Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 14:01

L'actuel projet de loi de "mariage" des personnes homosexuelles étant une "réforme de civilisation" selon Christiane Taubira, il faut dire et rappeler que le régime démocratique qui se dit "Etat de droit" est en réalité un régime despotique pouvant changer à sa guise les lois mêmes civilisationnelles et culturelles. Le roi, n'étant pas au-dessus de la culture de son peuple qu'il ne pouvait changer à sa guise, ni au-dessus de la loi naturelle, il n'aurait pas eu le pouvoir de marier des personnes du même sexe ni d'engager une telle réforme. Le "mariage" homosexuel est un nouvel exemple de république absolue, d'absolutisme républicain et de cette guerre de religion que mène la république.

 

Dans la monarchie absolue qui fut le système politique de la France à l'âge classique et notamment sous le règne de Louis XIV, le roi ne rend pas de comptes à un quelconque parlement. Mais « absolu» n'est pas synonyme de « despotique ». Ce terme signifie seulement « libre de tout lien » ce qui ne veut pas dire « tyrannique ». Le roi de France n'aurait pas eu le pouvoir de marier des personnes du même sexe ou de prélever des impôts confiscatoires...

A l'autre opposé on trouve la monarchie constitutionnelle qui n'est rien d'autre qu'une démocratie couronnée. A titre d'exemple on peut citer le Royaume-Uni, les pays scandinaves, l'Espagne, la Belgique. Dans ce système le roi règne mais ne gouverne pas. Il se contente d'assurer la continuité de l'Etat et la fonction symbolique attachée à la Couronne. C'est une monarchie diminuée mais qui a tout de même le mérite d'exister car elle assure l'unité de la nation. Que serait la Grande Bretagne sans sa Reine. Que seraient devenus les belges sans leur roi ? La Belgique serait-elle restée un havre de sécurité pour les riches contribuables ?

Et entre ces deux modèles opposés il existe une infinité de situations intermédiaires. Des régimes mixtes qu'on peut appeler « monarchies statutaires » ou encore « monarchies institutionnelles », dans lesquelles le pouvoir du roi est réel mais partagé. On en a vu beaucoup d'exemples au XIXeme Siècle et jusqu'à la guerre de 1914. Par exemple en France la Restauration ou le Second Empire correspondent à ce modèle ; le pouvoir appartenait pour partie au Parlement et pour partie au souverain. L'empire des Habsbourg en est un autre illustration remarquable, tout comme l'Empire allemand crée par Bismarck. Dans ces Etats on pratiquait le suffrage universel et la protection sociale ! Actuellement il y a un minuscule Etat en Europe, la Principauté de Lichtenstein, qui continue à fonctionner selon ce modèle. La souveraineté politique appartient conjointement au Prince et au Peuple. Le Prince dispose de la direction politique et d'un droit de veto ; il peut aussi provoquer des référendums. Le peuple de son côté peut s'adresser au Prince pour provoquer une votation exactement comme en Suisse. Et ce système d'alliance du Prince et du Peuple s'avère efficace car ces dernières années il a permis de tenir en échec les puissantes oligarchies parlementaires et financières qui souhaitaient avoir les coudées franches...

Je ne vous cache pas que ce système est celui qui a ma préférence. C'est en quelque sorte la monarchie tempérée par la démocratie directe. L'alliance de l'autorité légitime et du consentement populaire...

 

La monarchie est un système politique et social qui obéit à une logique tout à fait différente de la logique démocratique. Le régime démocratique, et on le voit bien dans notre système républicain, fonctionne suivant les règles de la logique formelle, c'est à dire des exclusions et oppositions. Il faut toujours choisir : droite ou gauche, Peuple ou Roi, salarié ou patron, progrès ou réaction, hommes ou femmes, riches ou pauvres, etc... C'est un système réducteur, frustrant et à terme intrinsèquement violent. Par contre le régime monarchique est un système de logique paradoxale, d'union des contraires en quelque sorte. Le roi règne, dirige le jeu politique et peut prendre des décisions propres. Mais en même temps il peut laisser au peuple de très grands espaces de liberté et mettre en place des mécanismes d'autogestion. On a découvert, par exemple, que sous la Monarchie Française, dans le sud-est et du côté du Dauphiné, il existait un territoire appelé « la République des Escartons » qui fonctionnait en démocratie directe à la manière des cantons suisses. La population gérait son territoire, votait les impôts, élisait ses représentants. Les rois de France ne remirent jamais en cause ces libertés qui étaient assimilées à des privilèges et qui étaient donc à ce titre garanties par la Couronne. Quel exemple et quelle modernité ! Ce n'était pas le seul exemple. Et c'est la Révolution française qui a mis fin à ces libertés au nom de l'égalité face à l'Etat !

 

Source: http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/74538918/110162908.html via http://www.institutducdanjou.fr/fr/actualites-diverses/237-la-monarchie-sauverait-elle-la-france-.html

 

- Le coup d'Etat historique du "mariage" pour tous

- Considérations sur la violence suscitée par la loi Taubira : une guerre de religions ?

- République absolue : François Hollande et la division haineuse des citoyens en classes, catégories et groupements d'hommes

Partager cet article
Repost0

commentaires