Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 13:53

Sans aucune surprise..., le Front national chaupradisé, et derrière lui, tout le camp des bellicistes, tout en reconnaissant par la bouche de Marine Le Pen ce matin sur Europe 1 « une part de responsabilité » « du gouvernement français, celui de Nicolas Sarkozy mais aussi celui de François Hollande » dans le « développement du califat (islamique) » (notez l'incohérence d'une telle position), soutient l'intervention contre cet état islamique :


« Il faut intervenir, a déclaré Marine Le Pen, mais intervenir en soutien logistique, en apportant une aide au renseignement. Nous ne pouvons pas être en première ligne. »

 

Rien quant à la gestion en amont de nos relations avec les pays arabes, rien quant à la politique belliciste agressive de l'Occident depuis 2001... dans le monde. Aucune leçon tirée de l'Afghanistan, l'Irak, la libye, la Syrie... L'analyse de Marine Le Pen est pauvre.

 

Invité ce matin de BFMTV, Dominique de Villepin, bien mieux inspiré, a estimé que la décision de Barack Obama d'engager une grande coalition sur le terrain est «absurde et dangereuse». (1) (2)

 

L'homme du discours à l'ONU pour dire «non» à une intervention en Irak en 2003 y voit une « troisième guerre d'Irak » qui aura pour conséquence de « multiplier » les foyers de terrorisme :

 

« Il serait temps que les pays occidentaux tirent les leçons de l'expérience. Depuis l'Afghanistan, nous avons multiplié les interventions militaires, pour quel résultat? Il y avait en 2001 un foyer de terrorisme central? Un. Aujourd'hui? Une quinzaine... L'État islamique, c'est l'enfant monstrueux de l'inconstance et de l'arrogance de la politique occidentale», a parfaitement résumé Dominique de Villepin.

 

 

Quoiqu'il en soit, l'intervention (s'il doit y en avoir une) ne peut être qu'organisée par la communauté internationale comme l'a rappelé le Saint-Père dans sa conférence de presse de retour de Corée le 18 août en critiquant implicitement une intervention américaine en irak et en exigeant que cette opération ne se transforme pas en guerre de conquête :

  

"Une nation seule ne peut pas juger seule cela, comment on arrête l'agresseur l'injuste. Après la deuxième Guerre mondiale c'était l'idée de Nations Unies. C'est là qu'on doit discuter et dire : il y a un agresseur injuste, il semble que oui, comment l'arrêter. Mais seulement cela, l'arrêter. Rien que cela", a déclaré le pape.  

 

Telle ne semble pas être le chemin pris par l'Amérique d'Obama et la coalition (US, Royaume-Uni, France) qui s'est dessinée depuis le 3 septembre, prêt à faire sa guerre seul contre l'Irak mais aussi la Syrie, selon le plan d'action dévoilé le 10 septembre, en dehors de tout mandat international et en dehors même de l'aval du parlement américain qui laisserait à Obama la responsabilité de la guerre.

L'agression contre la Syrie au prétexte de frappes contre l'état islamique constituerait une atteinte à l'indépendance d'un état souverain, et une grave violation du droit international.

 

Ainsi, entre-temps, Moscou a estimé hier que des frappes américaines contre l'EI en Syrie décidées sans l'aval de l'ONU constitueraient une "violation grossière" du droit international. "Le président américain a annoncé la possibilité de frappes sur les positions de l'État islamique en Syrie sans l'accord du gouvernement légal (le régime de Bachar el-Assad)", a déclaré Alexandre Loukachevitch, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.. "Une telle initiative en absence de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU constituerait un acte d'agression, une violation grossière du droit international", a-t-il ajouté lors d'un point de presse hebdomadaire.


Le chef de la diplomatie allemande a souligné que Berlin ne participerait à aucune frappe aérienne, que ce soit en Syrie ou en Irak.

 

Le Premier ministre britannique David Cameron « n'exclut rien » concernant des bombardements en Syrie, a affirmé son porte-parole. La ministre des affaires étrangères britannique avait pourtant assuré quelques heures plus tôt que « la Grande-Bretagne ne participera[it] à aucune frappe aérienne en Syrie ».

Le président français, François Hollande, attendu vendredi en Irak, n'a pour sa part pas exclu de participer à des frappes en Irak, mais ne s'est pas prononcé sur une opération en Syrie.


L'Iran a exprimé ses doutes sur le « sérieux et la sincérité » de cette coalition internationale « pour s'attaquer aux vraies causes du terrorisme », selon la porte-parole du ministère des affaires étrangères, citée par l'agence de presse officielle Islamic Republic News Agency (IRNA).

Elle a accusé, sans les nommer, certains pays de la coalition d'avoir « fourni un soutien financier » aux djihadistes en Irak et en Syrie, alors que « d'autres espèrent apporter des changements politiques en Irak et en Syrie pour leurs propres intérêts ». L'Iran accuse notamment les pays du Golfe de financer les djihadistes.

Les responsables iraniens ont répété plusieurs fois qu'ils fournissaient aides et conseils au gouvernement et aux Kurdes irakiens contre les djihadistes, comme ils soutiennent le président de la Syrie, Bachar Al-Assad.

 

 

Notes

 

(1) http://video.lefigaro.fr/figaro/video/intervention-en-irak-une-decision-absurde-et-dangereuse/3781406102001/

(2) http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2014/09/12/25002-20140912ARTFIG00107-pour-dominique-de-villepin-une-intervention-en-irak-est-absurde-et-dangereuse.php

Partager cet article
Repost0

commentaires

oceane 13/09/2014 18:24


c'est le moment de poster ce qu'a dit notre Pape Francois paru dans le VIS de ce jour et qui dement tous les mensonges colportes ici et la, pretendant qu'Il est pour une intervention armee...
Honte aux menteurs, suppots de satan



Les guerres sont l'ombre de Caïn

Cité du Vatican,13 septembre 2014 (VIS). A l'occasion du premier centenaire de la grande guerre, le Pape a célébré une messe au mémorial militaire italien de Redipuglia (au Frioul). Arrivé du
Vatican en hélicoptère vers 9 h, il s'est aussitôt rendu par la route au cimetière militaire de Fogliano di Redipuglia où reposent 14.550 soldats austro-hongrois "unis dans la mort comme dans la
vie". Il a déposé une couronne sur le monument central abritant les restes de 7.000 soldats anonymes. Puis il a gagné le pied du Sei Busi, montagne disputée au début du conflit, pour visiter le
cimetière monumental italien de Redipuglia où reposent plus de 100.000 soldats tombés au front. Au centre se trouve le tombeau du prince Emanuele de Savoie-Aoste, commandant de la III Armée,
inauguré en 1938 en présence de 50.000 vétérans de la première guerre mondiale.

A l'homélie de la messe, reprenant la première lecture du jour qui rapporte le meurtre d'Abel, le Saint-Père a condamné l'indifférence face à la guerre: Admirant la beauté de ce
paysage, a-t-il dit, en ces lieux où des hommes et des femmes travaillent, où les enfants jouent et où les personnes âgées rêvent, je ne peux que dire: La guerre est une folie.
Alors que Dieu dirige sa création, et que nous les hommes, nous sommes appelés à collaborer à son oeuvre, la guerre détruit. Elle détruit aussi ce que Dieu a créé de plus beau, l'être
humain. La guerre défigure tout, même le lien entre frères. La guerre est folle, son plan est la destruction, se développer en détruisant. La cupidité, l'intolérance, l'ambition
du pouvoir sont certains des motifs qui poussent à décider la guerre, et ces motifs sont souvent justifiés par une idéologie. Mais d'abord il y a la passion, il y a une impulsion
déformée. L'idéologie est également une justification. Et lorsqu'il n'y a pas d'idéologie, il y a la réponse de Caïn: Que m'importe? Suis-je le gardien
de mon frère?


La guerre n'épargne personne, personnes âgées, enfants, mamans, papas? Que m'importe? Au dessus de ce cimetière, flotte la devise narquoise de la guerre: Que m'importe? Tous les
êtres humains qui reposent ici avaient des projets et des rêves, mais leurs vies ont été brisées. L'humanité a dit: Que m'importe? Pourquoi, pourquoi? Aujourd'hui encore, après l'échec renouvelé
d'une seconde guerre mondiale,

on peut, peut-être, parler d'une troisième guerre par morceaux, avec des crimes, des massacres, des destructions.

La première page des journaux ne devrait-elle pas avoir pour titre: Que m'importe?

Aujourd'hui comme hier, l'attitude de Caïn est exactement à l'opposé de ce que demande Jésus dans l'Evangile.

Lui qui est présent dans le plus petit de ses frères, le Roi, le Juge du monde, il est l'affamé, l'assoiffé, l'étranger, le malade, le prisonnier. Celui qui prend soin de son frère entre dans la
joie du Seigneur. Celui qui, en revanche, ne le fait pas, qui par ses omissions dit Que m'importe?, reste dehors.

Ici comme dans le cimetière voisin, sont enterrées beaucoup de victimes. Nous les évoquons aujourd?hui. Il y a les pleurs, il y a la douleur. Et d'ici nous rappelons toutes les victimes
de toutes les guerres.

Aujourd'hui encore les victimes sont nombreuses.

Comment cela est-il possible?


C'est possible parce que, aujourd?hui encore, dans les coulisses, il y a des intérêts, des plans géopolitiques,
l'avidité de l'argent et du pouvoir, et il y a l'industrie des armes, qui semble être tellement importante.

Et ces planificateurs de la terreur, ces organisateurs de l'affrontement, comme également les marchands d'armes, ont écrit dans leurs coeurs Que
m'importe? C'est le propre des sages, que de reconnaître leurs erreurs, d'en éprouver de la douleur, de les regretter, de demander pardon et de pleurer.

Avec ce Que m'importe? qu'ont dans le coeur les affairistes de la guerre, peut être gagnent-ils beaucoup, mais leur coeur corrompu a perdu la
capacité de pleurer.

Caïn n'a pas pleuré, il n'a pu le faire.

Et son ombre de Caïn plane aujourd?hui sur ces cimetières.

On le voit ici. On le voit dans l'histoire qui va de 1914 jusqu'à nos jours.

[b]Et on le voit aussi de nos jours.

Avec un coeur de fils, de frère, de père, je vous demande à tous, et pour nous tous, la conversion du coeur: Passons de ce Que m'importe? aux larmes. Pour tous ceux qui sont tombés dans une
hécatombe inutile, pour toutes les victimes de la folie de la guerre, en tout temps. [/b]



Pleurer, l'humanité a besoin de pleurer, et c'est maintenant l'heure des larmes".

oceane 13/09/2014 18:11


intervenir en soutien logistique
ben oui, en fournissant des armes qui sortent des usines de Dassault (faites vos recherches pour voir qui il est reellement.. ne Bloch, poourquoi ces gens ont-ils eu honte de leur nom
???.)


http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-ce-que-les-medias-sionistes-ne-diront-jamais-le-role-de-marcel-dassault-53435872.html


et par le truchement d'armes illegales qui prennent le meme circuit que la drogue et la prostitution


il est vrai que papajm n'etait pas gene d'aller chercher de l'argent aupres de certainschefs africains a la barette a etoile bien connue....