Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 13:32

Le Printemps français a son symbole, bien imaginé : le R de "Révolution" inversé, c'est la contre révolution. Non pas une "révolution contraire" mais le contraire de la révolution... 

Photo : La résistance a son symbole ! Le R de "Révolution", inversé : c'est une contre-révolution que nous menons. La flèche qui entraîne l'homme vers le haut et vers l'avenir... Un symbole rapide et facile à faire. Un signe de ralliement, à partager et utiliser sans modération !

 

La résistance a son symbole !

Le R de "Révolution", inversé : c'est une contre-révolution que nous menons. La flèche qui entraîne l'homme vers le haut et vers l'avenir...

Un symbole rapide et facile à faire. Un signe de ralliement, à partager et utiliser sans modération !

 

 

Source: https://www.facebook.com/photo.php?fbid=380831555383474&set=a.280188552114442.1073741829.275129749286989&type=1

 

 

. Contre le Nouvel Ordre mondial : en finir avec la "révolution" (Ière partie)

. Et après la révolte ? Louis XX, Roi de France, réunit les Français, la République les divise !

. Le pape François incite à la révolte contre le "système globalisé"

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
<br /> (suite des commentaires )<br /> <br /> <br /> <br /> [1] (Maria Konopnicka, née Wasiłowska (qui a utilisé plusieurs noms de plume, notamment Jan Sawa et Jan Waręż), née le 23 mai 1842 à Suwałki, morte le 8 octobre 1910 à Lwów, est une poète, nouvelliste et écrivain pour enfants, traductrice de littérature française,<br /> anglaise, allemande, italienne et tchèque, journaliste et critique, tout en militant pour les droits des femmes, des enfants et l'indépendance de la Pologne.<br /> <br /> <br /> Un des cratères sur la planète Vénus porte son nom.)<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> [2] Les plaines<br /> qu'arrose la Vistule furent envahies au VIe siècle de J.-C. par les Lechites, peuple slave, divisé en plusieurs tribus. Celle des Polanes ou Slaves de la plaine s'établit sur les<br /> bords de la Wartha, et celle des Mazoviens ou Masures vers le milieu du cours de la Vistule. Les Polanes ayant acquis la prépondérance sur les autres tribus, leur nom prévalut, et devint celui du<br /> pays, qui s'appela Pologne.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  Lech, à qui les Polonais font remonter la fondation de leur Etat, est un personnage fabuleux.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Les temps dont l'histoire devient plus assurée commencent<br /> pour la Pologne en 842, lorsqu'un simple paysan, Piast, en fut élu souverain. Il eut pour successeur son fils Ziemovit, et<br /> Mieczyslas, arrière-petit-fils de Ziemovit, qui était païen, comme tous les Polonais, embrassa le christianisme vers 965. La population le suivit ensuite dans cette conversion, à<br /> laquelle coopéra aussi le zèle de saint Adalbert, archevêque de Prague. <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> [3] Boleslas Ier, dit Chrobry, c. à-d. vaillant, ou le Grand<br />
Répondre
T
<br /> (je me permets d'ajouter ces notes pour la comprehension du poème )<br /> <br /> <br /> 1° ) (Maria Konopnicka, née Wasiłowska (qui a utilisé plusieurs noms de plume, notamment Jan Sawa et Jan Waręż), née le 23 mai 1842 à Suwałki, morte le<br /> 8 octobre 1910 à Lwów, est une poète, nouvelliste et écrivain pour enfants, traductrice de littérature française,<br /> anglaise, allemande, italienne et tchèque, journaliste et critique, tout en militant pour les droits des femmes, des enfants et l'indépendance de la Pologne.<br /> <br /> <br /> Un des cratères sur la planète Vénus porte son nom.)<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 2°) Les plaines qu'arrose la Vistule furent envahies au<br /> VIe siècle de J.-C. par les Lechites, peuple slave, divisé en plusieurs tribus. Celle des Polanes ou Slaves de la plaine s'établit sur les bords de la Wartha, et celle des Mazoviens ou Masures vers le<br /> milieu du cours de la Vistule. Les Polanes ayant acquis la prépondérance sur les autres tribus, leur nom prévalut, et devint celui du pays, qui s'appela Pologne.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  Lech, à qui les Polonais font remonter la fondation de leur Etat, est un personnage fabuleux.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Les temps dont l'histoire devient plus assurée commencent<br /> pour la Pologne en 842, lorsqu'un simple paysan, Piast, en fut élu souverain. Il eut pour successeur son fils Ziemovit, et<br /> Mieczyslas, arrière-petit-fils de Ziemovit, qui était païen, comme tous les Polonais, embrassa le christianisme vers 965. La population le suivit ensuite dans cette conversion, à<br /> laquelle coopéra aussi le zèle de saint Adalbert, archevêque de Prague.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 3°) Boleslas Ier, dit Chrobry, c. à-d. vaillant, ou le<br /> Grand, affranchit la Pologne de la<br /> suzeraineté de l'empereur d'Allemagne, prit le titre de roi, et fut reconnu par l'empereur Othon III. Il fonda des églises et des couvents, donna à son peuple une organisation militaire, et fit<br /> de la Pologne le boulevard de la chrétienté à son extrémité orientale.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Le Glaive Ebréché de<br /> Boleslaw  (Szczerbiec )<br /> « Boleslaw le Vaillant -1025 saisit son épée et en frappa plusieurs fois les barres de la grande porte dorée de Kiev. L'épée fut dès lors c<br />
Répondre
T
<br /> Je ne sais si cette note peut figurer sur votre site mais je ne peux m’empecher de vous adresser la traduction de ce poème de Maria Konopnicka,  l’une des grands poètes de l’histoire polonaise qui écrivait quand la Pologne partagée entre les Empires -Russe , Autrichiens, Prussien-, semblait rayée de la<br /> carte de l’histoire .<br /> <br /> <br /> Si la Pologne est ressuscitée en 1920 c’est bien parce que des hommes et des femmes de son envergure n’ont cessé de la faire vivre dans leurs chants , leurs<br /> poèmes , leurs églises .<br /> <br /> <br /> Il faudrait ne changer que quelques références historiques pour faire notre ce poème et en faire un poème de France .<br /> <br /> <br /> Maria Konopnicka :[1]<br /> <br /> <br /> Ma Patrie<br /> <br /> <br /> Ma Patrie- c’est cette terre aimée<br /> <br /> <br /> Celle où j’ai aperçu le soleil et où j’ai connu Dieu<br /> <br /> <br /> Où mon père, mes frères et ma mère très chère<br /> <br /> <br /> Dans ma langue de Pologne m’apprenaient mes prières  .<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Ma Patrie – ce sont ces villages et ces villes<br /> <br /> <br /> Au milieu des champs lekhites[2]<br /> cultivés depuis les Piast<br /> <br /> <br /> Ce sont les rivières , les forets, les champs en fleurs , les collines<br /> <br /> <br /> Où le chant d’espoir nous vient des alouettes .<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Ma Patrie- c’est la gloire de nos pères<br /> <br /> <br /> Le glaive ébréché de Boleslaw le Brave[3],<br /> et la massue de Cecora <br /> [4]<br /> <br /> <br /> C’est l’ame du  chevalier,  du noble, de l’homme ,<br /> <br /> <br /> Ce sont nos victoires et nos défaites .<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Ma patrie –ce sont ces champs silencieux,<br /> <br /> <br /> Foulée pendant  des siècles par l’esclavage[5],<br /> <br /> <br /> Ce sont ces tertres, ces mélancoliques tumulus-<br /> <br /> <br /> Qui ont couvert les défenseurs de sa liberté.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Ma Patrie – c’est cette ame de la nation<br /> <br /> <br /> Qui vit par miracle au sein de la faim et du froid,<br /> <br /> <br /> C’est cet espoir qui fleurit dans les cœurs ,<br /> <br /> <br /> <br /> Par la grace du travail des pères et le chant des enfants <br /> <br /> <br /> (Poème en Polonais :<br /> <br /> <br /> <br /> „Ojczyzna”<br /> <br /> <br /> Ojczyzna moja – to ta ziemia droga,<br /> Gdziem ujrzał słońce i gdziem poznał Boga,<br /> Gdzie ojciec, bracia i gdzie matka miła<br /> W polskiej mnie mowie pacierza uczyła.<br /> <br /> <br /> Ojczyzna moja – to wioski i miasta,<br /> Wśród pól lechickich sadzone od Piasta;<br /> To rzeki, lasy, kwietne niwy, łąki,<br /> Gdzie pieśń nadziei śpiewają skowronki.<br /> <br /> <br /> Ojczyzna moja – to praojców sława,<br /> Szczerbiec Chrobrego, cecorska buława,<br /> To duch rycerski, szlachetny a męski,<br /> To nasze wielkie zwycięstwa i klęski.<br /> <br /> <br /> Ojczyzna moja – to te ciche pola,<br /> Które od wieków zdeptała niewola,<br /> To te kurhany, te smętne mogiły -<br /> Co jej swobody obrońców przykryły.<br /> <br /> <br /> Ojczyzna moja – to ten duch narodu,<br /> Co żyje cudem wśród głodu i chłodu,<br /> To ta nadzieja, co się w sercach kwieci,<br /> Pracą u ojców, a piosnką u dzieci!<br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre