Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 16:40

Ce que ne s'est pas permis le président ukrainien démis Viktor Ianoukovitch (envoyer l'armée contre les insurgés de la Place Maïdan), la junte de Kiev n'hésite pas à le faire contre ce qu'elle nomme "les régions du pays les plus criminogènes", c'est-à-dire les régions d'Ukraine qui n'acceptent pas le coup d'Etat. Entendra-t-on en Occident les protestations de l'oligarchie médicatico-politique devant cet emploi de l'armée contre des civils ?

 

 

Ukraine: possible envoi de troupes dans l'est et le sud (officiel)

 

Ukraine: possible envoi de troupes dans l'est et le sud (officiel)

 

17:20 13/03/2014

KIEV, 13 mars - RIA Novosti

 

La Garde nationale ukrainienne, formée jeudi (13 mars NdCR.) sur la base des troupes de l'Intérieur et de militants du Maïdan, pourrait être prochainement envoyée dans le sud et l'est de l'Ukraine, régions refusant de reconnaître le pouvoir de Kiev, a annoncé le premier vice-premier ministre du pays Vitaly Iarema.

 

"L'envoi de militaires faisant partie de la Garde nationale dans le sud et l'est du pays est possible", a-t-il indiqué dans une interview de RIA Novosti, avant d'ajouter que ces troupes seraient engagées à la frontière russo-ukrainienne. 

"Dès que les rangs des militaires seront complétés et formés, nous les enverrons dans les régions du pays les plus criminogènes", a poursuivi M.Iarema. 


Le secrétaire du Conseil de sécurité et de défense nationale, Andreï Paroubiy, avait antérieurement annoncé qu'à ce jour la Garde nationale ukrainienne comptait déjà 32.000 hommes et que 20.000 soldats supplémentaires seraient engagés au cours des deux semaines à venir. 

Un changement de pouvoir s'est opéré le 22 février à Kiev. La Rada suprême (parlement ukrainien) a démis le président Viktor Ianoukovitch de ses fonctions et réformé la Constitution. Se proclamant toujours président légitime, M. Ianoukovitch, qui a trouvé refuge en Russie, a qualifié ces événements de "coup d'Etat".  

La république autonome de Crimée a refusé de reconnaitre le nouveau pouvoir à Kiev et a décidé de tenir le 16 mars un référendum sur son futur statut politique. Le parlement de la république autonome s'est prononcé pour le rattachement à la Russie

Cette décision, ainsi que le feu vert donné par le Conseil de la fédération (Sénat russe) en vue d'un éventuel recours à la force en Ukraine, ont provoqué une vive réaction de l'Occident. Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a prévenu la semaine dernière à l'issue d'un sommet extraordinaire de l'UE que Bruxelles pourrait introduire contre la Russie des sanctions de visas et des gels d'actifs si un dialogue entre Moscou et Kiev ne démarrait pas sous peu.  

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140313/200710068.html

 

 

. Il faut réfléchir à la réponse à l'Occident (vice-premier ministre de Russie)

. La Russie prête pour la guerre économique (Xavier Moreau)

. Crimée: le Parlement adopte l'indépendance

. Crimée: Moscou juge légitime la déclaration d'indépendance

Partager cet article
Repost0

commentaires