, on ne compta plus les exactions et les crimes d'une férocité tout-à-fait étrangère au comportement syrien. Pour exemple, l'enlèvement de 200 alaouites, en août de l'an dernier, à fin de les EGORGER pour la fête de Y Aid al-Adha. En provenance du Liban, un armement sophistiqué considérable, suffisant pour approvisionner toute la rébellion, avait été stocké dans le quartier de Baba Amro autoproclamé Émirat Islamique Indépendant. De nombreux combattants y avaient d'ailleurs été enrôlés de force, sous menace d'éliminer leur famille. Parmi des atrocités sans nom, on a retrouvé les corps de 48 jeunes hommes EGORGES parce qu'ils voulaient rendre les armes ; c'est ce que m'a personnellement raconté un survivant qui avait perdu dans cette circonstance son père et ses deux frères. Il faut savoir que, pour le fanatique sunnite, égorger son ennemi manifeste sa fierté d'être en Guerre Sainte ; pour l'alaouite, c'est un acte de vertu qu'il offre aux yeux d'Allah.

 

... et de la guerre de Vendée

 

Lorsque des terroristes veulent vérifier l'identité religieuse d'un suspect, s'il se dit chrétien, ils lui font réciter le Je crois en Dieu et le laissent partir (les chouans l'exigeaient en latin). S'il se dit ismaélite, il lui est demandé de donner les généalogies qui remontent à Moïse. S'il se dit sunnite, ils exigent qu'il récite une prière dont les alaouites, eux, ont retiré un passage. Les alaouites n'ont aucune chance de s'en tirer vivant. Nombre d'entre eux ont été kidnappés sur simple présentation de leur carte d'identité ; quand des chrétiens l'ont été, c'était par erreur. Depuis les temps immémoriaux, en effet, les chrétiens vivent en paix dans les quartiers sunnites et alaouites, heureux de leur présence.

 

Toujours au contact avec la population, Bachar Al-Assad (dont on sait que la mère a été l'élève d'un collège de Latakieh tenu par des religieuses) s'est rendu personnellement sur place après les événements et a promis de reconstruire les quartiers martyrs.

 

Le dessous des événements

 

Dans une villa de la banlieue de Homs dont ils avaient exproprié les habitants, des officiers [étrangers] avaient installé leur chambre d'opération... Que l'on nous permette de revenir quelque peu sur les événements d'Homs présentés par la presse française et internationale à la honte du "barbare" Bachar El-Assad.

 

9 février 2012. Après épuisement de toutes les tentatives de médiation, l'Armée loyaliste syrienne donne l'assaut à «l'Armée syrienne libre » qui s'était emparé du quartier de Baba Amro et pris ses habitants en otage. Ce que la presse française ne dit pas, c'est qu'à cette occasion furent faits prisonniers seize officiers [étrangers], agents des services de renseignement qui dispensaient là leur savoir-faire en matière de combat urbain. Lorsqu'au terme de batailles qualifiées de « répression sanguinaire » par la presse internationale, les Forces gouvernementales vinrent à bout des rebelles, une partie d'entre eux trouva refuge dans le labyrinthe du quartier chrétien, tandis que les derniers éléments armés de l'Émirat prenaient la fuite, en massacrant les chrétiens des deux villages qu'ils traversèrent avant de trouver refuge au Liban. Mais qu'advint-il des journalistes-combattants de l'émirat islamique autoproclamé ?

 

Deux y trouvèrent la mort, Marie Colvin et Rémi Ochlik qui furent identifiés sur des vidéos par les ambassadeurs de France et de Pologne, en tenue de combat. Le « photographe » Paul Conroi appartenait à une agence de renseignement britannique ; Edith Bouvier était entrée clandestinement en Syrie aux côtés des rebelles. Elle, qui aurait dû tomber sous le délit d'immigration illégale, osa à l'époque manipuler la compassion des téléspectateurs français en réclamant la création d'un « couloir humanitaire », se faisant la porte-parole d'Alain Juppé qui cherchait par là à exfiltrer les mercenaires de l'Armée Syrienne Libre et leurs instructeurs occidentaux. D'autres éléments laissent à imaginer que l'envoyée du Figaro Magazine travaillait pour la DGSE.

 

La veille de l'assaut final, s'échappant nuitamment à l'insu des insurgés (mais avec la connivence des Forces loyalistes), les dits journalistes (sic!) gagnèrent le Liban où ils furent récupérés à un point de passage illégal par l'ambassadeur de France à Beyrouth, Denis Pietton, le même qui avait insolemment pris position contre Sa Béatitude Bchara Raï, trop bacharisé à son goût. Sous le faux prétexte de visiter les entours de Baalbek, à l'est du Liban, le diplomate avait rejoint le nord de la Bekaa, (région frontalière limitrophe de la province de Homs) avec une équipe sécuritaire française. Là, il récupérait les exfiltrés français ; comme, en vertu de la Convention de Vienne, les voitures diplomatiques ne peuvent être perquisitionnées, le convoi ramena les agents français à l'ambassade, au nez et à la barbe de la police.

 

Les villages chrétiens de la campagne d'Homs

 

Puisqu'on n'est pas éloigné de la frontière du Liban, les points de contrôle et les barrages sont nombreux, ainsi que le mouvement des véhicules de l'armée loyaliste. Du haut de ses sept ans, Jacques s'époumone auprès de moi : « Dieu protège l'armée !» ; je le verrai ce soir prier pour elle comme il le fait chaque jour avec ses frères et sœur. Dans le village chrétien où je passe les nuits, les grand'mères se font un devoir de porter de la nourriture aux soldats. Un habitant me confie : « Si l'armée quitte notre village, nous risquons d'être EGORGES. Si la répression sauvage dont l'accusent vos médias était réelle, pourquoi les militaires seraient-ils les bienvenus dans nos villages ? » qui sont, j'ai pu le constater de mes yeux, sous la protection attentive des troupes fidèles au Président Bachar. Pourtant, le jour de l'Ascension, une roquette est arrivée dans le jardin, heureusement sans faire de dégâts, mais l'explosion a terrifié les enfants. Le village, pour la première fois, a été la cible de trois RPG dont l'un a provoqué la mort d'un grand-père, parent de la famille, et de ses deux petits enfants (13 et 8 ans).

 

La campagne jouit donc d'un calme très relatif. On entend des échanges de tirs, la nuit : c'est que nous ne sommes qu'à une quinzaine de kilomètres de la frontière libanaise. Douze personnes qui se rendaient à Kafr Nam en minibus ont été kidnappées contre rançon. Un autobus a été mitraillé sur la route. Au village, un cousin a été enlevé quelques heures, le temps de lui voler son taxi (habilité à passer la frontière libanaise). Tout cela relève d'actions isolées des bandes armées.

 

La frontière évanescente du Liban

 

L'Armée Nationale syrienne renforce son dispositif pour empêcher les infiltrations. Mais des combattants étrangers se regroupent toujours aux frontières turque et jordanienne ; après avoir transité par Amman, des centaines de libyens d'Al-Qaïda takfiristes (ex-groupe islamique agressif en Libye) continuent d'affluer, tandis que plusieurs milliers d'autres sont rassemblés à Hattay (en Turquie) et encadrés par l'Armée turque ; ces jours-ci, sont arrivés en renfort plus de 5 000 libyens.

 

Les incidents se multipliant, on dit que l'Armée libanaise aurait démantelé un camp de regroupement et une base de communication sur son territoire. Pourtant les preuves prolifèrent sur la responsabilité du gouvernement dans la transformation du Liban en base arrière pour frapper la Syrie et y commettre des actes de violences. En collaboration avec des ambassades occidentales, un vaste trafic d'armes a été mis en place via Tripoli (où arrivent par cargos des milliers de tonnes d'armement lourd) grâce à l'installation de bases logistiques et médiatiques notamment animées par le Courant du futur de Saad Hariri et les Forces libanaises de Samir Geagea. La tâche de ces cellules est de former et d'entraîner les groupes terroristes syriens. Tout se passe comme si, sur décision américaine, le Liban était devenu une plateforme pour agresser la Syrie.

 

Damas, une écharde dans la chair

 

Alors que la Syrie semblait trouver sa place dans le concert des nations, voici qu'un nombre inattendu de protagonistes s'intéresse à elle, pas toujours de façon cordiale ou désintéressée. L'homme de la rue se demande si une nouvelle guerre mondiale n'a pas commencé dans son pays. Et les conjectures vont bon train.

 

La Russie n'a-t-elle pas besoin de la région comme débouché indispensable vers les mers libres ? Comment l'Amérique pourrait-elle supporter l'idée de son émergence au rang des puissances mondiales ? La Chine elle-même ne nourrit-elle pas le projet d'une ligne de chemin de fer en direction du Golfe et de l'Afrique ? L'acheminement du pétrole et du gaz iraniens à destination de Banyias se fait à travers l'Irak, mais les hydrocarbures du Qatar à destination d'Haïfa ne seraient-ils pas programmés pour transiter par la Syrie ?.... Israël considère que sa sécurité exige à n'importe quel prix la chute de Bachar, dont la force est devenue une menace. L'origine juive (de Turquie) de la famille royale d'Arabie Saoudite, wahabite (et non sunnite) explique son allégeance au Mondialisme. Nul n'ignore que lorsqu'il devint premier ministre, le sunnite Saad Hariri (dont la fortune doit beaucoup aux fonds américain, saoudien et qatari) n'était libanais que depuis huit ans. Son alliance avec l'Arabie Saoudite s'explique aisément par le fait qu'il est le fils de l'épouse que son père, Rafic, a offert en présent au roi Abdallah. Saoudiens et Qatar sont alliés des USA qui les soutiennent à cause du pétrole mais leur tiennent la bride courte, en menaçant - par des troubles populaires qui ont déjà commencés - la stabilité de leurs trônes. La tribu du prince qatari Hamad, ... fait de fréquents séjours dans son château près de Tel Aviv. On peut noter qu'il y a aussi du pétrole dans la région de Deir Ezzor, à l'est de la Syrie (où vient d'exploser un véhicule contenant 1000 kg de TNT), et beaucoup de gaz dans la région de Qara et au large des côtes de Latakieh. En fait, tout ce beau monde ne s'est-il fédéré contre la Syrie que lorsqu'elle a commencé d'émerger au niveau des grandes puissances et Washington ne provoquerait-il les changements de régime du monde arabe que pour réaliser ses objectifs géopolitiques concernant la maîtrise de l'énergie ?

 

Quand - à l'appui de la Russie et de la Chine, au soutien de l'Iran et celui du Hesbollah libanais (qui menace directement Israël) - la Syrie ajoute sa puissance de feu et l'efficacité de la protection de son territoire (par des moyens électroniques capables d'intercepter toutes communications ou de mettre en panne tout appareillage électronique), Bachar devient une écharde insupportable dans la réalisation du plan ... de dépècement du Moyen-Orient destiné à assurer la survie d'Israël.

 

Les chrétiens ne sont pas persécutés comme en Egypte

 

Mon hôte me dit : « Avant le commencement des événements, nul n'aurait jamais eu l'idée de revendiquer son appartenance religieuse. On vivait tous ensemble, sans toujours savoir quelle religion l'autre pratiquait. On était syrien, et cela nous définissait. C'est en 2011 que tout a commencé de changer et que nous y avons prêté attention. »

 

On pourrait presque dire que les malheurs des chrétiens relèvent des dommages collatéraux. En effet, les incidents dont ils ont été victimes ne se sont produits que dans la région d'Homs, (précédés des affrontements entre sunnites et alaouites), mais l'on n'en déplore à ce jour aucun dans les autres provinces.

 

Ils sont inquiets, bien sûr, mais leur peur n'a vu le jour qu'avec le Printemps arabe et la crainte de la prise du pouvoir par les Frères musulmans. Avec l'immense majorité des syriens, ils aiment leur Président dont on sait aujourd'hui qu'il ne tient plus au pouvoir mais, ne voulant pas céder à la pression actuelle, attend les élections de 2014 sans intention de se porter candidat. Ils jugent enfin les bandes armées fanatisées pour ce qu'elles sont, la plupart du temps, composées de jeunes délinquants entre 18 et 26 ans à peine sortis de prison. Avec tous les syriens et comme le Président lui-même, ils désirent des réformes. Mais pas sa chute qui entraînerait immédiatement l'irakisation de la Syrie (qui a accueilli, faut-il le rappeler, plus de trois millions de réfugiés irakiens).

 

Il a fallu attendre cette guerre pour que les chrétiens soient personnellement menacés par des combattants salafistes encouragés et excités chaque soir à la télévision par le « cheikh » Al Araour. Ancien officier de l'Armée syrienne, ce personnage peu recommandable a été jugé et condamné aux geôles syriennes pour ses mœurs dépravés ; mais il a pris la fuite et s'est réfugié au Qatar d'où il ne cesse d'inciter ses troupes à massacrer alaouites et chrétiens.

 

Il y a, pour l'observateur, une évolution évidente des « révolutions ». Les troubles avaient commencé en Tunisie, puis ce fut le tour du Yémen, de l'Egypte et de la Libye, avec le « succès » que l'on sait. Il restait la Syrie. Pourtant il faut reconnaître ceci : si les chrétiens ne sont pas directement persécutés dans leur pays, c'est leur existence même qui est menacée de l'extérieur par les alliés du Golfe et les prises de position iniques de nations comme la France, à la remorque des États-Unis, eux-mêmes assujettis à Israël.

 

Les chiffres réels des victimes

 

Les chiffres réels (selon le rapport sur la Syrie aux Nations Unies) en mars dernier : 6 143 victimes civiles tuées par les rebelles

 

En un an : 1 500 enlèvements, 3 280 soldats de l'Armée réguière, 478 policiers, 931 disparus.

 

Printemps syrien

 

II plane dans le petit peuple chrétien le sentiment qu'une renaissance doive suivre les événements actuels, leurs ennemis conjugués n'ayant obtenu d'autres résultats que des destructions partielles et celui de souder les syriens autour de leur président ; les attentats des derniers kamikazes sont même perçus comme des combats d'arrière-garde.

 

C'est sous les murs de Damas que saint Paul, futur Apôtre des Nations, a été saisi par le Christ Jésus, Lumière du Monde. Ni à Jérusalem, ni autre part. En 2001, dans l'humble quartier de Soufanieh où la Sainte Vierge avait commencé de se manifester une vingtaine d'années auparavant, Jésus annonçait : « Des jours difficiles vous attendent, des troubles à l'intérieur de l'Église... Vous aurez beaucoup à souffrir, mais ne craignez pas, je suis avec vous ». Le tout dernier message (2004) disait : « Une lumière nouvelle a surgi au milieu de vous, vous devrez la rayonner sur ce monde apostat et englué dans le matérialisme. Mais gardez bien votre orientalité. » La Mère de Dieu et son Fils ne seraient-ils venus chez les leurs que pour les abandonner ?

 

Et le terme singulier à l'orientalité (proche d'authenticité) n'exprimerait-il pas la qualité de convivialité historique qui a toujours existé entre chrétiens et musulmans ? On sait que la Mosquée des Omeyyades abrite le crâne de saint Jean-Baptiste, que vénèrent côte-à-côte chrétiens et musulmans. Mais sait-on que beaucoup de musulmans cultivés prient le Christ ? Pèse-t-on à leur juste mesure les visites régulières du président Bachar au monastère de Notre-Dame de Sayidnaya, comme à l'humble Sanctuaire de Saint Ananie où il a lui-même demandé de l'huile bénite ? ; et sait-on que l'image miraculeuse de la Vierge de Soufanieh - devant laquelle viennent se recueillir des cheikhs musulmans - fut rapportée du Kazanska, où musulmans et chrétiens honorent depuis toujours l'icône prodigieuse de Notre-Dame de Kazan ? Ne se pourrait-il que la lumière qui a baigné Damas au début de l'ère chrétienne y jaillisse à nouveau et prélude une nouvelle ère chrétienne ?

 

Enfin, ne faudrait-il détruire la Syrie que parce qu'elle apparaît comme le cœur d'un Islam modéré ? Pour justifier sa politique de domination, l'Occident ne veut avoir affaire qu'à l'Islam pur et dur qu'il suscite, alimente et bouffit. En opposant au monde occidental (soi-disant chrétien) un monde de barbus fanatiques, il peut justifier sa guerre pour le pétrole.

 

Les politiciens font des plans. Les sages de Sion ont peut-être le leur. L'ultime raison d'espérer des chrétiens de Syrie - comme de tout le Proche-Orient - repose sur leur foi dans le plan du Seigneur. La terre d'Orient est gorgée d'Espérance. N'a-t-elle pas engendré au cours des siècles passés des victoires aussi fulgurantes que mystérieuses : David face à Goliath, Cirrus face à Nabuchodonosor, Gédéon face aux Madianites ? N'oublions pas que le sort du monde se joue autour du mont Moriah, à portée de canon de Damas.

 

Damas, ce 20 mai 2012

 

 

 

 

Au début du mois de mai, la presse officielle faisait état d'un Rapport de la Syrie daté du 21 mars à l'ONU qui recensait les victimes du conflit depuis le début des affrontements. Le nombre des victimes des rebelles s'élevait à 6 000 et se décomposait ainsi : 3 000 soldats de l'Armée régulière et 3 000 civils, (500 policiers abattus, 1 500 enlèvements et 1 000 disparus). Dans le même temps, l' Observatoire Syrien des Droits de l'Homme évaluait le nombre de syriens tués à 11 000. Les rebelles - rebaptisés « déserteurs» par l'OSDH - ne comptabilisaient que 600 pertes et ne mentionnaient évidemment pas les nombreux combattants étrangers tombés en "martyrs du djihad".

 

Même compte tenu de la difficulté de l'exactitude en la matière, la marge entre les deux chiffres était démesurée. Mais la manipulation ne s'arrêtait pas là puisque la responsabilité des 11000 morts devait incomber à la répression gouvernementale, les médias de masse occidentaux se faisant immédiatement l'écho indigné des chiffres de l'OSDH.

 

 

SOURCE : Association Saint Pierre d'Antioche et de tout l'Orient, dans son numéro 45 de mai 2012.

 

 

via http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=636331

Partager cet article
Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 10:25

Syrie/Topol M: vers une guerre mondiale? , par Thierry Meyssan

 

Le Président Vladimir Poutine a placé son troisième mandat sous le signe de l'affirmation de la souveraineté de son pays face aux menaces directement lancées contre la Fédération de Russie par les États-Unis et l'OTAN. Moscou a maintes fois dénoncé l'élargissement de l'OTAN, l'installation de bases militaires à ses frontières et le déploiement du bouclier antimissile, la destruction de la Libye et la déstabilisation de la Syrie. Les jours suivant son intronisation, M. Poutine a passé en revue l'industrie militaire russe, ses forces armées, et son dispositif d'alliance.

 

Il a poursuivi cette mobilisation en choisissant de faire de la Syrie la ligne rouge à ne pas franchir. Pour lui, l'invasion de la Libye par l'OTAN est comparable à celle de la Tchécoslovaquie par le IIIe Reich, et celle de la Syrie —si elle devait avoir lieu— serait comparable à celle de la Pologne qui déclencha la Deuxième Guerre mondiale.



... [D]epuis des mois, les médias occidentaux et du Golfe leur martèlent à longueur de journées que le Président al-Assad incarne une dictature sectaire au profit de la minorité alaouite, tandis que son opposition armée incarne la démocratie pluraliste. Un simple regard sur les événements suffit à discréditer cette présentation mensongère. Bachar el-Assad a convoqué successivement des élections municipales, un référendum et des élections législatives. Tous les observateurs se sont accordés à dire que les scrutins se sont déroulés de manière sincère. La participation populaire a atteint plus de 60 % alors même que les Occidentaux les ont qualifiés de «farces» et que l'opposition armée qu'ils soutiennent a empêché les citoyens de se rendre aux urnes dans les quatre districts qu'ils contrôlent. Dans le même temps, l'opposition armée a multiplié les actions non seulement contre les forces de sécurité, mais contre les civils et tous les symboles de la culture et du multi-confessionnalisme.

Ils ont assassiné les sunnites progressistes, puis tué au hasard alaouites et chrétiens pour contraindre leurs familles à fuir. Ils ont brulé plus de mille cinq cents écoles et églises. Ils ont proclamé un éphémère Emirat islamique indépendant à Baba Amr où ils ont institué un Tribunal révolutionnaire qui a condamné à mort plus de 150 mécréants, égorgés un à un en public par leur bourreau. Et ce n'est pas le pitoyable spectacle de quelques politiciens dévoyés, réunis au sein d'un Conseil national syrien en exil, affichant un projet démocratique de façade sans rapport avec la réalité de terrain des crimes de l'Armée «syrienne» libre, qui masquera plus longtemps la vérité. Au demeurant, qui peut croire que le régime laïque syrien, dont l'exemplarité était célébrée il y a peu, serait devenu une dictature confessionnelle, tandis que l'Armée «syrienne» libre, soutenue par les dictatures wahhabites du Golfe et obéissant aux injonctions de prédicateurs takfiristes serait un parangon du pluralisme démocratique ? L'évocation par des dirigeants US d'une possible intervention internationale hors mandat de l'ONU, à la manière dont l'OTAN avait démembré la Yougoslavie, a suscité inquiétude et colère à Moscou. La Fédération de Russie, qui jusqu'ici se tenait en position défensive, a décidé de prendre l'initiative. Ce changement stratégique est dû à l'urgence de la situation du point de vue russe, et à l'évolution favorable sur le terrain en Syrie. Moscou a proposé de créer un Groupe de contact sur la Syrie qui réunirait l'ensemble des États concernés, c'est-à-dire à la fois les Etats voisins, les puissances régionales et internationales. Il s'agit de substituer un forum de dialogue à l'actuel dispositif belliqueux mis en place par les Occidentaux sous le vocable orwellien de «Conférence des Amis de la Syrie». La Russie continue à soutenir le Plan Annan —qui est en fait la reprise à peine modifiée du plan présenté par Sergey Lavrov à la Liguer arabe—. Elle déplore que ce plan ne soit pas appliqué, mais rejette la culpabilité sur la faction de l'opposition qui a pris les armes.

 

Selon A.K. Lukashevich, un des porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l'Armée «syrienne» libre est une organisation illégale au regard du droit international. Bien qu'elle assassine chaque jour 20 à 30 soldats syriens, elle est publiquement soutenue par les États de l'OTAN et du CCGP en violation du Plan Annan. Se posant en faiseur de paix face à une OTAN faiseur de guerre, Vladimir Poutine a demandé à l'OTSC de se préparer à déployer des «chapkas bleues» en Syrie, à la fois pour séparer les belligérants syriens et pour combattre les forces étrangères. Nicolai Bordyuzha, secrétaire général de l'OTSC, a confirmé qu'il dispose de 20 000 hommes formés pour ce type de mission et immédiatement disponibles.

 Ce serait la première fois que l'OTSC déploierait une force de paix hors de l'ancien espace soviétique. Piqué au vif, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a tenté de saboter cette initiative en proposant soudainement d'organiser lui aussi un Groupe de contact. Réunissant à Washington le groupe de travail sur les sanctions de la Conférence des Amis de la Syrie, la secrétaire d'Etat US Hillary Clinton a fait fi de la proposition russe et a surenchéri en faveur d'un changement de régime.

 

La journée du jeudi 7 juin a été riche en événements. Alors que Ban Ki-moon et Navi Pillay, respectivement secrétaire général et Haut-commissaire aux Droits de l'homme, dressaient leur réquisitoire contre la Syrie devant l'Assemblée générale de l'ONU, Moscou a procédé à deux tirs de missiles balistiques intercontinentaux. Le missile Boulava tire son nom d'une antique masse d'arme slave faisant office de bâton de maréchal des armées cosaques.

Le colonel Vadim Koval, porte-parole du RSVN, a admis le test d'un Topol —lancé depuis un silo près de la Caspienne—, mais n'a pas confirmé celui d'un Boulava depuis un sous-marin en Méditerranée. Cependant, le tir a été observé dans tout le Proche-Orient, d'Israël à l'Arménie, et il n'existe aucune autre arme connue qui puisse laisser de telles traces dans le ciel. Le message est clair : Moscou est prêt à la guerre mondiale, si l'OTAN et le CCG ne se plient pas aux obligations internationales telles que définies par le Plan Annan, et persistent à alimenter le terrorisme. Selon nos informations, ce coup de semonce avait été coordonné avec les autorités syriennes. De Même que Moscou avait encouragé Damas à liquider l'Émirat islamique de Baba Amr sitôt l'autorité du président el-Assad confirmée par le référendum constitutionnel, de même il a encouragé le président à liquider les groupes de mercenaires présents dans le pays sitôt le nouveau Parlement et le nouveau Premier ministre installés. L'ordre a été donné de passer d'une stratégie défensive à une action offensive pour protéger la population du terrorisme. L'armée nationale est donc passée à l'attaque des bastions de l'Armée « syrienne » libre. Les combats des prochains jours s'annoncent difficiles, d'autant que les mercenaires disposent de mortiers, de missiles anti-chars et désormais de missiles sol-air. Pour faire baisser la tension, la France a immédiatement accepté la proposition russe de participation à un Groupe de contact ad hoc. Washington a dépêché en urgence Frederic C. Hof à Moscou. Contredisant les propos tenus la veille par la secrétaire d'État, Hillary Clinton, M. Hof a à son tour accepté l'invitation russe. Il n'est plus temps de se lamenter sur l'extension des combats au Liban, ni de pérorer sur une possible régionalisation du conflit. Depuis 16 mois qu'ils déstabilisent la Syrie, l'OTAN et le CCGP ont créé une situation sans issue qui peut désormais dégénérer en guerre mondiale.

 

Source et article complet : http://french.irib.ir/analyses/articles/item/193681-thierry-meyssan-coups-de-semonce-russes-le-conflit-syrien-risque-de-d%C3%A9g%C3%A9n%C3%A9rer-en-guerre-mondiale via http://www.armementetmaterielmilitaire.com/

--------------------------------------------------------------

- Israël prend position en faveur des "insurgés" syriens

Partager cet article
Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 08:38

Quand le libéralisme et le capitalisme actuels n'étaient pas.

 

"Nos ancêtres n'étaient pas les brutes de travail qu'on imagine. Autour de l'an mil nous avions 190 jours de congès par an... Les fêtes de village, les fêtes des saints locaux, les fêtes des corporations, cela n'arrêtait pas, bref on travaillait moins d'un jour sur deux... Il n'est jamais question de travailler plus pour gagner plus".

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 17:37

 

”Christiane Taubira déclare sans ambages qu’il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les «jeunes Arabes» «ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes». 


L’Express du 4 mai 2006  

Source

 

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre nommé par François Hollande, nouveau président de la République dite française, a présenté son gouvernement. La principale surprise vient de la nomination de Christiane Taubira (60 ans) au poste stratégique de ministre de la Justice (garde des sceaux).

Le site "Démocratie royale" fait le pari "que les premières difficultés du gouvernement viendront de cette faute originelle et de la personnalité imprévisible de la nouvelle garde des sceaux… Née en Guyane, celle-ci est entrée tardivement en politique à 40 ans en se faisant élire députée d’un parti indépendantiste guyanais (!). Puis elle a rejoint le parti radical de l’affairiste Bernard Tapie et s’est portée candidate aux élections présidentielles de 2002.

-------------------------------------------------------------------

- François Hollande et la division haineuse des citoyens en classes, catégories et groupements d'hommes

Partager cet article
Repost0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 12:21

Après avoir matraqué les catholiques pour qu'ils votent Sarkozy au second tour de la présidentielle 2012, dans un article intitulé "Comment la droite peut gagner les législatives", les catholiques tendance libérale-nationale du "Salon Beige" préconisent à présent que Nicolas Sarkozy a été battu, "pour éviter" une majorité parlementaire de gauche à l'Assemblée nationale "dont dépendrait notamment la légalisation de l'euthanasie, la redéfinition du mariage et, ... l'extension du droit de vote aux étrangers", une "normalisation des relations entre les deux partis" Front national et UMP, pour "de bons reports de voix mutuels, voire de désistements en cas de triangulaires", aux prochaines Législatives de juin 2012. Tout le raisonnement tient dans le postulat que 100% des électeurs du Front national serait "de droite" et se reporterait arithmétiquement sur le candidat UMP en cas de duel UMP - parti socialiste. Or rien n'est plus faux, pour trois raisons au moins.

 

 (1) Rien ne dit que la droite maçonnique UMP ne légalisera pas le mariage homosexuel comme elle a d'ailleurs déjà envisagé de le faire en 2010 avec l'assentiment de plusieurs personnalités du gouvernement qui s’étaient prononcées pour l’application effective de cette partie du programme de Nicolas Sarkozy en 2007 : Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Frédéric Mitterrand, Roselyne Bachelot, Chantal Jouanno, Nadine Morano, Jeanette Bougrab, François Fillon. Rien ne dit non plus, vu le nombre de trahisons et de retournement de veste, que la droite parlementaire ne légalisera pas l'euthanasie ou le droit de vote des étrangers aux élections locales qui était une mesure soutenue par Nicolas Sarkozy dès 2001, dans son livre « Libre ». Il y était favorable pour les étrangers en situation régulière qui « paient des impôts », « respectent nos lois » et justifient de cinq ans de résidence. « Je ne vois pas au nom de quelle logique nous pourrions les empêcher », écrivait-il alors. Ironie du sort : c'est à peu de choses près l'argumentaire actuel du PS... En 2005, il était toujours pour, sous réserve de dix ans de résidence. Une fois entré à l'Elysée en 2007, il a amorcé un nouveau virage. En avril 2008, il s'était dit pour « à titre intellectuel », mais assura ne pas « avoir la majorité ». Enfin, en 2012, il changea d'avis et déclara ne plus être pour...

 

(2) Il n'est pas certain comme le sous-entend le Salon Beige que l'intérêt de la France et même l'intérêt du Front national soit dans une "normalisation" - que nous nommerions compromission... - du seul parti anti-système avec la "droite" maçonnique pour soit-disant "faire barrage" à une majorité parlementaire "de gauche"... Il faut parfois savoir attendre son heure en politique.

Premier fait ignoré : à court terme, l'UMPS est de toute façon vouée inexorablement à disparaître (l'UMP devrait exploser en juin 2012 suite à une déroute aux Légilisatives, et le PS dans cinq ans, à la fin du mandat de François Hollande). Cette explosion de l'UMPS se fera sans coup de pouce aucun du Front national. Pourquoi Marine Le Pen se "normaliserait"-elle avec un parti voué à disparaître ? 

 Deuxième fait ignoré : un des slogans du Front national entre les deux tours de l'élection présidentielle 2012 a été le slogan "ni droite ni gauche, Front national". Marine Le Pen, conséquente lors du second tour de la présidentielle entre le 22 avril et le 6 mai, a mis en application ce slogan, et su s'éviter tous les pièges avec une grande intelligence : des pièges comme appeler à voter "à droite", c'est-à-dire pour Sarkozy au second tour (ce qui n'eut pas été "normalisation" mais comprimission et trahison pour son électorat "de gauche" et d'extrême-droite). Elle a su laissé ses électeurs libres de choisir, c'est-à-dire qu'elle n'a pas appeler à voter blanc ou abstention (ce qui aurait pu lui être reproché).

 

(3) Enfin, troisième fait politique ignoré du Salon Beige, il y a des personnes qui depuis des années votent Front national sans être "de droite".

Depuis la trahison des ouvriers par la gauche dans les années 1990 et 2000, il y a même de nombreux anciens communistes et d'ex socialistes qui à présent votent Front national et certainement pas pour la "droite" d'affaires et d'argent UMP qui est historiquement liée à la franc-maçonnerie et à la banque. Il est temps au "Salon beige" d'actualiser la page !

 

Pour toutes ces raisons, la "normalisation" du Front national ne se fera pas.

Il est d'ailleurs naïf pour un catholique et un nationaliste cultivé d'imaginer qu'un jour le système qui a inventé le "cordon sanitaire" validera la "normalisation" du Front national, appelée de ses voeux par "Le Salon Beige"... Le jour où le système normalisera et validera le Front national ce sera le signe que ce "Front national"-là ne sera plus le Front national.

Partager cet article
Repost0