Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 18:18

La Suède, un modèle de paradis social-démocrate ?

 

Depuis des décennies, la Suède est très impliquée dans la promotion de l'égalité des genres dans le monde. A travers l'ONU et le Cairo Programme of Action démarré en 1994, elle cherche à exporter son modèle d'éducation sexuelle précoce et de lutte contre l'homophobie à l'échelle de la planète.

http://www.un.org/popin/icpd/icpd5/hague/sweden.pdf

 

 

Najat Vallaud-Belkacem aime le modèle suédois et ne s'en cache pas. Au cours de son dernier séjour officiel en Suède, « elle s'est intéressée à l’expérience suédoise sur des thèmes d’actualité en France, tels que l’égalité en matière d’emploi, la garde d’enfants, la législation en matière de prostitution et celle sur les droits des personnes LGBT (…) Elle a aussi fait plusieurs visites de terrain, entre autres au centre préscolaire Kristallen à Nacka, où le personnel lui a présenté le travail de pédagogie réalisé en matière de genre ».

http://www.ambafrance-se.org/Najat-Vallaud-Belkacem-Ministre

 

Sachons qu'en Suède, l'application de la loi sur le mariage entre personnes du même sexe alliée à la doctrine dite « du gender » a permis la rupture légale des liens de filiation. Article après article du code juridique, la parentalité biologique a été vidée de sa substance au profit d'une « parentalité sociale » que l’État peut revendiquer - cette même parentalité biologique que la loi Taubira prend aujourd'hui pour cible.

En clair, les services sociaux suédois peuvent légalement enlever des enfants à leur parents sous n'importe quel prétexte. Les cours de justice ont les mains liées : plus rien, dans l'arsenal légal, ne leur permet de protéger les parents ou les enfants contre un état de plus en plus prédateur.

 

Le totalitarisme commence à l'école

 

 

N'importe quel dictateur sait que pour s'assurer une population soumise, l’embrigadement commence par les enfants.

http://www.cbcours.com/post/2012/04/05/L%E2%80%99ENCADREMENT-DE-LA-JEUNESSE-DANS-LES-ETATS-TOTALITAIRES.aspx

 

Les parents suédois sont intimés d'envoyer leurs enfants en garderie dès l'âge d'un an « pour que la mère retourne travailler » et surtout, pour « promouvoir l'égalité de genre auprès des plus jeunes ». Le refus d'obtempérer, socialement mal vu, étiquette « paresseuse » et « sexiste » celle qui décide de rester à la maison pour prendre ses enfants en charge elle-même .

http://www.nytimes.com/roomfordebate/2013/02/25/is-public-preschool-a-smart-investment/what-preschool-means-in-sweden

 

Et ce, même si des études suédoises prouvent que les enfants quotidiennement soumis à de longues heures en garderie et à un endoctrinement précoce développent des troubles psychologiques.

http://www.thetimes.co.uk/tto/health/child-health/article3712099.ece

 

Jusqu'en 2010, la scolarisation à domicile – un ultime havre de résistance à la pensée unique - était autorisée en Suède. Autorisée, mais à haut risque : des familles se sont vues arracher leurs enfants sous prétexte de mauvais traitements, sans la moindre preuve et même parfois sans avertissement.

Prenons un cas symptomatique de la mainmise gouvernementale sur les enfants de Suède, celui de Dominic Johansson.

En 2009, Dominic Johansson avait huit ans et en attendant son déménagement avec ses parents en Inde, ce fils d'une femme indienne et de son mari suédois était scolarisé à domicile. Dans l'avion, juste avant le départ de la famille Johansson, les autorités sont venues enlever Dominic à ses parents. L'enfant, en parfaite santé, jouissait d'un bon niveau scolaire et d'un excellent équilibre psychologique... ce qui n'a pas suffi à laver les Johansson des accusations de mauvais traitements retenues par les services sociaux suédois, qui sont allés jusqu'à invoquer des « caries dentaires » pour le séquestrer. A son arrivée, le foyer d'accueil de Dominic lui a affirmé qu'il ne reverrait plus jamais ses parents.

Au terme de trois ans d'une bataille juridique acharnée qui les a ballottés de dépôts de plaintes en appels, les Johansson ont fini par être déchus de leurs droits parentaux. Sans l'ombre d'une preuve de mauvais traitements. Juste parce que les Johansson, en bons parents, souhaitaient que leur enfant devienne un esprit libre.

http://hslda.org/hs/international/Sweden/201304160.asp

 

Extrait d'une conversation surréaliste entre une assistante sociale et Christer Johansson, le père de Dominic.

L'assistante sociale : « Il n'est pas socialisé. En classe, il rit, il lève les mains, il embrasse ses camarades sur les joues et leur donne des accolades. Et plus il va grandir, plus son comportement deviendra déviant. »

Christer Johansson: « Vous voulez dire, son comportement amical ? »

http://dominicjohansson.blogspot.fr/

 

Aujourd'hui, la situation suédoise a encore empiré : au motif d'une « lutte nécessaire » contre l'éducation religieuse privée, la scolarisation à domicile et l'école libre ont été interdites en 2010, un an après le début du calvaire des Johansson.

http://www.thenewamerican.com/world-news/europe/item/8576-sweden-bans-home-schooling-religious-instruction

 

Ceux qui veulent soustraire leurs enfants à l'endoctrinement gouvernemental n'ont plus qu'une solution, le départ.

http://www.cbn.com/cbnnews/world/2012/April/Swedish-Home-Schoolers-Flee-Parental-Inquisition/

 

 

[D]e l'aveu même des autorités, la Suède souffre d'un effondrement mental collectif. Le niveau moyen de santé mentale des jeunes Suédois a chuté de 80% en 17 ans. Même si l'on tient compte du conformisme social pesant qui restreint la définition suédoise de la normalité et amène à facilement déclarer des gens « hors-normes », un fait demeure : le taux de pensionnés d'invalidité a passé la cote d'alerte chez les moins de trente ans. L'institutionnalisation de l'apprentissage à l'égalité de genre dès l'enfance date précisément d'un peu plus de trente ans en Suède. Comment ne pas faire la relation ?

http://www.forwardtherapy.se/2011/11/mental-health-in-sweden-normal-behaviour-becoming-harder-to-achieve/

 

 

Et l'avenir du pays s'assombrit encore.

Aujourd'hui, un adolescent suédois de 16 à 18 ans sur quatre souffre de troubles mentaux.

http://www.thelocal.se/46560/20130306/#.UXFRnspc02g

 

Pour tout remède, la Suède, prisonnière de son idéologie et de son image de leader mondial du progressisme, renforce sa politique suicidaire d'égalité de genre !

 

Source et suite: http://englishmanif.blogspot.fr/2013/04/gender-theory-as-tool-of.html?m=1 via http://www.printempsfrancais.fr/

 

A noter que la Suède se distingue de la Norvège où, à la suite de la diffusion d'un documentaire, le gouvernement ne promeut plus cette idéologie totalitaire. Lire: Le documentaire qui a détruit la théorie du genre en Norvège ! 


 

- Etat des lieux de l'avancement de l'idéologie du genre en France

Partager cet article
Repost0

commentaires