Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 11:45

 

Economie - gauche et droite : une opposition factice pour des résultats identiques

Littéralement, «shutdown», en anglais signifie fermeture. Le terme désigne l'arrêt du fonctionnement de nombreuses administrations et services fédéraux aux États-Unis. Cette paralysie du gouvernement américain a officiellement démarré ce mardi 1er octobre, premier jour de l'année budgétaire, à 0H01 à Washington, soit 6H01 à Paris. 

 

Ce scénario n'est pas sans rappeler celui du mur budgétaire, évité de justesse fin 2012, début 2013. (1)

 

Suite à la création de la FED (en 1913), banque centrale américaine pratiquant le financement des services de l'Etat par la dette publique (emprunts à intérêts...), le Congrès (Parlement américain) fixe chaque année une limite d'emprunts que l'exécutif ne doit pas dépasser pour financer ses dépenses, c'est le «plafond de la dette». Aujourd'hui, la dette américiane atteindra le 17 octobre 2013 son plafond de l'année, fixé à 16.700 milliards de dollars. Mi-septembre, Barack Obama avait demandé une rallonge au Congrès. Les républicains ont refusé, sauf s'il renonçait à sa réforme sur la santé.

 

En 1995-96, un défaut de paiement budgétaire similaire s'était produit. Un accord avait finalement été trouvé entre Sénat et Chambre des représentants pour le financement du Pentagone. Quelque 700.000 fonctionnaires jugés «non essentiels» avaient été mis au chômage forcé, ou ont vu leurs salaires suspendus pendant plusieurs semaines. Ils ont été payés une fois l'accord sur le budget trouvé en janvier 1996. Malgré cette alerte, Bill Clinton fut réélu... (2)


Aujourd'hui, les États-Unis se retrouvent en défaut de paiement, une situation inédite qui risque de plonger à coup sûr la planète dans une nouvelle crise financière, certains disent pire que la crise de 2008, si le plafond de la dette n'est pas relevé par une autorisation du Congrès (c'est le chantage à la crise... Voir Attali en 2011 (à partir de 3:48) qui annonçait que si on ne voulait pas (du Nouvel Ordre Mondial), que "si on ne le faisait pas de façon volontaire, organisée, sereine", on l'aurait quand même mais "par la violence" et "le chaos" !...Video ci-dessous).

 

 

À la différence du «shutdown» budgétaire de 1995-96, un tel blocage ne s'est jamais produit dans l'histoire américaine. Congrès et Maison-Blanche ont toujours trouvé des compromis assortis d'endettement supplémentaire.

 

Les économistes qui alertaient récemment sur le fait que davantage de quantative easing ne résoudrait pas le problème (Olivier Delamarche, Peter Schiff, Myret Zaki), ont raison (mais ne vont pas assez loin dans l'analyse des mesures qui devraient être prises).


Vu l'énorme pourcentage d'employés du gouvernement fédéral, la région de Washington va être touchée de plein fouet. Des centaines de milliers de personnes seront mises au chômage.
Quelque 800.000 fonctionnaires fédéraux risquent d'être renvoyés chez eux ce matin. Faute de crédits, les administrations non essentielles fermeront leurs portes ou réduiront considérablement leur activité: service des impôts, bureau d'aide au logement, assistance alimentaire aux plus démunis, délivrance des passeports ou des ports d'armes, musées publics - et jusqu'au ramassage des ordures dans la capitale fédérale - pourraient s'interrompre. Les cours fédérales tiendraient sans doute quelques jours sur leur budget propre, alimenté par les amendes. Les magistrats continueraient toutefois à être payés, de même que les militaires, les agents de la CIA ou du FBI, les contrôleurs aériens et les gardiens de prison. (3)

 


Pour éviter la paralysie de l'Etat américain, Obama a lancé un dernier appel à l'adresse des parlementaires hier en fin d'après-midi, à quelques heures de l'échéance. «Le temps presse» a expliqué le président qui est intervenu devant les journalistes, en espérant un accord de dernière minute. «Une fermeture aurait immédiatement un impact très réel sur les gens. (...)  Une paralysie de l'État aurait des effets très concret sur l'économie...» a-t-il argumenté en excluant de céder à la demande de «rançon» émanant selon lui des républicains au Congrès. Il a cependant affirmé que «la réforme du système de santé serait menée à bien quoiqu'il arrive». (4)

 

Le Sénat, à majorité démocrate, a rejeté hier soir le projet de loi de la Chambre des représentants adopté ce week-end. L'année budgétaire, qui démarre le 1er octobre aux États-Unis, commence donc sans budget. Les 54 sénateurs démocrates, qui disposent de la majorité, ont voté contre un texte qui aurait permis de financer l'Etat fédéral à partir de ce matin 1er octobre, mais qui sapait la loi sur la santé de Barack Obama. (5)

 


Depuis les années 70, il y a eu une vingtaine de fermetures, toujours à l'initiative de l'opposition. (6) Selon Francetvinfo.fr, c'est la 17e fois depuis 1977 qu'un désaccord au Congrès paralyse l'Etat fédéral. Le dernier shutdown remonte à 1995-96, sous le mandat de Bill Clinton. Ce fut aussi le plus long. Du 14 au 19 novembre 1995 et du 16 décembre au 6 janvier 1996, 280 000 fonctionnaires ont été mis au chômage et 475 000 n'ont pas été payés. Le Congrès avait ensuite remboursé les jours de chômage technique. Le coût de ce dernier shutdown a été estimé à 1,4 milliard de dollars (environ 2 milliards aujourd'hui), explique Le Monde (article payant), qui précise que l'incident a permis à Bill Clinton d'être facilement réélu, quelques mois plus tard, à la présidence des Etats-Unis ! (7)

 

Et c'est grave ? Pas vraiment, répond 20 minutes.fr, à condition que la crise ne s'éternise pas. Selon Lewis Alexander, économiste chez Nomura, les «conséquences directes d'une fermeture de l’administration ne sont pas immenses». Si elle durait un mois, le tourisme, avec la fermeture des pacs nationaux, serait la principale victime. En général, la croissance ralentit puis rattrape le retard au trimestre suivant. En plein boum Internet, la crise de 1996 n'avait fait perdre qu'un point de croissance aux Etats-Unis, à 2,6%, avant un envol à 7,2% au suivant.


Républicains et démocrates se renvoient la balle et jouent à celui qui tiendra le plus longtemps sans bouger. L'enjeu, c'est la bataille de l'opinion. En général, un parti est toujours jugé davantage responsable de la crise que l'autre. Quand conserver ses positions deviendra intenable en vue des élections de mi-mandat de 2014, le perdant sera celui qui aura bougé en faisant des concessions afin de débloquer la situation. Peu importe si ces concessions sont bonnes (l'arrêt de l'endettement)  ou mauvaises (la poursuite de l'endettement). Pour l'instant, l'opinion est divisée: 46% estiment que la crise est de la faute d'Obama, et 46% des républicains. 


Ce qu'aucun media vous dira , c'est que les deux partis sont co-responsables de la dette abyssale des Etats-Unis depuis 1913. Et que le système démocratique des élections n'aident pas vraiment au règlement du problème, au contraire. À quelques mois des "mid-terms" (élections de mi-mandat), le parti républicain tente d'empêcher l'augmentation de la dette par tous les moyens. Cette intransigeance budgétaire conduit le pays dans la crise financière et économique, voire la faillite. La logique voudrait qu'on laisse le pays et donc les banques faire faillite, du moins que l'on ne rembourse plus les banques qui se sont gavées depuis 1913 et la création de la FED, que l'on supprime la pratique usurière du financement des services de l'Etat par la dette, et que l'on revienne à des politiques de finances publiques plus classiques et moins modernes ! Mais cela, aucun républicain ne l'a proposé à ma connaissance. Quoiqu'il en soit, l'entrée dans la période électorale va faire bouger les lignes chez les ennemis de la dette en créant inévitablement des divisions parmi eux. Si les partisans rationalistes du budget du Tea Party (appelons-les comme çà) ne plieront pas, il n'est pas impossible que certains républicains finissent par approuver la motion du Sénat démocrate. La dernière fois que les républicains ont bloqué la situation, cela leur a coûté les élections... (8)


 

Liste des services fermés ce matin (9) :

 

- DEFENSE : selon un mémorandum du numéro deux du Pentagone vendredi 28 septembre, plus de la moitié des 800.000 employés civils du Pentagone sont tocuhés. Même si les soldats pourraient être payés avec retard, les opérations militaires en cours continuent...

 

- ENVIRONNEMENT: 95% des employés de l’agence pour l’Environnement (EPA), sont interdits de travailler, « à l’exception d’un noyau d’individus qui restent en cas d’urgence », a expliqué sa directrice, Gina McCarthy.

 

- ADMINISTRATIONS : nombreux retards dans les administrations aux effectifs réduits: autorisations de mise sur le marché de médicaments, prêts publics aux petites et moyennes entreprises.


- PARCS ET MUSEES: la totalité des 368 parcs et musées nationaux ferment, dont les grands musées d’art et d’histoire et le zoo de Washington.


- VISAS, PASSEPORTS: lors de la dernière crise budgétaire, le traitement de plus de 500.000 demandes de visas et 200.000 demandes de passeports a été suspendu.

 

- EXEMPTIONS : la justice, la sécurité nationale et les services jugés essentiels à la sécurité et protection du pays seront épargnés.

 

Selon les économistes de Macroadvisers, une fermeture gouvernementale de deux semaines raboterait la croissance du produit intérieur brut du 4e trimestre de 0,3 point, mais l’économie se rattraperait au 1er trimestre 2014. Une fermeture de trois ou quatre semaines coûterait 1,4 point de croissance du PIB au 4e trimestre, Selon Mark Zandi, chef économiste de Moody’s.


La banque Goldman Sachs estime que le blocage budgétaire ferait perdre environ 8 milliards de dollars (6 milliards d'euros) à l'économie américaine chaque semaine si l'on se référait à l'exemple de 1995, quand il avait vraiment eu lieu, sous Bill Clinton.

 

 

Dette rothschild : pourquoi et comment la france est asservie par les banques ?

Aujourd'hui, la principale inquiétude de Wall Street et des banques "américaines" concerne la dette et le fait que le gouvernement pourrait arrêter de rembourser ses obligations qui arrivent à échéance lorsque la limite d'emprunt sera atteinte, ce qui est attendu le 17 octobre. (10) Affaire à suivre en addendums, NdCR.

 

 

 

Add. 2 octobre 2013 00h32. Quoi qu'ils fassent, les républicains sont piégés. S'ils tiennent bon (ce dont je doute mais on ne sait jamais) et refusent de voter un endettement supplémentaire, on les accusera de raideurs "idéologiques" (ce que fait déjà Obama qui les accuse de "croisade idéologique") et d'avoir plonger les Etats-Unis dans la faillite (ce qui est faux, c'est la dette abbyssale qui plonge le pays dans la crise) - ils devront alors proposer les vraies réformes (dont la suppression du financement des dépenses par la dette...) -, s'ils font marche arrière, on les accusera d'avoir cédé et d'avoir provoquer vainement une crise sans résultat. Dans les deux cas, le parti républicain a perdu, sauf s'il va jusqu'au bout des réformes...

 

Add. 2 octobre 2013 12h41. Comme par hasard au moment où l'on apprend qu'il y a eu cet été une hausse de 4,4% des défaillances d'entreprises en France, on nous dit que le ministre de l'économie Pierre Moscovici craint que le shutdown US "ne freine la reprise en cours"  (sic!). De qui se moque-t-on ? Nous vous avions prévenu qu'ils créraient eux-mêmes la crise en ne faisant rien pour la régler, en sachant qu'elle arriverait, et qu'ils accuseront ensuite ceux qui voulaient la stopper d'en être à l'origine !


Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici craint que le shutdown ne "freine la reprise en cours" en France, a rapporté ce matin la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem. "Nous attendons des chiffres plus précis mais il semblerait en effet que chaque jour de blocage conduise à une perte financière importante pour le pays (les Etats-Unis) et donc des conséquences sur ses partenaires", a-t-elle déclaré lors du compte-rendu du Conseil des ministres.


Source: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/10/02/97002-20131002FILWWW00355-shutdown-us-moscovici-preoccupe.php

 

 

USA: pas de délai au-delà du 17 octobre

Portrait de Jacob Lew, 2013.Dans une lettre au Congrès mardi soir (1er octobre NdCR.), Jacob Lew, l'ancien cadre de Wall Street nommé le 10 janvier 2013 par Obama secrétaire américain au Trésor, presse une nouvelle fois les élus "d'agir immédiatement". Le Congrès n'aurait pas "de temps supplémentaire pour agir" et relever le plafond de la dette des Etats-Unis au-delà du 17 octobre.

 

Il explique qu'après ce jour "il nous restera 30 milliards de dollars de trésorerie pour honorer les engagements de notre pays", un montant qui pourrait être "bien en-dessous" de ce que peut parfois dépenser le Trésor en un seul jour, c'est-à-dire jusqu'à 60 milliards de dollars, écrit-il dans cette lettre.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/10/02/97002-20131002FILWWW00253-usa-pas-de-delai-au-dela-du-17-octobre.php

 

 

Lew fit de grands investissements dans les fonds spéculatifs gérés par le milliardaire John Paulson, avant 2008, lequel a aidé les banques à publier des hypothèques toxiques pendant le boom des subprimes, pariant dessus, utilisant sa connaissance d'initié, que ces hypothèques s'effondreraient dans la valeur. Ces activités ont été amplement documentées par le Sénat le Sous-comité Permanent d'Enquêtes et ont conduit au record d'un règlement de 550 millions de $ entre la Commission d'Échange de Titres et le partenaire dans le crime de Paulson, Goldman Sachs.

Le prédécesseur de Lew, Timothy Geithner, a joué un rôle principal dans le renflouement des banques, d'abord comme président de la Réserve fédérale de New York, ensuite comme ministre de l'Économie et des Finances d'Obama. Pendant son mandat de responsable de la Réserve fédérale de New York de 2003 à 2009, il a fit de son mieux pour dissimuler les pratiques qui menèrent à la faillite de 2008. Comme ministre de l'Économie et des Finances d'Obama, il surveilla le renflouement en déguisant la criminalité en cours des banques.

 

 

Add. 5 octobre 2013, 14h24. Obama aux républicains : ""Allez-y et votez. Arrêtez cette farce!"

 

 

Barack Obama a demandé aujourd'hui 5 octobre 2013 en termes vifs que les républicains arrêtent immédiatement de bloquer l'adoption du budget qui paralyse l'administration.

 

Dans son allocution radio-télévisée hebdomadaire, à l'adresse des élus républicains, il a déclaré : "Allez-y et votez. Arrêtez cette farce. Mettez fin maintenant au shutdown".

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/10/05/97002-20131005FILWWW00297-obama-tacle-les-republicains.php

 

 

Add. 17 octobre 2013. Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 17/10/2013 à 10:41. Le shutdown coûtera 24mds$

 

 

Après deux semaines de paralysie, la crise budgétaire aux Etats-Unis s'est provisoirement refermée mercredi soir (16 octobre NdCR.). Elle aura coûté plusieurs milliards de dollars au pays et affectera son leadership économique.

 

En vigueur depuis le 1er octobre, la fermeture de certains services publics et la mise au chômage partiel de centaines de milliers de fonctionnaires vont ôter 0,6 point de pourcentage à la croissance économique américaine au quatrième trimestre, a calculé mercredi l'agence Standard & Poor's.

Dans un communiqué, l'agence de notation Standard & Poor's a calculé hier que la mise au chômage partiel de centaines de milliers de fonctionnaires vont ôter 0,6 point de pourcentage à la croissance économique américaine au quatrième trimestre; La richesse produite aux Etats-Unis entre octobre et décembre aura été amputée de 24 milliards de dollars.

 

L'agence concurrente Moody's arrive à peu près aux mêmes conclusions. Selon ses estimations, la croissance américaine au dernier trimestre sera réduite de 0,5 point, ne causant qu'un dommage finalement "limité" aux Etats-Unis.

 

Les pertes liées à la paralysie budgétaire sont dans l'ensemble largement réversibles. La précédente paralysie budgétaire entre 1995 et 1996 en fournit l'illustration. L'Etat fédéral alors avait alors dû fermer pendant près d'un mois; la croissance en rythme annualisé avait été amputée de près d'un point, à 2,6%, entre le troisième trimestre de 1995 et le premier trimestre 1996. Mais elle était repartie très fortement en hausse (+7,2%) au deuxième trimestre.

 

La Fed a relevé hier "l'incertitude" qu'a fait peser la crise du Congrès sur les embauches à l'heure où le taux de chômage reste élevé (7,3% en août).

 

"Beaucoup de problèmes restent encore à régler", souligne Moody's. Un accord sur le budget à long terme doit être trouvé d'ici à la mi-décembre.

 

Au-delà de son coût économique, cette nouvelle crise budgétaire a eu un impact, moins quantifiable, sur le leadership économique américain.

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/10/17/97002-20131017FILWWW00362-le-shutdown-coutera-24mds.php

 

Sources:

 

(1) http://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/shutdown-budget-americain/etats-unis-dernieres-tractations-pour-eviter-une-paralysie-budgetaire_423941.html

(2) http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/10/01/20002-20131001ARTFIG00248-etats-unis-le-shutdown-en-six-questions.php

(3) http://www.lefigaro.fr/international/2013/09/29/01003-20130929ARTFIG00139-l-etat-americain-au-bord-de-la-paralysie-budgetaire.php

(4) http://www.lefigaro.fr/international/2013/09/30/01003-20130930ARTFIG00635-l-amerique-exasperee-par-les-blocages-de-washington.php

(5) http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/09/30/97002-20130930FILWWW00582-le-senat-americain-rejette-le-budget.php

(6) http://www.20minutes.fr/monde/1230043-20131001-etats-unis-government-shutdown-grave 

(7) http://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/shutdown-budget-americain/etats-unis-le-congres-americain-rejette-le-budget-et-paralyse-une-partie-de-l-administration-federale_424343.html

(8) http://www.latribune.fr/opinions/20130930trib000788012/etats-unis-les-republicains-ont-tout-a-perdre-en-cas-de-shutdown.html

(9) http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203038094564-etats-unis-la-liste-des-services-fermes-victimes-du-shutdown-611927.php

(10) http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/09/30/pour-la-presse-anglo-saxonne-le-shutdown-est-ineluctable_3486980_3234.html

 

 

 

. Traité transatlantique : le shutdown aux Etats-Unis nous offre deux ans de répit (5 octobre 2013)

Partager cet article
Repost0

commentaires

B

reporte sur un site bonapartiste.. sans sources...


http://vivelempereur67.skyrock.com/2281202357-Citations-de-Napoleon.html


mais on trouve cela en anglais, sous # Money has no motherland


http://en.wikiquote.org/wiki/Talk:Napoleon_I_of_France


 


quant a Napoleon, Franc-macon, la question a ete souvent posee et presque tous les specialistes de la question disent : il fut eleve dans et entoure par... l'Empire et le Consulat furent
florissants pour la FM... mais rien ne prouve qu'il le fut


seul, a ma connaissance, ce livre leverait le doute : 'Napoleon Franc-Macon' de Francois Collaveri
Répondre
B

"When a government is dependent upon bankers for money, they and not the leaders of the government control the situation, since the hand that gives is above the
hand that takes... Money has no motherland; financiers are without patriotism and without decency; their sole object is gain." — Napoleon Bonaparte, 1815


Napoléon Bonaparte,
Empereur Français (1769-1821)
Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus
de la main qui reçoit. [...] L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain.
Répondre
I


"L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain. "


 


Napoléon est mal placé pour dire cela. Y a t-il d'ailleurs une source ccomplète de cette citation ?


 


Dans Napoléon et la création de la Banque de France par Henri Guillemin, on apprend que :


 


 


"...Dans le souci de n'ôter aux banques aucune source de profits, le Premier Consul (NdCR. Bonaparte) va jusqu'à autoriser au bénéfice de la Banque dite 'de France', le
partage d'une des premières prérogatives du gouvernement, celle de fabriquer une monnaie. Et en outre, la monnaie métallique que fabrique l'Etat lui coûte à lui Etat, au moins le prix de
l'or et de l'argent, tandis que le privilège inouï accordé à l'établissement Pergot Mallet et compagnie consiste en ce que cette banque, pure association
d'intérêts privés, aura le droit de fabriquer une monnaie qui ne lui coûte rien. ... Entre Napoléon et les gens de finances, la partie n'était pas égale. Le caïd est respectueux
à l'égard de l'argent, le caïd rampe et il rampera toujours." (Comte de Mollien, Mémoires d’un ancien ministre du Trésor public de 1800 à 1814, Paris).


 


Napoléon était-il franc-maçon?



B

je partage votre analyse (paragraphe en bleu)... la situation est serieuse, mais non catastrophique.. c'est le jeu du systeme democratique de faire chanter ceux qui ne pensent pas comme vous...
Je vois difficilement comment le gouvernement federal ne rembourserait pas les banques, etant donne que ce sont elles qui gerent le pays... Les democrates ne veulent pas diminuer leurs depenses
(et souvenez-vous, ils etaient meme prets a intervenir en Syrie..)... or, comme on ne peut plus emprunter, et plus imprimer de monnaie.. Il y aura soit un tour de passe-passe savant comme
seuls les sorciers savent en faire.... soit une faillite reelle du pays.. qui entrainerait bien d'autres pays... donc, je penche pour l'action des sorciers.. (je n'approuve pas... mais je ne suis
pas dans la politique pour pouvoir donner des recettes au 'desordre' dans lequel ils se sont mis, les uns et les autres...


 


a chaque fois qu'il y a eu des shutdowns.. les employes qui se sont mis en conge sans solde, ou ceux qui ont ee obliges de travailler sans salaire, ont toujours ete payes ensuite....
Répondre