Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 17:53

64173945_640

Un nouvel exemple d'un François Hollande faible avec les forts, fort avec les faibles (comme les millions de manifestants pacifiques des Manifs pour tous 2013), vient de se produire aujourd'hui. Trois jours après leur manifestation vigoureuse, quelques centaines de braves bretons, coiffés du bonnet rouge, ont fait reculer les élites jacobines parisiennes qui suspendent l'"écotaxe" sur tout le territoire, "à durée indéterminée"... C'est un résultat concret qui montre que  Flanby cède devant la force. Ce faisant, il envoie un signal à tous les résistants !...

 

 

Voici ci-dessous une analyse de l'état économique actuel de la Bretagne par Jacques Sapir qui explique la jacquerie bretonne comme un instinct irrépressible de survie :

 

 

La Bretagne, on le sait, est durement touchée par la crise actuelle. Celle-ci se traduit par la fermeture, ou par des licenciements, dans des petites et moyennes entreprises dont le rôle est critique sur des bassins d’emplois très segmentés. Une misère néo-rurale, concentrée dans des bourgs ou des gros villages, liée à la fermeture de l’employeur local, est en train de faire tache d’huile en Bretagne. À ce phénomène, qui dure depuis maintenant deux ans est venu s’ajouter la crise spécifique de la filière agro-alimentaire qui entraîne avec elle une partie de l’agriculture. Ce que l’on appelle la « crise de la filière porcine » est le résultat d’un dumping sauvage pratiqué par l’Allemagne abritée derrière l’Euro. Ce dumping est en train de ravager la Bretagne. On le voit avec les problèmes des abattoirs, de sociétés comme Doux et Gad. Ces faillites, et ces fermetures viennent ajouter la misère à la misère ; très souvent c’est un couple et non seulement la femme ou l’homme qui sont employés sans ces entreprises. La fermeture d’un site, souvent l’unique employeur du canton, est une véritable condamnation à mort.

 

Enfin, goutte d’eau ultime, nous avons l’écotaxe, un impôt fondé sur des principes justes mais tellement mal ficelé qu’il pénalise en premier lieu les producteurs locaux au profit d’un transport autoroutier. De plus, des primeurs qui sont produits à 300-km de Paris vont être plus taxés que des salades ou autres légumes débarquant de l’autre bout du monde par avion à Roissy. C’est bien là toute l’aberration d’un impôt dont la mise en place a été livrée au jeu des lobbys européens et à l’inconséquence de hauts fonctionnaires méconnaissant les réalités locales.

 

Telles sont les raisons de la révolte qui, après avoir couvée pendant de longs mois, est en train d’exploser en Bretagne. Face à cette révolte, les mesures annoncées par le gouvernement ne sont même pas de l’ordre du dérisoire ; elles sont une véritable insulte à ces milliers de personnes que la politique gouvernementale jette dans la rue et sur les routes, et où elles ne trouvent en face que les CRS et la répression.

lebalp

Source: Jacques Sapir, "Bonnets rouges… … et papier timbré Où quand l’Histoire se rappelle à notre bon souvenir" : http://russeurope.hypotheses.org/1643

 

Face à la fronde, le gouvernement utilise les vieilles ficelles jacobines : division de l'adversaire, exacerbation des différences, diabolisation (réduction à des mouvements "extrémistes", accusation de "violence"), désinformation.

 

Le gouvernement, Manuel Valls en tête, essaie de parer la fronde bretonne en se servant des mêmes armes qu’il avait utilisées précédemment contre les opposants au mariage gay ou à l’aéroport de Notre-Dame des Landes : la traditionnelle menace de « violences » de la part de groupes d’extrême gauche ou d’extrême droite. La ficelle est un peu grosse. ... 

 

Hier soir donc, un article du Figaro et repris ensuite par de nombreux médias sur la base d’«informations » livrées par les services de renseignements au gouvernement, attirait l’attention sur « une fronde impulsée par les extrêmes de gauche et de droite ».


Par ailleurs, le rapport du SDIG (ex – renseignements généraux) de Rennes indique que « le mouvement pourrait faire tache d’huile dans des régions de France à forte identité » soit, selon le rapport des policiers, « l’Alsace, le Pays basque et même la région niçoise ».


De l’avis de nombreux observateurs le pouvoir ne semble toujours avoir pris la mesure de la contestation bretonne, qui pourrait être amenée à se développer très rapidement dans d’autres régions. Les différentes manœuvres  de déstabilisation du mouvement entreprises par Manuel Valls, ainsi que la volonté manifeste de monter les manifestants les uns contre les autres, sont les signes d’un gouvernement aux abois, qui ne sait plus comment contenir la révolte populaire.

 

 

Source de cette excellente analyse : http://www.breizh-info.com/2558/actualite-politique/fronde-bretonne-letat-seme-desinformation-ps-peur/

 

Comme le soulignait hier encore le responsable finistérien de la FNSEA le recul du gouvernement sur l’écotaxe ne devrait pas suffire à calmer les Bonnets rouges, l’écotaxe étant juste un « symbole » (de la république absolue, bientôt d'Ancien Régime...). En effet, les questions de sauvegarde de l’emploi, de l’agriculture, de la pêche bretonne, de l’artisanat sont loin d’être réglées, et la colère ne semble pas prête à retomber.

 

Le 16 mai dernier, Flanby avait lancé un prophétique : « Merci et rendez-vous ou dans la rue ou dans six mois » ! Samedi 2 novembre prochain verra une nouvelle manifestation de nos amis Bretons. Le 16 novembre prochain, cela fera six mois... À suivre..

 

 

Ecotaxe : les Bonnets rouges font reculer le gouvernement

 

 

. Rennes : des salariés de l'abattoir GAD menacés de licenciement, matraqués et gazés par la police (7 octobre 2013)

. "Merci et rendez-vous ou dans la rue ou dans six mois" : François Hollande prophétique ?

. La « Socialie » en ses œuvres ou la dictature d'un président faible avec les forts, fort avec les faibles, comme tous les lâches

 


Partager cet article
Repost0

commentaires