Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 19:40

Dans un discours prononcé mercredi 26 mars à Bruxelles, le président américain Barack Obama prétend qu'il y aurait eu en 2008 un referendum sur l'indépendance du Kosovo... Soit il connait mal ses dossiers (et donc il est incompétent...), soit il ment et organise une campagne d'intoxication et de désinformation massive. Nous penchons pour la seconde hypothèse !

 

 

Moscou se dit étonné par la déclaration d'Obama sur le Kosovo

Aujourd'hui, 20:15

 

Moscou se dit étonné par la déclaration d'Obama sur le Kosovo

 

Les autorités russes se sont dits surprises par la déclaration du président américain Barack Obama sur le fait que la décision concernant la proclamation de « l'indépendance » du Kosovo a été décidée soi-disant suite à un référendum qui y a eu lieu, et en consultation avec l’ONU et les pays voisins.

 

Le ministère russe des Affaires étrangères a rappelé qu'aucun plébiscite, même cohérent avec la communauté internationale sur la question de l'indépendance du Kosovo, n’a été organisé. La décision de l’indépendance du Kosovo de la Serbie a été prise par le parlement de Pristina en 2008.

 

« Dans le même temps nous sommes d’accord que les décisions devraient être prises par le biais d’un référendum, comme c’était le cas en Crimée », a souligné le ministère russe des Affaires étrangères.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_28/Moscou-se-dit-etonne-par-la-declaration-dObama-sur-le-Kosovo-5063/

 

 

 

Kosovo: Obama évoque un "référendum d'indépendance", Moscou perplexe

 

18:47 28/03/2014

MOSCOU, 28 mars - RIA Novosti

 

Moscou est étonné par les propos tenus par le président américain Barack Obama sur un prétendu référendum d'indépendance du Kosovo, rapporte vendredi le ministère russe des Affaires étrangères.

 

"Moscou a pris note du discours prononcé par le président américain Barack Obama mercredi 26 mars à Bruxelles où il a essayé de justifier +l'indépendance+ du Kosovo (Serbie), proclamée au mépris de la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies, en évoquant un +référendum+ quelconque sur cette question qui y aurait été organisé en coopération avec l'Onu et les pays voisins", lit-on dans le communiqué.

 

Selon la diplomatie russe, cette affirmation du président des Etats-Unis ne peut qu'étonner, "car il n'y a eu aucun plébiscite sur l'indépendance du Kosovo et d'autant plus en coopération avec la communauté internationale.

 

Moscou rappelle que la décision sur la séparation de cette province de la Serbie avait été adoptée par le "parlement" à Pristina en 2008.

 

De son côté, Moscou accepte que des décisions importantes doivent s'adopter par le un référendum, comme cela a été fait notamment en Crimée.

 

"Le Kosovo n'a quitté la Serbie qu'après un référendum organisé, non en dehors des limites du droit international, mais en coopération avec l'Onu et les voisins du Kosovo. Rien de tout cela ne s'est produit en Crimée", a affirmé M.Obama.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140328/200833249.html

 

 

 

Rappelons que le 17 février 2008, le Kosovo a déclaré unilatéralement son indépendance et sa séparation d'avec la Serbie, en violation du droit international, avec la bénédiction de l'Union européenne et des Etats-Unis qui ont aussitôt reconnu l'entité.

 

Dès juin 2007, en France, Nicolas Sarkozy parlait d'indépendance "inéluctable"...

Aux Etats-unis, le 10 juin 2007, Bush refusait un "dialogue sans fin" sur le Kosovo et, en pleine crise des relations avec la Russie, menaça de passer outre à l'opposition russe pour établir l'indépendance de la province serbe...

 

Nous avions alors souligné le double jeu de l'Occident qui soutenait cette indépendance sur "la base ethnique albanaise et culturelle (l'islam est la religion de la majorité albanaise). Les Albanais seraient majoritaires au Kosovo et devraient avoir le droit de se séparer... Seulement les eurocrates devraient donc accepter sur les mêmes principes que des Basques, des Corses, des Bretons, des Alsaciens, voire... des Français de souche souhaitent eux aussi se séparer..."

 

Nous redoutions un danger pour la paix dans le monde, sans savoir que la crise ukrainienne viendrait confirmer nos propos :

 

"Les mêmes qui sont pour une indépendance du Kosovo sur une base ethnique et culturelle sont de farouches adversaires des identitaires royalistes et nationalistes et de fervents partisans du grand brassage multi-ethnique et multiculturel... Ce double jeu devait être signalé.

 

Le Kosovo est un territoire historique de la Serbie, son berceau culturel et religieux. Cette déclaration unilatérale d'indépendance viole donc les droits et de la Serbie et des Serbes. Elle contient en elle les germes d'une guerre inévitable au Kosovo (les Serbes y sont déjà lapidés, leurs églises détruites...), mais aussi partout dans le monde par les inévitables déstabilisations engendrées par les revendications autonomistes.

 

... Soutenir cette déclaration est une défaite pour l'humanité, une déclaration de guerre au monde entier et une forfaiture qui se paiera très cher... Quand on sait que les mondialistes travaillent dans l'ombre à l'édification du Nouvel Ordre Mondial (N.O.M.), que les Balkans ont été la source des deux guerres mondiales (la "poudrière des Balkans"...), il n'est pas hasardeux de prétendre que cette déclaration d'indépendance a été cyniquement programmée, préparée et soutenue par l'Empire à des fins impérialistes..."

 

Selon Wikipedia, le 17 février 2008, le parlement de la province du Kosovo, réuni en session extraordinaire, vote le texte présenté par le premier ministre Hashim Thaçi proclamant l'indépendance du Kosovo. Aucune trace de referendum :

 

 

Les Albanais du Kosovo réalisent leur rêve d'indépendance

 

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 17.02.2008 à 16h20 • Mis à jour le 18.02.2008 à 07h00

 

Les Albanais du Kosovo ont réalisé, dimanche 17 février, le rêve de plusieurs générations avec la proclamation de leur indépendance, porteuse pour eux d'immenses espoirs. C'est au cours d'une session extraordinaire, dimanche après-midi, que le Parlement a proclamé l'indépendance de cette province du sud de la Serbie à majorité albanaise.

 

"A partir de maintenant, le Kosovo a changé de position politique, nous sommes désormais un Etat indépendant, libre et souverain", a déclaré le président du Parlement Jakup Krasniqi après le vote de la déclaration d'indépendance lue par le premier ministre kosovar Hashim Thaçi. Le président kosovar Fatmir Sejdiu a alors officiellement demandé "à tous les pays du monde de reconnaître" l'indépendance du Kosovo.

 

INCIDENT À MITROVICA

 

Le nouveau drapeau du Kosovo indépendant, qui montre le tracé du pays en jaune sur un fond bleu foncé, accompagné de six étoiles, a également été présenté aux députés. Jusqu'alors, les Kosovars utilisaient le drapeau de l'Albanie – un aigle bicéphale noir sur fond rouge – comme le leur. La nouvelle de l'indépendance a été accueillie par des hourras dans les rues de Pristina qui a vibré aux cris de "Indépendance", dans des concerts de klaxons et de pétards.

 

Un incident est cependant survenu à Kosovska Mitrovica, dans le nord du Kosovo, où deux grenades ont été lancées sans faire de victimes quelques heures après la proclamation de l'indépendance, a annoncé la police. Une grenade a explosé dans la cour d'un tribunal de l'ONU tandis qu'une autre lancée contre le bâtiment où doit s'installer la prochaine mission de l'UE au Kosovo n'a pas explosé, a précisé la police .

 

Le premier ministre kosovar s'est également engagé à garantir la sécurité des Serbes. "Nous fermons le chapitre du passé et ouvrons le chapitre de l'avenir, le Kosovo est la patrie de tous ses citoyens", a indiqué Hashim Thaçi. L'indépendance du Kosovo, coordonnée avec les Occidentaux, se fera sous supervision internationale. M. Thaçi a confirmé sa "promesse" en ce sens et souhaité la "bienvenue" à une mission de l'Union européenne qui va se déployer pour encadrer les premiers pas du Kosovo indépendant.

 

"LA SERBIE NE RECONNAÎTRA JAMAIS L'INDÉPENDANCE DU KOSOVO"

 

Le Kosovo indépendant devrait être rapidement reconnu par les Etats-Unis, l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne ou l'Italie. Mais Belgrade et les Serbes du Kosovo (un peu moins de 10 % de la population) y sont opposés. Par avance, la Serbie a "annulé" toute décision "illégale" des autorités kosovares conduisant à une indépendance et prévenu qu'elle s'y opposerait par "toutes les mesures diplomatiques, politiques et économiques". Aussitôt après la proclamation, le président serbe, Boris Tadic, a répété que "la Serbie ne reconnaîtra jamais l'indépendance du Kosovo".

 

Fidèle soutien de Belgrade, la Russie a alors obtenu, dimanche dans l'après-midi, une réunion en urgence du Conseil de sécurité de l'ONU qui devait se tenir dans la soirée. Moscou veut que les Nations unies déclare "nulle et non avenue" la proclamation unilatérale d'indépendance du Kosovo, selon les mots de l'ambassadeur de Russie à l'ONU, Vitaly Tchourkine.

 

La proclamation d'indépendance du Kosovo est la dernière étape en date dans le processus de démantèlement de la Yougoslavie de six Républiques de Tito. Depuis 1991, la Slovénie, la Croatie, la Macédoine, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro ont déclaré leur indépendance.

 

Source: http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/02/17/le-kosovo-est-desormais-un-etat-independant-et-souverain_1012478_3214.html  

 

Où est le référendum dont parle Obama ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J

Avez-vous entendu parler de ce que Bruxelles envisage d'imposer aux états d'europe ? Qui ne semble pas être un poisson d’avril, je précise !!!!


« Dès le mois de juin, les entreprises privées pourront porter plainte contre les Etats européens !
En Europe, en juin, les lobbys prendront définitivement le pouvoir


On peut parler d’entourloupe ou de manipulation, et de déni de démocratie car la Commission Européenne n’a pas à décider pour les peuples.
…La commission Européenne s’arroge le droit de légiférer dans le fonctionnement du domaine judiciaire, ce qui est totalement en dehors des attributions qui lui sont concédées par les Traités
Européens et qui relève totalement de la souveraineté des Etats Européens. De plus , pour être sûr que personne ne soit en mesure de s’y opposer, elle fait en sorte que cette consultation ne soit
pas faite dans les langues nationales, en violation totale de toutes les règles de fonctionnement des traités Européens.

…Je vous fais grâce du texte totalement abscons qui décrit les modalités de cette consultation pour vous en faire une synthèse qui peut se résumer en trois lignes :


- Donner le droit aux sociétés multinationales (dénommées investisseurs) d’attaquer les Etats si elles estiment que les législations nationales vont à l’encontre de leurs intérêts. Ces sociétés
s’exonèreront ainsi du respect des lois votées démocratiquement par des Parlements élus et deviennent par là même supérieures aux ETATS de DROIT.


Les soi-disant tribunaux et la justice arbitrale qui pourra trancher, in fine, sur ces litiges seront tout sauf indépendants… par définition, totalement soumis aux lobbys.


Il s’agit donc de faire de l’Europe une République bananière ou l’intérêt des puissants aura force de loi quelque en soient les législations nationales.


Il est bien évident que cela concernera avant tout des domaines comme l’environnement, les OGM, les modes d’exploitation énergétiques, la santé, l’agriculture, le clonage…


En dehors de l’invraisemblable reniement démocratique de ce projet, les modalités de la soi-disant consultation de la société civile sont dignes D’UBU Roi :


Cette consultation qui aura lieu « en ligne » exclut par définition tous ceux qui ne sont pas des fanatiques d’internet, et qui pourraient préférer se faire un jugement sur des données
écrites et accessibles à tous permettant l’ouverture de débats et de questions.


Elle sera assortie de contraintes démentes :


- 90 minutes pour prendre connaissance du questionnaire et y répondre,


- Réponses et questions ne pouvant être sauvegardées !
….


http://www.wikistrike.com/article-des-le-mois-de-juin-les-entreprises-privees-pourront-porter-plainte-contre-les-etats-europeens-123147585.html
Répondre
M
Obama est un vrai clown, au XIX ème siècle il aurait été l'oncle Tom d'une famille cachère.
Répondre