Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 08:50

Note de Christroi. Le site Benoit-et-moi.fr revient sur le dossier du Point sur les "Infiltrés" francs-maçons (numéro du 26 Janvier 2012). Où l'on apprend entre autres que "le Grand Orient a sérieusement discuté l'idée d'inviter Marine Le Pen lors d'une réunion de «Loge Blanche» à huis clos afin d'exposer son programme aux «frères», comme les autres candidats: une idée qui aurait été impensable il y a quelques années." (Fin de citation).

 

Et ce rappel opportun, que s'il y a des divergences d'"opinions" entre les loges - divergences qu'on pourrait qualifier d'homéopathiques (toutes sont relativistes sauf quand il s'agit de défendre la vérité relativiste et dogmatique... maçonnique, pro-mort , européanistes, sans-frontiéristes, immigrationnistes, nouvel-ordre-mondialistes et cathophobes) -, il n'en demeure pas moins que toutes les loges sont unies entre elles par "des fils", des  serments... et des buts convergents.

----------------------------------------------------------------

 

Paradoxalement, c'est Massimo Introvigne qui attire mon attention sur ce désormais "marronnier" du Point... Pas de scoops, mais des vraies questions. (1er/2/2012)

 

On peut évidemment se poser la question, pour de nombreux noms cités (et la nuance est de taille): sont-ils devenus ministres parce qu'ils étaient francs-maçons, ou ont-ils été sollicités par les loges parce qu'ils étaient des hommes d'influence (ou, au moins, potentiellement "utiles")?
Un peu des deux, sans doute. Il n'empêche, dans les deux cas, il s'agit d'une démarche d'entrisme assez déplaisante.
Massimo Introvigne conclut:
"Sans doute les obédiences françaises ne pensent-elles pas toutes de la même façon sur de nombreuses questions. Mais il y a des fils qui les unissent..."

 

Et parmi ces "fils", à n'en pas douter, lesdites "questions de société".

 

L'ombre des maçons sur l'Elysée
Massimo Introvigne, La Bussola
01/02/2012
------------------
Les initiales semblent être inoffensives: CIU, Cercles Inter-universitaires. Mais cette tranquille association d'universitaires français, cacherait en fait un super-loge maçonnique, avec les mêmes initiales, mais un nom moins rassurant: Confraternité Initiatique Universelle. Si certains membres sont des professeurs universitaires intéressés par l'histoire de la Franc-Maçonnerie et par des questions philosophiques, d'autres sont très proches de la politique française. C'est ce que révéle l'enquête sur la couverture de l'hebdomadaire Le Point... qui dans le numéro du 26 Janvier 2012 a étudié l'entourage des principaux candidats à la présidentielle.


Deux candidats mineurs à la présidence sont des francs-maçons déclarés: Jean-Luc Mélenchon, candidat de l'extrême gauche, fait partie du Grand Orient, tandis que Corinne Lepage, des Verts - et épouse de l'ancien ministre de l'Environnement, franc-maçon et proche de la CIU Christian Huglo (ndt: Massimo Introvigne se trompe. C'est Corinne Lepage qui a été ministre de l'écologie du gouvernement Juppé de 1995 à 1997, son mari est à la tête du plus grand cabinet français spécialiste des questions d'environnement, et elle ne fait pas partie des "Verts") - a été initiée dans la Grande Loge Féminine une obédience réservée aux femmes, même si en 2010 le Grand Orient admet aussi des femmes. S'il s'agit là de simples curiosités (ndt: très influentes: Madame Lepage et Mélanchon sont des "piliers" des medias, leur présence y est inversement proportionnelle aux intentions de votes dont ils sont crédités...), il est intéressant de noter que Le Point, en tenant compte des plaintes et des démentis qu'il dit ne pas craindre, compte treize francs-maçons dans l'entourage immédiat de Nicolas Sarkozy, parmi lesquels les ministres des Finances, François Baroin, du Travail, Xavier Bertrand, de la Défense, Gérard Longuet, de l'Intérieur, Claude Guéant, de la Justice, Michel Mercier, des Sports, David Douillet, des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, de la Coopération internationale, Henri de Raincourt et de l'Education, Luc Chatel.

Ces deux derniers ministères, dans l'histoire française ont presque toujours été confiés à des maçons, mais, comme nous le voyons, avec Sarkozy, c'est le gouvernement tout entier qui semble plutôt une grande Loge. Et beaucoup de ces ministres sont proches de ce mystérieux CIU, qui n'est pas nécessairement d'accord avec la loge la plus nombreuse et la plus puissante en France, le Grand Orient. Quant à Sarkozy, il faut se rappeler de la relation très particulière entre le Président et l'ancien grand maître du Grand Orient Alain Bauer, et sa vieille habitude - curieux pour quelqu'un qui prétend ne pas être un franc-maçon - de signer de son nom suivi des trois points, comme font les «frères» - les lettres que, comme ministre de l'intérieur, il envoyait aux syndicats de police, où pratiquement depuis toujours, presque tous les officiers sont francs-maçons.

Si François Hollande, le candidat socialiste auquel semblent aller les sympathies au Grand Orient, l'emporte, les choses point de vue maçonnique ne changeraient pas. Dans l'équipe qui gère la campagne de Hollande, Le Point a identifié dix francs-maçons, dont le président du Sénat, Jean-Pierre Bel, les anciens ministres Michel Sapin et Jean-Yves Le Drian, le maire de Lyon Gérard Collomb et le Directeur de la communications du candidat socialiste, Manuel Valls.

Face à cette prolifération de «frères», ceux qui en France se méfient des francs-maçons pourraient être tentés de voter pour le candidat centriste François Bayrou ou à droite pour que Marine Le Pen. Mais même ici, assure Le Point, les loges ont pris leurs précautions. Aux côtés de Bayrou, comme conseiller écouté, il y a l'ancien sénateur et membre de la Cour des comptes, Alain Lambert, qui est de la même loge où est née la mystérieuse CIU. Du même milieu vient aussi Dominique Paillé, ancien porte-parole de l'UMP, parti de Sarkozy, qui ne fait pas partie de l'équipe, mais qui a fait de François Bayrou le vainqueur de l'élection présidentielle dans son roman Panique à l'Elysée, et il est très influent dans des milieux qui soutiennent le candidat centriste.

Quant à Marine Le Pen, fait partie de son équipe l'avocat - qui apparaît souvent dans les grands médias français - Maître Gilbert Collard, initié dans la Grande Loge de France, puis transféré à la Grande Loge nationale française, l'obédience la plus «traditionalistes» - en termes maçonniques, bien sûr - qui a été le terreau de la mystérieuse CIU. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis le Grand Orient en 1980 avait menacé d'expulser non seulement ceux qui étaient inscrits au Front national, dirigé alors par le père de Marine Le Pen, mais aussi ceux qui avaient accepté le soutien du parti d'extrême-droite, tels que l'ex-ministre Jean-Pierre Soisson, qui avait cherché des voix du Front national pour conserver le poste de président du Conseil général de la Bourgogne. Peut-être qu'ils n'en feront rien, mais le Grand Orient a sérieusement discuté l'idée d'inviter Marine Le Pen lors d'une réunion de «Loge Blanche» à huis clos afin d'exposer son programme aux «frères», comme les autres candidats: une idée qui aurait été impensable il ya quelques années.

 

Sans doute les obédiences françaises ne pensent-elles pas toutes de la même façon sur de nombreuses questions. Mais il y a des fils qui les unissent et, finalement, dans la politique française, la maçonnerie réussit toujours à compter plus que dans d'autres pays. S'il se peut que l'influence maçonnique dans les affaires politiques soit en crise ailleurs, les 150 000 maçons français sont déterminés à la garder comme une caractéristique spécifique de leur pays.

 

 

Note (Ndlr. de Benoit-et-moi.fr)

 

  

Faisant une recherche sur la mystérieuse super-loge évoquée ici, je n'ai pratiquement rien trouvé, sauf cet article issu d'un site belge.... maçonnique - clairement agacé!!

Note


Les infiltrés Francs-Maçons selon Le Point
---------------


Les semaines se suivent et se ressemblent pour la presse magazine française. Leurs couvertures deviennent interchangeables. Le Point nous fait le coup des infiltrés (Les frères autour des candidats à la présidentielle, La nouvelle loge des élites, La franc-maçonnerie au coeur de la République).

C'est effectivement du pur Sophie Coignard avec un focus sur les réseaux maçonniques (note: pour la journaliste du Point, c'est ce qui compte avant tout), les liens avec les loges, les affiliations "utiles", sur les candidats qui se rendent dans des Tenues Blanches Fermées pour câliner les frères, les arrangements,... Coignard essaie d'entrouvrir la porte de la Confraternité initiatique universelle, "fouille" dans les dossiers lillois. Et, pour les aspects historiques, quand un magazine français ne fait pas appel à Roger Dachez, c'est vers Pierre Mollier qu'il se tourne... Le dossier s'achève sur les rapports entre l'Eglise catholique et les loges vu par Bernard Lecomte dans son livre Les derniers secrets du Vatican (ndlr: nous en reparlerons très bientôt).

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
l'emprise maçonnique sur la politique n'est pas un scoop, la Troisième République a été de ce point de vue, un véritable exemple de ce genre de dérive qui peut amener à penser que le concept de
république démocratique est du pipeau.
Répondre