Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 16:03
Extrait :

"Et ce qui ajoute encore à l'énigme, ce sont ces révolutionnaires en nombre infime, qui ne sont pas 10000 électeurs sur 100000, qui ne représentent pas la France, et qui avec cela non seulement appellent la révolution, la 'Révolution française', mais lui attribuent encore en outre, un caractère universel. Ils ne sont même pas la nation qu'ils disent être. Ils prétendent néanmoins régenter toutes les autres nations au nom de cette nation qu'ils ne sont pas. Et personne, cependant, ne songe à leur demander comment ils se trouvent ainsi représenter tout le monde en ne représentant personne..."

 

La France était la première puissance occidentale avant 1789. Que sommes-nous aujourd'hui, pourquoi, comment et à cause de qui ?


Ce que M. Maurice Talmeyr a voulu démontrer dans son livre « La franc-maçonnerie et la Révolution française », c'est que la Révolution, bien loin qu'elle fût nationale dans ses origines profondes et dans ses aspirations, a été l'œuvre exclusive d'une secte qui tendait précisément et qui tend de nos jours encore à la destruction de toutes les nationalités.

 

 

La mise à mort de Louis XVI a été décidée, dix ans d'avance, dans la tenue illuministe de Wilhelmsbad.

La trahison, elle était partout à la Cour de Louis XVI. Dans cet ordre d'idées, M. Maurice Talmeyr établit sur des documents irrécusables que le Roi n'a jamais donné, au 10 août 1792 cet ordre de cesser le feu, qui perdit la monarchie et qui fut donné cependant au nom du Roi.

Il prouve de même que ni l'assemblée législative n'a voté l'emprisonnement de Louis XVI au Temple, ni la Convention n'a voté la mort du Roi. L'assemblée législative a voté que le Roi logerait au palais du Temple, mais non pas dans la Tour du Temple, qui était une prison.

Et quant à la Convention, elle a réellement repoussé la mort du Roi par 13 voix de majorité. C'est un pouvoir occulte qui a emprisonné le Roi et qui l'a condamné à mort par falsification de scrutin. Et ce pouvoir occulte, c'est la franc-maçonnerie. Ce n'est pas là, évidemment, ce que nous ont appris les historiens de la Révolution, et M. Maurice Talmeyr semble conclure à bon droit :

Si la Révolution, que personne ne confond avec l'évolution, n'est pas le grand mouvement humain auquel beaucoup d'honnêtes gens ont cru et croient encore, si elle n'est pas ce grand fait social provenant naturelle-
ment d'intérêts et de besoins profonds, et si, au contraire, elle n'a jamais été qu'un bluffe immense, dirigé et lancé contre le Christianisme universel, tous nos malaises moraux, toutes nos perturbations, se comprennent et s'expliquent. Sinon, ils ne se comprennent pas, et ne peuvent sérieusement se déduire de rien.

Ou la Révolution est un mouvement naturel, providentiel, et le trouble ne peut pas être toujours d'autant plus grand que les progrès des idées révolutionnaires sont plus grands eux-mêmes ! Ou la Révolution n'est bien que l'artifice et la machination de voleurs qui « percent la maison », et le trouble, alors, se comprend. Tout s'explique et tout s'éclaire... Enfin, et ce sera notre dernier mot, nous voyons peut-être aussi maintenant que l'histoire de la Révolution est à faire, et que nous ne la savons pas, que nous n'en savons rien. Nous avons donc un devoir tout indiqué, c'est de l'apprendre, d'abord pour la savoir, et pour pouvoir ensuite l'enseigner à la France !

« Nous voyons maintenant que l'histoire de la Révolution est à refaire et que personne ne la sait, surtout parmi ceux qui devraient la savoir. Nous n'avons donc qu'une chose à faire, c'est de l'apprendre, d'abord pour la savoir, ensuite pour l'apprendre à la France. »
Partager cet article
Repost0

commentaires