Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 18:17

Le "petit garçon charmant et affable" Mélenchon, "candidat anti-système" ? Mieux vaut en rire !

 

Jean-Luc Mélenchon lui -et même si les intentions de vote peinent à décoller dans les sondages- a semble-t-il réussi à faire gober cette plaisanterie du « candidat anti-système » à toute une partie de l’électorat de la « gauche de la gauche », électorat désespérément orphelin suite au crash en rase campagne du soufflé Besancenot, et plus encore, depuis la lente et irrémédiable agonie du Parti Communiste Français.

L’espoir est tel, la frustration si forte pour toute une frange de la population française, profondément et sincèrement ancrée « à gauche », qu’il peut en effet être tentant de se laisser abuser, quitte à accepter de regarder avec des yeux de Chimène le premier vieux cheval politicien de retour venu, en l’affublant des habits -bien trop grands pour lui- de pourfendeur des élites mondialisées !

Et tant pis si Mélenchon a clairement et d’ores et déjà indiqué qu’il appellerait de toutes les façons à voter pour le candidat du PS au deuxième tour des présidentielles. François Hollande, candidat de second tour du candidat « anti-système » ?

Rions un peu !

Peu importe que le même Mélenchon ait tout aussi clairement et très récemment prouvé dans les faits, et lors des sénatoriales, qu’il était malgré ses dires prêt à toutes les compromissions pour obtenir quelques strapontins, en renonçant in extremis à présenter des listes concurrentes à celle de « l’union de la gauche » (PS-EELV-PCF) en Ile-de-France. Obtenant, bien évidemment en contrepartie –c’est tout l’intérêt des petits arrangements entre amis- une dizaine de circonscriptions pour les législatives à venir, comme par exemple la 10ème circonscription de l’Essonne, la 3ème de Seine-Saint-Denis ou encore la 3ème de l’Ardèche.

Tout cela n’est bien sûr que vaines anecdotes !

Celui qui se présente comme un homme neuf a plus de trente années de Parti socialiste derrière lui. Mitterrandien de la première à la dernière heure, cofondateur de la Gauche socialiste en 1988 avec… Julien Dray, il a été Membre du Conseil National du PS, du Bureau National du PS, et Secrétaire National du parti durant toutes ces années.

De 1993 à 1995, il a également été directeur politique de l’hebdomadaire du Parti socialiste « Vendredi ».

La belle affaire !

Jean-Luc Mélenchon a un C.V. d’apparatchik politique long comme le bras. Qu’on en juge plutôt :

  • Octobre 1986 – avril 2000 : pendant quatorze ans sénateur PS de l’Essonne (élu en 1986, réélu en 1995).
  • Mars 2000 – mai 2002 : il quitte son mandat de sénateur pour entrer au gouvernement de Lionel Jospin en tant que Ministre Délégué à l’Enseignement Professionnel.
  • Septembre 2004 – janvier 2010 : à nouveau candidat aux sénatoriales, toujours bien entendu sous étiquette PS, il redevient sénateur de l’Essonne.
  • Janvier 2010-à aujourd’hui : il passe sans sourciller de l’Essonne au Sud-Ouest pour être élu Député Européen Front de Gauche.

Durant cette longue carrière politique, pourtant bien déjà remplie, il n’a pas plus que cela été dérangé par le cumul des mandats. Cumul contre lequel il déposa cependant -une fois qu’il n’était plus directement concerné- en 2009 avec d’autres sénateurs une proposition de loi organique… Après tout, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

Là aussi, regardons-y d’un peu plus près :

  • 1983 – 2001 : conseiller municipal de Massy (Essonne).
  • 1989 – 1995 : adjoint au maire de Massy.
  • 1985 – 1992 ; 1998 – 2000 ; 2001 – 2004 : conseiller général de l’Essonne pour le canton de Massy-Ouest.
  • 1998 – 2000 : vice-président du conseil général de l’Essonne.

Broutilles que tout cela !

Enfin, cerise sur le gâteau, et après des années de tergiversations, de circonvolutions gênées, de silences confus, de dénégations maladroites, Mélenchon a finalement récemment confirmé son appartenance depuis 1983 à la Franc-maçonnerie (1), au sein de la loge Roger Leray du Grand Orient de France. Comme preuve d’opposition à l’oligarchie, là aussi, on a déjà connu plus évident !

 

Source

----------------------------

(1) Dans Mélenchon le plébéien, une biographie écrite par Lilian Alemagna (de Libération) et Stéphane Alliès (Mediapart), Jean-Luc Mélenchon parle de son appartenance au Grand Orient de France. "J'y suis entré en 1983", dit-t-il.

Partager cet article
Repost0

commentaires