Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 18:47

Deux jolies croix autour du cou que Marine ne craint pas de porter

Voici via
Nationspresse.info quelques extraits de ses propos :
 

- Sait-on que le modèle qui s’élabore en silence, conduira à reconnaître des facilités d’emploi, de logement ou de traitement en fonction de l’appartenance communautaire ?
- Doit-on accepter que la reconnaissance de la personne et de la liberté individuelle -qui sont des valeurs chrétiennes sécularisées par la République- cède le pas devant des pratiques comme les mariages forcés ?
- Peut-on accepter de revenir au droit personnel qui soumettait les individus à des lois différentes selon leur appartenance ?
- Doit-on, comme le faisait M. Darcos en 2008, limiter notre ambition en se contentant d’être content que les enfants « parlent une langue qui ressemble au français » (Figaro- 22/10/2008) ou doit-on rendre à la langue et à sa maitrise la place centrale qui est la sienne comme composante à part entière de notre identité nationale ?
- Peut-on, sans susciter l’anathème et l’invective et atteindre trop vite le point Goodwin, s’interroger sur l’opportunité de continuer à laisser entrer de manière massive une immigration qui, par sa culture et son nombre, dissout notre identité nationale ?
- Peut-on faire le bilan de la politique d’intégration et la comparer à la politique d’assimilation abandonnée depuis près de 30 ans ?
- Peut-on mener une réflexion sur la politique de naturalisation à tour de bras créant des droits et jamais des devoirs ?
- Peut-on culpabiliser indéfiniment les Français et au-delà les Européens, lorsqu’ils prétendent au droit de défendre leur identité alors que l’on porte au pinacle toutes revendications identitaires de tous les peuples, de tous les autres continents du monde ?

Débat loyal sur l’identité : le FN ne se dérobe pas !
Le Président Sarkozy a lancé une proposition de débat. Le FN, dit Chiche !
Parce que l’amour de la France est au cœur de son projet et que cette question de l’identité lui paraît vitale, le Front National se doit de participer activement à ce débat, d’y prendre toute sa place, d’y porter et d’y défendre ses convictions sur l’identité nationale.

Le FN est légitime
Premier à porter la question identitaire dans le débat politique, le FN a mené souvent dans l’adversité de critiques injustes, une réflexion très aboutie sur le sujet ; incontestablement, il a acquis une incomparable légitimité sur le sujet.
Les conditions d’un débat loyal
A sa proposition loyale, le Front national attend légitimement du Président de la République une réponse loyale :
- Le débat ne peut se faire que dans un cadre solennel à l’échelon national c’est-à-dire à l’image de ce qui s’est fait pour l’environnement dans le cadre d’un « Grenelle de l’Identité nationale » ;
- Il ne peut pas se réduire à un semblant de débat entre élites autoproclamées ou associations non représentatives pour terminer par un rapport technocratique dont les contours et la conclusion seraient d’ores et déjà fixés. Ce débat, si débat il y a, n’aura de valeur qu’autant que ses conclusions ne seront pas dictées d’avance par des « a priori idéologiques ».
- Le débat doit associer toutes les sensibilités, les forces politiques ou associatives sans exclusive mais aussi pour donner de la profondeur à la réflexion des historiens, des philosophes, des hommes de culture, des sociologues, des démographes, des linguistes, des français expatriés, et bien sûr un panel important de citoyens (consultés par internet, par voie de sondages ou directement).
- Il doit surtout, sous peine de perdre toute crédibilité et légitimité, être accessible à l’ensemble du peuple Français par internet, mais aussi (c’est une piste) par la voie de cahiers de doléances disponibles dans tous les bâtiments publics (postes, mairies, hôpitaux…).

Il est des moments dans l’histoire d’une nation où il est possible de choisir clairement le chemin qu’un peuple prend collectivement.
Le débat sur l’identité peut-être celui-là.
C’est la raison pour laquelle, j’ai demandé, ce matin, au nom du Front National en ma qualité de Vice-présidente, un entretien au Président de la République afin de l’entretenir de ces propositions.

Partager cet article
Repost0

commentaires