Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 15:57

Pendant la guerre du Kosovo, 300 prisonniers serbes avaient été découpés en morceaux pour vendre leurs organes avec la complicité de l'OTAN, il semble qu'il se passe la même chose en Ukraine :

 

Ukraine-Trafic-d-organes--de-Carla-del-Ponte-au-Procureur-W.jpg

 

 

30/07/2014

Trafic d'organes, de Carla del Ponte au Procureur Williamson

 

 

Elle avait déclaré qu'environ 300 prisonniers serbes avaient été kidnappés par l'Armée de libération du Kosovo (UCK) durant la guerre de 1998-1999.

Elle avait ajouté qu'ils avaient été déportés en Albanie où ils avaient été assassinés et que leurs organes avaient été prélevés pour être revendus.

Elle, c'est Carla del Ponte.

On sait comment ses propos ont été reçues, on se rappelle aussi comment Bernard Kouchner a éclaté de rire.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/08/18/l-eclat-de-rir...

Aujourd'hui, le procureur américain Clint Williamson a présenté le résultat de son enquête à Bruxelles:

http://www.boursorama.com/actualites/kosovo-une-poign-e-de-victimes-du-trafic-d-organes-585332b7d4c53052de8735c99ec7e217

 

Source: http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/07/30/trafic-d-organes-de-carla-del-ponte-au-procureur-williamson.html

via https://www.facebook.com/republikpopulairedudonbass/posts/1461204844131602

 

 

 

En visite officielle au Kosovo, le ministre français des Affaires étrangères (de 2007 à 2010), Bernard Kouchner, avait été interrogé le 1er mars 2011 par un journaliste à propos des rumeurs selon lesquelles il serait impliqué dans le scandale des trafics d'organe.
Plusieurs médias serbes ont accusé M. Kouchner d'avoir couvert ces agissements lorsqu'il était Haut représentant des Nations Unies dans la région (1999-2001).
« L'affaire de la Maison jaune », par référence à la couleur de la clinique clandestine où des organes étaient prélevés sur plus de 300 prisonniers civils serbes avant qu'ils ne soient exécutés, a été attestée par l'ancienne procureur du Tribunal pénal international Carla del Ponte dans son livre La caccia. 


L'Association des familles des personnes séquestrées et portées disparues au Kosovo-Metohia a accusé le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner d'avoir insulté, par son intervention à Gracanica, les victimes serbes au Kosovo-Metohia et leurs familles. Il est curieux que Kouchner, à l'époque chef de la MINUK ( Mission d'administration intérimaire des Nations unies au Kosovo ), ne sait rien sur les affirmations de l'ancienne procureur de La Haye, Carla del Ponte, qu'aux Serbes séquestrés étaient enlevés des organes dans la soi-disant maison jaune dans le Nord de l'Albanie, souligne l'Association.

Partager cet article
Repost0

commentaires

O

la presse internationale va etre dans ses petits souliers, comme cet article, ou il est dit ,manque de preuves,... mais des preuves quand meme !!! pour un journaleux, la redaction de son article
semble on ne peut plus confuse


--


Des ex-dirigeants kosovars seront jugés pour crimes de guerre


Jean-Arnault Dérens


Plusieurs membres de la hiérarchie de l’ex-Armée de libération du Kosovo seront poursuivis, a annoncé mardi le procureur Clint Williamson, responsable de l’enquête internationale. Il confirme
également la réalité du trafic d’organes, mais il était de moindre ampleur


Le procureur américain Clint Williamson a rendu publiques mardi les conclusions de son enquête: des crimes de guerre massifs ont bien été commis au Kosovo, même si les preuves manquent pour
étayer l’accusation de trafic d’organes.


------


il faut LIRE l'article (payant) pour comprendre la technique de manipulation des merdias....


http://www.letemps.ch/Page/Uuid/62089f0a-1758-11e4-9c88-1cf3650bdf92/Des_ex-dirigeants_kosovars_seront_jug%C3%A9s_pour_crimes_de_guerre
Répondre
O

Crimes contre l'humanité, crimes de guerre : les charges exposées devant la presse à Bruxelles par le procureur Clint Williamson sont lourdes. Elles concernent
deux types d'exactions. Celles qui ont eu le plus grand retentissement médiatique : pendant la guerre, des membres de l'armée populaire de libération du Kosovo, défendant la majorité musulmane
contre la minorité orthodoxe serbe, auraient tué des Serbes pour prélever leurs organes et les vendre. Clint Williamson confirme ce qui avait été révélé il y a des années par l'ex-procureur du
Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), la Suissesse Carla Del Ponte : "Nous avons rassemblé des preuves claires que ces pratiques ont bien eu lieu." Mais il en minore l'ampleur : "Ceci s'est produit
à une échelle très limitée. Moins d'une dizaine d'individus." Cela n'en reste pas moins "une pratique horrible, une tragédie terrible, et la petite échelle ne réduit pas la sauvagerie du crime".


Purification ethnique organisée


Clint Williamson, qui a enquêté sur 800 morts et disparus, affirme aussi que les minorités serbes et roms du Kosovo ont été victimes d'une opération de purification ethnique organisée : meurtres,
kidnappings, déportation et violences sexuelles contre ces minorités, mais aussi contre l'opposition albanaise à l'UCK. Une purification ethnique décidée, "non pas par quelques voyous isolés,
mais qui correspond à un plan organisé, conduit par le leadership de l'ex-UCK".


Or, ces individus occupent aujourd'hui des places de très haute responsabilité dans l'État du Kosovo.


 


[u]SUITE[/u] sous

http://www.lepoint.fr/monde/les-dirigeants-du-kosovo-soupconnes-de-purification-ethnique-et-trafic-d-organes-29-07-2014-1850053_24.php
Répondre