Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 12:31

Paul-VI.jpg

Paul VI a été béatifié dimanche 19 octobre par le pape François. Qualifié de « grand timonier du Concile », Paul VI voient néanmoins ses enseignements toujours inappliqués, la liturgie faslifiée, au point qu'« il est certain que l’auteur de la restauration liturgique conciliaire n’y reconnaîtrait pas les fruits de "Sacrosanctum Concilium" » (constitution sur la Sainte Liturgie). (Denis Crouan, Association Pro Liturgia.)

 

Paul VI est béatifié. « Cet homme a beaucoup souffert », vient de dire Mgr Defois qui traduit la pensée de bien de nos pasteurs diocésains.

Mais qui l’a fait souffrir ? Cette question n’engendre que le silence.

Alors rappelons brièvement quelques faits qui ne concerneront ici que la liturgie.

En 1963 Paul VI demande que « personne ne porte atteinte aux normes de la prière officielle de l’Eglise en introduisant des réformes privées ou des rites particuliers. » Et l’année suivante, il rappelle qu’ « absolument personne, fût-il prêtre, ne peut de sa propre initiative, ajouter ou retrancher ou modifier quoi que ce soit en matière de liturgie. »

Il suffit d’assister aujourd’hui à une messe célébrée dans n’importe quelle paroisse, dans n’importe quelle cathédrale de France, pour constater que la majorité des célébrants modifient la liturgie au gré de leur inspiration du moment.

Toujours en 1964, parlant du chant grégorien, Paul VI souligne qu’il « rehausse la splendeur des rites, favorise l’unanimité de l’assemblée des fidèles et la dispose à une plus parfaite louange divine. »

Dans le même temps, il rappelle que « l’application exacte de la Constitution Liturgique requiert (...) que toutes choses, nouvelles et anciennes, soient justement et harmonieusement fondues ensemble » et insiste pour « que le souci de la nouveauté ne dépasse pas la mesure, que la valeur du patrimoine de la tradition liturgique ne soit pas négligée, et surtout qu’elle ne soit pas oubliée. » Car « s’il en était autrement, il ne faudrait plus parler de rénovation, mais plutôt de destruction de la Sainte Liturgie. »

En France, le souci d’une volonté débridée prendra largement le dessus et les prêtres respectant la liturgie en donnant toute sa place au chant grégorien seront systématiquement mis sur la touche par leurs évêques respectifs.

En 1965, le Souverain Pontife insiste pour la partie rituelle de la liturgie - la plus visible – soit « tout spécialement soignée » et rappelle que « celui qui improvise s’avance sur des sentiers instables et dangereux. »

On n’ose pas imaginer ce que penserait Paul VI s’il voyait nos messes paroissiales : elles contiennent tout ce que le pape entendait écarter de la liturgie. Et il est certain que l’Auteur de la restauration liturgique conciliaire n’y reconnaîtrait pas les fruits de « Sacrosanctum Concilium ».

Enfin, pour finir ce rapide tour d’horizon des désobéissances épiscopales, rappelons qu’en 1974, à la demande expresse de Paul VI lui-même, la Congrégation des Cultes publie un livret, le « Iubilate Deo », dans lequel « sont rassemblées quelques-unes des mélodies les plus simples que les fidèles devront chanter ensemble. » Il est demandé à chaque évêque de largement diffuser l’opuscule dans les paroisses pour permettre aux fidèles de conserver et de pratiquer un minimum de grégorien. D’un seul cœur, les évêques de France ignoreront superbement la demande de Paul VI…

Paul VI un pape incompris ? Disons franchement que l’épiscopat français - entre autres - s’est appliqué à ne pas vouloir le comprendre et à faire en sorte que ses enseignements soient passés sous silence où volontairement déformés. C’est particulièrement évident en liturgie puisque, redisons-le, les célébrations paroissiales actuelles ne sont toujours pas conformes à ce que le Concile avait demandé et qui trouve son expression dans le missel actuel que seuls de très rares prêtres respectent.

 

Source : PRO LITURGIA, Lundi 20/10/2014 http://www.proliturgia.org/

Partager cet article
Repost0

commentaires

O

«Je ferai de ce peuple, un peuple sacerdotal et royal»


ce peuple, c'est nous tous, dans l'Unite, ce peuple 'd'âmes humbles, simples, pures, droites, fortes, qui suivent l'invitation de Saint-Pierre à être forts dans la FOI'.
Répondre
O

On connaissait de Paul VI (Homelie 29/06/1972)


« Devant la situation de l'Église d'aujourd'hui, nous avons le sentiment que par quelque fissure la fumée de Satan est entrée dans le
peuple de Dieu.. On n'a plus confiance dans l'Église.. Le doute est entré dans nos consciences, et il est entré par des fenêtres qui devraient êtres ouvertes à la lumière... on célèbre le progrès pour pouvoir ensuite le démolir par les révolutions les plus étranges et les plus radicales, pour renier toutes les conquêtes, pour
redevenir primitifs après avoir tant exalté les progrès du monde moderne. Dans l'Église également règne cet état
d'incertitude. On croyait qu'après le Concile le soleil aurait brillé sur l'histoire de l'Église. Mais au lieu de soleil, nous
avons eu les nuages, la tempête, les ténèbres, la recherche, l'incertitude. Nous prêchons l'oecuménisme, et nous nous séparons toujours davantage les uns des autres. Nous cherchons à
creuser des abîmes au lieu de les colmater. Comment cela a-t-il pu se produire ? Une puissance adverse est intervenue dont le nom est le diable, cet être
mystérieux auquel Saint Pierre fait allusion dans sa lettre. Combien de fois, dans l'Évangile, le Christ ne nous parle-t-il pas de cet ennemi des hommes ! Nous croyons à l'action de Satan qui s'exerce aujourd'hui dans le monde précisément pour troubler, pour étouffer les fruits du Concile oecuménique, et pour empêcher
l'Église de chanter sa joie d'avoir repris pleinement conscience d'elle-même. Et c'est pourquoi nous voudrions, aujourd'hui plus que jamais, être capables d'exercer la fonction, confiée
par Dieu à Pierre, de confirmer nos frères dans la foi. Nous voudrions vous communiquer ce charisme de la certitude que le Seigneur donne à celui qui le représente sur cette terre, quelle que
soit son indignité.


ce que l'on dit un peu moins, c'est que le Pape Paul VI fut un visionnaire: 
'nous attendions le printemps, il est arrivé la tempête !'


comme, par tous les pays ou on a pretendu apporter le printemps est arrivee la tempete


-----


nous devons faire notre mea culpa : j'ai trop entendu de cathos tradis ( nous nous séparons toujours davantage les uns des
autres) critiquer et Paul VI et Jean XXIII et Jean-Paul II... tous ces bons cathos, surs d'eux-memes, arrogants, qui au lieu d'affronter les fumees de satan, se sont retranches dans
leur confort du dimanche, entre eux, chuchotant sur les parvis, critiquant les Papes, declarant qu'ils voulaient conserver la messe en latin, et proteger la Liturgie et les chants
traditionnels... mais qu'ont-ils donc fait ??? ils ont DESHERTE, ils ont TRAHI !!!


Le bon combat eut ete de rester dans ce monde qui partait a la derive et de lutter inlassablement pour que le petit peuple, les brebis du Bon Pasteur, ne se laissent pas attirer par les sirenes
de satan.


Il y a qq jours encore, un 'legitimiste' perdait du temps a m'expliquer qu'il 'hesitait' a faire confiance a Pape Francois, parce que ceci, parce que cela...


bonnes gens, dont nos bons pretres, abandonnez votre vie confortable, prenez votre baton de pelerin, il n'est jamais trop tard... et pour ceux qui ne se sentent pas le courage, emplissez nos
eglises meme les plus petites : qu'elles resonnent des chants du Rosaire... il est encore temps !!! 'A la fin,
mon Coeur Immacule triomphera !'
nos Eglises sont vides, elles ne sont plus entretenues, elles sont meme detruites.. et vous vous en offusquez, mais elles ont ete construites par le Peuple de DIEU, et vous qui vous pretendez
etre de bons Cathos... vous voyons-nous relever vos manches pour les restaurer ??? vous passer de vacances ou de loisirs pour qu'elles ne tombent pas a l'abandon ??? j'ai honte quand je vais
Prier, et que je m'agenouille, et que je ne peux m'empecher de voir la poussiere accumulee sur les prie-Dieu.... vous, femmes, vous passez plus de temps a papoter qu'a faire le menage et fleurir
les maisons de Jesus Christ Seigneur et Sauveur.


Comment voulons-nous echapper a ce qui nous arrive, quand nous en sommes les auteurs ??


 
Répondre