Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 14:58

La flambée des prix de l'énergie vérifie l'alarme de Lyndsey Williams qui disait au mois de février qu'à cause du désordre et des émeutes dans les pays arabes en 2011, ces pays ne pourraient plus fournir leurs principaux clients, ce qui entraînerait une forte hausse du prix du brut et du prix de l'essence, avec un baril pouvant franchir la barre des 200 dollars. Les mondialistes, sous couvert de "vent démocratique", ont soutenu la crise au Moyen-Orient, pour qu'elle gagne l'Arabie Saoudite (hypothèse qui semble se confirmer jour après jour). Cette crise permettrait une restructuration de l'échiquier géopolitique au Moyen-Orient afin d'y placer des marionnettes "démocrates" toutes néo-zélotes nouvel-ordre-mondialistes compatibles. 

 

Nous apprenions malheureusement pour nous, en ce qui nous concerne, le 7 mars dernier, que les prix de l'essence avaient atteint la semaine du 1er au 6 mars 2011 un record historique à la pompe "lié à la flambée des cours du pétrole brut sur un marché toujours rivé sur la Libye." Aujourd'hui, la flambée se confirme, "l'essence atteint un record historique" (Francesoir.fr). L'essence atteint des records comme en Alsace où le SP 98 flirte avec les 1,70 euros. Pour les automobilistes comme pour les entreprises de transport, le passage à la pompe rappelle cruellement le cauchemar de 2008. Cette année là, le prix de l'essence avait atteint un record historique. Le super sans plomb 95 s'affichait à 1,49 euros/litre et le prix atteignait même la barre vertigineuse d'1,53 euros pour le super sans plomb 98. Trois ans plus tard, ces sommets sont de nouveau atteints et même dépassés ! La semaine dernière, les prix moyens observés sur l'ensemble du territoire pour le SP 95 et 98 s'élevaient respectivement à 1,50 et 1,54 euros, un record historique (plus de dix francs le litre). Finalement, il n'y a que le gazole qui n'a pas encore atteint son niveau de 2008 mais s'en rapproche dangereusement avec un prix moyen qui s'affichait à 1,35 euros soit seulement 10 cents de moins qu'il y a trois ans.

 

Nous voilà donc replongés dans le scenario identique... à celui qui vit le déclenchement quelques mois plus tard de la crise financière de 2008. Ce coup-ci, il n'est pas certain que nous économies "occidentales" s'en remettent vu leur fébrilité après le dernier choc. Pendant ce temps, les contribuables français doivent mettre la main à poche pour assurer les erreurs des banques, et notamment sur cette escroquerie de la "privatisation des gains, mutualisation des pertes", véritable vol du siècle, quelque chose entre 320 (chiffre donné par Nicolas Sarkozy) et 360 (chiffre donné par François Fillon) milliards d'euros pour renflouer des banques privées inconséquentes. 

 

Face à ce nouveau record des prix de l'énergie, l'inaction de l'Ump, du PS et du gouvernement sarkozy, Marine Le Pen tape du poing sur la table et propose un projet concret immédiat, les "solutions précises et crédibles" suivantes :

 

"l'Etat, dit-elle, doit reprendre le contrôle de la situation et ne pas laisser l'idéologie d'une caste au pouvoir faire du mal aux Français, en collusion avec des puissances d'argent libérées de toutes contraintes liées à l'intérêt général.

 

... Baisser sans attendre de 20% la taxe sur l'essence, la TIPP (taxe intérieur sur les produits pétroliers) qui représente 60% du prix à la pompe. Cela représentera pour l'Etat un manque à gagner de cinq milliards d'euros. Et surtout une baisse immédiate des prix du sans plomb et du gazole pour les Français. Il faut assortir cette mesure d'une sur-taxation des sur-profits des grandes compagnies pétrolières et gazières.

 

... La lutte contre la spéculation internationale sur les produits énergétiques et alimentaires..."

 

 

- Augmentation du prix du pétrole : quelles conséquences ?

- Mensonge du siècle : "sauf accident majeur, cette opération n'aura pas de coût pour le contribuable" (le plan de refinancement des banques aura coûté 360 milliards d'Euros mais "n'aura pas de coût pour le contribuable" ! dixit François Fillon.)

Partager cet article
Repost0

commentaires