Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 08:30

Les autorités judiciaires américaines ont annoncé mardi 6 mars 2012 l'inculpation de plusieurs membres d'Anonymous et de LulzSec, qualifiés de pirates de "haut niveau".

 

Cinq d'entre eux ont été inculpés. Un sixième homme, présenté comme le fondateur de LulzSec, et membre influent d'Anonymous et d'Internet Feds, l'américain d'origine portoricaine Hector Xavier Monsegur, 28 ans, arrêté le 7 juin 2011 à New York, a plaidé coupable en août 2011 et coopère depuis à cette enquête.

 

 Dans l'acte d'accusation du procureur on apprend que Sabu n'était pas le seul pseudo de Monsegur, qui utilisait aussi celui de "Xavier DeLeon" et de "Leon". Le document explique son rôle exact dans les attaques, et fait la liste de toutes les attaques auxquelles il a participé, pour le compte d'Anonymous (PayPal, Fox, gouvernements yéménite, zimbabwéen, algérien...) et de LulzSec (Sony, Bethesda, Sénat US...). Monsegur est également accusé d'usurpation d'identité et de fraude.

 

En plus d'être un informateur du FBI (Federal Bureau of Investigation, Bureau fédéral d'Investigation, principal service fédéral de police judiciaire et de renseignement américain), Hector Xavier Monsegur pourrait être un agent de la CIA (Central Intelligence Agency, Agence centrale de renseignement), selon le journaliste du Guardian James Ball, dans un article en anglais, publié le 7 mars 2012 et intitulé "LulzSec's Sabu: 'ask me about the CIA'", "Interrogez-moi à propos de la CIA".

  

Dans son article, James Ball explique que "Sabu - et nous ne pouvons pas même être sûrs que notre correspondant était le vrai Monsegur et pas un agent américain - ne se présentait pas précisément au journal. Plutôt il testait le Guardian, flirtant avec l'idée qu'il aurait pu travaillé pour la CIA.



Sabu a commencé en dénonçant la publication par le Gardian d'allégations vagues de supposées liaisons de la communauté de pirate informatique avec des islamistes. Il a alors changé sa tactique, en demandant pourquoi le journal n'avait pas publié les rumeurs le liant à la C.I.A.

 

Comment ce jeune homme, qui travaille depuis six mois comme informateur pour le FBI après avoir été libéré contre une caution de 50 000 dollars et "qui risque jusqu'à 124 ans de prison en peines cumulées", nous dit-on, peut-il en même temps être un agent de la CIA ? La justice américaine condamnerait-elle un agent de la Cia ? Ou bien, en poussant la question plus loin, la Cia se servirait-elle d'un terroriste du net dans l'intérêt des Etats-Unis ? Dans ce cas-là n'est-ce pas le gouvernement américain lui-même dans son ensemble qu'il faudrait inculper pour actes de terrorisme ?

 

Notre interrogation d'hier à propos des attaques d'Anonymous contre le site du Vatican, prendrait alors tout son sens : "qu’a à voir l’Eglise catholique avec la loi Hadopi, le traité Acta ou les arrestations par le FBI de membres du réseau LulZec ? Pourquoi agresser les sites Internet d’une organisation sous prétexte qu’on ne partage pas son idéal et ses croyances ?" L'Eglise catholique semble être la cible à abattre.

 

- Anonymous : quand la bêtise attaque le Vatican et les cathos

Partager cet article
Repost0

commentaires