Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 18:16

La Porte Latine

Cela devient une tradition. La grande procession de la Fête-Dieu dans les rues de Toulouse s’est à nouveau déroulée cette année, avec le faste qu’on lui connaît désormais.
Le magnifique char de procession était à nouveau de sortie, précédé de ces nombreux enfants de chœurs et des cavaliers d’apparat. Derrière, la fanfare appuyant le chant des quelque 700 fidèles venus se presser pour cette grande cérémonie. Un témoignage de foi et de majesté au cœur de la ville de Toulouse

Partager cet article
Repost0
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 09:04


La semaine du Pays Basque n° 718 du 7 au 13 juin 2007 
Via
La Porte Latine

Le 8 juillet les portes de l'église resteront fermées.
La messe traditionaliste célébrée par l'enfant du pays
aura lieu au bas des marches sur la cancha.
Dans le même temps la crise des vocations s'amplifie
.

I - La messe en place libre

Biriatou. L'évêque refusant l'église au jeune prêtre du village ordonné à Ecône, David dira sa première messe sur la place libre de Biriatou

(La Semaine du Pays Basque - Dominique Mariau)

Le 29 juin, David Aldalur sera ordonné prêtre à Ecône au sein de la Fraternité Saint-Pie X, où il aura effectué la fin de ses études de théologie (Bac + 5). Ordonné en Suisse, un basque de Biriatou, dont le père est né à Irun et la mère en Bretagne, a forcément un projet immédiat : dire la messe pour ses amis, devant sa famille, ses copains d'enfance, ses copains de jeux, ses condisciples. De la commune de Biriatou en passant par le Sacré Coeur d'Hendaye, du conservatoire de Xistu au groupe folklorique Luixa où il fut un as du fandango, trustant les récompenses avec sa cavalière, sans oublier les frontons où il se distinguait, David, né en 1983, s'est forgé une solide identité basqye avant d'aller décrocher sàon Bac à Carcassonne : "J'ai introduit la pelote basque dans la citadelle" dit-il non sans humour. Et en plus c'est vrai !

N'empêche que ce gamin ouvert et sportif a été touché par la vocation dès l'âge de huit ans. Il sait ce qu'il veut : il sera prêtre, c'est le but naturel, le sens de sa vie. Après Carcassonne, une année à Dijon et il part à Ecône, près de Sion, rejoindre la Fraternité Saint-Pie X, pour ses cinq ans de doctorat: " deux ans de philo, trois ans de théologie, avec les sciences morales, le droit canon, la vie pastorale".

Cinq années d'étude basées à priori sur le programme antérieur au concile Vatican II. "De fait on travaille sur ce qui existait avant les changements, mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'adaptation. moi, ce qui m'a choqué, c'est de voir que l'on jetait les fondamentaux aux orties. c'est comme si l'Eglise n'avait pas existé avant 1960 ! En outre, ça s'est passé très brutalement en France, d'où les polémiques qui ont surgi. En Espagne et en Italie, par exemple, il y a eu des évolutions, mais cela s'est passé en douceur".

Oui à Quimper. Non à Bayonne.

Ces considérations étant posées, le jeune homme, nous l'avons dit, entend bien donner la primeur des ses offices à ceux qui l'ont encouragé et aidé. Il a donc programmé une messe à Biriatou, et une autre en Bretagne. Et c'est là que le problème est arrivé. Si les ecclésiastiques locaux étaient d'accord pour prêter l'église de Biriatou, l'évêque de Bayonne, Mgr Pierre Molères, a dit non. Et il a donné trois raisons à David et à sa famille :
1 - Iil s'agit d'une requête sentimentale.
2 - Il aurait été conditionné par [son] milieu social.
3 - Il refuse que l'évêque concélèbre cette messe.
Ce refus mis à part, ce n'est pas la guerre, Mgr Molères a accordé une audience à David, et un peu plus tard à ses parents. Mais il n'a pas pour autant ouvert les portes de l'église. Par contre, l'évêque de Quimper saisi de la même demande par David a dit qu'il pouvait dire une messe où il le souhaitait dans son diocèse. En résumé, les recommandations du Vatican sont assez souples pour que chaque prélat interprète comme sa conscience le lui dicte.

Cette rebufade n'a pas entamé, bien au contraire, la foi de David et de sa famille. Mais le jeune garçon se pose des questions sur la situation actuelle de l'église catholique dans sa globalité : "tout le monde voit bien que les églises sont de moins en moins fréquentées, que le nombre de baptêmes est en diminution, que des séminaires ferment. Il serait peut-être temps de remettre les vraies priorités à l'ordre du jour. Les tenants d'un catholicisme moderne et ceux d'une version plus traditionnelle ont le droit d'exister, ce sont les croyants qui doivent y trouver leur compte, et il serait téméraire de mettre à l'écart ceux qui ont la fibre traditionnelle."  Suite (La Porte Latine)

Partager cet article
Repost0
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 12:06

Pèlerinage du Christ-Roi 2007

Pèlerinage international à Lourdes : 27, 28 et 29 octobre 2007 

Pèlerinage international
Sous la direction spirituelle
de la Fraternité Saint Pie X

Pour le triomphe du Christ-Roi,
Pour la gloire de Marie,
Pour nos malades

(Trains spéciaux au départ de Paris avec arrêts en Province)
Arrivée possible pour les malades dès le vendredi, 15 heures

Programme du pèlerinage

Samedi 27 octobre 2007

14 H 00 : Rassemblement à la Vierge Couronnée

14 H 30 - Chemin de Croix dans la montagne des Espélugues
- Chemin de Croix des malades le long du Gave

16 H 30 - Messe solennelle

20 H 00 - Procession aux flambeaux

 

Dimanche 28 octobre 2007

09 H 00 - Grand'Messe Solennelle du Christ-Roi

14 H 30 - Vêpres solennelles

15 H 30 - Procession du très Saint Sacrement et Bénédiction des malades

20 H 30 : Adoration nocturne jusqu'à 6 H 00 du matin

 

Lundi 29 octobre 2007

09 H 00 - Messe solennelle et Adieux à la Grotte 

Renseignements

Secrétariat général et organisation

M. Max Barret
04 74 55 27 63 - 04 74 55 03 78
04 74 55 06 74
barret.max@free.fr

 

Pour les malades, contact exclusif :

Notre-Dame du Rafflay
44690 Château-Thébaud

02 40 06 51 68
02 40 06 59 15

 

Hébergement

ATTENTION : Il est recommandé de réserver le plus tôt possible dans les hôtels. Pensez dès maintenant à constituer des groupes pour 2008, année Jubilaire : ces derniers auront priorité dans les hôtels.
Lors de vos réservations, réclamez-vous obligatoirement du pèlerinage du Christ-Roi de la FSSPX, pour bénéficier des tarifs négociés Prêtres, Groupes, Familles nombreuses, Petits revenus (il est bien évident que la plus élémentaire charité est de laisser la priorité à ces catégories de pèlerins qui ne pourraient pas participer au pèlerinage sans ces structures d’accueil bon marché)...
Pour ces rubriques, s’inscrire exclusivement et le plus rapidement possible auprès :

M. Mme Jean-Marie Barrère
05 62 45 60 05 (jusqu'à 21 H)

En cas d'absence :
jeanmarie.barrere@wanadoo.fr

 

Tract du programme et des hébergements

Imprimer le tract 2007 au format pdf 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 19:39
Bonne nouvelle, j'apprends que la 1ère Chambre du tribunal de grande Instance de Paris dans un jugement du 30 mai 2007, condamne l’Etat Français à régler à Bernard Méry la somme de 90 000€ avec exécution provisoire après avoir jugé que l’Ordre des avocats de Paris avait commis une faute lourde contre l’avocat dans l’exercice de son pouvoir juridictionnel.

L’affaire aura durée cinq années. L’avocat avait eu l’audace de rédiger deux livres aux titres évocateurs «justice – franc-maçonnerie – corruption » suivi du livre «Les nouveaux parrains ». 



Un simulacre de procès fut utilisé contre celui qui en écrivant ces livres avait signé sa radiation. L’Ordre des avocats lui imputa 15 cas de poursuites et les globalisa pour dire que «tous étaient contraires à l’honneur et à la probité», puis pour que sa peine s’exécute immédiatement sans attendre les voies de recours, utilisa l’arme de la suspension immédiate. Dés le lendemain, l’avocat fut dégradé..., tous ses dossiers furent séquestrés par un avocat désigné par l’Ordre, ses clients furent condamnés lourdement, car privés de défense au dernier moment.

Le jugement de l’Ordre des avocats n’était qu’un habillage, l’avocat n’était en effet pas officiellement poursuivi pour avoir écrit les deux livres, mais les motifs de la décision de radiation s’appuyait pourtant sur ses attaques contre la franc-maçonnerie et justifiait la mesure d’éradication décidée

C’est la franc-maçonnerie qui avait pris la décision, son pouvoir était suffisant pour qu’il s’impose à l’Ordre des avocats de Paris. En effet le bulletin du conseil de l’Ordre du GOF de février 2003 s’attribuait ouvertement la paternité de cette radiation au travers de l’intervention de l’avocat Jean-Marie Quillardet auprès de l’Ordre des avocats. C’est l’actuel grand Maître du GOF - Alain Bauer l’était lors des faits - qui s’élève maintenant contre les propos du premier Président de la Cour de Cassation, Monsieur Vincent LAMANDA. Une fois encore le GOF se cache derrière les circonstances des lois de Pétain pour jouer de l’amalgame entre franc-maçonnerie et juifs. Comme pour Me Bernard MERY ce haut magistrat est accusé d’antisémitisme : «Il était une époque où les gens disaient «je déteste les juifs» » dit le grand Maître. Mais l’accusation d’antisémitisme n’est pas la seule arme, l’autre est l’accusation de paranoïa...

C’est ce qu’endura l’avocat, en sus de sa radiation, une procédure pour outrage à magistrat permit au juge d’instruction d’ordonner une expertise psychiatrique de l’avocat. Deux experts francs-maçons déclarèrent en cœur, sans même examiner le « patient » que l’avocat était inapte pour la profession. Pour eux, s’en prendre aux ingérences de la franc-maçonnerie était la preuve suffisante d’une paranoïa extrême. 

Il lui fallut cette fois encore attendre que la Cour de cassation annule sans renvoi l’ensemble des décisions pénales qui le condamnait.

Cette radiation en dit long sur les pratiques en usage au sein de l’Ordre des avocats de Paris. Une stricte dichotomie est établie entre ceux qui appartiennent à la « fraternité » et ceux qui n’en font pas parties

Le jugement rendu le 30 mai 2007 est courageux, il fera jurisprudence. Il reconnaît en effet une responsabilité des juges, le droit à l’indemnisation pour la victime du dysfonctionnement. La première chambre du TGI de Paris pose les règles admettant le droit à l’indemnisation. Elle a d’autant plus de mérite que ce jugement intervient à une époque où le législateur a refusé la loi devant consacrer les leçons tirées du scandale d’Outreau.

Le conseil de l’Ordre des avocats du barreau de Paris est déclaré fautif dans l’exercice des attributions juridictionnelles que la loi lui confère. C’est une première.
Partager cet article
Repost0
25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 10:28

Le vote des Français ce dimanche 22 avril laisse deux candidats en lice : M. Sarkozy et Mme Royal.

Le collectif Catholiques en campagne constate avec tristesse et regrette que ces deux candidats qui briguent à assumer les destinées de la France s’éloignent dangereusement de la doctrine sociale de l’Église que ce soit dans leur programme comme dans leurs prises de position personnelles.

 

Cette divergence, ou plus exactement cette opposition, entre l’enseignement de l’Église et la position officielle des deux candidats, est suffisamment grave et bien établie pour interdire aux catholiques de leur apporter leur suffrage, à l’un comme à l’autre.

 

C’est pourquoi le collectif Catholiques en campagne appelle les catholiques à ne pas apporter leur voix à ceux qui sollicitent leur suffrage.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 18:54

Cliquez ici pour en savoir plus

Relais de prière à l’intention de la famille de Jeanne-Marie

le procès débutant le mardi de Pâques 10 avril 2007 (de 13 h. à 19 h. chaque jour).

"Personne n'a oublié le sourire de cette fillette de 11 ans, enlevée, violée et tuée en juin 2004... à la veille du procès de son assassin présumé, sa famille en appelle au soutien de la prière..." (hebdomadaire "Famille Chrétienne" du 31 mars 2007).

sacre-coeur-recto-tissage-mecanique.jpg

Partager cet article
Repost0
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 21:53

24/03/2007 14:18

CITE DU VATICAN, 24 mars 2007 (AFP) - Le pape critique l'UE coupable d'avoir oublié ses racines chrétiennes

Le pape Benoît XVI a prononcé samedi un discours très sévère envers l'Union européenne qui fête ses 50 ans, l'accusant de s'aliéner les populations du continent en reniant ses racines chrétiennes et a appelé les croyants à édifier un "nouvelle Europe".

"On ne peut pas penser construire une vraie maison commune européenne en négligeant l'identité propre des peuples de notre continent (...), une identité historique, culturelle et morale (...) constituée d'un ensemble de valeurs que le christianisme a aidé à forger", a dit le pape en recevant au Vatican les participants à une conférence organisée par les évêques européens à l'occasion de la célébration du 50e anniversaire des Traités de Rome.

Benoît XVI a utilisé un mot très fort, l'apostasie, dénonçant une "singulière forme d'apostasie" de l'Europe qui, tout en souhaitant se présenter "comme une communauté de valeurs, semble de plus en plus souvent contester l'existence de valeurs universelles et absolues".

L'apostasie signifie le renoncement public à la foi chrétienne et dans l'Eglise primitive elle était un des trois péchés impardonnables.

Le pape, gardien rigide de la foi, a aussi mis en garde l'Europe "contre cette attitude pragmatique (...) qui justifie systématiquement le compromis sur les valeurs humaines essentielles".

Si "les courants laïcistes et relativistes" viennent se greffer sur ce pragmatisme, "on finit par dénier aux chrétiens le droit même d'intervenir en tant que tels dans le débat public", a dénoncé Benoît XVI.

Il a insisté sur le droit à "l'objection de conscience" des chrétiens "chaque fois que les droits humains fondamentaux", tels que prônés par l'Eglise catholique, pourraient être violés, comme par exemple avec les lois permettant l'avortement ou l'euthanasie.

Le pape s'est adressé finalement aux croyants, leur demandant de construire "une nouvelle Europe".

"Vous savez que vous avez le devoir de contribuer à l'édification, avec l'aide de Dieu, d'une nouvelle Europe, réaliste mais non cynique (...) inspirée de la vérité pérenne de l'Evangile. Soyez présent de manière active dans le débat public au niveau européen", a-t-il lancé.

Les valeurs chrétiennes "qui représentent l'âme du continent doivent rester dans l'Europe du troisième millénaire" si celle-ci souhaite rester un exemple pour le reste du monde, a assuré le pape allemand.

Le Vatican a souvent insisté au cours de ces dernières années, sans succès, pour que la nouvelle Constitution européenne intègre dans ses principes fondamentaux les valeurs chrétiennes.

"Si à l'occasion du 50e anniversaire des Traités de Rome les gouvernements de l'Union désirent se +rapprocher+ de leurs citoyens, comment pourraient-ils exclure un élément essentiel de l'identité européenne tel que le christianisme dans lequel une large majorité d'entre eux continue de se reconnaître", a conclu le pape.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 13:04

Présentation

Écrit par "Catholiques en campagne"   
17-03-2007

Catholiques en campagne est un collectif créé à l’initiative d’associations et personnalités catholiques, qui constatant l’absence de solutions efficaces proposées jusqu’à présent pour faire face aux difficultés qui rongent la France depuis des décennies, ont décidé de se regrouper pour faire entendre non seulement aux hommes politiques, mais aussi à tous les Français, la voie catholique comme remède à ces maux.

Le Christ doit revenir en France, dans la vie des Français, dans les lois et institutions françaises. L’avenir de la France ne se construira pas sur un autre roc que celui de la Chrétienté….. France, sois fidèle aux promesses de ton baptême…

Agissant au dessus ou en marge des partis politiques, le collectif se réfère à l’enseignement constant de l’Eglise catholique dans le domaine politique et social. Il veut promouvoir le redressement de la nation par la restauration des valeurs qui ont fait sa grandeur, valeurs éminemment catholiques de justice, d’ordre et de paix…

C’est ainsi que le collectif se propose :

*                    de regrouper associations et particuliers pour faire entendre plus facilement la voix des catholiques ;

*                    de rechercher la coordination de leurs actions pour en accroître l’impact ;

*                    de faire connaître aux Français la richesse de la doctrine sociale de l’Église ;

*                    d’encourager les catholiques à prendre des responsabilités dans la cité ;

*                    d’être un lieu de rencontre et d’échange entre les associations adhérentes.

Catholiques en campagne va désormais saisir toutes les occasions pour faire entendre la voix des catholiques dans les domaines politique, social et culturel ; dans une première démarche il va s’engager pleinement dans les débats liés aux différentes élections de 2007, non pour promouvoir tel ou tel parti, mais pour se faire entendre des candidats et surtout des Français.

Associations ou particuliers, attachés à la promotion des valeurs chrétiennes dans la société civile, en adhérant à notre collectif vous vous sentirez moins isolés, vous ferez mieux entendre votre voix et vous participerez plus efficacement au renouveau de la France !

Partager cet article
Repost0
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 23:03

Via Le Forum catholique



PORT BLAIR, Inde (Reuters) - Des milliers de personnes affluent au domicile d'un policier indien, à Port Blair, sur les îles Andaman, pour prier devant deux portraits de Jésus Christ, qui auraient "saigné" ces deux dernières semaines.

Eric Nathaniel, a remarqué un fluide rouge, qu'il a pris pour du sang, s'écoulant d'un portrait de Jésus dans sa maison, il y a quinze jours.

"Nous avons allumé des cierges et nous avons prié toute la nuit et le sang a séché puis a recommencé à s'écouler des mains et du coeur (de Jésus) sur un autre portrait", a-t-il déclaré mercredi à Reuters.

La peinture rouge utilisée dans ces portraits peut fondre en raison de l'humidité, mais les fidèles arrivent par bateau d'Andaman et de Nicobar pour prier, ont déclaré les autorités.

Un des portraits a été temporairement déplacé à l'évêché pour être exposé au public, la police ayant du mal à contrôler la foule.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 21:06

Pax Domini

Pax Domini est un collectif de jeunes créateurs catholiques qui a choisi de lancer une ligne de t-shirts actuels emprunts de catholicisme... Loin des clichés ringards et caricaturaux, Pax Domini crée des t-shirts à porter tous les jours (au lycée, à la fac ou au boulot) pour les jeunes catholiques d'aujourd'hui. Que la Paix du Seigneur soit sur vous...

Partager cet article
Repost0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 12:31

Le Salon Beige, 13 mars 2007

La présentation de l'exhortation apostolique sur l'Eucharistie est en cours à Rome. Le Saint-Père y recommande notamment la célébration de la messe en latin et en grégorien pour les rassemblements internationaux, l'"ars celebrandi" est la meilleure condition de l'"actuosa participatio" (malheureusement souvent traduite pae "participation active"), "l'obéissance fidèle aux normes liturgiques dans leur totalité", l'agenouillement "pendant les moments centraux de la prière eucharistique."

Lire la présentation (en italien)

L'exhortation est en ligne en français. Quelques extraits :

§35 : "la liturgie, comme du reste la Révélation chrétienne, a un lien intrinsèque avec la beauté : elle est veritatis splendor."

§38 : L'ars celebrandi est la meilleure condition pour une actuosa participatio. L'ars celebrandi découle de l'obéissance fidèle aux normes liturgiques dans leur totalité".

§50 : "nécessité de trouver alors des moyens brefs et incisifs pour rappeler à tous le sens de la communion sacramentelle et les conditions de sa réception".

§52 : "la participation active souhaitée par le Concile doit être comprise en termes plus substantiels, à partir d'une plus grande conscience du mystère qui est célébré et de sa relation avec l'existence quotidienne"

§62 : "je demande que les futurs prêtres, dès le temps du séminaire, soient préparés à comprendre et à célébrer la Messe en latin, ainsi qu'à utiliser des textes latins et à utiliser le chant grégorien".

§65 : "Un signe convaincant que la catéchèse eucharistique est efficace chez les fidèles est certainement la croissance, en eux, du sens du mystère de Dieu présent parmi nous. [...] Je pense, d'une manière générale, à l'importance des gestes et des postures, comme le fait de s'agenouiller pendant les moments centraux de la prière eucharistique."

§93 : "Un Compendium sera publié par les soins des Dicastères compétents; il comprendra [...] tout ce qui pourra se révéler utile pour la compréhension correcte, pour la célébration et pour l'adoration du Sacrement de l'autel."

Partager cet article
Repost0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 10:53

Un magnifique présent en ce temps de Carême : le Miserere d'Allegri en images et son. Un grand merci à Reconquista.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 18:57

Le Forum catholique

L'abbé Chéhère, curé de la paroisse de Niafles, dans le diocèse de Laval, est décédé le 6 mars 2007.

Il avait explicitement demandé, dans son testament (confié à des paroissiens de confiance) que ses funérailles soient célébrées selon le rit TRADITIONNEL.

L'évêque de Laval a refusé.

Les funérailles seront célébrées ce jeudi après-midi, selon le nouveau rite.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 10:34

Chers amis,

Des membres du collectif pour la paix liturgique à Reims étaient à Rome cette semaine. Ils ont ainsi, une fois de plus, montré leur fidélité à l’Eglise et prié dans la basilique saint Pierre pour que la paix prévale enfin dans le diocèse de Reims.

Ce déplacement au siège de la chrétienté n’était pas anodin puisque nous avions Rendez-vous le 1er mars, avec Monseigneur Camillo PERL, secrétaire de la commission pontificale Ecclesia Dei.

En effet, Monseigneur PERL , collaborateur direct du Cardinal CASTRILLON-HOYOS et proche du Pape Benoît XVI , s’était proposé de nous rencontrer. Nous avions, comme promis, transmis vos suppliques à la commission Ecclesia Dei.Elles étaient bien arrivées!

Chers amis, cet entretien de plus d’une heure a été d’une grande richesse et d’un immense réconfort. Nous vous proposons ici quelques points qui ont été abordés :

  1. Rome est très bien informée de la situation dans le diocèse de Reims et regrette fortement les refus répétés de Monseigneur JORDAN d’accorder enfin la Messe dans la « forme ancienne du rite romain ». Monseigneur PERL nous a déclaré, sous la forme d’une boutade : quand un évêque veut refuser la demande de ses fidèles, il trouvera toujours des arguments ».
  2. Monseigneur PERL nous a plusieurs fois répété qu’il comprenait notre tristesse, mais qu’il était heureux de constater notre fidélité constante à l’Eglise.
  3. A aucun moment, Monseigneur PERL n’a émis la moindre réserve sur notre action, ses formes, sa durée et la publicité que nous en faisons auprès des fidèles des paroisses de Reims.
  4. Enfin, Monseigneur PERL nous a promis pour bientôt LA PAIX LITURGIQUE DANS LE DIOCESE DE REIMS !  

Revenons sur ce dernier point pour vous annoncer une grande nouvelle ! LE MOTU PROPRIO LIBERALISANT LA MESSE DITE DE SAINT PIE V, TANT ATTENDU, SERA PUBLIE AVANT PAQUES ! Notre Saint-Père y tient fermement.

Autre excellente nouvelle, nous nous étions trompés ! En effet, le motu proprio aura force de loi. Le Pape BENOIT XVI regrette que celui de juillet 1988 ne faisait qu’inviter les évêques à accueillir les fidèles attachés au rite tridentin. Le motu proche motu proprio ne se contentera pas de cette simple invitation. Il obligera !

 

Que trouverons-nous dans ce texte ?

  1. Tout prêtre désirant dire la Messe tridentine le pourra en privé.  
  2. Tout groupe de fidèle attaché au rite de saint Pie V pourra aller voir le curé de sa paroisse ou un curé de sa ville pour lui demander ce rite. Le curé pourra accepter sans en référer à son évêque.
  3. Si le curé et les autres prêtres diocésains, ne veulent pas célébrer dans « l’ancien rite », ils pourront accueillir tout prêtre d’une communauté le désirant.
  4. Si une groupe de fidèles demande le rite dit de saint Pie V, mais ne trouve aucun prêtre, ni local, ni d’une communauté, pouvant répondre à leur vœu ; ce groupe pourra écrire à la commission Ecclesia Dei qui travaillera à trouver une solution, un prêtre, une communauté. 

Comme vous le constatez, les cris de souffrance de trop de catholiques ont été entendus, si ce n’est par Monseigneur JORDAN ou quelques évêques, du moins par l’autorité suprême de l’Eglise.

Nous sommes heureux et l’avons dit à Monseigneur PERL de nous sentir accueillis par lui-même bien sûr, mais surtout par le Saint Père, pasteur de TOUS les catholiques.

Un bémol après toutes ces bonnes nouvelles. Oui ! Nous aimerions tant que Monseigneur JORDAN nous accueille en mettant fin à la querelle liturgique, non pas contraint, mais de bon cœur. Monseigneur, il ne reste plus beaucoup de temps pour cela. Vite, travaillons ensemble à la paix liturgique.

Partager cet article
Repost0
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 11:41

Le "tu ne tueras pas" ne concerne pas la Société, mais l'homme individuel. La doctrine de l'Eglise n'a jamais condamné la peine mort quand il s'agit à la société de se protéger. C'est même pour elle un DEVOIR, une charité (lire Le libéralisme est un péché de Don Sarda y Salvany). Le catéchisme de l'Eglise catholique, publié par Jean-Paul II en 1992 l'indique encore en son article 2266 :

"Préserver le bien commun de la société exige la mise hors d'état de nuire de l'agresseur. A ce titre, l'enseignement traditionnel de l'Eglise a reconnu le bien-fondé du droit et du DEVOIR de l'autorité publique légitime de sévir par des peines proprotionnées à la gravité du délit, sans exclure dans des cas d'une extrême gravité la peine de mort. ... La peine a pour premier effet de compenser le désordre introduit par la faute. Quand cette peine est volontairement acceptée par le coupable, elle a valeur d'expiation. De plus, la peine a pour effet de préserver l'ordre public et la sécurité des personnes. Enfin la peine a une valeur médicinale, elle doit, dans la mesure du possible, contribuer à l'amendement du coupable." (Cathéchisme de l'Eglise catholique, Edition Pocket MAME/PLON, Manchecourt 1992, article 2266, p. 564).

Don Sarda y Salvany, Docteur en théologie, Prêtre du Diocèse de Barcelone et directeur du journal "La Revista popular", dans son livre Le libéralisme est un péché (1887) précise la doctrine catholique sur le sujet de la charité :

"La théologie catholique nous en donne la définition par l'organe le plus autorisé, ..., le catéchisme, si plein de sagesse et de philosophie. Cette définition, la voici : La charité est une vertu surnaturelle qui nous incline à aimer Dieu par-dessus toute chose et le prochain comme nous-mêmes pour l'amour de Dieu. ... Aimer, c'est vouloir le bien à celui qu'on aime. ... Il suit de là qu'on peut aimer le prochain, bien et beaucoup, en lui déplaisant, en le contrariant, en lui causant un préjudice matériel et même en certaines occasions en le privant de la vie. Tout se résume, en somme, à examiner si dans le cas où on lui déplaît, où on le contrarie, où on l'humilie, on le fait, oui ou non, pour son bien propre (1), pour le bien de quelqu'un dont les droits sont supérieurs aux siens (2), ou simplement pour le plus grand service de Dieu (3).

1) Pour son bien. S'il est démontré qu'en déplaisant au prochain, en l'offensant, on agit pour son bien, il est évident qu'on l'aime, même dans les contrariétés et les dégoûts qu'on lui impose. Par exemple
 : on aime le malade en le brûlant avec le cautère ou en lui coupant le membre gangrené; on aime le méchant en le corrigeant par la répression ou le châtiment, etc., etc. Tout cela est charité, et charité aprfaite.

2) Pour le bien d'un autre dont les droits sont supérieurs. Il est souvent nécessaire de déplaire à une personne, non pour son bien propre, mais pour délivrer autrui du mal qu'elle lui cause. C'est alors une OBLIGATION de charité que de défendre l'attaqué contre l'injuste violence de l'agresseur; et on peut faire à l'agresseur autant de mal que l'exige la défense de l'attaqué. C'est ce qui arrive lorsqu'on tue un brigand aux prises avec un voyageur. En ce cas, tuer l'injuste agresseur, le blesser, le réduire de toute autre manière à l'impuissance, c'est faire acte de véritable charité.

3) Pour le service dû à Dieu. ... De même que dans une guerre juste les hommes se blessent et se tuent pour le service de la Patrie, ainsi peuvent-ils se blesser et se tuer pour le service de Dieu. De même encore que l'on peut, en conformité avec la loi, exécuter des hommes à cause de leurs infractions au code humain, on a le droit, dans une société catholiquement organisée, de faire justice des hommes coupables d'infractions au code divin, dans ceux de ses articles obligatoires au for extérieur. ...

Le libéralisme moderne ne l'entend pas ainsi, ce en quoi il a tort. ... Par ses apostrophes et ses accusations banales d'intolérance et d'intransigeance sans cesse renouvellées, il déconcerte même des catholiques très fermes. Notre formule à nous, est pourtant bien claire et bien concrète. la voici : la souveraine intransigeance catholique n'est autre que la souveraine charité chatholique. Cette charité s'exerce relativement au prochain, quand, dans son propre intérêt, elle le confond, l'humilie, l'offense et le châtie...

Et parce que de nos jours il y a peu d'intransigeants véritables, il y a aussi peu de gens véritablement charitables. La charité libérale, à la mode actuellement, est condescendante, affectueuse, tendre même, dans la forme, mais au fond elle n'est que le mépris essentiel des biens véritables de l'homme, des suprêmes intérêts de la vérité et de Dieu." (Don Sarda y Salvany, Le libéralisme est un péché, Publication du Sel de la Terre, Avrillé 1997, p. 89-91).

Partager cet article
Repost0
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 12:10
Puisqu’il y a une bonne nouvelle, ne boudons pas notre plaisir.

Le 1er février a été signée une convention, entre le cardinal Ricard, archevêque de Bordeaux, et l’abbé Philippe Laguérie, supérieur général de l’Institut du Bon Pasteur (érigé par le pape Benoît XVI le 8 septembre dernier), établissant à Bordeaux une « paroisse personnelle » ad experimentum (pour cinq ans dans un premier temps) destinée aux fidèles désirant « célébrer la liturgie selon les livres en vigueur en 1962 », la « charge pastorale » de cette paroisse étant confiée à l’Institut du Bon Pasteur en l’église Saint-Eloi. L’abbé Philippe Laguérie est nommé curé, et l’abbé Christophe Héry prêtre coopérateur.

Sur le site Eglise catholique en Gironde, Mgr Ricard explique longuement l’érection de cette paroisse. Il écrit notamment ces propos qui ne peuvent qu’aller droit au cœur de tout catholique :

« La signature de cette convention n’est pas un pur acte administratif ni une décision prise à contrecœur. Elle est l’expression d’une volonté d’accueil et de communion dans le diocèse de Bordeaux de ces prêtres et de ces fidèles qui ont souhaité retrouver la pleine communion avec le Siège de Rome. Il faut nous rappeler que nous sommes de la même famille, tous appelés par grâce à prendre place comme des pauvres à la table du Seigneur. Lors de la célébration de l’Eucharistie, j’adresse souvent au Père cette prière : « Humblement, nous te demandons qu’en ayant part au corps et au sang du Christ, nous soyons rassemblés par l’Esprit Saint en un seul corps. » Personne n’est propriétaire de l’Eglise. Dans une réconciliation selon l’Evangile, il n’y a ni vainqueur ni vaincu, ni concession ni condition, il y a communion fraternelle, c’est-à-dire accueil de l’amour du Christ, tout en tous. »

Le cardinal Ricard et l’abbé Laguérie ont publié un communiqué commun, qui dit ceci :

« Cette étape est le signe d’une ferme volonté de travailler à l’unité et de chercher les chemins d’une réconciliation après le temps des polémiques. Cet accord donne un cadre pour une connaissance mutuelle et un dialogue constructif. Le respect mutuel permettra un débat serein sur la réception du Concile Vatican II, en fidélité au Magistère, et sur les enjeux d’une évangélisation aujourd’hui.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 12:58

Sur la "liberté de penser" éternelle rengaine que nous adresse les républicains, il serait bon de faire un point. Maurice Dantec donne quelques éléments de réponse dans le journal de la Commission Trilatérale (Claude Imbert), Le Point n° 1790, jeudi 4 janvier 2007, p. 76. Cela nous donne l'occasion de rappeler la pensée de quelques auteurs sur ce sujet et des enseignements pontificaux. Citations :

"On alphabétise beaucoup dans les dictatures communistes, c'est à se demander pourquoi. La liberté n'est pas un « droit ». Elle ne s'octroie pas. La Liberté est un état qui se conquiert. Aussi, la « recherche de l'autonomie humaine » n'est pas une invention de la pseudo-« Renaissance », elle date de bien avant, des Grecs, tout comme des scholastiques médiévaux. Ce qui est nouveau, avec la modernité, justement, c'est que cette « autonomie humaine » est désormais détachée de toute puissance transcendante, elle n'est plus cette « liberté au service d'une liberté plus grande », elle est désormais autocentrée et devient dès lors une niche pour tous les nihilismes idéologiques qui travestiront Dieu, sous toutes les formes possibles." Maurice Dantec in Le Point, no. 1790 Idées, jeudi, 4 janvier 2007, p. 76, Polémique, Dantec en croisade contre l'Occident maso, élisabeth Lévy  

Le Christianisme est la religion de la Liberté (conçue comme ACTE DE VOLONTÉ PURE) illuminée par la Grâce. L'athée est "immoral" au sens où il se sépare aussi bien de la vie que de l'esprit et que, de fait, il les sépare l'un de l'autre, son "immoralité" recoupe un refus de toute transcendance (liberté surnaturelle/loi naturelle) qui serait supérieure à sa petite autonomie individuelle, un refus du Monde Créé ("tabula rasa" révolutionnaire), un refus de toute éthique articulée sur la foi. Il est tout bonnement pathétique, à l'image de l'époque." Maurice G. Dantec, via le Forum catholique

"la liberté de penser et de publier ses pensées, soustraite à toute règle, n'est pas de soi un bien dont la société ait à se féliciter; mais c'est plutôt la source et l'origine de beaucoup de maux. La liberté, cet élément de perfection pour l'homme, doit s'appliquer à ce qui est vrai et à ce qui est bon." Léon XIII, Immortale Dei, 1888  

"Ce qui ne répond pas à la vérité et à la loi morale n'a objectivement aucun droit à l'existence, ni à la propagande, ni à l'action". Pie XII, Allocution Ci riese du 6 décembre 1953.

"Il n'y a pas d'espoir pour ces sociétés qui abandonnent le culte austère de la vérité pour l'idolâtrie de l'esprit. Derrière les so­phismes viennent les révolutions, et derrière les ré­volutions les bourreaux". Donoso Cortès, Essai sur le catholicisme, etc., p. 8 et 9 cité in Mgr Gaume, Traité du Saint-Esprit, 1865, troisième édition, Gaume et Cie Editeurs, 3 rue de l'Abbaye, tome II, Paris 1890, p. 427. 

"Le terme « liberté de conscience » est d'abord un terme équivoque. Ce n'est pas une invention des modernes, quoi qu'on en pense. Cette liberté-là l'Ancien Régime la respecte. Le fameux Chevalier de la Barre par exemple, dont le procès pour blasphème défraya la chronique au XVIIIème siècle, on ne lui reprochait pas ce qu'il pensait, mais ses provocations extérieures. L'adage de droit français est traditionnellement le suivant : Foris ut mos est, infus ut libet. Ut tibet ! Comme on veut […] je ne suis pas d'accord avec la Constitution de 1958, qui, à l'instigation de Pierre Pfimlin, maire de Mulhouse, avait fait de la surenchère par rapport à celle de la IVème République : « La France est une République laïque (...) Elle respecte toutes les croyances » est-il indiqué. Mais la République n'a pas à respecter toutes les croyances, même si elle doit respecter tous les croyants." Emile Poulat - Propos recueillis par l’abbé G. de Tanoüarn, Nouvelle revue Certitudes - avril-mai-juin 2003 - n°14.

Un prétexte au service de la Secte : "Voyez ce que la secte fait elle-même pour empêcher la vérité de désiller les yeux du peuple. Par-tout où les adeptes règnent, demandez ce que c'est aujourd'hui que cette liberté de penser, de parler & d'écrire." Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, P. Fauche Libraire, Hambourg 1799, t. V, p. 289-291.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2006 3 27 /12 /décembre /2006 19:23
27/12/2006 18:57
LOURDES, 27 déc 2006 (AFP) - Première "rêve-party" organisée pour la nuit de la Saint-Sylvestre à Lourdes

Une première "rêve-party", avec concert de rock et messe dans la grotte de Massabielle, sera organisée dans la nuit de la Saint-Sylvestre aux Sanctuaires de Lourdes, a-t-on appris mercredi auprès de l'évêché de Tarbes et Lourdes.

Le thème de cette nuit festive, intitulée "La 3 D (La discothèque de Dieu)" et à laquelle sont conviés jeunes, adultes et familles, sera "Réveillons notre foi!".

"Elle débutera par un concert du groupe de rock-pop louange, Exo, avec des prix abordables" (15 euros pour les adultes), a indiqué Catherine Albrech, membre de l'équipe de préparation de cette manifestation à laquelle les Sanctuaires se sont associés.

"Le 31 décembre n'est pas une date majeure du calendrier liturgique mais elle rassemble le plus grand nombre", a-t-on poursuivi de même source en ajoutant que "cette date a été retenue pour proposer une alternative chrétienne" aux jeunes n'ayant pas de projet pour le passage à 2007.

Après le concert rock, une messe sera célébrée par Mgr Jacques Perrier, évêque de Tarbes et Lourdes. La nuit se poursuivra jusqu'à 6H00 du matin par "des adorations (actions en faveur des autres) et un café nocturne, dans un esprit de convivialité", a-t-on précisé de même source.

Partager cet article
Repost0