Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 22:15

Le numéro deux du cabinet israélien, Sylvan Shalom, devait accueillir le pape lors de sa visite historique dimanche à la Grande Synagogue de Rome. Interrogé sur ... les démarches de Benoît XVI en vue de la béatification du pape Pie XII, auquel les juifs reprochent son silence durant le génocide nazi, M. Shalom a répondu : "Nous lui demanderons de retarder ce procès" en béatification...

Plusieurs dirigeants de judaïsme mondial ont fait le voyage, pour cette troisième visite du pape allemand dans une synagogue, après celles de Cologne, dans son pays natal, et New York. Cette visite du souverain pontife allemand dans un sanctuaire juif intervient 24 ans après que son prédécesseur, feu Jean Paul II, soit devenu le premier pape à pénétrer dans une synagogue en près de 2.000 ans et s'y soit adressé à des "frères aînés bien-aimés".

"Malgré les problèmes et les difficultés, on respire un climat de grand respect et de dialogue entre les croyants des deux religions", a dit le pape lors de la prière de l'angélus au Vatican. Il a répété que le déplacement avait pour but de marquer "une nouvelle étape sur le chemin de concorde et d'amitié entre catholiques et juifs".

Le président de l'Assemblée rabbinique italienne Giuseppe Laras
a boycotté la visite, estimant que "durant l'actuel pontificat, le rapport fraternel (entre juifs et catholiques) est devenu plus faible".

L'ambassadeur israélien près du Saint Siège, ... présent, a jugé de son côté que "l'anti-judaïsme catholique existe encore".

D'autres personnalités invitées, comme le Français Richard Prasquier, président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) et membre de plusieurs comités internationaux de liaison avec les catholiques, ont décliné l'invitation. Il explique : «Le Crif sera représenté, mais j'ai préféré m'abstenir.»

A l'intérieur du temple, devaient notamment être présents les présidents des communautés juives de Rome et d'Italie, tout comme une délégation de musulmans romains.


Dans la synagogue, le président de la communauté juive de Rome, a estimé que Pie XII, pape de 1939 à 1958, aurait dû dénoncer l'Holocauste."Le silence de Pie XII face à la Shoah continue de faire mal car quelque chose aurait dû être fait", a déclaré Riccardo Pacifici au pape. "Cela n'aurait peut-être pas arrêté les trains de la mort mais cela aurait constitué un signe, un mot d'extrême réconfort, de solidarité humaine, pour ceux de nos frères transportés vers les fours d'Auschwitz". Riccardo Pacifici lui a demandé solennellement l'ouverture des archives du Vatican sur Pie XII.

Benoît XVI,
interpellé, a répondu en défendant l'attitude de son prédécesseur Pie XII pendant la Seconde Guerre mondiale, affirmant qu'il avait oeuvré de manière discrète, en coulisse, en faveur des juifs persécutés par les nazis. "Le Siège apostolique a procuré son assistance (aux juifs), souvent de façon discrète et cachée", a dit le pape dans son intervention.

Sources :
1 ; 2 ;  3 ; 4 ; 5
Partager cet article
Repost0

commentaires