Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 14:13

Afin de n'être pas infiltré par deux francs-maçons appelant au conflit de civilisations, et dérouté vers des luttes artificielles servant l'agenda du Nouvel Ordre mondial, le Printemps français répond à Christine Tasin suite à son article sur Boulevard Voltaire, persuadé "que nous ne bâtirons une autre France qu'en rassemblant"en centrant le débat sur la lutte contre "le messianisme révolutionnaire" totalitaire et de l'"homme nouveau", qui "hier comme aujourd'hui, sous tant de noms, a déclenché les pires calamités"..., organisant la division et les guerres. Et surtout parce que le Printemps français a "choisi de lutter pour la vie et les communautés" où "le fait d'être croyant" n'est pas "suspect"... "Le Printemps Français veut sortir du système, pas préserver un système néfaste et moribond."

  • Le Printemps passera l’été
  • « Et les fruits passeront la promesse des fleurs »
  • Malherbe, Stances.

  • Frigide Barjot lance L’Avenir Pour Tous au moment où Christine Tasin nous assure que le Printemps Français n’aura pas d’avenir… Flûte. Visiblement, on a loupé tous les coches. Pourtant, on y croyait ! Mais bon. Comme nous ne faisons pas de la lutte contre l’islam notre principal cheval de bataille, nous sommes promis à l’échec, c’est comme ça. Tant pis, hein… Oh, et puis, on ne sait jamais, frappés de stupeur, mis en face de nos responsabilités, peut-être allons-nous tous descendre dans la rue et devenir les hérauts d’une reconquista laïque en veillant assis, debout et couchés devant les magasins hallal ! Futé, Christine !
  • Ou pas. Les arguments de Christine Tasin ne sont pas dépourvus d’intérêt pour qui a envie de se consacrer au choc des civilisations dont la France est le champ ouvert. Elle indique les causes, elle pointe les écueils, elle énumère les actions. C’est lumineux, il n’y a plus qu’à. D’ailleurs, il paraît qu’un parti comme le Front National est assez sensible au sujet et qu’un député de la “droite décomplexée” a affirmé que démocratie et islam étaient incompatibles. C’est pas pour dire, mais Christine n’est pas la première à avoir remarqué que l’islam posait problème.
  • D’un autre côté, elle paraît nous reprocher de n’être pas révolutionnaires et semble considérer qu’être religieux est une qualité suspecte : compliqué de défendre la civilisation chrétienne contre l’islamique, dans ces conditions, mais ne chipotons pas. Enfin, elle évite de dire que l’afflux massif d’immigrés musulmans est d’abord le fait des acteurs capitalistes, désireux d’importer une main d’œuvre à bas prix, que la République n’a rien fait pour les intégrer, considérant que la Nation a moins de sens que le Marché, que les partis de droite et de gauche ont tous jugé que les racines chrétiennes de la France n’avaient pas d’importance, et que la laïcité militante à la française, qui nous vaut les délicieuses déclarations de Peillon et Bianco, n’est que la résurgence de plusieurs siècles de lutte ouverte contre les catholiques.
  • Bref, il n’est pas certain que Christine Tasin réussisse à conjuguer une analyse pertinente des causes et un exposé satisfaisant des solutions. Elle ne propose aucune solution, d’ailleurs : elle se contente de regretter que nous ne soyons pas tous en train de hurler au loup chaque fois que l’islam gagne du terrain. Pour qui aime hurler, le programme est beau. Pour qui veut construire une autre société, ça paraît un peu court.
  • Car le Printemps Français n’est pas l’ultime rempart d’un communautarisme laïcard à la française. Si nous avons choisi de lutter contre la loi Taubira, et contre l’euthanasie, et contre les recherches sur l’embryon, c’est parce que nous avons choisi de lutter contre le totalitarisme technologique, qui nous réduit à n’être que des machines, contre la culture de mort des héritiers de la Révolution, qui n’ont pas abandonné le rêve d’un homme nouveau mais cherchent d’abord à tuer le vieil homme, et surtout parce que nous avons choisi de lutter pour la vie et les communautés.
  • D’un point de vue purement politicien, et en s’enfermant dans les mêmes ornières que les partis de la France actuelle, le droit de vote des étrangers musulmans dont rêve la gauche (assurée d’un formidable réservoir de voix et prête à tous les abandons pourvu qu’elle se maintienne au pouvoir) est une catastrophe annoncée ; susciter une prise de conscience des méfaits d’une islamisation de la société (dans les faits, dans les territoires, sinon dans les institutions) est évidemment pertinent. Mais après ? Quelle nécessité de se focaliser sur ce point si la vie elle-même est menacée ? Et quel intérêt de préserver un système républicain où le fait d’être croyant est suspect alors que le messianisme révolutionnaire athée, en France et dans le monde, hier comme aujourd’hui, sous tant de noms, a déclenché les pires calamités ?
  • Le Printemps Français veut sortir du système, pas préserver un système néfaste et moribond. Il y a une convergence des luttes : lutter contre l’eugénisme rampant, contre la marchandisation des corps, contre la privatisation de la nature, contre le libéralisme qui ne rêve que d’individus isolés, prisonniers de leurs appétits et seuls face à un État garant des intérêts économiques des puissants – c’est aussi important que de lutter contre un islam conquérant. Des gens en ont fait, à bon droit, leur cheval de bataille. Nous nous engageons là où moins de gens se mobilisent, là où le système broiera tout le monde quand bien même le danger d’un islam non intégré se serait éloigné.
  • Ce qui nous éloigne le plus de Christine Tasin, hélas, c’est que nous sommes persuadés que nous ne bâtirons une autre France qu’en rassemblant, au-delà des vieux clivages ; une France où le vivre ensemble ne se résumera pas à un entre-soi de rad’socs de sous-préfecture discutant du progrès avec des frissons d’esprit supérieurs en moquant les catholiques. Car le Printemps Français est un état d’esprit, pas une machine à lancer des mots d’ordre. La France, la République, la laïcité ne manquent pas de défenseurs, prêts à en découdre ; nous pensons que les Français manquent de défenseurs prêts à leur donner des raisons d’espérer. Et nous pensons que la lutte est d’abord un moyen de se rassembler, pas d’appeler à des divisions supplémentaires.

 

 

 

 

Et merveilleuse réponse de Béatrice Bourges en commentaire (sous l'article de Christine Tasin). "Le Printemps Français n'est pas un mouvement "contre", mais un mouvement "pour" :

 

  • Beatrice Bourges  Pourquoi le laïcisme de Christine Tasin est-il voué à l'échec ?

    Chère Christine,

    En me citant comme "organisateur du Printemps Français", vous me faites un honneur auquel je ne prétends pas. Le Printemps Français est avant tout un mouvement spontané et populaire, qui diffuse le mot d'ordre de "Résistance", ce beau mot qui sert de titre à votre mouvement. Il y aurait là de quoi nous rapprocher. Pourtant, vous choisissez de nous opposer au nom de l'anti-islamisme, qui est une opinion dont je demande le respect face à la répression du pouvoir politique qui nous frappe, vous et nous. Je relève dans votre argumentation deux erreurs que je me permets de souligner, afin de mieux faire comprendre ce pourquoi combat le Printemps Français.

    Capture News.va 15-03Vous dites que les vraies révolutions sont portées par des aspirations au changement, au progrès. Je partage cet avis : le message chrétien est un message de progrès. Il est même un message "révolutionnaire", selon le Pape François. Il n'a rien d'un message réactionnaire, rétrograde ou communautariste. C'est parce que je suis convaincue que les valeurs chrétiennes sont des valeurs de progrès que j'ai accepté de prêter ma voix au Printemps Français, sans revendiquer d'en être l'organisatrice. Vouloir opposer christianisme et progrès sont à mes yeux une première erreur, comme l'histoire l'a abondamment démontré.

    http://idata.over-blog.com/1/06/39/73/Scoutisme/La-lumiere-brille-dans-les-tenebres.JPGVous soutenez que le Printemps Français est voué à l'échec parce qu'il n'épouse pas votre combat. C'est ici que se trouve la deuxième erreur. A la différence de l'anti-islamisme laïc, le Printemps Français sait pour quelle civilisation il se bat, et quelle conception de l'homme il défend. Le Printemps Français n'est pas un mouvement "contre", mais un mouvement "pour" : pour la dignité de l'homme de sa conception à sa mort naturelle (ce qui me semble un progrès pour l'humanité), pour la dignité de l'homme au travail face à sa réduction au rang de variable financière, pour la souveraineté des peuples face au négationnisme mondialiste réducteur de toute identité. En ce sens, si cela peut vous rassurer, le Printemps Français puise plutôt ses références dans le Printemps de Prague que dans les opérations de déstabilisation qui ont porté les islamistes au pouvoir dans certains pays arabes.

    A l'heure où, en France et partout dans le monde, le laïcisme épuisé fait le lit de l'idéologie du genre et de l'illusion d'un enfant produit sans humanité pour satisfaire le désir d'une paire de consommateurs unisexe, le Printemps Français est une nouvelle jeunesse, un signe d'espérance !

    Je souhaite, Chère Christine, le partager avec vous.

 

- "Apéro saucisson pinard" et "Plan B" : à boycotter. (18 juin 2010)

- Pourquoi s'attaquer aux effets et jamais aux causes ? Être dans le contre et dans le pour !

- "La vraie révolution, celle qui transforme complètement la vie" a été "accomplie" par Jésus" (Pape François)

Partager cet article
Repost0

commentaires