Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 13:10

Le Rouge & le Noir publie un article sous le titre : "Vers une nouvelle affaire des fiches ?" Extrait :  

  • L’affaire des fiches, sous la IIIe République. Il s’agissait d’une grande opération de fichage des officiers réputés conservateurs et catholiques. Le Grand Orient n’était pas étranger à cette manoeuvre qui, en 1904, se transforma en scandale politique.
  • La France se dirige-t-elle vers une nouvelle affaire des fiches, un siècle plus tard ? A l’heure où de nombreuses familles de militaires participent au légitime combat (pacifique) contre la dénaturation du mariage, les services de renseignement sont à pied d’oeuvre. C’est en tout cas ce qu’indique une gazette-en-ligne spécialiste de nos armées. Se fondant sur un article paru dans le Canard Enchainé, ladite gazette rapporte que des enquêtes sont en cours, l’une de part de la DCRI (ex-Renseignements généraux) et l’autre de la part de la DPSD (office de renseignement militaire portant sur les personnels des armées).
  • “L’activisme des militaires antigays a été jugé assez sérieux pour que le gouvernement ordonne deux enquêtes”, peut-on en effet lire dans les colonnes de l’hebdomadaire satirique.
  • “Troublé par le nombre d’enfants d’officiers parmi les jeunes interpellés (les “veilleurs” qui font des sit-in pacifiques)”, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, “a demandé à la DCRI de s’informer sur ce que ces ‘agités’ (sic) manigançaient”, écrit le Canard Enchaîné. A croire que la France est à deux doigts de connaître un nouveau putsch des généraux !
  • Quant à l’autre enquête, elle a été confiée à la DPSD (Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense) afin de “repérer les meneurs au sein de l’Institution” militaire.
  • Source : la gazette Zone Militaire - Opex360
  • Comme sous la IIIe République, la gauche et ses officines craignent que la conscience des officiers ne mette en péril leur pouvoir. L’affiliation des ministres concernés aux loges maçonniques est un autre point de comparaison entre le contexte de l’affaire des fiches et l’époque actuelle.

 

 

L'affaire des fiches en 1904 a été étudiée par Jean Sévillia, dans son ouvrage "Quand les catholiques étaient hors la loi" (Perrin, 2005). Je cite :

 

"Les officiers qui vont à la messe sont fichés par des expressions telles que:

  • "Va à la messe",
  • "clérical pratiquant scandaleusement",
  • "assiste aux offices religieux et s'y fait remarquer par sa dévotion",
  • "porte des cierges aux cérémonies religieuses",
  • "avale son hostie tous les dimanches,
  • "a assisté à la messe de première communion de sa fille",
  • "ne manque pas la confession",
  • "reçoit La Croix chez lui",
  • "sa femme s'occupe beaucoup d'œuvres pieuses",
  • "appartient à une famille de prêtres",
  • "fait élever ses enfants chez les frères" etc.,

et stoppés dans leur avancement par des expressions telles que:

  • "à barrer"…

Des fiches en revanche signalent les éléments à promouvoir:

  • "Bon républicain, ne met jamais les pieds dans une église",
  • "libre-penseur convaincu à recommander au ministre",
  • "dévoué au gouvernement" etc.
  •  
  • (Source: Jean Sévillia, Quand les catholiques étaient hors la loi, Perrin, 2005, p. 148-150).
Partager cet article
Repost0

commentaires