Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 12:11
Le Figaro, 25/02/2010 | Mise à jour : 08:03

[I]l semble que nous mangions déjà de la viande rituellement abattue sans même le savoir ! Pour des raisons culturelles et économiques, ils préfèrent les abats et les pièces à bouillir. Résultat : pour obtenir la quantité des morceaux halal désirée, bien plus de bêtes sont tuées que celles qui sont consommées par des musulmans. «Les filets et les entrecôtes, qui sont chers, sont donc souvent vendus dans le circuit classique», reconnaissent les professionnels. Dans la filière casher, plus restreinte, l'arrière des animaux n'est pas consommé. Seule une bête sur quatre abattues selon le rite juif serait finalement vendue dans le circuit casher.

Dès 2005, le Coperci (Comité permanent de coordination des inspections, qui regroupe l'inspection générale de l'administration, l'inspection générale de l'agriculture et le conseil général vétérinaire) soulignait la «part non négligeable» des animaux égorgés selon le rite musulman ou juif «vendue dans le circuit classique sans mention particulière». Le rapport ne fut jamais rendu public. ... Les producteurs de viande comme les industriels craignent « de voir les clients se détourner d'une viande abattue rituellement, reconnaît-on à la Fédération nationale de l'industrie et du commerce en gros des viandes (FNICGV), alors qu'elle présente exactement les mêmes qualités alimentaires et gustatives que les autres. Seule la méthode d'abattage diffère».

En 2008, la Direction générale de l'alimentation estimait que 12 % des bovins et 49 % des ovins étaient tués rituellement. Alors que les pratiquants musulmans et juifs ne représentent au plus que 7 % de la population française. «Le nombre d'animaux abattus selon un rituel religieux dépasse très largement les besoins intérieurs des minorités religieuses concernées», a d'ailleurs conclu une enquête de la Commission européenne .

En clair, l'abattage sans étourdissement préalable est généralisé dans certains abattoirs. Car il ouvre plus de marchés : celui des religieux, que ce soit casher ou halal, et celui «classique» où cette viande est écoulée sans étiquette particulière, «sans parfois même que les détaillants soient informés», selon l'OABA.

... Une directive européenne impose l'étourdissement avant l'abattage et n'accorde qu'une dérogation aux cultes. La France, qui rassemble les plus importantes communautés musulmane et juive d'Europe, a plaidé avec succès pour préserver l'abattage rituel. ... la polémique a rebondi en 2009. Les Autrichiens ont établi une norme halal nationale et souhaiteraient qu'elle soit généralisée dans l'UE. Elle proscrit la mort sans étourdissement. Tandis que des députés européens insistent pour que les produits soient étiquetés, afin que les consommateurs sachent ce qu'ils achètent. Certains ne souhaitent pas manger un animal tué rituellement et craignent de financer à leur insu les cultes...

Les religieux, juifs ou musulmans, refusent l'étourdissement préalable et assurent qu'il n'abolit pas la souffrance de l'animal. Ils redoutent également que l'étiquetage spécifique «ne stigmatise» les communautés concernées.


Pour vérifier si l'abbatage rituel "n'abolit pas la souffrance de l'animal" (sic), l'association de défense des animaux Gaia est allée enquêter dans certains abbatoirs. Le résultat est ignoble. Une autre video via Nationspresse.info montre que "L’animal a peur, il souffre… Eux ? Ils rient !" Âmes sensibles s'abstenir.

---------------------------------
-
EXCLUSIF – Hamburgers halal : Brigitte Bardot écrit au directeur de Quick
-
Scandale Quick : quand l’Etat lève l’impôt islamique !
- Abattages "rituels" (sans étourdissement) : barbarie en Belgique
-
L'Aïd el-Kébir bientôt fête nationale ?
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Dorénavant, sachant que cette viande peut également financée des cultes musulman à mon insu et que d'autre part je suis contre les égorgements de cette manière, j'essayerais au maximum de refuser<br /> de manger de la viande halal.<br /> <br /> Je respecte les chrétiens, je respecte les bouddhistes, je respecte les musulmans, mais je refuse que l'on me prennent comme otages, et comme tirelire pour financer des cultes dont je n'adhère pas.<br /> Cela est aussi mon droit.
Répondre