Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 14:03

http://clemenceg.typepad.com/.a/6a00d8341cae9f53ef0147e2697152970b-500wiLe bruit court que Jérôme Cahuzac n'aurait été qu'une victime sacrificielle qui paierait pour le comportement ordinaire d'autres personnalités du gouverne-ment.

 

L'affaire Cahuzac fonctionnerait-elle comme une boîte à gigognes avec des démissions en cascade qui vont s'enchaîner pour le gouvernement ? L'arbre qui cache la forêt ? Combien d'autres affaires Cahuzac existent encore parmi les ministres, députés, sénateurs, élus au parlement européen, maires et autres élus régionaux ? Ce qui est sûr c'est qu'aujourd'hui, cette affaire en accouche d'une autre, l'affaire Moscovici.

 

Au lendemain de la démission de Jérôme Cahuzac, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a estimé ce matin n'avoir commis "aucune faute" et récusé la moindre "complaisance" ou "volonté d'entraver la justice".

 

 

Plus tôt dans la matinée, le directeur de la publication de Mediapart Edwy Plenel a accusé l'administration fiscale d'avoir voulu protéger Jérôme Cahuzac et mis en cause le ministre de l'Économie Pierre Moscovici, l'accusant d'avoir, fin janvier, tenté de protéger Jérôme Cahuzac en "instrumentalisant" l'administration fiscale, "alors qu'il y avait une enquête judiciaire en cours depuis début janvier"... Estimant sur BFMTV que Jérôme Cahuzac se "sacrifie pour d'autres", il a expliqué que Pierre Moscovici "a manqué à ses fonctions", n'a pas fait tout ce qui était en son pouvoir pour éclaircir l'affaire et qu'il a trop rapidement laissé entendre que les documents fournis par la Suisse dédouanaient Jérôme Cahuzac. "Ceux qui pensent qu'il s'agit de l'histoire d'un homme, ou de l'enrichissement privé d'un homme, font fausse route", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart, a lui aussi mis en cause Pierre Moscovici, ministre de l'Economie : "Ce qui m'intéresse c'est de comprendre. Que savait la présidence. Comment Pierre Moscovici a tenté de blanchir Jérôme Cahuzac ? Sa responsabilité est considérable. Ils ont utilisé les moyens de l'Etat pour tenter de blanchir un copain, alors que la justice enquêtait déjà. Le mensonge a été possible grâce à une opération de communication de Bercy avec la Suisse. On n'a jamais vu la couleur de la réponse de la Suisse", a-t-il dit sur RMC.

 

Le député UMP de Paris Claude Goasguen a réclamé la démission de Moscovici "dans les plus brefs délais". "M. Moscovici doit démissionner dans les plus brefs délais, sinon nous aurons une poussée de populisme", a-t-il prévenu dans les couloirs de l'Assemblée nationale. Dénonçant "deux poids deux mesures", il a ajouté: "on enquiquine les Français avec des contrôles fiscaux, on essaie de lutter contre la fraude fiscale, mais pour le responsable du contrôle de la fraude fiscale, on se base sur sa seule parole, ce n'est pas sérieux". "Si vous avez un contrôle fiscal et que l'inspecteur des impôts vient vous voir en vous demandant, les yeux dans les yeux, si vous avez fraudé le fisc et que vous lui répondez 'non', il y a de fortes chances qu'il vérifie quand même votre comptabilité. M. Moscovici s'est contenté de demander à M. Cahuzac 'Vous avez fraudé le fisc?' Il a répondu 'non', et la porte a été fermée", s'est exclamé Claude Goasguen au parisien. (1)

 

 

Dans une mise en scène guignolesque faite aujourd'hui à la mi-journée entre deux portes de l'Elysée car le président de la république est en partance pour le Maroc, (l'une figurant l'Elysée, l'autre sa prochaine démission ?), alors que ses détracteurs l'accusent d'avoir connu l'existence du compte bancaire de son ex-ministre dès l'éclatement de l'affaire à la mi-décembre, François Hollande a dénoncé à la mi-journée "un outrage à la république". Le chantre de la «République exemplaire» pendant la campagne présidentielle a dit avoir appris hier avec «stupéfaction» et «colère» les aveux de l'élu devant les juges... (2) On est pas loin du crime de lèse-majesté... François Hollande ne mesure pas bien la gravité de la situation, nous refait le coup de "l'exemplarité" (!) et fait l'annonce de trois mesurettes (renforcement de l'indépendance de la justice, lutte contre les conflits entre les intérêts publics et les intérêts privés, l'interdiction de tout mandat public aux élus qui auront été condamnés pénalement pour fraude fiscale ou corruption) pensant sans doute s'en tirer ainsi à bon compte avec les Français.

 

 

 

Michel Gonelle, prédécesseur de Jérôme Cahuzac à la mairie de Villeneuve-sur-Lot, a confirmé dans le Midi Pile sur France 3 Aquitaine, qu'il avait appelé le Président de la République dès le 15 décembre au matin, pour lui expliquer "très posément, très calmement et de manière très claire" ce qu'il savait de l'affaire Cahuzac, et qu'il a eu au bout du fil son directeur de cabinet adjoint. Dans cet interview, Michel Gonelle a réaffirmé que François Hollande était au courant de l'origine de l'affaire dès la mi-décembre et répété quele président de la république et ses conseillers étaient au courant dès le 15 décembre au matin. (3)

 


Michel Gonelle est l'homme par qui l'enregistrement audio de Jérôme Cahuzac évoquant son compte bancaire en Suisse a été divulgué. Sur I-télé, l'ancien bâtonnier du barreau d'Agen a affirmé avoir appelé l'Elysée au matin du 15 décembre pour assurer le président de la République et ses collaborateurs de l'authenticité de cet enregistrement. (4)

 

Sur BFM-TV, Michel Gonelle, l'ancien élu RPR qui détient l'enregistrement audio sur lequel Jérôme Cahuzac évoque un compte en Suisse, a affirmé aujourd'hui que François Hollande qui "avait à sa disposition les preuves depuis décembre" aurait dû "réagir comme la foudre". "Il y a eu une décision très très lente... On dit aujourd'hui que le ministre de l'Intérieur lui-même (Manuel Valls, NdCR.) lui avait communiqué la traduction de l'enregistrement et la vérification de l'enregistrement de Mediapart dès la fin décembre", a-t-il expliqué. (5)

 

Suivre le fil de cette discussion sur Twitmunin.com.  

 

 

Edit. 11 avril. Malgré les dénégations de Manuel Valls ou de François Hollande parlant d'"outrage à la république", Moscovici savait en décembre. Selon Valeurs actuelles du 11 avril, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a envoyé une mission secrète en Suisse et connaissait depuis décembre 2012 l'existence du compte suisse de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac. Une équipe d'une quinzaine de fonctionnaires, notamment de la Direction nationale d'enquêtes fiscales, a agi de façon parfaitement légale et n'a eu aucune difficulté à obtenir la confirmation recherchée. "La démarche de Pierre Moscovici, qui consiste, le 24 janvier, à demander aux autorités helvétiques si Jérôme Cahuzac disposait d'un compte à l'UBS entre 2006 et 2012 avait quelque chose de surréaliste", selon l'hebdomadaire.

 

Pierre Moscovici s'est défendu de toute complaisance ou faille dans l'enquête diligentée auprès de la Suisse sur le compte de l'ex-ministre du Budget... (6)


Sources:

 

(1) http://www.huffingtonpost.fr/2013/04/03/moscovici-cahuzac-mise-en-cause-complaisance_n_3003989.html?utm_hp_ref=france

(2) http://www.lefigaro.fr/politique/2013/04/03/01002-20130403ARTFIG00434-cahuzac-hollande-denonce-un-outrage-a-la-republique.php

(3) http://aquitaine.france3.fr/2013/04/03/affaire-cahuzac-sur-france-3-aquitaine-michel-gonelle-reaffirme-que-francois-hollande-connaissait-l-origine-de-l-affaire-des-la-mi-decembre-227665.html

(4) http://www.itele.fr/politique/video/m-gonelle-francois-hollande-savait-des-le-15-decembre

(5) http://www.dailymotion.com/video/xypide_affaire-cahuzac-pour-gonelle-hollande-avait-les-preuves-depuis-decembre-03-04_news#.UVxhO0qvMrp

(6) http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/04/11/97002-20130411FILWWW00400-moscovici-aurait-su-des-decembre.php

 

 

- "Le ministère de l'Intérieur n'a jamais été informé de ce compte. Je ne savais pas" (Manuel Valls) : les socialistes incapables ou menteurs ?

Partager cet article
Repost0

commentaires