Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 19:15

Une intervention militaire en Libye peut conduire à une troisième guerre mondiale, a estimé le ministre de l'Intérieur italien, Roberto Maroni, dans une interview, publiée par le journal La Padania.

"Je ne suis pas tant préoccupé par le président Obama, que par certains partisans de la guerre qui préfèrent les raccourcis, ignorant qu'une intervention militaire pourrait mener à une troisième guerre mondiale", a indiqué le ministre.

"Une action militaire à grande échelle, initiée notamment par les Etats-Unis, ne mènera qu'à la création d'une coalition des états arabes. Les conséquences de cet événement seraient dévastatrices. J'essaierai par tous les moyens d'éviter la réalisation d'un tel scénario en misant sur d'autres possibilités", a poursuivi l'intéressé.

Le ministre a souligné l'importance de la participation économique internationale à la stabilisation de l'Afrique du Nord et du Proche-Orient, en reprenant l'idée d'"un nouveau plan Marshall" pour la région.

L'ambassadrice américaine auprès de l'Onu Susan Rice a déclaré mardi que les Etats-Unis et leurs partenaires de l'Otan discutaient d'une éventuelle intervention militaire. Cependant, le premier ministre britannique David Cameron a indiqué, pour sa part, que Londres n'excluait pas un recours à la force contre le régime de Kadhafi, tandis que les représentants du Pentagone ont annoncé un regroupement de leurs forces navales et aériennes autour de la Libye.

Depuis le 15 février, la Libye est en proie à de violents affrontements. D'après les ONG, les manifestations pour le départ de Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans, sont sévèrement réprimées par les autorités. Les accrochages entre les opposants du régime et l'armée, épaulée par des mercenaires africains, ont déjà fait jusqu'à 6.000 morts.

Source: http://fr.rian.ru/world/20110308/188798379.html

Partager cet article
Repost0

commentaires

I

Libye= Iran et consort

Le gamin Sarkozy s'amuse avec la fin du monde, croyez mi cette fois-ci ce n'est pas le play-station.
Nous sommes convaincus que si Sarko et Duppé réussiront à trompper l'opinion internationale pour quelques gouttes de pétrole et une dette financière de 5 milliards d'euro contratée au près de la
Libye pour sa compagne électorale truquée. La france n'a pas de leçon à ni aux noirs , ni aux arabes
Cette guerre ne durera que quelques minutes pour que l'humanité s'éteingnera à jamais.
Je suis très sensible aux articles du journaliste algérien Y.Mérabet qui ne cesse de prédire des vérités en voilà un;

Sarkozy sera responsable de la carbonisation mort de millions de Français.
Ibrahima Konté de la Cote-d'Ivoire

L’effondrement de la civilisation industrielle finira-t-elle par une Troisième Guerre mondiale ?


La crise actuelle marque le début de l’effondrement de la civilisation industrielle dont le modèle de développement repose essentiellement sur la valorisation des énergies fossiles : d’abord le
charbon, puis le pétrole et enfin le gaz. Celle-ci a permis de soutenir une croissance économique et démographique jusqu’alors jamais vue, donnant l’illusion que la croissance infinie dans un monde
fini était possible. Pourtant, en reposant sur une énergie non renouvelable mais sur un stock d’énergie, la fin de cette civilisation était annoncée… dès son épuisement ; pire, bien avant cela,
l’énergie ne pourra être extraite qu’à un rythme toujours décroissant. Le pic d’extraction des énergies fossiles marque donc le début d’un déclin inexorable.
La production pétrolière saoudienne décline à toute vitesse
Depuis 2005, la production mondiale, ou plutôt d’extraction de pétrole a atteint un palier. Dès lors, les prix du pétrole n’ont cessé de croître, signifiant l’imminence de la fin de la partie. Cela
fut chose faite en 2008 avec un dernier soubresaut de la production en Arabie Saoudite (premier producteur mondial de pétrole, dont le sous-sol est censé receler la plus vaste réserve pétrolière du
monde, affirmaient les Saoudiens). Les installations pétrolières saoudiennes ont été conçues par les Américains pour faire passer la production de 8,1 millions de barils/j à 15 millions de barils/j
afin de pallier les plus graves crises pétrolières et faire face aux guerres et aux conflits. Surévaluées de 46%, les réserves dites prouvées ne recèlent en réalité que la moitié affirmée par les
officiels saoudiens, et voilà que le Peak Oil fut atteint plus tôt que prévu, plus d’autres découvertes pour renouveler les réserves.
Le Peak Oil a eu pour conséquence de faire exploser le système désormais fondé sur le postulat d’une croissance infinie. La théorie, fondée sur une abondance éternelle et le prix bas du pétrole ont
laissé dans le passé les familles vivre à l’aise dans un confort sans précédent, mais l’arrivée du Peak Oil a tout simplement fait exploser les prix des carburants qui ont rendu la situation
insupportable pour les ménages américains vivant bien souvent à plusieurs kilomètres du lieu de travail. Le rêve américain de vivre dans les maisons individuelles de banlieues à mi-chemin de la
ville et de la campagne était une illusion dépendant totalement sur un pétrole bon marché. L’Agence américaine de l’énergie a, depuis, à demi-mot, validé ce fait en annonçant une chute rapide de la
production pétrolière à partir de 2011. D’ici 2015, la pénurie de pétrole s’élèverait à 10 Mbj et le prix du pétrole deviendra inaccessible à beaucoup de pays qui retourneront au charbon et aux
bois des forêts !
Première puissance énergétique planétaire avec la Russie « sur papier » et principal acteur du cartel de l’OPEP, l’Arabie Saoudite est surnommée « la banque centrale du pétrole ». Selon les données
du département de l’Energie américain, le royaume est le seul producteur mondial aujourd’hui capable d’augmenter significativement sa production. L’Arabie Saoudite déclare extraire de son sol 8,1
millions de barils par jour de pétrole conventionnel, et dit être capable d’augmenter cette production de 4,4 mb/j, à 12,5 mb/j et si nécessaire à 15 mb/j si seulement les Etats-Unis et Israël
levaient leur petit doigt. Le pétrole saoudien est le plus facile à extraire et le moins cher du monde. La contrainte est de taille qui annonce le déclin de la production mondiale, l’Arabie
Saoudite, premier producteur mondial de pétrole, aurait mis un terme à la prospection sur son sol afin d’épargner ses richesses et les transmettre aux générations futures, selon une déclaration du
roi Abdallah Ben Abdel Aziz Al-Saoud, datée du 1erjuillet 2010. L’annonce a été faite à Washington devant des étudiants saoudiens, précise l’agence de presse nationale. Prononcée deux jours après
une rencontre entre le roi et le président américain, Barack Obama, le 29 juin 2010, cette déclaration sonne le glas. En effet, le royaume dit détenir à lui seul 20% des réserves mondiales d’or
noir, alors qu’en réalité il ne détient que 10,8%.
En mai 2005, Matthew Simmons, l’un des banquiers d’affaires les plus en vue de Houston, capitale mondiale du négoce pétrolier, publiait dans son livre Crépuscule dans le désert, une charge
fortement documentée accusant l’Arabie Saoudite de grossièrement surestimer ses réserves d’or noir de 46%. D’après ce Texan qui a conseillé le président Bush pour son programme énergétique, la
production saoudienne a atteint son maximum en l’an 2000, et risque de s’effondrer bientôt, faute de réserves suffisantes. A la suite de la publication du brûlot de Matt Simmons, l’Aramco,
d’ordinaire muette sur l’état de ses réserves, a fourni quelques données précises pour la première fois de son histoire. Mauvaise surprise : la principale compagnie pétrolière mondiale (et de loin)
a reconnu que les extractions de ses puits déclinent à grande vitesse : entre 5 et 12% par an. Rien que pour compenser ce déclin, l’Aramco doit ouvrir assez de nouveaux puits pour fournir entre 500
000 et 1 million de barils par jour (mb/j) de plus chaque année, sur une capacité totale de production aujourd’hui établie officiellement à 12,5 mb/j. Depuis, l’Aramco n’a plus publié le moindre
fait consistant sur ses réserves.
Impacts d’une pénurie de pétrole
Pour le continent européen, le problème est le même, sauf que la dette n’est pas privée mais publique. Cette dette montre en premier lieu le déséquilibre structurel du monde occidental qui consomme
plus qu’il ne produit. Le déclin de la production pétrolière rend insoutenable ce mode de fonctionnement et si les sociétés refusent de s’adapter à cette nouvelle réalité, le système (ou la nature)
dont l’évolution globale est totalement dépendante du monde physique impose les changements. En un mot, tout ce qui a été rendu possible par une énergie bon marché et disponible en abondance est
remis en cause : la société de consommation (matérialisme et individualisme), l’Etat providence et tous les acquis sociaux qui en découle. Dans le monde réel, et plus particulièrement dans la
société française cela se traduit par le retour du chômage de masse, la réforme des retraites, la réduction des déficits publics, etc. Les troubles sociaux sont inévitables.
Pire, les troubles sociaux peuvent se transformer en révolutions qui pourraient se traduire par une purge de l’élite du pays considéré comme ayant trahi le peuple à la manière de la révolution
française où de la révolution bolchevique. Plus inquiétant, le niveau de consommation d’énergie et de la population mondiale est totalement corrélé et de nombreux chercheurs concluent que la
population mondiale va commencer à décliner avec la baisse de l’apport global d’énergie (gaz, charbon et pétrole) prévue entre 2020 et 2040. Une partie de la population pourrait également être
prise pour bouc émissaire des malheurs du peuple. Les dérives que l’on observe en France et aux Etats-Unis sur l’amalgame entre musulman et intégrisme sont inquiétantes. En effet, on observe une
évolution de plus en plus radicale. Tout d’abord, la question du voile à l’école, puis celle du Niqab dans la rue, les caricatures du Prophète Mohammed (QLSSSL), les dernières agressions sur les
musulmans américains, le piège de la construction d’une mosquée au point zéro à New York… et quoi encore.
D’ailleurs, cette nouvelle étape est en cours de franchissement avec l’affaire du musulman polygame, fraudeur et islamiste dont on veut retirer la nationalité française. De même, dans les banlieues
où l’amalgame entre jeunes issus de l’immigration et racaille, voire barbare est vite fait. La tentation génocidaire est un élément à ne pas sous-estimer. Elle a déjà été utilisée dans le cas du
Rwanda où la pression démographique était tellement forte que le prétexte des différences ethniques, en grande partie développées pendant la colonisation, a été utilisé allègrement. Une autre
manière de retarder le problème de pression démographique sur la population intérieure pourrait être celui d’accaparer les ressources des autres pays au lieu de les partager. « Le mode de vie
américain n’est pas négociable » de G W Bush et la guerre d’Irak montre clairement que les Etats-Unis ont choisi cette voie. Pourtant, cette guerre ne suffit pas pour assouvir notre boulimie
d’énergie et la cible toute désignée est désormais l’Iran. Nous constatons donc depuis plusieurs mois une recrudescence de la propagande (aux Etats-Unis, en France et en Allemagne) po


Répondre