Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 20:56

Honneur du christianisme, le Supérieur du district de France de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X, l'Abbé Régis de Cacqueray, en ce 25 août, fête de la Saint-Louis, fait un communiqué remarquable contre le "programme totalitaire" de latin à l'épreuve du baccalauréat de 2010, une oeuvre érotique d'Ovide qui "réduit la femme à l’état de proie". 

J'invite tous les blogs et sites amis à relayer ce communiqué qui est comme un peu de fraîcheur contre un déferlement quotidien d'un amas d''immondices et d'iniquités polluant systématiquement tous nos sens ad nauseam (selon le programme défini dans une certaine "
Lettre de Vindice à Nubius...") Faites entendre votre protestation auprès du Ministre de l'Education Nationale et du médiateur de l'Education nationale.

-------------------

Communiqué du District de France

Programme de latin à l’épreuve du baccalauréat de 2010

Abbé Régis de Cacqueray, Supérieur du District de France


Suresnes, le 25 août 2009

« De nos jours plus que jamais, la force principale des mauvais, c’est la lâcheté et la faiblesse des bons, et tout le nerf du règne de Satan réside dans la mollesse des chrétiens. »

Saint Pie X s’adressant à l’évêque d’Orléans après la béatification de Jeanne d’Arc, le 13 décembre 1908.

 

Le Bulletin officiel n°15 du 9 avril 2009 de l’Education Nationale a fait connaître la liste des œuvres obligatoires inscrites au programme de langues et cultures de l’Antiquité de la classe terminale des séries générales et technologiques. Pour le latin, l’œuvre unique est « L’art d’aimer » d’Ovide. Cette oeuvre se trouvera encore au programme de l’année 2011.

« L’art d’aimer » est une œuvre érotique du poète Ovide uniquement consacrée à exposer aux hommes d’abord, aux femmes ensuite, touts les conseils pour séduire. L’amour est ravalé à un exposé complaisant des moyens les plus dégradés et les plus cyniques pour parvenir à sa fin. L’auteur promeut la multiplication des partenaires et réduit la femme à l’état de proie.

Voilà la littérature sur laquelle les élèves de terminale des deux années à venir devraient se plonger pendant des mois !

Nous protestons et nous invitons tous les Catholiques et tous les hommes à qui il reste un sens moral à protester contre ce programme totalitaire qui constitue une véritable incitation publique à l’immoralité et à la débauche.

Nous vous recommandons de faire entendre votre protestation auprès :

- du Ministre de l‘Education Nationale

110, rue de Grenelle
75007 Paris

- du médiateur de l‘Education nationale

Bernard Thomas,
61-65 rue Dutot
75732 Paris Cedex 15
mediateur@education.gouv.fr

Nous invitons tout spécialement tous les parents, les professeurs et les Directeurs d’établissement scolaire à se mobiliser et à faire connaître leur opposition à un tel programme.

Abbé Régis de Cacqueray ,
Supérieur du District de France.
Suresnes, le 25 août 2009 

-------------------

Source :
La Porte Latine 

Partager cet article
Repost0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 08:45
Partager cet article
Repost0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 07:44

La double critique du rationalISME (du XIXe siècle) et du relativisme (XXe-XXIe), comme doctrines mises en parallèle et attaquant toutes les deux la raison humaine, c'est fort bien analysé et à retenir dans nos discussions avec les "RationalISTES"...

Benoit XVI : 1789 fut la dictature du rationalisme, aujourd'hui, c'est la dictature du relativisme


Extraordinaire audience générale
du Saint-Père aujourd'hui (ici en intégralité) :

"Loin alors de réduire la figure de saint Jean Marie Vianney à un exemple, tout aussi admirable soit-il, de la spiritualité dévotionnelle du dix-neuvième siècle, il est nécessaire au contraire de cueillir la force prophétique qui marque sa personnalité humaine et sacerdotale.

Dans la France post-révolutionnaire qui expérimentait une sorte de « dictature du rationalisme » en rayant même la présence des prêtres et de l'Église dans la société, (St Jean-Marie Vianney) il vécut, d'abord - dans les années de sa jeunesse - une clandestinité héroïque en parcourant des kilomètres dans la nuit pour participer à la Sainte messe.

Chers frères et sœurs, à 150 ans de la mort du Saint Curé d'Ars, les défis de la société d'aujourd'hui ne sont pas moins prenants, au contraire peut-être, ils se sont faits plus complexes. Si alors il y avait la « dictature du rationalisme », à l'époque actuelle on enregistre dans beaucoup de milieux, une sorte de « dictature du relativisme ». Tous comme élément distinctif et constitutif de son identité les deux apparaissent comme des réponses inadéquates à la juste question de l'homme d'utiliser pleinement sa raison.

Le rationalisme fut inadéquat parce qu'il ne tint pas compte des prétendues limites humaines d'élever la seule raison à la mesure de toutes les choses, en la transformant en une déesse ; le relativisme contemporain mortifie la raison, parce que, de fait, il arrive à affirmer que l'être humain ne peut rien connaître avec certitude au-delà du domaine scientifique positif. Aujourd'hui cependant, comme alors, l'homme « demandeur de sens et d'accomplissement » va à la recherche continue de réponses exhaustives aux questions de fond qu'il ne cesse de poursuivre". Ensuite - de prêtre - il se distingua par une créativité pastorale singulière et féconde, capable de montrer que le rationalisme, alors dominant, était en réalité loin de satisfaire des besoins authentiques de l'homme et donc, en définitive, pas vivable. Via
Le Salon Beige

Partager cet article
Repost0
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 11:56
La nouvelle production théâtrale de Leonardo Defilippis et de Saint Luke Productions – une entreprise à but non lucratif fondée voici une trentaine d’année pour « renouveler la culture par le théâtre et les médias » est en train de bouleberser l'Amérique.

La première de ce spectacle de 90 minutes a été donnée le 4 août, dies natalis du saint Curé d’Ars, en la paroisse St. Jean Vianney de Houston (Texas). Aujourd’hui il sera représenté dans l’église de la paroisse St. Jean Vianney, puis dans cinq autres paroisses de l’archidiocèse de Galveston-Houston jusqu’au 11 août. Ensuite il tournera dans tous les États-Unis. En fait, le spectacle est déjà presque complètement programmé tous les jours jusqu’à la fin de cette année dans de nombreux archidiocèses et diocèses américains. On sait qu’à Chicago, à la demande du cardinal-archevêque Francis George, une représentation sera réservée pour tout le presbyterium. Dans d’autres diocèses, les évêques ont prévu une représentation pour les séminaristes. Là encore, l’évêque a fait savoir qu’il serait présent aux cinq représentations dans son diocèse, pour manifester qu’il est avec ses prêtres et leur saint patron. Ailleurs le spectacle sera précédé d’une Adoration Eucharistique et suivi de confessions… Defilippis, qui est acteur depuis presque 35 ans, et qui interprète le rôle du saint Curé d’Ars dans cette production, avoue « n’avoir jamais connu une telle réponse » de toute sa vie.

Une formidable initiative destinée à contribuer à l’Année du Sacerdoce mais qui s’inscrit dans le cadre diocésain et dans le tissu paroissial… Encore une belle leçon du jeune catholicisme américain au catholicisme de notre vieux continent.


Americathovia le Forum catholique

VIANNEY Preview

Né dans une famille agricole à Dardilly, en France le 8 mai 1786, trois ans avant que l'assaut du Bastille commença la Révolution française, les premières années de Jean-Marie Vianney ont été passées contre le fond d'un pays dont l'héritage Catholique et la Foi avaient été systématiquement détruits. ... 
Suite

 (Site officiel)


The year for priests - L'année pour les prêtres
Partager cet article
Repost0
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 18:20
Le site de laPorte Latinea mis sur sa page d'accueil (29 juin 2009) une "note, que voici :


Ayant traduit (avec un certain enthousiasme) la lettre ouverte du Père Scalese à Mgr Fellay, et ne voulant surtout pas comprommettre ses "chances" d'être comprise par ses destinataires, je me suis sincèrement posée la question de savoir s'il était opportun de traduire l'interviewe que le mêmeMgr Fellay vient tout juste d'accorder à l'agence APCOM (une "antenne" italienne d'Associated Press).
Il faut croire que je suis arrivée à la conclusion que "oui". Il vaut évidemment mieux lire la nouvelle à sa source, que d'éventules raccourcis qui pourraient être faits par la suite.
Difficile, selon moi, d'instrumentaliser les propos de Mgr Fellay: il a bien déjoué les pièges que lui tendaient l'interviewer, tout en restant ferme dans les principes...

L'interviewe est précédée d'un résumé que je trouve plutôt tendancieux, càd destiné à susciter la polémique.
Il faut donc lire en entier.


Lefebvristes :
Que les juifs nous laissent tranquilles.
Dépasser le Concile.
http://www.apcom.net/...
Ma traduction:

Apcom interviewe Mgr Fellay : Pressions sur le Saint-Siège contre nous
----------------
Menzingen, 31 juillet
Le début des entretiens avec le Vatican en automne, une forte critique contre les juifs (« qu'ils nous laissent en paix »), et l'impression que la communauté juive conditionne lourdement le Saint-Siège. Et aussi : le concile sur le point d'être « surmonté » et l'espoir d'avoir bientôt une « prélature » ; les divisions qui existent aussi au sein de l'Église de Rome et l'annonce que Mgr Richard Williamson ne sera pas expulsé. Sans oublier les attaques contre l'Osservatore Romano, qui ne doit pas s'occuper de thèmes comme Michael Jackson, Calvin ou Harry Potter, à côté d'une impression très positive du Pape Benoît XVI, « personne intègre et attentive au bien de l'Église ».
Une interviewe sur tous les sujets que Mgr Bernard Fellay, supérieur des lefebvristes, concède à Apcom, dans la maison-mère de la Fraternité Saint-Pie X à Menzingen, dans la province de Zoug (près de Zurich), un des 26 cantons de la Suisse.
Entièrement plongée dans le vert de la campagne suisse, entre les vaches et le son des cloches de l'église, le quartier général des lefebvristes se présente avec le panneau : « Priester Bruderschaft St. Pius X - Generalhaus ». Dans la pièce où reçoit Mgr Fellay, une photo de Marcel Lefebvre et une du Pape. « Bien sûr, il y a aussi la photo du Pape, nous sommes catholiques nous aussi », s'exclame le supérieur devant notre surprise de voir une image du Pontife.


Question: Le Pape se trouve au Val d'Aoste pour passer une période de repos. Vous vous trouvez à deux pas de chez lui. Avez-vous eu quelque contact, ou y a t'il a eu une quelquonque liaison entre son entourage et vous ?
Réponse : Non, absolument non. Il n'y a pas eu de contact. Pendant les vacances, nous devons laisser le Pape en paix. Les choses se poursuivent avec le Vatican, avec les personnes responsables des entretiens. Mais nous n'avons pas dérangé le Pape. Ce sont ses vacances.

Q : Mgr Fellay, est-il prévu que vous vous rendiez à Rome prochainement ? Le début des entretiens a t'il été fixé ? Et avez-vous déjà pensé à la composition de votre commission ? Combien de personnes ?
R : Aucune date n'a encore été fixée pour le dialogue, mais nous pouvons présumer qu'il aura lieu en automne. Je viendrai à Rome à ce moment, mais il n'y a encore rien de précis. La Commission est déjà formée de 3-4 personnes, mais nous ne pouvons pas encore fournir les noms, également pour éviter toute pression.

Q : Considérez-vous qu'au Vatican il y a une sensibilité excessive vis-à-vis des attentes du monde juif, sur « l'affaire Williamson » ainsi que sur la prière du vendredi saint ?
R : Oui, je le pense. Je suis moi-même embarrassé - sans parler de ce qui s'est passé sur l'affaire de Mgr Williamson - lorsque je vois les juifs qui s'occupent des affaires de l'église catholique. Ce n'est pas leur religion. Qu'ils nous laissent en paix. Ce sont des questions qui concernent l'église catholique. Si nous voulons prier pour les juifs, nous prierons pour les juifs, de la manière que nous voulons. Je ne sais pas si ils prient pour nous, mais je dirais que c'est leur problème.

Q : Donc, le Pape et le Vatican subissent des pressions du monde juif ?
R : Certainement. C'est un thème extrêmement délicat, brûlant, et je pense que nous devons sortir de ce climat qui n'est pas bon. Il y a eu un malheureux concours d'évènements qui n'aurait jamais dû arriver. Dans ce contexte, on peut comprendre la colère des juifs, je la comprends et je déplore ce qui s'est passé.

Q : Dans le motu proprio « Unitatem ecclesiam » le Pape considère que « les questions doctrinales, évidemment, demeurent et jusqu'à ce qu'elles soient clarifiéess, la Fraternité n'a pas de statut canonique dans l'Église et ses ministres ne peuvent exercer de manière légitime aucun ministère ». Qu'en pensez-vous ?
R : Je pense qu'il n'y a pas grande-chose de changé. Ce qui a changé, c'est que cette nouvelle disposition concentrera nos relations sur les questions doctrinales. Mais ce n'est pas un changement, c'est un processus en route, que nous avions déjà demandé en 2000 ; nous avançons. Ce qu'écrit le Pape est dans la ligne du discours habituel de Rome, depuis 76, ce n'est donc pas nouveau. Nous avons une position claire que nous défendons depuis longtemps et que nous maintenons, même si nous sommes en opposition avec cette loi, il y a des raisons sérieuses qui justifient le fait d'exercer légitimement ce ministère. Ce sont les circonstances dans lesquelles se trouve l'église que nous appelons « état de nécessité ».
Par exemple lorsqu'une grande catastrophe frappe un pays, la structure ordinaire est mise hors d'usage, le système se retrouve en crise, et alors tous ceux qui le peuvent apportent leur aide. Et donc ce n'est pas notre volonté personnelle, mais le besoin des fidèles qui nécessite l'aide de tous ceux qui peuvent aider.
Et cet état de nécessité est suffisamment généralisé dans l'Eglise - il y a certainement quelques exceptions - pour pouvoir assurer, consciemment, l'exercice légitime de l'aspostolat

Q : Quel statut juridique souhaitez-vous pour la Fraternité Saint-Pie X ? Une prélature, une société de vie apostolique, autre chose ?
R : Cela dépendra évidemment de Rome, qui est l'autorité qui décide de cette structure. Leur perspective est la volonté de respecter au maximum la réalité concrète que nous représentons. Mon espoir est que nous serons suffisamment protégés dans l'exercice de l'apostolat pour pouvoir faire du bien, sans être empêchés dans l'action par des raisons juridiques. Le souhait est une prélature, même si je n'ai pas de préférence. Sur le timing je ne peux pas m'exprimer, tout dépend de Rome.

D : Pour Williamson, le Concile Vatican II est un gâteau empoisonné qui doit être jetée à la poubelle, pour Tissier de Mallerais, le Concile doit être annulé, et pour Alfonso de Gallareta il n'y a pas grand chose à sauver du Concile; y a t'il une scission au sein de la Fraternité Saint-Pie X ? Comment pensez-vous la résoudre ? Le Vatican soutient qu'à l'intérieur de la Fraternité, il y a des divisions.
R : Je me permets de dire que je ne vois pas non plus d'union au Vatican. Le problème dans l'Eglise d'aujourd'hui ne vient pas de nous. Nous devenons un problème seulement parce que nous disons qu'il y a un problème. En outre, même si nous pouvons avoir l'impression de déclarations opposées ou même contradictoires, il n'y a pas de fracture interne chez nous. Par exemple sur le Concile, nous pouvons dire que presque tout est à rejeter. Mais d'un autre côté, nous pouvons dire qu'on peut essayer de sauver ce qui peut l'être. Mais nous ne pourrons jamais dire tous la même chose. Le Concile est un mélange: il y a du bon et du mauvais. Le Pape aussi lorsqu'il soutient qu'il faut une herméneutique de la continuité, qu'il ne il faut pas une rupture, refuse le Concile interprété comme rupture.

Q : Mgr Williamson est-il un problème ?
R : Il est un problème totalement marginal. Ce qu'il a dit n'a rien à voir avec la crise de l'église, avec le problème de fond que nous traitons 30 ans après le Concile, c'est une question historique. La question de savoir combien et comment les juifs sont morts n'est une question de foi, même pas une question religieuse, c'est une question historique. Évidemment je suis convaincu qu'il n'a pas traité ce thème comme il aurait dû et je prends mes distances. Mais sur les positions religieuses de la Fraternité par rapport au Concile je ne vois pas pas de problèmes avec Williamson.

Q : Williamson dit que le Concile est un "gâteau empoisonné à jeter à la poubelle". Cela ne vous semble t'il pas une phrase un peu forte ? Etes-vous d'accord ?
R : C'est une phrase polémique, mais je ne la condamne pas. Beaucoup de déclarations aujourd'hui sont faites sur le mode polémique, c'est une provocation pour tenter de faire réfléchir les gens. J'exprimerais le concept différemment, mais je ne sais pas si je ne suis pas d'accord. Si j'exprimais le concept autrement, je dirais que nous devons dépasser le Concile pour revenir à ce que l'Eglise a toujours enseigné et dont l'Eglise ne peut pas se séparer et qu'à un moment donné nous devrons dépasser le Concile qui s'est voulu pastoral et non doctrinal. Qui a voulu s'occuper de la situation contingente de l'église. Mais les choses changent, et beaucoup de points du Concile sont déjà dépassées...

Q : L'évêque Williamson avait promis de rester silencieux et il continue de parler : sera-il sanctionné ? S'il continue à soutenir qu'aucun compromis avec Rome sur le Concile n'est possible, sera t'il expulsé ?
R : Il n'est pas vrai que Williamson parle souvent. C'est très rare… une fois il a dit quelque chose… et ensuite nous ne lui avons pas demandé de se taire sur tout. Le domaine sur lequel nous lui avons demandé le silence était très limité. Il s'est agi de sa part d'une sortie momentanée. Je la minimise au maximum… c'est peu de chose… sur le moment, je ne vois aucune raison d'expulsion. Cela dépend de lui, de la situations dans laquelle il s'est mis. Pour le moment, il y a un processus en cours, qui a sérieusement endommagé sa réputation, je n'imagine à présent rien de plus que la situation dans laquelle il est déjà. Cela dépendra de ce qu'il dira. Il est déjà suffisamment puni, mis à l'écart, sans aucune charge.
Q : Et sur le Concile, accepterez-vous un compromis avec Rome ?
R : Nous ne devons faire aucun compromis sur le Concile. Je n'ai nulle intention de faire un compromis. La vérité ne supporte pas de compromis. Nous ne voulons pas de compromis, nous demandons la clarté sur le Concile.

Q : Les récentes ordinations de prêtres ont été vus comme une provocation: ne valait-il pas mieux les éviter, en cet instant délicat ?
R : Cela n'a pas été une provocation. Plusieurs évêques ont profité de l'occasion pour crier à la provocation. Mais ni pour Rome ni pour nous cela n'a été une provocation. C'est comme enlever la respiration à une personne. Nous sommes une societé sacerdotale dont l'objectif est de former des prêtres. Et donc empêcher l'acte ultime de formation qui est l'ordination est comme empêcher à quelqu'un de respirer. D'autre part, il a été toujours prévu et nous avons toujours su qu'en révoquant l'excommunication, on a créé une situation nouvelle qui est meilleure que la précédent mais pas parfaite. Il est donc normal de poursuivre nos activités, et donc aussi les ordinations.

Q: L'Osservatore Romano a parlé de Calvin, Michael Jackson, Harry Potter, Oscar Wilde. Qu'en pensez-vous?
R: Je me pose la question: est-ce vraiment le rôle de l'Osservatore Romano de s'occuper de ces choses? C'est la première question. Et la seconde est: ce qu'ils disent sur ces gens, est-ce vraiment la chose juste? J'ai un regard plutôt critique sur ces présentations.

Q: Pensez-vous qu'avec ce Pape, on puisse finalement arriver à une conclusion, dans cette vieille question des lefebvristes?
R: Je crois qu'il y a certainement un bon espoir. ... Il y a 40 ans que nous sommes dans cette situation, et pas pour des questions personnelles, mais vraiment pour des choses sérieuses qui touchent la foi et le futur de l'Eglise. Nous voyons certainement chez le Pape une volonté authentique d'aller au fond du problème, et cela, nous l'accueillons avec une grande satisfaction. Nous prions, et nous espérons qu'avec la grâce du Bon Dieu, nous arriverons à quelque chose de bon pour l'Eglise et pour nous..

Q: Que pensez-vous de Benoît XVI?
R: C'est une personne intègre, qui prend très au sérieux la situation et la vie de l'Eglise.

--------------
Ma traduction, d'après le texte en italien sur le site de
Raffaella.

© Copyright Apcom

Sources : Benoit-et-moi.fr, via
Le Forum catholique

- Le Vatican demande aux Juifs d'arrêter de se plaindre

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 09:00
Certains théologiens récents sont de l'avis que le feu qui brûle et en même temps sauve est le Christ lui-même, le Juge et Sauveur. La rencontre avec lui est l'acte décisif du jugement. Devant son regard s'évanouit toute fausseté. C'est la rencontre avec lui qui, en nous brûlant, nous transforme et nous libère pour nous faire devenir vraiment nous-mêmes. Les choses édifiées durant la vie peuvent alors se révéler paille sèche, vantardise vide, et s'écrouler. Mais dans la souffrance de cette rencontre, où l'impur et le malsain de notre être nous apparaissent évidents, se trouve le salut. Le regard du Christ, le battement de son coeur nous guérissent grâce à une transformation assurément douloureuse, comme « par le feu » ; cependant, c'est une heureuse souffrance, dans laquelle le saint pouvoir de son amour nous pénètre comme une flamme, nous permettant à la fin d'être totalement nous-mêmes et par là totalement de Dieu.

Benoît XVI,
Encyclique « Spe Salvi », § 47, 2007, trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana,Commentaire du Jour

"Qui a un plus rude combat à soutenir que celui qui travaille à se vaincre ? C'est là ce qui devrait nous occuper uniquement : combattre contre nous-mêmes, devenir chaque jour plus forts contre nous, chaque jour faire quelques progrès dans le bien.

C'est en résistant aux passions, et non en leur cédant, qu'on trouve la véritable paix du coeur. Point de paix donc dans le coeur de l'homme charnel... : la paix est le partage de l'homme fervent et spirituel.

Dans la Croix est le salut, dans la Croix la vie, dans la Croix la protection contre nos ennemis. C'est de la Croix que découlent les suavités célestes.

Ne vous réjouissez que d'avoir fait le bien. Les méchants n'ont jamais de véritable joie, ils ne possèdent point la paix intérieure, parce qu'il n'y a point de paix pour l'impie, dit le Seigneur."

L'Imitation de Jésus-Christ, Traduction de Lamennais, Points Sagesses, Saint-Amand, 1979, p. 15-16; 19; 82; 69-70.
Partager cet article
Repost0
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 07:00

Le document de travail préparé pour le débat sur la « responsabilité de protéger », que l’Assemblée générale des Nations unies célèbre cette semaine à New York, consacre un paragraphe au discours que Benoît XVI a prononcé devant l’Assemblée générale de l’ONU le 18 2008.
Pour ce débat, consacré aux victimes des conflits et à la responsabilité des Etats et de l’ONU de défendre la population, l’assemblée a voulu prendre en considération, parmi d’autres, la pensée de Benoît XVI sur la nécessité que la communauté internationale défende ces droits.
Dans le discours du souverain pontife auquel il est fait référence dans le document de travail, Benoît XVI soulignait que la responsabilité de protéger est la base morale pour le droit d’un gouvernement à exercer l’autorité.

Le pape indiquait alors que le respect de la souveraineté des autres Etats ne consiste pas seulement dans le principe de non-ingérence mais, en positif, s’introduit aussi dans le contexte des catégories politiques de subsidiarité, de solidarité et de fraternité.
Ce jeudi à Radio Vatican l’observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies à New York, Mgr Celestino Migliore, a dit que le pape a souligné que la souveraineté, considérée du point de vue de la protection, montre mieux la double responsabilité qui revient à chaque Etat : la responsabilité externe de respecter la souveraineté des autres Etats et celle, interne, de garantir la dignité et les droits de tous les individus dans l’Etat. Benoît XVI avait rappelé, à l’époque, que dans la communauté internationale, comme dans une famille, les membres les plus forts doivent prendre soin des plus faibles.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 08:13

Le président de la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB), Mgr Geraldo Lyrio Rocha, estime que la nouvelle encyclique de Benoît XVI, Caritas in Veritate, apporte des paroles « éclairantes ». « Le pape prononce des paroles sages, opportunes et éclairantes quand il réaffirme que le développement, qu’il assimile à une ‘vocation’ de l’homme, ne se réalisera pleinement que si l’on respecte les principes qui considèrent l’être humain comme une créature bien-aimée de Dieu revêtue d’une dignité que ne sauraient sacrifier les lois économiques destituées de l’éthique et de l’amour », affirme Mgr Geraldo Lyrio dans un article diffusé mardi par la CNBB.

Pour Mgr Geraldo Lyrio, la mentalité laïciste « qui se répand de manière incontrôlable et parfois irrationnelle, ne peut voiler l’enseignement de l’Eglise ».

L’Eglise, « vouée à servir l’humanité, attire l’attention sur les dérives d’un développement centré sur lui-même et tourné vers l’homme comme si celui-ci, autosuffisant, était une fin en soi [c'est là aussi une inversion, l'inversion des fins...]. En ce sens, le pape Benoît XVI réaffirme le rôle incontournable de l’Etat à garantir la liberté religieuse comme une des conditions au développement ».

« Quand l’Etat encourage, enseigne ou impose des formes concrètes d’athéisme, il ôte aux citoyens cette force morale et spirituelle qui les porte au développement humain intégral, il les empêche d’avancer, les freine dans leur dynamisme à trouver une réponse humaine plus généreuse à l’amour divin », commente-t-il.

... Selon le président de la CNBB, avec le pape « nous pouvons dire avoir affaire à un grand défi qui est celui de montrer que les principes traditionnels de l’éthique sociale comme la justice, la transparence, l’honnêteté et la responsabilité ’peuvent et doivent trouver leur place dans l’activité économique normale’ ».

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 07:27

Le Scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel ou habit pour les chrétiens qui, ne pouvant embrasser la Règle, veulent attirer sur eux les bénédictions promises au scapulaire, offre à celui qui le porte la promesse de la sainte Vierge de ne pas souffrir le feu éternel.

NOTRE-DAME du MONT-CARMEL

et le Saint Scapulaire

L'Ordre du Carmel se donne une origine aussi ancienne que glorieuse; on croit, non sans raisons sérieuses, que cet Ordre n'est que la continuation de l'école des prophètes établie au mont Carmel par le prophète Élie. Les disciples de cette école furent au premier rang parmi les convertis au christianisme naissant, et le Carmel devint le berceau de la vie monastique depuis Jésus-Christ.

Après la dispersion des Apôtres, l'an 38, ils bâtirent une chapelle en l'honneur de Marie et se vouèrent tout spécialement à célébrer Ses louanges
. Plus tard, ils eurent beaucoup à souffrir des Sarrasins et des Musulmans, lorsque la France, de concert avec l'Europe entière, entreprit ces magnifiques, mais désastreuses Croisades qui avaient pour but d'arracher les Lieux Saints aux infidèles.

C'est à l'occasion de ces épreuves subies par l'Ordre du Carmel que les Carmes vinrent en France avec le roi saint Louis. Ils y établirent plusieurs maisons et allèrent même s'implanter en Angleterre, où ils eurent le bonheur de voir
saint Simon Stock embrasser leur Institut. Ce grand Saint devint, en 1245, supérieur général des Carmes, et n'oublia rien pour rallumer la dévotion à Marie dans son Ordre.

La fête de Notre-Dame du Mont-Carmel a pour but de rappeler une grâce insigne accordée par Marie à l'Ordre du Carmel et par lui à toute l'Église. Dans la nuit du 16 juillet, Simon Stock demandait, avec une ferveur toute spéciale, la protection de la Sainte Vierge sur son Institut. Au lever de l'aurore,
Marie lui apparut, accompagnée d'une multitude d'anges, environnée de lumière et vêtue de l'habit du Carmel. Son visage était souriant; dans Ses mains Elle tenait le scapulaire de l'Ordre. Devant le Saint Elle S'en revêtit Elle-même, en disant:

"Ceci est un privilège pour toi et pour tous les Carmes. Quiconque mourra en portant cet habit ne souffrira pas le feu éternel."


Le Saint fit des miracles pour confirmer la réalité de cette vision. Ce fut l'origine de la Confrérie de Notre-Dame du Mont-Carmel, pour les chrétiens qui, ne pouvant embrasser la Règle, veulent attirer sur eux les bénédictions promises au scapulaire. Le privilège le plus considérable accordé à la confrérie du Mont-Carmel après celui que Marie fit connaître à saint Simon Stock, est celui qui fut révélé au Pape Jean XXII: la délivrance du purgatoire, le samedi après leur mort, des confrères du Mont-Carmel qui auront été fidèles à l'esprit et aux règles de la Confrérie. Outre ces deux privilèges, il y a de nombreuses indulgences attachées au scapulaire.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950. Les saints du jour


* Saint Simon Stock et le scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel
Partager cet article
Repost0
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 18:38
Soutien total à Ségolène Royal dans sa défense de la femme lorsqu'elledit: « En tant que femme et présidente de la région Poitou-Charentes, je n'ai absolument pas envie de sponsoriser sur mon territoire une personne qui vante les violences faites aux femmes ». « Même si je n'ai pas à me mêler des choix artistiques, j'assume, et je me réjouis qu'il ne chante pas ses paroles de haine et de meurtre aux Francofolies », ajoute-t-elle.

En disant cela, sans rentrer dans les considérations politiciennes, et en se positionnant courageusement ainsi (contre, certainement d'ailleurs une partie de ses propres troupes et contre il faut le dire même un certain conformisme de bon aloi...), elle fait oeuvre d'une authentique avance humaine et applique ici ce que nous ne cessons de réclamer en politique depuis deux siècles : le primat de la Morale sur la "liberté", y compris sur la "liberté d'expression".

D'une certaine façon, Ségolène Royal, en défendant l'image de la femme, et aussi le parti socialiste lorsqu'il refuse le travail dominical comme anti-civilisationnel, sont en train de se positionner contre la république relativiste et anti-civilisationnelle française à faire le boulot que la "droite" a depuis longtemps abandonné. Et une fois encore, dans cette histoire, c'est la "droite" qui défend l'immoralité, le tout au nom de la soit disant "liberté" d'expression... Rappelons qu'il ne peut y avoir de liberté dans la destruction de la dignité de la personne humaine (appel à la haine, appels au meurtre d'une partie de la population comme au "hellfest"...) mais corruption de la liberté.

J'ajoute que je trouve particulièrement mal venu que de soit-disant nationalistes, dans nos milieux, prennent partie pour l'auteur d'une chanson nommée "sale pute"..., destinée à une femme qui l'aurait trompé et dans laquelle il couvre d'injures et d'ignominies l'image de la femme, au seul motif qu'il s'opposerait ainsi à la socialiste. Une telle attitude, lâche et indécente, et particulièrement ignoble, n'a rien de "nationaliste" et encore moins de français.

"Il va sans dire, qu'Orelsan  ne souhaite bien évidemment plus participer à un évènement incapable de défendre  et de respecter des valeurs aussi essentielles que celle de la liberté d'expression.»" (sic)... 

Alors Ségolène, bientôt avec nous ?
Partager cet article
Repost0
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 08:41

ROME, Mercredi 1er juillet 2009 (ZENIT.org) - Le pape encourage la promotion des « valeurs éthiques et morales » en politique. 

Benoît XVI a salué, au terme de l’audience du mercredi, un groupe de quelque 350 parlementaires de l’Association interparlementaire « Cultori dell’etica ». 

Votre présence « m’offre l’occasion de souligner l’importance des valeurs éthiques et morales en politique », a déclaré le pape en italien.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 20:35
C’est une triste nouvelle qu’on me permettra de mettre en valeur, alors que tous les médias ne vrombissent que de la mort de Michael Jackson
L’actrice améric aine Farrah Fawcett est décédée hier après-midi à l’âge de 62 ans au St. John’s Hospital de Santa Monica (Californie) des suites d’un cancer qui avait été diagnostiqué dès 2006. Cette actrice superbe et populaire – qui ne se souvient de son rôle dans la série Charlie’s Angels, connue en France sous le titre Le
s drôles de dames… –, était aussi une fervente catholique qui est décédée après avoir reçu les derniers Sacrements. Au cours de son hospitalisation elle avait reçu la visite de plusieurs religieuses et, dit-on, celle de son ordinaire, Mgr Edmond Carmody, évêque de Corpus Christi au Texas, puisqu’elle était, avec sa famille, paroissienne de l’église St. Patrick de Corpus Christi..
Farrah Fawcett, qui avait fréquenté une école primaire catholique, avait souvent déclaré combien sa foi l’avait rendue plus forte. Le 15 mai dernier, NBC diffusa un reportage, « Farrah’s Story », qui racontait son combat contre le cancer qui la rongeait et où on peut la voir priant le chapelet.
Americatho

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 12:06

URBIS ET ORBIS

DÉCRET

Certains exercices de piété, à accomplir pendant l'Année Sacerdotale convoquée en honneur de Saint Jean-Marie Vianney, sont enrichis par le don d’Indulgences Sacrées.

Le jour s’approche de la commémoration des 150 ans du pieux passage au ciel de Saint Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars ; il a été ici-bas un admirable exemple de vrai Pasteur devenu serviteur du troupeau du Christ.

 

Puisque son exemple est capable d’inciter les fidèles, et en premier lieu les prêtres, à imiter ses vertus, le Souverain Pontife Benoît XVI a établi qu’à cette occasion, du 19 juin 2009 au 19 juin 2010, on célébrera dans toute l'Eglise une Année Sacerdotale particulière, occasion pour les prêtres de renforcer toujours plus leur fidélité au Christ par de pieuses méditations et d’autres actions sacrées et initiatives opportunes.

 

Cette sainte période commencera lors de la solennité du Sacré-Coeur de Jésus, journée de la sanctification sacerdotale, lorsque le Souverain Pontife célébrera les Vêpres en présence des reliques de Saint Jean-Marie Vianney, amenées à Rome par son Excellence l’Evêque de Belley-Ars. Le Très Saint Père conclura également l'Année Sacerdotale place Saint-Pierre, en présence de prêtres provenant du monde entier, qui renouvelleront leur fidélité envers le Christ et leur lien de fraternité.

 

Les prêtres doivent s'engager, avec des prières et des bonnes oeuvres, pour obtenir du Christ Éternel et Souverain Prêtre la grâce de resplendir en Foi, Espérance, Charité et autres vertus, et ils doivent manifester par la conduite de leur vie, et même par leur habit extérieur, qu’ils sont pleinement adonnés au bien spirituel du peuple ; ce que l’Eglise a toujours eu à coeur par-dessus tout.

 

Pour obtenir ce fruit tant désiré, le don des Sacrées Indulgences, que la Pénitencerie Apostolique prodigue avec bienveillance pour le temps de l’Année sacerdotale, sera très utile ; le présent Décret est émis conformément à la volonté du Souverain Pontife:

 

A. – L’indulgence plénière, applicable également aux confrères défunts sous forme de suffrage, est accordée miséricordieusement dans le Seigneur aux prêtres vraiment pénitents qui, n'importe quel jour, réciteront dévotement au moins les Laudes ou les Vêpres devant le Très-Saint-Sacrement exposé à l’adoration publique ou reposé au tabernacle, et qui, à l'exemple de Saint Jean-Marie Vianney, se proposeront avec disponibilité et générosité pour célébrer les sacrements, spécialement celui de la Pénitence ; conformément aux dispositions en vigueur, ils devront en outre faire la confession sacramentelle, s’approcher du Banquet eucharistique et prier selon les intentions du Souverain Pontife.

 

L'Indulgence partielle, également applicable aux confrères défunts, est encore accordée aux prêtres chaque fois qu’ils réciteront avec dévotion des prières légitimement approuvées pour mener une vie sainte et pour s'acquitter saintement des sacra munera qui leur sont confiés.

B. - L'Indulgence plénière est accordée à tous les fidèles vraiment pénitents qui assisteront avec dévotion au divin Sacrifice de la Messe dans une église ou un oratoire, et qui offriront à Jésus-Christ Prêtre Souverain et Éternel, pour les prêtres de l'Eglise, des prières et n'importe quelle bonne oeuvre accomplie ce jour-là, pour qu'Il les sanctifie et les modèle selon Son cœur, du moment qu’ils auront expié leurs péchés par la pénitence sacramentelle et qu’ils auront prié selon les intentions du Souverain Pontife ; cette concession vaut aux dates de l’ouverture et de la fermeture de l'Année Sacerdotale, le jour du 150° anniversaire du pieux trépas de Saint Jean-Marie Vianney, le premier jeudi du mois ou en quelque autre jour désigné par les Ordinaires des lieux pour l'utilité des fidèles.

 

Il sera très opportun que, dans les églises cathédrales et paroissiales, ce soient les prêtres chargés de la cura patorali qui dirigent publiquement ces exercices de piété, qui célèbrent la Sainte Messe et reçoivent les confessions des fidèles.

 

L’Indulgence plénière est également accordée, dans leur maison ou là où leur empêchement les retient, aux personnes âgées, aux malades et à ceux qui, pour des motifs légitimes, ne peuvent pas quitter leur domicile, et qui, ayant conçu une détestation de tout péché et ayant l'intention de s'acquitter dés que possible des trois conditions habituelles, réciteront aux jours ci-dessus déterminés, des prières pour la sanctification des prêtres, et offriront avec confiance à Dieu, à travers Marie Reine des Apôtres, les maladies et les difficultés de leur vie.

 

L'Indulgence partielle est enfin accordée à tous les fidèles chaque fois qu’ils réciteront avec dévotion cinq Notre Père, Je vous salue Marie et Gloire soit au Père, ou une autre prière approuvée à cette fin, en l’honneur du Sacré-Coeur de Jésus, pour obtenir que les prêtres conservent la pureté et la sainteté de leur vie.

Ce présent Décret est valable pour toute la durée de l'Année Sacerdotale. Nonobstant toutes dispositions contraires.

 

Donné à Rome, au siège de la Pénitencerie Apostolique, le 25 avril fête de Saint Marc Évangéliste, en l'an 2009 de l'Incarnation du Seigneur.

Annussacerdotalis

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 10:59
L’Eglise a commencé depuis vendredi 19 juin, en la solennité du Sacré-Coeur de Jésus une "Année sacerdotale" (site officiel) pour redécouvrir la beauté et le don du sacerdoce.

« Cela peut paraître une provocation d’inviter les prêtres du monde à prendre pour modèle le curé d’un petit village français de 200 habitants, mort il y a 150 ans, [lesaint Curé d'Ars] souligne le père Federico Lombardi s.j., le porte-parole du Saint-Siège, mais si le prêtre vit vraiment de l’Eucharistie et du service de la réconciliation entre Dieu et les hommes, autrement dit de la manifestation de la miséricorde de Dieu, le temps et le lieu deviennent secondaires » .
Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 07:46
"Le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n'aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes". Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 5,14-17. Lecture du jour


La lecture du jour nous indique que le Christ nous relève la tête du guidon... et fait de nous des hommes entiers qui ne centrent plus leurs vies sur eux-mêmes mais vivent leur vie pour les autres... Le Christ nous enseigne que notre vie ne nous appartient pas... C'est l'apprentissage de la vie au service d'autrui ("Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime"), l'apprentissage du renoncement et du détachement, l'altruisme ("ce que vous avez fait au plus petit d'entre ceux-ci s'est à moi que vous l'avez fait")... Une vision du monde exact contraire de la société actuelle néo-païenne du chacun pour soi, hédoniste et individualiste, une vision du monde qui n'est plus en quelque sorte anthropocentrée mais altruistement centrée.

Quelque part c'est cela aussi Dieu au centre de la Cité, le Christ-Roi. De la même façon que Dieu ne vit pas pour lui-même, seul dans son ciel, Son Amour a créé le monde et les hommes. A notre tour, par notre amour du prochain, nous créons le monde lorsque nous ne vivons plus notre vie centrée sur nous-mêmes mais pour les autres. Dès le commencement, Dieu avait en vue la gloire de la nouvelle création dans le Christ (Rm 8,18-23)...
Partager cet article
Repost0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 10:28

12:00

Selon Gonzague de Chantérac, Secrétaire Général des Jeunes CNI, "plusieurs formations politiques et élus du Conseil Régional des Pays de la Loire vont prendre position sous peu, en demandant le retrait des subventions et une condamnation ferme des incitations à la haine et au meurtre du Hellfest. E-deo

La radio nantaise "Kernews" mobilise contre le Hellfest et ses soutiens.
Un appel à écouter ici
.

  • Le site de Kernews (91.5 FM) Via e-deo


    Mickaël Morin, responsable départemental des Jeunes Populaires (les jeunes de l'UMP) en Vendée, signale à E-deo qu'il vient de

    "téléphoner à la région des Pays de la Loire et à la ville de Clisson pour exprimer son total désaccord avec ce festival et leur utilisation des deniers publics.

La mobilisation contre le Hellfest sur Radio Fidélité

La radio associative chrétienne "Radio Fidélité" (
site) nous informe qu'elle évoquera la mobilisation lancée par e-deo contre le Hellfest dans ses journaux locaux vendredi à 8h et midi. Le Père Robert Culat sera l'invité de la rédaction vendredi à 8h30 et 12h10.

Ecoutez en direct !

 via e-deo

Christian Vanneste contre le Hellfest. Le député du Nord relaye en "Une" de son site le communiqué des Jeunes Indépendants contre le Hellfest. Face au Hellfest et à ses sponsors, vous n'êtes décidément plus seuls !
Via
E-deo


Le collectif Act’Hope dénonce l’organisation du festival Hellfest soutenu par la Région des Pays de la Loire, le Conseil Général de Loire-Atlantique et la Mairie de Clisson.

E-deo




Les Jeunes Pour la France déplorent que le Conseil régional des Pays de la Loire ainsi que le Conseil général de Loire-Atlantique financent, avec l’argent du contribuable, le Hellfest, un festival qui accueille des groupes qui appellent ouvertement au meurtre des chrétiens.

E-deo




Dans le même temps, E-deo nous apprend que le Hellfest est "dans la ligne de mire d'un rapport parlementaire sur les profanations de tombes".

Extrait (page 19) d'un rapport (fichier au format pdf) daté du 11 décembre 2008 rédigé par les députés André Flajolet (Pas-de-Calais) et Jean-Frédéric Poisson (Yvelines) sur les profanations de tombes en France :

Par ailleurs, il est légitime de s’interroger sur le bien fondé pour des collectivités locales de subventionner des concerts, où des artistes véhiculent avec virulence un message ouvertement antichrétien, comme c’est le cas lors du Festival Hell Fest organisé chaque année à Clisson, avec le soutien du conseil général de Loire-Atlantique et du conseil régional du Pays de Loire, et qui recevait cette année les trois groupes mentionnés ci-dessus (Impaled Nazarene, Dimmu Borgir et Haemorrhage, NDLR).

Un critère de discernement sur ce point pourrait être le suivant : un événement du même type véhiculant un message allant à l’encontre d’une autre religion que le christianisme pourrait-il faire l’objet d’un même partenariat ?

La réponse est évidemment non.


Première victoire ! Coca-Cola fait retirer son logo de la rubrique "Partenaires" du site officiel du Hellfest (vérifiez vous-même en copier-collant dans votre navigateur l'adresse URL suivante : http://www.hellfest.fr/web08/accueil.php?langue=french#/partenaires/).

Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 23:01
En cette solennité du Sacré-Coeur, c'est le jour du lancement d’uneannée importante pour l’Église: une année jubilaire. Une année sainte. Une Année du Sacerdoce. Le 12 juin 2010, les prêtres du monde entier se retrouveront à Rome, pour rencontrer le Saint-Père. Au cours de cette rencontre, le Pape proclamera le Saint Curé d’Ars, saint patron, saint protecteur de tous les prêtres du monde.

Pour ouvrir cette année, Benoît XVI a publié une lettre aux prêtres. En voici un extrait :

A "Le Curé d'Ars, en son temps, a su transformer le coeur et la vie de tant de personnes, parce qu'il a réussi à leur faire percevoir l'amour miséricordieux du Seigneur. Notre temps aussi a un besoin urgent d'une telle annonce et d'un tel témoignage de la vérité de l'Amour : Deus caritas est (1 Jn 4,8).

Le Salon Beige

Ce 19 juin, c'est aussi, malheureusement pour les pauvres âmes qui vont se perdre, le jour qu'a choisi Satan pour organiser sa "fête de l'enfer". Prions. Tous à nos chapelets, nos yeux dirigés vers la Victime d'Amour.
Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 22:59

France réveille toi 1 sur 8
envoyé par rueus. -

Joseph Corre, ancien soixante-huitard converti en 1974, évoque le livre de Marcel Van (1928-1959), un frère Rédemptoriste viet-namien mort martyr dans une prison communiste, dont la cause de béatification est actuellement en cours, et notamment les révélations de Jésus à Van sur l'avenir de la France.

Selon ces révélations, le Christ dit : "la France est toujours le pays que j'aime et chérit particulièrement. J'y rétablirai mon Amour. ... De la France, mon Amour se répandra dans le monde. je me servirai de la France pour répandre partout le règne de mon Amour. ... Surtout, prie pour les prêtres de France. ... Le règne de mon Amour ne se répandra que très difficilement". Van évoque les révélations selon lesquelles les "fumées de l'enfer" monteront pour étouffer la France... "L'ennemi veut faire de ce pays un foyer de discorde"... Mais le Christ dit qu'il se servira de notre pays pour répandre le règne de son amour dans le monde entier.

Site
http://marcelvan.canalblog.com/
Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 07:47
Voici le commentaire du jour, il nous indique que le Christ est la vie, l'Eglise la culture de vie. Ceci est à mettre en rapport avec tous ceux qui s'imaginent être des vivants sans le Christ, tous ceux qui s'imaginent "profiter de la vie" sans le Christ (hédonisme, sensualisme) ils sont morts.

"Notre pain de vie c'est le Christ, et ce pain n'est pas à tout le monde, mais il est à nous. Comme nous disons « notre Père », parce qu'il est le Père de ceux qui ont la foi, ainsi nous appelons le Christ « notre pain », parce qu'il est le pain de ceux qui forment son corps. Pour obtenir ce pain, nous prions tous les jours ; nous ne voudrions pas...à cause d'une faute grave...nous priver du pain du ciel, nous séparer du corps du Christ, lui qui a proclamé : « Je suis le pain vivant descendu du ciel : si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Et le pain que je donnerai c'est ma chair pour la vie du monde » (Jn 6,51)... Le Seigneur nous a mis en garde : « Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l'homme, et ne buvez son sang, vous n'aurez pas la vie en vous » (Jn 6,53). Nous demandons donc tous les jours de recevoir notre pain, c'est-à-dire le Christ, pour demeurer et vivre dans le Christ, et ne point nous écarter de sa grâce et de son corps."

Saint Cyprien v. 200-258, évêque de Carthage et martyr La Prière du Seigneur, 18, trad. Hamman, DDB 1982, p. 52 rev. ; cf bréviaire, Commentaire du jour

Partager cet article
Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 13:00
Le Couvent anglican de Tous les Saints va être reçu dans la pleine communion catholique

Jeudi 3 septembre l'Année de Notre Seigneur 2009 la Messe sera Célébrée
dans la Chapelle de Tout le Couvent de Saints Catonsville, le Maryland avec l'Archevêque de Baltimore - l'Edwin O'Brien - comme le Célébrant en chef.

Pendant cette Mère Massive Christina, Soeur Emily Ann, la Soeur Marie Jeanne, la Soeur Hannah, la Soeur Elisabeth, la Soeur Elaine, la Soeur Catherine Grace, la Soeur Julia Marie, la Soeur Marie Charles et la Soeur Marguerite seront reçus dans la pleine communion. Via
Le Forum catholique
Partager cet article
Repost0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 06:58

Le Christ, ... La tente de son corps est plus grande et plus parfaite que celle de l'ancienne Alliance ; elle n'a pas été construite par l'homme, et n'appartient donc pas à ce monde.
C'est par elle qu'il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire du ciel en répandant, non pas le sang des animaux, mais son propre sang : il a obtenu ainsi une libération définitive. ... Jésus s'est offert lui-même à Dieu comme une victime sans tache ; et son sang purifiera notre conscience des actes qui mènent à la mort pour que nous puissions célébrer le culte du Dieu vivant.
Hébreux 9,11-15. Lecture du jour

Partager cet article
Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 07:01
[C]elui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux. (Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,17-19, Lecture du jour

Ceux qui enseignent aux hommes à rejeter le plus petit des commandements de Dieu seront déclarés les plus petit dans le Royaume des Cieux, qu'en sera-t-il de ceux qui se piquent de faire de la "politique", de parler du salut de la France et des Français, tout en refusant le règne du Christ sur les nations, les familles, les sociétés ?



Partager cet article
Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 07:00
"Le Seigneur, étant Dieu, a revêtu notre humanité, a souffert pour celui qui souffrait, a été enchaîné pour celui qui était captif, a été jugé pour le coupable, a été enseveli pour celui qui était enseveli. Il est ressuscité des morts et a déclaré à haute voix : « Qui disputera contre moi ? Qu'il se présente en face de moi » (Is 50,8). C'est moi qui ai délivré le condamné ; c'est moi qui ai rendu la vie au mort ; c'est moi qui ai ressuscité l'enseveli. « Qui ose me contredire ? »  C'est moi, dit-il, qui suis le Christ, moi qui ai détruit la mort, qui ai triomphé de l'adversaire, qui ai lié l'ennemi puissant et qui ai emporté l'homme vers les hauteurs des cieux ; c'est moi, dit-il, qui suis le Christ."

Méliton de Sardes, (?-v. 195), évêque, Homélie pascale,
Commentaire du Jour
Partager cet article
Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 07:00
Saint Boniface, Patron de l'Allemagne, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 2, 2011, p

Saint Boniface, Patron de l'Allemagne, dans Le Petit Livre des Saints, Éditions du Chêne, tome 2, 2011, p

Ordonné prêtre en 710, le bénédictin anglo-saxon Boniface gagne la Frise en 716, où il devient l'assistant de son compatriote saint Willibrord.

Puis il évangélise la Hesse, la Thuringe et la Bavière avec succès.
Consacré évêque en 722, il établit son archevêché à Mayence. Retourné en Frise, il y est assassiné par des païens. On le trouva criblé de blessures, tenant en main le livre de saint Ambroise: Du bienfait de la mort.

 

Saint Boniface , qui "parcourut toute la Frise, prêchant sans cesse la parole de Dieu, bannissant les rites païens et extirpant les coutumes immorales païennes. Avec une énergie débordante, il construisit des églises et renversa les idoles des temples. Il a baptisé des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants." (Vita S. Bonifatii, Augustine Willibaldo, éd. Levison, p. 47).

 

Consacré évêque en 722, il établit son archevêché à Mayence. Retourné en Frise, il y est assassiné par des païens. On le trouva criblé de blessures, tenant en main le livre de saint Ambroise: Du bienfait de la mort.

 

Au cours de l'audience générale du 11 mars 2009, Benoît XVI a tracé un portrait de saint Boniface, un des apôtres des peuples germaniques. Saxon né en Angleterre vers 675 sous le nom de Winifred, il fut très jeune attiré par l'idéal monastique. Ordonné prêtre à trente ans, il entendit l'appel de Dieu à se consacrer à la conversion des païens du continent. En 716, avec quelques compagnons, il prend le chemin de la Frise, "où échoua sa première initiative d'évangélisation à cause de l'opposition d'un chef local. S'étant rendu à Rome deux ans plus tard pour y rencontrer le Pape, Grégoire II l'encouragea, lui donna le nom de Boniface et le chargea de mission officiellement auprès des peuples germaniques".

 

 

Un jour, il abattit de sa propre main un chêne dédié à l’idole Thor ou Donar, qui était non seulement un symbole religieux, mais aussi un symbole de la protection des soldats, de la végétation et même de la fertilité dans la culture autochtone des tribus germaniques. (Mgr Athanasius Schneider, évêque d'Astana.) Et quand la foule en fureur allait se jeter sur lui, un prodige vint soudain la calmer: l'arbre énorme se plia sous une main invisible et alla tomber en quatre tronçons aux pieds du Saint. Le Christ avait vaincu; des milliers de païens demandèrent le baptême.

 

Mgr Rudolf Voderholzer, évêque de Regensburg en Allemagne a expliqué dans une homélie du 31 octobre 2019 que "Boniface n'a pas dansé autour ni embrassé le chêne, mais plutôt, il l'a abattu et a fait de son bois une croix et une chapelle Saint-Pierre". (sources 1 et 2).

L'apôtre, secondé par de vaillants missionnaires, travaillait avec plus d'ardeur que jamais à étendre le règne de l'Évangile. Ses saintes audaces furent bénies du Ciel... et le Pape le fit évêque.

 

Archevêque, légat du Pape, Boniface ne s'attribue point la gloire de ses oeuvres; Dieu est sa seule force et son seul recours; voilà le secret de ses conquêtes pacifiques.

Grâce à sa prudence, le futur saint "parvint à restaurer la discipline ecclésiastique. Il convoqua des synodes pour le respect des canons et renforça la communion des Eglises de Germanie avec Rome". Puis Benoît XVI a rappelé un autre aspect de l'oeuvre de Boniface, qui fonda de nombreux monastères, masculins et féminins, lesquels constituèrent "des phares de diffusion de la foi et de la culture chrétienne dans ces régions.

 

 près de 80 ans, il projeta une nouvelle mission évangélisatrice dans le pays qui avait vu ses premières expériences. Mais, en 754 probablement, des frisons païens l'assassinèrent à Dokkum tandis qu'il célébrait la messe".

"Après tant de siècles, quel message pouvons-nous retenir de la prodigieuse oeuvre de ce grand missionnaire martyr?", s'est demandé Benoît XVI: "D'abord, la centralité de la Parole, vécue et interprétée dans la foi de l'Eglise, que Boniface prêcha jusqu'au sacrifice suprême du martyre". Ensuite, "sa fidélité au siège apostolique, le principe central de son action missionnaire. Cet esprit de cohésion autour du Successeur de Pierre s'est transmis aux Eglises sujets de sa prédication, unissant à Rome l'Angleterre, l'Allemagne et la France. Ce facteur a grandement contribué à la constitution des racines chrétiennes de l'Europe, qui ont produit tant de fruits au cours des siècles suivants".


Le Saint-Père a alors souligné combien saint Boniface avait favorisé la rencontre de la culture germanique avec la romano-chrétienne, en portant l'ancien héritage chrétien aux populations qu'il évangélisait, avec un nouveau mode de vie plus respectueux des droits et de la dignité de la personne".

"Le courageux témoignage de Boniface -a ajouté Benoît XVI- nous invite à accueillir dans nos vies la Parole de Dieu comme première référence, à aimer sincèrement l'Eglise, à se sentir coresponsables de son avenir dans l'unité autour du Successeur de Pierre. Il nous rappelle aussi qu'en favorisant la diffusion de la culture, le christianisme aide au progrès de l'humanité. Nous devons être à la hauteur de ce prestigieux héritage pour le faire fructifier en faveur des nouvelles générations". En comparant l'appel de la foi et le service de l'Evangile de Boniface à "notre foi, souvent chancelante et bureaucratique, il faut nous demander comment nous renouveler pour transmettre ce don précieux à notre temps".
(source: VIS 090311)
via
Nominis.cef.fr; Les saints du jour

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 06:27
"Du sein de la Vierge il est né, à la fois Serviteur et Seigneur ; Serviteur pour oeuvrer, Seigneur pour commander, afin d'enraciner dans le coeur des hommes un Royaume pour Dieu. [Où l'on voit que le messie n'est pas un messie à la manière des juifs fondamentalistes qui attendaient un roi politique - et attendent toujours - qui devaient faire plier sous son joug les nations du monde entier et des goyim des esclaves d'"Israël" (interprétation fondamentaliste, c'est-à-dire littérale des textes de l'Ancien Testament), mais un roi dans nos coeurs à tous les hommes].

Elle est bonne, cette condition de Serviteur, qui nous a fait tous libres ! Oui, elle est bonne ! Elle lui a valu « le nom qui est au-dessus de tout nom » ! Elle est bonne, cette humilité ! Elle a obtenu qu'« au nom de Jésus, tout être vivant tombe à genoux aux cieux, sur terre et dans l'abîme et que toute langue confesse : Jésus est le Seigneur dans la gloire de Dieu le Père » (Ph 2,10-11)." 

Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église, Sermon sur le psaume 35,4-5, trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, t. 6, p. 124,
Commentaire du jour 
Partager cet article
Repost0